• Accueil
  • > Recherche : mission centenaire grande guerre

ASAF – lettre de décembre : Notre Histoire, un héritage capital pour la France.

16122016

ASAF

L’enseignement de l’Histoire est l’objet de bien de commentaires. C’est la preuve de l’attachement des Français à leur passé et de leur sentiment qu’elle est une source d’inspiration pour relever les défis auxquels la France est confrontée aujourd’hui.

L’Histoire et les Français : 14-18, une leçon de confiance

En diffusant aujourd’hui son cinquième numéro hors-série, consacré cette année à la Grande Guerre, l’ASAF participe au devoir de Mémoire. Cette publication de 200 pages, regroupant une quarantaine de textes et plus de 250 photos, vise en priorité à sensibiliser les Français les plus jeunes à leur Histoire mais aussi à mieux faire connaître l’histoire militaire dont certains aspects sont trop souvent occultés ou déformés.

L’ASAF souhaite à cette occasion que nos concitoyens prennent davantage conscience de l’extraordinaire mobilisation de toutes les forces dont notre pays a été capable pendant 52 mois, malgré les pertes et destructions considérables qu’il a supportées. Elle veut montrer comment notre armée a su s’adapter, en permanence, aux évolutions de la guerre au point de devenir, en 1918, l’armée la plus moderne et la plus puissante du monde avec plus de 3 000 chars et autant d’avions.

L’unité nationale – l’Union sacrée – et la capacité d’adaptation de la Nation furent les conditions fondamentales de la victoire. Elles le sont tout autant aujourd’hui pour espérer vaincre le totalitarisme islamique, notre nouvel ennemi, même s’il semble bien différent de celui d’hier. En effet, n’est-ce pas une mobilisation dans tous les champs de la politique et de l’ensemble des ressources qu’il faut décider et organiser pour reprendre l’initiative, éradiquer le terroriste d’aujourd’hui – celui qui tue comme celui qui soutient le tueur – et tarir la source dont il est issu ? L’Histoire nous rappelle que rien n’est impossible à notre pays quand les Français sont rassemblés. Encore faut-il que le but soit clairement identifié, expliqué, compris et partagé et que la détermination des chefs soit sans faille.

L’Histoire et le soldat : une exigence dans les opérations extérieures

Le soldat envoyé aujourd’hui en opération extérieure ne peut pas ignorer la géographie des zones dans lesquelles il est engagé que ce soit sur le vaste continent africain ou au Levant, ainsi que l’histoire centenaire de la France et de ses soldats dans ces régions.

C’est pour lui un devoir et une nécessité s’il veut intégrer efficacement la mission qui lui est donnée dans le « cadre espace-temps » des régions où s’affrontent des peuples, souvent depuis des lustres, et parfois pour des causes analogues à celles d’hier. L’action militaire sera d’autant plus efficace qu’elle s’appuiera sur une bonne compréhension de la mentalité des populations, de leurs cultures et de leurs aspirations. Nous sommes bien loin du seul « cœur de métier » dans lequel certains voudraient cantonner les militaires, puisque de toute évidence les engagements opérationnels exigent d’eux une connaissance approfondie de l’environnement historique et géographique dans lequel ils évoluent. D’ailleurs, les peuples auprès desquels nous agissons ne s’y trompent pas. Ils nous sont généralement attachés et préfèrent les soldats français à ceux d’autres nations, car ils ont le sentiment qu’ils les comprennent mieux, d’autant qu’ils partagent souvent avec eux une histoire, une langue et des références culturelles communes.

L’Histoire et la France : un facteur d’identité et d’unité  nationales

L’Histoire de notre pays est longue et riche, mais n’est pas une suite ininterrompue de succès. Nos armées furent aussi vaincues et parfois cruellement, mais cette Histoire est l’histoire de notre peuple, de notre Nation. Nous devons l’assumer. Il ne nous appartient donc pas de juger le passé, telle action ou décision, surtout avec le regard et selon les critères d’aujourd’hui, mais plutôt de chercher à connaître les faits et à comprendre pourquoi telle décision a été prise, telle action a été conduite, telle politique a été menée.

Cette très longue Histoire constitue un héritage commun à partager et à s’approprier, mais aussi à enrichir et à transmettre. Elle est à la source de notre identité profonde et constitue un facteur d’unité sous réserve qu’elle ne soit pas instrumentalisée ou détournée. Car si tout ne fut pas glorieux dans cette Histoire, comme d’ailleurs dans la vie de tout homme, combien de personnages remarquables par leur courage, leur savoir, leur talent, leur générosité, leur vision, leur caractère nous sont offerts en exemple ! Ils sont source d’inspiration. Au moment où l’on s’interroge sur les raisons pour lesquelles des jeunes basculent dans le terrorisme, ne serait-il pas temps de proposer, non des modèles mais des références autres que des personnalités très médiatisées qui ne brillent que par leur fortune ?

Nombre de personnages historiques français et notamment des soldats ont suscité des vocations. Les ignorer aujourd’hui, c’est les oublier demain et les faire disparaître à jamais au moment où la jeunesse est en quête de repères et de valeurs.

Au contraire, mis en avant dans notre enseignement et par des productions audiovisuelles, ils pourraient contribuer activement à rassembler les Français par la fierté qu’ils éprouveraient et le besoin profond qu’ils ressentiraient de dépasser leurs intérêts immédiats pour servir la communauté nationale à laquelle l’Histoire nous rappelle que nous devons notre bien le plus cher : notre liberté.

Rendez-vous sur le site : www.asafrance.fr




Bleuet de France : affichez votre soutien aux anciens combattants

10112016

Capture d’écran 2016-11-11 à 18.24.07

Du 4 au 13 novembre 2016 aura lieu la collecte des Bleuets de France.

Œuvre caritative créée après la Première Guerre mondiale, elle continue aujourd’hui de venir en aide aux anciens combattants et aux victimes de guerre et d’attentat.

Seules deux fleurs réussissaient l’exploit de pousser sur les champs de bataille de la Grande Guerre : le coquelicot et le bleuet. Si la première est devenue le symbole des anciens combattants anglo-saxons, la seconde a été adoptée par les vétérans français. Le vendredi 4 novembre 2016 marque le début de la collecte des Bleuets de France. Cette initiative est organisée deux fois par an (le 8 mai et le 11 novembre) par les 105 services de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG) qui assure la gestion de l’œuvre caritative des Bleuets de France. La collecte se déroulera jusqu’au 13 novembre.

Le 11 novembre 1918 marque la victoire de la France, mais surtout la fin de la guerre la plus cruelle de l’histoire de l’Humanité. Après l’armistice, ce sont plus de 20 millions de Français blessés ou invalides qui retournent péniblement à la vie civile. Un grand nombre d’entre eux ne peuvent plus travailler. Deux infirmières de l’Hôtel national des Invalides, Charlotte Malleterre et Suzanne Leenhardt, ont l’idée de faire confectionner des bleuets en tissu par leurs pensionnaires afin de leur redonner le goût à la vie et lever des fonds pour subvenir à leurs besoins. En 1935, suite au succès de la vente des bleuets dans Paris, l’Etat décide de la vente officielle chaque 11 novembre. La date du 8 mai se rajoutera en 1957 pour rendre hommage aux combattants de la Seconde Guerre mondiale.

Les fonds collectés aujourd’hui continuent de participer directement aux soutiens des anciens combattants, mais aussi des victimes de guerre et du terrorisme. Ainsi l’œuvre des Bleuets de France permet de financer des équipements pour les personnes à mobilité réduite, de venir en aide aux ressortissants les plus démunis et de financer les études des pupilles de la Nation. Elle participe également à la solidarité de la France avec ses soldats en opération extérieure grâce à l’achat de matériels sportifs pour les militaires blessés ou encore la confection de cadeau de Noël. Enfin, les bleuets contribuent également à la mission de mémoire de l’ONACVG au travers du centenaire de la Grande Guerre ou au 70e anniversaire du débarquement.

Des collecteurs seront présents dans les rues pour vendre le bleuet sur la durée de l’opération. Si vous voulez faire un don ou vous porter bénévole, vous trouverez plus d’informations sur le site internet : www.bleuetdefrance.fr.

 




Chronique historique : 3 février

3022016

3 février 1802 : débarquement français à Saint Domingue (actuelle Haïti). Bonaparte envoie son beau-frère, le général Leclerc, à la tête d’une armée de 23 000 hommes pour reprendre possession de l’ile entrée en rébellion sous les ordres du général Louverture. Même si Louverture est fait prisonnier (et incarcéré en France), le corps expéditionnaire finit par quitter l’ile après avoir été décimé aux deux tiers par la fièvre jaune. L’indépendance est proclamée le 1er janvier 1804.

Lire à ce sujet dans la RHA :  Marines et Armées dans l’expédition de Saint-Domingue (1802-1803) de Rémi Monaque, RHA N° 214 et Un officier français face à la Révolution outre-mer. Les infortunes du lieutenant-colonel Jacques d’Ounous à Saint-Domingue, aux Etats-Unis et en Louisiane (1792-1802) de Jean-Louis Donnadieu, RHA N° 265.

3 février 1915 : défense du canal de Suez. L’armée turque de Gamal Pacha tente de prendre le canal de Suez. Défendu par les marines française et britannique, le canal est sauf et le restera durant toute la guerre. Le garde-côte français, Requin, a joué un rôle essentiel pour repousser l’assaut en faisant quelques coups au but sur l’artillerie ennemie.

Lire à ce sujet dans la RHA :  Attaque et défense du canal de Suez (février 1915) du capitaine de vaisseau Tonnelé, RHA N° 76.

3 février 1917 : Washington rompt les relations diplomatiques avec Berlin. Le président Woodrow Wilson reçoit des services britanniques l’interception (16 janvier) d’un télégramme secret envoyé par Zimmerman (secrétaire d’Etat allemand aux Affaires étrangères) à son homologue mexicain dans lequel il apprend que l’Allemagne s’apprête à relancer la guerre sous-marine à outrance. Les Etats-Unis n’entreront pourtant en guerre contre l’Allemagne que le 6 avril 1917.

3 février 1941 : création du NKGB (Moscou). Les services secrets soviétiques ont changé de nom à de multiples reprises depuis la création de la Tchéka en 1917 (à partir de l’Okhrana du Tsar). GPU en 1922, OGPU en 1923, GUGB en 1934. Les attributions de ce dernier sont réparties en 1941 entre le NKVD (action vers l’intérieur) et le NKGB (action vers l’extérieur). Ces évolutions correspondent aux tentatives d’adaptation au contexte géostratégique mais surtout aux purges et luttes de pouvoir internes. Les appellations se succèdent jusqu’en 1954, année de naissance du KGB (dont le nom ne changera pas jusqu’en 1991). Aujourd’hui, les services secrets russes sont regroupés sous l’appellation de FSB (Service fédéral de sécurité).

3 février 1944 : arrestation de Brossolette (Plogoff). Intellectuel et homme d’action, Pierre Brossolette se caractérise certes par un grand courage et une grande intelligence mais surtout par une indépendance d’esprit faisant de lui un homme libre. Avant-guerre, il est un moment dans le camp des pacifistes, mais réalise le danger du nazisme et fustige l’attentisme de ses anciens compagnons. Lors de la retraite de 1940, il se comporte brillamment et est nommé capitaine. Il entre dans la résistance aux côtés du colonel Rémy (confrérie Notre Dame) et accomplit plusieurs missions entre Londres et la zone occupée. Il est l’un des principaux artisans de l’unification des mouvements de résistance avec Jean Moulin. Arrêté lors d’un contrôle de routine, il est reconnu et transféré au QG parisien de la Gestapo où malgré la torture, il ne parle pas. Il se défenestre le 22 mars à la faveur d’un moment d’inattention de ses gardiens.

3 février 1945 : évacuation de la poche de Colmar par la Wehrmacht. Le général de Lattre à la tête de la 1ère armée française et de la 3e DI américaine contraint le général allemand von Obstelfeder à évacuer la poche de Colmar  en prenant pied dans la ville. Les combats se déroulent dans un froid sibérien. La 3ème DI américaine s’est particulièrement illustrée dans ces combats et se verra décorée de la croix de guerre par les autorités françaises même si le plan d’opérations a été préparé par le général Schlesser.

3 février 1953 : Cousteau publie le monde du silence. L’ex capitaine de corvette Jacques-Yves Cousteau publie l’ouvrage qui le rend célèbre et popularise la plongée sous-marine dont il est l’un des grands initiateurs.

3 février 1998 : accident de Cavalese (Italie du Nord). Un jet EA-6B américain du corps des Marines (basé à Aviano) percute et coupe le câble du téléphérique de Cavalese et provoque la chute de la cabine. Les occupants, 20 touristes, sont tués. Le scandale ébranle les relations entre les Etats-Unis et l’Italie. Le pilote est dans un premier temps innocenté par le tribunal militaire américain puis condamné à 6 mois de prison pour avoir fait disparaitre l’enregistrement vidéo du vol.

Quelques rendez-vous historiques :

du 1er février au 15 avril 2016La bataille de Verdun à travers les trésors de la bibliothèque du SHD par Jean-François Dubos et son équipe – salon jaune du Château de Vincennes

Jeudi 4 février 2016 – célébration du centenaire de la Voie Sacrée par l’arme du Train – Colloque La logistique au contact : intégrée, modulaire, dynamique – Ecole Militaire, amphi Foch – inscription auprès de jean-marc.dubost@intradef.gouv.fr




Chronique historique : 29 janvier

1022016

29 janvier 1635 : fondation de l’Académie française (Paris). Pour encadrer l’effervescence littéraire qu’il sent monter dans le royaume, le cardinal de Richelieu créé l’Académie sur ordre de Louis XIII.

29 janvier 1814 : bataille de Brienne-le-Chateau. Napoléon défait avec 16 000 hommes l’armée de Blücher deux fois supérieure en nombre. Cela lui donne l’occasion de passer enfin à l’école des Minimes, sur les lieux mêmes où s’est construite sa légende entre 1778 et 1783.Napoléon manque d’être pris par un groupe de cosaques isolé, mais l’intervention d’un de ses aides de camp (le chef d’escadron Gaspard Gourgaud) puis de son escadron de service le sauve. A noter, la mort au combat du contre-amiral Baste, commandant d’une brigade de la Jeune Garde. Son nom est inscrit sur l’Arc de triomphe.

29 janvier 1842 : décès du général Pierre Cambronne. Il débute la carrière militaire en 1791, est fait colonel à Iéna puis est nommé général de brigade lors de la bataille de Hanau. A Waterloo, il commande le dernier carré de la vieille garde. Face à l’insistance du général Colville, son adversaire, la légende (créée par Victor Hugo après coup), veut qu’il ait répondu à l’Anglais par le désormais célèbre mot de Cambronne. « L’homme qui a gagné la bataille de Waterloo, c’est Cambronne. Foudroyer d’un tel mot le tonnerre qui vous tue, c’est vaincre ».

29 janvier 1856 : création de la Victoria cross (Londres). Médaille britannique accordée uniquement pour courage face à l’ennemi. Il n’y a eu que 1354 récipiendaires depuis sa création.

29 janvier 1867 : prise de Thy Ninh (Cambodge). Le capitaine Pasquet de la Broue enlève la forteresse cambodgienne avec 170 marsouins.

 29 janvier 1916 : bombardement de Paris par un Zeppelin. « Dans les années précédant la Grande Guerre, l’Allemagne a développé une flotte de dirigeables puissants et à long rayon d’action. Utilisés de nuit, en particulier sur l’Angleterre, ils ont des missions stratégiques de bombardements (usines, gares, carreaux de mines, etc.) mais ils participent aussi à une guerre totale et psychologique sur les populations civiles des grandes villes. Durant l’année 1916, le bombardement aérien n’a pas eu vraiment le rôle stratégique qui aurait pu influencer la guerre car le tonnage de bombes délivré n’était pas assez important, mais il est devenu une arme psychologique qui touche les populations civiles en arrière de la zone des combats. Ainsi un Zeppelin a bombardé Paris le 29 janvier 1916 faisant vingt-six morts et trente-deux blessés. La population est horrifiée ; des funérailles nationales sont organisées. Les Allemands sont considérés comme des « pirates des airs ». Bar-le-Duc a fait l’objet de plusieurs bombardements : celui du 1er juin 1916, jour de l’Ascension, à midi, a fait plus de soixante morts et des centaines de blessés. La ville est l’un des pivots arrières de la bataille de Verdun, mais les avions allemands ont délibérément visé la population. Si les Allemands étaient considérés comme des barbares, l’aviation française n’était pas en reste. Karlsruhe a été bombardé par les Français et les Britanniques dès 1915. Le bombardement du 22 juin 1916 est le plus important et il a été ordonné par le haut commandement français en représailles – c’est le mot alors employé – de celui de Bar-le-Duc. Il y a cent-cinquante morts et des centaines de blessés dans cette ville allemande. Cette attaque aérienne française s’inscrit dans une escalade de la terreur et annonce, par son aspect méthodique, les doctrines de l’italien Douhet et de l’Américain Mitchell ainsi que l’emploi de l’aviation durant la Seconde Guerre mondiale. L’avion, durant l’année 1916 pendant qu’artilleurs et fantassins se massacrent, participe aussi à la « brutalisation » de la société ». Gilles Aubagnac (Conservateur au musée de l’air et de l’espace).

29 janvier 1924 : vol expérimental d’un hélicoptère (Paris). Raoul Pateras Pescara couvre  800 mètres en 10 minutes à bord d’une machine expérimentale à voilure tournante double.

29 janvier 1928 : décès du maréchal Douglas Haig. « Chef du corps expéditionnaire britannique en France de 1915 à 1918, il marque entre autres ses contemporains par ses innovations stratégiques (première utilisation des chars de combat en 1916). Il reste aussi dans la mémoire collective comme le responsable du jour le plus sanglant de l’armée britannique. En effet,  le 1er juillet 1916, 58 000 soldats sont mis hors de combat dont 19 240 tués. Après la guerre, il se consacre aux anciens combattants et fonde les Haig Homes et le Haig Fonds afin de les aider ». CNE Jean-Baptiste P. (COMLE).

29 janvier 1972 : le Redoutable débute sa première patrouille opérationnelle . Le premier sous-marin nucléaire lanceur d’engins français est commandé par le capitaine de frégate Louzeau.

29 janvier 1991 : démission du ministre de la Défense, J-P Chevènement. Ne partageant pas les vues du président sur la participation de la France à l’opération Tempête du désert, Chevènement quitte le gouvernement.

29 janvier 1996 : le président Chirac annonce la fin des essais nucléaires français. La modélisation informatique d’une explosion nucléaire étant acquise, une explosion réelle n’est plus nécessaire. « La même année, le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (TICE ou CTBT pour Comprehensive Test Ban Treaty, en anglais) est ouvert à la signature. La France, 1er État doté de l’arme nucléaire à avoir signé le TICE en 1996, l’a ratifié en 1998. Le TICE n’est pas encore en vigueur car 8 États disposant de capacités nucléaires significatives, n’ont pas encore ratifié le Traité :Inde, RPDC et Pakistan, États-Unis, Israël, Iran, Chine et Égypte ». DGRIS/PROLIF.

29 janvier 2010 : premier vol du Sukhoi PAKFA.  Chasseur russe furtif et supersonique encore en phase de pré production.(Merci a CFA !)

Aujourd’hui (18h30) – Janvier 1915 – janvier 1916 : échec allié aux Dardanelles - Colonel Nicolas Tachon – Centre Mondial de la Paix, Verdun (à côté de la cathédrale)

du 1er février au 15 avril 2016La bataille de Verdun à travers les trésors de la bibliothèque du SHD par Jean-François Dubos et son équipe – salon jaune du Château de Vincennes

Jeudi 4 février 2016 – célébration du centenaire de la Voie Sacrée par l’arme du Train – Colloque La logistique au contact : intégrée, modulaire, dynamique – Ecole Militaire, amphi Foch – inscription auprès de jean-marc.dubost@intradef.gouv.fr




Mission Centenaire de la Grande Guerre

29082013

Mission Centenaire de la Grande Guerre dans ACTUALITE gg

 Courant avril, le général (2s) Elrick IRASTORZA, ancien CEMAT et président du du conseil d’administration du groupement d’intérêt public (GIP) « Mission du centenaire de la Grande Guerre 1914-2014″  a adressé à bon nombre d’associations une note d’information expliquant pourquoi il convenait de commémorer le centenaire de la Grande Guerre.

 Les réactions ont souligné la pertinence de cette démarche d’information, mis en évidence l’intérêt que les associations portent à cet évènement et leur implication personnelle ou collective dans la grande dynamique qui monte progressivement en puissance.

 

 

 » Compte tenu du travail effectué depuis des mois et des questions que beaucoup me posent régulièrement, il m’a semblé utile de revenir vers vous en vous adressant un point de situation sur les travaux de la Mission du Centenaire et le premier éditorial mis en ligne sur notre site internet « Centenaire.org » que je ne saurais trop vous conseiller d’aller consulter régulièrement ».

Général d’armée (2S) Elrick IRASTORZA

Président du conseil d’administration

du groupement d’intérêt public (GIP)

Éditorial de Juillet 2013 :  J – 365

Dans 365 jours, le 14 juillet 2014, en mettant à profit ce grand rendez-vous désormais traditionnel des Français avec leur histoire, nous entrerons vraiment en commémoration du Centenaire de la Grande Guerre.

Dans un an, notre fête nationale invitera au ravivage de leur mémoire tous ceux qui voudront se souvenir ensemble des évènements qui allaient conduire, quelques jours plus tard, à la mobilisation générale et précipiter le monde dans un cauchemar qui allait lui coûtera près de 10 millions de morts.

Parce qu’elle a chamboulé la carte du monde et entraîné des bouleversements sociétaux allant bien au-delà d’un conflit dévorant et de ses effroyables conséquences statistiques, la Première Guerre mondiale constitue, dans notre histoire, une rupture que le temps n’effacera pas.

Qui n’a pas le souvenir d’un grand père racontant avec ses mots à lui, sans haine ni forfanterie, dans une succession d’invraisemblables oxymores, la grouillante solitude, la bestiale humanité, la déchirante camaraderie et l’enthousiaste résignation des tranchées ?

Qui ne se souvient pas de ces douilles d’obus patiemment sculptées trônant fièrement sur la cheminée ?

Qui n’a pas ressenti d’émotion à la lecture de ces quelques lignes arrachées à l’oubli d’un fond de grenier, exprimant toujours, entre exaltation patriotique, vie routinière et abattement moral, l’amour porté à tous ceux que l’on redoutait, par-dessus tout, de laisser seuls.

La Grande Guerre est indiscutablement constitutive de notre mémoire collective !

En attestent ces centaines de milliers de visiteurs français et étrangers qui parcourent toujours, entre l’embouchure de l’Yser et le Sundgau, ces paysages et sites de mémoire encore mal cicatrisés de l’ancien front de l’Ouest, pour comprendre  comment des hommes ont pu en arriver là et supporter cela pendant plus de 4 ans et honorer, dans le silence des nécropoles de toutes nationalités, la mémoire de tous les soldats emportés par cette « effusion sanglante ».

Depuis la disparition des derniers poilus, il n’y a plus que les écrits, les images, la pierre et la terre pour témoigner de ce titanesque affrontement. L’intérêt qu’ils suscitent toujours, un siècle plus tard sera, pour notre pays, un puissant moteur de notoriété internationale et de développement économique bien au-delà des seuls territoires du champ de bataille.

Une grande dynamique mémorielle est en marche qui s’exprimera à l’occasion de cérémonies officielles mais aussi à travers plus d’un millier de projets émanant de tous les territoires de notre pays, outre-mer compris. L’état financera la totalité des premières et partiellement les seconds à                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            partir du fonds d’initiative de la Mission du Centenaire, sa contribution étant abondée par recours au mécénat, avec l’appui de la Fondation de France et l’implication personnelle de Jean-Claude Narcy, président du Comité des Mécènes* et bien sûr à la générosité de donateurs dont les lettres émouvantes attestent de la pertinence de notre démarche depuis plus d’un an.

Votre engagement résolu à nos côtés sera un encouragement précieux pour tous ceux qui, comme nous, sont convaincus que se souvenir c’est aussi préparer l’avenir.

 *Les dons, libellés à l’ordre de la Fondation de France – Fonds du Centenaire,  peuvent être adressés soit à la Mission du Centenaire, 109 boulevard Malesherbes, 75008 Paris soit à la Fondation de France, Fonds du Centenaire, 40 avenue Hoche, 75008 Paris.

 

 







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles