• Accueil
  • > Recherche : marechal jour

Chronique historique : 22 mai

23052018

22 mai 1689 : Jean Bart et Forbin faits prisonniers. (au large de Cherbourg). Les deux frégates, la Railleuse et les Jeux, commandées par les lieutenants de vaisseau Jean Bart et Forbin, sont attaquées par deux vaisseaux anglais. Blessés, les deux officiers sont faits prisonniers et enfermés à Plymouth. Ils s’échappent quelques jours plus tard en sciant les barreaux d’une fenêtre et traversent la Manche en chaloupe.

 22 mai 1809 : bataille d’Essling (Autriche). Lors de la campagne d’Autriche, Napoléon frise la défaite. L’Archiduc Charles ne profite pas de son avantage numérique alors que la rupture des ponts sur le Danube a coupé la Grande Armée en trois. Le Maréchal Lannes (mortellement blessé) et 3 généraux sont tués mais les autrichiens perdent 23 000 hommes en 2 jours. Cette journée est racontée de façon romancée par Patrick Rambaud dans son ouvrage passionnant, La bataille (prix Goncourt).

 22 mai 1939 : signature du pacte d’acier (Berlin). L’Allemagne nazie et l’Italie fasciste signent un accord militaire pour raffermir l’axe Rome-Berlin (novembre 1936).

 22 mai 1943 : création du bataillon de choc (Algérie). Le général Giraud décide la création d’une unité française dont la vocation est d’apporter une aide spécifiquement militaire aux organisations de résistance en France. Le commandant Gambiez prend la tête de cette unité, créée à Staouéli (Algérie) avec une trentaine de cadres venus de tous horizons. Leur première mission consistera à préparer la libération de la Corse.

 22 mai 1947 : mort du général Lelong (Corse). Le Gbr Pierre Lelong, GOLH, Cdt la subdivision d’Ajaccio, trouve la mort dans un accident de jeep. Sorti de Saint Cyr en 1913, il n’avait jamais cessé de s’exposer et de s’illustrer tout au long de sa carrière sur une vingtaine de théâtres d’opérations. Capable d’exploits peu ordinaires, c’est ainsi qu’en Sibérie en janvier 1919, il avait rejoint Omsk, à demi gelé sur une locomotive dont il avait obligé le mécanicien (le pistolet à la main) à le conduire, lui et le prisonnier qu’il escortait, sur des dizaines de km par un froid de loup. Jeune de corps et de caractère, original et non conformiste, il excellait dans le commandement de la troupe. Le GCA Borgnis Desbordes qui avait été son camarade de captivité dans le camp de représailles où les Allemands gardaient les évadés récidivistes au cours de la Grande Guerre, a dit de lui : « …D’aucuns ne comprirent pas que l’on pouvait être un chef, un chef de guerre lucide et obéi, sans être grave et sinistre. On alla même jusqu’à lui reprocher d’être trop brave… ». Ephéméride des TDM.

 22 mai 1992 : décision de créer le Corps Européen (La Rochelle). François Mitterrand et Helmut Kohl annoncent lors du sommet européen de La Rochelle leur volonté de créer une unité militaire européenne à l’image de la brigade franco-allemande (existant depuis octobre 1989). L’état-major du corps européen est implanté à Strasbourg. Ce corps a depuis été rejoint par les nations cadres belge, luxembourgeoise, espagnoles et les nations associées grecque, autrichienne, italienne, polonaise et turque.




Chronique historique : 11 mai

14052018

11 mai 1678 : naufrage des récifs d’Aves (actuel Venezuela). Après avoir repris aux Hollandais, l’ile de Gorée, Tobago et Cayenne durant la campagne de 1676-1677, le vice-amiral Jean d’Estrées décide d’attaquer Curaçao, île hollandaise. Refusant de prendre un pilote alors que ses adjoints l’exhortent à le faire, il s’échoue dans la nuit du 11 au 12 mai avec 17 navires (dont le vaisseau amiral le Terrible) sur les récifs des îles d’Aves. Cette catastrophe (500 morts) a effacé de la mémoire de la Royale ses premiers succès sans toutefois l’empêcher d’être promu maréchal de France en 1681.

11 mai 1689 : bataille de la baie de Bantry (Irlande). Victoire navale française sur les Anglais durant la guerre de la Ligue d’Augsbourg. Jacques II d’Angleterre, détrôné par Guillaume d’Orange, s’est réfugié en France où Louis XIV l’aide à retrouver son trône. Une armée navale de vingt-quatre vaisseaux commandée par le lieutenant général de Châteaurenault débarque ainsi 1500 hommes dans la baie de Bantry lorsqu’il est rejoint par une flotte anglaise (amiral Herbert). Châteaurenault réussit à la fois le débarquement des troupes et la sortie de la baie sous le feu anglais puis met en fuite l’escadre ennemie qui dénombre plus de trois cents tués ou blessés.

11 mai 1745 : bataille de Fontenoy (Belgique). Louis XV grâce au Maréchal de Saxe remporte une belle victoire sur la coalition anglo-hollandaise du duc de Cumberland. Une colonne ennemie parvient à percer la première ligne française mais est stoppée par l’utilisation à bout portant de 4 canons. Profitant de la désorganisation créée, les Français (mais aussi des Irlandais !) chargent la colonne disloquée. Cette célèbre bataille est décrite dans de nombreux ouvrages. A signaler le canon artisan de la victoire, du général Rouqueyrol, (Lavauzelle – coll. la pensée préservée) évoquant le rôle de l’artillerie dans les batailles (jusqu’à la Première guerre mondiale) et notamment cette fameuse contre-attaque à Fontenoy permise par quelques canons bien placés. Voir aussi le Poème de Fontenoy par Voltaire et les peintres Philipoteaux (la bataille de Fontenoy) ou Detaille (le salut avant la bataille de Fontenoy) illustrant la mythique et improbable formule « Messieurs les Anglais, tirez les premier ! »

11 mai 1857 : attaque du fort de Médine (actuel Mali). Le marabout El Hadj Omar, à la tête de 20 000 guerriers Toucouleurs, armés de fusils, attaque le fort de Médine défendu par le sergent Desplat et le chef du village, Paul Holle. Ces derniers ne disposent que d’une poignée de tirailleurs (équivalant d’une compagnie) pour protéger le poste et le village heureusement fortifiés. Le poste résiste pendant 97 jours aux assauts des Toucouleurs. Il est finalement sauvé par le général Faidherbe qui amène des renforts par bateau sur le fleuve Sénégal.

11 mai 1916 : mort du commandant de Rose, créateur de la Chasse. « Charles de Tricornot de Rose est né en 1876. Fils d’un officier de cavalerie, il entre à Saint-Cyr en 1895 et choisit les dragons. Condamné à trois ans de non-activité par un tribunal militaire lors de l’affaire des inventaires à la suite de la loi de séparation des églises et de l’Etat, il se passionne pour l’aviation naissante avant de réintégrer l’armée en 1910 au sein de la toute jeune aéronautique militaire. Titulaire du premier brevet d’aviateur militaire en 1911, il participe au développement de cette nouvelle composante des armées en particulier pour l’observation et le réglage d’artillerie tout en étant persuadé, très vite, que l’avion devra aussi participer par son armement aux combats. En août 1914, il commande l’aéronautique de la 5e armée de Franchet d’Esperey. En mars 1915, il crée la première escadrille, spécialisée dans la chasse, la MS 12. Toutefois, il n’y a pas encore une doctrine d’emploi. Après avoir pris le commandement du secteur de Verdun, le général Pétain lui demande, le 28 février 1916, de rassembler les meilleurs chasseurs avec la fameuse injonction :  » Je suis aveugle. Rose balayez moi le ciel« . Au bout de quinze jours, les avions du commandant de Rose ont réussi à reprendre la maîtrise du ciel afin que les avions d’observation puissent renseigner le commandement et régler les tirs d’artillerie. La chasse n’étant pas une fin en soi mais le moyen de permettre la réalisation des autres missions de l’aéronautique. Le commandant de Rose meurt dans un accident d’avion le 11 mai 1916 sans avoir vu la totalité de sa réussite.​ Un avion Bébé Nieuport du type de ceux utilisés lors de la bataille de Verdun est exposé au musée de l’Air et de l’Espace du Bourget ». (Gilles Aubagnac – musée de l’Air et de l’Espace

11 mai 1941 : dernier raid du Blitz sur Londres. La Chambre des Communes, à Londres est détruite tôt dans la nuit lors d’un raid massif responsable de 2 000 incendies et de 3 000 victimes. Quelques jours plus tard la Luftwaffe est envoyée à l’est pour préparer l’invasion de l’URSS ce qui met fin au Blitz. Entre septembre 1940 et mai 1941, ce dernier a fait 43 000 morts, 90 000 blessés graves, et 150 000 blessés légers, tous civils. La Luftwaffe a perdu 2 000 appareils et leurs équipages. L’Allemagne ne parvint cependant pas à briser le moral des Britanniques et n’arriva pas non plus à paralyser leur effort de guerre.

11 mai 1944 : attaque du mont Majo (Italie). Depuis le mois de janvier 1944, les alliés butent sur la ligne de défense Gustav dont le verrou est le mont Cassin tenu par des troupes d’élite allemandes. Les alliés engagent jusqu’à 300 000 hommes face aux 100 000 allemands retranchés dans les montagnes. Le général Juin persuade les alliés d’abandonner l’attaque frontale du mont Cassin pour le déborder par les hauteurs voisines là où les allemands jugent la pénétration impossible. Dans la soirée du 11 mai, Juin lance les goumiers et tirailleurs du général Guillaume (2ème division d’infanterie marocaine et 4ème division marocaine de montagne) à l’assaut du mont Majo. Ils transportent leur artillerie à dos de mulets sur des terrains impraticables pour des troupes non aguerries au combat en montagne et finissent par prendre le sommet le 13 mai. Le colonel allemand Böhmler, l’un des défenseurs de Cassino dans ses mémoires : « La grande surprise fut l’attitude au combat du Corps expéditionnaire français. C’est Juin qui, en s’emparant du mont Majo et en faisant irruption dans la vallée du Liri, a réduit en miettes la porte de Rome. »

11 mai 1960 : le Mossad enlève Adolph Eichmann (Buenos Aires). Responsable durant la Seconde Guerre Mondiale de la logistique de la solution finale, l’officier S.S Eichmann est fait prisonnier par les américains en 1945 alors qu’il tente de fuir sous une fausse identité. Le 5 février 1946, il s’évade et gagne l’Argentine après s’être caché en Allemagne, en Autriche et en Italie pendant 4 ans grâce à des complices. Le Mossad intervient secrètement en argentine, sur ordre du Premier ministre israélien Ben Gourion, et parvient à l’enlever et à l’exfiltrer vers Israël. Les Israéliens veulent un procès à l’image de celui de Nuremberg pour accomplir un travail de mémoire auprès de la jeune génération. Ce procès très médiatisé est suivi dans le monde entier. L’accusé reconnait les faits mais affirme n’avoir fait qu’obéir aux ordres reçus. Il est pendu et incinéré le 1er juin 1962. Ses cendres sont dispersées dans les eaux internationales de la Méditerranée.

11 mai 1988 : mort de Kim Philby (Moscou). Agent double britannique à la solde du KGB, Philby est un des plus célèbres traitres de la période de la Guerre Froide. Issu d’une famille prestigieuse, il est plus ou moins clairement protégé par le gouvernement britannique lorsque les soupçons des services secrets occidentaux se transforment en preuves. Ecarté du MI6, il s’exile à Beyrouth puis gagne l’URSS où il est accueilli en héros. Le scandale est grand au Royaume-Uni mais aussi en Occident.




Chronique historique :26 avril

26042018

26 avril 1890 : prise d’Ouossébougou (Soudan – actuel Mali). Le colonel Louis Archinard, polytechnicien et artilleur colonial, prend d’assaut la forteresse des Toucouleurs avec l’aide de la nation Bambara. L’attaque est très meurtrière. Les Toucouleurs font sauter le magasin à poudre lorsque leur situation est désespérée entrainant la destruction d’une grande partie de la forteresse.

26 avril 1917 : mort de René Doumer (Brimont – Marne). Le capitaine Doumer, fils du président de la République du même nom, meurt au combat à bord de son Spad VII. Il totalise alors 7 victoires aériennes et fait donc partie des As de la chasse française.

26 avril 1915 : traité secret de Londres. L’Italie accepte d’entrer en guerre au côté de l’Entente contre les empires centraux à condition que les alliés s’engagent à lui reconnaître l’attribution des terres irrédentes une fois la victoire acquise. L’accord ne sera pas respecté

26 avril 1933 : création de la Gestapo (Berlin). Goering crée la police secrète d’Etat.

26 avril 1937 : bombardement de Guernica (Espagne). « Profitant de la guerre civile espagnole, Hitler envoi la légion Condor combattre aux côtés de Franco afin d’aguerrir au combat ses 6500 hommes mais aussi afin de tester les armements que l’Allemagne produit. Un raid aérien germano-italien d’une trentaine d’appareils bombarde la ville de Guernica sans l’aval de Franco. Selon l’historien Pio Moa qui a consulté les archives des deux camps de l’époque, les trois vagues de bombardement échelonnées entre 16 h 30 et 18 h 30 ont incendié 20% de la ville et ce serait la passivité des pompiers de Bilbao (qui n’interviendront que le lendemain matin) qui explique la destruction de Guernica par le feu à 70 %. L’historien décompte un maximum de 120 morts. Guernica aurait été un objectif militaire de première importance puisque trois bataillons (7.000 hommes) des forces républicaines y stationnaient le jour de l’opération ». COL Pierre M-J.

26 avril 1941 : opération aéroportée allemande sur Corinthe (Grèce). La progression des troupes allemandes arrivant de Yougoslavie est stoppée par l’arrière-garde alliée à Thèbes. Ayant marqué un coup d’arrêt fructueux, les alliés se replient au cours de la nuit. Les Allemands effectuent alors deux tentatives pour entrer dans le Péloponnèse et interrompre l’évacuation maritime du corps expéditionnaire britannique. Une unité de parachutiste est larguée sur Corinthe pour prendre le pont du canal, mais les Britanniques le font sauter avant qu’elle ne puisse l’atteindre. En parallèle et à l’extrémité ouest du golfe de Corinthe, la division SS Adolf Hitler commence à franchir vers Patras.

26 avril 1945 : Pétain se constitue prisonnier (frontière franco-suisse). Hitler refusant à Pétain de se rendre en France pour se défendre lors de son procès annoncé, le fait évacuer du château de Sigmaringen que menace la 1ere armée française. Après concertation avec son escorte allemande, Pétain est conduit en Suisse d’où il prend contact avec le GPRF. De Gaulle ordonne au général Koenig d’aller chercher le maréchal Pétain pour l’arrêter. Il est incarcéré au fort de Montrouge jusqu’à son procès (juillet 1945).

26 avril 1945 : bataille de Berlin. « Début des attaques de l’armée du général Tchouikov sur les quartiers centraux de Berlin (à l’intérieur de l’anneau ferroviaire du train urbain ou S-Bahn, équivalent à Paris intra muros) : Schôneberg à l’ouest, Neuköln à l’est. Dans Neuköln, la division Nordland englobant des SS français, défend durant une journée l’arrondissement ». OCTAA Nicolas J.

26 avril 1986 : accident de Tchernobyl (Ukraine). Suite à une série d’erreurs humaines lors d’un essai technique, le réacteur n°4 de la centrale nucléaire V.I Lénine explose à 01h23 du matin, libérant un nuage radioactif classant l’événement au niveau 7 (accident majeur) sur l’échelle INES (qui en compte 7). Après la catastrophe, d’importants efforts internationaux sont mis en œuvre pour l’étude et l’évaluation du niveau de sûreté des réacteurs RBMK : elles ont conduit à l’identification de nombreux défauts dans la conception initiale des réacteurs. L’accident de la centrale de Fukushima (11 mars 2011) est aussi de niveau 7.




Chronique historique: 07 mars

8032018

7 mars 1759 : fin du siège de Madras(Inde).Les 8000 Français commandés par le comte Lally-Tollendal ne parviennent pas à prendre la ville de Madras fermement défendue par 4000 Anglais. Les Anglais bénéficient d’un ravitaillement maritime à la différence des Français. Cet échec est réputé entraîner celui de Fort Wandiwash (janvier 1760) et marquer la défaite française aux Indes. Tenu par Louis XV pour personnellement responsable, Lally-Tollendal est victime d’une campagne de dénigrement très violente qui aboutit à son embastillement et son exécution en place de Grève (1766), actuelle place de l’Hôtel-de-ville de Paris.

 7 mars 1814 : bataille de Craonne. Après le franchissement de l’Aisne à Berry-au-Bac, Napoléon cherche une bataille décisive contre les coalisés. Le choc se produit le sur le plateau de Craonne. Il charge Ney et Victor de faire plier les Russes sur les ailes, et conduit au centre une attaque frontale. L’échec des deux maréchaux l’oblige à engager les grognards de la Vieille Garde qui poussent les Russes à la retraite. Les vaincus rejoignent Blücher à Laon, laissant 7 000 hommes sur le terrain.C’est sur ce même terrain que Français et Allemands s’affronteront un siècle plus tard. (Offensive du Chemin des Dames)

7 mars 1908 : le maréchal des logis Ernest Psichari (1883-1914) est décoré de la médaille militaire. Petit-fils du célèbre historien Ernest Renan (Qu’est-ce qu’une Nation?), il obtient une Licence de Français mais pour « échapper au bourbier de son âme » finit par s’engager dans l’artillerie coloniale, cherchant ordre et action. La vie de soldat aux colonies (Congo) et l’expérience du désert (Mauritanie) sont pour lui une révélation. Il commence à écrire et rencontre un certain succès. Devenu officier, il est contre toute attente (puisque petit-fils de Renan), un modèle pour la droite conservatrice de l’époque qui voit en lui un double du père de Foucaud. Il meurt au combat le 22 aout 1914 à St Vincent Rossignol en Belgique.
Il a écrit: Terres de soleil et de sommeil (1908), L’Appel des armes (1913). A titre posthume, le voyage du centurion (1916),les voix qui crient dans le désert (1920).

7 mars 1936 : Hitler envahit la Rhénanie. En violation de tous les accords passés, l’Allemagne remilitarise la Rhénanie. Malgré leurs protestations, les puissances européennes n’agissent pas.

7 mars 1945 : les Américains franchissent le pont de Remagen. Les ponts sur le Rhin sont tous détruits sauf le pont Ludendorff à Remagen pour d’obscures raisons administratives. Découvrant cette aubaine, les Américains qui viennent de remporter la bataille des Ardennes, se ruent sur Remagen. En moins de 30 minutes, la section du lieutenant Timmerman prend le pont que le petit détachement allemand n’est pas parvenu à faire sauter à cause de l’explosif médiocre utilisé. Le général Eisenhower modifie ses plans d’invasion de l’Allemagne pour profiter du passage et fait franchir 8000 hommes immédiatement. Les Allemands tentent dans les jours qui suivent de détruire l’ouvrage avec des bimoteurs à réaction Arado 234, en trois tentatives de bombardement mais sans l’atteindre, avec les nageurs de combat de Skorzeny puis des attaques de V2. Le pont s’effondre 10 jours plus tard.

7 mars 1966 : retrait de la France de la structure militaire intégrée de l’OTAN. Le retour dans le commandement militaire intégré de l’OTAN a été annoncé le 11 mars 2009 par le Président de la République, à l’Ecole Militaire et entériné par le sommet de l’OTAN de Strasbourg un mois plus tard.

7 mars 1996 : le Triomphant rallie l’Ile Longue (Presqu’ile de Crozon). Le premier SNLE français de nouvelle génération quitte Cherbourg et son atelier de construction pour sa base opérationnelle.




Chronique historique: 06 mars

6032018

6 mars 1204 : Philippe Auguste prend Château-Gaillard (Eure). Le roi de France, Philippe Auguste, profite de la faiblesse du roi d’Angleterre, Jean sans Terre, pour conquérir une à une les forteresses de Normandie. Château-Gaillard, dont Richard Cœur de Lion était si fier, tombe assez rapidement, non pas à cause du blocus mais plutôt du fait des défauts de conception de la place. Le manque de réactivité de Jean pour envoyer des secours aux places fortes normandes, n’incite pas ces dernières à lutter. En deux ans, Philippe Auguste conquiert la Normandie.
6 mars 1429 : Jeanne d’Arc arrive à Chinon. Partie début février de son village natal lorrain, elle a chevauché par étapes, le plus souvent à la faveur de la nuit, pour ne pas éveiller le soupçon des Anglais, maîtres de tout le nord du royaume. Jeanne quitte au petit matin le village de Sainte-Catherine-de-Fierbois, près de Tours, pour se rendre à Chinon. Elle arrive vers midi, sous les hautes murailles de la forteresse royale qui dominent la Vienne. Elle patiente deux jours encore avant d’être reçue par son « gentil dauphin » le futur Charles VII. Une épopée spectaculaire commence : une bergère conduit un roi déshérité au trône de France et bat les Anglais dont la suprématie est écrasante depuis Azincourt.
6 mars 1619 : naissance de Cyrano de Bergerac
(Paris). Hercule Savinien Cyrano n’est pas gascon même s’il a servi dans la compagnie « Royal Gascogne » du régiment des gardes du roi. Fine lame, extravagant, poète, écrivain anticonformiste et effectivement… doté d’un long nez dont il est fier, il meurt à 36 ans après une vie de guerres (guerre de 30 ans), duels et scandales littéraires. Il a inspiré Edmond Rostand pour sa très célèbre pièce de théâtre Cyrano de Bergerac (1897). Le génie d’E. Rostand et le succès de sa pièce ont magnifié le vrai Cyrano qui tout en s’essayant aux lettres (non sans originalité et sens de la polémique) maniait mieux l’épée que la plume.
6 mars 1836 : prise de Fort Alamo
(Etats-Unis – Texas). Les Etats-Unis cherchent à coloniser le Texas appartenant au tout jeune Mexique (1821). Les Anglo-Américains qui s’y installent finissent par fomenter une révolution indépendantiste qui débouche sur une guerre dont le siège de Fort Alamo devient le symbole. La garnison du fort (189 hommes) est massacrée par l’armée mexicaine (de 1 500 à 6 000 hommes selon les sources) du général Santa Anna. L’événement soude les rebelles texans qui parviennent à obtenir leur indépendance. Davy Crockett, meurt durant le siège de Fort Alamo.
6 mars 1916 : début du siège de Fort Charlet ou Djanet
(Algérie). Une colonne de 500 combattants de la confrérie sénoussiste, partie de Ghat (Libye – Fezzan), franchit la frontière et attaque le fort Charlet où le maréchal des logis Lapierre résiste avec 50 hommes jusqu’au 24 mars. Les forces sénoussistes, composées principalement de déserteurs italiens et français aguerris au combat, sont par ailleurs équipées de 2 canons de 65 mm italiens. Fait prisonnier, Lapierre sera bien traité par Abd al Salam mais libéré seulement en avril 1919. La colonne du LCL Meynier reprend le fort en mai mais doit progressivement évacuer le massif des Ajjers en proie à une rébellion qui se nourrit de chacun des replis français.
6 mars 1946 : les troupes françaises débarquent à Haiphong
(Vietnam). Alors que le général Leclerc vient de signer un accord avec Ho Chi Minh dans lequel la France reconnait le Vietnam comme un Etat libre au sein de la fédération indochinoise et de l’Union Française, le corps expéditionnaire français est accueilli par des tirs chinois lors de son débarquement. Les batteries terrestres chinoises sont réduites au silence par les tirs du contre-torpilleur Triomphant. C’est le lieutenant de Vaisseau Bernard Favin Lévêque qui rend rapidement opérationnelle l’artillerie du bâtiment (endommagée par les premiers tirs chinois) après s’est porté volontaire à la mort de l’officier de tir, le LV Cruchet, tué à son poste de combat. Le Triomphant était commandé par le futur Amiral Jubelin, grande figure de la Marine de la France Libre, auteur de Marin de métier, pilote de fortune.




Chronique historique : 01 mars 2018

1032018

Sondage Chronique culturelle

Pour nous aider à améliorer la Chronique culturelle sur FaceBook, merci de bien vouloir répondre (si vous consultez la Chronique sur FB)  à quelques questions (en 5 minutes maximum) en cliquant ICI

Lien actif jusqu’au 05 mars 2018.

1er mars 1808 : création des dignités d’Empire. Par décret impérial, Napoléon crée (sans l’écrire spécifiquement dans le texte de 1808) la noblesse d’Empire après avoir réalisé qu’il ne pourrait durer qu’en s’attachant les meilleurs. Ce qui passe, à l’époque, pour un retour à l’ancien régime, est en fait dans l’esprit de l’Empereur plus un système de récompenses que la restauration pure et simple de ce que la Révolution conçoit comme des inégalités. Il s’agit aussi d’une certaine manière d’amalgamer les nouvelles élites issues de la Révolution à l’ancienne noblesse, haïe mais aussi admirée. La Restauration ne remettra pas en cause cette création :« la noblesse ancienne reprend ses titres ; la nouvelle conserve les siens ».Charte de 1814.

1er mars 1815 : le premier des cent jours. Après s’être échappé de l’ile d’Elbe, Napoléon débarque à Golfe Juan. Il rallie à lui la plupart des troupes venues l’arrêter dont celle du maréchal Ney. Il arrive aux Tuileries, à Paris, le 20 mars.

1er mars 1896 : défaite italienne à Adoua (Ethiopie). Les Italiens participent comme les grandes puissances européennes de l’époque, à la course aux conquêtes coloniales, mais subissent un revers très important près de la localité d’Adoua. Les 18 000 hommes qu’engagent imprudemment les Italiens sont battus par un prince éthiopien, le Ras Makkonen à l’appel de l’empereur, le négus Ménélik II. Bien armés et dotés d’une artillerie anglaise, les Ethiopiens écrasent l’armée italienne qui perd 6000 tués et 3000 prisonniers. Cette victoire fait suite à d’autres moins importantes mais déjà victorieuses pour les Ethiopiens. Par ailleurs, Ras Makonnen avait déjà participé à l’extension vers l’est du royaume du Negus avant cette guerre. Il est aussi le père du Ras Tafari, futur négus Haïle (Selassie).

1er mars 1916 : bombardements de Vaux et Damloup (Verdun). « A Verdun, pause dans les attaques de l’infanterie allemande, mais début d’un très violent bombardement de toutes les positions françaises». LCL Rémy Porte (EMAT). Pour un suivi au jour le jour de la bataille de Verdun, voir les ouvrages mentionnés ci-dessous.

1er mars 1925 : création des SS. Hitler demande à son chauffeur de créer une équipe de protection dévouée corps et âme. En quelques mois, les Schutzstaffel (SS) se structurent en tant que sous groupement des SA (Sturm Abteilung). Le rapport de force changera lors de la nuit des longs couteaux (29 juin 1934) : les chefs SA seront alors méthodiquement éliminés par les SS.

1er mars 1948 mort au combat du lieutenant-colonel Brunet de Sairigné (Lagnia Biên Hoa – Indochine). « Saint-cyrien de la promotion « du roi Albert 1er », il est affecté au 29è bataillon de chasseurs puis rejoint en 1939 la Légion. Il connait son baptême du feu à Bjerkvik avec la 13è DBLE et combat dans ses rangs durant presque toute la deuxième guerre mondiale. A l’été 1946, il rejoint l’Indochine et prend le commandement de la Phalange Magnifique : c’est alors le plus jeune chef de corps de l’armée française (32 ans) . Il est tué dans l’embuscade de son convoi en route vers Dalat. La 154è promotion de l’ESM (1967-1969) porte son nom ».  CNE Jean-Baptiste P.

1er mars 1954 : explosion de Castle Bravo (atoll de Bikini – Iles Marshall). Lors de l’opération Castle, les Etats-Unis testent une bombe H (à fusion) de 15 mégatonnes en surface de l’atoll. Même si elle était plus de 1000 fois plus puissante que les explosions d’Hiroshima et Nagasaki, elle reste très largement inférieure à l’essai soviétique de la Tsar Bomba (50 mégatonnes le 30 octobre 1961).

1er mars 1974 : création officielle du GIGN (Maison-Alfort). Le 11 octobre 1973, une unité spécialisée, dénommée GIGN, est créée à l’escadron parachutiste de Mont-de-Marsan. Le 1er décembre, est créée une équipe commando régionale d’intervention (ECRI) sous les ordres du lieutenant Prouteau. En 1976, les deux unités vont fusionner.

1 er mars 1999 : entrée en vigueur du traité d’Ottawa. Ouvert à la signature des Etats le 3 décembre 1997, le traité interdisant la production, la vente, le transport et l’utilisation de mines antipersonnel prend effet dans les pays signataires de ce traité que lady Diana Spencer a fortement contribué à promouvoir. Aujourd’hui plus de 150 Etats l’appliquent dont la France. L’Ecole du génie (Angers) est le pôle d’expertise pour la lutte contre les mines antipersonnel et la pollution du champ de bataille.




Chronique historique:27 février

27022018

Sondage Chronique culturelle

Pour nous aider à améliorer la Chronique culturelle sur FaceBook, merci de bien vouloir répondre (si vous consultez la Chronique sur FB)  à quelques questions (en 5 minutes maximum) en cliquant ICI.

Lien actif jusqu’au 05 mars 2018.

27 février 1814 : bataille d’Orthez.  Wellington et ses troupes anglo-portugaises battent celles du maréchal Soult qui évacuent l’Espagne au terme d’une campagne sanglante et sans gloire.

27 février 1881 : bataille de Majuba Hill (Afrique du Sud). Les britanniques occupent une colline qui domine les forces Boers, mais sont pourtant mis en déroute par les commandos Roos, Malan et Fereira parce qu’ils ont négligé de creuser des tranchées pour se protéger et n’ont mis aucune pièce lourde en batterie.

27 février 1897 : le général Gallieni destitue la reine de Madagascar. L’ile devient colonie française.

27 février 1942: bataille de la mer de Java. Voulant empêcher les Japonais de débarquer à Java, les alliés tentent d’intercepter la flotte de l’amiral Takagi mais sont surclassés et perdent une grande partie de leurs unités.

27 février 1962 : arrestation d’Albert Spaggiari dans une imprimerie de l’OAS (Villefranche sur mer). Si Spaggiari a laissé dans l’imaginaire public, le souvenir d’un voleur inoffensif grâce au fameux casse du siècle à Nice (1976), la lecture de ses mémoires de parachutiste en Indochine (Faut pas rire avec les barbares) permettra de rectifier le tir. La guerre n’est pas belle, certes, mais celle que raconte Bert l’est encore moins. Son livre est écrit avec talent mais aussi au vitriol.  Engagé à 17 ans parce que fasciné par l’action, il découvre la guerre et l’Indochine et démontre assez rapidement qu’il y a en lui plus du braqueur que du soldat, malgré deux citations. Il est condamné pour le braquage d’un bordel indochinois (1953) et purge sa peine aux Baumettes jusqu’en 1957. Toujours attiré par l’action hors légalité, il intègre l’OAS, se fait prendre et purge une nouvelle peine encore à Marseille. Il entre dans la légende avec le casse de la Société Générale puis son évasion spectaculaire du palais de justice de Nice. Pendant les 12 ans que dure sa cavale, il défie les polices en envoyant à la presse des photos et interviews. Jamais plus interpellé, il meurt à 56 ans en Italie.

 

 




Chronique historique:21 février

26022018

21 février 1760 : débarquement en Irlande (Carrickfergus). Le français Thurot, à bord de la frégate-corsaire Maréchal de Belle-Isle et avec une petite force navale débarque 600 hommes devant le lac de Belfast pour faire diversion dans le cadre du vaste projet d’invasion planifié par le maréchal de Belle- Isle. Il s’empare de Carrickfergus et de son château mais faute de moyens renonce à l’opération et tente un retour en France. Il meurt au combat le 28 février au large de l’ile de Man. La force d’invasion française a été défaite quelques mois (novembre 1759) plus tôt par la Royal Navy lors de la bataille de la baie de Quiberon.

21 février 1848 : publication du Manifeste du parti communiste (Londres). Publié anonymement dans un premier temps, Marx et Engels ne revendiqueront la paternité de l’ouvrage qu’en 1872. Considérant que l’Histoire n’est que l’histoire de la lutte des classes et qu’elle ne s’explique bien que sous l’angle économique, les auteurs pronostiquent l’avènement prochain du communisme considérant que le capitalisme provoque inconsciemment sa propre fin. Une union des prolétaires de tous pays accélèrerait cette fin. L’ouvrage a inspiré presque tous les mouvements révolutionnaires du XXe siècle.

 21 février 1916 : début de la bataille de Verdun. A  7 heures 15, 1200 canons allemands  tirent simultanément sur 80 km de front. La préparation d’artillerie dure 9 heures. Elle s’abat sur le point central de l’attaque  allemande : le bois des Caures, tenu par les chasseurs du LCL Driant (dont le secteur de 1 km carré reçoit environ 80 000 obus). L’infanterie allemande passe à l’attaque à 16h45. Ainsi commence une bataille de 300 jours de combats,  qui se soldera par plus de 300 000 morts et disparus de part et d’autre. Le front n’oscillera jamais de plus d’une dizaine de kilomètres de large.

21 février 1966 : de Gaulle annonce le retrait de la France du commandement intégré de l’OTAN. Lors de la première conférence de presse depuis sa réélection, de Gaulle annonce que la situation internationale a changé depuis la naissance de l’OTAN et que la sécurité ne peut plus s’exercer de la même manière.  Il précise quelques jours plus tard (7 mars) les conditions du retrait français. Depuis le 19 mars 2009, la France a réintégré le commandement militaire intégré.

21 février 1992 : création de la FORPRONU. Par la résolution 743, le Conseil de sécurité de l’ONU créé la force de protection des nations unies pour la Croatie puis la Bosnie. La FORPRONU reste active jusqu’en mars 1995. Jusqu’à 40 000 casques bleus servent en ex-Yougoslavie au plus fort de la mission. La résolution n° 1026 de 1995 proroge et met fin à cette mission le 31 janvier 1996.

21 février 1994 : arrestation d’Aldrich Ames (Washington). Cadre de la CIA, en charge du contre-espionnage pour le département « bloc soviétique », Ames est arrêté au petit matin par le FBI alors qu’il quitte son domicile pour rejoindre la centrale de Langley. Accusé de trahison, Ames a avoué avoir été un agent de l’ex KGB pendant près de 10 ans.







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles