• Accueil
  • > Recherche : marechal jour

Chronique historique : 30 novembre

3122018

30 novembre 1700 : bataille de Narva (Estonie actuelle). Les Suédois, bien qu’en infériorité numérique, écrasent les Russes en profitant d’une tempête de neige soufflant par chance dans l’axe de leur attaque.

 30 novembre 1750 : mort du maréchal de Saxe (Chambord). Le chef de guerre le plus habile de Louis XV.

 30 novembre 1789 : la Corse devient officiellement française par décret de l’Assemblée nationale. Deux mois plus tard, le 15 janvier 1790, la Corse devient un département avec Bastia comme chef-lieu et siège de l’unique évêché. L’île de Beauté avait été rachetée par Louis XV aux Génois en 1768.

 30 novembre 1807 : la Grande Armée entre dans Lisbonne.

 30 novembre 1808 : combat de Somosierra (Espagne). En route vers Madrid pour effacer l’affront de la capitulation de Baylen, l’armée française est arrêtée dans le défilé de Somosierra par le tir de quatre batteries de canons que défendent quelques 8 000 hommes. Après plusieurs tentatives de débordement infructueuses, Napoléon envoie les 150 chevau-légers Polonais qui constituent ce jour-là son escadron de service. Pour leur baptême du feu, les lanciers forcent le passage jusqu’au col, bientôt soutenus par un deuxième escadron de lanciers et les chasseurs à cheval de la Garde, au prix de 57 des leurs. La route de Madrid est ouverte. En 1936, durant la guerre civile espagnole, une autre bataille aura lieu au même endroit : Somosierra est un des rares passages dans le massif de Guadarrama (culminant à 2430 mètres) qui barre dans son centre l’Espagne, juste au Nord de Madrid. C’est une des principales défenses naturelles de la capitale.

 30 novembre 1840 : la Belle poule accoste à Cherbourg. Le Prince de Joinville, fils du roi Louis-Philippe, est de retour de l’île de Sainte Hélène où il est parti chercher les restes de l’empereur.

 30 novembre 1853 : bataille de Sinope (actuelle Turquie – côte de Mer Noire). Bataille navale russo-turque qui déclenche la guerre de Crimée et voit la victoire de la flotte russe venue bombarder les Ottomans à l’intérieur du port de Sinope. C’est l’une des dernières batailles navales de la marine à voile. Seuls quelques unités étaient à vapeur notamment dans la flotte russe du Tsar Nicolas 1er. En revanche, la marine russe a utilisé des obus explosifs qui ont ravagé la flotte ottomane alors que cette dernière ne disposait que de boulets traditionnels. La France, l’Angleterre et le Piemont vont déclarer la guerre au Tsar pour contrer ses ambitions méridionales.

 30 novembre 1870 : combat du plateau de Villiers. Le général Trochu afin de rompre l’encerclement de Paris par les Prussiens et de redonner courage aux Parisiens ordonne une sortie en direction de Champigny et Villiers. Le général Ducrot sort avec 80 000 hommes, franchit la Marne mais ne parvient pas à percer les lignes de la division du Wurtemberg solidement installée en défensive sur les hauteurs.

 30 novembre 1939 : l’armée rouge attaque la Finlande. Des tirs d’artillerie sur le village de Mainila tuent 4 soldats soviétiques le 26 novembre. Moscou accuse immédiatement la Finlande et réclame un retrait de ses troupes de l’isthme de Carélie (à portée de canon de Leningrad). La Finlande propose le lendemain un retrait mutuel des troupes, mais l’URSS maintient ses accusations et dénonce unilatéralement le traité de non-agression russo-finnois de 1932. Le 30 novembre, 400 000 soviétiques envahissent la Finlande ; la guerre d’hiver débute. L’armée rouge va essuyer de nombreux revers face à la valeureuse petite armée finlandaise (250 000 hommes), bien préparée. La loi du nombre l’emportant, la Finlande finit par être vaincue, le 12 mars 1940.

 30 novembre 1972 : proposition française d’une Europe spatiale (Paris). En conseil interministériel sur l’espace, la proposition du CNES d’associer des partenaires européens au projet de lanceur de satellites (L3S) est acceptée par le président Pompidou. Un mois plus tard, à Bruxelles, la proposition est officiellement faite aux pays européens.




Chronique historique : 28 novembre

28112018

28 novembre 1443 : Skanderbeg se rebelle (Kruje – Albanie). Georges Kastrioti dit Skanderbeg (Prince Alexandre), après 20 ans de service dans les armées ottomanes où il est devenu Pacha (général) à force de batailles victorieuses, se rebelle contre Mourad II et fonde l’Albanie, le pays des aigles. Ayant rejeté l’Islam qu’il a dû embrasser à 18 ans en tant qu’otage des Ottomans, il défend la chrétienté dans les Balkans et résiste victorieusement à tous les assauts ottomans jusqu’à sa mort (1468). L’Albanie ne retournera dans le giron ottoman qu’en 1480. L’exploit de Skanderbeg est assez peu connu : avec une armée réduite, il a tenu en échec l’armée du vainqueur de Constantinople. Le 28 novembre est la fête nationale albanaise en référence à 1443 et 1912 (proclamation de l’indépendance albanaise).

28 novembre 1812 : les Russes tentent de détruire la Grande Armée à la Bérézina. L’Empereur a franchi la Bérézina avec une partie de la Grande Armée, le 26. Le maréchal Ney défend la rive droite (rive arrivée) pendant que Victor contient les Russes sur la rive gauche (rive départ) où beaucoup de retardataires n’ont toujours pas franchi. Pour la référence historique sur le franchissement de la Bérézina, lire entre autres :  Percin (col), Azibert (cdt), Desmazes (cdt), Tribié (cdt), Historique du 2e régiment du génie. Paris : Lavauzelle, 1893.

 28 novembre 1870 : bataille de Beaune la Rolande (Loiret). Défaite française.

28 novembre 1942 : arrivée en URSS du futur « Normandie-Niemen » (Bakou). Trois Lisunov 2 soviétiques se posent à Bakou en provenance de Téhéran avec à leur bord les premiers volontaires français du groupe d’aviation de chasse. Originaires du 340ème Squadron « Ile de France » (Angleterre) et du groupe « Alsace » (Moyen-Orient), les 62 premiers volontaires débutent une extraordinaire épopée.

28 novembre 1944 : bataille de la Hardt (Alsace). Le 1er régiment de tirailleurs marocains s’illustre particulièrement dans les combats très durs qui se déroulent dans la forêt frontalière avec l’Allemagne. La 1ère armée du général de Lattre vient de libérer Belfort et Mulhouse. Mais pour franchir le Rhin, il lui faut traverser la forêt de la Hardt que tient la 19ème armée allemande ainsi que toute la région de Colmar. Afin de protéger le pont de Chalampé, un des seuls points de passage vers l’Allemagne, le général allemand Wiese engage toutes ses forces et contre-attaque, bloquant les français qui perdent 162 tués. Ce sont les prémices sanglants de la fameuse poche de Colmar où les Allemands résisteront jusqu’à la mi-février 1945. L’hiver est cette année-là particulièrement rigoureux : Impossible de creuser le sol gelé pour réaliser des protections individuelles ce qui laisse à découvert le RTM lors de la contre-attaque allemande.

 28 novembre 1947 : crash de l’avion du général Leclerc (Colomb-Béchar – Algérie). Figure de la France libre, le général d’armée Leclerc meurt à 45 ans après une carrière exemplaire et fulgurante. Saint-Cyrien, cavalier, blessé au combat, il s’évade à deux reprises durant la campagne de France en 1940. Ayant rejoint de Gaulle, celui-ci lui donne mission de rallier l’AEF. Il est l’homme du serment de Koufra et le libérateur de Paris, le chef de la colonne Leclerc devenue 2ème DB.




Chronique historique : 26 novembre

26112018

26 novembre 1741 : prise de Prague.

Dans le cadre de la guerre de succession d’Autriche, le futur maréchal de Saxe est envoyé par Louis XV en renfort auprès de l’Electeur de Bavière. Maurice de Saxe assiège Prague lorsqu’il apprend qu’une armée autrichienne arrive sur ses arrières. Risquant d’être pris en tenaille, il ordonne tout simplement la prise immédiate de Prague sous peine d’être écrasé. A la nuit tombée, un « commando » escalade les remparts profitant d’une attaque de diversion de l’Electeur de Bavière. Le lieutenant-colonel Chevert et le sergent Jacob Pascal avec quelques grenadiers neutralisent les sentinelles et abattent le pont-levis par lequel s’engouffre la cavalerie de Maurice de Saxe. Prague restera française jusqu’en janvier 1743, date à laquelle la garnison restante se rendra aux Prussiens avec les honneurs. Le dialogue entre Chevert et Jacob au moment de la préparation du coup de main est savoureux :

-       Tu veux monter le premier camarade ?

-       Oui, mon colonel.

-       Quand tu seras sur le mur, la sentinelle va crier « Wer da ? »

-       Oui, mon colonel.

-       Elle tirera sur toi.

-       Oui, mon colonel.

-       Elle te manquera.

-       Oui, mon colonel.

-       Tu la tueras.

-       Oui, mon colonel.

Et tout s’est déroulé comme annoncé.

 26 novembre 1812 : début de la bataille de la Bérézina (Biélorussie).

Feintant les Russes qui l’attendent à Borissov, Napoléon ordonne au général Eblé de construire à Studienka deux ponts sur la Bérézina pour faire franchir son armée poursuivie par Koutouzov et Witgenstein. Commencés dans la nuit du 25 au 26 novembre, les ponts sont achevés à midi et permettent le franchissement immédiatement. Cet exploit technique repose directement sur le sacrifice des 400 pontonniers d’Eblé qui, à l’imitation de leur chef, travaillent dans l’eau glacée. Eblé meurt lui aussi 15 jours plus tard des suites de ce bain hivernal prolongé.

Le terme Bérézina a curieusement glissé dans le registre sémantique de la catastrophe alors que précisément, la bataille de la Bérézina est une réussite tactique de portée stratégique : la Grande armée aurait dû périr noyée dans les glaces ou écrasée par Koutouzov. (Suite le 27 et le 28 novembre).

 26 novembre 1849 : assaut final contre l’oasis de Zaatcha (Algérie). 

Parce qu’ils jalousent l’aisance économique inhabituelle des sédentaires acquise avec l’arrivée des bureaux arabes, les nomades organisent une rébellion en profitant des rumeurs venues de métropole après la révolution de 1848. Bou Zian, chef militaire et religieux dirige avec talent la rébellion de la région des Zibans. L’épisode est particulièrement sanglant. Chaque camp combat avec un acharnement que les exactions et provocations des deux bords expliquent sans les excuser. Sous les ordres du général Herbillon, quelques grands noms de l’armée d’Afrique font leur apparition ; Bourbaki, Canrobert, de Lourmel, de Barral,… L’oasis fortifiée et entourée d’un fossé inondé est finalement prise d’assaut (26 novembre) après deux mois de siège et de combats « urbains » particulièrement meurtriers.

 26 novembre 1851 : bombardement de Rabat et Salé (Maroc).

La cargaison d’un navire français ayant été pillée par la population de Salé, la République française envoie une escadre commandée par le contre-amiral Dubourdieu pour demander réparation. Devant le refus des Pachas, la flotte bombarde et détruit les forts des deux villes. Ce bombardement est l’épilogue de plusieurs siècles d’affrontements car les pirates de ce port s’attaquaient à tout navire de Méditerranée ou d’Atlantique. Salé est historiquement la ville pirate par excellence.

 26 novembre 1916 : naufrage du cuirassé Suffren (Golfe de Gascogne).

Rentrant de la campagne des Dardanelles après une escale au Pirée (Grèce) où il a embarqué une centaine de permissionnaires, le Suffren est coulé au petit matin par le sous-marin allemand U.52. Les autorités françaises ont longtemps cru que le Suffren fragilisé par des avaries subies durant les Dardanelles, avait coulé lors d’une tempête d’autant que le capitaine du U.52 pensant avoir envoyé par le fond un bâtiment anglais ne l’a jamais revendiqué. Aucun survivant. 628 hommes d’équipage et 22 officiers dont son commandant le CV Guépin.

 26 novembre 1939 : incident de Mainila (Finlande).

Des tirs d’artillerie sur le village de Mainila tuent 4 soldats soviétiques. Le gouvernement soviétique accuse immédiatement la Finlande et réclame un retrait immédiat des troupes finlandaises de l’isthme de Carélie, près (à portée de canon) de Leningrad, présentant la présence des troupes finlandaises dans la région comme un « acte hostile ». La Finlande répond le lendemain en proposant un retrait mutuel des troupes, mais l’URSS maintient ses accusations et dénonce unilatéralement le traité de non-agression russo-finnois de 1932. Une enquête –finlandaise- démontrera que l’artillerie soviétique est responsable des tirs du 26 novembre.  Le 30 novembre, Les forces soviétiques envahissent la Finlande ; la guerre d’hiver débute. La puissante armée soviétique, disposant de moyens humains et matériels nombreux, va essuyer de nombreux revers face à la valeureuse petite armée finlandaise, bien préparée.

 26 novembre 1965 : lancement d’Astérix (Hammaguir – Algérie).

La France devient la 3ème puissance spatiale avec la réussite du lancement d’une fusée Diamant-A qui met sur orbite le satellite Astérix.




Chronique historique : 24 novembre

26112018

24 novembre 885 : début du siège de Paris par les Vikings.

Très actifs durant le IXè siècle, les Vikings ont pris l’habitude de remonter les fleuves du Nord de la France pour piller et rançonner les villes. 700 bateaux embarquant environ 30 000 guerriers danois et norvégiens se présentent devant Paris. Le siège débute réellement le lendemain, avec le refus de l’évêque Gozlin de laisser passer la flotte du chef Viking Siegfried. Jusqu’en mai 887, Paris est assiégé et ses environs ravagées. Siegfried lève le siège suite au paiement d’un tribut de 700 livres d’argent par l’empereur Charles le Gros.

 24 novembre 1642 : naissance d’Anne Hilarion de Tourville.

« Admis dans l’Ordre de Malte, il remporte ses premières victoires contre les barbaresques avant de rejoindre la marine royale comme capitaine de vaisseau à 24 ans. Commandant de navire (1668), puis chef d’escadre (1679) et vice-amiral (1689), il s’illustre à Reggio, Sousse, Solebay, Agosta, Palerme, Béveziers, durant la Campagne du large, à Barfleur, Lagos… Marin complet, fin tacticien, attentif à la formation des équipages et à la modernisation de la construction navale et de l’artillerie, il est fait maréchal de France en 1693. Le troisième sous-marin de type Suffren est le neuvième bâtiment de la Marine à porter son nom ». CESM.

 24 novembre 1793 : le calendrier républicain remplace le grégorien (Convention – Paris).

Il ne sera utilisé que jusqu’en 1806 année de son abolition par Napoléon Ier. Aujourd’hui serait le 4 (Quartidi) frimaire 225.

 24 novembre 1867 : le fil de fer barbelé est breveté.

 24 novembre 1929 : mort du Tigre (Paris). Georges Clemenceau décède à 88 ans.

 24 novembre 1938 : Beria nommé à la tête du NKVD. Ancêtre du KGB.

 24 novembre 1964 : reprise de Stanleyville (actuelle Kisangani – RDC).

Un régiment parachutiste belge est largué sur Stanleyville pour libérer des otages retenus par des rebelles au pouvoir. Avec l’aide de mercenaires occidentaux, il met fin à la rébellion. 24 otages, 2 militaires belges sont tués.

 24 novembre 1965 : Mobutu prend le pouvoir (actuelle RDC).

Il va rester 32 ans à la tête du Zaïre.

 24 novembre 1970 : harakiri de Mishima (Tokyo).

Kimitake Hiraoka, plus connu sous son nom d’écrivain, Yukio Mishima, se suicide en se faisant Seppuku après avoir tenté un simulacre de prise de pouvoir au ministère de la Défense japonais. Son discours devant le chef d’état-major séquestré et les troupes présentes ne convaincant pas, il se suicide selon le rituel traditionnel. N’ayant aucun passé militaire, son geste a souvent été interprété comme une tentative de rachat pour sa réforme durant la Seconde guerre mondiale ou encore comme une ultime mise en scène sans aucun autre but que la mort esthétisée et ritualisée.

 24 novembre 1977 : premier vol du Super Etendard de série (Mérignac).

Premier avion français équipé d’un système inertiel de navigation et d’attaque. Il a été retiré du service actif en juillet 2016, après presque 40 ans de bons et loyaux services. L’avion est connu pour avoir formé un couple redoutable avec le missile AM-39 « Exocet », conçu pour la lutte antinavire. Il assurait également des missions d’appui-feu au profit des troupes à terre et des missions de reconnaissance.

 24 novembre 1985 : assaut meurtrier d’un jet détourné (Malte).

Des commandos égyptiens dépêchés en urgence à Malte donnent l´assaut au Boeing égyptien détourné par 4 pirates (Palestiniens et Syrien) sur La Valette. 60 personnes sont tuées dont 4 des 5 pirates qui avaient commencé à abattre les otages (4 !).

 24 novembre 2002 : signature du HCoC (La Haye – Pays-Bas).

« L’entrée en vigueur du Code de Conduite de la Haye contre la prolifération des missiles balistiques (Hague Code of Conduct against Ballistic Missile Proliferation) a lieu le lendemain. Les États souscripteurs au Code s’engagent politiquement à des mesures de retenue et de confiance en matière de développement et déploiement de missiles balistiques, parmi lesquelles les pré-notifications de tirs d’essai de missiles balistiques et de lancement de fusées. Le HCoC compte aujourd’hui 137 États souscripteurs ». DGRIS.

24 novembre 2015 : F16 contre Sukhoi (Frontière turque).

Deux chasseurs F-16 turcs abattent un bombardier SU-24 russe près de la frontière avec la Syrie. L’équipage réussit à s’éjecter. Un hélicoptère Mi-8AMT engagé immédiatement dans leur récupération est détruit après un atterrissage d’urgence (1 mort). Un peu plus tard une mission de sauvetage a priori russo-syrienne parvient à extraire le navigateur russe. Le pilote a, quant à lui, été retrouvé mort, manifestement tué par des tirs venant du sol lors de son atterrissage . L’évènement a singulièrement tendu les relations entre Russie et Turquie entrainant sanctions économiques et déclarations fermes de part et d’autre jusqu’à l’été 2016.




Chronique historique : 20 novembre

20112018

20 novembre 1759 : bataille des Cardinaux (entre Belle-isle et Guerande).

Durant la guerre de Sept ans, une tentative d’invasion de l’Angleterre par débarquement à Londres avorte dès la tentative de sortie de Brest de la flotte française. L’amiral de Conflans se fait surprendre par la flotte de l’amiral Hawke en tentant de chasser celle du comodore Duff qui croise au large de Quiberon. A la suite de manœuvres rendues hasardeuses par une tempête secouant la baie de Quiberon, les deux flottes s’affrontent. Conflans perd 2 500 hommes et 3 navires. Les Anglais, seulement 300 hommes et un navire. Conflans est  disgracié. Cette défaite décide le roi Louis XV à moderniser la flotte.

 20 novembre 1942 : l’armée rouge contre-attaque (Stalingrad).

Le général soviétique Joukov encercle en trois jours la VIème armée du général allemand Paulus et balaie notamment les forces roumaines de couverture de la VIe armée au cours de l’opération Uranus.

 20 novembre 1952 : élection du maréchal Juin à l’Académie Française.

Il y sera reçu le 25 juin 1953 par Maurice Genevoix, blessé aux Eparges en avril 1915 et auteur notamment de « Ceux de 14″ dans lequel il témoignait des épreuves de la génération de la Grande Guerre.

 20 novembre 1953 : début de l’opération Castor (Dien Bien Phu – Indochine).

« Opération aéroportée ordonnée par le général Navarre et conduite par le général Gilles, elle consiste à s’emparer de la plaine de Dien Bien Phu pour couper l’offensive du Viet Minh en direction du Laos. Un groupement composé du 6e bataillon de parachutistes coloniaux, du 1er bataillon de parachutistes coloniaux et du 2e bataillon du 1er régiment de chasseurs parachutistes est largué, appuyés par deux batteries du groupement de marche du 35e régiment d’artillerie légère parachutistes et les sapeurs de la 17e compagnie du génie parachutiste. Au total 2 650  hommes. A l’issue des combats contre le 910e bataillon (appartenant au 148e régiment autonome) vietminh, l’objectif est conquis ». CDT Ivan Cadeau.

 20 novembre 1975 : mort du général Franco (Madrid).

Le général Francisco Franco meurt à 82 ans après avoir été chef de l’État espagnol pendant plus de 36 ans (de 1939 à 1975). Lire la biographie de Bartholomé Bennassar, Franco.




Chronique historique : 17 novembre

19112018

17 novembre 1794 : début de la bataille de la Sierra Negra (Espagne). « Bataille opposant les troupes des généraux de Pérignon et Dugommier à celles du général espagnol de Carvajal. Cette victoire française voit notamment s’illustrer le chirurgien principal Dominique Larrey ». CNE J-B P.

17 novembre 1796 : victoire sur le pont d’Arcole (Italie). Commencée le 15, la bataille est remportée par Augereau. Bonaparte fait franchir l’Alpone à un petit détachement sensé faire diversion notamment grâce au bruit du tambour Estienne. Augereau profite du mouvement de panique causé chez les Autrichiens et franchit le fameux pont. Le tambour Etienne est toujours citoyen d’honneur de la commune de Cadenet, Vaucluse, dont il était natif.

17 novembre 1854 : naissance d’Hubert Lyautey (Nancy). Maréchal de France, ministre de la guerre, académicien français, auteur du Rôle social de l’officier, bâtisseur du Maroc moderne. Adjoint du général Gallieni qui l’initie aux colonies. Mort en 1934. Sur Lyautey, lire Lyautey. Le ciel et les sables sont grands – Arnaud Teyssier.

17 novembre 1858 : prise de possession de l’île de Clipperton (ou île de la Passion), « afin d’avoir une position stratégique face au futur canal de Panama. Les droits de la France n’y seront reconnus qu’en 1931 par l’arbitrage de la Cour Internationale, suite d’une contestation du gouvernement mexicain. L’un des intérêts actuels de cette île réside dans sa Zone Economique Exclusive ».

17 novembre 1867 : naissance d’Henri Gouraud (Paris). Adjoint de Lyautey au Maroc, général d’armée, académicien des inscriptions et belles lettres, commandant de l’armée du Levant et Gouverneur Militaire de Paris. Il a publié plusieurs ouvrages dont Souvenirs d’un Africain au Soudan. Mort en septembre 1946, il est inhumé avec ses soldats morts lors des combats de la ferme de Navarin. Sur Gouraud, lire tous les écrits de Julie d’Andurain et notamment La capture de Samory (1898).

17 novembre 1869 : inauguration du canal de Suez (Egypte). L’impératrice Eugénie inaugure le canal. Aboutissement d’un rêve et de travaux pharaoniques, le canal de Suez en raccourcissant le trajet maritime Europe-Océan indien accentue le caractère stratégique de l’Egypte.

17 novembre 1892 : la colonne Dodds s’empare d’Abomey (actuel Bénin). Le colonel français, Dodds, s’empare d’Abomey, la capitale du royaume d’Abomey ou Dahomey, mettant un terme à une campagne commencée à Dogba le 18 septembre précédent. Depuis plusieurs mois déjà, l’action colonialiste des français se heurtait aux visées expansionnistes du roi d’Abomey Glèlè. A la mort de ce dernier, son fils Béhanzin a pris la tête de la lutte contre les forces françaises où s’illustrent particulièrement ses 4 000 amazones qui infligent des pertes sévères à leur adversaire (à son arrivée à Abomey, la colonne Dodds a perdu la moitié de ses effectifs) dans une campagne marquée par une grande violence des deux parties. Le Dahomey est placé sous protectorat français le 3 décembre suivant et Béhanzin contraint de se rendre en janvier.

17 novembre 1941 : suicide du général Udet (Berlin). As de l’aviation allemande lors de la Grande Guerre, Ernst Udet fortement critiqué en interne pour sa mauvaise gestion générale de la Luftwaffe et en particulier pour l’échec de la bataille d’Angleterre finit par se suicider.

17 novembre 1983 : raid sur Baalbek (Plaine de la Bekaa – Liban).  Après l’attentat du Drakkar (23/10/1983), François Mitterand déclenche l’opération Brochet sur la caserne Cheikh Abdallah. Huit Super-Etendard décollent du porte-avions Clemenceau et larguent 34 bombes de 250 et 400 kg sur une position des Gardiens de la Révolution islamique et du Hezbollah. La caserne aurait été évacuée quelques minutes avant les explosions suite à une fuite française.




Chronique historique : 8 novembre

8112018

8 novembre 397 : mort de Saint Martin (Candes – Touraine).

Officier de la garde impériale romaine par tradition familiale, moine par vocation puis élu malgré lui évêque de Tours, Martin est l’un des saints patrons de la France et le saint patron des soldats. D’une très grande popularité à l’époque et encore aujourd’hui, c’est surtout la date de son enterrement (11 novembre) que l’on retient puisqu’elle a été choisie symboliquement par les négociateurs de l’armistice de 1918 étant donné le culte dont il fait l’objet de part et d’autre du Rhin. Le commissariat aux armées l’a aussi choisi comme saint patron très probablement en référence à l’épisode du partage du manteau. Précision sur ce partage : L’officier romain en est doté par l’Empire mais il peut à ses frais y ajouter une doublure en peau. C’est cette doublure que saint Martin a donné au pauvre, partageant ainsi son manteau en deux, mais dans le sens de l’épaisseur.

 8 novembre 1226 : mort de Louis VIII (Montpensier – Auvergne).

Revenant d’une campagne contre les Albigeois dans le sud de la France, le roi meurt de la dysenterie au terme d’un règne très court (3 ans). Il a cependant gagné son surnom de Lion grâce à ses faits de guerre (bataille de la Roche aux Moines – 1214), campagne d’Angleterre (il est proclamé roi d’Angleterre en 1216) et campagne contre les Albigeois (1226).

8 novembre 1806 : prise de Magdebourg (Prusse).

Le maréchal Ney met fin à la campagne de Prusse avec la capitulation de la place, qui livre 22 000 prisonniers dont 20 généraux, 800 canons et 54 drapeaux.

 8 novembre 1923 : début de la tentative de putsch d’Hitler (Munich).

Adolph Hitler, chef du Parti National Socialiste des Travailleurs Allemands (NSDAP) rallie les 3000 spectateurs du meeting politique de la BurgerbrauKeller (brasserie géante) au cours d’une soirée où harangues et menaces se succèdent. Le lendemain matin, croyant avoir gagné à sa cause toutes les forces de l’ordre locales, il marche sur le siège du gouvernement bavarois avec les SA de Röhm et Goering. Le général Ludendorff l’accompagne. Une fusillade éclate et conduit à l’arrestation des meneurs nazis.  Condamné à 5 ans de prison Hitler bénéficie de la clémence des jurés, subjugués par ses talents de tribun, et ne sera emprisonné qu’un peu plus d’un an.  Il profite de cet isolement pour écrire Mein Kampf.

 8 novembre 1939 : attentat raté contre Hitler (Munich).

Venu commémorer sa tentative de putsch de 1923, comme chaque année depuis sa sortie de prison…, Hitler échappe de peu à l’explosion d’une bombe posée par Georg Elser dans la brasserie où a lieu le rassemblement.

 8 novembre 1942 : opération Torch.

Les troupes anglo-américaines débarquent en Afrique du Nord à proximité d’Alger, Oran et Casablanca, sous le commandement du général américain Dwight Eisenhower. L’amiral Darlan, dauphin de Pétain, précisément de passage à Alger, ordonne aux troupes françaises restées aux ordres du gouvernement de Vichy de résister. La marine française perd 27 bâtiments et 40 avions pour un millier d’hommes, principalement à Casablanca.

 7 novembre 1950: premier combat aérien d’avions à réaction (Corée).

Pour la première fois dans l’histoire de l’aviation, deux avions à réaction s’affrontent : un F 80 Shooting Star américain abat un Mig 15 chinois au-dessus de Sinuiju.

 8 novembre 2004 : assaut des troupes de la coalition contre Falloujah (Irak).

Considérée comme l’un des derniers bastions de la guérilla irakienne, la ville de Falloujah est attaquée par le IIIème corps américain et une brigade des forces de sécurité irakiennes. Une première attaque au succès très mitigé avait eu lieu en mars. La deuxième attaque permet de contrôler la ville le 29 novembre.




Chronique historique : 31 octobre

31102018

31 octobre 1664 : retrait de Djileli (actuelle Algérie – Djidjelli). Pour enrayer la piraterie maritime sévissant en Méditerranée, le jeune roi Louis XIV ordonne à François de Vendôme, duc de Beaufort de prendre pied sur la côte nord-africaine et d’y construire une base avancée d’où pourront partir ses vaisseaux. La flotte est commandée par le chevalier Paul. Si la prise de Djileli se déroule parfaitement en juillet 1664 avec un contingent de 4000 hommes, la consolidation de cette force est compromise par les attaques incessantes des Maures et Kabyles ainsi que la maladie qui ravage le camp fortifié. Les Français rembarquent en abandonnant les pièces d’artillerie et de nombreux blessés intransportables. Au retour et en arrivant au large des iles d’Hyères, le vaisseau La Lune, très endommagé, sombre en emportant 700 hommes. Même si quelques grands noms ont participé à l’opération (Chevalier Paul, Duquesne, duc de Beaufort,…), ses résultats peu glorieux expliquent les rares commentaires subsistant.

 31 octobre 1912 : Lyautey à l’Académie française.

Pas encore maréchal de France (1921), Hubert Lyautey est brillamment élu à l’Académie française (fauteuil 14) à l’âge de 58 ans. Il lui faudra attendre la fin de la Première Guerre mondiale – durant laquelle il occupera notamment les fonctions de ministre de la Guerre – pour y être reçu et rejoindre les Immortels (8 juillet 1920). C’est l’historien moderniste Mgr Louis Duchesne qui prononce son discours de réception. Trois ans plus tard, Lyautey est élu membre titulaire de l’Académie des sciences d’outre-mer. Le voilà à la fois pleinement reconnu pour ses qualités d’écrivain ainsi que pour son rôle de pacificateur qu’il exercera de l’Algérie au Maroc, en passant par l’Indochine et Madagascar.

 31 octobre 1952 : première explosion d’une bombe à hydrogène (Ilot Elugelab – Iles Marshall). Le prototype expérimental de la bombe à fusion est testé avec succès par les Américains dans les iles Marshall. L’ilot est vaporisé dans l’explosion d’une puissance de 10,4 mégatonnes. La bombe H est aussi appelée thermonucléaire.

 31 octobre 2013 : mort de Gérard de Villiers (Paris). Le créateur de SAS, série de romans d’espionnage mettant en scène Malko Linge le fameux prince mais néanmoins espion à la solde de la CIA, aurait 91 ans aujourd’hui. Avec à son actif 200 ouvrages et au moins 100 millions d’exemplaires vendus dans le monde depuis 1965, Gérard de Villiers est l’un des écrivains français les plus connus et les plus lus. Considéré par beaucoup comme un auteur de littérature de gare à cause d’un style expéditif et de ses répétitives scènes torrides, il a cependant fait l’objet d’un article élogieux du New York Times en janvier 2013 le qualifiant d’auteur de romans d’espionnage le mieux informé, tant ses ouvrages sont géopolitiquement solides et certains même, prophétiques. Le général Rondot le présente comme un « homme au courage physique à la limite de l’inconscience » et Hubert Védrine, ancien ministre des Affaires étrangères comme « extrêmement intéressant, avec un œil et un flair incroyables ».







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles