• Accueil
  • > Recherche : logo gendarmerie nationale

Du « devoir de réserve » au « devoir d’expression » ◊

13012011

logoconseildetat.pngL’actualité et un commentaire parvenu hier m’ont incité à « exhumer » et actualiser ce billet de l’automne dernier…  

Je reproduis ici un paragraphe de la lettre de l’ASAF du 9 août, dont vous retrouverez l’intégralité sur le site de l’association (voir le lien ci-contre). Cette lettre prend tout son sens à l’éclairage de la décision du Conseil d’Etat faisant suite au recours du commandant (GEND) Jean-Hugues Matelly. Le Conseil d’État a annulé aujourd’hui le décret de radiation des cadres qui avait été pris à son encontre le 12 mars 2010.  Sa hiérarchie lui reprochait de s’être exprimé trop librement dans les médias, notamment pour critiquer le rapprochement entre police et gendarmerie. (JFD)

Extrait de la lettre de l’ASAF:

« Les armées doivent prendre conscience de cette situation et en tirer toutes les conséquences. En dehors du strict cadre de la conduite des opérations de guerre où le secret militaire demeure la règle absolue,  elles ne doivent plus se soumettre aveuglément à un soit disant « devoir de réserve » –  dont l’expression n’existe d’ailleurs dans aucun texte officiel (Il aurait été plus juste de dire « dans aucune loi statutaire ». Cette absence de restriction légale concerne également les autres catégories de fonctionnaires hormis  les membres du Conseil d’Etat. JFD) [1] – brandi par une « autorité » dès lors qu’un militaire ose s’éloigner de l’orthodoxie de rigueur sur un sujet d’intérêt militaire. Les dégâts de ce silence imposé et accepté  sont aujourd’hui dévastateurs tant pour les armées que pour la Nation.

Reprenant la formule du Chef d’état-major des armées devant les stagiaires du collège interarmées de défense au mois de juin 2010, il faut donc que l’armée assume dorénavant son « devoir d’expression » dans le cadre de son éthique. Il y va en effet de sa crédibilité et de la cohésion de la Nation. » (ASAF 08/2010)

[1]  Une réponse à une question écrite d’un député, publiée au Journal Officiel de l’Assemblée nationale (JOAN du 8-10-2001), précise: « L’obligation de réserve, qui contraint les agents publics à observer une retenue dans l’expression de leurs opinions, notamment politiques, sous peine de s’exposer à une sanction disciplinaire, ne figure pas explicitement dans les lois statutaires relatives à la fonction publique…Il s’agit d’une création jurisprudentielle, reprise dans certains statuts particuliers, tels les statuts des magistrats, des militaires, des policiers… » (JFD)




Gendarmes et « militarité »

29102010

grenadegendarme.jpg  Au sein de l’Épaulette, à leur place et occupant toute leur place,   »nos » gendarmes tiennent à affirmer leur « militarité ». Issus de nos rangs, ils restent fidèles à leurs origines et puisent dans nos valeurs « terriennes » un éclairage particulier de leurs missions. Cette unité si importante dans les engagements extérieurs se forge aussi au sein d’associations comme l’Epaulette et au travers des liens qu’elle entretient avec le Trèfle (voir le lien permanent ci-contre).

Lors de son audition par la commission de la Défense de l’Assemblée (voir le lien avec le site de l’AN… ci-contre également), le général Mignaux, Directeur général de la Gendarmerie, a rappelé ce caractère essentiel… et évoqué d’autres points qui ne manqueront pas de vous intéresser (voir également le billet du 9/10 « On en parle »). Fidèle à l’esprit de son sous-titre, ce blog vous incite cette fois encore à « traquer » l’information qui circule bien je vous l’assure (JFD) 

Lire la suite… »







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles