• Accueil
  • > Recherche : grenade gendarme

Chronique historique : 3 janvier

3012019

ERRATUM pour le 02 janvier 1492 : prise de Grenade (Espagne).

Isabelle d’Aragon de Castille et Ferdinand de Castille d’Aragon. C’est donc une femme, Isabelle, qui reçoit les clefs de la ville de Grenade puisque la conquête s’est faite au nom de la Castille, détail cruel pour Boabdil. Partant pour l’exil, ce dernier aurait versé une larme en arrivant avec sa troupe sur les hauteurs d’un col surplombant Grenade. Le surprenant en larmes, sa mère Aïcha El Horra, commente durement : « Pleure comme une femme ce que tu n’as pas su défendre comme un homme ». Le col est nommé depuis Le Soupir du Maure ».  L’épisode est raconté par Chateaubriand dans sa nouvelle Les aventures du dernier Abencerage.

 3 janvier : Sainte Geneviève, patronne de la gendarmerie.

Issue de la noblesse gallo-romaine du IVe siècle, elle convainc les habitants de Lutèce de ne pas livrer leur ville à Attila, roi des Huns. Inhumée en 503 dans l’ermitage qu’elle a fondé, elle fait l’objet d’un culte chez les Parisiens. Clovis se fera inhumer auprès d’elle. De la basilique construite par Clovis naîtra le Panthéon.

 3 janvier 1799 : combats de Saouaqui et Tahta (Egypte).

Davout et Desaix remontent le Nil tout en poursuivant les Mamelouks de Mourad Bey.  Assaillis sur leurs arrières, les cavaliers de Davout ripostent et massacrent la plupart des assaillants.

 3 janvier 1871 : victoire de Faidherbe à Bapaume (Pas de Calais).

Le GDI Faidherbe s’empare du village de Biefvillers commandant la crête au-dessus de Bapaume après un combat au corps à corps. Les Prussiens évacuent dans la nuit.

 3 janvier 1916 : les Français quittent les Dardanelles.

La dernière brigade française rembarque mettant fin à la triste opération des Dardanelles

 3 janvier 1931 : mort du maréchal Joseph Joffre (Paris).

 3 janvier 2009 : opération terrestre israélienne « Plomb durci » (Bande de Gaza).

Afin de stopper le tir de roquettes du Hamas dont il est victime, Israël déclenche l’opération « plomb durci » le 27 décembre 2008. Pendant une semaine l’aviation israélienne bombarde des cibles supposées abritant des stocks d’armes ou des logements de cadres du Hamas. Les dégâts sont considérables.  Le 3 janvier en soirée, 9000 Israéliens, appuyés par des blindés, pénètrent dans Gaza, où la densité de population est une des plus élevées au monde. Les combattants du Hamas empruntent astucieusement sous-sols et souterrains. L’utilisation des médias par le Hamas est intense et d’autant plus efficace qu’elle met l’accent sur les pertes civiles causées par les tirs israéliens. Tsahal perd 13 soldats. 1300 palestiniens sont tués, en majorité des civils.




Chronique historique:23 février

26022018

23 février 1793 : la Convention décrète la levée en masse. Une armée européenne de 375 000 hommes se presse sur les frontières françaises en réponse aux déclarations de la Convention (1792-1795) qui promet son assistance aux peuples étrangers voulant recouvrer leur liberté. Par décrets (s’étalant du 20 au 25 février), une levée de 300 000 hommes est ordonnée en urgence pour défendre les frontières. L’enrôlement spontané que connût la campagne de 1792 n’est plus, si bien que moins de la moitié des hommes nécessaires est trouvée. Des émeutes éclatent dans de nombreux départements (notamment en Vendée mais pas uniquement) pour s’y opposer mais aussi pour sanctionner une série de mesures impopulaires ayant suscité des mécontentements jusqu’alors contenus (exécution du roi, prêtres assermentés,…).

23 février 1836 : début du siège de Fort Alamo (actuels Etats-Unis).  « Popularisé par Davy Crockett et John Wayne dans le film Alamo, ce siège de 13 jours est un fait marquant de la révolution texane. Le général mexicain de Santa Anna livre bataille à dix contre un sans esprit de pitié. Lors de l’assaut du fort, le 6 mars, le commandant Travis et les 188 autres défenseurs sont tués : même les prisonniers sont exécutés. Les mexicains affichent 600 tués et blessés. La conduite du vainqueur a eu pour effet de galvaniser la population du Texas contre lui et ainsi grossir les rangs de l’armée texane ». CNE Jean-Baptiste P.

23 février 1916 : la première ligne française tombe (Verdun). En pleine tempête de neige, les 51ème et 72ème DI sont écrasées sur leur première ligne. Les renforts français parcourent jusqu’à 30 km, de nuit, pour être engagés au matin. Le commandement se plaint du manque de renseignement sur l’ennemi. Les Allemands font 10 000 prisonniers. Le bataillon Rohr (Sturm-Bataillon 5), spécialisé dans le combat rapproché rencontre le succès (grenades à main, mortiers de tranchée, lance-flamme).

23 février 1945 : prise du mont Suribachi par les Marines (Iwo Jima).

23 février 1981 : tentative de coup d’Etat à Madrid. Le LCL Tejero Molina appartenant à la Guardia Civil (gendarmerie) fait irruption dans le Congrès des députés à 18h30 et retient les élus en otage jusqu’à 12h00 le lendemain. Le gouverneur de Valence fait sortir les chars pour prêter main forte aux putschistes. A 01h00 du matin, le roi Juan Carlos condamne le putsch lors d’une allocution télévisée et anéantit tout espoir de ralliement aux putschistes. Les années de transition après la mort de Franco (1975) sont tendues à cause des difficultés économiques que traverse l’Espagne et de l’opposition d’une partie de l’armée à la démocratisation de la vie politique.

23 février 1991 : début de la phase terrestre de l’opération Tempête du Désert (guerre du Golfe). Un mois de violents bombardements aériens sur le dispositif militaire irakien précède l’opération visant à libérer le Koweït. Le général Schwartzkopf laisse croire que son action sera concentrée uniquement sur le Koweït, alors que son objectif est de frapper en profondeur dans le territoire irakien, pour isoler le Koweït et faciliter ensuite sa libération. Le plan fonctionne parfaitement.

23 février 2011 : mort de Jean Lartéguy (Paris – Invalides). Engagé volontaire à 19 ans, résistant à 20, Lucien Osty de son vrai nom, intègre les commandos d’Afrique en 1942 après avoir fui l’occupation allemande (via l’Espagne où il reste interné 7 mois). Puis il sert pendant 7ans en tant qu’officier d’active et quitte l’armée avec le grade de capitaine. Licencié en lettres, il devient reporter de guerre et couvre un grand nombre de conflits à travers la planète et notamment en Corée où il est blessé lors de la bataille de Crève-cœur. Il publie plus de 50 récits et romans qui presque tous traitent des guerres de décolonisation et des hommes qui les ont menées. Certains ouvrages sont devenus des classiques (Les Centurions) en étant portés à l’écran et ont fait un peu d’ombre à ses autres livres. Dans le film, l’acteur américain Anthony Quinn y incarne le personnage inspiré à Lartéguy par le général Bigeard. Tous ses livres sont passionnants : style net et fluide, densité psychologique. Ses portraits de combattants, quel que soit leur bord, sont profondément humains et donnent à ses récits d’aventure une dimension presque philosophique. Il aime l’engagement, le chaud et le froid mais en homme de cœur, sait décrire avec finesse la tiédeur. Il est mort à 90 ans à l’Institution Nationale des Invalides. A noter : le général américain, Paetrus l’a remis à l’honneur durant la guerre en Afghanistan en faisant rééditer Les Centurions. Il voyait dans cet ouvrage, un moyen de faire comprendre la réalité du combat contre-insurrectionnel. Ses autres livres valent aussi le détour. Lire la biographie d’Hubert Le Roux, Le dernier centurion.

 

Jean Lartéguy.




Chronique historique : 23 février

23022016

23 février 1945 : prise du mont Suribachi par les Marines (Iwo Jima)

23 février 1836 : début du siège de Fort Alamo (actuels Etats-Unis).  « Popularisé par Davy Crockett et John Wayne dans le film Alamo, ce siège de 13 jours est un fait marquant de la révolution texane. Le général mexicain de Santa Anna livre bataille à dix contre un sans esprit de pitié. Lors de l’assaut du fort, le 6 mars, le commandant Travis et les 188 autres défenseurs sont tués : même les prisonniers sont exécutés. Les mexicains affichent 600 tués et blessés. La conduite du vainqueur a eu pour effet de galvaniser la population du Texas contre lui et ainsi grossir les rangs de l’armée texane ». CNE Jean-Baptiste P. (COMLE).

23 février 1916 : la première ligne française tombe (Verdun). En pleine tempête de neige, les 51ème et 72ème DI sont écrasées sur leur première ligne. Les renforts français parcourent jusqu’à 30 km, de nuit, pour être engagés au matin. Le commandement se plaint du manque de renseignement sur l’ennemi. Les Allemands font 10 000 prisonniers. Le bataillon Rohr (Sturm-Bataillon 5), spécialisé dans le combat rapproché rencontre le succès (grenades à main, mortiers de tranchée, lance-flamme).

23 février 1981 : tentative de coup d’Etat à Madrid. Le LCL Tejero Molina appartenant à la Guardia Civil (gendarmerie) fait irruption dans le Congrès des députés à 18h30 et retient les élus en otage jusqu’à 12h00 le lendemain. Le gouverneur de Valence fait sortir les chars pour prêter main forte aux putschistes. A 01h00 du matin, le roi Juan Carlos condamne le putsch lors d’une allocution télévisée et anéantit tout espoir de ralliement aux putschistes. Les années de transition après la mort de Franco (1975) sont tendues à cause des difficultés économiques que traverse l’Espagne et de l’opposition d’une partie de l’armée à la démocratisation de la vie politique.

23 février 1991 : début de la phase terrestre de l’opération Tempête du Désert (guerre du Golfe) . Un mois de violents bombardements aériens sur le dispositif militaire irakien précède l’opération visant à libérer le Koweït. Le général Schwartzkopf laisse croire que son action sera concentrée uniquement sur le Koweït, alors que son objectif est de frapper en profondeur dans le territoire irakien, pour isoler le Koweït et faciliter ensuite sa libération. Le plan fonctionne parfaitement.

23 février 2011 : mort de Jean Lartéguy (Paris – Invalides). Engagé volontaire à 19 ans, résistant à 20, Lucien Osty de son vrai nom, intègre les commandos d’Afrique en 1942 après avoir fui l’occupation allemande (via l’Espagne où il reste interné 7 mois). Puis il sert pendant 7ans en tant qu’officier d’active et quitte l’armée avec le grade de capitaine. Licencié en lettres, il devient reporter de guerre et couvre un grand nombre de conflits à travers la planète et notamment en Corée où il est blessé lors de la bataille de Crève-cœur. Il publie plus de 50 récits et romans qui presque tous traitent des guerres de décolonisation et des hommes qui les ont menées. Certains ouvrages sont devenus des classiques (Les Centurions) en étant portés à l’écran et ont fait un peu d’ombre à ses autres livres. Dans le film, l’acteur américain Anthony Quinn y incarne le personnage inspiré à Lartéguy par le général Bigeard. Tous ses livres sont passionnants : style net et fluide, densité psychologique. Ses portraits de combattants, quel que soit leur bord, sont profondément humains et donnent à ses récits d’aventure une dimension presque philosophique. Il aime l’engagement, le chaud et le froid mais en homme de cœur, sait décrire avec finesse la tiédeur. Il est mort à 90 ans à l’Institution Nationale des Invalides. A noter : le général américain, Paetrus l’a remis à l’honneur durant la guerre en Afghanistan en faisant rééditer Les Centurions. Il voyait dans cet ouvrage, un moyen de faire comprendre la réalité du combat contre-insurrectionnel. Ses autres livres valent aussi le détour.

Quelques rendez-vous historiques :

 Jusqu’au 28/02/2016 : Exposition « Le secret de l’État. Surveiller, protéger, informer, du XVIIe au XXe siècle » aux Archives nationales, Hôtel de Soubise (Paris).

Jusqu’au 29/02/2016 : Exposition « Tom Morel », au musée de l’Ordre de la Libération (Paris).

Jusqu’au 06/03/2016: Exposition des peintres de l’armée, dans les douves de l’Hôtel national des Invalides (Paris).

Jusqu’au 04/04/2016 : Exposition « 1916 : L’hyperbataille de Verdun », à l’Hôtel national des Invalides (Paris).

14/03/2016 au 31/05/2016 : Exposition «  Honneur aux braves ! La croix de guerre » au Château de Vincennes, SHD.

 




Gendarmes et « militarité »

29102010

grenadegendarme.jpg  Au sein de l’Épaulette, à leur place et occupant toute leur place,   »nos » gendarmes tiennent à affirmer leur « militarité ». Issus de nos rangs, ils restent fidèles à leurs origines et puisent dans nos valeurs « terriennes » un éclairage particulier de leurs missions. Cette unité si importante dans les engagements extérieurs se forge aussi au sein d’associations comme l’Epaulette et au travers des liens qu’elle entretient avec le Trèfle (voir le lien permanent ci-contre).

Lors de son audition par la commission de la Défense de l’Assemblée (voir le lien avec le site de l’AN… ci-contre également), le général Mignaux, Directeur général de la Gendarmerie, a rappelé ce caractère essentiel… et évoqué d’autres points qui ne manqueront pas de vous intéresser (voir également le billet du 9/10 « On en parle »). Fidèle à l’esprit de son sous-titre, ce blog vous incite cette fois encore à « traquer » l’information qui circule bien je vous l’assure (JFD) 

Lire la suite… »







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles