• Accueil
  • > Recherche : fort neuf vincennes

Lettre n°1 et nouveau site internet de l’ADO

22032016

 

ADO

L’Epaulette est partenaire de l’ADO, implantée également au fort neuf de Vincennes,  qui oeuvre de longue date au profit de la communauté militaire et de ses familles.

Nous faisons écho à sa 1ère lettre et à la rénovation de son site internet (le nôtre devrait suivre cette voie courant 2016…) consultable à l’adresse suivante : www.entraide-defense.fr

Le mot du Président

En ce début d’année 2016, l’ADO vous adresse sa première lettre d’information.

Elle vous doit bien cela ! Car c’est grâce au soutien de plus de 12 000 adhérents ou donateurs qu’elle peut mettre en œuvre son action d’entraide au sein de la communauté de la Défense. Ainsi en 2015, parmi les multiples actions d’entraide, l’ADO a pu soutenir plus de 400 veuves ou veufs et 700 orphelins. Et dans ce domaine les besoins sont grands…
Pour connaître son action, n’hésitez pas à passer quelques instants sur son site internet récemment rénové, à y découvrir ses domaines d’intervention ainsi que ses nombreux partenaires. Nos résultats sont clairement le fruit de l’action de tous. Notre engagement est de toujours mieux répondre au besoin, de se soucier de tous et n’oublier personne, et d’agir ensemble pour une plus grande efficacité.
Merci à ceux qui nous accompagnent.

GCA (2s) Nicolas de Lardemelle,

Président de l’Association pour le Développement des Oeuvres d’entraide de l’armée




Chronique historique : 18 mars

21032016

ERRATUM pour le 17 mars 1945 : le pont de Remagen s’effondre. […] Arado Ar-234B « Blitz » (premier chasseur bombardier à réaction) […].

Merci aux très nombreux lecteurs vigilants.

 18 mars 1314 : exécution de Jacques de Molay, 23e et dernier maitre de l’Ordre du Temple. « Arrivant aux plus hautes fonctions en 1292 soit un an après la chute de Saint-Jean-d’acre, il veille à réorganiser l’ordre entre ses fractions d’Orient et d’Occident, à reconquérir les lieux saints et étendre ses alliances politiques avec les souverains européens. Sur ordre de Philippe le Bel, il est arrêté en 1307 et accusé, ainsi que l’ensemble de l’ordre, d’hérésie et de pratiques obscènes. Après un procès lapidaire, il est supplicié sur un bûcher dressé sur l’île aux Juifs à Paris, actuellement square de Vert-Galant sur le Pont Neuf. La légende voudrait qu’il ait alors lancé une malédiction sur la dynastie des Capétiens. Maurice Druon dans Les rois maudits, et les adaptations télévisée éponymes, ont largement contribué à la populariser ».  CNE Jean-Baptiste P. (COMLE).

18 mars 1871 : début du soulèvement de « la commune de Paris ». Première insurrection prolétarienne selon Karl Marx, elle est involontairement déclenchée par la tentative de récupérer les canons que le « petit peuple Parisien » conserve à Montmartre à la suite de la guerre franco-prussienne. Les généraux Leconte et Thomas sont faits prisonniers puis assassinés par la population et une partie de la troupe. L’insurrection dure 2 mois et sera très sévèrement réprimée par l’armée.

18 mars 1913 : mort du général André (Dijon). Né en 1838, Louis Nicolas André est polytechnicien et choisit l’artillerie, arme dans laquelle il fait une belle carrière en raison de réelles qualités techniques et de commandement. Positiviste et libre penseur, il se range dans le camp des Dreyfusards au moment de l’Affaire et dévoile son attachement à la République ce qui pour l’époque et le milieu des officiers est encore assez peu répandu. Nommé général en 1893 autant pour ses qualités que ses appuis (camarade de promotion du Président Sadi Carnot), il commande l’École polytechnique puis est appelé par Waldeck Rousseau comme ministre de la guerre en 1900. Républicain convaincu, André cherche à promouvoir les officiers de même sensibilité politique que lui et cautionne plus ou moins clairement le système des fiches mis en place par le Grand Orient de France et l’un des officiers de son cabinet. Le fichage est révélé et déclenche un scandale politique qui l’oblige à démissionner après 4 ans passés au ministère.

18 mars 1915 : attaque navale des Dardanelles (détroit des Dardanelles): La flotte franco-britannique, commandée par l’amiral Guépratte et l’amiral de Robeck, bombarde les forts intérieurs du détroit des Dardanelles et est soumise à une riposte intense de l’artillerie germano-turque. Le cuirassé Bouvet, touché par une mine, coule en 2 à 3 minutes tuant 637 marins dont le commandant, le capitaine de vaisseau Rageot de La Touche. Les cuirassés L’irrésistible et L’Océan, coulent eux aussi après avoir heurté une mine mais leur équipage est sauvé. Voir la RHA n°79 et n°143 ou consulter le catalogue en ligne de la bibliothèque du SHD qui possède au moins 217 ouvrages traitant de cet épisode.

18 mars 1916 : prémices de l’attaque du 111ème RI ( Malancourt – Verdun). Les reconnaissances aériennes françaises signalent de toutes nouvelles tranchées allemandes près du bois d’Avaucourt. Deux jours plus tard, la 11ème division bavaroise du général Kneussel attaque le secteur du 111ème RI (au front depuis 34 jours) après un bombardement d’une violence inouïe. Le front rompt sans presque combattre permettant aux Allemands de prendre à revers l’état-major de la 57ème brigade. 2500 soldats du 111ème RI sont capturés. Cette affaire fait grand bruit jusqu’à Paris et le 111e RI est dissous après enquête de commandement. C’est le seul régiment d’active à être sanctionné de la sorte de toute la grande guerre.

18 mars 1921 : assaut contre les marins révoltés de Kronstadt. Lassés par les violences de la Révolution communiste et surtout irrités de voir le pouvoir confisqué par Lénine, la garnison de Kronstadt se mutine. Les troupes de Trotsky, commissaire à la guerre et fondateur de l’Armée rouge, attaquent l’île de Kronstadt et exécutent 900 marins pendant que 9000 autres fuient vers la Finlande

18 mars 1962 : signature des accords d’Evian. Louis Joxe (représentant la France) et Belkacem Krim (FLN) signent l’accord qui prévoit la reconnaissance de la souveraineté de l’Algérie, l’évacuation progressive du territoire par la France, une aide économique pour 3 années encore et un cessez le feu pour le lendemain. Le conflit est officiellement terminé mais sur le terrain des combats vont pourtant se poursuivre.

18 mars 1963 : le Balzac de Dassault passe du vol stationnaire à l’horizontal. Lors de son 17ème vol, le prototype de Dassault réussit la transition entre le décollage vertical et le vol horizontal.

18 mars 1965 : première sortie dans l’espace. Le cosmonaute soviétique Alexei Leonov sort du vaisseau Voskhod 2 pendant 12 minutes. C’est ce même Leonov qui à bord de Soyouz 19 s’arrimera au vaisseau Apollo 18 en juillet 1975 lors de la première mission spatiale conjointe USA-URSS.

sans-titre.4       Le Balzac Dassault à Melun Villaroche.

Quelques rendez-vous historiques :

 26/01/2016 au 04/04/2016 : Exposition « 1916 : L’hyperbataille de Verdun », à l’Hôtel national des Invalides (Paris).

14/03/2016 au 31/05/2016 : Exposition «  Honneur aux braves ! La croix de guerre » au Château de Vincennes, SHD.

du 17 au 20/03/2016 : Salon du livre à la porte de Versailles

24/03/2016 : Conférence « Saisir l’insaisissable, Gendarmerie et contre-guérilla en Espagne au temps de Napoléon » par Gildas Lepetit au Château de Vincennes, SHD.




RAPPEL : Journée annuelle 2015 « Cap vers une 2ème carrière » des associations d’officiers

3022015

Affiche CAP 2C 2015

Jeudi 12 février 2015 de 8h00 à 18h00 au  Cercle National des Armées – Paris 8ème

Pour changer le monde, il faut parler le langage de l’entreprise  : Une journée exceptionnelle de témoignages et d’échanges ouverte à tous les officiers !

Cette journée est organisée en collaboration avec tous les services concernés du Ministère de la Défense, des DRH d’entreprises, cabinets de recrutement et chasseurs de tête…

Inscriptions avant le 31 janvier 2015 auprès de L’Epaulette

Formulaire d’inscription et programme sont accessibles sur le site Cap 2C (cap2c.org) et sur le blog de l’Epaulette

Participation aux frais : 40 euros par personne (80 € pour les non-adhérents)

A régler à l’ordre de : L’Epaulette Case 115 Fort Neuf de Vincennes 75614 Paris cedex 12

Tel : 01 41 93 36 18. Mail : sareconversion@lepaulette.com

Site Web : http://cap2c.org

Blog de l’Epaulette : http://alphacom.unblog.fr

 




Cap vers une 2ème carrière 2014 – RAPPEL

4012014

 assos

Journée annuelle d’information « Reconversion » des officiers

Jeudi 13 février 2014 – Cercle National des Armées (Place Saint-Augustin – Paris 8°)

Une journée exceptionnelle de témoignages et d’échanges ouvertes à tous les officiers.

Avec le concours des services concernés du Ministère de la défense, de DRH d’entreprises, de chasseurs de tête…

 Ses objectifs :

­          vous informer ;

­          vous faire partager des expériences ;

­          vous ouvrir au marché du travail ;

­          vous sensibiliser aux codes de l’entreprise.

 Une journée en deux étapes

  Matin : « je m’interroge… »

  • table ronde des organismes institutionnels de la Défense ;
  • témoignages de reconversions récentes ;

 Après-midi : « je saute le pas ! »

  • table ronde de spécialistes du marché de l’emploi ;
  • ateliers sur les principales filières (secteurs public et privé, secteur non-marchand et associations, création d’entreprises, industries de défense…).

Inscriptions avant le vendredi 31 janvier 2014 auprès du secrétariat de l’Epaulette

Formulaire d’inscription et programme sur les sites et blog de l’association (fichier doc Bulletin Inscription CAP 2C Epaulette 2014)

Participation aux frais : 40 € par personne à régler par chèque à l’ordre de « L’EPAULETTE »

(Nota : pour couvrir les frais l’Epaulette sponsorise l’activité à hauteur de l’équivalent

en complément du financement pris en charge par l’association).

A envoyer à :  « Journée reconversion CAP 2C 2014 »,

L’EPAULETTE – Fort Neuf de Vincennes – Case postale n° 115 – Cours des Maréchaux – 75614 PARIS CEDEX 12

@ : lepaulette@wanadoo.fr -  site : www.lepaulette.com – blog : alphacom.unblog.fr




13 et 14 septembre : fête de la ST MAURICE (ANORI)

4092013

13 et 14 septembre : fête de la ST MAURICE (ANORI) dans ACTUALITE anori

Sous le patronage du général de division Hervé WATTECAMPS, Commandant les écoles militaires de Draguignan, Commandant l’École  de l’Infanterie,

le lieutenant-colonel (h) Patrice FICHET, président, et les membres du conseil d’administration de l’ANORI vous convie à assister aux cérémonies de la célébration de la Saint Maurice, patron des Fantassins,

le vendredi 13 septembre 2013‏ : Ravivage de la Flamme sous l’Arc de Triomphe

avec la Fédération Nationale des Amicales de Chasseurs à pied, alpins et mécanisés et la fanfare du 27ème BCA

le samedi 14 septembre 2013 à Vincennes

-de 8h30 à 12h : Visite du Mémorial des Chasseurs et du Tombeau des Braves, au Château de Vincennes (Pavillon du Roi)

-à 11h : Dépôt de gerbes  au Monument du Combattant Vincennois (square Jean Jaurès)

-à 12h : Repas amical avec les Chasseurs au Fort Neuf avec animation musicale par la Fanfare du 27ème BCA (dans la limite des places disponibles-prix: 20 €-réservation obligatoire avant le 4 septembre 2013)

-à 16h : Dépôt de gerbes à la plaque en l’honneur des élèves des Préparations Militaires au Fort Neuf à l’initiative du Conseil de Région Ile de France de l’UNOR (rassemblement terminé à 15h45)

-à 17h : Commémoration du combat de SIDI-Brahim et cérémonie de transmission du Drapeau des Chasseurs du 13ème BCA au 16ème BC au Château de Vincennes.

Pour de plus amples informations et éventuellement les modifications de dernière minute des cérémonies, connectez vous sur le site de l’ANORI : http://anorinfanterie.free.fr




Partir et rentrer

27082013

Partir pour revenir servir : c’est l’objectif de tout soldat.

Le siège de l’Epaulette, lui, n’a pas fait d’histoires pour partir quelques semaines pour des vacances…méritées.

En veille, vos messages ont été reçus, lus à distance et seront traités dans les meilleurs délais.

Le siège bénéficie en ce moment d’une rallonge de travaux au Fort neuf de Vincennes : notre demi-couloir va être mis au standard de notre nouvelle voisine depuis l’été, l’ACS (l’antenne  cadres supérieurs) de l’ARD ou de Défense Mobilité, comme vous préférez.

Cette proximité ne peut qu’être bénéfique pour nos projets matière de reconversion.

Nous en reparlerons très prochainement.

Partir et rentrer dans ACTUALITE hdsm-201x300

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En guise d’au revoir, cet article du site OPEX 360 consacré au bien nommé Commandant Hélie de Saint Marc dont la mort ne peut laisser indifférent.

Le commandant Hélie Denoix de Saint Marc est mort

26 août 2013 – 11:58

C’est un grand soldat qui vient de nous quitter : le commandant Hélie Denoix de Saint Marc s’est éteint, ce 26 août, à La Garde-Adhémar dans la Drôme, à l’âge de 91 ans.

Résistant, déporté, officier parachutiste de la Légion étrangère, il fut l’un des acteurs du putsch des généraux, à Alger, le 21 avril 1961, alors qu’il était à la tête du 1er Régiment Etranger de Parachutistes (REP).

Né le 11 février 1922 à Bordeaux, Hélie de Saint Marc entre en résistance à l’âge de 19 ans en intégrant le réseau Jade-Amicol, dont l’activité consiste à obtenir des renseignements pour le compte de l’Intelligence Service britannique dans le sud ouest de la France.

Sa vie bascule une première fois le 14 juillet 1943 : dénoncé, Hélie de Saint Marc est arrêté puis envoyé au camp de Langenstein-Zwiebrege, dépendant de celui de Buchenwald et où le taux de mortalité dépasse les 90%. Grâce à l’appui d’un mineur letton, le jeune homme sera l’un des 30 survivants d’un convoi qui comptait plus de 1.000 déportés.

Grâce à une mesure exceptionnelle prise à la fin de la Seconde Guerre Mondiale qui permettait aux anciens résistants d’être admis à l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr, Hélie de Saint Marc devient officier et choisit de servir au sein de la Légion étrangère. Ce qui l’emmenera à se battre en Indochine. Là, il sera marqué par la terrible expérience d’abandonner à leur sort des villageois ayant soutenu les Français. C’est ce qui expliquera sa décision de participer au putsch des généraux d’Alger.

“Nous nous souvenions de quinze années de sacrifices inutiles, de quinze années d’abus de confiance et de reniement. Nous nous souvenions de l’évacuation de la Haute-Région, des villageois accrochés à nos camions, qui, à bout de forces, tombaient en pleurant dans la poussière de la route. Nous nous souvenions de Diên Biên Phû, de l’entrée du Vietminh à Hanoï. Nous nous souvenions de la stupeur et du mépris de nos camarades de combat vietnamiens en apprenant notre départ du Tonkin. Nous nous souvenions des villages abandonnés par nous et dont les habitants avaient été massacrés. Nous nous souvenions des milliers de Tonkinois se jetant à la mer pour rejoindre les bateaux français. Nous pensions à toutes ces promesses solennelles faites sur cette terre d’Afrique. Nous pensions à tous ces hommes, à toutes ces femmes, à tous ces jeunes qui avaient choisi la France à cause de nous et qui, à cause de nous, risquaient chaque jour, à chaque instant, une mort affreuse. Nous pensions à ces inscriptions qui recouvrent les murs de tous ces villages et mechtas d’Algérie : ‘L’Armée nous protégera, l’armée restera’. Nous pensions à notre honneur perdu”, plaide-t-il devant le haut tribunal militaire, le 5 juin 1961.

Pour avoir “préféré le crime de l’illégalité au crime de l’inhumanité”, comme il l’a écrit dans ses mémoires, il est condamné à une peine de 10 ans de réclusion criminelle. Après 5 ans de détention à la prison de Tulle, il est finalement gracié le jour de Noël 1966. Bien que sollicité pour faire le mercenaire, le commandant de Saint Marc entame une nouvelle carrière dans l’industrie, grâce au soutien d’un ancien déporté. Il sera réhabilité par Valéry Giscard d’Estaing en 1978 puis se verra élevé à la dignité de Grand’Croix de la Légion d’Honneur par le président Sarkozy, 23 ans plus tard.

Le commandant de Saint Marc a évoqué  ses expériences et ses souvenirs dans une série d’ouvrages, dont l’un – Les champs de braises. Mémoires – obtiendra le prix Fémina de l’essai en 1996 et dans lequel il avait écrit ceci, en guise de conclusion :

“Un jour, je ne me réveillerai plus. J’ai pris l’habitude de voir la mort, cette étrange camarade, s’approcher, hésiter longuement puis, à l’instant de saisir sa proie, s’éloigner sans raison. Le jour où elle n’hésitera pas, la surprise sera peut-être d’autant plus grande. (…) Ces bonheurs et ces souffrances, ces paysages, ces hommes et ces femmes effacés de la matière par leurs bourreaux mais pas de ma mémoire, disparaîtront-ils avec mon cerveau lorsqu’il sera sans onde, et mon coeur sans battement et membres inertes ? La réincarnation est l’un des grands mystères du bouddhisme. Ce livre, à sa manière, est peu de la même eau. Si un seul adolescent pouvait se méfier des slogans qui proclament que le bien de l’humanité exige la destruction de la moitié de ses semblables, j’aurais atteint mon but.”

 

 

 




Création du bataillon de réserve Ile-de-France – Fort neuf de Vincennes

1072013

Création du bataillon de réserve Ile-de-France - Fort neuf de Vincennes dans ACTUALITE 24ri Le jeudi 27 juin 2013, s’est tenu la cérémonie officielle de création du bataillon de réserve Ile de France.

Ce bataillon a entamé sa montée en puissance depuis maintenant 10 mois. Il a été créé pour répondre au besoin du Gouverneur militaire de Paris de disposer d’une réserve opérationnelle d’hommes et de femmes capables d’être mobilisés et déployés, sur court préavis, pour répondre à des missions de sécurisation, de soutien logistique ou d’appui en zone Ile de France.

La décision de créer cette unité est intervenue en juillet 2012. Le bataillon a commencé sa montée en puissance à l’automne avec l’objectif de mettre sur pied cette année son état-major ainsi que sa première unité élémentaire. Il a atteint cet objectif au printemps et va pouvoir se consacrer à la montée en puissance d’une seconde unité élémentaire à compter du mois de septembre prochain.

Le 12 juin 2013, le général d’armée Bertrand Ract Madoux, chef d’état-major de l’armée de Terre (CEMAT), a décidé de confier les traditions du 24e régiment d’infanterie * à cette unité. C’est son drapeau qu’il remettra donc jeudi 27 juin 2013 à 18h00 au lieutenant-colonel Gérald Orlik, premier chef de corps du bataillon.
L’état-major et la première unité sont installés au fort neuf de Vincennes. La seconde unité élémentaire montera en puissance sur le camp des Loges à Saint-Germain-en-Laye. A terme, deux autres unités verront le jour au camp des matelots à Versailles et à l’Ecole militaire à Paris. Il est envisagé par ailleurs la mise sur pied d’une unité élémentaire « air » à Villacoublay, pour donner un caractère interarmées au bataillon de réserve.

Le bataillon de réserve Ile de France – 24e régiment d’infanterie est la première unité composée uniquement de de réservistes à être mise sur pied. Elle s’appuie, pour son recrutement, à la fois sur les cadres et militaires du rang de réserve demeurant en Ile de France et ayant appartenu aux unités d’intervention de réserve des régiments qui ont quitté le territoire francilien, et sur un recrutement important de jeunes gens n’ayant aucune formation militaire. Le défi à relever est donc avant tout de structurer l’unité autour d’un noyau de réservistes expérimentés, en créant l’âme du bataillon et de former ensuite les jeunes recrues.

L’armée de Terre a, depuis 2011, mené des études afin de donner à la réserve opérationnelle, une capacité d’intervention accrue et rapide sur le territoire national au profit de la population. Dans ce cadre, le dispositif du Guépard Réserve qui s’ajoute aux autres postures opérationnelles des unités de réserve (notamment Vigipirate), permet de disposer d’environ 1000 hommes. La création de ce bataillon participe ainsi à une meilleure réactivité de la réserve.

* Le 24e régiment d’infanterie, dont l’origine remonte à 1656, date de création du régiment royal, devint en 1775, régiment de Brie, dont les couleurs et la croix seront reprises par l’insigne du Régiment. La nef parisienne symbolise l’implantation historique et les missions du régiment dont le sort est lié à la capitale. S’étant illustré dans l’armée de Turenne, en Amérique, il se couvre de gloire à la bataille de Hondschoote, puis dans les campagnes de l’Empire. Il fait une très belle guerre 14/18 et prend une part importante en 1940, lors de la campagne de France, qui vaudront à son drapeau de recevoir la croix de guerre 14/18 avec 2 palmes et une étoile et celle de 39/45 avec une palme. Dans les plis de son drapeau, sont mentionnés 8 noms de batailles : Valmy 1792, Hondschoote 1793, Gènes 1800, Iéna 1806, Friedland 1807, Les Deux Morins 1914, Artois 1915, l’Aisne 1918. Le 24e régiment d’infanterie était le régiment de tradition de la défense de Paris, qu’il incarnera jusqu’à sa dissolution en 1997.

La protection du siège de l’Epaulette est désormais renforcée…




Retour en ligne

20082011

rentree.jpgLe temps de reprendre en compte les dossiers internes (peu modifiés courant le mois d’août!) et je remets l’ouvrage sur le métier.

La rentrée sera marquée -pour ce qui concerne le siège mais ne sera pas sans effet sur le fonctionnement général- par des modifications de structures de l’équipe de direction:

  1. Le Gal (2S) Marc Delaunay, nouveau directeur administratif;
  2. Le GDI (2S) Christian Cavan, secrétaire général (à/c d’octobre);
  3. Le Gal (2S) Alain Bourdenet, rédacteur en chef de la revue.

Le reste de l’équipe demeure inchangé. Ces modifications apporteront une amélioration sensible des capacités de travail par une clarification des fonctions et la présence de titulaires disponibles. L’animation du réseau devrait en particulier être « boostée ».

La rentrée c’est aussi le déménagement, déjà évoqué, au sein du Fort neuf de Vincennes. Nous passerons dans le bâtiment 24 ce qui restera transparent en organisation des locaux et en fonctionnement général mais pourra surprendre les visiteurs non avertis…

La revue pourrait évoluer sensiblement en incluant plus d’articles de portée générale. Cette adaptation nous permettrait d’être retenus en commission paritaire et de bénéficier d’une réduction importante du coût d’impression et de diffusion. Nous pourrions dès lors envisager un numéro spécial annuel ou des améliorations de la présentation actuelle (passage en trichromie).

L’Epaulette poursuivra ses engagements dans les voies et par les modes d’action retenus depuis 2009.

Enfin, un rendez-vous avec le nouveau CEMAT sera sollicité en fin d’année.

signature1.gif







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles