• Accueil
  • > Recherche : flam arc triomphe

Chronique historique : 18 février

18022019

18 février 1713 : Cassard attaque Curacao.

« Le corsaire français Jacques Cassard attaque Curaçao, dans les Caraïbes. Après avoir pillé la colonie portugaise du Cap-Vert en Afrique de l’Ouest, Cassard prend la direction des Antilles où il attaque les îles anglaises de Montserrat, d’Antigua, de Saint-Eustache et la colonie hollandaise du Surinam. Le 18 février, il mène un raid sur le riche et fortement défendu comptoir hollandais de Curaçao. Sa victoire est totale. Il reviendra en France avec un butin prodigieux.

La frégate antiaérienne D 614 Cassard est le 11e navire de guerre français à porter son nom ». CESM.

 18 février 1806 : Napoléon Ier décide la construction de l’arc de Triomphe.  

Par décret impérial, Napoléon fait débuter la construction de l’arc de triomphe pour que ses soldats victorieux puissent le franchir, comme les armées antiques rentrant de leurs campagnes dans Rome.  Achevé en 1836 par Louis-Philippe, le monument est devenu un symbole de la Nation. Ses voutes et parois sont couvertes de noms prestigieux et abritent depuis 1921 la tombe du soldat inconnu.  Ce monument honore en fait ceux qui ont contribué à faire et défendre la France, qu’ils soient célèbres ou inconnus.  La flamme qui brûle sur la tombe du soldat inconnu est ravivée tous les soirs.  

 18 février 1814 : bataille de Montereau (Seine et Marne).  

Napoléon 1er remporte l’une de ses dernières victoires de la campagne de France en faisant se replier les Coalisés d’une cinquantaine de kilomètres à partir de Montereau grâce à la charge épique des cavaliers de Pajol.  C’est en fait ce dernier qui décide du sort de la journée en brisant et poursuivant l’armée du prince de Schwartzenberg. En tentant une contre-attaque avec sa brigade de cavalerie pour reprendre le pont de Montereau, le prince de Hohenlohe est tué.  Le soir, Napoléon déclare au général Pajol : « Si tous mes généraux m’avaient servi comme vous, l’ennemi ne serait pas en France ». 

 18 février 1859 : prise de Saigon.  

Sur ordre de Napoléon III et pour punir des massacres de missionnaires, le vice-amiral d’escadre de Genouilly bombarde Saigon et débarque des troupes qui occupent le fort du port. Afin de trouver une voie de communication vers la Chine et ainsi contrebalancer l’influence britannique, Doudart de Lagrée organise une expédition sur le fleuve Mékong. Il conclue que la meilleure voie pour la Chine n’est pas le Mékong mais le Fleuve rouge. 

 18 février 1871 : sortie avec les honneurs du colonel Denfert-Rochereau (Belfort).  

Le gouvernement provisoire lui ayant donné l’ordre de se rendre, Denfert-Rochereau sort de la ville bombardée depuis 103 jours par les Prussiens.  

 18 février 1889 : prise de Koudian (Soudan).  

Le Commandant Archinard, successeur de Gallieni, prend la ville de Koudian avec 400 hommes (dont le sous-lieutenant Marchand, futur général et héros de la colonne du même nom). Pour la première fois est utilisé au combat en Afrique, le fusil modèle 1884.  

 18 février 1895 : « Mais zut, j’en ai assez d’écrire ce soir »(Bhi Ni – Frontière chinoise).  

 Ainsi s’achève la lettre du Tonkin que rédige Lyautey à cette date. Perdu dans les confins du Tonkin et de la Chine entre Cao Bang et Lang Son, Lyautey raconte le travail quotidien des troupes coloniales consistant à réimplanter la vie dans les vallées qu’écument les pirates. Ses écrits réunis dans Lettres du Tonkin et de Madagascar sont des mines de renseignements sur la vie, le travail et le combat des soldats bâtisseurs.  

Les éditions Lavauzelle avec leur collection la pensée préservée, donnent accès aux militaires écrivains dont certaines œuvres n’ont pas pris une ride et peuvent encore « parler » aux commandants d’unité français engagés sur les théâtres d’opérations extérieures. 

 18 février 1920 : échec de la première traversée aérienne du Sahara (Anes Barakka – confins algériens).  

Partis d’Alger, le général Laperrine, le commandant Vuillemin et le lieutenant Dagneaux se crashent lors de l’atterrissage forcé de leur Bréguet, victime d’une panne d’essence. Laperrine, figure du Sahara, ami du Père Charles de Foucauld, meurt le 5 mars des suites de ses blessures. 




Journée nationale de l’Epaulette – 4 février 2017 à l’école militaire

26012017

La Journée nationale de l’Epaulette  aura lieu le samedi 4 février 2017 à l’école militaire.

Programme :

09 h 30  Bilan des projets de L’Epaulette et élection du CA

11 h 00  Tribune : « SERVIR aujourd’hui  » avec 6 intervenants (armée de Terre, Gendarmerie, SMV, Réseau Entreprendre, Garde nationale, Institut de l’engagement) animée par Romain Mielcarek

12 h 15  Intervention du représentant du général DGGN

12 h 30  Intervention du représentant du CEMAT

12 h 50  Remise des récompenses

13 h 00  Vin d’honneur et  buffet au « Pavillon Joffre »

15 h 00  Fin de l’assemblée générale

16 h 00  Vie et activités des promotions

17 h 00  Conclusions du Président – Départ  pour l’Arc de triomphe

18 h 30  Ravivage de « La Flamme » à l’Arc de Triomphe

Affiche AG 2017

Tous renseignements sur le site de L’Epaulette : www.lepaulette.net/wp, par téléphone : 01 41 93 35 35 ou par courriel à l’adresse : ag.epaulette@orange.fr

Le thème de cette journée et notamment de la table ronde de cette année : SERVIR servira de fil conducteur

Beau et vaste programme !




Réunion de la promotion EMIA Grande guerre (1997-99)

21112016

DSC_1900 (2)

La promotion Grande Guerre (EMIA 97-99) en rêvait depuis longtemps… elle l’a fait !

Une réunion de promotion 8 ans après la dernière (2008)…

Au résultat, une trentaine de camarades, « voraces » et épouses se sont retrouvés le 11 novembre 2016 au Musée de l’Armée pour visiter la passionnante exposition « Guerres Secrètes », puis dans les salons du Gouverneur Militaire de Paris pour partager un verre de l’amitié avant de participer sous l’Arc de Triomphe à la veillée annuelle du Comité de la Flamme.

Relevons qu’une trentaine des nôtres n’ont pu participer à la réunion pour cause d’OPEX, OPINT (dont Sentinelle) ou obligations protocolaires (DMD).

Très attachée à son nom de promotion, l’intention de marquer de façon un peu extraordinaire le centième anniversaire de l’Armisitice est partagée par l’ensemble de ses membres.

Rendez-vous en 2018 !

LCL Emmanuel DESACHY, fine promotion

Cette réunion fera l’objet d’un prochain article dans la revue L’Epaulette

 




Chronique historique – 29 juillet

29072016

Ceci est la dernière chronique de l’été fournie par le SHD  - reprise le 22 août

29 juillet 1588 : l’armada espagnole repérée au large de Plymouth (Angleterre). Partis de Lisbonne pour opérer un débarquement en Angleterre, les 130 bateaux (30 000 hommes) de la flotte de Philippe II d’Espagne se font repérer alors qu’ils croisent au sud de l’Angleterre et se dirigent vers Calais (Gravelines) où les attendent des transports de troupes. L’opération se solde les 7 et 8 aout suivants par un cuisant échec dû principalement aux très mauvaises conditions météorologiques qui dispersent et détruisent une bonne partie de ce que les Anglais vont ensuite appeler par dérision, l’Invincible Armada. 

29 juillet 1683 : bombardement d’Alger (Alger). Louis XIV a ordonné à l’amiral Duquesne de bombarder le port d’Alger afin de délivrer un message clair au Dey Hassan qui soutient la piraterie maritime en Méditerranée. Les puissances européennes, en conflit sur le continent, n’ont pas beaucoup de moyens à consacrer au contrôle de la Méditerranée si bien que les actes de piraterie finissent par coûter cher en hommes, navires et marchandises. Les Anglais bombardent Tripoli en 1675 incitant les pirates et corsaires à privilégier les cibles françaises. En 1682, un navire français de la royale est capturé et son équipage vendu comme esclave. Le 26 juin, le premier bombardement du port par Duquesne et ses galiotes à bombes (mortiers) permet de libérer des esclaves et d’entamer des pourparlers qui provoquent malheureusement une révolution de palais, laquelle ordonne… la reprise de la piraterie et l’exécution du consul français à Alger, le père Jean Le Vacher. Celui-ci est attaché devant la bouche du canon Baba-Merzoug qui le pulvérise. 16 autres français sont ainsi exécutés le 28 juillet. Duquesne réplique par un intense bombardement jusqu’au 29 juillet qui incite le Dey à libérer d’autres esclaves et à envoyer un émissaire à Louis XIV pour lui demander pardon.

29 juillet 1778 : début de la bataille de Rhodes Island (actuels Etats-Unis). Venant de New York avec sa flotte, le vice-amiral d’Estaing force le blocus du port de Newport pour appuyer les troupes américaines du général Sullivan en difficultés face aux Anglais qui occupent la ville et s’apprêtent à effectuer une sortie. Il ferme ensuite l’accès à New Port et à la baie de la Providence où se trouvent des bâtiments anglais qu’il détruit (6 bateaux). La bataille proprement dite n’aura lieu que début Aout. C’est la première tentative réelle de coordination des efforts de guerre localement entre Français et Américains insurgés.

29 juillet 1817 : suppression du corps des inspecteurs aux revues. « Il avait dans ses attributions l’administration et la surveillance des corps, la gestion des conseils d’administration et la gestion du personnel. L’attribut de leurs boutons fut repris dès 1830 par les intendants et a perduré jusqu’à l’extinction des commissaires de l’armée de terre ». CNE Jean-Baptiste P. (COMLE).

29 juillet 1836 : inauguration de l’Arc de triomphe (place de l’Etoile – Paris). Napoléon Ier, au lendemain de la bataille d’Austerlitz déclare à ses soldats: « Vous ne rentrerez dans vos foyers que sous des arcs de Triomphe » et ordonne la construction de l’arc le 18 février 1806. Son projet initial était d’en faire le point de départ d’une avenue traversant notamment le Louvre et la place de la Bastille. Lors des premières défaites napoléoniennes (Campagne de Russie en 1812), la construction fut interrompue, puis abandonnée sous la Restauration, avant d’être finalement reprise et achevée entre 1832 et 1836, sous Louis-Philippe. Sous l’Arc, se trouve la tombe du Soldat inconnu de la Première Guerre mondiale. La flamme qu’il abrite commémore le souvenir des soldats morts au combat et ne s’est jamais éteinte : elle est ravivée chaque soir par des associations d’anciens combattants ou de victimes de guerre. 

29 juillet 1939 : création des marins pompiers de Marseille. A la suite de l’incendie des Nouvelles Galeries, un décret-loi crée le bataillon des marins pompiers de Marseille. C’est l’une des unités les plus importantes de la Marine Nationale de par ses effectifs (2400).

29 juillet 1958 : création de la NASA (Washington). Eisenhower signe l’acte de création de l’agence autorisée par le congrès américain. La NASA est initialement une réponse aux premiers exploits spatiaux soviétiques (4 octobre 1957 : Spoutnik 1 en orbite,  3 novembre 1957 : Spoutnik 2 orbite avec la chienne Laika).

jusqu’au 27 août 2016 : spectacle son et lumière « La Nuit aux Invalides » dans la Cour d’honneur des Invalides (séance à 22h30).

jusqu’au 18 septembre 2016 : exposition « Bêtes de guerre » au Muséum de Marseille – Palais Longchamp.

jusqu’au  25 septembre 2016 : exposition « 1914-1918, la Mer en guerre » au Château de Vincennes.

 

 




Relais Nungesser : cérémonie à l’Arc de Triomphe le 4 mai à 16h45

5042016

relais Nungesser

Nous vous invitons à vous joindre à l’action de la promotion de l’EMIA « Lieutenant  Nungesser« , en participant au relais Nancy-Dunkerque ou, à défaut en venant le 4 mai à 16h45 sous l’Arc de Triomphe

Une délégation de 4 officiers de La « Nungesser » y récupérera la Flamme du soldat inconnu pour un relais pédestre du souvenir de 3 jours entre Nancy et Dunkerque.

Votre présence, en civil, avec l’insigne de votre promotion au côté, sera une marque d’amitié et de soutien envers nos jeunes camarades.

La prise de Flamme se fera à 17h00.

Accueil sous « l’arche immense »: à partir de 16h45 de part et d’autre du tombeau du soldat inconnu par les commissaires de la Flamme.

Le siège de l’Epaulette sera présent et notre rédacteur en chef, Paul Moreaux allumera le flambeau de la Nungesser et se rendra le 7 mai à Bergues pour la dernière étape du relais.

 

 




Chronique historique – 18 février

18022014

ADT

18 février 1806 : Napoléon Ier décide la construction de l’arc de Triomphe. Par décret impérial, Napoléon fait débuter la construction de l’arc de triomphe pour que ses soldats victorieux puissent le franchir, comme les armées antiques rentrant de leurs campagnes dans Rome. Achevé en 1836 par Louis-Philippe, le monument est devenu un symbole de la Nation. Ses voutes et parois sont couvertes de noms prestigieux et abritent depuis 1921 la tombe du soldat inconnu. Ce monument honore en fait ceux qui ont contribué à faire et défendre la France, qu’ils soient célèbres ou inconnus. La flamme qui brule sur la tombe du soldat inconnu est ravivée tous les soirs.

18 février 1859 : prise de Saïgon. Sur ordre de Napoléon III et pour punir des massacres de missionnaires, le vice-amiral d’escadre de Genouilly bombarde Saigon et débarque des troupes qui occupent le fort du port. Afin de trouver une voie de communication vers la Chine et ainsi contrebalancer l’influence britannique, Doudart de Lagrée organise une expédition sur le fleuve Mékong. Il conclue que la meilleure voie pour la Chine n’est pas le Mékong mais le Fleuve rouge

18 février 1871 : sortie avec les honneurs du colonel Denfert-Rochereau (Belfort). Le gouvernement provisoire lui ayant donné l’ordre de se rendre, Denfert-Rochereau sort de la ville bombardée depuis 103 jours par les Prussiens.

18 février 1889 : prise de Koudian (Soudan). Le Commandant Archinard, successeur de Gallieni, prend la ville de Koudian avec 400 hommes (dont le sous-lieutenant Marchand, futur général et héros de la colonne du même nom). Pour la première fois est utilisé au combat en Afrique, le fusil modèle 1884.

18 février 1895 : « Mais zut, j’en ai assez d’écrire ce soir »(Bhi Ni – Frontière chinoise). Ainsi s’achève la lettre du Tonkin que rédige Lyautey à cette date. Perdu dans les confins du Tonkin et de la Chine entre Cao Bang et Lang Son, Lyautey raconte le travail quotidien des troupes coloniales consistant à réimplanter la vie dans les vallées qu’écument les pirates. Ses écrits réunis dans Lettres du Tonkin et de Madagascar sont des mines de renseignements sur la vie, le travail et le combat des soldats bâtisseurs. Les éditions Lavauzelle avec leur collection la pensée préservée, donnent accès aux militaires écrivains dont certaines œuvres n’ont pas pris une ride et peuvent encore « parler » aux commandants d’unité français engagés sur les théâtres d’opérations extérieures.

18 février 1920 : échec de la première traversée aérienne du Sahara (Anes Barakka – confins algériens). Partis d’Alger, le général Laperrine, le commandant Vuillemin et le lieutenant Dagneaux se crashent lors de l’atterrissage forcé de leur Bréguet, victime d’une panne d’essence. Laperrine, figure du Sahara, ami du Père Charles de Foucauld, meurt le 5 mars des suites de ses blessures.




13 et 14 septembre : fête de la ST MAURICE (ANORI)

4092013

13 et 14 septembre : fête de la ST MAURICE (ANORI) dans ACTUALITE anori

Sous le patronage du général de division Hervé WATTECAMPS, Commandant les écoles militaires de Draguignan, Commandant l’École  de l’Infanterie,

le lieutenant-colonel (h) Patrice FICHET, président, et les membres du conseil d’administration de l’ANORI vous convie à assister aux cérémonies de la célébration de la Saint Maurice, patron des Fantassins,

le vendredi 13 septembre 2013‏ : Ravivage de la Flamme sous l’Arc de Triomphe

avec la Fédération Nationale des Amicales de Chasseurs à pied, alpins et mécanisés et la fanfare du 27ème BCA

le samedi 14 septembre 2013 à Vincennes

-de 8h30 à 12h : Visite du Mémorial des Chasseurs et du Tombeau des Braves, au Château de Vincennes (Pavillon du Roi)

-à 11h : Dépôt de gerbes  au Monument du Combattant Vincennois (square Jean Jaurès)

-à 12h : Repas amical avec les Chasseurs au Fort Neuf avec animation musicale par la Fanfare du 27ème BCA (dans la limite des places disponibles-prix: 20 €-réservation obligatoire avant le 4 septembre 2013)

-à 16h : Dépôt de gerbes à la plaque en l’honneur des élèves des Préparations Militaires au Fort Neuf à l’initiative du Conseil de Région Ile de France de l’UNOR (rassemblement terminé à 15h45)

-à 17h : Commémoration du combat de SIDI-Brahim et cérémonie de transmission du Drapeau des Chasseurs du 13ème BCA au 16ème BC au Château de Vincennes.

Pour de plus amples informations et éventuellement les modifications de dernière minute des cérémonies, connectez vous sur le site de l’ANORI : http://anorinfanterie.free.fr




Ah cette date, décidément !

25022011

Alors que je venais de terminer mon billet précédent, resurgit le « spectre du 19 mars » dans une correspondance qui m’est adressée par le Gal (2S) Henri-Jean FOURNIER (Cyr 65-67). Il n’y a là en revanche aucune polémique avec l’auteur du texte, au contraire. Le général FOURNIER soulève justement le douloureux problème des 617 soldats français portés disparus au cours des opérations d’Algérie entre 1954 et 1964.  En rappelant le fait que plus de la moitié d’entre eux ont disparu après le 19 mars 1962, il souligne le paradoxe que soulève, entre autres faits, le choix de cette date commémorative assez unanimement contestée.

arcdetriompheflamme.jpg

Pour leur part les membres du Comité d’entente, dont fait partie l’Epaulette, ont adressé une lettre au Ministre demandant à être reçus pour évoquer le sujet de la date unique de commémoration des morts pour la France. Les termes généraux de cette demande sont rapportés ci-dessous.

« Le 11 novembre doit devenir la Journée Nationale du Souvenir afin que tous les morts pour la France durant les deux Guerres (14-18 et 39-45), celles de l’Indochine et de l’Algérie, comme celle de Corée et toutes les opérations extérieures, passées, actuelles et à venir soient honorés par la France et les Français »

Je pense personnellement que cette démarche, excluant toute approche partisanne source de tensions et de conflits inutiles, peut déboucher sur la définition d’un cadre propice à des avancées significatives dans le domaine de la mémoire et de sa préservation.







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles