• Accueil
  • > Recherche : ems 2 osc s activé

OSC et EMS2, rappel et précisions

30112011

informeentempsreel.jpgLe cas de nos OSC activés souhaitant se présenter aux concours de l’EMS 2 est l’objet de questions et réponses récidivantes. La dernière en date portée vers la DRHAT suite à la sollicitation d’un capitaine intégré portait sur le poids du DT/R comme obstacle à la candidature. 

La réponse obtenue le 22 novembre est la suivante:

Référence : instruction n°13014/DEF/RH-AT/PRH/LEG du 12 mai 2009 relative à l’EMS2 

Pour se présenter à l’EMS 2 il faut être : 

  • officier de carrière ; 
  • ne pas être titulaire d’un DT.

Donc, un OSC intégré qui a bénéficié d’un DT/R avant la mise en place de la nouvelle politique du DT (2010) ne peut pas, théoriquement, se présenter à l’EMS 2.

Toutefois, l’instruction n°13014[1] prévoit ce cas particulier des OSC titulaire d’un DT/R avec dérogation accordée par la DRHAT au moment de l’inscription à l’EMS 2. Pour l’inscription au concours : 

  • si cet OSC intégré est titulaire d’un diplôme d’ingénieur ou d’un master 2 en sciences, il présente alors le concours SI de l’EMS2 ; 
  • dans le cas contraire, il présente le concours SHRI. 
  • Le choix du concours n’est pas laissé à la libre initiative du candidat. 

     

     

     

[1] « Des dérogations individuelles à l’une des conditions de candidature (…) pourront être accordées à titre exceptionnel, par le directeur des ressources humaines de l’armée de terre (…) Les demandes de dérogation seront mentionnées lors de l’inscription. Il appartient à l’intéressé de joindre les pièces justificatives qu’il estime nécessaires. » 

 




Il y a aussi de bonnes nouvelles

8092011

boutdutunnel2.jpgDepuis plus de 2 ans l’Epaulette porte, entre autres sujets,  les questions des OSC sur l’accès à l’EMS2 tant auprès de l’IAT que de la DRHAT (sans oublier les mentions de ces points lors des rendez-vous avec le CEMAT et le cabinet du Ministre).

Bien qu’il soit difficile voire impossible de faire la part des choses dans le poids relatif des interventions et intervenants différents -dont bien sûr les cadres de contact de ces officiers auxquels il serait faire injure de penser qu’ils ne sont pas à l’écoute de leurs subordonnés- je ne peux que me réjouir d’apprendre hier  que dorénavant les « OSC activés »  et qui remplissent les conditions requises pourront présenter sans dérogation les concours de l’EMS2.

Il reste dans ce domaine à clarifier la prise en compte des diplômes détenus qui, en fonction de leur équivalence master 1 ou 2, sont recevables ou non comme prérequis pour l’inscription. Ce sujet a été abordé lors de l’entrevue de juillet avec le DRHAT.

Les éléments de réponse aux différents points ne figurant pas dans le mémento RH qui nous a été remis à cette occasion, devraient nous être transmis au cours de l’automne.

Dossier suivi!




Bons indicateurs (et moins bons!)

20112010

evaluation270.jpg Alors que se profilent la fin d’année, l’assemblée générale de 2011 et avec elle deux ans de présidence de l’Épaulette, un bilan « en cours de mandat » (tout dépendra du prochain vote du CA!) me  semble utile, tant pour moi que pour vous. Je ne céderai pas à la facilité d’un classique: « D’où venons-nous, où sommes-nous et où allons-nous? ». Je préfère les chiffres, parfois brutaux, certains peu flatteurs, d’autres réconfortants, mais au moins incontestables sous réserve d’être analysés avec un minimum de pertinence.

Comme je l’ai répondu à l’un d’entre vous dans un récent commentaire, quelle que soit l’appréciation que nous pourrons porter sur nos actions, je garde une certitude: « Il faut toujours mieux hisser les couleurs que baisser pavillon! »

Ce point de situation constituera -entre autres activités- mon exercice du week-end. A lundi!

Lire la suite… »




Quel avenir pour l’EMIA?

19102010

pointinterrogation.jpg Ce titre peut sembler pour le moins iconoclaste venant du Président de l’Epaulette.

 Notez cependant qu’il ne dépeint cet avenir ni en blanc ni en noir, mais ouvre simplement une réflexion qui me semble aujourd’hui fondamentale. (Voir également billet du 9 oct.)

Pour aborder ce sujet d’actualité, revenons à quelques constats et questions élémentaires. (  actualisation de détail le 19/10) 

Lire la suite… »




DT/R… Danger!

23092010

solglissant.jpgRéunion du bureau de l’Epaulette du 22/9

Plusieurs OSC se sont retrouvé « piégés » (voir le billet du 4 septembre) par l’attribution d’un DT/R  lors de leur période contractuelle. Ce diplôme technique du 1er degré les exclut en effet de l’accès à l’EMS2 dès lors qu’ils sont activés.

» Extrait du BO correspondant DT/R... Danger! dans FONCTIONNEMENT pdfaccesems2.pdf

Or l’obtention de la prime de qualification de l’EMS1 est également liée au DQM, attribué sur titre dans la majorité des cas.

» Extrait du BO correspondant pdf dans FONCTIONNEMENTdqm.pdf

Donc, quelle que soit votre origine et en fonction de vos ambitions, ne vous jetez pas sur un DT/R pour une gloire éphémère et sans incidence financière, informez-vous, réfléchissez… et DECIDEZ en TOUTE CONNAISSANCE des CONSEQUENCES.




Combien de temps encore?

4092010

dindon.jpg Combien de temps en effet pourrons-nous continuer à « maltraiter » nos officiers sous contrat ? Combien de temps encore, la « richesse de nos différences » fondra-t-elle après le grade de capitaine ? Vaste sujet, mais aujourd’hui restons avec nos OSC. Tant que le statut de contractuel  restait la règle majoritaire, la situation était claire. On s’engageait pour un premier métier, par choix, par passion mais avec un horizon connu et accepté.

Là où les choses se troublent c’est lorsque la règle évolue et que le  contrat  laisse de plus en plus la place à  l’activation. L’objectif de 50% des OSC/E « activés » à l’issue du temps de commandement d’unité est aujourd’hui clairement annoncé. Dans le même temps, la proportion de spécialistes rejoignant l’active croît dans des proportions sensibles.

Et à terme qu’avons-nous ? De jeunes officiers d’active aussi, voire plus,  diplômés que leurs camarades directs et bien sûr semi-directs, bahutés dans un labyrinthe de mesures administratives inextricables autant que pénalisantes (d’autres mots  plus « popote »  me sont venus à l’esprit!)

On peut également noter que la sacrosainte « peau d’âne », allant jusqu’à déterminer les perspectives de carrière et parfois primer le rendement dans l’emploi (cas des officiers directs et semi-directs), devient ici transparente sauf à être assimilée au mieux à un DT (par la voie du DT/R)… Quand il n’est pas refusé par l’armée de Terre à un officier qui s’était vu diplômer, sur la même base, dans la Marine. Mais l’exception ne fait pas la règle.

Alors que ce jeune cadre ne devrait penser qu’à servir avec sérénité, à quoi est-il confronté ? Mes explications ne sauraient mieux en rendre compte que le message qu’il m’a transmis et qui est reproduit in fine.

J’entends d’ici les remarques de certains : « Il n’avait qu’à  faire Cyr, tenter les OST (il l’a fait) … ou rester dans le civil. » Ce serait oublier qu’on ne leur fait pas l’aumône en les accueillant. Et si demain ils choisissaient en masse la troisième option…

Les deux points, évoqués par ce « récent » capitaine (il a bien été promu le 1er août), feront l’objet d’une correspondance au CEMAT au cours de l’automne (JFD).

Lire la suite… »







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles