• Accueil
  • > Recherche : emia officiers

L’éditorial du président – numéro 184 de la revue – Mars 2014 (sous presse)

8032014

N184

Couverture de la prochaine revue consacrée au bilan de l’AG 2014

TRADITIONNELLEMENT, en début de nouvelle année, nous formulons des voeux. Je ne dérogerai pas à cette tradition pour la première revue de l’année. Je formule donc les voeux que 2014 soit la plus bénéfique et sereine possible pour chacune et chacun d’entre nous, mais tout en sachant que c’est aussi ce que nous ferons qui la rendra ainsi.

Mes premiers souhaits vont en priorité vers nos soldats engagés sur les théâtres d’opérations extérieurs, notamment le Mali avec l’opération Serval et la République Centrafricaine avec l’opération Sangaris qui sont sous les feux de l’actualité, mais également vers nos troupes en Afghanistan qui sont en train de tourner la page des opérations Pamir. J’ai une pensée très forte pour les familles endeuillées et nos blessés meurtris dans leurs chairs qui doivent pouvoir bénéficier du soutien sans faille de nos Institutions politiques et militaires.

Je souhaite que le budget de la Défense cesse d’être une variable d’ajustement du budget de l’Etat, que ses effectifs ne subissent pas le même sort vis-à-vis de la fonction publique et, qu’année après année, les crédits ne réduisent pas comme une peau de chagrin, que ce soit pour l’entraînement de nos troupes ou pour leurs équipements. Il en va de la crédibilité de la France.

Je souhaite que le bien peu glorieux épisode de Louvois trouve très rapidement une solution viable et que le personnel touché (solde incomplète, trop perçu, impôts, etc.) ne fasse pas les frais de ce désastre et soit accompagné du mieux possible.

Je souhaite que les militaires, notamment les officiers, touchés par la réduction des effectifs, soient guidés sereinement dans leurs démarches afin que cette seconde carrière se présente dans de bonnes conditions. La synergie qui se crée entre l’institutionnel (ARD) et l’associatif

(associations d’école, plateforme interarmées de coordination de l’accompagnement à la reconversion) est un gage de réussite dans ce domaine.

Je souhaite que L’Épaulette soit à la pointe de cet engagement, notamment du fait que les adhérents de L’Épaulette représentent la majorité des officiers concernés par ces réductions. Les orientations prises par L’Épaulette (création du service d’aide à la reconversion – SαR, participation active à la journée Cap 2C) et l’animation de la plateforme interarmées de coordination de l’accompagnement à la reconversion (Cap 2e Carrière) confiée au président national de L’Épaulette induisent des synergies profitables à tous.

Je souhaite développer la première des deux orientations prises résolument par L’Épaulette avec le volet ÉCOUTE – ANALY SE – CONSEIL au profit de près de 70 % des officiers de l’armée de Terre de 28 origines différentes du recrutement interne et sous contrat. ÉCOUTER pour mieux appréhender toutes les spécificités de ces différents recrutements. ANALY SER ces informations et ces échanges pour mieux comprendre les intérêts de chacun, leurs difficultés et leurs attentes afin de mieux les faire partager par le commandement. CONSEILLER et donc accompagner nos officiers en activité dans la préparation

de leurs concours, dans leurs réflexions sur leur avenir, dans leurs interrogations… Ce volet a pu apparaître secondaire face à la nécessaire montée en puissance de l’accompagnement à la reconversion, mais il ne s’agissait que d’un effet d’optique. C’est une préoccupation permanente du Conseil d’Administration, qui a décidé d’inviter systématiquement à ses réunions le grand prévôt de la promotion EMIA (2e année), le Commandant du 4e bataillon, le représentant OSC de la promotion du 4e bataillon, le correspondant Épaulette des gendarmes, le grand prévôt de la promotion des élèves officiers de la gendarmerie de l’EOGN, le président tournant des OAEA.

Je souhaite enfin que davantage d’adhérents participent à la vie de L’Épaulette car :

• il nous faut renforcer le siège qui peine à tout assurer et qui doit monter en puissance notre service d’aide à la reconversion, structurer la remontée des informations locales. Cela représente quelques heures de bénévolat sur place à Vincennes ou par télétravail…

• il nous faut trouver des référents pour accompagner chaque officier qui envisage de se reconvertir ;

• il nous faut tisser ce réseau de correspondants dans les bases de défense et dans les unités pour faire remonter les attentes, les questions, les inquiétudes locales ;

• il nous faut remplacer certains présidents de groupement.

Je souhaite donc une année ambitieuse pour L’Épaulette, mais je suis sûr qu’avec le concours de chacun d’entre nous, nous ferons que 2014 sera une bonne année !…

GCA (2s) Hervé Giaume,

Président national de L’Épaulette




13 février : bilan de la journée « reconversion » CAP 2C au CNA

15022014

CAP2C 2

Le 13 février 2014, la 4ème édition de la journée d’information à la reconversion CAP 2C s’est tenue à nouveau au Cercle National des Armées.  Cette édition a connu un succès remarquable puisque, signe de l’époque, nous avons connu une affluence record de plus du double de l’an dernier avec de l’ordre de 130 participants dont 63 « Terriens » : 44 St Cyriens, et 19 ressortissants de l’Epaulette regroupant des camarades de l’EMIA, des OSC, CTA et même un officier servant à titre étranger. 

Pour la seconde année, grâce à une synergie complète de nos 9 associations, toutes les catégories d’officiers des trois armées et de la gendarmerie ont été conviées. Cette dynamique, désormais établie et reconnue, nous amène à être reconnus comme des acteurs à part entière par les institutionnels de la gestion des personnels et de la reconversion. A l’invitation de l’Agence de reconversion de la défense (ARD), nous avions participé à la réunion d’information du 5 décembre 2013 dans un amphi Foch comble. Dans la même logique de complémentarité « gagnant-gagnant », l’ARD était évidemment des nôtres le 13 février, en la présence de son directeur et nous cheminons  côte à côte pour développer des interactions utiles. 

Cette journée d’initiation à la reconversion cherchait à informer concrètement tous les officiers qui se posent la question d’un départ de l’institution ou qui se sont déjà lancés, et ce, quel que soit leur degré d’avancement dans leur réorientation. Pour couvrir ce large spectre, nous avons procédé en deux étapes. 

La matinée a été centrée sur le « départ de l’institution » et l’après-midi sur les « paysages de l’entreprise ». Donc, tout d’abord, les responsables des ressources humaines de la Défense et de chaque armée ont présenté à l’assistance les grandes lignes de la politique de départ et ses modalités. Dans ce fil, une quinzaine de témoignages, en 5 ateliers par groupes d’âges, sont venus  ensuite concrétiser ces problématiques.

Après le déjeuner, la direction de Pôle Emploi a présenté l’état du marché du travail, puis une table ronde de directeurs et de consultants des ressources humaines a permis de décrire le paysage de l’employabilité et du recrutement.  Enfin, 5 ateliers ont permis à une dizaine d’autres témoins, acteurs représentatifs des principales branches d’activité (des grands groupes à la création d’entreprise), de faire vivre des parcours d’officiers au sein de l’entreprise.

Les messages de félicitations et de remerciement sont nombreux, des intervenants comme des participants, attestant de la réussite de la journée. 

Bien loin du traditionnel « tribalisme gaulois », si souvent cher à notre culture, notre équipe interarmées va de l’avant, plus que jamais déterminée à tirer tous les avantages de cette dynamique pour notre communauté d’officiers et nos adhérents.

Photo CAP2C

La communauté Terre (ASCVIC, Saint-Cyrienne, Epaulette) a réellement parlé d’une seule voix. Ensemble, nous avons étroitement travaillé pour animer à un bon niveau (nous étions 50% !) ce rendez-vous désormais inscrit dans le paysage associatif.

D’autres projets, comme cela a été annoncé dans la revue et au cours de l’assemblée générale du 8 février dernier, vont voir le jour pour mutualiser encore davantage nos efforts et apporter un soutien « réseau » à nos camarades qui se posent la question d’une nouvelle vie professionnelle civile.

Rendez-vous à l’édition 2015 ! Si, d’ici là, vous vous interrogez  ou êtes déjà en route, en parallèle de vos démarches officielles, rapprochez-vous de vos associations  : nous pouvons vos aider !

 Général de division (2S) Georges Lebel, Lt (H) Adrian Brown pour la St Cyrienne et l’ASCVIC, Général (2S) Marc Delaunay, Délégué général de l’Epaulette,




La nouvelle promotion de l’EMIA : « ceux d’Afghanistan »

4092013

La nouvelle promotion de l'EMIA :

Voici un petit point de situation de la promotion « ceux d’Afghanistan » de l’EMIA.
Cette nouvelle promotion dont voici l’insigne, sensible à l’action de l’Epaulette, souhaite participer pleinement à son soutien autant qu’à sa promotion auprès de nos camarades de recrutement semi direct des autres armées,notamment au travers de ses projets pour faire rayonner notre école.

Pourquoi le choix du nom de promotion « ceux d’Afghanistan »
Tout d’abord pour rendre hommage au près de 60 000 soldats ayant servi dans cette opération ainsi qu’aux 88 soldats morts là bas au service de la France, et notamment aux 10 officiers décédés dont le CBA DUPIN, issu de l’EMIA.
D’autre part, nombre d’entre nous ont eu l’opportunité d’y servir, un certain nombre y a perdu des camarades.Il est à noter que ceux qui n’y ont pas servi directement ont soit eu un rôle actif de soutien vis à vis de la projection sur le théâtre soit ont vu des camarades proches y partir. De près ou de loin notre génération est donc particulièrement proche du théâtre afghan.
De plus, étant d’origine semi directe, nous avons déjà une expérience opérationnelle et cela nous a paru normal de rendre hommage à tous ces soldats.
Enfin, après l’annonce de la fermeture programmée de cette opération et le retrait des troupes qui en découle nous avons pensé que ce nom serait maintenant approprié afin d’apporter un témoignage toujours vivant et gravé dans le marbre des  promotions de l’EMIA.
Ce nom est donc fortement soutenu par l’ensemble de la promotion et comme l’Afghanistan est connu par l’ensemble de la société française ainsi que par nos alliés internationaux nous pouvons naturellement communiquer et nous suscitons beaucoup de questions sur notre école.

bapt-promo-ia1 dans INFOS

 

  Pour tout contact son adresse est la suivante :
Promotion « ceux d’Afghanistan »
1ère Brigade de l’Ecole Militaire Interarmes
Ecoles de Saint-Cyr Coëtquidan
56380 Guer.




Un livre au coeur de l’actualité

13022013

Sous la direction du Colonel Stéphane CHALMIN

GAGNER UNE GUERRE AUJOURD’HUI ?

Le monde contemporainUn livre au coeur de l'actualité dans ACTUALITE guerretoday-300x223 est marqué par un paradoxe majeur.

Les affrontements armés s’y multiplient mais, parallèlement, l’emploi de la force militaire ne produit le plus souvent que des résultats ambigus, loin des objectifs que se fixaient les différentes parties.
Les difficultés rencontrées par les armées occidentales sur les différents théâtres où elles ont été engagées depuis la fin de la deuxième guerre mondiale posent ainsi une question claire : est-il encore possible
aujourd’hui, pour elles, de gagner une guerre ?
L’utilisation de l’outil militaire par les États dans la conduite de leur politique extérieure demeure nécessaire et légitime.

Mais quels objectifs peut-on rechercher, quelles sont les conditions du recours à la force, à quelles contraintes va-t-on faire face, assiste-t-on à un déclin de la puissance militaire occidentale, comment « réussir » nos guerres ?
Autant de questions fondamentales auxquelles les meilleurs spécialistes apportent leurs réponses complémentaires dans cet ouvrage qui éclaire d’un jour nouveau une problématique centrale du monde d’aujourd’hui.

* * *

Sous-officier puis officier d’artillerie (EMIA, promotion Général DABOVAL – 1990/1992), le Colonel Stéphane CHALMIN est engagé dans de nombreuses opérations extérieures.

Breveté de l’École de Guerre, passionné de formation et de réflexion stratégique, il participe directement à la formation des officiers supérieurs de l’armée de Terre avant de prendre, en 2011, le commandement du Centre militaire de formation professionnelle de Fontenay-le-Comte.

Sommaire de l’ouvrage Lire la suite… »




Tableau de colonel 2013

31122012

Le tableau d’avancement au grade de colonel des officiers brevetés de l’armée de Terre montre une bonne « tenue » des officiers issus de l’EMIA.

Le volume et les choix jeunes ne mettent pas en évidence d’ostracisme concernant cette population.

Pour  autant cette situation ne constitue pas une tendance pérenne.  En effet, depuis le nouveau concours EDG (école de guerre), les semi-directs sont pratiquement exclus de la filière SI (sciences de l’ingénieur) pour l’accès à laquelle il faut être titulaire d’un diplôme d’ingénieur. Cette barrière s’est traduite depuis trois ans par une baisse de 50% des admis semi-directs (de 30 à 15 stagiaires – chiffre moyen). Un constat identique vaut pour les CTA (corps technique et administratif) qui n’ont aucun candidat admis depuis 3 ans du fait de la spécialité sciences administratives réservée aux seuls commissaires (5 admis cette année à l’EDG). On constate enfin une montée des OSC-activés dans les résultats à l’EDG: 5 parmi les 15 admis de la session 2013. Leur âge élevé constitue pour eux un handicap pour l’avancement tant que le « bigramme » restera déterminant.

Ces baisses auront un effet mécanique sur les tableaux à venir…qui eux mêmes subiront les conséquences des déflations prévues (17% en moyenne en 2013…alors qu’aux « Affaires étrangères » le taux de progression des fonctionnaires, toutes catégories confondues  augmenterait de près de 30% – source VA à vérifier ?).

On peut également noter le signe annonciateur de tensions à venir que constitue le différentiel entre le tableau de colonel (77 postes en 2013) et les admis du COA (corps des officiers des armes) à l’EDG en 2013 (90 places).

Peut-on envisager à terme une corrélation brevet-grade de colonel, difficile à imaginer dans le courant actuel? Qui seront les heureux bénéficiaires de cette nouvelle situation de breveté lieutenant-colonel? Que deviendront-ils?

Une piste parmi d’autres pourrait se dessiner si on en croit les récents admis à l’EDG qui, lors de l’entretien avec la DRHAT, se seraient vu proposer une orientation « plutôt chef de BOI ou plutôt chef de corps » (information obtenue auprès de futurs stagiaires, mais non recoupée avec la DRHAT)

Bonne année malgré tout!

(Cliquer sur les graphiques pour les agrandir)

Tableau de colonel 2013 dans INFOS colonel-300x196

 

 

 

 

 

 

 

ia-nommes-300x196 dans REFLEXIONS

 

 

 

 

 

 

 

cyr-nommes-300x196

 

 

 

 

 

 




Echos de la savane

4122012

LEchos de la savane dans INFOS tam-tam-qui-parle1-150x150e 24 octobre dernier j’évoquais dans un billet les rumeurs d’évolution des conditions d’accès aux concours de l’administration, notamment la remise en cause des limites d’âge.

Des informations convergentes confirment que  parmi les projets de décrets étudiés lors de la dernière session du CFMT, l’un d’entre eux prévoit de supprimer ces limites d’âge basses de certains concours d’officiers. Celles-ci seraient remplacées par des anciennetés de service. Ainsi, un militaire pourrait, lorsque ce décret sera publié, présenter le concours d’entrée à l’EMIA après trois années de service, soit à l’âge de 21 ans, si on prend la configuration la plus précoce et la plus favorable d’un candidat à cette école.

A suivre et à préciser lors du prochain conseil de perfectionnement de l’EMIA qui aura lieu à Tours le 20 décembre prochain en présence du DRHAT.

On notera cependant qu’il convient de rapporter l’impact de cette éventuelle mesure à la « réalité du terrain ». Lors de la remise des sabres à la 52e promotion de l’EMIA en novembre, et en évoquant ce point, j’ai constaté que seuls deux EOA sur 90 étaient « touchés » par cette limite des 23 ans. 

Et par SAINTE BARBE VIVE les SAPEURS, ARTILLEURS et AUTRES CANONNIERS et MANIPULATEURS de FOUDRE




Séquence souvenirs

30102012

Séquence souvenirs dans HUMEURS souvenir1-300x199En rangeant ce matin quelques archives militaires, j’ai bien évidemment succombé à un feuilletage coupable: « Souvenir » (EMIA 72), DA, CPOS, DEM, 101 promo ESG. Images et dessins parfois excellents, souvent maladroits nous rappellent un passé joyeux qui, au fil du temps et des albums, s’émaille de la mémoire de nos camarades disparus.

Dans les traces encore fraîches, j’ai retrouvé le dernier bulletin de notre promotion sœur, la Cyr  « De Gaulle », avec laquelle nous entretenons des liens privilégiés.

Les statistiques qui y figurent sont éloquentes et doivent amener à réfléchir ceux qui se placent en victimes expiatoires des évolutions (je devrais dire « régressions ») du moment.

Aujourd’hui tout le monde souffre et ce n’est pas fini: les OSC (voir précédent billet), les IA, mais aussi les OAEA, CTA… enfin nos camarades de Cyr. Explication.

Nos deux promotions sorties de Coët en 1972 comportaient 196 et 207 officiers (Cyr et EMIA), officiers étrangers compris. Au bilan 62 officiers généraux (dont étrangers?) pour la « De Gaulle » et 8 pour la « Souvenir ».

L’ordre de grandeur est à retenir: 32% de la promotion de Cyr a terminé comme OG  et 4% de celle de l’IA.

Aujourd’hui, faites les comptes avec des promotions de directs à 150-160, des IA à 90-95 et 18 à 20 généraux par an (dont peut-être 2 à 3 semi-directs!): Cyr 11%, IA 2%. Je n’ai pas ici intégré la population de nos OSC sur laquelle il n’y a pas de visibilité à cette échéance de carrière.

J’aurais certainement ma place à la DRHAT pour expliquer qu’alors que les promotions de directs ont vu leur nombre de généraux baisser de 64%, les promotions de l’EMIA n’ont subi une déflation que de 50%. Mais ceux qui connaissent la magie des nombres savent que les pourcentages sont trompeurs!

Quoi qu’il en soit, il faut aujourd’hui serrer nos rangs, sans esprit de chapelle, car le malheur des uns ne fera pas cette fois encore le bonheur des autres!




Soutenons-les

24102012

Soutenons-les dans PRESENTATION esm4-300x212Je relaie bien volontiers ici ce message du commandant de l’ESM4 (Bataillon des officiers sous contrat) destiné à aider ses jeunes officiers à vivre et manifester leur passion et leur vocation.

Les OSC sont des candidats « naturels » à l’adhésion à l’Épaulette et bénéficieront d’une aide apportée par ailleurs aux  promotions de l’EMIA et de l’EAM. Pour autant, des ressources comptées pour ces actions de soutien plaident pour un élargissement du champ de « prospection ».

Si vous souhaitez participer à cette action contacter l’Épaulette qui transmettra votre message. 

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 
Lire la suite… »







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles