• Accueil
  • > Recherche : defilé emia

ÉDITORIAL de la revue de septembre 2016 : Cérémonies du Triomphe et volontarisme associatif

14092016

Revue 194

Couverture du N° 194 de la Revue – septembre 2016 – à paraître

EDITORIAL DU PRESIDENT

De retour des Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan pour les cérémonies du Triomphe, je suis partagé entre deux sentiments :
• Heureux et fier d’avoir pu rencontrer et féliciter les promotions EMIA (les sous-lieutenants de la promotion Lieutenant Nungesser qui vont rejoindre leurs écoles d’application avant de retourner dans la vraie vie du corps de troupe et les officiers-élèves de la nouvelle promotion Colonel Michel Vallette d’Osia), les officiers sous contrat de la promotion capitaine Erwan Bergot (notamment en remettant un sabre aux majors
des OSC Encadrement, des OSC Spécialistes et des OSC Pilotes) ou encore le stage des officiers de recrutement semi-tardif et tardif (OAEA et Officiers Rang).
Un grand bravo à toutes et tous pour le travail accompli, pour avoir eu la volonté de se lancer dans ces cursus et avoir ainsi « l’audace de servir » l’armée et la nation comme officier. N’oublions pas que nos recrutements représentent 70% des officiers de l’armée de Terre qui servent avec notre belle devise chevillée au corps « Le travail pour loi et l’honneur comme guide ».
• Peiné et préoccupé par la tragédie qui s’est déroulée sur la promenade des Anglais à Nice (mon fief familial) et à Munich. Comment faire face à ces actes de terrorisme d’une lâcheté et d’une barbarie qui
posent question sur les ressorts de cette violence bestiale et nous renvoient à nos faiblesses ? Quelles mesures de vigilance adopter pour contrer efficacement ces terroristes dénués de tout respect de la vie ?
Nos forces armées sont-elles bien utilisées sur le terrain ? Malgré le sens aigu de la mission et l’abnégation de nos soldats de tous grades, l’usure très sensible de nos unités dans le cadre de l’opération Sentinelle et ses effets sur nos capacités et nos missions opérationnelles sont-ils réellement perçus par nos responsables politiques ?

Etant d’un optimiste volontariste, je veux garder en tête les images de ces belles et émouvantes cérémonies du Triomphe : l’adoubement des recrutements semi-tardifs et tardifs, les démonstrations sur le
Marchfeld, les chants des promotions de Saint-Cyr et de l’EMIA, le remarquable défilé de la promotion Nungesser, l’engagement, dans la simplicité et le sérieux, de nos OSC.

J’en profite pour saluer et remercier le général Blachon, commandant les écoles de Coëtquidan pour son approche toujours positive des affaires, pour sa disponibilité et la simplicité dans les rapports avec
ses interlocuteurs, mettant ainsi beaucoup de sérénité au sein de ce beau creuset de formation des officiers.

Le dossier de ce numéro porte sur l’implication des armées dans la sécurité civile et présente le Service civique. On oublie qu’au sein de la sécurité civile, qui désigne l’ensemble des moyens mis en oeuvre
par un Etat pour protéger ses citoyens en temps de guerre comme en temps de paix, de nombreux militaires y servent. Le Service civique, redéfini par la loi du 10 mars 2010, est destiné aux 16 à 25 ans. Deux réalités totalement différentes, souvent mal comprises par beaucoup d’entre nous, qu’il est bon de clarifier.

Enfin, le dossier des APNM demeure dans l’actualité avec la parution fin juin du décret modifiant l’organisation de la concertation des militaires (CSFM) et la publication des décrets d’application le
20 juillet 2016. L’avenir nous dira si L’Épaulette a eu raison de soutenir la création de l’APNM APRODEF dès février 2016. Notre unique objectif est que l’armée de terre puisse prendre toute la place qui lui revient au sein du futur CSFM. Le premier défi que nous devons relever ensemble est de gagner la bataille des effectifs. Je me tourne donc vers nos adhérents d’active et sous ESR pour leur demander d’exprimer au siège de L’ÉPAULETTE leur adhésion à APRODEF (cela ne leur coûtera rien puisque le montant de l’adhésion est compris dans la cotisation à L’Épaulette). Cela permettra à APRODEF de remplir les conditions
d’éligibilité pour pouvoir siéger au CSFM, la concrétisation de son nouveau format devant se faire à court terme.

Notre volonté, au travers d’APRODEF, est de pouvoir venir en appui du commandement pour défendre la condition militaire vis-à-vis des décideurs et attirer l’attention des responsables politiques sur
la « surchauffe » actuelle d’emploi de nos forces entre missions intérieures et opérations extérieures. Nous menons déjà une réflexion sur ces thèmes importants, mais nous avons aussi besoin du soutien de nos
adhérents à l’image des démarches adoptées au sein des autres armées.

Partageons ensemble la conviction que les associations telles que L’Épaulette ou APRODEF demain apportent une contribution loyale et désintéressée pour expliciter et défendre auprès des dirigeants et
de la société civile, la place que tient l’ensemble de la communauté militaire au sein de la Nation et sa spécificité.
Bien fidèlement et bonne rentrée.

Général de corps d’armée (2s) Hervé Giaume, président national de L’Épaulette




Défilé du 14 juillet : images de l’EMIA

16072016

A l’opposé des mesures de sécurité omniprésentes pour une assistance en tribune déjà canalisée, filtrée et présélectionnée, les champs-Elysées donnaient presque l’impression d’un espace de liberté pour les troupes du défilé.

Les quelques gouttes puis le soleil ont ravivé pour quelques heures les couleurs nationales avant que la sinistre actualité de Nice nous ramène à la réalité.

Comme d’habitude, l’EMIA a été impeccable.

DSC_0275DSC_0277

 




Autre cinquantenaire

13072011

Autre cinquantenaire dans HUMEURS sma50

On a beaucoup parlé du cinquantenaire de l’EMIA en cette année 2011. Une autre structure permettant de s’élever par l’effort fête aujourd’hui ses 50 ans et aura demain l’honneur de défiler sur les Champs Elysées: le SMA (service militaire adapté).

On connaît mal cet organisation et surtout ses remarquables résultats. Quelques chiffres de 2010:

  • 3000 volontaires dont 2200 « décrocheurs scolaires »
  • 38% d’illettrés niveaux 1 et 2
  • 80% de non-détenteurs du brevet des collèges. Et malgré cela…
  • 75 % de taux d’insertion dans une structure professionnelle ou par l’emploi direct.

Bravo à toutes ces équipes qui s’investissent, elles aussi , sans compter pour le succès de la mission.

Rançon de la gloire (ou clin d’oeil opportun en direction des ultra-marins?), le Président de la République a décidé de doubler les capacités d’accueil du SMA (3000 à 6000 volontaires!) à l’horizon 2014.

Certes une enveloppe budgétaire   »prévisionnelle » de 107 M€ est intégrée au plan triennal 2011-2013 et devrait permettre au SMA de voir son budget annuel passer à 200 M€ en 2014. Qu’en sera-t-il une fois éteints les chants des sirènes de 2012?

Dans le meilleur des cas les « pilotes », déjà confrontés aux limites des capacités d’emploi de ces territoires,  devront se tourner résolument vers la métropole. Une première maison du SMA existe à Périgueux. Elle s’inspire d’un principe de fonctionnement proche de celui des maisons des compagnons. Mais tout cela coûte cher en moyens et en hommes, la recherche de financements ou de structures novateurs (création d’une association support, d’une fondation ou d’un fonds de dotation) pourraient être des pistes de solutions.

Bref, une fois encore je crois que les uns et les autres vont tout mettre en oeuvre pour se « dém…er ».

Quelle chance pour un ministre que cette « grande muette » travailleuse!




Par un trou de souris!

14072010

En regardant nos belles écoles défiler sous la pluie!

Actualisé et corrigé le 16/07/2010 (données INTRADEF)

troudesouris.jpgL’autorisation de concourir pour l’accès au CID est, depuis 2009, soumise aux délibérations d’une commission émettant un avis sur l’opportunité des candidatures. Cette commission prend en compte la notation et le niveau général des candidats. Or il apparaît que depuis l’instauration de cette procédure, le nombre de candidats « semi-directs » autorisés à concourir a diminué de manière  sensible pour ne plus représenter que 24% de l’effectif global (36% en 2007). Les données partielles concernant le candidats 2010 (oral en septembre 2010) et les préparants 2010 (concours 2011, CSEM 2012 et CID 2013) en première présentation, confirment et même accentuent cette tendance. Rappelons qu’aujourd’hui la promotion sortante du CID comporte encore 33 officiers non saint-cyriens dont 23 semi-directs soit plus d’un quart des stagiaires hors commissaires!

——————————————————————–

Lire la suite… »







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles