La tribune du CEMA dans les Echos : Le prix de la paix, c’est l’effort de guerre

27122016

Capture d’écran 2016-12-27 à 18.40.17

Pierre de Villiers / chef d’état-major des armées Le 20/12 à 21:25Mis à jour le 21/12 à 12:40

LE CERCLE/POINT DE VUE – Il est très rare qu’un haut responsable de l’armée française prenne publiquement la parole pour tirer le signal d’alarme. Encore moins lorsqu’il s’agit du Général Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées. C’est pourtant ce qu’il a choisi de faire dans nos colonnes.

Précision. Le texte que Pierre de Villiers nous a écrit – il convient de le préciser, avant l’attentat de Berlin, est à la fois un constat et un appel. Le constat : l’armée française est parvenue à la limite de ses forces. L’appel : il faut ­absolument lui donner les moyens de faire face aux nouvelles menaces qui se multiplient. 

Avec la rupture des années 2015 et 2016, nous avons changé d’époque. C’est « la fin de l’insouciance ». La paix, désormais, ne va plus de soi ; il faut la conquérir ; s’extraire du piège dont les deux mâchoires sont le déni et la désespérance. Toutes les forces de défense et de sécurité, toutes les forces vives de la nation sont au défi d’apporter une réponse globale ; car gagner la guerre ne suffit pas à gagner la paix. L’instabilité et la complexité de la situation sécuritaire l’exigent. L’impératif de responsabilité le commande.

Pour en savoir plus aller sur : http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/0211613635015-le-prix-de-la-paix-cest-leffort-de-guerre-2051928.php




Silence radio!

26052011

silencedudesertnb.jpgsilence.jpg

Je livre cette réaction (justifiée!) d’un assidu du blog:

  »…Très étonné de ne voir aucune communication dans les médias suite à la journée du cinquantenaire, je m’en suis ouvert par mail à M. Frédéric Pons (Valeurs Actuelles).

Ce dernier m’a indiqué que bien qu’il soit journaliste accrédité Défense, il n’a reçu aucune annonce, aucun dossier d’information, aucune invitation à quoi que ce soit de la part de la Dicod, du Sirpa-Terre ou de quelque autre organisme. Certes l’IA n’a pas vocation à faire du marketing, mais il y a un minimum (!) à moins qu’il n’y ait une volonté au plus haut niveau de déprécier cette voie de recrutement, ce qui m’inquiète quand on sait qu’elle fournit l’ossature et la cheville ouvrière du corps des officiers français.

La qualité de notre Armée (je parle des personnels) est mondialement reconnue -il suffit d’entendre les témoignages des populations qu’elle est amenée à protéger dans le respect des cultures locales. Tous les officiers dont les IA sont les garants de cette qualité et leur formation y est pour beaucoup… les échos que l’on a de nos jeunes camarades sur les restrictions des moyens et budgets aux écoles sont également pessimistes…

J’espère me tromper, mais c’est mon sentiment.

Peut-être serait-il utile que l’Épaulette réagisse vers l’EMAT ?

Merci en tout cas pour le partage des photos grâce à votre blog. »  (F.O. EMIA Général BERGE 1998 – 2000)

Merci à mon tour pour votre vigilance qui aura suppléé le manque d’attention du Président très « mobile » depuis cet évènement.

Ce constat corrobore malheureusement une attitude assez générale qui aura entouré cette cérémonie. Si le CEMAT, le Grand Chancelier et quelques autres se sont réellement investis, la « machine » ne s’est pas lancée derrière eux. Tout s’est fait « a minima »…juste ce qu’il fallait pour ne pas trop s’exposer aux reproches!

On n’a pas manqué cependant de me rappeler de « m’occuper de ce qui me regardait » à l’occasion de certaines de mes interventions. Aujourd’hui, je m’autorise à retourner la question « Qu’avez-vous fait dans les domaines qui vous regardaient ? »

Comme vous le suggérez, ce point sera repris dans un rapide bilan de l’opération Cinquantenaire -que j’ai annoncé sur ce blog il y a quelques jours- et qui sera l’objet d’une diffusion ciblée… En espérant ne pas prêcher dans le désert!




Mobilisation générale !

17022011

Massage cardiaque… oxygène… défibrillateur… atropine… Je ne connais que trop bien cette sinistre séquence. Elle me ramène pourtant aujourd’hui à  »L’Epaulette ».

L’électrocardiogramme ne montre que des frémissements sous l’effet des impulsions pourtant vigoureuses (me semble-t-il) et la « machine » ne démarre pas franchement.

Certes ici et là des voix se font entendre, elles génèrent quelques échos qui s’éteignent assez vite après avoir rebondi sur les murs d’une forme d’indifférence (au bahut ces phrases me valaient des appréciations du genre  »style pompier », mais j’ai appris à assumer mes relâchements littéraires!).

Pourtant tout n’est pas rose. Quand les chefs d’état-major des armées, unanimes dans leurs discours à l’Assemblée nationale, parlent de limites atteintes en matière d’adaptation. Quand le CEMA, lors du colloque du Conseil économique de la défense du 2 juin 2010 évoque: « …la relégation de la PSDC au soft power… la tentation d’un repli national… un décrochage technologique et capacitaire… enfin une remise en cause des modèles de forces avec l’abandon de capacités. » Peut-on rester indifférents? Peut-on considérer que ce ne sont là que les effets parasites d’une nième réforme qui nous verra ressurgir plus efficients, plus réactifs, capable de frapper plus « Vite, fort et loin » (ça ne vous rappelle rien?  1984-1996).

ordredemobilisation.jpgJe crains une forme d’anesthésie progressive du discernement, un enfermement dans des principes parfois manipulés. Ainsi quand notre CEMAT, lors de l’AG du 5 février nous rappelle que ce métier est un « paquet complet » qui doit s’accepter en tant que tel, c’est oublier (pardon pour cette audace) que tout principe physique ne vaut bien souvent que dans des « conditions normales de température et de pression ».

Dans quelques jours, le 9 mars, je suis reçu, accompagné par notre premier vice-président, par le cabinet du Ministre. Pour porter quels messages?  Encore les mêmes: témoigner des inquiétudes que génère la politique RH actuelle notamment chez les officiers de nos origines, mais aussi défendre le rôle que doivent avoir nos associations dans le dialogue interne. Et qui sait…un jour!

Que ce billet d’humeur soit considéré comme un encouragement pour ceux qui, dans leur « village », rament eux aussi avec conviction dans un fort courant pour aider à avancer les officiers que nous défendons. Je crois que je vais prendre un petit week-end de vacances… Pour mieux repartir lundi! (JFD)







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles