• Accueil
  • > Recherche : anciens emia

Chronique historique : 8 juin

8062019

8 juin : journée nationale d’hommage aux morts pour la France en Indochine.  Instituée par le décret n° 2005-547 du 26 mai 2005, cette journée d’hommage correspond au jour du transfert à la nécropole nationale de Notre-Dame de Lorette, de la dépouille du Soldat Inconnu d’Indochine, le 8 juin 1980. Un mémorial dédié aux morts pour la France en Indochine est implanté à Fréjus sur une hauteur dominant la ville. Inauguré en 1993 par le président de la République, il abrite près de 24 000 sépultures de militaires et de civils morts en Indochine.

Le site Internet « mémoire des hommes » permet de consulter en ligne la base de données des morts pour la France au cours de la Guerre d’Indochine (1945-1954). Conservée par le Service historique de la Défense, elle a été constituée par la saisie et l’indexation d’un fichier établi par le ministère des Anciens combattants au lendemain de ce conflit.

 8 juin 632 : mort de Mahomet (Médine – actuelle Arabie Saoudite). Le prophète de l’Islam meurt à 63 ans.

8 juin 1865 : combat de Hierba Buena (Mexique)

8 juin 1883 : signature de la Convention de la Marsa (au nord-est de Tunis). La convention complète le Traité du Bardo et permet à la France d’établir son protectorat sur la Tunisie.

8 juin 1912 : naufrage du sous-marin Vendémiaire (Manche). Le sous-marin se fait éperonner accidentellement par le cuirassé Saint Louis au cours d’un exercice naval. La totalité de l’équipage disparaît (24 hommes).

8 juin 1941 : combat franco-français en Syrie. Les raisons de l’intervention alliée en Syrie sont multiples : Pour les Français libres, il s’agit de rallier à de Gaulle l’armée du Levant (Vichy). Pour les Britanniques, le but est d’empêcher la Syrie de tomber aux mains des Allemands mais dans un deuxième temps de supplanter les Français dans une zone stratégique qu’ils n’auraient jamais dû occuper avant-guerre.

Le 8 juin, 5000 Français libres aux ordres du général Catroux et du général Legentilhomme entrent en Syrie avec 30 000 Britanniques. Les troupes du général Dentz (Vichy) résistent vaillamment jusqu’au 11 juillet. Les combats sont très intenses mais leur caractère fratricide (1066 morts pour l’armée du Levant – 650 pour la France Libre) explique qu’aucun fait d’armes n’a été retenu par la mémoire collective.

De Gaulle n’accordera aucune citation ni décoration pour ces combats que certains, puisant aux sources classiques, ont comparé à celui des Curiaces contre les Horaces. Chacun des camps français qui s’oppose a à cœur de montrer à l’autre qu’il n’est pas lâche, sait se battre et accomplit son devoir… d’où l’aspect cornélien de cette affaire.

8 juin 1944 : 48 heures après le débarquement allié sur les côtes normandes. Les deux têtes de pont d’Omaha Beach et de Gold Beach effectuent leur jonction à Port-en-Bessin au Nord de Bayeux, qui est libéré ce même jour par les troupes Britanniques. La jonction entre les troupes débarquées à Utah et à Omaha n’est toujours par réalisée. C’est, dans les heures qui suivent, un des objectifs majeurs pour les forces américaines. L’infanterie du 116e Régiment, appuyée par les chars Sherman, accède à la Pointe du Hoc où les Allemands s’apprêtaient à donner le coup de grâce aux 90 Rangers survivants, dont un grand nombre est blessé. Un bataillon de 225 rangers avait débarqué devant la batterie allemande du Hoc le 6 juin et est resté cloué sur place.

Le même jour le sergent Franck Peregory du 116e RI accomplit un acte de guerre d’une audace incroyable en attaquant victorieusement une tranchée allemande : à lui seul, il obtient la reddition de près de 40 soldats ennemis. Dans l’attaque, il en a tué 3 et a permis aux hommes de son unité de libérer le village de Grandcamp tout en récupérant les redoutables mitrailleuses allemandes.

8 juin 1967 : attaque israélienne de l’USS Liberty. Durant la guerre des Six-Jours, les forces israéliennes attaquent un navire américain de guerre électronique dans les eaux internationales au large de l’Égypte. 34 Américains sont tués. Israël reconnaitra une erreur et présentera ses excuses au gouvernement américain ainsi qu’aux familles des victimes.

8 juin 1972 : bombardement du village de Trang Bang (Vietnam). Le croyant tenu par les Nord-vietnamiens, le village est bombardé par erreur par l’armée sud-vietnamienne avec du napalm. Le photographe Huỳnh Công Út, plus connu sous le nom de Nick Ut (de l’agence Associated press) est présent comme beaucoup de journalistes et prend la photo d’une fillette de 9 ans qui fuit le bombardement. La nudité de Kim Phuc, brûlée par le napalm, fait débat dans la rédaction jusqu’au 12 juin. Pourtant, lorsqu’elle paraît, la photo fait le tour du monde et vaudra à son auteur le prix Pulitzer la même année. Ce cliché, qui suscite alors l’indignation générale, est devenu le symbole de l’horreur de la guerre du Vietnam.Kim Phuc est aujourd’hui mère de famille et est âgée de 56 ans.




Chronique historique : 8 juin

12062018

8 juin : journée nationale d’hommage aux morts pour la France en Indochine.  Instituée par le décret n° 2005-547 du 26 mai 2005, cette journée d’hommage correspond au jour du transfert à la nécropole nationale de Notre-Dame de Lorette, de la dépouille du Soldat Inconnu d’Indochine, le 8 juin 1980. Un mémorial dédié aux morts pour la France en Indochine est implanté à Fréjus sur une hauteur dominant la ville. Inauguré en 1993 par le président de la République, il abrite près de 24 000 sépultures de militaires et de civils morts en Indochine.

Le site Internet Mémoire des hommes permet de consulter en ligne la base de données des morts pour la France au cours de la Guerre d’Indochine (1945-1954). Conservée par le Service historique de la Défense, elle a été constituée par la saisie et l’indexation d’un fichier établi par le ministère des Anciens combattants au lendemain de ce conflit.

 8 juin 632 : mort de Mahomet (Médine – actuelle Arabie Saoudite). Le prophète de l’Islam meurt à 63 ans.

 8 juin 1865 : combat de Hierba Buena (Mexique)

 8 juin 1883 : signature de la Convention de la Marsa (au nord-est de Tunis). La convention complète le Traité du Bardo et permet à la France d’établir son protectorat sur la Tunisie.

 8 juin 1912 : naufrage du sous-marin Vendémiaire (Manche). Le sous-marin se fait éperonner accidentellement par le cuirassé Saint Louis au cours d’un exercice naval. La totalité de l’équipage disparaît (24 hommes).

 8 juin 1941 : combat franco-français en Syrie. Les raisons de l’intervention alliée en Syrie sont multiples : Pour les Français libres, il s’agit de rallier à de Gaulle l’armée du Levant (Vichy). Pour les Britanniques, le but est d’empêcher la Syrie de tomber aux mains des Allemands mais dans un deuxième temps de supplanter les Français dans une zone stratégique qu’ils n’auraient jamais dû occuper avant-guerre.

Le 8 juin, 5000 Français libres aux ordres du général Catroux et du général Legentilhomme entrent en Syrie avec 30 000 Britanniques. Les troupes du général Dentz (Vichy) résistent vaillamment jusqu’au 11 juillet. Les combats sont très intenses mais leur caractère fratricide (1066 morts pour l’armée du Levant – 650 pour la France Libre) explique qu’aucun fait d’armes n’a été retenu par la mémoire collective.

De Gaulle n’accordera aucune citation ni décoration pour ces combats que certains, puisant aux sources classiques, ont comparé à celui des Curiaces contre les Horaces. Chacun des camps français qui s’oppose a à cœur de montrer à l’autre qu’il n’est pas lâche, sait se battre et accomplit son devoir… d’où l’aspect cornélien de cette affaire.

 8 juin 1944 : 48 heures après le débarquement allié sur les côtes normandes. Les deux têtes de pont d’Omaha Beach et de Gold Beach effectuent leur jonction à Port-en-Bessin au Nord de Bayeux, qui est libéré ce même jour par les troupes Britanniques. La jonction entre les troupes débarquées à Utah et à Omaha n’est toujours par réalisée. C’est, dans les heures qui suivent, un des objectifs majeurs pour les forces américaines. L’infanterie du 116e Régiment, appuyée par les chars Sherman, accède à la Pointe du Hoc où les Allemands s’apprêtaient à donner le coup de grâce aux 90 Rangers survivants, dont un grand nombre est blessé. Un bataillon de 225 rangers avait débarqué devant la batterie allemande du Hoc le 6 juin et est resté cloué sur place.

Le même jour le sergent Franck Peregory du 116e RI accomplit un acte de guerre d’une audace incroyable en attaquant victorieusement une tranchée allemande : à lui seul, il obtient la reddition de près de 40 soldats ennemis. Dans l’attaque, il en a tué 3 et a permis aux hommes de son unité de libérer le village de Grandcamp tout en récupérant les redoutables mitrailleuses allemandes.

 8 juin 1967 : attaque israélienne de l’USS Liberty. Durant la guerre des Six-Jours, les forces israéliennes attaquent dans les eaux internationales au large de l’Égypte, un navire américain de guerre électronique. 34 américains sont tués. Israël reconnaitra une erreur et présentera ses excuses au gouvernement américain ainsi qu’aux familles des victimes.

 8 juin 1972 : bombardement du village de Trang Bang (Vietnam). Le croyant tenu par les Nord-vietnamiens, le village est bombardé par erreur par l’armée sud-vietnamienne avec du napalm. Le photographe Huỳnh Công Út, plus connu sous le nom de Nick Ut (de l’agence Associated press) est présent comme beaucoup de journalistes et prend la photo d’une fillette de 9 ans qui fuit le bombardement. La nudité de Kim Phuc, brûlée par le napalm, fait débat dans la rédaction jusqu’au 12 juin. Pourtant, lorsqu’elle paraît, la photo fait le tour du monde et vaudra à son auteur le prix Pulitzer la même année. Ce cliché, qui suscite alors l’indignation générale, est devenu le symbole de l’horreur de la guerre du Vietnam.Kim Phuc est aujourd’hui mère de famille et est âgée de 55 ans.




Baptême de la 55e promotion de l’EMIA : colonel Michel Valette d’Osia

28072016

La 55e promotion, baptisée au Triomphe 2016   »Colonel Michel Valette d’Osia » a intégré les écoles de Saint Cyr Coëtquidan à l’été 2015 et sortira en juillet 2017.

Composée de 83 élèves officiers, elle comprend 11 élèves officiers internationaux et 6 élèves officiers à destination du corps technique et administratif.

La promotion fournira donc 66 officiers des armes, ce qui en fait la plus petite promotion de l’histoire de l’EMIA.

En effet dès l’année prochaine le recrutement suivra la tendance à la hausse dans nos armées.

Sur le site  http://www.emia55.fr/  vous trouverez l’historique de l’école et de ses traditions mais également la vie de la promotion avec ses différentes activités.

Et bien entendu des informations relatives aux épreuves d’intégration pour les futurs cadets.

Ce site est un moyen pour nos anciens de garder un œil bienveillant sur leur école, une source de motivation pour chaque « dolo » en puissance et un moyen de vous faire découvrir notre belle école et notre vie de promotion.

Le flyer de la promotion, remis le soir du baptême est disponible : fichier pdf Flyer promotion EMIA Michel Valette d’Osia

parrain_pucelle_site

 

Le lieutenant Valette d’Osia en Indochine, alors affecté au 8e BCCP (depuis lors : 8e RPima)




Une stèle en hommage aux morts d’Afghanistan inaugurée à Coëtquidan

8032014

stele afg

Tiré de l’excellent blog « lignes de Défense » (Ouest France – Philippe Chapleau)

Photos: ESCC/Major Hervé Keraval.

Le 1er mars, l’école militaire interarmes (EMIA) a accueilli la journée « 89 kilomètres pour Ceux d’Afghanistan » organisée par la promotion « Ceux d’Afghanistan » de la première brigade de l’EMIA (135 équipes y ont participé). A cette occasion, la promotion « Ceux d’Afghanistan » a remis un chèque de 15 000 euros à Terre Fraternité. 

La promotion a inauguré une stèle en hommage aux soldats français morts en Afghanistan au cours d’une cérémonie présidée par le général Antoine Windeck, commandant les écoles de Saint-Cyr Coëtquidan et la base de défense de Vannes-Coëtquidan, en présence de tous les coureurs et des associations d’anciens combattants.

La promotion « Ceux d’Afghanistan » compte 105 sous-lieutenants dont 94 français. Parmi eux 37 ont servi en Afghanistan. Ils suivent actuellement le 4e et dernier semestre de leur scolarité, un semestre à dominante militaire. Ils quitteront les Ecoles le 19 juillet, à l’issue du Triomphe 2014.

stele 2

Il est à noter que l’EPAULETTE a soutenu financièrement ce projet qui fera l’objet d’un article dans la revue de juin 2014.




Association « CHEF DE BATAILLON PATRICE REBOUT »

31012014

PRBT

Le 12 janvier 2013, le Capitaine Patrice Rebout perdait la vie à la tête de ses hommes, au cours d ‘une mission de la dernière chance pour délivrer un otage français détenu depuis plus de trois années en Afrique.

Patrice Rebout a été élevé au grade de Chef de bataillon à titre posthume et fait Chevalier de la Légion d’honneur.

Afin que nul n’oublie son sacrifice et celui de ses camarades tombés en sa glorieuse compagnie, « L’Association Chef de bataillon Patrice Rebout » a été fondée le 12 janvier 2014 par de nombreux témoins de sa vie exemplaire dont les membres de sa famille et ses anciens camarades du Lycée militaire où il fit ses premiers pas sur le chemin de son idéal : servir la France.
Statutairement, son objet est d’assurer la pérennité de l’action du Chef de bataillon Patrice Rebout et de l’exemple de sa vie parmi nos concitoyens, en particulier des plus jeunes d’entre eux, en resserrant le lien « inter-générationnel» tout en conservant le souvenir des autres Anciens élèves du Lycée militaire d ‘Aix-en-
Provence Morts pour la France .

« Je sentirai longtemps avec amertume le prix de ton amitié. C’est ta perte qui mit dans mon coeur ce dessein de rendre quelque honneur aux cendres de tant de
défenseurs de l’Etat, pour élever aussi un monument à la tienne ». Voltaire.

Le CBA P. Rebout, de la promotion EMIA Général de Lanlay, a été un adhérent fidèle de l’Epaulette; nous nous devons de témoigner la même fidélité à la mémoire de ce superbe officier.

Coordonnées : Association Chef de bataillon Patrice REBOUT » (Loi 1901)
ADRESSE : C/o, M. Patrick BRETHES, Le Mermoz Bâtiment A,
12 avenue Winston Churchill, 13090 Aix-en-Provence
Mail : associationcbapatricerebout@laposte.net

Bulletin d’adhésion ici : fichier pdf Plaquette Association P. Rebout




On en parle ici et là…

24102012

On en parle ici et là... dans INFOS tam-tam-qui-parle1Plusieurs informations nous sont parvenues en provenance, notamment, des Journées des Présidents des officiers qui se sont tenues à Coëtquidan du 15 au 17 octobre.

LOUVOIS, sans dominer le séminaire, a été très présent. A priori, on n’attend pas de réelles améliorations dans les mois qui viennent et un nombre significatif de personnes travaille à réduire les dossiers en souffrance, (encore plus de cinq mille), mais de nouveaux cas apparaissent chaque mois. Une « Task Force » a été créée à base de sous-officiers, anciens du CAT ou ayant eu des compétences en matière de solde, pour faire des vacations de trois à quatre mois au CERHS de Nancy.

Un autre sujet « épineux » concerne l’avancement, à propos duquel une nouvelle notion apparait pour 2013: celle du « contingentement ». Pour faire simple, Bercy va regarder les volumes d’avancement par grades (et pourquoi pas faire les tableaux d’avancement d’ici quelques temps , au rythme où vont les choses !)

Après une rapide analyse de la liste de 141 participants identifiés,  voici la répartition par origine des présidents d’officiers:

  • EMIA : 44
  • OAEA : 30
  • RANGS : 23
  • CYR : 20
  • OSC : 7
  • OAES : 3
  • ORSA : 3
  • CTA : 2
  • 15.2 : 2
  • 15.3 : 1

Cette présentation traduit l’engagement des officiers de nos origines  dans ces fonctions pas toujours valorisées, mais très exigeantes en termes de disponibilité et de travail.

Ces officiers sont-ils plus dévoués à la collectivité ou seraient-ils tentés par des positions « syndicalistes » et victimes d’un laisser-aller « grincheux » rappelant ce qu’on reproche parfois à l’Épaulette (pardon, cela m’a échappé!)

Enfin, à suivre avec intérêt, la position du Conseil d’État sur certaines limites d’âge fixées pour l’accès aux concours de recrutement internes de l’administration…Et si demain on reparlait des 23 ans pour l’EMIA et d’autres seuils peut-être?




« Victoire » et « Indochine »

15102012

J’ai eu aujourd’hui le privilège de partager un long moment avec la promotion « Victoire ». Elle est, avec la promotion « Indochine » et la 5e  série,  l’une des 3 promotions de l’EMIA antérieures à la récréation de 1961 avec la « Bourgin ».

Lors des premières réflexions sur le Cinquantenaire de l’EMIA, j’avais d’ailleurs sur ce blog posé la question du nombre d’anniversaires: 50, 52 ou 53 ans?

Le choix a été fait de retenir l’antériorité de l’EMIA sous sa forme actuelle, donc 50 ans.

La promotion « Victoire », qui tient tout particulièrement à son histoire et à l’amalgame des origines de ses élèves officiers (2900 à l’entrée et 1750 en sortie!), s’est sentie « oubliée » dans la plaquette du Cinquantenaire où elle ne figure, c’est vrai, que sous la forme d’un entrefilet et d’une photo.

Aussi, c’est bien volontiers que je lui ouvre cette page pour un « droit de réponse » rédigé par le général Jean DELMAS, historien de renom et…premier chef de corps du Lieutenant DELOCHRE!

Avec toute l’amitié de l’Épaulette à nos grands anciens. Et en vous invitant à méditer pour l’avenir la conclusion du texte qui suit…! Lire la suite… »




Rassuré (à tort) puis surpris!

3092011

pointinterrogation2.jpg11h00 hier matin, cour d’honneur des Invalides: cérémonie d’adieux aux armes de notre CEMAT. Sous certains aspects cette journée avait un petit côté « flash back » du Cinquantenaire de l’EMIA: même lieu, même soleil, présence massive, CEMAT, Ministre…

Les discours ont été sans fausse note: sobriété, fond et forme restent la recette des prestations réussies. Mais cette fois, cerise sur le gâteau, il y a eu en plus du coeur et m’a-t-il semblé beaucoup de sincérité dans les propos. Bref une belle leçon de fraternité d’armes et de civisme.

Les termes dans lesquels le Ministre a fait l’éloge de l’armée de Terre et de ses hommes m’ont rassuré. Comment ne pas avoir ce dont nous avons besoin après un tel acte de foi…Ou alors je ne comprends plus rien aux discours! (03/09/2011) Je crois qu’effectivement je ne comprends rien!

« Le Premier ministre François Fillon a tranché : le ministère de la Défense supportera à lui seul 222,5 millions des 460 millions de nouvelles annulations de crédit (soit 48%) qui viennent d’être décidées dans le cadre de la « lettre rectificative au projet de loi de finances rectificative »?
Ces 222,5 millions de crédits annulés se répartissent ainsi : 210 millions pour la Défense (dont 157 pour les équipements), 12 millions pour les Anciens combattants et 0,5 million pour la Gendarmerie. »

15h00 hier AM, siège de l’Epaulette: comme notre vigilance ne s’est pas émoussée avec les congés d’été et que nos agendas sont à jour, nous nous apprêtions à caler notre montée à Coët le 13 septembre pour la première cérémonie « officielle » du Cinquantenaire (« officielle » car ne l’oublions pas, le rendez-vous des Invalides était une activité promotion!). A notre grande surprise, en allant sur le site des ESCC, rubrique Cinquantenaire, on trouve le message laconique suivant:

« Les activités initialement prévues le 13 septembre 2011 dans le cadre du cinquantenaire de l’EMIA n’auront pas lieu. »

Rappelons-nous le programme établi pour la partie « officielle » de cet anniversaire:

  • Prise d’armes aux Ecoles de Coëtquidan le 13 septembre 2011 pour rappeler la création officielle de l’EMIA. Pas d’invitations extérieures ou invitations restreintes.
  • Célébration officielle le 5 novembre 2011 : cette cérémonie s’appuiera sur la remise des sabres à la 51e promotion pour commémorer le Cinquantenaire de la remise de son drapeau à l’EMIA. Invitations extérieures tournées vers les anciennes promotions EMIA.

Recherche d’information en cours…







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles