• Accueil
  • > Recherche : ancien grande guerre

Chronique historique : 11 octobre

15102019

11 octobre 1746 : bataille de Rocourt (près de Liège).

Le maréchal de Saxe, le plus grand capitaine de Louis XV, bat une coalition européenne emmenée par les Autrichiens. Rocourt n’est pas sa plus grande bataille mais c’est celle qui met fin au contrôle autrichien sur les Pays-Bas. Personnage méconnu, le maréchal de Saxe n’a jamais perdu une seule bataille et est toujours resté fidèle à Louis XV malgré toutes les possibilités que lui offrait son lignage et son époque. Lire l’ouvrage de Jean-Pierre Bois pour découvrir le personnage (Maurice de Saxe).

11 octobre 1746 : bataille de Rocourt (près de Liège).

Le maréchal de Saxe, le plus grand capitaine de Louis XV, bat une coalition européenne emmenée par les Autrichiens. Rocourt n’est pas sa plus grande bataille mais c’est celle qui met fin au contrôle autrichien sur les Pays-Bas. Personnage méconnu, le maréchal de Saxe n’a jamais perdu une seule bataille et est toujours resté fidèle à Louis XV malgré toutes les possibilités que lui offrait son lignage et son époque. Lire l’ouvrage de Jean-Pierre Bois pour découvrir le personnage (Maurice de Saxe).

11 octobre 1899 : début de la deuxième guerre des Boers (Afrique du Sud).

Les Boers (paysans en Hollandais) qui ont été rejetés vers le nord-est de l’Afrique du Sud par les Britanniques, se sont constitués en États indépendants (le Natal et l’État d’Orange) et luttent à la fois contre les Zoulous et l’expansionnisme des colons britanniques attirés par l’or fraîchement découvert au Transvaal. Très attachés à leur culture, ceux que l’on finira par appeler les Afrikaners (environ 25 000 combattants), mènent pendant trois ans une guérilla particulièrement éprouvante pour les armées britanniques (près de 500 000 soldats!). Les Afrikaners montent des actions commando (le terme vient de leur langue), sont camouflés alors que les troupes impériales sont de rouge vêtues, mais doivent finalement se rendre. Lord Kitchener (Cf. Fachoda) obtient leur reddition en 1902 après avoir quadrillé le territoire afin de priver les insurgés du soutien de la population (rassemblée dans des camps où sévissent maladies et famine).

11 octobre 1939 : Roosevelt reçoit la lettre Einstein-Szilard (Washington).

Le 2 août, les physiciens hongrois Szilard, Teller et Wigner décident d’alerter les États-Unis sur la possible utilisation de la fission nucléaire par les nazis. Ils préviennent ainsi les États-Unis sur les récentes avancées scientifiques pouvant créer des bombes d’un nouveau type et extrêmement puissantes. Ils recommandent même d’accélérer le travail expérimental. Ces physiciens demandent à Einstein de bien vouloir signer la lettre afin d’avoir plus de poids auprès du président américain. La lettre arrive tardivement à destination compte tenu du début des combats (Pologne) et est à l’origine du projet Manhattan.

11 octobre 1951 : victoire de Crève-cœur (Corée).

La conquête de la ligne de crête « Bloody ridge » permettant le contrôle du massif de Hwachon débute le 13 septembre avec la 2e DI américaine à laquelle appartient le bataillon français (BF/ONU). La position est fermement tenue par les Sino-coréens car donne accès au réservoir hydro-électrique de Séoul. Les pertes franco-américaines sont très élevées (597 morts dont 60 français) durant les 4 semaines d’assaut. C’est le bataillon français qui conquiert la crête dans la nuit du 11 au 12, après avoir utilisé tout le registre connu (de la baïonnette au canon sans recul en passant par le lance-flamme).  Les préparations d’artillerie ont été si intenses du fait de l’excellence des fortifications ennemies que le général Monclar, ancien de la guerre 14-18, a déclaré aux survivants du bataillon, »Vous pourrez dire à vos anciens que vous avez vécu quelque chose qui ressemble à Verdun».

Pour approfondir lire l’ouvrage d’Ivan Cadeau (La guerre de Corée – 1950-1953) et Monclar, le Bayard du 20ème siècle, livre écrit par Fabienne Monclar (fille du général).

11 octobre 1958 : lancement de Pioneer 1.

Deux mois après l’échec de Pioneer 0, un lanceur Thor-Able propulse une nouvelle sonde de 38 kg en direction de la Lune. Elle retombe sur Terre deux jours plus tard mais la NASA se console puisque la sonde rapporte tout de même des données sur la ceinture de radiations de Van Allen, découverte au début de la même année par les missions Explorer.

11 octobre 1970 : embuscade de Bedo (Tchad).

La Compagnie Parachutiste d’infanterie de Marine du 6e RIAOM ayant reçu la mission de contrôler la ligne des palmeraies située au Nord-ouest de Faya-Largeau. Se déplace entre Gouro et Kirdimi lorsqu’elle tombe dans une embuscade. Le commando du lieutenant Neau perd 11 tués et 16 blessés. Le SCH Dimitri Voronine est atteint d’une balle en plein cœur en se lançant à l’assaut des rebelles. Agé de 24 ans, il s’était engagé au 1er RPIMa à 19 ans, dès la fin de ses études secondaires. Il s’y était distingué d’emblée par sa vivacité d’esprit, sa générosité et ses indéniables qualités de chef.

La 169e promotion de l’ENSOA (1998) porte son nom.

11 octobre 2013 : l’OIAC lauréate du Nobel de la paix (Oslo).

Méconnue du grand public, l’organisation internationale pour l’interdiction des armes chimiques supervise depuis 1997 la destruction des armes chimiques déclarées par les pays signataires et l’arrêt des installations de production.




Chronique historique : 8 octobre

8102019

8 octobre 1793 : mort du père Amiot

Premier traducteur occidental de L’Art de la guerre de Sun Tzu (Pékin, Chine). Véritable encyclopédiste de la Chine, le père Joseph-Marie Amiot livra d’innombrables études sur l’Empire du Milieu, dont la toute première traduction de « L’art de la guerre » de Sun Tzu, publiée en France en 1772.

La Révolution française de 1789 passée, le père Amiot fut profondément troublé lorsqu’il apprit que le roi Louis XVI avait été exécuté. Le jésuite s’éteignit peu après, en 1793, après 42 ans passés en Chine. Avec lui disparaissait le dernier survivant de la grande épopée de la Mission jésuite en Chine.

8 octobre 1799 : Bonaparte rentre d’Égypte (Fréjus).

 

Après 41 jours de mer, le général Bonaparte accoste à Fréjus après avoir laissé le commandement de l’armée d’Égypte au général Kleber. La campagne d’Égypte s’enlisant, Bonaparte rentre en France où son prestige du à ses victoires en Italie reste grand. C’est précisément à cause de cette renommée que le Directoire l’avait éloigné de la France en lui proposant l’expédition d’Égypte. Un an et demi plus tard, les membres du Directoire sentant que la Première République se meurt à cause du manque de cadres, voient dans le général efficace et ambitieux non plus un danger mais le salut de l’idéal républicain.

8 octobre 1918 : le caporal York se distingue (Forêt d’Argonne).

Selon le maréchal Foch, c’est »le plus grand exploit jamais réalisé par un simple soldat de toutes les armées en Europe». Le caporal York, de la 82ème division d’infanterie américaine, voyant sa section décimée par un tir croisé de plusieurs mitrailleuses allemandes, monte à l’assaut de la tranchée ennemie tout en visant posément les Allemands qui se découvrent pour ajuster leur tir. Ses camarades constatant qu’il fait taire progressivement les nids de mitrailleuses, le suivent. En arrivant dans la tranchée, York dénombre 25 ennemis tués. Abasourdi par l’exploit, le bataillon allemand se rend. York est biensûr décoré des plus hautes décorations américaine et française. Cet ancien objecteur de conscience devient une icone de l’héroisme guerrier américain. Alors que les États Unis entrent en guerre en 1941, Garry Cooper incarne le héros américain dans un film de Hawks et Huston.

8 octobre 1950 : 4500 morts pour évacuer Cao Bang (nord-est du Tonkin).

Poste près de la frontière chinoise qui contrôle une partie de la RC4, Cao Bang est commandé par le colonel Charton. Le commandement craignant que Cao Bang ne soit définitivement coupé du reste des forces, lui donne l’ordre d’évacuer (1er oct) et d’opérer la jonction (à hauteur du poste de Dong Khê) avec la colonne de son homologue Lepage qui monte vers lui pour l’aider. Les deux unités tombent dans des embuscades successives qui les anéantissent tactiquement si bien que les survivants n’ont plus qu’à tenter l’exfiltration vers le sud-est, par la falaise de Coc Xa. Ce carnage décide le haut commandement à abandonner Lang Son et toute la province du nord-est au vietminh qui peut dès lors être formé et ravitaillé sans souci par la Chine communiste.

8   octobre 1964 : première prise d’alerte opérationnelle de la dissuasion   aéroportée (Mont-de-Marsan).

62 Mirage IV, et leurs   bombes nucléaires AN11 débutent l’alerte opérationnelle dissuasion. Avec les   C135, ils forment un système d’armes capable de décoller avec un préavis de   15 minutes. Quelques mois plus tôt, le 14 janvier, le Président Charles de   Gaulle a créé le Commandement des forces aériennes stratégiques (CFAS) par   décret n°64-46.

55 ans plus tard, les   FAS assurent toujours la crédibilité de la dissuasion française dans sa   composante aéroportée grâce à la portée de leurs moyens aériens, leur   capacité de pénétration et la précision de leurs armes.

Aujourd’hui, la   dissuasion est la première mission, quotidienne et permanente de ses   aviateurs mais les moyens des FAS participent cependant à tout le spectre des   opérations. En effet, les capacités “omnirôles” des Rafale, C135, A330 Phénix   permettent de réaliser l’ensemble des missions de l’armée de l’Air telles que   la Posture permanente de sureté aérienne (PPS-A), l’intervention en   opérations extérieures (OPEX), et les missions de reconnaissance.

L’exemple qui illustre   particulièrement cette dualité est l’opération Hamilton (Avril 2018), qui a   mis en œuvre cinq Rafale (dont trois des FAS).

8 octobre 1970 : Soljenitsyne remporte le prix Nobel de littérature.

En pleine guerre froide, les oeuvres de Soljenitsine traversent le rideau de fer et rencontrent un succès mondial parce qu’elles mettent en lumière le système carcéral soviétique. Dépassé par le succès inattendu du dissident, le Kremlin finit par l’expulser pour ne pas en faire un martyr.




Chronique historique : 27 septembre

30092019

27 septembre 1396 : défaite croisée à Nicopolis (Bulgarie).

L’une des plus grandes armées occidentales, rassemblée à la demande du pape (Boniface IX), du roi de Hongrie (Sigismond) et du Basileus (Manuel II Paléologue) tente de mettre un terme à l’avancée des Ottomans dans les Balkans et attaque la ville de Nicopolis. Le sultan Bajazet Ier aidé de son vassal Stefan Lazarevic, prince de Serbie et fils du prince Lazare (battu à Kosovo Polje en 1389) écrase les forces occidentales réunies autour de Sigismond. La Bulgarie (en fait, les petits royaumes constituant la Bulgarie actuelle) tombe sous domination ottomane et y restera jusqu’en 1878. A noter que le maréchal Boucicaut, maréchal de France, participe à la bataille. Il sera libéré contre rançon.

27 septembre 1748 : abolition des galères.

Louis XV par une ordonnance abolit la peine des galères et transfère à la Marine royale la quarantaine de galères dont le port d’attache devient Toulon. Hasards ou pas du calendrier, le 27 septembre est aussi, la Saint Vincent car jour de la mort de Saint Vincent de Paul (en 1660). Celui-ci était, entre autres fonctions, aumônier général des galères du Roi (sous Louis XIII, la régence et Louis XIV) qu’il a contribué à rendre moins dures. Il avait lui-même connu les prisons barbaresques. Capturé en Méditerranée (1605) par 3 brigantins turcs lors d’une traversée Marseille – Narbonne, il est captif pendant près de 2 ans à Tunis.

27 septembre 1840 : Naissance du théoricien de la puissance maritime, l’Américain Alfred T. Mahan (West Point).

 « Officier de marine et historien, il renouvelle la pensée géopolitique mondiale par son analyse des rapports de force dans l’histoire de l’Europe. Selon Mahan, un État doit préférer la mer à la terre pour accéder à la domination et une puissance maritime ne peut se concevoir sans puissance navale. Les écrits de Mahan, dont le plus influent « The influence of Sea Power upon History 1660-1783 » ont inspiré les marines dans leur course à l’armement du début du XXe siècle. Sa doctrine influence toujours la politique étrangère des États-Unis ».

27 septembre 1917 : mort de l’adjudant-chef Georges Chemet (Hard – Autriche).

« Breveté pilote en 1910, il réalise deux ans plus tard et pour la première fois la double traversée de l’Adriatique (Venise-Trieste-Venise), soit 256 kilomètres, à bord d’un hydravion Borel. Engagé dans la 112è escadrille du 2è Groupe d’aviation, il est contraint de se poser dans les lignes allemandes à Bétheniville (Marne), le 12 avril 1917. Il se noie dans le Rhin alpin lors de sa tentative d’évasion ».

27 septembre 1918 : début de la bataille du Canal du Nord (Pas-de-Calais).

Dans le cadre de la contre-attaque générale des Alliés, les troupes canadiennes sous les ordres du Général Arthur William Currie attaquent et franchissent le dernier segment de la ligne Hindenburg grâce notamment au génie canadien qui construit des passerelles flottantes et des ponts pour faire franchir les portions inondées à l’infanterie et à l’artillerie.  Cette percée au niveau du Bois Bourlon ouvre la route de Cambrai.

27   septembre 1918 : début de la bataille du Canal du Nord (Pas-de-Calais).

Dans le cadre de la   contre-attaque générale des Alliés, les troupes canadiennes sous les ordres   du Général Arthur William Currie attaquent et franchissent le dernier segment   de la ligne Hindenburg grâce notamment au génie canadien qui construit des   passerelles flottantes et des ponts pour faire franchir les portions inondées   à l’infanterie et à l’artillerie.  Cette percée au niveau du Bois Bourlon   ouvre la route de Cambrai.

27   septembre 1918 : mort de Louise de Bettignies (Cologne – Allemagne).

Née en 1880 à   Saint-Amand des Eaux près de Lille, la ville la plus assiégée de l’histoire   de France, Louise de Bettignies se destine au Carmel puis aux études et   devient finalement gouvernante dans les plus grandes familles d’Europe.

Après avoir participé   à la défense de Béthune en 1914, elle accepte de devenir agent de   renseignement sous le nom d’Alice Dubois en raison de sa connaissance des   langues étrangères. Elle met en place un véritable réseau pour le compte de   l’armée anglaise.

Arrêtée le 20 octobre   1915, avec plusieurs passeports sur elle, elle fait disparaître en l’avalant   un message important. Elle est interrogée par les Allemands puis condamnée à   mort le 16 mars 1916. Subissant des conditions de détention de plus en plus   dures, elle succombe le 27 novembre 1918 à 38 ans.

Son corps est rapatrié   sur un affût de canon et le 16 mars 1920, les Alliés organisent à Lille une   cérémonie-hommage pendant laquelle la « Jeanne d’Arc du Nord » reçoit à titre   posthume la croix de la Légion d’honneur, la croix de guerre 1914-1918 avec   palme, la Médaille militaire anglaise. Elle est faite officier de l’Ordre de   l’empire britannique.

Louise de Bettignies,   alias Alice Dubois, repose au cimetière de Saint-Amand-les-Eaux.

Lire de Chantal   Antier, « Louise de Bettignies, espionne et héroïne de la Grande   Guerre ».

27 septembre 1936 : bataille de Tolède (Espagne).

Débutée en juillet, la guerre civile espagnole opposant le camp des Nationaux à celui des Républicains connait l’une de ses premières batailles à Tolède. Le général Franco choisit d’attaquer cette ancienne capitale d’Espagne plutôt que Madrid en raison de sa valeur symbolique et pour délivrer les combattants de l’Alcazar assiégé depuis deux mois.

27 septembre 1939 : Varsovie tombe après 19 jours de résistance aux Allemands (Pologne).

27 septembre 1941 : Lancement du premier Liberty ship, le SS Patrick Henry.

Pour ravitailler l’Europe en guerre et compenser les pertes dues à la guerre sous-marine, le président Roosevelt lance la construction en urgence d’une série de navires de transport, les Liberty ships. Assemblés dans les arsenaux à partir d’éléments standardisés fabriqués dans tous les États-Unis, les différents types de navires sont produits à un rythme incroyable : 2 710 en quatre ans (le record revenant au SS Robert E. Peary assemblé en moins de cinq jours). Véritables bêtes de somme des mers, les Liberty ships joueront un rôle capital dans le déroulement de la guerre.

27   septembre 1936 : bataille de Tolède (Espagne).

Débutée en juillet, la   guerre civile espagnole opposant le camp des Nationaux à celui des   Républicains connait l’une de ses premières batailles à Tolède. Le général   Franco choisit d’attaquer cette ancienne capitale d’Espagne plutôt que Madrid   en raison de sa valeur symbolique et pour délivrer les combattants de   l’Alcazar assiégé depuis deux mois.

 

27   septembre 1939 : Varsovie tombe après 19 jours de résistance aux Allemands   (Pologne).

 

27   septembre 1941 : Lancement du premier Liberty ship, le SS Patrick Henry.

Pour ravitailler   l’Europe en guerre et compenser les pertes dues à la guerre sous-marine, le   président Roosevelt lance la construction en urgence d’une série de navires   de transport, les Liberty ships. Assemblés dans les arsenaux à partir   d’éléments standardisés fabriqués dans tous les États-Unis, les différents   types de navires sont produits à un rythme incroyable : 2 710 en quatre ans   (le record revenant au SS Robert E. Peary assemblé en moins de cinq jours).   Véritables bêtes de somme des mers, les Liberty ships joueront un rôle   capital dans le déroulement de la guerre.

 

27   septembre 1943 : début des combats pour la libération de Bastia.

L’insurrection   conduite par Paul Colonna d’Istria a débuté dès le 8 septembre, tirant profit   des quiproquos opposant les forces italiennes et allemandes d’occupation, à   la suite de la chute de Mussolini. Dès le 17, les hommes du Bataillon de choc   (commandant Gambiez), qui ont fait la traversée sur le sous-marin Casabianca   (du commandant Lherminier), sont les premiers soldats français arrivés   d’Alger. Ils constituent l’avant-garde des troupes de l’opération Vésuve   uniquement françaises à l’exception d’un commando américain (tirailleurs   marocains du colonel de Butler, tabors marocains du lieutenant-colonel de La   Tour ainsi que des spahis marocains, et des unités d’artillerie d’Afrique).   Les unités italiennes se rallient aux forces alliées et participent   activement aux combats (près de 600 pertes), assurant aussi les transports   par leurs unités du Train, l’appui artillerie et le soutien santé.

La bataille pour   Bastia, qui a lieu par très mauvais temps, dure du 27 septembre au 4 octobre.   Le 73ème Goum du 6ème Tabor entre le premier dans la ville à l’aube. A l’issue de   la libération de l’île, 13 000 Corses s’engageront dans la guerre de   reconquête. Volontaires ou mobilisés par un simple avis de presse le 30   novembre, ils seront embarqués pour Alger où ils seront enrôlés à la 1ère Division Française   Libre ou à la 2ème Division blindée.

27 septembre 1962 : Le colonel Abdullah as-Sallal prend le pouvoir au Nord- Yémen.

Il est lui-même renversé en 1967 ainsi que les 4 présidents qui, jusqu’en 1978, se succèderont au pouvoir à chaque fois à l’issue d’un putsch. En 1978, le président Saleh parvient à la présidence et procède à la réunification des deux Yémen en guerre. Abd Rabo Mansour Hadi lui a succédé en 2011 lors du Printemps arabe. Aujourd’hui en exil, il est soutenu par une coalition arabe dirigée par l’Arabie saoudite face aux rebelles houthistes, partisans de l’ancien chef de l’État, Ali Abdallah Saleh.

27 septembre 1996 : les Talibans s’emparent de Kaboul (Afghanistan).

Financés par l’étranger, les Talibans (« étudiants ») reprennent facilement le contrôle de l’Afghanistan et entrent dans Kaboul où un gouvernement (issu de la résistance aux Soviétiques) est en proie aux dissensions depuis 1992. L’ex président Najibulha et son frère sont torturés et assassinés par un commando taliban alors que toutes les forces (ONU et Alliance du Nord) se replient. Le Mollah Mohamed Rabbani impose la stricte application de la loi coranique dans tout l’Afghanistan.

 

 




Chronique historique : 11 septembre

11092019

11 septembre 1611 : naissance du maréchal de Turenne (Sedan).

Henri de la Tour d’Auvergne, vicomte de Turenne est sans doute le plus grand homme de guerre français avant Napoléon (Universalis) et en tous cas, au service de Louis XIII et Louis XIV. Maréchal à 32 ans, maréchal-général à 49 ans, il se bat depuis l’âge de 15 ans et meurt à 64 ans au combat de Salzbach.

Il débute sa carrière en 1625 comme simple soldat dans l’armée hollandaise que commande son oncle puis décide de servir le roi de France en 1630. Dès lors, il sauve grâce à son génie tacticien, la France à de nombreuses reprises tant sur le front intérieur (contre la Fronde du Grand Condé) qu’à l’extérieur sur les fronts d’Allemagne et des Pays-Bas. La bataille de Türckheim qu’il remporte le 5 janvier 1675, outre le fait qu’elle permet à la France de reprendre l’Alsace, passe pour un modèle.

On lui doit le fameux : « Tu trembles Carcasse, mais tu tremblerais bien davantage si tu savais où je vais te mener » qu’il adresse à son cheval juste avant sa dernière bataille à Salzbach. D’une bravoure sans pareille, il fait néanmoins preuve d’une grande humilité : lorsqu’on demandait à Turenne – pour l’ennuyer (car il servait alors contre le roi)- comment il avait pu perdre à la bataille de Rethel (durant la Fronde – 1650), il répondait invariablement : « par ma faute ».

Le tombeau de Turenne est sous le dôme des Invalides à Paris. Il a donné son nom à la 160ème promotion de l’ESM de Saint Cyr (1973 – 1975).

11 septembre 1709 : bataille de Malplaquet (vers Mons).

Tactiquement indécise, cette bataille est en fait une victoire stratégique française. Alors que le royaume de France est sur le point d’être envahi, la »saignée» en hommes que représente Malplaquet compromet les projets d’invasion du duc de Marlborough et … d’Eugène de Savoie. Le maréchal Villars perd 40 000 soldats français soit 15 000  de moins que la coalition.

11 septembre 1697 : bataille de Zenta (actuelle Serbie).

Eugène de Savoie, frustré de n’avoir reçu aucun commandement militaire de la part de Louis XIV, se met au service des Habsbourg et devient l’un des plus grands chefs de guerre de son temps. A Zenta, il inflige une défaite écrasante aux Ottomans du sultan Moustafa II. Alors que ceux-ci traversent la rivière Tisza pour prendre leurs quartiers d’hiver, Eugène parfaitement renseigné sur leurs déplacements, décide d’attaquer. Il parvient à surprendre l’ennemi en plein franchissement ce qui lui permet d’inverser le rapport de forces. Pris au dépourvus, les Ottomans perdent 20 000 hommes et 10 000 prisonniers. Deux ans plus tard, les Ottomans signeront la paix et évacueront quasiment toute l’Europe.

11 septembre 1917 : mort du capitaine Georges Guynemer (Poelkapelle – Belgique)

 Fils d’un Saint-Cyrien, Guynemer veut s’engager dans l’armée de Terre lorsqu’éclate la guerre. L’armée de Terre le refuse, le jugeant physiquement trop fragile, alors il postule pour un poste de mécanicien avion. En persévérant, il devient pilote et acquiert bientôt une belle maîtrise du vol. Remarqué pour son courage, son sang-froid et surtout ses qualités chevaleresques en combat aérien, il est promu lieutenant en février 1916. 

Nommé capitaine début 1917, il prend le commandement de la prestigieuse escadrille des Cigognes. 

Le jour de sa mort, il totalise 53 victoires aériennes homologuées. Nombreux sont les ennemis qu’il a épargnés lors de duels aériens, à lui rendre les honneurs lorsqu’ils apprennent sa mort (dont les circonstances demeurent obscures).

11 septembre 1814 : création du 3e régiment du génie (Grenoble).

Le plus ancien régiment du génie fête aujourd’hui ses 204 ans. Basé à Charleville-Mézières depuis 1947, le régiment a récemment (mai 2014) été décoré de la croix de la valeur militaire pour son action notamment en Afghanistan.

Outre 9 batailles inscrites, son drapeau possède déjà lafourragère 1914-1918 et la Croix de Guerre 1939-1945. « Ardennes, tiens ferme ! » compte 900 hommes et appartient à la 7e brigade blindée elle-même appartenant à la 1re division.

11 septembre 1973 : coup d’État chilien.

Le président Salvador Allende est renversé par la Junte militaire chilienne. Des chasseurs-bombardiers tirent au canon de 30 mm contre le palais de la Moneda où vient de se suicider Allende. Le général Pinochet ne quitte le pouvoir qu’en 1990.

11 septembre 1978 : coup du parapluie bulgare (Londres).

Georgi Markov, dissident bulgare, décède à l’hôpital de Westminster des suites d’un violent empoisonnement. Le 7 septembre Markov a été bousculé par un passant dans la rue qui lui a donné « par mégarde » un coup de parapluie. Cet ustensile inoffensif était en fait une arme conçue par les services secrets de l’Est et le passant maladroit, l’un des leurs.

11
septembre 2001 : attentats du World Trade Center et du Pentagon (New York et
Washington).

 




Chronique historique : 24 août

26082019

 24 août 410 : sac de Rome.  

Les forces Wisigoths d’Alaric, en rébellion contre la puissance romaine à la suite de des vexations, pillent durant trois jours la capitale impériale. Ordre leur a cependant été donné (par Alaric 1er) d’épargner les édifices religieux où la population a trouvé refuge.  En fait, si les Wisigoths ont certes été tolérés par les empereurs romains après leur entrée dans l’empire en 376, dès leur installation ils n’aspirent qu’à gagner les rives méditerranéennes (et surtout l’Italie qui leur est interdite).

Leur chef Alaric demande toujours plus de pouvoir et d’argent et joue, pour s’imposer, des rivalités qui affaiblissent le cœur de l’empire. Ainsi, le sac de Rome ne trouve pas son origine dans de simples vexations mais dans un plan de conquête beaucoup plus ambitieux compte tenu de la faiblesse grandissante de Rome.

À noter que l’empire romain d’Orient va quant à lui résister (Empire byzantin) jusque vers l’an mille grâce à un perfectionnement des savoir-faire tactiques et stratégiques romains (notamment adaptés au renseignement, à la stratégie indirecte et à ce que l’on nommerait aujourd’hui la manœuvre politico-militaire).

Lire à ce sujet : E. Luttwak, La grande stratégie de l’Empire byzantin.

24 août 1217 : exécution d’Eustache Busket dit Eustache le Moine ou le Moine noir.

Issu d’une famille noble de Boulogne, il se défroque de l’ordre de Saint-Benoît afin de venger son père assassiné par Renaud de Dammartin, comte de Boulogne. Après avoir écumé les terres de son ennemi, il devient corsaire et mercenaire au service du roi d’Angleterre, Jean sans Terre, puis de Philippe Auguste, roi de France. Il rançonne les navires avec une hardiesse hors normes, contribuant à sa réputation. Il est fait prisonnier à la bataille de South Foreland ou bataille de Sandwich où la flotte française est défaite alors qu’elle se rend dans la Tamise. Décapité sur le pont d’un bateau, sa tête est exhibée dans tout le sud de l’Angleterre.

Il passe à la postérité dès le XIIIe siècle avec Le roman d’Eustache le moine, puis en 1964, dans le Journal de Tintin avec la bande dessinée, Eustache le moine, corsaire du roi.

Enfin, il aurait inspiré Hugo Pratt pour le personnage du Moine dans le premier opus de Corto Maltese ».  CNE Jean-Baptiste P.

24 août 1226 : mort de Gengis Khan (Chine).

Né dans les steppes mongoles, il se créée un empire gigantesque (de la Chine à la mer Caspienne) que ses fils étendront jusqu’aux portes de l’Europe. Il passe pour le plus grand conquérant de l’Histoire. La biographie que lui a consacrée René Grousset est utile (tout en étant assez ancienne, 1944) car permet d’ajouter des facettes au personnage que l’on connait surtout pour son caractère impitoyable et ses hécatombes chez ses ennemis.

24 août 1572 : massacre de la Saint Barthélémy (Paris).

24 août 1704 : bataille de Velez-Malaga (au large de Malaga).

La flotte du comte de Toulouse a reçu l’ordre de reprendre Gibraltar et affront sur son chemin au niveau de Vélez-Malaga la flotte britannique de l’amiral Rooke. La bataille est considérée comme la plus grande de la guerre de succession d’Espagne mettant aux prises près de 200 navires. La victoire tactique est attribuée aux Français (qui perdent moins d’hommes que les Anglais : 1600 contre 2300) mais ne permet pas de reprendre Gibraltar puisque le comte de Toulouse repart vers Toulon le 26.

L’ordre de bataille original est conservé au SHD.

24 août 1814 : les Britanniques incendient la Maison Blanche.

À la suite de la première abdication de Napoléon 1er, les Britanniques envoient des troupes en Amérique du Nord pour renforcer leurs garnisons du Canada, mener des raids contre les villes américaines et laver l’affront de l’incendie de York, un an auparavant.

Le général Ross attaque la ville avec 4000 hommes qui incendient le Capitole et la Maison Blanche. Des pierres noircies ont été conservées à l’intérieur de l’édifice pour rappeler l’événement.

24 août 1943 : mort de Simone Weil (Ashford – Angleterre).

Recrutée par les services de la France Libre à Londres pour travailler à la refondation de la France d’après-guerre, Simone Weil meurt d’épuisement à 34 ans. Avant de mourir elle a écrit un texte percutant afin de « refaire une âme au pays » et qu’elle titre Préludes à une déclaration des devoirs de l’être humain signifiant que nous n’avons de droits que dans la mesure où nous nous imposons préalablement des devoirs envers les autres.
Quelques années plus tard, Albert Camus, son éditeur, donne comme titre à l’ouvrage, L’enracinement, pour préciser l’effet escompté en France de l’application des conseils de cette normalienne exemplaire et atypique.

24 août 1949 : le traité créant l’OTAN entre en vigueur  (Washington).

Créée le 4 avril 1949, l’organisation existe pleinement à partir de la ratification de la convention d’application du traité. 

24 août 1968 : premier essai de la bombe H française (Fangataufa).

Une bombe H (c’est-à-dire thermonucléaire) d’une puissance de 2,6 mégatonnes explose à 520 mètres d’altitude sous un ballon.

C’est l’essai français le plus puissant. La France devient la 5puissance thermonucléaire.

24 août 1991 : démission de Mikhaïl Gorbatchev (Moscou).

Le secrétaire général du Parti communiste de l’URSS démissionne de ses fonctions, même si le putsch tenté contre lui le 19 août échoue grâce à l’habile récupération de Boris Eltsine.




Chronique historique : 23 août

26082019

 24 août 410 : sac de Rome.  

Les forces Wisigoths d’Alaric, en rébellion contre la puissance romaine à la suite de des vexations, pillent durant trois jours la capitale impériale. Ordre leur a cependant été donné (par Alaric 1er) d’épargner les édifices religieux où la population a trouvé refuge.  En fait, si les Wisigoths ont certes été tolérés par les empereurs romains après leur entrée dans l’empire en 376, dès leur installation ils n’aspirent qu’à gagner les rives méditerranéennes (et surtout l’Italie qui leur est interdite).  

Leur chef Alaric demande toujours plus de pouvoir et d’argent et joue, pour s’imposer, des rivalités qui affaiblissent le cœur de l’empire. Ainsi, le sac de Rome ne trouve pas son origine dans de simples vexations mais dans un plan de conquête beaucoup plus ambitieux compte tenu de la faiblesse grandissante de Rome.  

À noter que l’empire romain d’Orient va quant à lui résister (Empire byzantin) jusque vers l’an mille grâce à un perfectionnement des savoir-faire tactiques et stratégiques romains (notamment adaptés au renseignement, à la stratégie indirecte et à ce que l’on nommerait aujourd’hui la manœuvre politico-militaire).  

Lire à ce sujet : E. Luttwak, La grande stratégie de l’Empire byzantin

 24 août 1217 : exécution d’Eustache Busket dit Eustache le Moine ou le Moine noir.  

Issu d’une famille noble de Boulogne, il se défroque de l’ordre de Saint-Benoît afin de venger son père assassiné par Renaud de Dammartin, comte de Boulogne. Après avoir écumé les terres de son ennemi, il devient corsaire et mercenaire au service du roi d’Angleterre, Jean sans Terre, puis de Philippe Auguste, roi de France. Il rançonne les navires avec une hardiesse hors normes, contribuant à sa réputation. Il est fait prisonnier à la bataille de South Foreland ou bataille de Sandwich où la flotte française est défaite alors qu’elle se rend dans la Tamise. Décapité sur le pont d’un bateau, sa tête est exhibée dans tout le sud de l’Angleterre.  

Il passe à la postérité dès le XIIIe siècle avec Le roman d’Eustache le moine, puis en 1964, dans le Journal de Tintin avec la bande dessinée, Eustache le moine, corsaire du roi.  

Enfin, il aurait inspiré Hugo Pratt pour le personnage du Moine dans le premier opus de Corto Maltese ».  CNE Jean-Baptiste P.  

 24 août 1226 : mort de Gengis Khan (Chine).  

Né dans les steppes mongoles, il se créée un empire gigantesque (de la Chine à la mer Caspienne) que ses fils étendront jusqu’aux portes de l’Europe. Il passe pour le plus grand conquérant de l’Histoire. La biographie que lui a consacrée René Grousset est utile (tout en étant assez ancienne, 1944) car permet d’ajouter des facettes au personnage que l’on connait surtout pour son caractère impitoyable et ses hécatombes chez ses ennemis. 

 24 août 1572 : massacre de la Saint Barthélémy (Paris).  

 24 août 1704 : bataille de Velez-Malaga (au large de Malaga).

La flotte du comte de Toulouse a reçu l’ordre de reprendre Gibraltar et affront sur son chemin au niveau de Vélez-Malaga la flotte britannique de l’amiral Rooke. La bataille est considérée comme la plus grande de la guerre de succession d’Espagne mettant aux prises près de 200 navires. La victoire tactique est attribuée aux Français (qui perdent moins d’hommes que les Anglais : 1600 contre 2300) mais ne permet pas de reprendre Gibraltar puisque le comte de Toulouse repart vers Toulon le 26.    

L’ordre de bataille original est conservé au SHD. 

 24 août 1814 : les Britanniques incendient la Maison Blanche.  

À la suite de la première abdication de Napoléon 1er, les Britanniques envoient des troupes en Amérique du Nord pour renforcer leurs garnisons du Canada, mener des raids contre les villes américaines et laver l’affront de l’incendie de York, un an auparavant.   

Le général Ross attaque la ville avec 4000 hommes qui incendient le Capitole et la Maison Blanche. Des pierres noircies ont été conservées à l’intérieur de l’édifice pour rappeler l’événement. 

 24 août 1943 : mort de Simone Weil (Ashford – Angleterre).  

Recrutée par les services de la France Libre à Londres pour travailler à la refondation de la France d’après-guerre, Simone Weil meurt d’épuisement à 34 ans. Avant de mourir elle a écrit un texte percutant afin de « refaire une âme au pays » et qu’elle titre Préludes à une déclaration des devoirs de l’être humain signifiant que nous n’avons de droits que dans la mesure où nous nous imposons préalablement des devoirs envers les autres.  
Quelques années plus tard, Albert Camus, son éditeur, donne comme titre à l’ouvrage, L’enracinement, pour préciser l’effet escompté en France de l’application des conseils de cette normalienne exemplaire et atypique.   

 24 août 1949 : le traité créant l’OTAN entre en vigueur  (Washington).  

Créée le 4 avril 1949, l’organisation existe pleinement à partir de la ratification de la convention d’application du traité.  

 24 août 1968 : premier essai de la bombe H française (Fangataufa).  

Une bombe H (c’est-à-dire thermonucléaire) d’une puissance de 2,6 mégatonnes explose à 520 mètres d’altitude sous un ballon.  

C’est l’essai français le plus puissant. La France devient la 5puissance thermonucléaire.  

 24 août 1991 : démission de Mikhaïl Gorbatchev (Moscou).  

Le secrétaire général du Parti communiste de l’URSS démissionne de ses fonctions, même si le putsch tenté contre lui le 19 août échoue grâce à l’habile récupération de Boris Eltsine.   




Chronique historique : 21 août

26082019

La Chronique culturelle évolue.

 A compter du Mardi 03 septembre 2019, la Chronique sera envoyée depuis l’adresse contact@chroniqueculturelle.fr.

Les abonnés actuels restent abonnés sans démarche particulière de leur part. Pour toutes questions, à partir du 03 septembre (abonnements, désabonnements, problèmes de réception, débats historiques,…) écrire à contact@chroniqueculturelle.fr.

En revanche, pas de changement pour la Chronique sur FaceBook et Twitter.  

 21 août 1534 : mort de Philippe Villiers de l’Isle Adam (île de Malte).

Grand maître de l’Ordre des Hospitaliers, il commande la défense de l’île de Rhodes (où l’Ordre est installé depuis 1307)  lorsqu’elle est prise par les troupes (200 000 hommes) de Soliman le Magnifique en 1522. Compte-tenu de la résistance héroïque des chevaliers hospitaliers, Soliman accorde aux survivants les honneurs de la guerre.

 21 août 1568 : mort de Jean de La Valette (île de Malte).

49ᵉ grand maître des Hospitaliers de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, il commande la défense de Malte durant l’été 1565 contre Mustapha Pacha et résiste si bien que les renforts espagnols ont le temps d’arriver de Sicile et de rejeter les Turcs à la mer.

 21 août 1860 : prise des forts du Pei-Ho (Chine).

Le général Cousin-Montauban et un corps expéditionnaire franco-britannique prennent d’assaut (avec des échelles jetées sur les remparts) les forts défendant l’embouchure du fleuve Pei-Ho. Le conflit s’inscrit durant la seconde guerre de l’opium et juste avant la fameuse victoire de Palikao.

 21 août 1914 : ouverture de l’Agence internationale des prisonniers de guerre (Genève).

Après les premiers affrontements, au cours desquels de nombreux combattants sont capturés, le CICR ouvre son Agence internationale au Musée Rath à Genève. L’agence établit des fiches (4 805 000 durant la guerre) pour chaque prisonnier, qui sont classées par fichiers nationaux et auxquelles sont intégrées les demandes d’informations. Elle s’occupe de transmettre les dons et les colis d’articles de secours envoyés par les familles (1 854 914 colis).

 21 août 1940 : assassinat de Léon Trotski (Mexico).

Ancien compagnon de Lénine et fondateur de l’Armée rouge, Trotsky a trouvé refuge au Mexique pour tenter de fuir les tueurs de son rival victorieux, Staline.

 21 aout 2007 : mort du commandant Caroline Aigle (Paris).

Ancienne élève du Prytanée national militaire de La Flèche, polytechnicienne (elle aurait pu être aussi normalienne puisque admise à l’ENS), pilote de chasse sur Mirage 2000 (1600 heures de vol), championne de triathlon, « le moineau » disparaît, emporté par un cancer foudroyant, quelques jours après avoir donné naissance à son deuxième enfant.  Brillante, sportive, courageuse et d’une grande abnégation, elle a marqué les esprits autant par son parcours exceptionnel que par son attitude exemplaire face à sa fin annoncée.




Chronique historique : 27 juin

27062019

27 juin 992 : bataille de Conquereuil (près de Nantes).

La Bretagne est un enjeu permanent pour le roi de France qui, par l’intermédiaire des comtes d’Anjou, cherche à s’en emparer. Le Breton Conan 1er prétendant dominer toute la Bretagne prépare un piège à l’approche des 3000 hommes du comte d’Anjou, Foulque Nerra. Il dissimule sous des fougères un long fossé derrière lequel ses troupes se replient. Elles défient les angevins qui, ne se doutant de rien tombent dans le piège et voient leur première ligne massacrée. Foulque Nerra ordonne la retraite. Les Bretons les poursuivent et s’apprêtent à remporter une belle victoire sur l’envahisseur lorsque Conan est tué. Selon les sources, le chef breton, soit à cause de la chaleur, soit par excès de confiance, quitte son armure et se fait tuer par des Angevins restés cachés suite à l’attaque angevine. La mort de Conan provoque un tel choc psychologique sur les Bretons qu’ils cessent leur poursuite et, démoralisés, perdent la bataille à l’issue de la contre-attaque de Foulque Nerra.

 27 juin 1693 : bataille de Lagos (au large du Portugal – Algarve)..

« Tourville reçoit mission d’intercepter le convoi de plusieurs centaines de bateaux qui transportent, une fois par an, de riches cargaisons de toute l’Europe du Nord depuis l’Angleterre vers Smyrne. L’amiral britannique Rooke, chargé de sa protection, n’a pas connaissance de la position de Tourville qui l’attend en baie de Lagos avec près de 100 navires. L’attaque puis la poursuite de la flotte éparpillée en Atlantique et en Méditerranée permettent la capture de plusieurs vaisseaux de ligne et la saisie, ou la perte, de 90 navires marchands. Le désastre financier qui s’ensuit provoque de nombreuses faillites à Londres ».

 27 juin 1743 : bataille de Dettingen (Bavière).

Lors de la guerre de succession d’Autriche, le combat bien engagé en Bavière contre Georges II d’Angleterre par le duc de Noailles tourne en sa défaveur, en raison de l’attaque prématurée du duc de Gramont, son neveu, commandant les Gardes françaises. Avec des pertes très supérieures, les troupes anglaises de Lords Stairs sont surprises de rester maîtresses du champ de bataille.

 27 juin 1858 : traité de Tien Sin (Chine).

Entraînée dans la 2e guerre de l’opium par la Grande Bretagne, la France signe le traité qui, après la prise des forts qui commandent l’embouchure du fleuve Bei He,  impose à la Chine l’établissement de concessions en différents lieux et l’ouverture au commerce. Mais l’empereur Xian Feng tient le traité pour lettre morte.

Un an plus tard, une force franco-britannique est repoussée à l’embouchure du Bai He, ouvrant les hostilités de la 3e guerre de l’opium qui se soldera par la prise du palais d’été à Pékin.

 27 juin 1917 : création du Royal Tanks Corps (Grande-Bretagne).  

Auparavant Heavy Branch Machine Gun Corps.  Cette nouvelle appellation consacre le terme de tank dans la sémantique militaire britannique. 

 27 juin 1977 : proclamation d’indépendance de Djibouti.

 27 juin 1991 : début de la guerre en Ex-Yougoslavie.

Unilatéralement, la Slovénie a déclaré son indépendance deux jours plus tôt. Les forces fédérales yougoslaves répliquent en attaquant les casernes des mutins, principalement issus de la Force Territoriale. Cette dernière résiste et pousse à la désertion les Slovènes servant dans l’armée fédérale. Les Fédéraux (en majorité serbes) se retirent dix jours plus tard de Slovénie sans intensifier les combats qui au final sont peu meurtriers. La grande homogénéité ethnique de la population slovène explique en grande partie pourquoi le conflit a été bref dans cette ancienne province yougoslave et n’a pas suscité le terrible acharnement qui aura lieu plus tard dans les Krajina (Croatie), en Bosnie-Herzégovine et au Kosovo.







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles