• Accueil
  • > Recherche : alphacom militaire

Blog Alphacom – Chronique historique et autres sujets

13122019

Ce blog, ouvert par le général Jean-François DELOCHRE, du temps de sa présidence, ne peut plus être tenu à jour par le siège de L’EPAULETTE déjà en charge du site (www.lepaulette.com) et de la page Facebook de l’association.

De plus, le nouveau format numérique de la chronique culturelle (plutôt à caractère historique) du SHD n’est plus adapté à ce blog. Les chroniques seront visibles, dans la mesure du possible :

sur le compte FB de L’EPAULETTE : https://www.facebook.com/Association-l%C3%A9paulette-110539927099589/

ou directement sur leur page FB : https://www.facebook.com/ChroniqueCulturelleMilitaire/

ou sur leur compte Twitter : https://twitter.com/ChronoFil

Pour l’aide à la reconversion, visiter le site CAP2C : http://cap2c.org

ou l’onglet reconversion du site de L’Epaulette.




Chronique historique : 21 décembre

21122017

21 décembre 1873 : mort du lieutenant de vaisseau Francis Garnier (Tonkin). Officier de marine et explorateur infatigable de l’Asie (Chine, Tibet, Yunnan), Francis Garnier est tué par des pirates chinois, les Pavillons noirs, au pont de papier, à trois kilomètres de Hanoï, lors d’une embuscade. Le consul général français au Vietnam, Jean-François Parot, fait rapatrier ses restes en France après de longues recherches (1982-1987). Ils ont été placés dans le monument dressé à la mémoire de Garnier, place Camille Julian (Paris VIe).

image002

Patton décorant un soldat.

21 décembre 1945 : mort du général Georges Smith Patton (Allemagne). Patton est l’un des généraux américains les plus hauts en couleurs. Célèbre pour ses victoires lors des deux conflits mondiaux, il commande victorieusement la contre-attaque blindée de Saint Mihiel (septembre 1918), écrase l’Afrikakorps lors de la bataille d’El Guettar (mars 1943), libère la Sicile (août 1943), Avranches (juin 1944), Metz (septembre 1944) et Bastogne (décembre 1944).  Son impétuosité lui vaudra d’être sanctionné régulièrement durant sa carrière : en 1918, il est rétrogradé commandant après s’être enfui de l’hôpital où il est soigné pour une blessure reçue en Argonne. En août 1943, Eisenhower doit le mettre au vert après le scandale qu’il crée en giflant deux GI’s hospitalisés qu’il prend à tort pour des simulateurs. Dans les mois qui suivent la capitulation allemande, il veut poursuivre le combat mais cette fois contre les Soviétiques. Il est à nouveau mis sur la touche par le commandement, d’autant qu’il s’oppose à la dénazification et tient des propos antisémites. Inclassable, il oblige cependant la population allemande à défiler dans les camps de concentration qu’il vient de libérer. Il se définit lui-même comme « un anachronisme vivant ». Original et courageux, il tue lors d’un duel au pistolet l’un des officiers de Pancho Villa (Mexique – 1916). Déconcertant, il est capable de déclamer, dans le texte, les auteurs classiques grecs et latins, tout en arborant deux colts à la ceinture. Passionné par l’histoire militaire, la culture française (il a fait Saumur…), l’escrime et Napoléon, son attrait pour un passé idéalisé et chevaleresque ne l’a pas empêché d’être le précurseur du combat mécanisé américain. Il meurt dans un accident de la circulation à Heidelberg.

21 décembre 1983 : attentat du Hezbollah contre le PC du 3e RPIMa (Beyrouth). Un poste de garde du PC du 3e RPIMa (photo), situé sur le stade de Chayla à Beyrouth, subit l’attaque d’un camion-bombe chargé de 1200 kg d’équivalent TNT. Le véhicule suicide est arrêté par les merlons de terre mais les 1200 kilos d’explosif tuent un parachutiste (Marsouin Philippe Chabrat du 3e RPIMa) et treize civils. On compte également plus de 100 blessés dont 24 Français.
Le nom de Philippe Chabrat figure sur le monument aux morts de Bassan (Hérault)

21 décembre 2004 : attaque au mortier contre une base américaine à Mossoul (Irak). 22 Américains sont tués et 50 blessés par un tir de mortier tiré sur une base américaine de Mossoul.

 

 




Chronique historique : 18 décembre

18122017

18 décembre 1676 : la France reprend Cayenne aux Hollandais (Guyane). Mettant à terre 800 soldats, le vice-amiral d’escadre d’Estrée enlève la garnison sans difficulté. Cayenne redevient établissement français. Il file vers Tobago où il lui faudra deux expéditions (en un an) pour reprendre l’ile.

18 décembre 1779 : combat naval de la Martinique (Antilles). La Motte Picquet s’illustre brillamment en sauvant d’une attaque anglaise la plus grande partie d’un convoi marchand qui rallie la Martinique depuis Marseille. Ne disposant momentanément que de 3 navires, La Motte Picquet affronte les 13 navires de l’amiral Hyde Parker et parvient sans trop de dommages pour lui, à leur faire rompre le combat. Impressionné mais chevaleresque, Parker envoi après coup une lettre au Français pour lui témoigner de son admiration.

18 décembre 1856 : Faidherbe bat Ely el Habib (Sénégal). Gouverneur du Sénégal, Faidherbe soumet El Habib qui tentait de susciter la rébellion, en venant l’arrêter personnellement dans le village de N’Guick où il s’était réfugié.

18 décembre 1903 : acquisition par les Etats-Unis de la zone du canal (Panama). Le tout jeune Etat panaméen (3 novembre 1903) accorde aux Etats-Unis moyennant une rente annuelle, la zone où le génie militaire américain va reprendre les travaux commencés par les Français (Ferdinand de Lesseps – 1882). Inauguré en 1914, le canal de Panama est un passage stratégique pour les marines marchandes et de guerre. Il est resté officiellement sous contrôle des Etats-Unis jusqu’en décembre 1999.

18 décembre 1944 : premier numéro du Monde (Paris). Le quotidien Le Monde daté du 19 décembre parait pour la première fois.

18 décembre 1974 : capture du soldat Teruo Nakamura (Morotai-Indonésie). « Soldat taïwanais de l’empire japonais, il est le dernier vrai combattant de la 2ème guerre mondiale recensé à ce jour. Il est cependant moins connu que Hiroo Onoda retrouvé quelques semaines plus tôt. Teruo Nakamura (son nom de naissance est Attun Palalin) reste caché avec des compagnons d’arme jusque dans les années 1950 puis se sépare du groupe. Au cours de l’été 1974, la hutte qu’il s’est construite dans la jungle est aperçue par hasard par un pilote indonésien et il est finalement capturé par l’armée indonésienne à la demande du gouvernement japonais. Durant ses 31 années de guerre, il n’a pas vraiment combattu, contrairement à Hiroo Onoda et ses hommes qui ont mené des actions de harcèlement jusqu’en 1972. Plus de 200 000 Taïwanais ont servi dans les rangs de l’armée impériale japonaise durant la deuxième guerre mondiale, dont environ 16 000 volontaires ».. LCL N-N U.

181217

18 décembre 1978 : création d’Airbus Industrie. L’actuel numéro 2 du marché mondial de l’aéronautique est issu d’un groupement d’intérêt européen de EADS et BAE Systems. Airbus emploie plus de 50 000 personnes dans le monde. Il fabrique notamment l’avion de transport militaire A 400 M.

18 décembre 1995 : premier vol du prototype du NH 90. Hélicoptère multi rôles européen. Le NH 90 équipe une dizaine de pays. Airbus Helicopters, Agusta et Fokker sont les constructeurs.

 




Chronique historique : 15 décembre

15122017

15 décembre 1650 : bataille de Rethel (actuelles Ardennes). Durant la Fronde, Turenne, alors dans le camp des frondeurs, est battu par le maréchal du Plessis-Praslin. Quelque temps plus tard, une fois dans le camp royal et après de nombreuses victoires, le souvenir de cette défaite intriguait : Lorsqu’on demandait à Turenne comment il avait pu perdre à Rethel, il répondait : par ma faute.

15 décembre 1805 : création des maisons d’éducation de la Légion d’honneur. Napoléon crée la première maison destinée à accueillir les filles des officiers, sous-officiers et soldats admis dans l’ordre. « Soucieux de combler un vide en matière d’éducation féminine et convaincu du rôle prépondérant que les femmes auront à jouer dans la société, Napoléon définit lui-même le programme éducatif de ces futurs établissements, voulant assurer aux filles des légionnaires civils et militaires « une existence digne et indépendante ». C’est à partir de cette lettre de mission que la première maison d’éducation ouvre ses portes au château d’Ecouen en 1807 ».

15 décembre 1840 : le retour de l’Empereur. Pour  se concilier les Bonapartistes, Adolphe Thiers, ministre de Louis-Philippe, négocie avec les Anglais le retour des cendres de Napoléon 1er, mort 20 ans plus tôt à Sainte Hélène. Le prince de Joinville, fils de Louis-Philippe part chercher les restes de l’Empereur à bord de la Belle Poule. A Paris, un million de Français se massent le long du trajet emprunté par le cortège funèbre pour rejoindre les Invalides. La cérémonie est curieuse : tous les ingrédients pour une communion nationale réussie sont présents, mais la monarchie constatant l’emprise toujours énorme de l’Empereur sur les Français, expédie les festivités tout en les ayant souhaitées.

15 décembre 1890 : mort de Sitting Bull (Dakota). Le chef d’une des tribus Sioux responsable, avec Crazy Horse, de la défaite du général Custer lors de la bataille de Little Big Horn est tué pendant son arrestation.

15 décembre 1916 : Barbusse lauréat du Goncourt. « L’Académie Goncourt décerne son prix au Feu d’Henri Barbusse ». LCL Rémy. P (EMAT).

15 décembre 1940 : le retour de l’Aiglon. Sur ordre d’Hitler, les cendres du fils de Napoléon Ier sont restituées à la France, dans le but de se concilier la bonne volonté du peuple français. Transférées aux Invalides selon un cérémonial décidé par les allemands, l’évènement se déroule dans l’indifférence générale. Hitler est mécontent. Il pensait faire un cadeau et constate que l’effet est nul. La genèse de cet événement est particulièrement bien expliquée dans les souvenirs de Jacques Benoist-Méchin, A l’épreuve du temps  : là encore, l’idée de se concilier la France en honorant un Napoléon, ne fonctionne pas. Proverbe parisien né de l’événement : « ils nous prennent le charbon, ils nous rendent les cendres ».

151217

Le cortège funèbre des cendres de Napoléon Ier arrivant devant les Invalides.

15 décembre 1944 : décès d’Alton Glenn Miller. « Chef d’orchestre de jazz et tromboniste, il laisse à la postérité les titres Moonlight Serenade, In the Mood et Chattanooga Choo Choo. Avec le grade de capitaine, il se trouve à la tête du Glenn Miller Army Air Force Band, en Angleterre, avec lequel il enregistre des disques et participe à des émissions de radio à destination des soldat au front. Afin de préparer des concerts en France, il prend les airs dans le brouillard à bord  d’un Noorduyn Norseman (petit avion utilitaire d’origine canadienne) afin de traverser la Manche : il n’arrive jamais à destination. Son avion aurait traversé une zone, interdite de vol car destinée au délestage des bombes non larguées par les bombardiers alliés à leur retour de mission (afin de limiter les risque d’explosion en cas d’incident à l’atterrissage) ». CNE J-B P.

15 décembre 1948 : Zoé fonctionne (Fort de Chatillon). La première pile atomique française entre en fonction et est inaugurée par le Président de la République Vincent Auriol. ZOE = Z comme zéro (puissance très faible, inférieure à celle consommée par ses accessoires) ; O pour oxyde d’uranium ; E pour eau lourde)

15 décembre 1961 : condamnation à mort d’Eichmann (Jérusalem). Enlevé par le Mossad en Argentine, le colonel et haut cadre dirigeant du RSHA (organe gérant la solution finale) est condamné à mort par pendaison. Il est exécuté fin mai 1962.

15 décembre 1965 : premier « rendez-vous » spatial. Pour la première fois de l’Histoire, deux véhicules spatiaux (Gemini 6 et 7) parviennent à synchroniser leur vitesse en orbite autour de la Terre à moins de 40 cm l’un de l’autre. Le musée de l’Air et de l’Espace expose dans son Hall de la conquête spatiale  deux propulseurs de manœuvre et de contrôle d’altitude de la capsule Gemini. Le programme Gemini est le second programme de vols spatiaux habités, lancé en 1965 et 1966 par les États-Unis après le programme Mercury. Le but est d’étudier, à l’aide de vaisseaux biplaces, le comportement des astronautes lors de séjours prolongés dans l’espace et de maîtriser la technique des rendez-vous spatiaux. Des petits propulseurs sont utilisés pour manœuvrer les capsules Gemini en orbite.




ACTU DEFENSE du 30 novembre 2017

11122017

Capture

Le dernier numéro de la lettre d’information « Actu Défense » est paru.

Ont retenu plus spécialement notre attention : fichier pdf Actu Défense 30 novembre 2017

-          le déplacement du Président de la république en Afrique (Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Ghana [ce dernier pays faisant partie de l’Afrique anglophone, c’était donc une première pour un  président français]), comportant, au menu des rencontres : la lutte contre le terrorisme avec le renforcement des capacités des forces africaines et notamment, le consolidement du « G5 Sahel », ainsi que l’initiative euro-africaine visant à contrer l’action des trafiquants d’armes et d’êtres humains ;

-          la livraison aux armées (armée de Terre [infanterie et cavalerie] et Forces spéciales des trois armées) du « Missile moyenne portée » (MMP), missile de 5ème génération, permettant des tirs de jour comme de nuit, sur tous types de terrain (y compris en zone urbaines). Le système d’armes bénéficie des retours d’expérience (RETEX) des derniers engagements opérationnels et permettra de s’adapter aux conflits dits « asymétriques » (adversaires non constitués comme une armée classique, pour résumer) ;

-          la démarche « innovation et numérique », avec notamment la visite de Mme Florence Parly, ministre des armées (MINARM) à « l’accélérateur de start-up NUMA », dans le cadre plus large d’une stratégie globale de placement de l’innovation  numérique au cœur de la transformation du ministère et des armées, y compris dans leur gouvernance ; L’armée de Terre au demeurant prend aussi un virage digital encore plus accentué qu’il ne l’est déjà (cf. 2ème article à ce sujet) ;

-          la livraison, par la « Direction générale de l’armement » (DGA) du douzième avion de transport de nouvelle génération « A400M » à l’Armée de l’air, le 22 novembre 2017. Au-delà des capacités de transport de ses prédécesseurs, cet appareil est le premier à pouvoir être équipé de dispositifs permettant le ravitaillement en vol des avions de chasse ;

-          l’interception, par les forces armées en Nouvelle Calédonie, de deux bateaux vietnamiens en infraction avec la législation relative à la pêche dans les eaux territoriales françaises. Pour mémoire, la France possède, avec 11 millions de km2, la deuxième surface maritime mondiale, appelée, « Zone économique exclusive » (ZEE), qui s’étende, depuis les côtes jusqu’au plateau continental sous-marin jusqu’à 200 nautiques, soit 370 km à partir de chaque rivage national. Les ressources réelles et potentielles sont, évidemment l’objet de convoitises multiples et les bâtiments de la Marine nationale, pas assez nombreux au regard des immensités à surveiller ( sur 123 bâtiments que compte la Marine nationale, inclus les sous-marins, [mais sans compter les 38 bâtiments de la gendarmerie maritime qui ont davantage une fonction de contrôle « côtiers »], 74 sont des bâtiments de combat et de soutien [cf. « Les chiffres clés de la Défense », édition 2017] ; en novembre 2017, 54 bâtiments étaient déployés sur le globe [cf. « Cols bleus, édition de novembre 2017]) ;

-          enfin, comme à l’accoutumée, l’actualité des théâtres d’opérations extérieures (exclu donc l’opération intérieure « Sentinelle »). Pour mémoire, l’ensemble des militaires des trois armées et des services, engagé sur et hors le territoire national représente un effectif permanent de 30 000 hommes et femmes.

 

 

 




UNE BANDE DESSINEE SUR L’EMIA

7122017

ia1

Une bande dessinée réalisée par la promotion de l’EMIA Maréchal BESSIERES avec le soutien de sponsors parmi lesquels la SNCF, L’Epaulette et plusieurs promotions de l’EMIA, sera proposée à la vente à partir du 19 janvier 2018, mais également sur le site de la 56ème promotion « LCL MAIRET » (1ère brigade de l’EMIA) ainsi qu’à son magasin promotion http://www.boutique.promotions-emia.fr au prix public de 14 euros.

Elle sera disponible en pré-vente à compter du 19 décembre 2017 au prix préférentiel de 13€. Il est possible de réserver cette BD auprès de la promotion LCL MAIRET avant le 11 décembre. Pour ce faire, envoyer un message a l’adresse suivante en indiquant le nombre d’exemplaires souhaités : marine.carrias@st-cyr.terre-net.defense.gouv.fr.

Une séance de dédicace aura lieu à Coëtquidan le 19 décembre dans le hall de la médiathèque de 13h30 à 18h, vous pourrez y rencontrer les auteurs et retirer les ouvrages commandés.

Ci-après, le synopsis de l’album :
À l’École Militaire Interarmes, deux élèves officiers, Benoit et Charles, aux caractères opposés vont mettre leur amitié à rude épreuve. En effet, le fougueux Benoit est persuadé qu’un professeur participe à un complot visant l’EMIA. Co-écrit par un ancien élève de l’EMIA, cet album vous propose une plongée unique dans une des grandes écoles d’officiers françaises. Très documentée, cette BD présente une enquête résolue en un tome.

ia2ia3




Chronique historique : 7 décembre

7122017

7dec

7 décembre : Saint Ambroise, patron du corps technique et administratif (CTA). Sage administrateur de la ville de Milan dont il devient évêque au IVème siècle, Saint Ambroise est docteur de l’Eglise. Réputé pour ses qualités de pédagogue, de défenseur des lois et de l’Eglise, il a été choisi comme Saint patron du CTA.

7 décembre 1815 : exécution du Maréchal Ney (Paris). Un rassemblement important étant signalé sur le lieu traditionnel des exécutions (plaine de Grenelle), le « braves des braves » est exécuté rue de l’observatoire, pour éviter tout dérapage populaire.

7 décembre 1841 : création de 3 bataillons de tirailleurs indigènes (Algérie). Les futurs tirailleurs algériens sont créés par une ordonnance royale.

7 décembre 1895 : Les Ethiopiens infligent une défaite aux Italiens à Ambia Alagi (Abyssinie). Durant la première guerre italo-éthiopienne, 2500 soldats italiens et érythréens sont battus par les 20 000 hommes de Makonen, le père du futur Hailé Sélassié. Quelques semaines plus tard, les Italiens sont à nouveau défaits à Mekele puis Adoua. Ces revers inattendus vont alimenter le désir de revanche italien qui peut aussi expliquer pour partie la montée en puissance de Mussolini.

7 décembre 1936 : disparition en mer de Jean Mermoz à bord du « Croix-du-Sud ». Après une courte carrière dans l’aviation militaire, il acquiert ses lettres de noblesse dans l’aéropostale avec la traversée des Andes, en juillet 1929, et celle de l’Atlantique Sud sans escale avec le même avion en mai 1930. Il est l’auteur de Mes vols.

7 décembre 1941 : attaque surprise japonaise du port de Pearl Harbour (Hawaï). La flotte de l’amiral Yamamoto détruit en deux heures les trois quarts de la flotte américaine basée à Hawaï, sauf trois porte-avions, en mer, au moment de l’attaque. 2400 marins périssent sous les bombes japonaises. L’indignation dans l’opinion publique américaine est telle que le président Roosevelt n’a aucune peine à faire entrer officiellement en guerre les Etats-Unis qui jusque-là refusaient de s’impliquer dans le conflit mondial grandissant.

7 décembre 1942 : opération Frankton (Estuaire de la Gironde). Voulant gêner les échanges maritimes entre le Japon et le Reich, Churchill demande qu’une opération soit montée contre le port de Bordeaux d’où part le commerce armes contre caoutchouc. Lord Mountbatten, chef des opérations combinées, fait préparer une opération commando. Le sous-marin HMS Tuna débarque près de l’estuaire de la Gironde 10 Royal Marines qui remontent l’estuaire à bord de 5 kayaks pour aller poser des charges explosives sur les bateaux à quai. Le 11 décembre, 6 cargos et forceurs de blocus sont gravement endommagés par les explosions. Seuls, 2 commandos survivent et rejoignent la Grande-Bretagne avec l’aide de la Résistance. Les 8 autres périssent : 2 noyés, 6 fusillés après dénonciation et arrestation et ce malgré leurs uniformes empêchant de les confondre avec des terroristes. L’un des deux survivants est le chef du commando, le major Asler, surnommé « Blondie ». Il fait partie de ceux qui organisent en 1960 la première transatlantique en solitaire à la voile, Plymouth-Newport. Il y prend part à la première édition remportée par Sir Francis Chichester. La seconde, en 1964, est remportée par un certain Eric Tabarly. Lire le livre d’André Voisin, L’Odyssée du Commando Frankton, (réédition 2011).




Chronique historique : 24 novembre

24112017

24 novembre 885 : début du siège de Paris par les Vikings. Très actifs durant le IXè siècle, les Vikings ont pris l’habitude de remonter les fleuves du Nord de la France pour piller et rançonner les villes. 700 bateaux embarquant environ 30 000 guerriers danois et norvégiens se présentent devant Paris. Le siège débute réellement le lendemain, avec le refus de l’évêque Gozlin de laisser passer la flotte du chef Viking Siegfried. Jusqu’en mai 887, Paris est assiégé et ses environs ravagées. Siegfried lève le siège suite au paiement d’un tribut de 700 livres d’argent par l’empereur Charles le Gros.

 24 novembre 1793 : le calendrier républicain remplace le grégorien (Convention – Paris). Il ne sera utilisé que jusqu’en 1806 année de son abolition par Napoléon Ier. Aujourd’hui serait le 4 (Quartidi) frimaire 224.

 24 novembre 1867 : le fil de fer barbelé est breveté.

 24 novembre 1929 : mort du Tigre (Paris). Georges Clemenceau décède à 88 ans.

 24 novembre 1938 : Beria nommé à la tête du NKVD. Ancêtre du KGB.

 24 novembre 1964 : reprise de Stanleyville (actuelle Kisangani – RDC). Un régiment parachutiste belge est largué sur Stanleyville pour libérer des otages retenus par des rebelles au pouvoir. Avec l’aide de mercenaires occidentaux, il met fin à la rébellion. 24 otages, 2 militaires belges sont tués.

 24 novembre 1965 : Mobutu prend le pouvoir (actuelle RDC). Il va rester 32 ans à la tête du Zaïre.

 24 novembre 1970 : harakiri de Mishima (Tokyo). Kimitake Hiraoka, plus connu sous son nom d’écrivain, Yukio Mishima, se suicide en se faisant Seppuku après avoir tenté un simulacre de prise de pouvoir au ministère de la Défense japonais. Son discours devant le chef d’état-major séquestré et les troupes présentes ne convaincant pas, il se suicide selon le rituel traditionnel. N’ayant aucun passé militaire, son geste a souvent été interprété comme une tentative de rachat pour sa réforme durant la Seconde guerre mondiale ou encore comme une ultime mise en scène sans aucun autre but que la mort esthétisée et ritualisée.

 24 novembre 1977 : premier vol du Super Etendard de série (Mérignac). Premier avion français équipé d’un système inertiel de navigation et d’attaque. Il a été retiré du service actif en juillet 2016, après presque 40 ans de bons et loyaux services. L’avion est connu pour avoir formé un couple redoutable avec le missile AM-39 « Exocet », conçu pour la lutte antinavire. Il assurait également des missions d’appui-feu au profit des troupes à terre et des missions de reconnaissance.

 24 novembre 1985 : assaut meurtrier d’un jet détourné (Malte). Des commandos égyptiens dépêchés en urgence à Malte donnent l´assaut au Boeing égyptien détourné par 4 pirates (Palestiniens et Syrien) sur La Valette. 60 personnes sont tuées dont 4 des 5 pirates qui avaient commencé à abattre les otages (4 !).

 24 novembre 2002 : signature du HCoC (La Haye – Pays-Bas). « L’entrée en vigueur du Code de Conduite de la Haye contre la prolifération des missiles balistiques (Hague Code of Conduct against Ballistic Missile Proliferation) a lieu le lendemain. Les États souscripteurs au Code s’engagent politiquement à des mesures de retenue et de confiance en matière de développement et déploiement de missiles balistiques, parmi lesquelles les pré-notifications de tirs d’essai de missiles balistiques et de lancement de fusées. Le HCoC compte aujourd’hui 138 États souscripteurs ». DGRIS.

 24 novembre 2015 : F16 contre Sukhoi (Frontière turque). Deux chasseurs F-16 turcs abattent un bombardier SU-24 russe près de la frontière avec la Syrie. L’équipage réussit à s’éjecter. Un hélicoptère Mi-8AMT engagé immédiatement dans leur récupération est détruit après un atterrissage d’urgence (1 mort). Un peu plus tard une mission de sauvetage a priori russo-syrienne parvient à extraire le navigateur russe. Le pilote a, quant à lui, été retrouvé mort, manifestement tué par des tirs venant du sol lors de son atterrissage . L’évènement a singulièrement tendu les relations entre Russie et Turquie entrainant sanctions économiques et déclarations fermes de part et d’autre jusqu’à l’été 2016.

24 novembre

 







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles