Chronique historique : 14 novembre

14112019

14 novembre 1910 : naissance de l’aéronavale (États-Unis).
Un avion biplan décolle du croiseur américain Birmingham et se pose sur la terre ferme. Moins d’un an plus tard, le pilote Ely réussit l’opération dans les deux sens : décollage et appontage sur le cuirassé Pennsylvanie où une plateforme a été spécialement aménagée.

14 novembre 1929 : pose de la première pierre de l’École navale (Brest).
La cérémonie, sur le plateau des quatre-pompes, est présidée par le Ministre de la Marine, Georges Leygues.

14 novembre 1940 : bombardement allemand de Coventry (Royaume-Uni).
450 bombardiers allemands rasent la ville anglaise et tuent 568 habitants au cours de l’opération baptisée Mondscheinsonate.

14 novembre 1944 : début de la campagne d’Alsace.
La 1re armée française de de Lattre déclenche une attaque qui permet d’atteindre le Rhin le 19 et de libérer Mulhouse le 20.

14 novembre 1945 : attaque de la garnison de Gow Tow (île proche de la baie d’Along – actuel Vietnam).
Un commando vietminh attaque de nuit le poste Maroc qu’occupent des éléments français de retour de Chine. L’attaque échoue grâce à la riposte combinée du poste lui-même et de l’aviso escorteur Sénégalais.

14 novembre 1951 : prise de Hoa Binh (Indochine).  
« L’opération Lotus, qui succède à Tulipe, commence le 13 au soir avec le débouché d’une colonne motorisée empruntant la RC 6. Trois bataillons de parachutistes français sont largués sur le poste de Hoa Binh et rejoints dans l’après-midi par les premiers éléments des formations terrestres.  Les troupes de Giap ne s’entêtent pas et rompent le combat ne donnant pas dans le piège consistant à créer un abcès de fixation pour le corps de bataille de l’armée populaire. En plein pays Muong, Hoa Binh est un peu loin des bases françaises (bien qu’à environ 80 km à peine d’Hanoi. Les pertes françaises de la bataille qui s’ensuit (novembre 1951 – février 1952)  ont été sous-estimées : 436 tués + 458 disparus (dont beaucoup sont morts) et 1 360 blessés. C’est une estimation basse.
De Lattre, malade et rapatrié en France à cette date, a laissé à Salan le soin de planifier et de conduire l’opération. » CDT Ivan Cadeau.

14 novembre 1965 : bataille de la  Ia Drang (Vietnam du Sud).
Cherchant à éliminer une force nord-vietnamienne qui opère sur la frontière avec le Cambodge, les 5e et 7e Cavalry sont déposés en hélicoptère au pied de la montagne Chu Pong. Dès les premiers posés américains, trois bataillons Nord-vietnamiens attaquent la tête de pont. L’appui au sol fourni par l’aviation permet aux américains de s’accrocher dans ce qui est aujourd’hui considéré comme la première grande opération US de la guerre du Viet Nam. Les bilans sont lourds des deux côtés et chaque camp revendique la victoire. We were soldiers (Nous étions soldats – 2002), film de guerre américain relate les événements de la Ia Drang.
Les soldats français d’Indochine quant à eux ne bénéficient pas de l’appui hollywoodien et ont choisi l’écriture.
De nombreux ouvrages sont parus : De l’autre côté de l’eau, prisons de bambous (prix la Plume et l’Epée 2012), un prince dans la tourmente, Au pays de la fée et du dragon.




Chronique historique : 8 mai

9052019

8 mai 1429 : Jeanne d’Arc libère Orléans. Galvanisés par la détermination de Jeanne d’Arc, les Français libèrent Orléans du siège qu’y font les anglais depuis près de 7mois.  Elle est légèrement blessée par un carreau d’arbalète.

8 mai 1809 : combat de La Piave (Italie). Après avoir été surpris par l’archiduc d’Autriche Jean à Sacile le 16 avril, Eugène de Beauharnais précipite la retraite de l’armée autrichienne grâce à une habile manœuvre des généraux MacDonald et Desaix. Beauharnais fait croire à l’archiduc qu’il franchira en force à Nervesa en massant la division Serras sur la rive. Il ordonne à Desaix  de franchir discrètement  et d’établir une tête de pont pendant que les sapeurs construisent un pont. La surprise joue et permet à Beauharnais de repousser les Autrichiens.

8 mai 1859 : libération de Tourane (Da Nang – Vietnam). L’amiral de Genouilly et le lieutenant-colonel Reybaud délivrent la forteresse de Tourane assiégée par  9000 hommes.

8 mai 1941 : faille cryptographique allemande majeure (Atlantique Nord – Sud de l’Islande).

Alors qu’il vient de torpiller deux navires d’un convoi, le sous-marin allemand U110, est contre-attaqué par l’escorte. Grenadé, il fait surface en urgence et son équipage abandonne le bord sans parvenir à couler le U.Boot. Le commandant du destroyer « Buldog » décide de ne pas l’éperonner et envoie une équipe de prise qui trouve cartes, tables de bigrammes pour le sur-chiffrage, procédures diverses dont le code météo qui est le chainon manquant aux cryptologues de Bletchley Park pour attaquer l’Enigma de la Kriegsmarine.

Étant l’élément le plus faible de la chaîne Enigma, il permet par comparaison de déduire la clé. (Cf. Le film « Imitation game » en 2015)

Les Britanniques décryptent les réseaux de la Luftwaffe depuis juin 1940 et ceux de la Wehrmacht depuis le printemps 1941. Cette erreur cryptographique majeure permet de lire le trafic des U-Boote de juin 1941 au 1er février 1942, date de la mise en service de l’Enigma M4. Le renseignement naval britannique déroutera à temps de nombreux convois menacés et sauvera ainsi des centaines de cargos et pétroliers, dont la perte aurait compromis le débarquement Anglo-américain en Afrique du Nord (novembre 1942).

Lire « Guerre des codes et guerre navale, 1939-1945″ de Guy Malbosc et Jean Moulin – 2012.

 8 mai 1942 : fin de la bataille de la mer de Corail. Grace à ses avions embarqués, la flotte américaine de l’amiral Fletcher prend l’avantage sur une flotte japonaise qui s’apprête à envahir la Nouvelle Guinée. Tactiquement les Japonais y ont au contraire marqué un léger avantage tactique, en terme de tonnage coulé ou mis hors de combat. En revanche, stratégiquement, l’attaque sur Port Moresby est bloquée et c’est un succès stratégique américain.

8 mai 1945 : armistice à Berlin. Ayant refusé d’admettre la validité de la signature de l’armistice, la veille à Reims, Staline impose aux Alliés une redite mais cette fois à Berlin. Arrivé dans des conditions rocambolesques, le général de Lattre représente la France à la table des vainqueurs (après avoir fait coudre sur place le drapeau français, non prévu dans le protocole).

8 mai 1954 : Dien Bien Phu, suite et fin : « Après la chute du secteur principal, l’effort viêt-minh se concentre sur Isabelle dont la situation est sans issue. À la nuit tombée, le colonel Lalande tente bien une sortie, mais, immédiatement, ses éléments de tête sont pris à partie par l’ennemi et le gros des troupes se trouve mêlé aux bo doïs qui s’infiltrent de partout. À 1H50, Albatros ayant échoué, Isabelle envoie un dernier message : « sortie manquée, ne puis plus communiquer avec vous – Stop – Fin citation ». La bataille de Diên Biên Phu est définitivement terminée.  A la date du 5 mai 1954, 1 142 combattants sont déclarés morts et 1 606 portés disparus du côté français. 4 436 ont été blessés plus ou moins grièvement. Environ 1 161 déserteurs. À ce total, il convient d’ajouter les pertes des deux derniers jours de combat, évaluées entre 700 et 1 000 hommes. Au total, le Viêt-Minh capture donc un peu plus de 10 000 hommes, 60 % de ceux-ci mourront dans les camps viêt-minh, de malnutrition, de maladies, de misère physiologique. Quant aux pertes subies par l’armée populaire, les incertitudes portant sur les chiffres sont encore plus grandes. Si les chiffres de 25 000 tués et 12 000 blessés avancés par certains services semblent ne pas devoir être retenus, celui de 22 000 victimes, tués et blessés confondus, paraît proche des estimations faites par le 2e bureau du corps expéditionnaire et confirmées, officieusement, par certains officiels viêt-minh. Cependant, l’Institut d’histoire militaire du Vietnam, qui dépend du gouvernement vietnamien, ne reconnaît toujours, aujourd’hui, que 4 020 tués, 792 disparus et 9 118 blessés ». CDT Yvan Cadeau (SHD).

8 mai 1988 : décès de l’écrivain Robert Anson Heinlein (Californie). Officier de marine américain (né en 1907) diplômé de l’académie d’Annapolis, Heinlein est réformé à cause d’une tuberculose et après avoir passé cinq ans sous les armes. Il se consacre dès lors à l’écriture et notamment à la science-fiction. Il reçoit de nombreux prix littéraires internationaux et devient curieusement une référence à la fois pour la génération Beatnik (En terre étrangère – 1961) et le camp militariste américain (Etoiles, garde-à-vous! – 1959). Ce dernier ouvrage, exaltant la vie du soldat en campagne et l’héroïsme guerrier et citoyen, a été rendu célèbre assez récemment par le réalisateur Paul Verhoeven à travers la série parodique des films Starship Troopers. Auteur de l’Age d’or de la science-fiction, ses thèmes favoris sont l’accélération du progrès technologique, la décadence morale et culturelle, le contrôle mental des masses, …




Chronique historique : 11 avril

11042019

11 avril 1241 : bataille de Mohi (ou Sajo) (Hongrie).  

Ogodei, le fils de Gengis Khan a lancé ses armées (150 000 hommes) vers l’Ouest pour atteindre l’Atlantique. L’avance est rapide et dévastatrice. Le 9 avril, il a défait les Polonais à Legnica (grâce à ses lieutenants Orda et Batu). Une autre armée, celle de Subotei parvient en Hongrie où le roi Bela IV tente de les stopper sur la rivière Sajo. Le roi Hongrois avec ses 15 000 soldats dresse un fort pour protéger le pont sur la Sajo et espère que Subotei tentera de le prendre d’assaut. L’attaque a bien lieu mais n’est en fait qu’une diversion de Subotei.  

Il fait franchir la rivière de nuit, plus au Sud, alors qu’elle est en crue, à 10 000 cavaliers. Le détachement chargé de prendre le pont pour faire diversion, prend pied, quant à lui, sur la rive opposée obligeant Bela IV à utiliser ses dernières réserves pour repousser la menace. C’est à ce moment qu’arrivent sur les arrières hongrois la force venant de franchir. Le roi Bela IV échappe de peu au massacre talonné par les cavaliers des steppes qui sèment la désolation dans le pays.  

L’annonce de la mort d’Ogodei sauve l’Europe. Les chefs mongols voulant participer à la succession, se replient vers l’Est. 
 
11 avril 1512 : bataille de Ravenne (Italie).  

Le roi de France Louis XII, gagnant du terrain en Italie, inquiète le pape Jules II qui lui envoie une armée constituée d’Anglais, de Vénitiens, d’Espagnols et de Suisses. Les Français l’emportent mais évacuent par prudence la Lombardie. Le chevalier Bayard pleure la mort du commandant des troupes françaises, Gaston de Foix-Nemours. 

 11 avril 1713 : signature du traité d’Utrecht (actuels Pays-Bas).  

Fin de la guerre de succession d’Espagne (1701-1714).  

Un Bourbon monte sur le trône d’Espagne.   

 11 avril 1809 : bataille de l’île d’Aix (embouchure de la Charente).  

L’escadre de Rochefort comprenant 12 vaisseaux et 3 frégates est placée sous les ordres du vice-amiral Allemand qui se prépare pour rallier les Antilles. Elle est attaquée au mouillage de l’île d’Aix par des brûlots anglais de l’escadre de l’amiral Gambier. La marine française subit une cruelle défaite qui selon l’empereur n’aurait pas dû se produire. Plusieurs commandants passeront en conseil de guerre, le commandant du vaisseau Calcutta est condamné à mort et fusillé « pour avoir lâchement abandonné son vaisseau en présence de l’ennemi ». Le vice-amiral Allemand ne sera cependant pas inquiété et prendra plus tard le commandement de l’escadre de la Méditerrané. 

  11 avril 1901 : plongée sous-marine du président de la République (Toulon).  

Emile Loubet rendant visite à la Marine du Levant, effectue une plongée de trente minutes à bord du Gustave Zédé, un des premiers sous-marins français. 

 11 avril 1945 : libération du camp de Buchenwald (Allemagne) 

 11 avril 1951 : Mac Arthur est démis de ses fonctions.  

Le président Harry Truman relève le général Mac Arthur, commandant le théâtre des opérations en Corée parce que ce dernier propose d’étendre le conflit à la Chine et d’employer éventuellement la bombe atomique. 

 11 avril 1956 : création de la croix de la Valeur militaire.  

Le décret n°56-371 institue une médaille pour distinguer individuellement les personnels de la Défense, civils et militaires, ayant accompli une action d’éclat, hors du territoire national, au cours ou à l’occasion de missions ou d’opérations extérieures. 

 11 avril 2012 : mort d’Ahmed Ben Bella.  

Ben Bella, l’un des neuf chefs historiques et premier Président de la République algérienne, meurt à Alger. Des funérailles officielles sont organisées le 13 avril : la dépouille d’Ahmed Ben Bella est enterrée au cimetière d’El Alia, dans le carré des martyrs où reposent les héros de la révolution algérienne. 

Lire l’ouvrage de Jean Balazuc, Guerre d’Algérie – Chronologie mensuelle (Mai 1954-décembre 1962)




Chronique historique : 29 mars

1042019

29 mars 1631 : première organisaton de la Marine militaire française.  

Richelieu fait publier le « Règlement sur le fait de la Marine » qui vise à donner les premiers fondements d’une organisation administrative de la Marine française.  

 29 mars 1796 : exécution de Charrette (Nantes – place Viarme).  

François Athanase Charette de La Contrie dit « Charrette », chef de l’Armée catholique et royale du Bas-Poitou et du Pays de Retz est devenu l’un des généraux vendéens à la demande des paysans venus le chercher dans son manoir de Fonteclose.  

Lors de son exécution, il obtient le droit de commander au peloton : « lorsque je fermerai les yeux, tirez droit au cœur ». 

 29 mars 1809 : prise de Porto (Portugal).  

Soult entre dans Porto. Au même moment Victor, pourtant en infériorité numérique, bat le général Cuesta. 

 29 mars 1873 : création du camp de La Valbonne (Ain).  

Créé officiellement par le général Bourbaki, gouverneur de Lyon, le camp accueille les 86e et 92e régiments d’infanterie, après un an de travaux réalisés par le 2e génie. L’historique du camp évoquant également toutes les formations y ayant tenu garnison a été écrit par le lieutenant-colonel Pasteau : Le camp militaire de la Valbonne et ses régiments 1873-2012

 29 mars 1903 : combat du Ksar el Azoudj (Algérie).  

Lors de la pacification de l’Algérie, une section de 30 hommes composée de tirailleurs du 2e régiment et de légionnaires, commandés par le capitaine Normand se portent au-devant d’un groupe de 150 berbères qui viennent d’étriller des spahis sur la piste de Djenan à Taghit. Après 6 heures de combat, les français reculent en combattant en direction du fort de Ksar el Azoudj, le sergent Lovy et 3 tirailleurs forment l’arrière-garde. Ayant épuisé leurs munitions les quatre hommes se battent au corps-à-corps et sont tués. Le corps du sergent Lovy, d’abord enterré à l’oasis de Fendi, est ensuite officiellement inhumé à Tulle sa ville natale en 1904, sur intervention de l’Association des anciens Enfants de Troupe.  

Dans le contexte de ce début de XXe siècle au patriotisme exacerbé, il est devenu un symbole de l’enfant du peuple ayant offert sa vie à la Patrie. Un monument est érigé à sa mémoire dans sa ville natale sur une souscription ouverte par le 2e régiment de tirailleur algérien. CNE Jean-Baptiste P. 

 29 mars 1947 : insurrection malgache. (Madagascar).  

150 Français sont tués lors d’une émeute indépendantiste. La reprise en main par l’armée et les forces de l’ordre est sanglante et passe inaperçue en France. 

 29 mars 1967 : lancement du Redoutable – premier sous-marin nucléaire lanceur d’engins français (SNLE).  

Le général de Gaulle est présent et déclare : « C’est une journée capitale pour notre Marine, pour notre défense et par là, pour notre indépendance ». 

 29 mars 1969 : condamnation du lieutenant William Calley pour le massacre de Mi Lay.  

Le 16 mars 1968, la compagnie C à laquelle appartient le lieutenant Calley tue entre 300 et 500 civils dans le village de Mi Lay (Vietnam) au cours d’une opération planifiée. L’officier de 26 ans prétend avoir obéi aux ordres de son capitaine, Ernest Medina. Mais la cours martiale ne retient que la responsabilité personnelle et le condamne à la prison à vie pour le crime de 22 civils. Le président Nixon intervient trois jours plus tard pour commuer sa peine. Il est gracié en 1974 après 3 années de prison. Le scandale est grand dans l’opinion publique américaine.  

Des photos prises juste après le massacre, mais publiées au moment du procès, montrent au grand public des cadavres de civils dont beaucoup sont ceux de femmes et d’enfants. 




Chronique historique : 14 mars

14032019

14 mars 1369 : bataille de Montiel (Espagne).  

Le roi de France Charles V envoie Du Guesclin en Espagne pour aider à nouveau Henri de Trastamare à reprendre la couronne de Castille à son demi-frère, Pierre le cruel. Cette mission vise aussi à débarrasser la France des compagnies de mercenaires qui, faute de combat, écument le pays. Pierre le cruel s’est allié avec les Anglais, les arabes et les Juifs. Du Guesclin à qui le commandement des troupes a été sagement remis, prépare scrupuleusement l’attaque et ordonne qu’aucun quartier ne soit fait.  Les forces du Cruel sont nettement supérieures en nombre mais manquant d’unité, sont littéralement massacrées.  Le chef de guerre breton remporte une victoire sanglante (la plus meurtrière de sa carrière selon Georges Minois dans Du Guesclin) et se venge de la défaite de Naveja (1367) qui l’avait vu tomber aux mains des Anglais du Prince Noir. 

 14 mars 1590 : victoire d’Henri IV à la bataille d’Ivry.  

Luttant contre les ligueurs catholiques conduits par le duc de Mayenne (famille des Guise), le roi protestant Henri IV détruit leur armée pourtant trois fois plus nombreuse et s’ouvre la route de Paris. Avant la bataille, le Béarnais harangue ses troupes : « … ralliez-vous à mon panache blanc, vous le trouverez toujours au chemin de la victoire et de l’honneur. ». Le blanc devient symbole du ralliement à la monarchie.  

 14 mars 1793 : prise de Cholet.  

L’armée catholique et royale de Stofflet et de Cathelineau conquiert la ville.   

 14 mars 1800 : prise de contrôle de la Danaé.  

Cinq marins français, prisonniers à bord de la frégate anglaise Danaé se rendent maîtres du bâtiment. 

 14 mars 1823 : mort du général Dumouriez (Londres).  

Charles-François du Perrier du Mouriez, dit Dumouriez est un général français tout à la fois héros et traitre de la République. Le livre de J-P Bois permet de comprendre l’itinéraire tourmenté de ce soldat surprenant. Dumouriez : héros et proscrit : un itinéraire militaire, politique et moral entre l’Ancien régime et la Restauration. 

 14 mars 1917 : le ministre de la Guerre tance les parlementaires (Assemblée nationale).  

Interpellé à la Chambre des députés, le Général Lyautey alors ministre de la Guerre, répond par un discours dûment préparé dans lequel il déplore le manque de discrétion des débats sur les questions techniques, même en comité secret, parce qu’il estime « …en pleine responsabilité, que c’est exposer la défense nationale à des risques pleins de périls… ». Il était parfaitement au courant des nombreuses fuites et interprétations diverses auxquelles donnaient lieu les débats parlementaires (dont les Allemands n’ignoraient rien). Il se refusait en outre à cautionner par sa présence au ministère l’offensive préparée par le Gal Nivelle et soutenue par le gouvernement en vue de la conquête du Chemin des Dames. Il est aussitôt attaqué par les députés qui considèrent comme une injure personnelle l’idée qu’un secret de défense nationale puisse ne pas être conservé par six cents bouches. Le 3 avril suivant, Lyautey était replacé à la tête de la résidence générale au Maroc.  Ephéméride TDM. 

 14 mars 1945 : largage de Disney. (Pays-Bas).  

9 Forteresses B-17 du 92nd BG larguent leurs Disney rockets sur les abris de la base de sous-marins d’Ijmuiden. La Disney Rocket-Assisted Bomb est une des armes alliées destinées à la destruction des abris super durcis, tels que ceux des U-boot. Imaginée par un officier de la Royal Navy, cette bombe a une masse de 4 500 livres. Elle doit être larguée à environ 20000 pieds. Lorsque la bombe arrive vers 5 000 pieds, un dispositif barométrique allume la fusée qui augmente la vitesse de l’arme jusqu’à 730 m/s à l’impact. Cette munition a été utilisée pour la première fois le 10 février 1945. Chaque B-17 charge une seule Disney rocket. Au total, 158 seront larguées pendant la WW2. LCL Pierre B. (CFA).  

 14 mars 1954 : Gabrielle est attaquée (Indochine – Haut Tonkin).  

La bataille de Dien Bien Phu a commencé hier avec la chute de Béatrice, écrasé sous un déluge d’obus d’artillerie puis une marée de soldats Viet Minh. Gabrielle, le poste le plus au Nord est attaqué à son tour et tombe dans la matinée du 15. Les combats sont d’une extrême violence. Les bataillons viets subissent d’énormes pertes lors des assauts qui finissent systématiquement au corps à corps. L’ennemi submerge les défenses françaises grâce à la loi du nombre. Les actes d’héroïsmes sont très nombreux. 

Lire l’ouvrage du CDT Cadeau, Dien Bien Phu. L’auteur sera présent au salon du livre de Paris (15 au 18 Mars).

 14 mars 2007 : mort de Lucie Aubrac (Issy les Moulineaux).  

Résistante célèbre pour son courage. De son vrai nom Lucie Samuel, née Bernard. Elle était l’épouse de Raymond Aubrac, décédé en avril 2012. 

A noter : le couple Aubrac était très lié à Ho Chi Minh. Celui-ci sera le parrain de leur fille.




Chronique historique : 11 mars

11032019

11 mars 1387 : bataille de Castagnaro (Italie).

A l’époque où les villes italiennes s’affrontent via des troupes de condottiere, le seigneur de Padoue engage l’Anglais sir Hawkwood et son armée pour prendre Vérone. Hawkwood assiège la ville pendant deux mois mais manquant lui-même de vivres se replie vers Padoue qu’il ne peut atteindre, contraint par ses poursuivants véronais à livrer bataille. Professionnel expérimenté, l’anglais utilise le terrain : sa ligne de défense s’appui d’un côté sur une zone marécageuse, de l’autre côté sur un canal. De plus, il veille à se constituer une troupe de réserve. Au centre sa cavalerie met pied à terre car le terrain n’est pas propice au combat à cheval. Alors que les Véronais chargent son centre, il fait déborder ses archers qui franchissent discrètement le canal et prennent la cavalerie ennemie à revers, empêchée de prendre de l’élan sur un terrain très lourd. C’est à ce moment qu’il engage ses réserves et remporte la victoire.

11 mars 1794 : création de la future École Polytechnique.

Par un décret du Comité de salut public, la Commission des travaux publics est créée afin de servir de nouvelle école de cadres scientifiques. Naissance sous l’appellation d’école centrale des travaux publics. Le nom de « Polytechnique » ne verra le jour qu’un an plus tard.

11 mars 1862 : achat du territoire d’Obock (dans l’actuelle République de Djibouti).

Le ministre des Affaires étrangères de Napoléon III, Thouvenel, négocie et signe, à Paris, l’achat d’Obock et dépendances avec les envoyés du sultan de Tadjourah pour un montant de 10 000 Thalers (55 000 francs-or).

11 mars 1862 : acquisition du territoire d’Obock par la France (dans l’actuelle République de Djibouti).

Le Sultan de Tadjourah cède à la France par un traité signé à Paris « les ports, rade et mouillage d’Obock (…) avec la plaine qui s’étend depuis ras Ali au sud jusqu’à Ras Doumeira au nord ». Ce traité fait à la suite de l’arrestation des coupables présumés de l’assassinat de Henri Lambert et à l’envoi d’une délégation Afar à Paris pour demander la protection de la France. En effet, ce commerçant réunionnais et agent consulaire de France à Aden fut assassiné sur l’île Musha dans le Golf de Tadjourah le 4 juin 1859, probablement sur ordre des britanniques qui craignent une implantation française dans la région. Cependant le lieu ne fait l’objet d’aucune occupation pendant presque 20 ans. Par ce traité est créé le territoire d’Obock qui deviendra Côte française des Somalis en 1896 puis territoire français des Afars et des Issas en 1967 avant de devenir en 1977 à l’indépendance de ce territoire d’outre-mer, la République de Djibouti. Le 5e RIMa assure à partir de 1890 la relève du poste d’Obock, faisant ainsi du 5e RIAOM le régiment de tradition de Djibouti.

CNE Christophe I.

11 mars 1882 : Qu’est-ce qu’une Nation ? (La Sorbonne).

Ernest Renan prononce pour la première fois cette célèbre démonstration : « Une nation est une âme, un principe spirituel. Deux choses qui, à vrai dire, n’en font qu’une constituent cette âme, ce principe spirituel. L’une est dans le passé, l’autre dans le présent. L’une est la possession en commun d’un riche legs de souvenirs ; l’autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis. [...] Une nation est donc une grande solidarité, constituée par le sentiment de sacrifices qu’on a faits et de ceux qu’on est disposé à faire encore. Elle suppose un passé, elle se résume pourtant dans le présent par un fait tangible : le consentement, le désir clairement exprimé de continuer la vie commune. L’existence d’une nation est un plébiscite de tous les jours, comme l’existence de l’individu est une affirmation perpétuelle de vie.

11 mars 1912 : première revue aérienne militaire (Vincennes).

Le président de la République passe en revue les troupes de la garnison de Paris sur le polygone de Vincennes où pour la première fois a lieu une revue aérienne militaire.

11 mars 1916 : tentative de reprise de Cumières (Verdun).

Sous la neige, une puissante contre-attaque française échoue devant les lignes de la division Guretsky.

11 mars 1917 : entrée des Britanniques à Bagdad (actuel Irak).

50 000 soldats britanniques entrent dans Bagdad que les Turcs ont désertée. Cette victoire lave en partie l’affront de la cuisante défaite de Kout El Amara. La division Townshend avait en effet dû s’enfermer dans la forteresse de Kout El Amara pendant 5 mois pour finalement se rendre le 29 avril 1916.

11 mars 1943 : l’Aconit coule deux U-Boot (Atlantique Nord).

La corvette des Forces navales françaises libres, commandée par le lieutenant de vaisseau Levasseur, coule en moins de 5 heures les sous-marins allemands U 444 et U432. Le premier est canonné, le second éperonné. Levasseur est fait Compagnon de la Libération le 19 avril 1943. Une frégate de type La Fayette porte aujourd’hui ce nom, la F713 Aconit. Levasseur meurt accidentellement le 15 avril 1947 sur le site du « 2è Massif » de la Commission de Gâvre (Morbihan), lors d’une démonstration pyrotechnique pour des élèves de la Jeanne d’Arc alors qu’il est directeur des études de l’école d’application des enseignes de vaisseaux.

11 mars 1963 : exécution de Bastien-Thiry (Fort d’Ivry).

Responsable de plusieurs tentatives d’assassinat contre le général de Gaulle, ce polytechnicien, ingénieur de l’armement pour l’armée de l’air est fusillé une semaine après son procès.

11 mars 2004 : attentats de Madrid (Espagne).

Dans plusieurs gares de Madrid explosent 10 bombes à peu près au même moment, tuant 191 personnes. L’attentat survient 3 jours avant les élections espagnoles. Après avoir suspecté l’ETA, la justice espagnole attribue la responsabilité à une mouvance islamiste marocaine.

11 mars 2009 : annonce de la réintégration de la France dans le commandement intégré de l’Otan.

Le Président de la République annonce lors d’un discours à l’École Militaire (Paris) que la France réintégrera la structure militaire intégrée de l’OTAN. La France en était sortie en 1966, à la suite d’une décision du général de Gaulle.

11 mars 2011 : tsunami japonais sur la centrale nucléaire de Fukushima (Japon)

11 mars 2012 : début d’une série d’attentats toulousains.

Mohamed Merah tue un sous-officier de la brigade parachutiste. Le 15, il abat 3 autres parachutistes. Le 19, il s’en prend à une école et tue 3 enfants et un adulte. Il est tué le 22 mars dans l’assaut de son appartement par le RAID.




Chronique historique : 4 février

4022019

4 février : sainte Véronique.  

Sainte patronne des photographes et cameramen militaires (ECPAD, DICoD, SIRPA).  Durant la Passion, Véronique (« vraie image ») a osé s’approcher du Christ peinant sous la croix, malgré les soldats qui le gardaient, pour essuyer son visage avec un linge. Celui-ci est resté imprimé sur le tissu.  

A propos du voile de Véronique voir aussi l’histoire du voile de Manopello (Italie). 

 4 février 1536 : signature d’une alliance franco-ottomane.  

François 1er et Soliman le Magnifique signent les Capitulations, chacun pensant porter un coup mortel à leur ennemi commun, le Habsbourg Charles Quint.  L’alliance fait scandale car pour la première fois officiellement, l’intérêt de l’État prime sur la solidarité religieuse et conduit entre autres François 1er à permettre à la flotte ottomane de faire relâche à Marseille pendant plusieurs mois.  Si l’alliance de revers sert Soliman dans sa marche vers Vienne, elle ne se révèle en revanche d’aucune utilité tactique pour les Français si ce n’est leur accorder la charge de protéger les chrétiens d’Orient. 

 4 février 1812 : prise du fort de Peniscola (Espagne).  

Le très vieux fort de la péninsule de Peniscola défendu par une garnison de 1000 hommes et 60 canons se rend au général Severoli (de l’armée d’Aragon du maréchal Suchet) après un bombardement d’une semaine. Le fort aurait semble-t-il pu tenir plus longtemps mais son gouverneur, le général Garcia Navaro est pressé de décevoir ses insupportables alliés anglais en livrant la place à un ennemi respecté (Suchet était généralement apprécié des Espagnols).   

Peniscola, accessible par la mer et facilement défendable, aurait pu devenir une tête de pont anglaise. 

 4 février 1892 : mort du capitaine Menard (Côte d’Ivoire).  

Capitaine Saint-cyrien de l’infanterie de Marine, Joseph Menard est assiégé (avec 5 tirailleurs) par 600 guerriers Sofas dans son poste de Séguéla alors qu’il mène des reconnaissances dans la région pour opérer la jonction avec le Sénégal. Bientôt à court de munitions, il charge ses assiégeants et meurt au combat. 

 4 février 1912 : essai raté d’un parachute à partir de la Tour Eiffel.  

François Reichelt s’élance du premier étage avec un parachute de son cru : un costume-parachute en toile caoutchoutée inspiré des chauves-souris.  Ayant rédigé auparavant son testament, le tailleur du quartier de l’Opéra se jette à 8h57 du premier étage de la Tour Eiffel, soit une hauteur de 57 mètres.  Son costume ne s’ouvre qu’à moitié et il s’écrase.  Ayant appelé la presse, ce tragique essai a été filmé à l’époque.  

 4 février 1945 : conférence de Yalta.  

Roosevelt, Churchill et Staline anticipant la chute du IIIe Reich, continuent de préparer l’après-guerre en se partageant le monde en zones d’influence. 

 4 février 1958 : livraison du premier porte-avions nucléaire (Newport – États-Unis).  

L’USS Enterprise, premier porte-avions à propulsion nucléaire est livré aux chantiers navals américains de Newport. Retiré du service en fin 2012. 

 4 février 1961 : début de la guerre en Angola (Luanda).  

Un groupe de 200 nationalistes indépendantistes attaque à l’arme blanche et sans réelle préparation la prison et l’aéroport de Luanda. La riposte des forces portugaises cause 60 morts. La guerre d’indépendance débute. Elle s’achève en 1975 pour se transformer en guerre civile (jusqu’en 2002).  Cette attaque suicidaire est considérée comme l’acte fondateur de la guerre d’indépendance.  Certains y ont vu rétrospectivement une commémoration du 4 février 1794 (la Convention abolit l’esclavage). 

 4 février 1969 : première mise en réseau d’ordinateurs par ARPANET.  

Le réseau qui va devenir Internet débute par la mise en réseau de 4 ordinateurs d’Universités américaines. Les crédits de recherche proviennent de la DARPA (defense advanced research projects agency) dont l’homologue français, s’il fallait comparer, pourrait être la DGA (délégation générale pour l’armement).   

 4 février 2004 : lancement de Facebook (Harvard – États-Unis).  

L’étudiant Mark Zuckerberg créé un trombinoscope interactif en ligne pour son université. Le succès est immédiat et gigantesque.  Aujourd’hui, près d’1 milliard de comptes sont actifs dans le monde. Facebook est le deuxième site le plus fréquenté derrière Google.  La quantité de données personnelles stockées sur les serveurs de Facebook explique l’intérêt de la NSA (National Security Agency) comme l’a révélé dernièrement Edward Snowden à travers l’affaire PRISM. 




Chronique Historique 13 octobre

15102018

13 octobre 1307 : arrestation des Templiers en France.

Par ordre du Roi de France, Philippe IV le Bel, Guillaume de Nogaret (Garde du sceau) fait arrêter et confisquer leurs biens aux membres de l’ordre des chevaliers du Temple, deuxième ordre militaire d’Occident fondé en 1119 (celui des Hospitaliers, d’abord soignant puis guerrier a été fondé en 1070). L’ordre est définitivement dissous lors du concile de Vienne en 1312 par le pape Clément V.

13 octobre 1694 : prise du fort Nelson (actuel Canada – Manitoba).

Après une navigation difficile dans la baie d’Hudson, le chevalier d’Iberville, capitaine de frégate dans la Marine royale prend aux Anglais le fort Nelson à l’embouchure de la rivière Sainte-Thérèse et le rebaptise fort Bourbon. Le fort est en fait un poste d’échanges ou comptoir colonial. Les Français sont, à ce moment, maîtres de la baie d’Hudson, de l’accès au Saint-Laurent, de Terre-Neuve et de l’Acadie. Le fort redevient anglais en 1713 avec le traité d’Utrecht.

13 octobre 1775 : prémices de l’US Navy.

Le Congrès continental (ancêtre du Congrès des Etats-Unis) demande qu’une flotte soit armée pour faire face aux Britanniques durant la guerre d’indépendance.  C’est tout d’abord une flotte corsaire qui voit le jour (navires marchands militarisés). Les premiers bateaux de guerre sont construits seulement à partir de 1790. Aujourd’hui, première marine du monde, elle compte 283 bâtiments de combat (dont 10 porte-avions, une soixantaine de sous-marins), 3 700 aéronefs embarqués et 225 000 marins d’active. Budget annuel approchant les 150 milliards de dollars.

13 octobre 1837 : prise de Constantine (Algérie).

Louis-Philippe 1er ordonne la prise de Constantine pour effacer le cuisant échec du Maréchal Clauzel, un an plus tôt, devant les remparts de la ville défendue par Hadj Ahmed Bey. 16 000 soldats commandés par le général Damrémont (tué le 12 octobre) mettent le siège à Constantine et finissent par prendre la ville grâce à la colonne d’assaut du lieutenant-colonel de Lamoricière qui escalade la brèche pratiquée par l’artillerie dans le mur d’enceinte. Les troupes du génie ont, à cette occasion, ouvert et appuyé la progression des assaillants au prix de lourdes pertes en faisant exploser barricades et murs.

Une statue de Lamoricière, inaugurée à Constantine le 25 avril 1909 commémorait la victoire. Démontée en 1962, elle a été ramenée en métropole et se trouve aujourd’hui à Saint-Philibert-de-Grand-Lieu, patrie de Lamoricière (Loire Atlantique)

13 octobre 1917 : annonce de la fin de la Guerre (Fatima – Portugal).

Devant 30 000 à 70 000 personnes (selon les sources), la vierge Marie apparait aux 3 enfants de Fatima et leur annonce entre autre la fin prochaine de la Première guerre mondiale qui dure depuis plus de 3 ans et épuisent les belligérants.  A la demande de ces enfants qui souhaitent être crus par la foule rassemblée, elle fait danser le soleil dans le ciel qui quelques instant auparavant était bouché et déversait une pluie continuelle depuis le matin. L’évènement est connu comme la 6e apparition mariale sur le site et a fait l’objet de nombreux témoignages mais surtout d’aussi nombreuses polémiques.

13 octobre 1951 : fin de la bataille de Crève-cœur (Corée).

Depuis le 12 septembre, le 23 RI américain tente de prendre sans succès le mont Heartbreak ridge (Crève-cœur) tenu par un bataillon chinois. Engagé au titre de l’ONU, le bataillon français commandé par le chef de bataillon Le Mire échoue lui aussi après trois assauts. Le « lieutenant-colonel » Monclar (en fait général de corps d’armée zingué LCL) décide d’arrêter les attaques frontales et privilégie une action de débordement en pleine nuit qui oblige les Chinois, surpris, à se replier. Placé à la tête de l’état-major des Forces terrestres (EMFTF), Monclar coiffe ce bataillon et est chargé, avec une dizaine d’officiers spécialistes de faire du RETEX sur les opérations de Corée. Mais, en raison de nombreuses frictions avec les officiers du BF/ONU, l’EMFTF est dissous au mois de novembre 1951.

13 octobre 2012 : collision au large de la Floride.

Lors de manœuvres, le croiseur lance-missiles USS San Jacinto percute le sous-marin nucléaire d’attaque USS Montpelier qui se trouve à l’immersion périscopique. Pas de victimes.







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles