Chronique historique:09 mars

9032018

Objet : 1704, Velez-Malaga. Quand la bataille se déroule – Exposition SHD

EXPOSITION au Château de Vincennes

 Durant les 54 années de son règne personnel, Louis XIV a mené cinq guerres dont la dernière, la guerre de Succession d’Espagne (1701-1714) a occupé les dix dernières années. Si les batailles de ces conflits eurent lieu majoritairement sur terre, la bataille de Velez Malaga, en 1704, opposa l’une des plus grandes concentrations de bateaux, issus de quatre flottes, de toute l’époque moderne.

A la fois riche d’enseignements sur la guerre sur mer à l’époque classique et tournant stratégique et géopolitique, la bataille de Velez-Malaga a contribué à redessiner la carte de l’Europe. Un document exceptionnel en témoigne : le rouleau de l’ordre de la bataille, acquis en 2016 par la bibliothèque du Service historique de la Défense au terme d’une campagne de mécénat participatif.

C’est à la découverte de cette bataille méconnue et pourtant déterminante, de ses conséquences et de sa postérité que nous invite ce document manuscrit exceptionnel.




Chronique historique:08 mars

8032018

8 mars 1262 : bataille de Hausbergen (Strasbourg). Les bourgeois de Strasbourg ayant goûté à l’indépendance de leur ville durant les quelques années de vacance du pouvoir impérial (1250-1273), ils ont beaucoup de mal à accepter leur nouvel évêque et comte, le jeune et bouillant Walter de Hohen-Geroldseck (29 ans). Le différend se transforme en une petite guerre : les bourgeois attaquent les convois épiscopaux. L’évêque excommunie ses ouailles et réplique avec ses alliés. Un nouvel incident déclenche la bataille : les chevaliers de l’évêque chargent la milice piétonne strasbourgeoise sans attendre leur propre infanterie. Ils laissent 70 nobles sur le champ de bataille.

8 mars 1815 : Napoléon à Grenoble. Des soldats gardant les approches de la ville refusent de laisser passer l’avant-garde de Napoléon qui échappé de l’ile d’Elbe (26 février), remonte vers Paris. Il marche droit au détachement, suivi de sa garde, arme baissée : « Eh ! quoi mes amis, vous ne me reconnaissez pas ? Je suis votre empereur ; s’il est parmi vous un soldat qui veuille tuer son général, son empereur, il le peut ; me voilà ».

8 mars 1862 : bataille navale d’Hampton Roads (côte Est des Etats-Unis). Durant la guerre civile américaine, Nordistes et Sudistes s’affrontent et testent leur nouveau cuirassé en présence d’observateurs français et britanniques, intéressés par les conclusions tactiques et techniques du combat. Les cuirassés (CSS Virginia et USS Monitor) font la preuve que la marine en bois et à voile a vécu. Le RETEX est si flagrant qu’il est immédiatement intégré par toutes les marines du monde pouvant se payer un cuirassé à vapeur et blindé.

8 mars 1910 : Elisa Deroche dite baronne Raymonde Delaroche est la première femme au monde à décrocher le brevet de pilote. (Née en 1882 – décède dans un accident d’avion en 1919).

8 mars 1916 : contre-attaque de Cumières (Verdun). Le général Pétain ayant ordonné de tenir coute que coute la ligne Malancourt-Béthincourt, le 92ème RI monte à l’assaut du bois de Cumières qui en constitue le principal point d’appui. Le colonel Macker en tête, le régiment monte à l’assaut et franchit les 400 mètres le séparant de l’ennemi. Une fois les positions allemandes saisies, le régiment est immédiatement relevé.  Pendant ce temps les Allemands s’emparent de l’ouvrage d’Hardaumont sur la rive droite.

8 mars 1944 : début de la bataille d’Imphal (Inde). La XVème armée japonaise qui tente d’envahir l’Inde depuis fin février, attaque la ville d’Imphal, couloir stratégique entre les deux régions. Surprises dans un premiers temps par l’incursion, les forces britanniques (du Commonwealth) s’accrochent à ce point d’appui et repoussent les nippons. L’ouverture de ce nouveau front est une erreur qui permet aux britanniques de reprendre l’initiative dans la zone. Les commandos Chindits continuent d’ailleurs à agir sur les arrières japonais en Birmanie, obligeant l’envahisseur à combattre tous azimuts.

8 mars 1944: arrestation de Marc Bloch à Lyon. Historien et patriote français fusillé le 16 juin après avoir été torturé par la Gestapo. Outre des ouvrages remarqués sur l’histoire médiévale, et la fondation de l’Ecole des Annales, il a écrit L’étrange défaite (publié en 1946 à titre posthume), livre dans lequel il s’interroge sur les raisons de la débâcle de mai – juin 1940. Il débute la Première Guerre Mondiale avec le grade de sergent et la termine avec celui de capitaine. Cité quatre fois, il reçoit la légion d’honneur. La Seconde Guerre Mondiale éclate alors qu’il a 53 ans. Le conflit qui débute par la « drôle de guerre » ne le trouve cependant pas ramolli, ni par les honneurs, ni par la maladie. Il demande à combattre et est cité à nouveau. Démobilisé, il est obligé de se cacher, lorsque la zone libre est envahie (parce que d’ascendance juive) et entre en résistance fin 1942.

8 mars 1946 : homologation du premier hélicoptère (Etats-Unis). Le Bell 47 reçoit son certificat de navigabilité civil après avoir effectué son premier vol militaire le 8 décembre 1945. Plus de 5000 exemplaires vont être construits.

8 mars 1990 : l’Allemagne reconnait sa frontière orientale. Le Bundestag vote l’intangibilité de sa frontière avec la Pologne. La frontière s’appuie sur la ligne Oder-Neisse (deux cours d’eaux) fixée par la Conférence de Potsdam en 1945.

8 mars 2005 : élimination d’Aslan Mashkadov (Tchétchénie -Tolstoï Yurt). Ancien colonel artilleur de l’armée rouge, Mashkadov rejoint le camp des indépendantistes tchétchènes et défend Grozny contre les Russes durant la première guerre de Tchétchénie (déc. 94 – Aout 96). Auréolé par l’accord de paix qu’il signe avec le général Lebed, il est élu président de la Tchétchénie (janv. 97) mais se fait déborder par la mouvance islamiste tchétchène. Le Kremlin décide d’enrayer le développement islamiste et au passage de prendre une revanche sur Mashkhadov : deuxième guerre de Tchétchénie (oct. 99 – avril 09). Le FSB en charge des opérations à partir de 2003, recherche Mashkhadov intensément. Les circonstances de sa mort sont encore troubles, plusieurs hypothèses étant généralement avancées : assassiné par un de ses gardes du corps, tué par grenade lors de l’assaut du FSB ou encore exécuté après interrogatoire.




Chronique historique: 07 mars

8032018

7 mars 1759 : fin du siège de Madras(Inde).Les 8000 Français commandés par le comte Lally-Tollendal ne parviennent pas à prendre la ville de Madras fermement défendue par 4000 Anglais. Les Anglais bénéficient d’un ravitaillement maritime à la différence des Français. Cet échec est réputé entraîner celui de Fort Wandiwash (janvier 1760) et marquer la défaite française aux Indes. Tenu par Louis XV pour personnellement responsable, Lally-Tollendal est victime d’une campagne de dénigrement très violente qui aboutit à son embastillement et son exécution en place de Grève (1766), actuelle place de l’Hôtel-de-ville de Paris.

 7 mars 1814 : bataille de Craonne. Après le franchissement de l’Aisne à Berry-au-Bac, Napoléon cherche une bataille décisive contre les coalisés. Le choc se produit le sur le plateau de Craonne. Il charge Ney et Victor de faire plier les Russes sur les ailes, et conduit au centre une attaque frontale. L’échec des deux maréchaux l’oblige à engager les grognards de la Vieille Garde qui poussent les Russes à la retraite. Les vaincus rejoignent Blücher à Laon, laissant 7 000 hommes sur le terrain.C’est sur ce même terrain que Français et Allemands s’affronteront un siècle plus tard. (Offensive du Chemin des Dames)

7 mars 1908 : le maréchal des logis Ernest Psichari (1883-1914) est décoré de la médaille militaire. Petit-fils du célèbre historien Ernest Renan (Qu’est-ce qu’une Nation?), il obtient une Licence de Français mais pour « échapper au bourbier de son âme » finit par s’engager dans l’artillerie coloniale, cherchant ordre et action. La vie de soldat aux colonies (Congo) et l’expérience du désert (Mauritanie) sont pour lui une révélation. Il commence à écrire et rencontre un certain succès. Devenu officier, il est contre toute attente (puisque petit-fils de Renan), un modèle pour la droite conservatrice de l’époque qui voit en lui un double du père de Foucaud. Il meurt au combat le 22 aout 1914 à St Vincent Rossignol en Belgique.
Il a écrit: Terres de soleil et de sommeil (1908), L’Appel des armes (1913). A titre posthume, le voyage du centurion (1916),les voix qui crient dans le désert (1920).

7 mars 1936 : Hitler envahit la Rhénanie. En violation de tous les accords passés, l’Allemagne remilitarise la Rhénanie. Malgré leurs protestations, les puissances européennes n’agissent pas.

7 mars 1945 : les Américains franchissent le pont de Remagen. Les ponts sur le Rhin sont tous détruits sauf le pont Ludendorff à Remagen pour d’obscures raisons administratives. Découvrant cette aubaine, les Américains qui viennent de remporter la bataille des Ardennes, se ruent sur Remagen. En moins de 30 minutes, la section du lieutenant Timmerman prend le pont que le petit détachement allemand n’est pas parvenu à faire sauter à cause de l’explosif médiocre utilisé. Le général Eisenhower modifie ses plans d’invasion de l’Allemagne pour profiter du passage et fait franchir 8000 hommes immédiatement. Les Allemands tentent dans les jours qui suivent de détruire l’ouvrage avec des bimoteurs à réaction Arado 234, en trois tentatives de bombardement mais sans l’atteindre, avec les nageurs de combat de Skorzeny puis des attaques de V2. Le pont s’effondre 10 jours plus tard.

7 mars 1966 : retrait de la France de la structure militaire intégrée de l’OTAN. Le retour dans le commandement militaire intégré de l’OTAN a été annoncé le 11 mars 2009 par le Président de la République, à l’Ecole Militaire et entériné par le sommet de l’OTAN de Strasbourg un mois plus tard.

7 mars 1996 : le Triomphant rallie l’Ile Longue (Presqu’ile de Crozon). Le premier SNLE français de nouvelle génération quitte Cherbourg et son atelier de construction pour sa base opérationnelle.




Chronique historique: 06 mars

6032018

6 mars 1204 : Philippe Auguste prend Château-Gaillard (Eure). Le roi de France, Philippe Auguste, profite de la faiblesse du roi d’Angleterre, Jean sans Terre, pour conquérir une à une les forteresses de Normandie. Château-Gaillard, dont Richard Cœur de Lion était si fier, tombe assez rapidement, non pas à cause du blocus mais plutôt du fait des défauts de conception de la place. Le manque de réactivité de Jean pour envoyer des secours aux places fortes normandes, n’incite pas ces dernières à lutter. En deux ans, Philippe Auguste conquiert la Normandie.
6 mars 1429 : Jeanne d’Arc arrive à Chinon. Partie début février de son village natal lorrain, elle a chevauché par étapes, le plus souvent à la faveur de la nuit, pour ne pas éveiller le soupçon des Anglais, maîtres de tout le nord du royaume. Jeanne quitte au petit matin le village de Sainte-Catherine-de-Fierbois, près de Tours, pour se rendre à Chinon. Elle arrive vers midi, sous les hautes murailles de la forteresse royale qui dominent la Vienne. Elle patiente deux jours encore avant d’être reçue par son « gentil dauphin » le futur Charles VII. Une épopée spectaculaire commence : une bergère conduit un roi déshérité au trône de France et bat les Anglais dont la suprématie est écrasante depuis Azincourt.
6 mars 1619 : naissance de Cyrano de Bergerac
(Paris). Hercule Savinien Cyrano n’est pas gascon même s’il a servi dans la compagnie « Royal Gascogne » du régiment des gardes du roi. Fine lame, extravagant, poète, écrivain anticonformiste et effectivement… doté d’un long nez dont il est fier, il meurt à 36 ans après une vie de guerres (guerre de 30 ans), duels et scandales littéraires. Il a inspiré Edmond Rostand pour sa très célèbre pièce de théâtre Cyrano de Bergerac (1897). Le génie d’E. Rostand et le succès de sa pièce ont magnifié le vrai Cyrano qui tout en s’essayant aux lettres (non sans originalité et sens de la polémique) maniait mieux l’épée que la plume.
6 mars 1836 : prise de Fort Alamo
(Etats-Unis – Texas). Les Etats-Unis cherchent à coloniser le Texas appartenant au tout jeune Mexique (1821). Les Anglo-Américains qui s’y installent finissent par fomenter une révolution indépendantiste qui débouche sur une guerre dont le siège de Fort Alamo devient le symbole. La garnison du fort (189 hommes) est massacrée par l’armée mexicaine (de 1 500 à 6 000 hommes selon les sources) du général Santa Anna. L’événement soude les rebelles texans qui parviennent à obtenir leur indépendance. Davy Crockett, meurt durant le siège de Fort Alamo.
6 mars 1916 : début du siège de Fort Charlet ou Djanet
(Algérie). Une colonne de 500 combattants de la confrérie sénoussiste, partie de Ghat (Libye – Fezzan), franchit la frontière et attaque le fort Charlet où le maréchal des logis Lapierre résiste avec 50 hommes jusqu’au 24 mars. Les forces sénoussistes, composées principalement de déserteurs italiens et français aguerris au combat, sont par ailleurs équipées de 2 canons de 65 mm italiens. Fait prisonnier, Lapierre sera bien traité par Abd al Salam mais libéré seulement en avril 1919. La colonne du LCL Meynier reprend le fort en mai mais doit progressivement évacuer le massif des Ajjers en proie à une rébellion qui se nourrit de chacun des replis français.
6 mars 1946 : les troupes françaises débarquent à Haiphong
(Vietnam). Alors que le général Leclerc vient de signer un accord avec Ho Chi Minh dans lequel la France reconnait le Vietnam comme un Etat libre au sein de la fédération indochinoise et de l’Union Française, le corps expéditionnaire français est accueilli par des tirs chinois lors de son débarquement. Les batteries terrestres chinoises sont réduites au silence par les tirs du contre-torpilleur Triomphant. C’est le lieutenant de Vaisseau Bernard Favin Lévêque qui rend rapidement opérationnelle l’artillerie du bâtiment (endommagée par les premiers tirs chinois) après s’est porté volontaire à la mort de l’officier de tir, le LV Cruchet, tué à son poste de combat. Le Triomphant était commandé par le futur Amiral Jubelin, grande figure de la Marine de la France Libre, auteur de Marin de métier, pilote de fortune.




Chronique historique : 05 mars

5032018

5 mars 1814 : combat de Berry-au-Bac (Aisne). Après la perte de Soissons, Napoléon laisse un rideau de troupes face à Blücher, qui a échappé au désastre, puis se retourne contre les Russes. Afin de les déborder sur leur gauche, il franchit l’Aisne à Berry-au-Bac grâce à la conquête en force du seul pont de la région. Les cavaliers du général Nansouty et les lanciers polonais du général Pac délogent alors les Cosaques avant de les repousser.

5 mars 1946 : officialisation de la guerre froide (Etats-Unis – Missouri). Winston Churchill, ancien premier ministre britannique, acte dans un discours prononcé au Westminster College de Fulton, qu’un  « rideau de fer » s’est abattu en Europe centrale, séparant un bloc soviétique d’un bloc occidental.

5 mars 1951 : prise de la cote 1037 (Corée). Dans le cadre de l’offensive alliée (ONU) d’hiver, le bataillon français prend cette cote au prix de 33 morts et de 115 blessés mais ouvre à la 2ème DI américaine la route vers Hongchon et Chuchon. La cote 1037 est tenue par deux bataillons chinois bien retranchés, dans la région Nord de Pyong Yang. Après avoir escaladé dans la nuit du 2 mars les pentes glacées qui lui font face, puis observé le dispositif ennemi, le bataillon français passe à l’attaque le 5 mars à 9 heures. Les pentes et les arêtes de la cote sont truffées de blockhaus qu’il faut prendre les uns après les autres, par une température proche des -20 degrés. Une ultime contre-attaque chinoise est arrêtée vers 16 heures grâce à l’aviation d’assaut à qui la météo permet enfin d’intervenir. L’épreuve n’est pas pour autant finie car à l’issue de la relève, de nuit, commence le brancardage des morts et des blessés (il faut parfois jusqu’à 11 heures au personnel disponible, pour descendre un homme du sommet jusqu’au poste de secours). Sur la guerre de Corée, lire l’ouvrage du capitaine Ivan Cadeau la guerre de Corée 1950-1953 et la très belle biographie que la fille du général Ralph Monclar (de son vrai nom, Raoul Magrin-Vernerey) a faite sur son père : Monclar, le Bayard du XXe siècle de Fabienne Monclar.

5 mars 1953 : mort de Staline (Moscou). A 74 ans, après 25 ans de pouvoir personnel absolu, Iossif Vissarionovitch Djougachvili, le Vojd (« Père des peuples »), meurt officiellement d’une hémorragie cérébrale dans sa datcha de Kountsevo.




Chronique historique : 04 mars

5032018

4 mars 1193 : mort de Saladin (Damas). Al-Malik an-Nâsir Salâh ad-Dîn Yûsuf est l’un des héros du monde musulman. En plus d’être l’unificateur de l’Egypte et de la Syrie, Saladin est parvenu, après avoir déclenché le petit Djihad, à chasser presque complètement les croisés installés depuis un siècle dans les Etats latins d’Orient. Malgré cela, et en dépit des batailles féroces qu’il a livrées, il a acquis en Occident un très grand prestige alors même qu’il reprenait Jérusalem (1187) aux Chrétiens. Bon combattant, il a montré que l’esprit chevaleresque n’était pas un monopole occidental, surprenant parfois ses ennemis par des gestes généreux et inattendus qui dénotaient, certes, à côté de la série de massacres qu’il a ordonnés.

4 mars 1578 : fraternité avec les soldats invalides. Le roi Henri III, par édit, oblige les congrégations et ordres religieux à réserver des places en leur sein pour les soldats invalides. Ce système disparaîtra avec la construction de l’Hôtel des Invalides à partir de 1670.

4 mars 1733 : mort de Claude de Forbin. (Marseille). Ancien mousquetaire, ancien gouverneur de Bangkok et amiral de la flotte siamoise. Héros de la marine française, il s’est, entre autres exploits, évadé d’une prison anglaise en traversant la Manche à bord d’un canot en compagnie de Jean Bart. Une frégate de défense aérienne de classe Horizon porte son nom.

4 mars 1916 : prise du village de Douaumont (Verdun). Les Allemands s’emparent du village après une semaine pour conquérir les 500 mètres de terrain qui séparent le fort de la commune. C’est durant ces combats, que meurt le peintre expressionniste allemand, Franz Marc, ami de Klee et Kandinsky.

4 mars 1916 : explosion à Saint-Denis (banlieue parisienne). Le fort dit de la Double Couronne qui sert de dépôt de munitions explose de manière accidentelle tuant 28 personnes (10 soldats et 18 civils).

4 mars 1942 : le général de Gaulle accepte la démission de l’amiral Muselier remplacé par le capitaine de vaisseau Auboyneau.

4 mars 1947 : signature du traité franco-britannique de Dunkerque. Craignant une réunification de l’Allemagne sous l’égide soviétique, les deux nations s’allient et jettent les bases du premier pôle européen de Défense. En effet, un an plus tard, l’Union occidentale (future UEO) voit le jour (Traité de Bruxelles – 17 mars 1948).

4 mars 1970 : le sous-marin Eurydice coule en Méditerranée. Sous-marin français, commandé par le lieutenant de vaisseau de Truchis de Lays, déplaçant 1000 tonnes en plongée, il coule au large de Saint -Tropez avec ses 57 hommes d’équipage par 750 mètres de fond. La cause du naufrage reste inconnue.




Chronique historique : 03 mars

5032018

3 mars 1685 : Louis XIV envoie un ambassadeur au Siam (principalement actuelle Thaïlande). A titre de réciprocité,  Louis XIV envoie le capitaine de vaisseau de Chaumont à la tête d’une mission à caractère politique, religieux, commercial et scientifique à bord des vaisseaux l’Oiseau et la Maligne. Parmi l’état-major, se trouve le lieutenant de vaisseau Claude de Forbin-Gardanne que le roi de Siam nommera plus tard amiral et général des armées siamoises.

3 mars 1590 : prise de Breda (actuels Pays-Bas). La garnison espagnole de Breda est surprise par une attaque de type commando de Maurice de Nassau. Un groupe d’Hollandais cachés dans la cale d’un navire marchand parvient jusque dans le fossé de la forteresse d’où il neutralise le poste de garde. Ne pas confondre avec l’autre siège, celui de 1624-1625, quand les Espagnols du général Spinola reprennent la ville aux Hollandais et que Velazquez a immortalisé par le tableau La rendicion (1635) de Breda (aussi appelé Las Lanzas). Lire l’excellent Le soleil de Breda d’Arturo Perez-Reverte.

3 mars 1808 : entrée de Murat à Madrid (Espagne). Napoléon confie les 50 000 hommes de l’armée d’Espagne à son maréchal d’Empire, le Prince Joachim Murat qui se rend très vite compte de l’hostilité de la population. Hostilité qui se transformera en guerre civile déclarée dès le 2 mai suivant.

3 mars 1916 : Verdun. « A Verdun, les combats se poursuivent autour du saillant de Fresnes et du village de Douaumont, tandis que les Français progressent légèrement dans le secteur de la cote du Poivre. Les Allemands font exploser une mine de 20 tonnes d’explosifs sous la butte de Vauquois ». LCL Rémy P.

3 mars 1918 : signature du traité de Brest-Litovsk (actuelle Biélorussie). Les Bolcheviks, au pouvoir en Russie après la révolution d’Octobre 1917, demandent la paix aux Empires centraux et acceptent, en signant, toutes les conditions imposées.

3 mars 1968 : fin de la bataille de Hué (Vietnam). Le Viêt-Cong, après avoir gardé le contrôle de la ville de Hué pendant un mois, à la faveur de l’offensive du Têt, en est chassé par les troupes américaines et celles de la République du Vietnam.




Chronique historique : 02 mars

5032018

Sondage Chronique culturelle

Pour nous aider à améliorer la Chronique culturelle sur FaceBook (et si vous consultez la Chronique sur FB), merci de bien vouloir prendre 5 minutes maximum pour répondre à quelques questions en cliquant ICI.

Lien actif jusqu’au 05 mars 2018.

2 mars 1698 : découverte de l’embouchure du Mississipi (actuels Etats-Unis). Le capitaine de frégate Pierre Lemoyne d’Iberville remonte l’embouchure du fleuve et établit un fort à Biloxi où s’installe une petite garnison. En explorant le fleuve, il rencontre des Indiens qui délimitent leur territoire avec des poteaux peints en rouge… Il nomme cette région « Bâton Rouge ». Cavelier de la Salle avait déjà découvert l’embouchure du Mississipi en 1682.

 2 mars 1476 : les Suisses battent les Bourguignons à Grandson (Suisse). L’Etat bourguignon, dirigé par Charles le Téméraire, est à l’époque pris entre le Royaume de France de Louis XI et l’Empire romain germanique. Pour s’imposer face à ce vassal trop puissant, Louis XI dresse les cantons suisses contre la Bourgogne. Le Téméraire intervient alors dans les Cantons suisses avec 20 000 hommes et grâce à son artillerie prend les châteaux de Vaumarcus et Grandson. Maladroitement, il laisse massacrer les prisonniers suisses de Grandson. Environ 400 soldats de la garnison sont pendus ou noyés en dehors de toute bataille ! La nouvelle se répand et crée un choc psychologique permettant aux 8 cantons de s’unir et d’attaquer avec environ 18 000 hommes. Le Téméraire commet deux nouvelles erreurs : Tout d’abord, il quitte Grandson et butte avec ses éléments de tête sur l’avant-garde ennemie en terrain peu propice. Ses cavaliers équipés de lance (4 mètres) ne parviennent pas à disloquer les carrés de piquiers suisses (piques de 6 mètres). Voulant rompre l’imbrication et attirer les piquiers sur un terrain que son artillerie peut atteindre, il fait manœuvrer en arrière ses troupes mais son ordre est mal compris d’autant plus qu’il le donne au moment où le gros des troupes suisses apparait. Les Bourguignons cèdent à la panique et s’enfuient laissant 300 des leurs sur le champ de bataille.

2 mars 1793 : début de l’insurrection vendéenne (Cholet). Refusant la levée en masse décrétée par la Convention quelques jours plus tôt (cf. 23 février), des habitants de Cholet s’en prennent aux gardes ayant apporté les décrets parisiens et déclenchent un tumulte qui va se transformer les jours suivants en véritable soulèvement populaire dans le Grand Ouest.

2 mars 1916 : le capitaine de Gaulle est fait prisonnier (Verdun). En tentant de repousser une attaque allemande sur le fort de Douaumont avec sa compagnie, de Gaulle est blessé à la cuisse. C’est sa troisième blessure depuis 1914. Il est porté disparu puis cité à l’ordre de l’armée par Pétain. De Gaulle passe le reste de la guerre en captivité malgré 5 tentatives d’évasion.

2 mars 1941 : serment de Koufra (Libye). La colonne Leclerc prend aux Italiens l’oasis de Koufra. Leclerc fait le serment de ne déposer les armes qu’une fois le drapeau français flottant sur les cathédrales de Metz et Strasbourg .

2 mars 1943 : bataille de la mer de Bismarck (Pacifique Sud). Un important convoi de troupes japonaises est coulé par l’aviation américano-australienne. Les Japonais perdent près de 3000 soldats en une seule bataille pour avoir voulu transférer des forces en Nouvelle-Guinée suite à la défaite de Guadalcanal.

2 mars 1969 : premier vol d’essai du Concorde (Toulouse). Construit en association par Sud-Aviation (future Aérospatiale) et British Aircraft Corporation( future British aerospace), il sera le seul avion de ligne supersonique de transport de voyageurs sans compter le malheureux Tupolev TU-144.

2 mars 1983 : transfert des restes de Doudart de Lagrée. Les autorités vietnamiennes remettent au consul général de France à Hô Chi Minh-ville une urne contenant les cendres du capitaine de frégate Doudart de Lagrée.  L’urne est embarquée à Singapour sur l’aviso-escorteur Doudart de Lagrée puis transportée à Saint-Vincent-de-Mercuze (Isère), village natal du marin explorateur.







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles