Chronique historique : 9 avril

9042019

Info :

Suite à des difficultés techniques, la migration de la Chronique vers une adresse Internet civile est reportée de quelques jours.

 

9 avril 1241 : bataille de Legnica (actuelle Pologne). L’armée du duc polonais, Henri II le pieux, est écrasée par les Mongols d’Orda et Batu. Ceux-ci n’exploitent cependant pas leur victoire puisque leur action n’est en fait qu’une couverture au Nord pour protéger la conquête de la Hongrie plus au Sud.

 9 avril 1865 : reddition sudiste (Appomattox – Virginie –Etats-Unis). Le général Robert Lee (Etats confédérés) signe l’acte de reddition que lui présente le général Ulysses Grant (Etats de l’Union). C’est la fin de la guerre de Sécession même si le général J.B. Hood continue à se battre sur le théâtre occidental.

 9 avril 1917 : bataille de la crête de Vimy (Pas de Calais). Conçue initialement comme une diversion à l’attaque française prévue dans la région de Reims, la bataille de Vimy est une victoire canadienne inattendue et nette contre la 6ème armée allemande de Falkenhausen. 15 000 Canadiens percent le front après trois jours de combats, déplorant plus de 3000 morts et 7000 blessés. Vimy est devenu un des événements fondateurs du Canada moderne.

 9 avril 1918 : bataille de la Lys (Ypres – Flandres belges). Cherchant à vaincre avant l’arrivée des troupes américaines sur le front, le général Ludendorff lance une série d’attaques, appelées aujourd’hui offensive du Printemps 1918. L’opération Georgette s’inscrit dans ce contexte et voit la 2ème division du corps expéditionnaire portugais se faire écraser par l’assaut allemand.

 9 avril 1942 : chute de Bataan (Philippines). Les Japonais conquièrent la province de Bataan sur l’ile de Luçon après plus de 3 mois de combats. Après la bataille, une marche forcée vers le camp d’internement coûte la vie à environ 6 à 11 000 prisonniers américano-philippins. On estime à au moins 20 000, le nombre de prisonniers décédés durant l’occupation japonaise de l’ile. Le général MacArthur, commandant des troupes, a pu quitter Bataan en fin décembre 1941 vers l’ile de Corregidor (au large de Bataan) puis vers l’Australie.

 9 avril 1945 : exécution de l’amiral Canaris (Flossenburg – Allemagne). Wilhelm Canaris (1887-1945), chef de l’Abwehr (2ème bureau allemand) de 1935 à février 1944 est pendu pour avoir trempé dans la tentative d’assassinat d’Hitler (20 juillet 1944) au camp de concentration de Flossemburg avec son adjoint le général Oster et en même temps que le pasteur Dietrich Bonhoeffer dont les activités militantes contre le Reich l’ont mené en camp.

 9 avril 2003 : entrée des Américains à Bagdad (Irak). A la tête d’une coalition internationale, les Américains prennent le contrôle de Bagdad. Saddam Hussein est en fuite, sa statue est renversée le jour même.




Chronique historique : 8 avril

8042019

8 avril 1682 : création de la Louisiane (actuels États-Unis).  

Cavelier de La Salle prend possession du Mississipi au nom du roi de France. Il baptise Louisiane, la région qui s’étend du golfe du Mexique aux Grands Lacs américains, en l’honneur de Louis XIV. 

8 avril 1802 : rencontre pacifique franco-britannique (actuelle baie de la rencontre – Australie). 

Chargés de cartographier le littoral australien par leurs commandements respectifs, les deux marins pourtant ennemis (CV Nicolas Baudin pour la corvette française Géographe et Matthew Flinders pour la corvette britannique Investigator), se rencontrent pacifiquement dans la baie qui porte toujours son nom en souvenir de ce jour (baie dans le Sud de l’Australie).  

8 avril 1904 : signature de « l’Entente cordiale ».  

France et Royaume-Uni se considérant comme ennemis héréditaires depuis au moins le Moyen-Age, ont déjà tenté un rapprochement en 1843 et 1845 à travers les rencontres de Louis-Philippe et Victoria au château d’Eu.  

Sentant monter le danger germanique, Emile Loubet et Edouard VII choisissent de réchauffer les relations des deux pays que la compétition coloniale et notamment l’épisode de Fachoda ont sérieusement refroidies 6 ans plus tôt. 

8 avril 1915 : « Debout les morts ! ».

Le 95e régiment d’infanterie participe aux tentatives de réduction du saillant de Saint-Mihiel (55) dans le secteur du Bois brûlé.  

Alors que sa section a conquis la veille un tronçon de première ligne allemande, l’adjudant Péricard subit avec ses hommes une violente contre-attaque qui non seulement reprend le terrain perdu, mais pousse jusqu’à la tranchée de deuxième ligne où ils étaient au repos après leur attaque. Parvenant à arrêter le reflux des poilus qui fuient loin de l’enfer, il reprend avec une poignée d’hommes l’élément de tranchée perdu et, pratiquement encerclé, le tient pendant toute la journée face à l’offensive qui se poursuit.  

Menacé de toute part, resté seul au milieu des cadavres avec quelques survivants, il galvanise ces derniers par une exhortation restée fameuse : « Debout, les morts ! ». Il tient jusqu’à l’arrêt de l’attaque.  

Cette action, parfois attribuée à tort au 3e RIC, est relatée par Maurice Barrès à la suite de sa rencontre avec le héros. Parti en guerre à 39 ans comme sergent de la territoriale, Péricard est passé, sur sa demande, au 95e RI, où il a été nommé adjudant.  Il est lieutenant à la fin de la guerre. Il publie en 1933 le monumental Verdun, après un important travail de collecte des souvenirs des combattants.

Lire aussi la RHA N° 126, La Brêche, histoire du saillant de Saint-Mihiel de R. Ourcel.

8 avril 1941 : prise de Massouha (Erythrée) par la brigade d’Orient du général Monclar.

8 avril 1943 : exécution du couple Hampel (Berlin).  

Elise et Otto Hampel sont décapités à la prison de Plotzensee pour trahison. Pendant deux ans, ils ont déposé de manière clandestine à travers la ville de Berlin des lettres et cartes postales de protestation contre le Reich.  

Hans Falada en a fait un ouvrage remarquable, “Seul dans Berlin”.




Chronique historique : 6 avril

6042019

6 avril 1199 : mort de Richard Coeur de Lion (Chalus).

Mortellement blessé d’un carreau d’arbalète reçu le 26 mars, lors du siège de Chalus, le vaillant roi d’Angleterre meurt le 6 avril. Dès lors, le roi de France Philippe Auguste profite de ce décès pour accroitre son influence. Richard cœur de lion est enterré dans la très belle abbaye de Fontevrault aux côtés de sa mère Aliénor d’Aquitaine. 

6 avril 1250 : bataille de Fariskur (Egypte).

Durant la 7e croisade, Louis IX (futur Saint Louis) assiège Mansourah pendant deux mois mais constatant que son armée tombe malade sans pour autant vaincre, prend la décision de regagner Damiette, conquise un an plus tôt. Durant le repli, les forces de Turan Sha harcèlent les croisés depuis le Nil avec la flotte égyptienne et la « chamellerie ». L’affrontement final a lieu à Fariskur. Encerclés, les croisés refusent de se rendre et combattent jusqu’à ce que Louis IX soit fait prisonnier.

6 avril 1362 : bataille de Brignais (près de Lyon).

Cessant le temps d’une trêve (traité de Brétigny-1360), la guerre de Cent ans met au chômage technique les nombreuses bandes de mercenaires qui commencent à piller le royaume de France. L’une d’elles, la compagnie dite des « Tards venus » (15 000 hommes) s’empare du château de Brignais à la fin de 1361, décidant le roi Jean II le Bon à faire intervenir son connétable, Jacques de Bourbon. Les forces royales (12 000 hommes) manquent de discrétion dans leur approche, particulièrement en installant leur campement devant Brignais. En outre, elles négligent de faire une reconnaissance des lieux et de jeter un dispositif de sécurité. Une partie des mercenaires est cachée dans les bois alentour et attaque le bivouac endormi. Lorsqu’enfin les chevaliers survivants contre-attaquent, c’est la garnison mercenaire de Brignais qui fait une sortie et clôt le combat. La bataille est un échec honteux pour les chevaliers français : beaucoup sont massacrés, les autres libérés contre rançon.

6 avril 1865 : bataille de Sayler’s Creek (Amérique du Nord).

Défaite des confédérés du général Lee qui signe sa reddition trois jours plus tard.

6 avril 1889 : prise de Ségou par le Col Archinard (actuel Mali).

« Archinard dispose des 3ème , 7ème et 8ème cies de tirailleurs sénégalais respectivement commandées par le Ltn Lucciardi et les Cnes Hugueny et  de Sarrazin, de 2 compagnies de tirailleurs auxiliaires (Cne Morin et Ltn Baudot) et de 2 batteries d’artillerie (Cne Ruault). Au cours de l’assaut, le Cne Mangin (frère aîné du futur Gal) est tué et le Ltn Levasseur grièvement blessé en pénétrant dans le réduit. Bandiougou Diara qui commande la défense, refusant  de se rendre, l’attaque est reprise le 7 et ce valeureux adversaire préfère se faire sauter avec les siens plutôt que de se rendre. La ville est aussitôt remise entre les mains des Bambaras, premiers possesseurs du sol, tandis que la colonne repart vers Kayes avec les prisonniers ». Ephéméride des TDM.

6 avril 1917 : les Etats-Unis entrent en guerre…

6 avril 1941 : invasion de la Yougoslavie et de la Grèce par l’Allemagne (opérations 25 et Marita).

A 5h15 du matin, l’Allemagne, l’Italie, la Roumanie et la Hongrie envahissent la Yougoslavie sans déclaration de guerre préalable. Les journaux italiens et allemands déclarent que « les forces de l’Axe marchent contre la trahison des Serbes, en référence au putsch des officiers serbes du 27 mars ». Partant d’Autriche, de Hongrie, de Roumanie et d’Albanie, les forces de l’Axe se dirigent vers les principales villes de Yougoslavie et s’enfoncent entre Grecs et Yougoslaves pour empêcher une éventuelle jonction. A l’aube, sous la direction personnelle du maréchal Hermann Goering, la Luftwaffe lance une puissante attaque aérienne contre Belgrade, pourtant déclarée « ville ouverte ». Tous les terrains d’aviation sont bombardés et l’aviation yougoslave est pulvérisée au sol. Un second bombardement massif a lieu le lendemain pour engendrer la terreur parmi la population. En deux jours, les raids allemands font 17 000 tués dans la population civile de Belgrade.

6 avril 1991 : opération Libage (Nord de l’Irak et Turquie).

Dans le cadre de l’opération américaine Provide comfort et en application des résolutions 687 et 688 de l’ONU, la France détache des éléments du Service de Santé des Armées, du 6e RG, du 7e RPCS, de la BOMAP,… protégés par les 3e et 8e RPIMa. Il s’agit d’une aide humanitaire destinée aux Kurdes que Saddam Hussein persécute et oblige à se réfugier en Turquie. La BOMAP largue 300 tonnes de vivres, de médicaments et de couvertures au profit de la population qui s’est réfugiée dans les montagnes et reste  inaccessible par voie routière.L’opération s’achève le 20 juillet 1991. 

6 avril 1994 : l’avion présidentiel rwandais est abattu.

Alors qu’ils rentrent d’Arusha (Tanzanie) où ils viennent de signer un accord de paix, le président rwandais Juvénal Habyarimana et le président burundais Cyprien Ntaryamira sont tués dans le crash du Falcon 50 présidentiel rwandais en phase d’atterrissage à Kigali (Rwanda). La provenance des missiles tirés et l’identité des tireurs font aujourd’hui encore débat. L’équipage français de l’appareil ainsi que tous ses occupants périssent. L’attentat déclenche une gigantesque vague de violence aboutissant au génocide rwandais (800 000 morts).




Chronique historique : 5 avril

5042019

5 avril 1242 : bataille du lac Peipous ou bataille de la glace (Estonie actuelle).
Dans le cadre de la poussée germanique vers l’Est (Drang nach Osten), l’ordre militaire des chevaliers Teutoniques tente de conquérir, afin de les convertir, les terres slaves affaiblies par les récentes incursions mongoles. Alexandre Nevski, prince de Novgorod, conscient du danger que représentent les chevaliers allemands choisit de s’allier aux Mongols pour contrer les Teutoniques.
Ceux-ci traversent le lac gelé de Peipous pour surprendre les Russes mais sont attendus sur la rive. Rompus au combat (expérience des croisades), et bien armés (ordre riche), les Teutoniques sont généralement craints mais durant la bataille de la glace, ils sont vaincus à la fois par l’effectif supérieur de l’ennemi, les flèches des Mongols, la rupture de la glace sous les sabots de la cavalerie lourde mais aussi et surtout par la détermination qu’insuffle à son armée, Alexandre Nevski. Cette bataille est la première vraie défaite de l’ordre germanique et marque la limite orientale de son influence. Héros et saint de l’église orthodoxe, Alexandre Nevski est considéré comme le père de la Nation russe.
Voir le célèbre film Alexandre Nevski : Commandé par Staline (!) dans les années 1930 au réalisateur Eisenstein, ce film est un classique du 7e art mais aussi de la propagande patriotique. Staline a imposé sa diffusion en URSS pour galvaniser les russes dans la lutte contre l’envahisseur germanique à partir de 1941.

5 avril 1305 : assassinat de Roger de Flor (Andrinople).
Fils d’un chevalier germanique appartenant à la cour de l’empereur Frédéric II de Hohenstaufen, Rutger von Blume s’embarque sur un navire de l’Ordre du Temple à la suite d’un revers de fortune familiale. Devenu un excellent marin, sous le nom de Roger de Flor, il prend le manteau de l’Ordre une dizaine d’années plus tard avec le rang de sergent et reçoit le commandement de son propre navire. Excellent capitaine, il se distingue lors de la défense de Saint Jean d ’Acre, assiégée par les Mamelouks (mai 1291). Peu de temps après, il est accusé de détournement et chassé de l’Ordre. Il devient mercenaire au service de Gènes avant de proposer en 1297 ses services au roi de Sicile, Frédéric d’Aragon qui est en guerre contre les Angevins de Naples. Il devient l’une des figures emblématiques de la période, capitaine corsaire exceptionnel et véritable entrepreneur à la tête d’une petite armée privée, appelée grande compagnie catalane. Poursuivant son ascension, il entre au service de l’empereur byzantin Andronic II en tant que Mégaduc (chef de l’armée). L’empire d’Orient est alors en pleine déroute en Asie mineure face aux tribus turques, mais en l’espace d’une année (oct.1303-sept.1304) Roger de Flor et ses mercenaires rétablissent la situation, stoppent l’avancée des Turcs et libèrent l’Anatolie occidentale et ce, après avoir remporté 6 combats terrestres majeurs. Cependant, les nombreuses exactions des routiers sur la population civile et l’extrême ambition de Roger de Flor finissent par inquiéter Andronic lui-même qui décide d’éliminer ces auxiliaires encombrants et difficilement contrôlables. Reçu avec faste à Andrinople par le fils de l’empereur, Roger de Flor est assassiné lors d’un banquet sur l’ordre de ce dernier ».  M. Christophe C. (EMZD-Lyon).

5 avril 1453 : début du siège de Constantinople (actuelle Istanbul).
Le sultan Mehmet II met le siège à la ville avec plus de 80 000 hommes. Constantin XI Paléologue, dernier empereur romain, la défend avec seulement 5 000 hommes jusqu’à sa mort au combat le 29 mai, date à laquelle la ville tombe. Si le siège a pu durer si longtemps (presque deux mois), c’est en grande partie grâce à la muraille terrestre érigée par Théodose II au Ve siècle mais qui n’a pourtant pas pu résister aux nouveaux canons ottomans (de fabrication hongroise).
Une des actions les plus spectaculaires du siège est la construction d’une rampe de 13 km en planches de bois enduites de savon que Mehmet II fit construire pour faire passer sa flotte en contournant la chaîne qui barrait l’entrée du port et en prenant ainsi Constantinople à revers.
A noter aussi la défection (voire trahison) de Venise et Gênes lors de cette ultime bataille. Seuls quelques équipages génois indépendants dont celui de Giovanni Giustiniani sont venus prêter main forte à l’Empereur. Ce dernier a financé lui-même son expédition et fait preuve d’un courage extrême durant le siège.
Sur cet événement, lire le très bon Les derniers siècles de Byzance, 1261-1453 de Donald Mac Nicol.

5 avril 1660 : Turenne est nommé maréchal-général par Louis XIV.
Maréchal à 32 ans, maréchal-général à 49 ans, Turenne se bat depuis l’âge de 15 ans et mourra à 64 ans au combat. Le tombeau de Turenne est sous le dôme des Invalides à Paris. Il a donné son nom à la 160ème promotion de Saint Cyr (1973 – 1975).

5 avril 1918 : bataille de Dernancourt (Somme).

Ludendorff concentre l’une de ses attaques sur le front tenu par les 47e et 48e bataillons australiens qui se sont particulièrement illustrés quelques jours plus tôt (28 mars) notamment en la personne du sergent Stanley Mac Dougall.
Ce dernier a repoussé l’assaut allemand pendant quelques minutes, seul et de manière stupéfiante. Il est plus tard décoré de la Victoria cross. Le 5, l’offensive allemande reprend mais se heurte à nouveau à une ferme résistance australienne.

5 avril 1943 : première victoire du Normandie-Niemen.
A bord de leur chasseur Yak-1, les pilotes français Preziosi et Durand abattent un FW 190 A-8, apportant sa première victoire à l’escadrille Normandie-Niemen.

5 avril 1945 : combat du mont froid (Alpes).
La 7e demi-brigade de Chasseurs alpins française prend d’assaut le sommet (2820 m) tenu par les Italo-allemands.

5 avril 1956 :  mort au combat de l’adjudant Bernard (Oued Hallail – Djeurf – Algérie).  
Bernard trouve la mort au cours d‘une embuscade après avoir tenu tête pendant plus de deux heures à l’adversaire. Né en 1914, il s’est engagé au 21e RIC en 1937. En 1941, sergent, il est envoyé en Indochine et participe aux combats de Langon le 9 mars 1945. Prisonnier des japonais au camp de Hoa Binh, il est martyrisé par ses geôliers et ne pèse plus que 36 kg lors de sa libération.
Ecourtant sa convalescence, il reprend le combat contre le vietminh et effectuera 3 séjours en Indochine. De retour en France en 1955, il se porte volontaire pour servir en Algérie et rejoint le 2e RIC.
Exemple de courage et doté d’un sang-froid inébranlable, il est alors titulaire de la médaille militaire, des croix de guerre 39-45 et des théâtres d’opération extérieures. Chevalier de la Légion d’honneur à titre posthume.
Son nom a été donné à la 183e promotion de l’ENSOA.

5 avril 1992 : début du siège de Sarajevo (Bosnie-Herzégovine).
A la suite de la proclamation de l’indépendance de la province, des rassemblements populaires dégénèrent à cause de tirs meurtriers de snipers dans la foule. La ville de Sarajevo est assiégée par l’armée et les milices serbes. Le même jour, le BAT INF 1 français, de la FORPRONU, est mis en place dans les Krajina en application de la résolution 743 de l’ONU (21/02/1992).




Chronique historique : 4 avril

4042019

A compter de lundi 8 avril, la Chronique (par mail) vous parviendra depuis l’adresse : chroniqueculturellemilitaire@gmail.com

Les abonnements, désabonnements devront donc être demandés à chroniqueculturellemilitaire@gmail.com

 4 avril 1881 : ouverture d’une école de l’infanterie à Saint Maixent.  

A l’issue de la Première Guerre mondiale, elle devient École militaire de l’infanterie et des chars de combat (EMICC). Durant la phase d’armistice elle est repliée à Aix en Provence où elle se trouve Co localisée avec Saint-Cyr, puis à Cherchell de 42 à 45 (fonction reprise pour les EOR d’Infanterie de 56 à 62). C’est la première fois que les élèves-officiers de recrutement indirect se trouvent instruits avec leurs camarades directs.  

De Lattre reprend l’idée en créant l’ESMIA à Coëtquidan dès 1945. L’École d’application de l’Infanterie (EAI) est créée en 1946 à Auvours puis transférée à nouveau à Saint Maixent l’École puis à Montpellier et enfin à Draguignan depuis le 1er août 2010 sous l’appellation d’école de l’Infanterie.  

 4 avril 1932 : combat de Tiguiguilt (Mauritanie).  

Alors qu’il campe, le groupe nomade (GN) du Hodh est attaqué par le rezzou de Laroussi (140 guerriers). Le lieutenant Bouillon, heureusement renseigné à temps, laisse venir l’attaque qu’il brise facilement. Laroussi est tué. Durant l’entre-deux guerres, la situation dans la bande sahélienne est tendue : les raids de pillards persistent malgré l’acquisition par la France des techniques de combat, déplacement et vie dans le désert. Une solution est trouvée à l’insécurité lorsque le Rio de Oro (partie de désert entre le Maroc et le Sahara occidental, colonie espagnole à l’époque) est enfin contrôlé. 

 4 avril 1943 : raids aériens alliés.  

Sur Boulogne Billancourt où les usines Renault sont dévastées. Plus de 400 morts. Sur Kiel (Allemagne du Nord) lors d’un raid de nuit meurtrier sur le port de la Baltique. 

 4 avril 1945 : prise de Karlsruhe (Allemagne).  

La 9e DIC joue un rôle déterminant lors de la prise de la ville de Karlsruhe, première grande ville d’Allemagne occupée, avec notamment un GT commandé par le Col Bourgund. Exécutant une manœuvre hardie, le 2e escadron du RICM s’infiltre à travers les blockhaus bordant le Rhin et se fraye un passage par lequel va progresser toute la colonne. Cette infiltration nécessite le nettoyage des ouvrages allemands dont plusieurs ne sont heureusement pas occupés.  

Utilisant les levées de terre, dans un véritable marais, le capitaine Couturier progresse en zigzaguant à travers les blockhaus. Cela lui permet de se retrouver devant Knielingen en fin d’après-midi, le 3 avril, et de prendre la ville par surprise, la défense allemande ayant été complètement contournée.  

Les Allemands ne sont pas les seuls à être surpris de voir les blindés dans ce village, faubourg de Karlsruhe. En effet le 2e escadron reçoit au cours de la nuit un sérieux bombardement d’artillerie que l’on croit d’origine amie. Le 4 à 10h30, Karlsruhe est prise dans résistance sérieuse par les patrouilles de tête du RICM. Ephéméride des TDM. 

 4 avril 1949 : signature du traité de l’Atlantique Nord (OTAN).  

La montée en puissance du péril soviétique depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale installe progressivement le monde dans un état de guerre froide. L’ONU (créée en 1945), dernière instance internationale pour régler les différends entre États ne parvient pas à faire peser une menace suffisante sur les pays expansionnistes et n’empêche pas le blocus de Berlin (juin 1948 à juin 1949) ou le coup de Prague (février 1948).  

Voulant s’unir pour lutter contre la menace soviétique, 12 États occidentaux créent l’OTAN. Organisation politico-militaire dont le siège après avoir été à respectivement à Paris et Rocquencourt jusqu’au retrait français de la structure intégrée en 1966 est à Bruxelles et le commandement militaire (SHAPE) à Mons, elle n’a jamais mené d’interventions contre le pacte de Varsovie. Sa première intervention remonte à décembre 1995 en Bosnie Herzégovine alors que l’URSS n’existe plus depuis 1991.  

L’Alliance Atlantique fête ses 70 ans et compte aujourd’hui 29 membres dont certains sont d’anciens satellites du bloc communiste.  

 4 avril 1960 : indépendance du Sénégal. 

La Fédération du Mali réunissant le Sénégal et le Soudan français s’apprête à devenir  indépendante suite à un accord passé entre le général de Gaulle et Léopold Sédar Senghor. Ce dernier ne s’entendant pas avec son homologue soudanais, Keita, se retire très vite de la fédération et devient le Président de la nouvelle République sénégalaise, adoptant une Constitution calquée sur celle de la Ve République française. 

 4 avril 1968 : assassinat de Martin Luther King (Memphis – Etats-Unis). 

Le pasteur King, défenseur des droits des Noirs aux Etats-Unis, auteur du célèbre discours “I have a dream” et plus jeune prix Nobel de la Paix meurt sous les balles de James Earl Ray, un fugitif du pénitencier de Jefferson City. 

La nouvelle de sa mort déclenche une vague d’émeutes dans tout le pays obligeant l’intervention de la Garde nationale. Le président Johnson décrête un jour de deuil national lors des obsèques auquelles assistent 300 000 personnes. 




Chronique historique : 3 avril

3042019

3 avril 1367 : bataille de Najera (Espagne).  

Le roi de France a dépêché du Guesclin en Castille pour qu’il aide Henri Trastamare dans sa lutte pour la couronne de Castille contre son demi-frère Pierre le Cruel. L’autre but de la manœuvre est de débarrasser la France des compagnies de mercenaires qui, désœuvrées, pillent les campagnes. Commandées par le futur connétable de France, elles affrontent l’Anglais, Edouard dit le Prince Noir, l’allié de Pierre le Cruel. La bataille voit la défaite de du Guesclin qui est abandonné, pendant le combat, par l’aile castillane d’Henri Trastamare. C’est une des seules batailles médiévales où le rapport des pertes est si disproportionné : 1/130.  

Environ 15 000 hommes de du Guesclin et Henri meurent contre à peine 100 anglais et castillans du Cruel. L’efficacité de l’arc gallois est certes déjà à l’œuvre (48 ans avant Azincourt) mais la lutte fratricide et sans pitié des castillans explique la mortalité inhabituelle. Du Guesclin est fait prisonnier. Le Prince Noir ne le libère contre rançon qu’après 9 mois de captivité, redoutant de remettre en liberté celui dont la légende commence à naître.   

 3 avril 1559 : traité de Cateau-Cambrésis.  

Henri II met fin à près d’un demi-siècle de guerres en Italie, en signant la paix avec Charles-Quint, qui a partagé l’empire des Habsbourg quatre ans plus tôt.  Des places fortes sont échangées (Exemple : Thionville, reprise par la France le 22 juin 1558, est rendue aux Espagnols en échange de Saint-Quentin, dont le contrôle est plus utile à la défense de Paris). 

 3 avril 1813 : création de la Garde d’Honneur.  

Après l’hécatombe de la retraite de Russie, l’armée est exsangue.  

Napoléon décide par sénatus-consulte de lever 350 000 hommes. Pour recréer une cavalerie d’élite, il crée quatre régiments de cavalerie légère dont les effectifs doivent être constitués par les fils des familles les plus considérées des 130 départements de l’Empire. Ils vont connaitre le feu pour la première fois durant la campagne de Saxe. 

 3 avril 1871 : bataille de Rueil (Paris).  

Les Communards tentent une sortie avec 6000 hommes pour briser le siège de la capitale. Mal commandés, ils sont repoussés par le général de Galliffet et le colonel Boulanger et subissent de lourdes pertes : aucune reconnaissance n’est pratiquée. Quasiment aucun canon n’appuie la tentative de percée.  

 3 avril 1915 : premier vol de Fonck (Crotoy – Somme).  

L’As des As français de la Première guerre mondiale effectue son tout premier vol à bord d’un appareil à double commande. Il détiendra à la fin de la guerre le record français de 75 victoires homologuées (officieusement 142). 

 3 avril 1918 : conférence de Beauvais.  

Le général Foch est chargé par les gouvernements britannique, français et américain de coordonner l’action des armées alliées sur le front occidental ; Tous les pouvoirs nécessaires en vue d’une réalisation effective lui sont conférés, à cet effet. Foch reçoit la direction stratégique des opérations militaires. 

 3 avril 1941 : coup d’État pro-allemand à Bagdad (Irak).  

Rachid Ali el Gaylani renverse le régent pour instaurer une république qui demande immédiatement l’aide de l’Allemagne. Celle-ci ne parvient pas à aider le putschiste dans sa lutte contre la Habbanya force britannique que fait constituer Churchill dans l’urgence. La Habforce entre dans Bagdad le 1er juin. 

 3 avril 1955 : proclamation de l’état d’urgence en Algérie (Loi 55-385 de la même date).  

Les pouvoirs de police exceptionnels sont conférés aux autorités en Algérie (durant 1 an) pour rétablir la sécurité publique.  

 3 avril 1996 : arrestation de Unabomber (près de Lincoln – Montana- États-Unis). 

Theodore Kaczynski, ancien mathématicien américain vivant dans une cabane pour échapper à la civilisation technicienne qu’il déteste, a tenu en échec le FBI pendant 18 ans en envoyant des lettres et colis piégés à des « agents du modernisme » (scientifiques, publicistes, …) qui tuent 3 personnes (et en blessent 23 autres).  




Chronique historique : 2 avril

2042019

2 avril 1871 : les Versaillais attaquent les Communards (Paris). Le Second Empire s’étant effondré avec la défaite face aux Prussiens, une révolution couve dans Paris pendant que les députés français rassemblés à Versailles cherchent un régime politique à la France. Le peuple parisien instaure le régime de la Commune qui ne reconnait pas celui de Versailles. Sous les yeux de l’occupant (les Prussiens), Thiers ordonne à l’armée française d’éradiquer les révolutionnaires. Paris est bombardé. Le général de Galliffet attaque Courbevoie et en chasse les Communards.  Les combats extrêmement violents de la Commune commencent. Dans la RHA n° 238: L’armée de Versailles et les combats de rues pendant la semaine sanglante (21 mai 1871 – 28 mai 1871) du LTN Mickaël Bourlet.

 2 avril 1917 : entrée en guerre des Etats-Unis. Le président américain Woodrow Wilson demande au Sénat de voter l’entrée en guerre contre l’Allemagne. Hostiles à la guerre, les Américains sont finalement convaincus que les négociations sont inutiles et qu’ils doivent sanctionner militairement l’Allemagne, au moins pour les attaques du Lusitania, du Vigilentia, et la révélation du télégramme secret Zimmermann,… Pour la France et le Royaume-Uni, c’est une aide sérieuse au moment où l’Allemagne transfère 40 divisions du front Est vers le front Ouest, la révolution bolchevique ayant mis un terme à la participation russe aux combats.

 2 avril 1925 : combat de Treyfia (actuelle Mauritanie). Le groupe nomade (150 hommes) du capitaine de Girval (basé à Chinguetti près d’Atar) est surpris par le rezzou de Abd el Wahab (350 hommes) qui l’attend au puits de Treyfia. Pendant 3 jours et 2 nuits, Girval résiste aux assauts répétés, à la baïonnette sur la fin et tout du long sans renforts. Girval et 17 méharistes périssent pour 60 combattants ennemis. L’attaque (sans en être une manifestation directe) s’inscrit dans le contexte de la guerre du Rif (1921-1925) qu’Abd el Krim mène contre les Espagnols puis les Français, principalement au Maroc et qui voit durant l’année 1925 une recrudescence des attaques de postes français (Bibane, Beni Derkoul, Ain Bou Aissa,…). Le Rif étant distant de plus de 1000 km de Treyfia, les autorités françaises cherchent à savoir si ce rezzou n’est qu’un raid de Regueibat ou bien la preuve qu’un deuxième front (au Sud cette fois) s’ouvre dans la guerre du Rif. Elles concluent rapidement qu’il s’agit d’un rezzou qui profite simplement de la faiblesse des forces françaises au sud, alors qu’elles sont retenues au nord. C’est après cette embuscade que les groupes nomades seront progressivement dotés de moyens de télégraphie sans fil.

 2 avril 1941 : prise d’Agebadia par l’Afrikakorps. C’est le début de la fulgurante reconquête d’Afrique du Nord par Rommel.

 2 avril 1945 : l’URSS annule le traité de non-agression signé avec le Japon en avril 1941. Elle n’entrera cependant en guerre que le 8 aout 1945.

 2 avril 1982 : début de la guerre des Malouines (Atlantique Sud). Appelées Falkland par les Britanniques et Malvinas par les Argentins, cet archipel d’iles est situé à 500 kilomètres des côtes argentines et fait l’objet depuis très longtemps d’un différend de souveraineté entre les deux Nations. La Junte militaire argentine parvenue au pouvoir par un coup d’Etat (6 ans plus tôt), tente de sortir de la crise économique qui paralyse le pays en créant une diversion par la reconquête des îles qu’elle pense glorieuse et facile compte tenu de la relative indifférence britannique. Interprétant mal le flegme légendaire, l’Argentine lance l’assaut au petit jour sur Port Stanley. La compagnie de Royal Marines dont la présence est symbolique, ne résiste pas longtemps face à l’ampleur du dispositif argentin et capitule. Une semaine plus tard, Margareth Thatcher projette une force aéronavale de 28 000 hommes à plus de 12 000 kilomètres de Londres et restaure la souveraineté sur les iles. Les combats ont duré deux mois. Quelques articles dans la RHA sur la guerre des Malouines : L’affaire des Malouines de Philippe Masson (RHA n° 153). Le conflit des Malouines cinq ans après du contre-amiral Denis Barnouin (RHA n° 169).  Les dernières actions sous-marines : Malouines 1982 du colonel A. Huyon (RHA n° 180).




Chronique historique : 1 avril

1042019

1er avril 1767 : Bougainville remet les Malouines aux Espagnols (actuelles iles Falkland).

Sur ordre de Louis XV, Bougainville cède officiellement les iles Malouines à l’Espagne lors d’une cérémonie à laquelle est convié Philippe Ruis Puenté, futur gouverneur des iles pour le roi d’Espagne. L’acte coûte d’autant plus à Bougainville qu’il avait lui-même créé, dans ces mêmes iles, la première colonie de peuplement en 1764 avec des familles acadiennes.  

1er avril 1918 : création de la Royal Air Force.

La RAF est créée par le regroupement des unités d’avions de l’armée de terre (Royal flying corps créé en 1912) et de la Navy (Royal Naval Air Service).  

 1er avril 1923 : le service militaire passe à 18 mois.  

 1er avril 1933 : début de création de l’armée de l’air française.  

Par décret l’armée et les missions sont établies. La loi du 02 juillet 1934 complète cette création en précisant son organisation. C’est d’ailleurs cette dernière date que l’armée de l’Air a retenue officiellement pour ses commémorations officielles.  L’aéronautique militaire française existe cependant depuis 1909 (premiers achats d’avions par le génie et l’artillerie), 1910, création du service de l’aviation maritime avec une première implantation à Fréjus, 1911 (création du brevet de pilote militaire) et 1912 (création des premières escadrilles).   

 1er avril 1945 : débarquement américain à Okinawa (Japon).  

Située à 500 km au Sud des grandes iles japonaises, Okinawa a été choisie comme base de départ des bombardiers devant préparer l’assaut final. Pour conquérir Okinawa, les Américains débarquent plus de 500 000 hommes lors de la plus grande opération amphibie du Pacifique. Jusqu’en juin, les combats feront 7 500 morts chez les GI’s contre plus de 110 000 chez les Japonais. 

 1er avril 1960 : Gerboise blanche (Algérie).  

Deuxième essai atomique français près de Reggane. Explosion atmosphérique depuis le sommet d’une tour située à Hamoudia. 

 1er avril 2002 : décès de la Mort blanche (Finlande – Hamina). 

Tireur d’élite finlandais durant la guerre d’hiver contre l’URSS de 1939-40, Simo Häyhä est crédité officiellement de 505 cadres et soldats soviétiques abattus. D’autres chiffres évoquent 742 victimes durant les 100 jours de combat auxquels il participe. Sa particularité était ne pas utiliser de lunette de visée sur son M28 Pystykorva afin de réduire sa silhouette.  

Très vite, les Russes le surnomment la Mort blanche et essayent par tous les moyens de le neutraliser : du sniper au bombardement d’artillerie.  

Le 6 mars 1940, il est blessé à la mâchoire ce qui met un terme à sa carrière militaire. 







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles