Chronique historique : 7 août

7082019

7 août 1325 : bataille de Varey (Ain).

« Un long conflit oppose de 1234 à 1355 les comtés de Viennois et de Savoie, émancipés du Saint Empire et dont les territoires sont imbriqués. Après de longues années de chevauchées et d’escarmouches sans résultats, le Comte de Savoie Edouard profite de la minorité du Dauphin de Viennois, Guigues VIII pour tenter d’obtenir un avantage décisif.

Hugues de Genève, capitaine de la ligue anti-savoyarde, ayant prêté hommage au Dauphin pour son château de Varey, contesté par les Sires de Beaujeu (parti savoyard), Edouard lève une armée importante et met le siège au château. Le jeune Dauphin, partant avec son armée de Crémieu par Ambronnay, parvient à tromper les sûretés savoyardes et arrive devant Varey. Les Dauphinois et leurs alliés, laissant les gens de pied à l’arrière, se déploient en trois batailles successives dans la plaine des Arpilles : l’avant-garde sous Raymond de Baux et le Grand Chanoine, le centre avec le Dauphin et les Comtes de Genève, l’arrière-garde avec Aymar de Poitiers. La bataille s’ouvre par une charge des Bourguignons des Comtes d’Auxerre et de Tonnerre, du parti savoyard, qui bousculent l’avant-garde mais sont finalement repoussés par la bataille principale dauphinoise, rejetés vers leur camp en désordre, puis submergés par une sortie en force de la garnison du château. Edouard de Savoie parvient à s’échapper, les Comtes de Tonnerre et d’Auxerre et le sieur de Beaujeu sont prisonniers.

La guerre ayant ruiné les deux partis, le successeur de Guigues VIII, Humbert II de la Tour-du-Pin, vendra en 1349 le Dauphiné à Philippe VI de Valois, roi de France, à condition que le comté conserve quelque autonomie, garantie par la dévolution du Dauphiné au fils aîné du Roi de France. Le nouveau Dauphin, le futur Charles V, signe la paix en 1355 avec le Comte Amédée VI de Savoie, le différend se réglant par des échanges de terres ».

7 août 1942 : débarquement américain à Guadalcanal (Iles Salomon – Pacifique Sud).

Les Japonais en débarquant aux iles Salomon, ont atteint leur avancée la plus au Sud et menacent les convois logistiques alliés en partance du nord de l’Australie grâce à leur piste d’aviation (piste Henderson) en cours d’achèvement par le génie nippon sur l’ile de Guadalcanal. La 1ere division de Marines reçoit la mission de conquérir l’aérodrome et les ilots environnant. Si le débarquement à Guadalcanal est un succès (aucune réaction nippone du fait de la surprise), ceux dans les ilots Tulagi et Gavutu sont sanglants et coutent la vie à de nombreux Marines qui pour beaucoup vivaient leur première action de guerre. La maîtrise de Guadalcanal ne sera totale qu’en Février 1943, une fois les renforts japonais anéantis ou rejetés à la mer. Pour les cinéphiles classiques, voir « Les diables de Guadalcanal ». Pour une autre vision, voir « La ligne rouge » de Terrence Malik.

7 août 2005 : sauvetage du sous-marin de poche AS-28 (Russie – Baie de Berezovaya).

Lors d’un exercice de la marine russe au large du Kamchatka, le sous-marin de poche russe AS-28 bloque son hélice dans des câbles sous-marins à 180 mètres de profondeur. Moscou lance un appel à l’aide. Après 72 heures d’attente, les 7 membres d’équipage sont secourus par un sous-marin Scorpion britannique équipé pour découper les câbles.

 




Chronique historique : 6 août

6082019

6 août 1284 : bataille de Meloria (mer Tyrrhénienne).

Les républiques de Gênes et de Pise se disputent les lignes commerciales en mer Tyrrhénienne. Amorçant un inexorable déclin face à Gênes, Pise va perdre le contrôle de la Corse à la suite de cette bataille navale livrée juste devant Livourne.

6 août 1657 prise de Montmédy (Meuse).

Édifiée par Charles Quint pour défendre la frontière des Pays Bas espagnols avec la France, Montmédy est assiégée par le maréchal de la Ferné assisté de Vauban. Ce dernier met en application ses techniques de siège et finit par imposer la reddition aux Espagnols en présence du jeune roi Louis XIV. Vauban est blessé à 4 reprises durant le siège. Le roi, conscient de la valeur stratégique de ce point fort face à l’Est, lui demandera d’améliorer les défenses de la citadelle (1681).

6 août 1806 : fin du Saint-Empire Romain Germanique.

Fondé en 962 par Othon 1er, le Saint Empire Romain Germanique (SERG) est victime des victoires françaises en Europe centrale et du redécoupage des frontières par Napoléon. François II de Habsbourg en prenant le titre d’empereur d’Autriche renonce à celui du plus vieil empire occidental.

6 août 1870 : défaite française de Froeschwiller-Woerth (charge de Reichsoffen)

6 août 1918 : le général Foch est élevé à la dignité de maréchal de France 

6 août 1945 : bombardement d’Hiroshima (Japon).

Le colonel Paul Tibbets, commandant le 509eme escadron de bombardement, décolle de l’ile de Tinian (Iles Mariannes) avec son B29 baptisé »Enola Gay» tôt dans la matinée en direction d’Hiroshima. La bombe atomique »little boy», bombe à l’uranium 235 de 16KT est armée durant le vol (qui va durer 6 heures). Larguée à 9600 mètres d’altitude, la bombe explose à 580 mètres au-dessus du centre d’Hiroshima et rase tout immédiatement sur 12 kilomètres. Les pertes directes sont estimées entre 70 000 et 140 000 morts.




Chronique historique : 5 août

5082019

5 août 882 : mort de Louis III (Saint Denis).

Le jeune roi de Francie occidentale et vainqueur des batailles de Thiméon et Saucourt en Vimeu meurt bêtement. Il heurte le linteau d’une porte qu’il tente de franchir à cheval alors qu’il poursuit de ses assiduités une femme fuyant devant lui.

5 août 1796 : bataille de Castiglione (Italie).

L’armée de Bonaparte s’étant rendue maîtresse de l’Italie contre les forces de la Première coalition, l’empire austro-hongrois dépêche une armée pour porter secours à ses troupes assiégées ou en retraite en Italie du Nord. Lors de la bataille de Castiglione, Bonaparte démontre ses qualités d’improvisation en sauvant le plan de bataille initialement élaboré. La prise du mont Medolano déstabilise le général Wurmser qui doit fuir en catastrophe.

5 août 1962 : mort de Marylin Monroe (Los Angeles).

Norma Jeane Baker, actrice devenue de son vivant un « sex symbol », est retrouvée morte chez elle et déclarée suicidée après absorption massive de barbituriques. Ses relations amoureuses avec certains membres du clan Kennedy et de la mafia américaine l’auraient mise en danger et selon certaines sources auraient causé sa perte.

 




Chronique historique : 3 août

3082019

3 août 881 : bataille de Saucourt en Vimeu (Près d’Abbeville).
Les raids des vikings ravagent les côtes occidentales depuis près d’un siècle sans qu’aucune réelle défense ne fonctionne sauf lorsque les rois de Francie occidentale, Louis III et Carloman s’unissent comme lors de la bataille de Thimeon (février 880). Occupés à se battre contre leur oncle Boson à Macon, les deux frères, Louis III et Carloman en apprenant que les Vikings viennent de récidiver, se portent rapidement à leur rencontre.
Selon les différentes chansons et histoires datées formellement de cette époque, les Vikings sont très sévèrement battus et perdent 8 000 des leurs. La victoire marque les esprits de l’époque et laisse des traces écrites.

3 août 1347 : fin du siège de Calais.
Après 11 mois de siège, Jean de Vienne, capitaine de la place de Calais, accepte la reddition au roi anglais Edouard III. La ville ne redeviendra française que 211 ans plus tard (en 1558). Cette reddition est restée célèbre à travers son évocation artistique des bourgeois de Calais remettant les clés de la ville à Edouard III.

3 août 1914 : l’Allemagne déclare la guerre à la France.

3 août 1944 : mort du capitaine Jean Maridor (au-dessus du Kent – Angleterre).
Passionné d’aviation, il est pilote civil dès 16 ans et s’engage dans l’armée de l’Air en 1939 (base d’Istres) où il devient caporal pilote. Voulant poursuivre le combat, il gagne l’Angleterre et s’engage dans les forces aériennes françaises libres où il combat à bord d’un Hurricane II. Début 1942, il devient l’un des spécialistes de la chasse aux V1 tout en obtenant des victoires en combat aérien et d’attaques de navires.
Il meurt en détruisant un V1 au-dessus du Kent. Compagnon de la Libération, il est crédité de 5 victoires aériennes.

3 août 2008 : mort d’Alexandre Soljenitsyne (Moscou).
L’écrivain soviétique Alexandre Soljenitsyne, rendu célèbre grâce à son roman “Une journée d’Ivan Denissovitch” (1962) et qui bénéficie de l’appui de Krouchtchev, est rapidement mis à l’index sous Brejnev tout en étant encensé par la critique littéraire internationale (“Le pavillon des cancéreux”).
Fin 1973, il fait passer à l’Ouest clandestinement puis fait publier en France le manuscrit de “L’archipel du goulag” décrivant le régime concentrationnaire soviétique qu’il a connu de 1945 à 1953.  Arrêté le 12 février, il est expulsé le lendemain vers la RFA après avoir été déchu de la nationalité soviétique.  Après avoir vécu aux États-Unis jusqu’en 1994, il rentre en Russie où Gorbatchev l’avait réhabilité en 1989.  Il est mort à 89 ans. Soljenitsyne dénonçait toutes formes de totalitarismes ; du stalinisme à la Terreur révolutionnaire française (1793) ne se faisant pas des ennemis qu’en URSS.




Chronique historique : 2 août – reprise

2082019

2 août 216 (avant Jésus-Christ) : bataille de Cannes (actuelle Italie).
Près de Rome et au cours de la deuxième guerre Punique, le général carthaginois, Hannibal, bat magistralement les forces romaines pourtant supérieures en nombre. Simulant un repli de son infanterie au centre, il enveloppe par les ailes les Romains qui se concentrent sur l’infanterie qu’ils pensent enfoncer. Ces derniers laissent 45 000 hommes sur le terrain dont beaucoup de notables romains.

2 août 1913 : création de la Police Judiciaire (Paris).
Le préfet de police de Paris, Célestin Hennion parachève la réforme de la police en créant la police judiciaire, sise au 36, quai des Orfèvres, pour lutter de manière professionnelle contre le crime organisé.

2 août 1934 : décès du Maréchal Hindenburg.
Président du Reich jusqu’en 1925, le maréchal Hindenburg, tout en voulant contrôler Hitler a été manipulé par  ce dernier

2 août 1940 : de Gaulle condamné à mort (Clermont-Ferrand).
Le régime de Vichy condamne de Gaulle par contumaces à la peine de mort pour trahison, atteinte à la sûreté extérieure de l’État et désertion en temps de guerre. Depuis le 22 juin, il est rétrogradé au rang de colonel. Le lendemain, il est « admis à la retraite d’office », par mesure disciplinaire. Le 4 juillet, il est condamné à quatre ans de prison et 100 F d’amende pour « délit d’excitation de militaires à la désobéissance ». Il a également été déchu de la nationalité française.

2 août 1945 : le sort de l’Allemagne réglé à Potsdam (Allemagne).
La conférence de Postdam est la dernière réunion officielle des Alliés avant le début de la Guerre froide. Elle scelle avant tout le sort de l’Allemagne : séparée de l’Autriche, elle perd une partie de son territoire au profit de la Pologne et de l’URSS, et est découpée en trois zones d’occupation (la zone française sera décidée plus tard). Les frontières de la Pologne sont retracées. La Grande Alliance va très vite se disloquer pour laisser place à la Guerre froide.

2 août 1990 : l’Irak envahit le Koweït.




Chronique historique : 28 juin

28062019

28 juin 1389 : bataille de Kosovo Polje (Kosovo).
La bataille a eu lieu le 15 juin dans le calendrier justinien, le 28 juin dans le calendrier Grégorien. Les Serbes sont vaincus par les Ottomans lors de la bataille du Champs des Merles. Les deux chefs de guerre, le prince Lazare de Raska et le sultan Murad Ier, trouvent la mort dans l’affrontement. Les janissaires turcs, troupes d’élite formées d’enfants enlevés aux peuples vaincus et élevés dans le métier des armes, ont écrasé leurs adversaires. La Serbie devient vassale de l’Empire ottoman.

28 juin 1675 : attaque de la forteresse de Reggio (Italie – Calabre).
Les vaisseaux Téméraire et Sirène commandés par les capitaines de Lhéry et Tourville attaquent Reggio occupée par les Espagnols. À l’aide d’un brûlot et grâce à un vent favorable, ils détruisent quatorze navires dans le port. Le feu se communique à une poudrière qui explose et détruit une partie des fortifications. La bataille s’inscrit dans la guerre de Hollande (1672-1678) que Louis XIV remportera contre le Saint Empire et l’Espagne.

28 juin 1811 : prise de Tarragone (Espagne).
Le général Suchet réduit les dernières résistances espagnoles de la ville, après un assaut de près de 20 jours qui coûte aux Français plus de 1 200 morts et 3 000 blessés.

28 juin 1835 : bataille de la Macta (Algérie).
Afin de protéger deux tribus qui refusent la domination d’Abd el Kader, le général Trézel et 2 500 hommes marchent vers Mascara, la capitale de l’émir. Ils sont attaqués dans les marais puis dans le défilé de la Macta par environ 10 000 hommes. À la suite de cette défaite qui coute 300 hommes aux Français (et 2 000 à Abd el Kader), le général Trézel est remplacé par le général d’Arlanges. Clauzel en devenant Gouverneur général de l’Algérie reprend l’action contre Abd el-Kader. Le général Trézel assume la responsabilité de cette défaite. Il a donné son nom à une petite ville de l’Oranais créée en 1894.

28 juin 1908 : tentative d’attentat de Hà Nội (Tonkin).
Les indépendantistes vietnamiens s’engagent dans la voie du terrorisme avec la tentative d’empoisonnement de la garnison française de la ville de Hà Nội. L’affaire fut jugée rapidement et avec sévérité (trois sous-officiers annamites sont condamnés à mort).

28 juin 1914 : attentat de Sarajevo (actuelle Bosnie-Herzégovine).
L’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand, héritier de l’empire austro-hongrois par Gavrilo Princip, provoque l’étincelle qui va déclencher la Première Guerre mondiale. Le matin même vers 10h15, l’archiduc et son épouse viennent d’échapper à un attentat à la bombe artisanale perpétré par un jeune typographe de 21 ans, nommé Cabrinovitch. François-Ferdinand se rend malgré tout à l’Hôtel de ville pour une réception en son honneur puis à l’issue décide d’aller réconforter les blessés de la première tentative d’assassinat. Le chauffeur de tête du cortège officiel n’ayant pas été prévenu de ce changement dans le programme, conserve l’itinéraire initial, que les 6 terroristes serbes postés en différents endroits sur le trajet ont pu étudier (grâce au journal !).

28 juin 1919 : traité de Versailles.
Cinq ans après l’attentat de Sarajevo, jour pour jour, les Alliés remodèlent la carte de l’Europe et imposent une paix que l’Allemagne vaincue considèrera comme un diktat. La signature a lieu dans cette même galerie des glaces du château de Versailles qui avait vu en 1871 le couronnement de l’empereur Guillaume Ier.

28 juin 1940 : naissance de la « France Libre ».
Le général de Gaulle est reconnu « Chef des Français Libres » par le gouvernement Britannique.

28 juin 1944 : élimination du ministre milicien Philippe Henriot 
« Secrétaire d’État à l’information et à la Propagande depuis janvier 1944, Philippe Henriot s’exprime  deux fois par jour sur « Radio-Paris ». Orateur et polémiste dont les joutes verbales avec radio-Londres sont écoutées par une grande partie des Français, y compris dans les milieux résistants, son éloquence et son pouvoir de propagande sont tels que le GPRF d’Alger le condamne à mort. Un commando, Charles Gonard (1921-2016) alias Morlot dans la Résistance, l’élimine dans sa chambre au siège du ministère. Un catafalque est dressé Place de l’hôtel de ville et la dépouille reçoit l’hommage de nombreux parisiens jusqu’au 2 juillet, date des obsèques. Les Allemands organisent une sanglante répression ». COL Pierre M-J.

28 juin 1989 : Milosevic annonce la reconquête du Kosovo.
À l’occasion de la commémoration du 600e anniversaire de la bataille du champ des merles, le président de la République de Serbie, Slobodan Milosevic, prononce un discours devant un million de Serbes, venus de toute la Serbie sur les lieux mêmes de la bataille à Kosovo Polje.
La foule est galvanisée par la reconquête de la province autonome (alors peuplée majoritairement d’albanophones) qu’évoque le leader serbe.




Chronique historique : 27 juin

27062019

27 juin 992 : bataille de Conquereuil (près de Nantes).

La Bretagne est un enjeu permanent pour le roi de France qui, par l’intermédiaire des comtes d’Anjou, cherche à s’en emparer. Le Breton Conan 1er prétendant dominer toute la Bretagne prépare un piège à l’approche des 3000 hommes du comte d’Anjou, Foulque Nerra. Il dissimule sous des fougères un long fossé derrière lequel ses troupes se replient. Elles défient les angevins qui, ne se doutant de rien tombent dans le piège et voient leur première ligne massacrée. Foulque Nerra ordonne la retraite. Les Bretons les poursuivent et s’apprêtent à remporter une belle victoire sur l’envahisseur lorsque Conan est tué. Selon les sources, le chef breton, soit à cause de la chaleur, soit par excès de confiance, quitte son armure et se fait tuer par des Angevins restés cachés suite à l’attaque angevine. La mort de Conan provoque un tel choc psychologique sur les Bretons qu’ils cessent leur poursuite et, démoralisés, perdent la bataille à l’issue de la contre-attaque de Foulque Nerra.

 27 juin 1693 : bataille de Lagos (au large du Portugal – Algarve)..

« Tourville reçoit mission d’intercepter le convoi de plusieurs centaines de bateaux qui transportent, une fois par an, de riches cargaisons de toute l’Europe du Nord depuis l’Angleterre vers Smyrne. L’amiral britannique Rooke, chargé de sa protection, n’a pas connaissance de la position de Tourville qui l’attend en baie de Lagos avec près de 100 navires. L’attaque puis la poursuite de la flotte éparpillée en Atlantique et en Méditerranée permettent la capture de plusieurs vaisseaux de ligne et la saisie, ou la perte, de 90 navires marchands. Le désastre financier qui s’ensuit provoque de nombreuses faillites à Londres ».

 27 juin 1743 : bataille de Dettingen (Bavière).

Lors de la guerre de succession d’Autriche, le combat bien engagé en Bavière contre Georges II d’Angleterre par le duc de Noailles tourne en sa défaveur, en raison de l’attaque prématurée du duc de Gramont, son neveu, commandant les Gardes françaises. Avec des pertes très supérieures, les troupes anglaises de Lords Stairs sont surprises de rester maîtresses du champ de bataille.

 27 juin 1858 : traité de Tien Sin (Chine).

Entraînée dans la 2e guerre de l’opium par la Grande Bretagne, la France signe le traité qui, après la prise des forts qui commandent l’embouchure du fleuve Bei He,  impose à la Chine l’établissement de concessions en différents lieux et l’ouverture au commerce. Mais l’empereur Xian Feng tient le traité pour lettre morte.

Un an plus tard, une force franco-britannique est repoussée à l’embouchure du Bai He, ouvrant les hostilités de la 3e guerre de l’opium qui se soldera par la prise du palais d’été à Pékin.

 27 juin 1917 : création du Royal Tanks Corps (Grande-Bretagne).  

Auparavant Heavy Branch Machine Gun Corps.  Cette nouvelle appellation consacre le terme de tank dans la sémantique militaire britannique. 

 27 juin 1977 : proclamation d’indépendance de Djibouti.

 27 juin 1991 : début de la guerre en Ex-Yougoslavie.

Unilatéralement, la Slovénie a déclaré son indépendance deux jours plus tôt. Les forces fédérales yougoslaves répliquent en attaquant les casernes des mutins, principalement issus de la Force Territoriale. Cette dernière résiste et pousse à la désertion les Slovènes servant dans l’armée fédérale. Les Fédéraux (en majorité serbes) se retirent dix jours plus tard de Slovénie sans intensifier les combats qui au final sont peu meurtriers. La grande homogénéité ethnique de la population slovène explique en grande partie pourquoi le conflit a été bref dans cette ancienne province yougoslave et n’a pas suscité le terrible acharnement qui aura lieu plus tard dans les Krajina (Croatie), en Bosnie-Herzégovine et au Kosovo.




chronique historique : 26 juin

26062019

26 juin 1683 : bombardement d’Alger.

Louis XIV ordonne à l’amiral Duquesne de bombarder le port d’Alger (à 2 reprises) afin de délivrer un message clair au Dey Hassan qui soutient la piraterie maritime en Méditerranée. Les puissances européennes, en conflit sur le continent, n’ont pas beaucoup de moyens à consacrer au contrôle de la Méditerranée si bien que les actes de piraterie finissent par coûter cher en hommes, navires et marchandises. Les Anglais bombardent Tripoli en 1675 incitant les pirates et corsaires à privilégier les cibles françaises.

En 1682, un navire français de la royale est capturé et son équipage vendu comme esclave. Le bombardement du port par Duquesne et ses galiotes à bombes (mortiers) permet de libérer des esclaves et d’entamer des pourparlers qui provoquent malheureusement une révolution de palais, laquelle ordonne… la reprise de la piraterie et l’exécution du consul français à Alger, le père Jean Le Vacher. Celui-ci est attaché devant la bouche du canon Baba-Merzoug qui le pulvérise. 16 autres français sont ainsi exécutés.

Le canon Baba-Merzoug ou la Consulaire est exposé depuis 1833 à l’arsenal de Brest. Une référence et un plaisir : Jacques Heers, Les Barbaresques, la course et la guerre en Méditerranée XIVe – XVIe siècle. Et pour une vision décalée mais restant intéressante : Peter Lamborn, Utopies pirates, Corsaires, maures et renegados.

 26 juin 1745 : prise de Cap Breton (actuel Canada).

L’île royale ou du Cap Breton est française depuis sa prise de possession par Jacques Cartier en 1534. Située à l’embouchure du Saint Laurent, dans des eaux poissonneuses et près de la Nouvelle Angleterre, l’île a une position stratégique qu’envient les Anglais. Après un siège de 6 semaines, Louisbourg, principal port de l’île, se rend aux Anglais.

 26 juin 1794 : bataille de Fleurus (Belgique actuelle).

Les Français battent les coalisés. Le 8 messidor an II, sur ce même champ de bataille de Fleurus, près de Charleroi, où, le duc de Luxembourg a écrasé les Hollandais le 1er juillet 1690, l’armée de Sambre et Meuse commandée par Jourdan résiste aux assauts des coalisés (Autriche, Angleterre, Hanovre) commandés par le prince de Saxe-Cobourg. La bataille a lieu toute la journée sous un soleil brûlant, et, par endroits, au milieu de véritables incendies, les moissons ayant pris feu. Après plusieurs assauts frontaux infructueux, les coalisés laissent à Jourdan le champ de bataille, qui a bénéficié des informations transmises grâce aux observations du capitaine Coutelle, embarqué à bord d’un ballon captif. L’armée française, à bout de forces et de munitions n’engage pas la poursuite. Le lendemain, les coalisés abandonnent la Belgique et battent en retraite. Les Autrichiens perdent définitivement le contrôle de cette région. Le corps expéditionnaire anglais est rembarqué.

 26 juin 1889 : création du poste de Bangui (actuelle Rep. Centrafricaine).

Avec 22 tirailleurs, Albert Dolisie, lieutenant-gouverneur du Congo fonde un poste qui va devenir la capitale de la Centrafrique.

 26 juin 1918 : fin des combats du Bois Belleau (Aisne).

La 4e brigade de Marines (2e US infantry division) a pris le Bois de Belleau après presque un mois de combats très meurtriers. C’est le combat fondateur du corps des US Marines, toujours célébré aujourd’hui.

 26 juin 1944 : libération de Cherbourg.

 26 juin 1945 : signature de la charte des Nations unies (États-Unis – San Francisco)

 26 juin 1948 : début du pont aérien (Berlin).

Les Soviétiques interdisent la libre circulation des biens et des marchandises entre les zones d’occupation alliées et Berlin pour sanctionner leur refus de se plier au régime d’occupation que Staline impose progressivement en Europe de l’Est. Les États-Unis déclenchent alors un gigantesque pont aérien qui va durer près d’un an et permettre à la partie Ouest de Berlin de survivre. Plus de 275 000 vols acheminent environ 2,5 millions de tonnes de marchandises  pendant le blocus de Berlin et évitent ainsi que les alliés de la veille ne s’affrontent directement. 15 ans plus tard, jour pour jour, le président Kennedy en visite commémorative à Berlin lance son fameux « Ich bin ein Berliner ».

 26 juin 1980 : Valéry Giscard d’Estaing annonce le développement de la bombe N.

Lors d’une conférence de presse le président Valéry Giscard d’Estaing rappelle qu’il a lancé en 1976 l’étude de faisabilité de la bombe à neutrons et qu’il engage maintenant le processus de développement après la réussite des essais. La bombe N entrait dans la panoplie des armes tactiques puis préstratégiques. L’annonce de VGE coïncide avec la décision de créer un lanceur stratégique mobile (système Hadès) qui viendrait remplacer le système Pluton.







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles