Semaine sabbatique

30062012

Du 2 juillet au 8 juillet, semaine sabbatique sur le GR3 entre Le-Marillais (49410) et l’Isle-Bouchard (37220).

Pour avoir des chances de me croiser, suivre les marques habituelles…de l’est vers l’ouest!Semaine sabbatique dans SOURIRE GR3-111x150

Grandes-Randonnees-GR3-300x300 dans TRADITIONBonne semaine à tous et à bientôt.




Cahier Cinquantenaire de l’EMIA

30052012

Cahier Cinquantenaire de l'EMIA dans ACTUALITE 176_COUV_HS-214x300Le cahier spécial sur le Cinquantenaire de l’EMIA (44 pages couleurs) est en cours de finalisation.

Vous pouvez consulter un extrait de la maquette en cliquant sur l’image ci-contre.

Ce cahier pourra être obtenu par 3 voies différentes:

  1. Les adhérents le recevront gratuitement avec la revue 177;
  2. Les non adhérents pourront contacter leur bureau promotion (certains bureaux ont commandé un volant d’exemplaires) qui leur fournira le document selon des modalités propres à chaque promotion (gratuitement ou à titre onéreux);
  3. Il est enfin possible de s’adresser au siège pour commander un exemplaire au prix de 7€.

ATTENTION, tirage limité et pas de réimpression prévue a priori.




Et par Sainte Barbe…

4122011

barbara.jpg4 décembre…les origines remontent à la surface.

Il n’y a pas que le Téléthon et les miss, il y a aussi les sapeurs, artilleurs et autres « manipulateurs » de feu.

Pas chauvin mais quand même: « Et par Sainte Barbe…vive la sape. »

Sainte Barbe aurait vécu au milieu du IIIe siècle à Héliopolis (aujourd’hui Baalbek au Liban) sous l’empereur Maximien.

Son père, Dioscore, aurait été un riche édile païen descendant de satrapes perses.

Pour protéger sa virginité ou la protéger du prosélytisme chrétien, il l’enferma dans une tour à deux fenêtres. Mais un prêtre chrétien, déguisé en médecin, s’introduisit dans la tour et la baptisa.Au retour d’un voyage de son père, Barbe lui apprit qu’elle avait percé une troisième fenêtre dans le mur de la tour pour représenter la Sainte Trinité et qu’elle était chrétienne. Furieux, le père mit le feu à la tour.Barbe réussit à s’enfuir, mais un berger découvrit sa cachette et avertit son père.Ce dernier la traîna devant le gouverneur romain de la province, qui la condamna au supplice. Comme la jeune fille refusait d’abjurer sa foi, le gouverneur ordonna au père de trancher lui-même la tête de sa fille.

Elle fut d’abord torturée : on lui brûla certaines partie du corps et on lui arracha les seins mais elle refusa toujours d’abjurer sa foi.

Dioscore la décapita mais fut aussitôt châtié par le Ciel : il mourut frappé par la foudre.

Quand les chrétiens vinrent demander le corps de la jeune martyre, ne voulant pas utiliser son prénom perse et ne pouvant pas se dévoiler en utilisant son prénom de baptême chrétien, ils ne purent en parler que comme « la jeune femme barbare », d’où le nom de sainte Barbara qui lui fut donné.

»

 




Heureusement…

4112011

sabresetcasos.jpg

…il reste ces moments forts pour ceux qui les vivent.

Ecoles de Saint-Cyr Coëtquidan, 5 novembre 2011 – 19h30.




130 ans déjà…ce n’est pas un bicentenaire, mais quand même!

8102011

creationeminfanterie.jpgLe 4 février 1881, le Président de la République, Jules Grévy, instaurait au sein de Saint-Maixent une nouvelle voie de formation en école des officiers: le recrutement interne.

Depuis cette date, les filières autres que saint-cyrienne se sont multipliées naissant et disparaissant au gré des besoins et des politiques RH. Aujourd’hui, l’EMIA représente la voie historique la plus représentative de cette volonté républicaine, tant par le nombre d’officiers formés que par les fonctions qu’ils ont occupées et occupent toujours. Les OAEA/S sont tout aussi illustratifs de cette promotion interne, fidèles comme leurs camarades à la devise de l’ENSOA: « S’élever par l’effort« . Il en est enfin de même de tous les autres recrutements issus du corps des sous-officiers (ou marginalement venant des militaires du rang) et formés dans nos écoles comme l’est par exemple une partie du CTA.

Une autre population s’agrège dorénavant à ces origines  internes « stricto sensu ». Il s’agit de celle des officiers contractuels. De recrutement direct  au plan statutaire car engagés au titre du corps des officiers, ils deviennent de recrutement interne lors de leur activation comme l’étaient les ORSA issus du contingent, mais qui eux se fondaient aux sous-officiers en rejoignant l’EMIA.

La conséquence de cette diversité, quand on la compare au « bloc » des Saint-Cyriens, est une absence d’identité commune spontanée rendant difficile toute fédération d’intérêts.

Pourtant, on constate qu’au delà de cette hétérogénéité de leurs origines ces officiers sont surtout liés par la nature de leur vocation. Vocation qui s’est révélée le plus souvent au cours de la première étape d’une vie professionnelle militaire ou civile. Vocation développée à partir d’une réalité vécue évitant idéalisme excessif et fantasmes. Ils ont aussi en commun une détermination à réussir que leur impose un parcours d’obstacles, certes choisi et accepté, mais qui s’avère être une véritable épreuve à handicap dont les règles se définissent souvent en cours de jeu et imposent des remises en question fréquentes.

Ces officiers que L’Epaulette a vocation à rassembler possèdent donc bien une identité commune née il y a maintenant 130 ans de la volonté de donner à la France un corps d’officiers représentatif des milieux sociaux, des aspirations et qualités de sa population.promocentenaire3.jpg

Aussi il serait réducteur de faire du 4 février, date anniversaire de cette création du recrutement interne sous sa forme contemporaine, la seule journée de tradition de l’Epaulette.

Ce jour appartient à tous nos officiers « non directs » et doit être l’occasion pour eux de manifester leur attachement aux valeurs de leurs origines.

L’Epaulette encouragera et soutiendra -à la hauteur de ses moyens- toute action allant dans le sens d’un ancrage du 4 février dans la tradition de nos armées.

Nul doute que la promotion du « Centenaire » (EMIA 1981-1982) aura, sous la férule de son secrétaire, à coeur de jouer un rôle particulier dans cette démarche non polémique (!)




Triomphe 2011: premières images (actualisé)

24072011

triomphe20111.jpg

De retour d’un « Triomphe » épargné par la pluie…

Prestations réglées « au cordeau » comme d’habitude. Présentations des promotions remarquables de qualité et de rigueur. Remise des prix, en présence du Ministre,  au cours de laquelle l’Epaulette aura encore distingué d’un sabre les majors EMIA, EAM-CTA, OSC des 3 filières (encadrement, spécialiste et pilote)… et d’une dague le major étranger (Togolais cette année) de l’EMIA.

Emotion assurée pendant la cérémonie de nuit avec le baptême de la « Bigeard » particulièrement « portée haut » par le discours du Ministre (Lorraine oblige!). insignebigeard.png

Un stand de l’Epaulette armé par une belle « brochette » d’officiers de nos origines et qui a bénéficié d’un bon taux de visite.

Bref un beau « Triomphe 2011″ qui dans la foulée du Cinquantenaire de l’EMIA aura marqué une grande année pour les recrutements internes et contractuels.

Un point gris (pas noir!): la présentation de l’Epaulette aux officiers du stage « Maison mère » et aux OSC du 4e bataillon de l’ESM. L’intervention en début d’après-midi du vendredi est peu efficace car elle intervient à un moment et dans un contexte peu favorables… A maintenir?

(Nota: le président n’étant pas présent au Triomphe pour faire un reportage photo, le court album joint n’a pas la prétention de couvrir l’ensemble des activités de la journée. Il se réduit à quelques coups d’oeil jetés ici et là dans des moments de disponibilité…)

Pas de droits sur l'album 238409



…et c’est bien arrivé!

15052011

emiafusion2.jpg

Merci les lieutenants (pour une fois les chefs sont récompensés en les personnes de leurs subordonnés!) pour la superbe journée que vous nous avez offerte hier.

Aujourd’hui les pendules sont enfin remises à l’heure: Légion d’honneur, discours « refondateurs » de notre école par le Ministre et le CEMAT. Il sera plus difficile de contester certains acquis et principes après ces « sacrements publics ».

Votre « boulot » maintenant est de ne plus oublier, comme vous l’a rappelé le CEMAT, que ces honneurs et hommages vous engagent plus encore que ceux qui vous les ont rendus.

Vos anciens ont confiance en vous…sans doutes et sans réserves.

Vos sections ou pelotons vous attendent déjà, ils auront la chance d’avoir des chefs comme vous après ce que vous nous avez montré hier.

Encore bravo et merci! 




Devoir de mémoire…C’est fait!

8052011

Mise à jour du 9 mai. Voir « Lire la suite…» » en fin d’article.

08mai20115.jpgSollicité cette fois encore par le maire de mon bourg pour représenter nos armées à l’occasion du 8 mai, j’ai obtenu (sans difficulté du fait de nos relations) de lire la liste des soldats français « Morts pour la France » en Afghanistan depuis 2010. Modeste pierre au devoir de mémoire qui nous occupe par ailleurs.

J’ai à cette occasion réalisé 3 images tirées au format A3 qui seront présentes sur le monument aux morts ainsi que dans la salle de la mairie à l’occasion du « pot » traditionnel. Cette idée peut être reprise là où vous vous trouverez et si votre capacité d’intervention vous le permet. En multipliant ces simples gestes on peut réveiller quelques consciences! Nos deux derniers morts viendront ainsi en contre-point des deux journalistes présents, eux, sur nos écrans depuis bientôt 500 jours.

C’est aussi là une des missions de l’Épaulette.

Je pense ma liste sans erreur mais l’ai limitée aux « Morts pour la France » ce qui la réduit de 2 unités (suicide et mort naturelle) par rapport aux statistiques que l’on peut trouver par ailleurs. La mention particulière de l’ADC Sarrazin tient au fait que c’est un sapeur de l’Ecole du Génie particulièrement connu localement.

08mai20111.jpg 08mai20112.jpg 08mai20113.jpg

Lire la suite… »







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles