Hésitations

1122012

Oui, j’ai vraiment hésité à mettre en ligne cette lettre du général CANN, rédigée en réaction à une prise de position du sénateur Fisher, elle-même consécutive au transfert des cendres du Général Bigeard à Fréjus.

D’une part cette lettre ouverte a largement circulé dans le cercle « mili », d’autre part j’essaye de ne pas faire de ce blog la caisse de résonance du « web ».

Son contenu m’a néanmoins décidé à franchir le pas pour deux raisons:

  • il éclaire les tensions toujours vivaces sur cette période de l’histoire récente, tensions inutilement ravivées par le vote du texte de loi sur le 19 mars (je rappelle que cette date anniversaire des accords d’Evian, a été retenue comme journée du souvenir des victimes des combats en Afrique du nord à l’issue d’un vote récent du Sénat);
  • il illustre la complexité du métier des armes et ses épreuves, et renvoie à leur réflexions (devrait au moins le faire!) ceux qui tentent d’en banaliser la nature et d’en minimiser la place.

En revanche, tout en comprenant la colère de l’auteur, inspirée par la passion, je reste réservé sur ce que je considère comme certaines dérives de contenu que je laisse à chacun le loisir d’identifier et de juger.




Uzbeen et jurisprudence ?

27112012

Uzbeen et jurisprudence ? dans ETHIQUE uzbeenAprès de multiples rebondissements judiciaires, le juge d’instruction Frédéric Digne, saisi d’une plainte avec constitution de partie civile pour mise en danger de la vie d’autrui et non empêchement de crime, enquête depuis le mois de mai 2012 sur des fautes éventuellement commises lors de l’embuscade d’Uzbeen survenue en août 2008 en Afghanistan.

Le ministre de la défense sortant, M. Longuet, s’était opposé à l’ouverture de cette enquête, estimant que « […] elle [cette décision] n’est ni dans la culture, ni dans la tradition juridique […] la conduite de la guerre est et doit rester l’affaire des militaires. »

 Cette prise de position reconnaissait qu’au cœur du métier militaire, il y a le fait que l’on expose sa vie et que l’on peut être amené à donner la mort. C’est une réalité qui éclaire l’engagement de tout militaire.

Les pertes ne sont jamais acceptables, la prise de risque l’est… Jusqu’à quand le sera-t-elle? Et après?




Trop peut devenir trop!

8112012

Trop peut devenir trop! dans HUMEURS germinalJ’ai comme beaucoup d’entre vous lu avec intérêt mais affligement l’article du Nouvel économiste intitulé: «Armée française: la ruine en héritage?».

Il trace un portrait si sombre que je me suis demandé où se situait l’intérêt de l’auteur. J’ai presque souri en lisant «Résultat : certains militaires, qui attendent le versement de leurs soldes, sont ruinés, interdits bancaires et sont obligés d’emprunter pour rembourser des crédits déjà contractés alors même qu’ils ne sont plus payés ! Dans les cas les plus extrêmes, leurs femmes divorcent pour acquérir un statut de femme seule et toucher des allocations.»

J’ai cru un instant relire Germinal!

Certes la situation n’est pas réjouissante, mais faut-il pour autant se flageller jusqu’à en perdre notre bon sens et le minimum de perspectives qui donnent l’envie d’avancer?

Notre esprit français nous pousse naturellement aux bons mots et à l’ironie parfois destructrice. Notre bouteille est souvent à moitié vide, rarement à moitié pleine.

J’en prends pour exemple deux citations entendues très récemment: « officiers Canada dry » pour désigner les brevetés « experts emploi des forces », « betteravisation » pour illustrer un repli sur le territoire national et ses camps de Champagne .

Faut-il aller jusqu’à ne plus voir que l’image qui cache la réalité?

Pensons d’abord à ceux qui ont vu s’envoler il y a quelques semaines leur seconde chance d’accéder au fameux brevet de l’École de Guerre. Beaucoup se contenteraient aujourd’hui d’un Canada dry à la place d’un bon alcool « voie commandement »; car ils n’auront ni l’un ni l’autre. Quant aux betteraves, notre génération y a passé le plus clair de son temps au point de dire -humour encore et odeur des raffineries toujours présente- que nous étions des spécialistes de la RCA (Région Champagne-Ardennes) pour nous replacer auprès de nos jeunes camarades auréolés d’OPEX. Et comble d’aveuglement et de prétention…nous n’avons pas de regrets, nous y avons construit de bons et beaux souvenirs et même acquis une certaine compétence!

Un devoir prémonitoire a été proposé par la Revue d’Études aux candidats à l’EDG 2013. J’invite ceux qui ont planché sur ce sujet à y revenir quelques instants et les autres à sacrifier un moment à la méditation:

«Depuis plusieurs années, d’après les instituts de sondage, le moral des Français ne cesse de se détériorer. A cet égard, Georges Bernanos a écrit dans l’un de ses ouvrages intitulé La liberté, pour quoi faire ? : « L’avenir est quelque chose qui se surmonte. On ne subit pas l’avenir, on le fait ».

Quel est votre sentiment sur cette assertion ? Faut-il, selon vous, avoir peur de l’avenir ? »

 

Clin d’oeil de l’actualité, alors que je venais de terminer ce billet et regardais mes emails…je découvre cette invitation de CEGOS!

 

NB: les curieux trouveront en page 53 du mémento version 7.4, accessible par le lien en haut de page de ce blog, des éléments de réflexion proposés par l’auteur en réponse au travail d’un candidat.




Point de vue d’administrateur

4112012

Point de vue d'administrateur dans ACTUALITE polish_army_afghanistan2

Un administrateur de l’Épaulette m’a adressé cet excellent billet concernant une autre vision de la politique de défense dans les périodes de contraintes budgétaires que nous traversons.

Je vous livre son commentaire ainsi que le texte mis en appui.

« Grenouillant » sur certains sites dédiés à la « chose militaire », j’ai trouvé cet article très récent cité en pièce jointe sur ACTU DÉFENSE, dont je me permets de recommander la lecture :  « Face à la crise, la Pologne parie sur la défense« .
A l’heure où le continent désarme et où, apprend-t-on dans l’article, la Commission du Livre blanc connait des débats difficiles et alors que l’Épaulette a enfourché le cheval  de la sensibilisation à ce sujet, il m’ a semblé intéressant de porter à votre connaissance cet article qu’on trouverait presque étonnant, tant ce qu’il décrit va à rebours des schémas mentaux en vigueur dans notre pays.
Outre l’intérêt de défense en lui-même que représente une hausse du budget militaire, l’aspect économique, souvent passé sous silence, ou en tous cas, minoré, mérite aussi attention. Ainsi, en France, j’ai appris aux Journées des présidents des officiers, dont je vais tout prochainement vous envoyer un compte-rendu, que l’armée de Terre fait travailler en tout, 400 000 emplois.
Un colonel tchèque, adjoint au chef de la chaire de stratégie de l’Académie militaire de Brno, faisait observer, lorsque j’étais stagiaire du Cours supérieur interarmées de l’EMA tchèque, qu’une alliance militaire ne vaut que par la qualité des armées qui la composent. C’est la raison pour laquelle Moscou veillait à ce que les armées des « pays satellites » du  Pacte, fussent suffisamment équipées et entraînées.
Or, la baisse régulière et continue des montants des budgets aboutissent à une alliance « à trous ».

La Pologne nous donne ici un remarquable exemple de volontarisme et, vu de France, de posture… politiquement… incorrecte…« 




Séquence souvenirs

30102012

Séquence souvenirs dans HUMEURS souvenir1-300x199En rangeant ce matin quelques archives militaires, j’ai bien évidemment succombé à un feuilletage coupable: « Souvenir » (EMIA 72), DA, CPOS, DEM, 101 promo ESG. Images et dessins parfois excellents, souvent maladroits nous rappellent un passé joyeux qui, au fil du temps et des albums, s’émaille de la mémoire de nos camarades disparus.

Dans les traces encore fraîches, j’ai retrouvé le dernier bulletin de notre promotion sœur, la Cyr  « De Gaulle », avec laquelle nous entretenons des liens privilégiés.

Les statistiques qui y figurent sont éloquentes et doivent amener à réfléchir ceux qui se placent en victimes expiatoires des évolutions (je devrais dire « régressions ») du moment.

Aujourd’hui tout le monde souffre et ce n’est pas fini: les OSC (voir précédent billet), les IA, mais aussi les OAEA, CTA… enfin nos camarades de Cyr. Explication.

Nos deux promotions sorties de Coët en 1972 comportaient 196 et 207 officiers (Cyr et EMIA), officiers étrangers compris. Au bilan 62 officiers généraux (dont étrangers?) pour la « De Gaulle » et 8 pour la « Souvenir ».

L’ordre de grandeur est à retenir: 32% de la promotion de Cyr a terminé comme OG  et 4% de celle de l’IA.

Aujourd’hui, faites les comptes avec des promotions de directs à 150-160, des IA à 90-95 et 18 à 20 généraux par an (dont peut-être 2 à 3 semi-directs!): Cyr 11%, IA 2%. Je n’ai pas ici intégré la population de nos OSC sur laquelle il n’y a pas de visibilité à cette échéance de carrière.

J’aurais certainement ma place à la DRHAT pour expliquer qu’alors que les promotions de directs ont vu leur nombre de généraux baisser de 64%, les promotions de l’EMIA n’ont subi une déflation que de 50%. Mais ceux qui connaissent la magie des nombres savent que les pourcentages sont trompeurs!

Quoi qu’il en soit, il faut aujourd’hui serrer nos rangs, sans esprit de chapelle, car le malheur des uns ne fera pas cette fois encore le bonheur des autres!




Convergence

26102012

Convergence dans HUMEURS irastorzaIl est simple en ces temps d’aller dans le sens de l’histoire tant les pressions  sont fortes et leurs conséquences malheureusement prévisibles.

Plusieurs éléments montrent cette convergence des préoccupations:

  1. L’Épaulette vient d’adresser aux parlementaires de l’Assemblée une lettre de « vœux » dont vous avez découvert l’essentiel du contenu dans un billet récent. Je le rappelle, nous y attirons l’attention de nos élus sur les effets cumulatifs de la banalisation du « métier des armes » et de la baisse des moyens.
  2. Lors de notre dernier conseil d’administration d’octobre, nous avons arrêté le thème de la table ronde de l’assemblée générale de février 2013: « …Dans ce cadre budgétaire contraignant, n’est-on pas en train de minimiser les risques pour légitimer une fois encore le principe de « juste suffisance » de nos moyens de sécurité et de défense au lieu de « revisiter nos ambitions » (CEMA -10 oct. 2012 – Ass. Nat.)?
  3. Enfin, je reçois ce jour, via le réseau de nos promotions, le texte de la dernière conférence prononcée par le GA (2S) Elrik Irastorza, notre précédent CEMAT, le 18 octobre dernier.

Étranges coïncidences ou faisceau d’indices qu’il est temps de prendre en compte?

Pendant combien de temps encore devrons-nous tout accepter avec une abnégation qui, à terme, pourrait faire de nous des coupables?

Certes, poser les questions ne les résout pas…Mais il faut bien commencer par là!




Grrrrrr !

9102012

En complément du billet précédent, l’Épaulette considère que la « judiciarisation » des actions de combat n’est qu’une conséquence d’un problème plus vaste: la banalisation du « métier des armes ». Aussi, sans attendre les réactions du comité d’entente, auxquelles elle s’associera cependant, elle adressera dès le 10 octobre un courrier personnel aux parlementaires des commissions ad hoc.

Les points clefs de cette correspondance figurent ci-après. Lire la suite… »




Chiche! (actualisé)

4102012

Chiche! (actualisé) dans ACTUALITE affiche-LBDSN-213x300Cette ouverture faite par notre Ministre ne doit pas rester lettre morte.

Je vous invite à réagir directement via le site indiqué sur l’affiche, si vous avez accès à INTRADEF:  http://portail-livre-blanc.intradef.gouv.fr  ou à me faire parvenir vos remarques, commentaires et suggestions sur ce thème du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale (LBDSN).

Dans ce dernier cas un document de synthèse ou une simple compilation sera adressée au nom de l’Épaulette.

Vous pourrez utilement vous reporter au document préparatoire diffusé par le SGDN , diffusé en début d’année et qui définit le cadre retenu et quelques orientations majeures du futur LBDSN.

Vous retrouverez ici le texte (hors cartes annexées) du LBDSN 2008

Enfin, la commission du LBDSN a ouvert un portail public, accessible à tous et permettant de poster des contributions personnelles.

Lors de son audition par les sénateurs en octobre 2011, le CEMA avait éclairé avec sa « percussion » habituelle les enjeux à venir: « …S’agissant des priorités, je n’ai qu’une réponse : donnez-moi le niveau de vos ambitions et je vous indiquerai les moyens nécessaires pour les atteindre. Aujourd’hui notre outil de défense confère à la France une forte crédibilité sur la scène internationale. Nous disposons d’un droit de véto au Conseil de sécurité de l’Onu. Nous sommes la sixième puissance économique mondiale. Le maintien de cette crédibilité a un coût, mais en dernier ressort il appartient au peuple dont vous êtes les représentants de définir les priorités et les ambitions de la France. A ces ambitions correspondent un format et des capacités. La question au fond est : voulons-nous continuer de jouer en première division ou pas ? »

Bonne réflexion!







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles