Chronique Historique: 10 Déc

10122018

10 décembre : Notre-Dame de Lorette, patronne de l’aviation. La légende dit que la Sainte Maison de Joseph, Marie et Jésus vola à travers les airs, portée par les anges, de Galilée jusqu’en Italie en traversant ce qui est aujourd’hui l’ex-Yougoslavie. Notre-Dame de Lorette semblait donc tout indiquée pour devenir patronne de tous ceux qui travaillent dans l’aviation. Cette décision fut officiellement approuvée par un décret de la Congrégation Pontificale pour les Sacrements du 24 mars 1920 (source Diocèse aux Armées). Saint Joseph de Cupertino est lui aussi le saint patron de l’aviation.

10 décembre 1260 : bataille de Homs (actuelle Syrie). Huleghu, petit-fils de Gengis Khan, est battu par Baybars et ses Mamelouks. 

10 décembre 1710 : bataille de Villaviciosa. (Espagne). Durant la guerre de succession d’Espagne, envoyé par Louis XIV au secours de son petit-fils Philippe V d’Espagne, le Duc de Vendôme défait une armée anglo-autrichienne venue en renfort des forces de Stanhope, battues la veille à Brihuega et redonne confiance à la nation espagnole.

10 décembre 1941 : destruction de la force Z (au large de Singapour). Apprenant l’attaque surprise de Pearl Harbour, la flotte britannique en Malaisie (force Z) appareille pour attaquer les Japonais suspectés de vouloir débarquer à Kuantan (Malaisie). L’amiral Philipps ne dispose d’aucun appui aérien mais estime en accord avec ses officiers qu’il vaut mieux surprendre l’ennemi en plein débarquement plutôt que de l’attendre. La flotte japonaise n’a d’ailleurs pas de porte-avions. Pourtant la tentative de surprise échoue et c’est l’inverse qui se produit : un hydravion et un sous-marin japonais repèrent les deux bateaux anglais, le cuirassé HMS Prince of Walse et le croiseur de bataille HMS Repulse. Alerté, le contre-amiral Matsunaga fait décoller depuis les bases occupées en Indochine une cinquantaine de bombardiers qui une fois sur leurs cibles ne disposent que de quelques minutes d’autonomie pour les bombarder. L’amiral Philipps coule avec sa flotte. Avant de sombrer à bord du Prince of Wales, il a tout de même réussi à éviter 17 torpilles… La voie vers Singapour est ouverte pour les Japonais et le Pacifique, libre de toutes marines alliées.

10 décembre 1944 : signature du traité d’alliance et d’assistance franco-soviétique (Moscou). De Gaulle, président du GPRF (gouvernement provisoire de la République française) signe avec Staline un traité principalement dirigé contre l’ennemi commun, l’Allemagne, qu’il faut abattre puis qu’il faudra surveiller. La veille, le général de Gaulle a visité les blessés du Normandie-Niemen et remis la Croix de la Libération au régiment.

 

Destruction de la force Z




Chronique Historique:07 Déc

10122018

7 décembre : Saint Ambroise, patron du corps technique et administratif (CTA). Sage administrateur de la ville de Milan dont il devient évêque au IVème siècle, Saint Ambroise est docteur de l’Eglise. Réputé pour ses qualités de pédagogue, de défenseur des lois et de l’Eglise, il a été choisi comme Saint patron du CTA.

7 décembre 1815 : exécution du Maréchal Ney (Paris). Un rassemblement important étant signalé sur le lieu traditionnel des exécutions (plaine de Grenelle), le « braves des braves » est exécuté rue de l’observatoire, pour éviter tout dérapage populaire.

7 décembre 1841 : création de 3 bataillons de tirailleurs indigènes (Algérie). Les futurs tirailleurs algériens sont créés par une ordonnance royale.

7 décembre 1895 : Les Ethiopiens infligent une défaite aux Italiens à Ambia Alagi (Abyssinie). Durant la première guerre italo-éthiopienne, 2500 soldats italiens et érythréens sont battus par les 20 000 hommes de Makonen, le père du futur Hailé Sélassié. Quelques semaines plus tard, les Italiens sont à nouveau défaits à Mekele puis Adoua. Ces revers inattendus vont alimenter le désir de revanche italien qui peut aussi expliquer pour partie la montée en puissance de Mussolini.

7 décembre 1936 : disparition en mer de Jean Mermoz à bord du « Croix-du-Sud ». Après une courte carrière dans l’aviation militaire, il acquiert ses lettres de noblesse dans l’aéropostale avec la traversée des Andes, en juillet 1929, et celle de l’Atlantique Sud sans escale avec le même avion en mai 1930. Il est l’auteur de Mes vols.

7 décembre 1941 : attaque surprise japonaise du port de Pearl Harbour (Hawaï). La flotte de l’amiral Yamamoto détruit en deux heures les trois quarts de la flotte américaine basée à Hawaï, sauf trois porte-avions, en mer, au moment de l’attaque. 2400 marins périssent sous les bombes japonaises. L’indignation dans l’opinion publique américaine est telle que le président Roosevelt n’a aucune peine à faire entrer officiellement en guerre les États-Unis qui jusque-là refusaient de s’impliquer dans le conflit mondial grandissant.

7 décembre 1942 : opération Frankton (Estuaire de la Gironde). Voulant gêner les échanges maritimes entre le Japon et le Reich, Churchill demande qu’une opération soit montée contre le port de Bordeaux d’où part le commerce armes contre caoûtchouc. Lord Mountbatten, chef des opérations combinées, fait préparer une opération commando. Le sous-marin HMS Tuna débarque près de l’estuaire de la Gironde 10 Royal Marines qui remontent l’estuaire à bord de 5 kayaks pour aller poser des charges explosives sur les bateaux à quai. Le 11 décembre, 6 cargos et forceurs de blocus sont gravement endommagés par les explosions. Seuls, 2 commandos survivent et rejoignent la Grande-Bretagne avec l’aide de la Résistance. Les 8 autres périssent : 2 noyés, 6 fusillés après dénonciation et arrestation et ce malgré leurs uniformes empêchant de les confondre avec des terroristes. L’un des deux survivants est le chef du commando, le major Asler, surnommé « Blondie ». Il fait partie de ceux qui organisent en 1960 la première transatlantique en solitaire à la voile, Plymouth-Newport. Il y prend part à la première édition remportée par Sir Francis Chichester. La seconde, en 1964, est remportée par un certain Eric Tabarly. Lire le livre d’André Voisin, L’Odyssée du Commando Frankton, (réédition 2011).

 

 

 

 

Pearl Harbour.

 




Chronique Historique : 06 Déc

10122018



Chronique Historique: 05 Dec

5122018

5 décembre 1804 : la distribution des Aigles. Trois jours après son sacre, Napoléon fait distribuer aux unités, les nouveaux emblèmes de l’armée française. L’épisode de la distribution des aigles est illustré par la célèbre toile du peintre David (par ailleurs organisateur de la célébration du sacre).

5 décembre 1854 : le capitaine Faidherbe est nommé gouverneur du Sénégal et dépendances. Le Maroc a eu Lyautey. Le Sénégal a eu Faidherbe. Les Toucouleurs le surnomme « l’homme aux quatre yeux et à la grosse moustache ».

5 decembre 1893 : en route vers Tombouctou . Après avoir remonté le Niger avec une flottille de chalands, le lieutenant de vaisseau Boiteux s’apprête à pénètrer dans Tombouctou.

5 décembre 1941 : Moscou sauvée. Hitler ordonne l’arrêt de l’offensive vers Moscou, en raison des conditions climatiques, alors que les reconnaissances sont à 20km du Kremlin. La contre-attaque de l’armée rouge repousse la Wehrmacht de près de 100 km.

5 décembre 1945 : reconquête de Bane Mai Thouat (Indochine). Après de furieux combats, le 5e RIC (régiment d’infanterie coloniale) reprend la ville des hauts plateaux. En deux mois, les principaux centres urbains de la Cochinchine ont été reconquis par la 2e Division Blindée, précurseur du CEFEO (corps expéditionnaire français en Extrême-Orient).

5 décembre 1946 : le U 2326 disparait en Méditerranée (au large de Toulon). Sous-marin de construction allemande (type XXIII), le U 2326 a été cédé à la France (février 1946) par le Royaume-Uni qui l’avait lui-même reçu d’une reddition allemande.  Commandé par le lieutenant de vaisseau Avon, il effectue une période de tests concluant malgré l’absence de plans détaillés permettant d’en connaître parfaitement les capacités. Lors d’un exercice de plongée profonde, il est porté disparu à 20h00 avec 19 hommes à bord. Son épave n’a toujours pas été retrouvée.

5 décembre 2013 : début de l’opération Sangaris (République Centrafricaine).

Par la résolution 2127, le Conseil de sécurité de l’ONU permet, à l’unanimité, l’intervention de la MISCA (mission internationale de soutien à la Centrafrique) appuyée par les forces françaises. Le soir même l’opération Sangaris est déclenchée. Le but est de “rétablir la sécurité et l’ordre public, de stabiliser le pays pour créer les conditions propices à la fourniture d’une aide humanitaire aux populations en ayant besoin”.

L’opération prend fin le 31 octobre 2016 et a coûté la vie à 3 soldats français.

 

 




Chronique historique : 4 décembre

4122018

ERRATUM pour les :

1er  décembre 1870 : début de la bataille de Loigny. le général de Sonis ne meurt pas à Loigny (comme l’a corrigé la Chronique du 02/12 sur Face Book).

A la tête du 17e Corps d’armée de la Loire, de Sonis est grièvement blessé lors du combat et passe la nuit sur le champ de bataille enneigé à réconforter ses hommes blessés autour de lui. A l’issue des combats, il est amputé de la jambe gauche. Il termine sa carrière au ministère de la Guerre à Paris où il meurt le 15 août 1887.

3 décembre 1963 : création de l’ONM. Le général de Gaulle crée l’Ordre National du Mérite.

L’ONM est le second ordre national derrière la Légion d’honneur (1802). La Médaille Militaire (1852) n’est pas un ordre national mais la Grande Chancellerie lui accorde une valeur morale qui fait qu’elle se porte entre la Légion d’honneur et l’Ordre National du Mérite l’Ordre de la Libération (1940). Ce dernier n’est plus décerné depuis 1946.

Merci aux nombreux lecteurs !

 4 décembre: Sainte Barbe, patronne des artilleurs, canonniers marins, sapeurs, sapeur-pompiers, essenciers et pyrotechniciens. Bref, tous ceux qui sont amenés à « manier » le feu. Le 4 décembre est traditionnellement une journée très animée dans toutes les unités du génie et de l’artillerie.

 4 décembre 1370 : bataille de Pontvallain (ancien Maine, actuelle Sarthe). Du Guesclin bat les Anglais et libère ainsi le Maine. Il surprend les Anglais en attaquant par surprise et après une marche d’approche à pied. Se distinguent particulièrement Olivier de Clisson et Jean de Laval.

 4 décembre 1642 : mort de Richelieu (Paris). Bâtisseur de l’État, véritable fondateur de la Marine, inventeur de l’Académie française, la France en général et Louis XIII en particuliers doivent beaucoup au Cardinal Duc. Brillant et retors, il est à la fois admiré et haï. Louis XIII apprenant sa mort : « C’est un grand politique de moins ». Corneille : « Qu’on parle mal ou bien du fameux cardinal, ma prose ni mes vers n’en diront jamais rien, il a trop fait de mal pour en dire du bien, il a trop fait de bien pour en dire du mal ».  Mais aussi : « Véritable fondateur de la marine que la France n’avait jamais eue avant lui. Il fut sans doute le premier homme d’État français à comprendre l’importance de la puissance navale et donc la nécessité d’avoir une marine de guerre qu’il s’employa à organiser » (E. Taillemite). Pour redécouvrir le cardinal de Richelieu, lire la biographie d’Arnaud Teyssier, Richelieu, l’aigle et la colombe.

 4 décembre 1808 : reddition de Madrid. Napoléon entre dans Madrid. Il abolit les droits féodaux et l’Inquisition (créée en 1478).

 4 décembre 1914 : Apollinaire s’engage dans l’armée. Figure surprenante et attachante de la poésie française, Wilhelm Apolinary de Kostrowicki est né à Rome d’une mère française (d’origine russe) et d’un père italien (officier). D’une très grande créativité, il est probablement à l’origine de nombreux courants artistiques avant-gardistes (cubisme, surréalisme…). Désireux de combattre pour la France, il demande sa naturalisation et s’engage dans l’artillerie. Il est blessé par un éclat d’obus à la tempe au bois des Buttes (près du Chemin des Dames) le 17 mars 1916. Affaibli, il meurt des suites de la grippe espagnole le 9 novembre 1918 et est enterré le 11 novembre.

 4 décembre 1914 : affaire du 298ème RI. « Les 6 soldats du 298ème RI, faussement accusés d’abandon de poste devant l’ennemi sur le plateau de Vingré et condamnés à mort au terme d’un procès inique, sont fusillés. Ils sont réhabilités par la cour de cassation en Janvier 1921 et déclarés « morts pour la France » le 4 février suivant ».

 4 décembre 1977 : Bokassa, empereur (République centrafricaine – Bangui). Jean-Bedel Bokassa, au pouvoir depuis le 31 décembre 1965, s’autoproclame Empereur de la République Centrafricaine, sous le nom de Bokassa 1er. Bokassa a combattu au sein des FFL, en Indochine et Algérie et terminé sa carrière comme capitaine des Troupes de Marine.

 4 décembre 2011 : un drone américain RQ-170 contraint de se poser en Iran. Le drone furtif opérant pour le compte de la CIA  à 200 km à l’intérieur de l’Iran tombe pour une raison encore inconnue entre les mains des Iraniens. Issu d’une technologie de pointe (utilisée pour le bombardier B-2) le RQ-170 couterait 6 millions de dollars pièce. Panne fatale selon les américains, prise de contrôle à distance selon les Iraniens, sa capture représente un coup dur. Le RQ 170 est  aussi baptisé « la bête de Kandahar ».




Chronique historique : 3 novembre

3122018

3 décembre 1800 : bataille de Hohenlinden (Allemagne).

Grace à la retraite simulée du général Grenier, le général Moreau attire les Austro-Bavarois vers Hohenlinden où ses forces sont concentrées. Les coalisés donnent dans le piège et attaquent le centre de l’armée française commandé par Ney et Grouchy pendant que le général Richepanse avec l’aile droite déborde discrètement par la forêt. Pris à revers, l’ennemi se débande.

3 décembre 1805 : Napoléon félicite son armée après l’éclatante victoire d’Austerlitz.

« Soldats, je suis content de vous ! ». Vous avez à la journée d’Austerlitz, justifié tout ce que j’attendais de votre intrépidité ; vous avez décoré vos aigles d’une immortelle gloire. Une armée de cent mille hommes, commandée par les empereurs de Russie et d’Autriche, a été, en moins de quatre heures, ou coupée ou dispersée. Ce qui a échappé à votre fer s’est noyé dans les lacs. il vous suffira de dire « J’étais à la bataille d’Austerlitz », pour que l’on réponde, « Voilà un brave ».

3 décembre 1857 : naissance de Joseph Conrad (Berditchev – Ukraine). De son vrai nom, Teodor Josef Konrad Korzeniowski. Après avoir fait ses débuts en tant que mousse à Marseille, il est capitaine de la marine marchande britannique pendant 16 ans. Conrad se met tardivement à l’écriture de romans, inspirés de son expérience aux quatre coins du monde et ne rencontre curieusement le succès qu’encore plus tardivement. Maîtrisant parfaitement le Français, il choisit d’écrire en Anglais pour honorer le pays dans lequel il s’est installé et qui peut aujourd’hui revendiquer à ce titre l’un des plus grands écrivains du XXème siècle. Son parcours de jeunesse aventureux, ses multiples commandements à la mer et ses contacts avec de nombreuses cultures ont probablement contribué à faire de lui un expert des tréfonds de l’âme humaine : La lecture de Lord Jim n’est pas réservée qu’aux marins, elle pourrait même être conseillée en écoles de formation initiale. Lire aussi Au cœur des ténèbres (qui a inspiré le film Apocalypse now), les Duellistes (qui a été mis en scène par Ridley Scott), l’Agent secret et Nostromo.

 3 décembre 1917 : lancement du Liberty « Les gouvernements Américain, Britannique et Français concluent un accord afin de produire en coopération le premier char lourd : le Mark VIII ou Liberty. Dernière mouture de la génération des Marks britanniques, armé de deux canons de 6 pounds et de mitrailleuses, il devait peser 38 tonnes. Assemblés dans une usine de Châteauroux, les superstructures sont anglaises tandis que les châssis et les moteurs proviennent des États-Unis. La fin de la guerre met fin à ce projet et seuls quelques exemplaires voient le jour à titre d’expérimentation ». CNE J-B P.

 3 décembre 1951 : Julien Gracq refuse le Goncourt. Lucien Poirier (son vrai nom) refuse le prix que l’académie Goncourt souhaite lui remettre pour le Rivage des Syrtes. Le lieutenant Poirier était chef de section au 137ème RI durant la Campagne de France. Prisonnier du 2 juin 1940 au 2 février 1941. Ses Manuscrits de guerre publiés en 2011 (4 ans après sa mort) le montrent sous un angle inhabituel, lui qui, jusqu’en 1997 était présenté comme le dernier grand écrivain français vivant.

 3 décembre 1952 : victoire à Na San (Indochine). Le camp retranché en pays Thai, créé par le général Gilles autour de l’aérodrome de Son La pour empêcher toute percée du viêt minh au Laos, subit plusieurs assauts des divisions de Giap (30 000 VM) entre le 23 novembre et le 2 décembre 1952. La forte attrition infligée à l’adversaire (3000 VM contre moins de 50 défenseurs !) démontre le succès du concept de la double ceinture de points d’appuis ou de la défense en « hérisson ». A noter aussi : le général Salan écrit dans ses mémoires que la bataille de Na San aurait été perdue sans l’aide de l’aviation (pont logistique aérien, appui au sol). L’artillerie a tout de même tiré en une seule nuit 5600 coups (éclairée il est vrai par les Dakota Luciole). 

3 décembre 1963 : création de l’ONM. Le général de Gaulle crée l’Ordre National du Mérite. L’ONM est le second ordre national derrière la Légion d’honneur (1802). La Médaille Militaire (1852) n’est pas un ordre national mais la Grande Chancellerie lui accorde une valeur morale qui fait qu’elle se porte entre la Légion d’honneur et l’Ordre de la Libération (1940). Ce dernier n’est plus décerné depuis 1946.

 3 décembre 1989 : fin de la guerre froide (Malte). Bush et Gorbatchev se rencontrent successivement à bord de navires US et soviétique et entérinent la fin de la guerre froide, suite à la chute du mur de Berlin.

 3 décembre 1996 : attentat à la station Port Royal (Paris 5ème). Une bombe artisanale mais de forte puissance tue 4 passagers et en blesse 170 autres. Probablement perpétré par le GIA, cet attentat vise initialement la station Saint Michel où 18 mois plus tôt une explosion a tué 8 autres personnes.




Chronique historique : 1 décembre

3122018

1er  décembre : Saint Eloi.

Patron du Matériel et des mécaniciens. Né en 588 près de Limoges, Eloi est un orfèvre au service du roi qui entre dans les ordres et finit à la fois évêque et trésorier du roi Dagobert. Son nom, resté populaire, rappelle une vie de travail, de vertu et de services rendus à l’humanité et aux arts. Intègre, travailleur et grand organisateur, il est le confident et conseiller efficace du célèbre roi Dagobert. Le roi le charge d’importantes négociations et l’envoie en 636 auprès du Duc de Bretagne, Judicaël, qui s’est révolté et a pris le titre de roi. Eloi a un tel ascendant sur l’esprit du prince breton, qu’il l’amène à faire sa soumission. Doué pour les arts, attentif aux besoins des pauvres comme au service de l’État encore à créer, Eloi  a été choisi comme saint patron par les mécaniciens (Terre, Air, Mer) et bien entendu les orfèvres et d’une manière générale ceux qui travaillent le fer.

1er  décembre 1805 : Napoléon visite les bivouacs de ses troupes avant la bataille d’Austerlitz.

1er  décembre 1870 : début de la bataille de Loigny (Eure-et-Loir).

Le général de Paladines est vaincu par von Mecklembourg. C’est lors de cette bataille que le général de Sonis meurt héroïquement en chargeant l’ennemi à la tête de 800 volontaires de son XVIIe Corps afin de permettre au reste de l’armée de décrocher.

1er  décembre 1914 : Stefan Zweig est affecté au service des archives de guerre (Vienne).  

Après avoir effectué ses classes à Klosterneuburg, il rejoint la Stiftskaserne de Vienne.

 1er décembre 1915 : Joffre, généralissime.

« Commandant en chef des armées du Nord et du Nord-Est, il devient généralissime des armées françaises, ce qui subordonne au GQG les fronts d’Orient et accroit son influence vis-à-vis des Alliés ». LCL Rémy. P. 

1er  décembre 1916 : assassinat de Charles de Foucauld (Tamanrasset).

Officier Saint-Cyrien, il débute dans la cavalerie et est très vite connu pour son indiscipline et sa vie dissolue qui lui valent de nombreuses punitions. Les combats en Tunisie le font murir et il devient un chef estimé. Préférant voyager à sa guise, il démissionne et explore clandestinement les régions inconnues et dangereuses du Maroc devenant un expert de la zone. Il retrouve la foi, entre dans les ordres chez les moines trappistes, se fait ermite puis devient prêtre. Lorsqu’il est assassiné devant son ermitage, il est déjà devenu une légende. Auteur du premier dictionnaire Franco-touareg. Jean-Paul II le déclare « vénérable » en 2001, Benoit XVI, le béatifie en 2005. Pour l’anecdote, Charles de Foucauld était un élève de l’école Sainte-Geneviève, aujourd’hui située à Versailles, mais à l’époque sur la montagne Ste Geneviève, à Paris.

 1er décembre 1918 : création de la Yougoslavie.

Suite à l’effondrement des empires austro-hongrois et ottomans le royaume des Serbes, Croates et Slovènes est créé ainsi que la Roumanie.

 1er décembre 1959 : signature du Traité sur l’Antarctique.

Entré en vigueur le 23 juin 1961. 42 États parties. Il interdit le déploiement et les essais d’armes de toutes sortes, y compris d’armes nucléaires, dans l’Antarctique. Sont également interdites toutes mesures de caractère militaire comme l’établissement de bases militaires, ainsi que toute explosion nucléaire et l’élimination de déchets radioactifs dans cette région.

1er décembre 1961 : création du premier Régiment du Service Militaire Adapté (Martinique) « On n’inscrira jamais sur votre drapeau de noms de victoires, mais il est d’autres victoires que l’on gagne contre la misère et le sous-développement ».  Général Jean Nemo.

 1er  décembre 1971 : mise en service du SNLE Le Redoutable. A son admission au service actif, le premier sous-marin lanceur d’engins français est équipé de 16 missiles balistiques M1, puis M2 à partir de 1974, puis de missiles M20 comportant chacun une tête nucléaire d’une mégatonne. Retiré du service actif le 13 décembre 1991.




Chronique historique : 30 novembre

3122018

30 novembre 1700 : bataille de Narva (Estonie actuelle). Les Suédois, bien qu’en infériorité numérique, écrasent les Russes en profitant d’une tempête de neige soufflant par chance dans l’axe de leur attaque.

 30 novembre 1750 : mort du maréchal de Saxe (Chambord). Le chef de guerre le plus habile de Louis XV.

 30 novembre 1789 : la Corse devient officiellement française par décret de l’Assemblée nationale. Deux mois plus tard, le 15 janvier 1790, la Corse devient un département avec Bastia comme chef-lieu et siège de l’unique évêché. L’île de Beauté avait été rachetée par Louis XV aux Génois en 1768.

 30 novembre 1807 : la Grande Armée entre dans Lisbonne.

 30 novembre 1808 : combat de Somosierra (Espagne). En route vers Madrid pour effacer l’affront de la capitulation de Baylen, l’armée française est arrêtée dans le défilé de Somosierra par le tir de quatre batteries de canons que défendent quelques 8 000 hommes. Après plusieurs tentatives de débordement infructueuses, Napoléon envoie les 150 chevau-légers Polonais qui constituent ce jour-là son escadron de service. Pour leur baptême du feu, les lanciers forcent le passage jusqu’au col, bientôt soutenus par un deuxième escadron de lanciers et les chasseurs à cheval de la Garde, au prix de 57 des leurs. La route de Madrid est ouverte. En 1936, durant la guerre civile espagnole, une autre bataille aura lieu au même endroit : Somosierra est un des rares passages dans le massif de Guadarrama (culminant à 2430 mètres) qui barre dans son centre l’Espagne, juste au Nord de Madrid. C’est une des principales défenses naturelles de la capitale.

 30 novembre 1840 : la Belle poule accoste à Cherbourg. Le Prince de Joinville, fils du roi Louis-Philippe, est de retour de l’île de Sainte Hélène où il est parti chercher les restes de l’empereur.

 30 novembre 1853 : bataille de Sinope (actuelle Turquie – côte de Mer Noire). Bataille navale russo-turque qui déclenche la guerre de Crimée et voit la victoire de la flotte russe venue bombarder les Ottomans à l’intérieur du port de Sinope. C’est l’une des dernières batailles navales de la marine à voile. Seuls quelques unités étaient à vapeur notamment dans la flotte russe du Tsar Nicolas 1er. En revanche, la marine russe a utilisé des obus explosifs qui ont ravagé la flotte ottomane alors que cette dernière ne disposait que de boulets traditionnels. La France, l’Angleterre et le Piemont vont déclarer la guerre au Tsar pour contrer ses ambitions méridionales.

 30 novembre 1870 : combat du plateau de Villiers. Le général Trochu afin de rompre l’encerclement de Paris par les Prussiens et de redonner courage aux Parisiens ordonne une sortie en direction de Champigny et Villiers. Le général Ducrot sort avec 80 000 hommes, franchit la Marne mais ne parvient pas à percer les lignes de la division du Wurtemberg solidement installée en défensive sur les hauteurs.

 30 novembre 1939 : l’armée rouge attaque la Finlande. Des tirs d’artillerie sur le village de Mainila tuent 4 soldats soviétiques le 26 novembre. Moscou accuse immédiatement la Finlande et réclame un retrait de ses troupes de l’isthme de Carélie (à portée de canon de Leningrad). La Finlande propose le lendemain un retrait mutuel des troupes, mais l’URSS maintient ses accusations et dénonce unilatéralement le traité de non-agression russo-finnois de 1932. Le 30 novembre, 400 000 soviétiques envahissent la Finlande ; la guerre d’hiver débute. L’armée rouge va essuyer de nombreux revers face à la valeureuse petite armée finlandaise (250 000 hommes), bien préparée. La loi du nombre l’emportant, la Finlande finit par être vaincue, le 12 mars 1940.

 30 novembre 1972 : proposition française d’une Europe spatiale (Paris). En conseil interministériel sur l’espace, la proposition du CNES d’associer des partenaires européens au projet de lanceur de satellites (L3S) est acceptée par le président Pompidou. Un mois plus tard, à Bruxelles, la proposition est officiellement faite aux pays européens.







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles