Chronique historique : 16 octobre

16102018

16 octobre 1690: début de la bataille de Québec (Nouvelle France, actuel Canada).

Les Britanniques aidés de colons américains débarquent à Beauport sur le Saint Laurent et tentent de prendre la ville de Québec défendue par le comte de Frontenac. Lorsque ce dernier, reçoit l’émissaire de Phips, il  lui fait croire que la garnison est fortement défendue et déclare crânement que sa seule réponse viendra de « la bouche de ses canons ». Dissuadé d’attaquer, Phips fait bombarder la ville depuis ses bateaux, sans grands dommages. Sa flotte, à l’inverse, reçoit quelques boulets qui l’incitent à lever l’ancre. Puis une série de violents orages cause des dégâts aux navires, qui s’ajoutant à la maladie (variole), décident Phips à rentrer au Massachusetts.

 16 octobre 1793 : exécution de Marie-Antoinette (Paris).

Moins d’un an après son mari Louis XVI, la reine Marie-Antoinette est guillotinée après un procès où le violent réquisitoire de Fouquier-Tinville scandalise même l’assistance. Marie-Antoinette monte et meurt dignement sur l’échafaud.

 16 octobre 1813 : début de la bataille de Leipzig (Allemagne).

Regroupées dans une sixième coalition, les armées européennes affrontent Napoléon à Leipzig. Connue sous le nom de bataille des Nations, Leipzig est la plus grande confrontation de troupes durant l’Empire (200 000 français contre plus de 300 000 coalisés). Même si l’Empereur n’est pas complètement vaincu, il doit se replier pour préparer la campagne de France qu’il anticipe. Ses pertes sont inférieures à celles des ennemis mais ceux-ci considèrent que la victoire leur appartient dès lors que l’empereur quitte Leipzig (19 octobre).  Napoléon perd tout de même … 60 000 hommes (morts et blessés).

 16 octobre 1815 : Napoléon Ier débarque à Sainte-Hélène (Océan Atlantique Sud).

Début de l’exil définitif.

 16 octobre 1956 : arraisonnement de l’Athos (Méditerranée).

L’aviso-dragueur Commandant de Pimodan intercepte dans les eaux internationales (au large d’Oran) un cargo égyptien transportant 70 tonnes d’armes destinées aux bases du FLN installées au Maroc.




Journée d’études mardi 23 octobre 2018

15102018

Journée d’études – Mardi 23 octobre 2018 -
Amphithéâtre Austerlitz – Hôtel National des Invalides

Les maréchaux de la Grande Guerre

                        PROGRAMME : Les maréchaux de la Grande Guerre

09h00 / 09h30 : accueil des participants – Benoît BEUCHER, docteur en Histoire, adjoint au référent histoire de l’armée de Terre.

09h30 : ouverture des travaux – Général Dominique CAMBOURNAC, délégué au patrimoine de l’armée de Terre (DELPAT).

09h40 – 10h00 : conférence introductive « Le maréchalat, symbole des mutations de l’Etat » – Fadi EL-HAGE, docteur en histoire.

SOUS LA PRESIDENCE DU GENERAL ALEXANDRE d’ANDOQUE de SERIEGE, directeur du musée de l’Armée

10h00 – 10h30 : « Les maréchaux français du temps de guerre, Joffre, Foch, Pétain » – François COCHET, professeur émérite à l’université Lorraine-Metz.

10h30 – 10h45 : questions.

10h45 – 11h00 : pause.

Approche comparative internationale

SOUS LA PRESIDENCE DE JEAN-NOËL GRANDHOMME

11h00 – 11h20 : « Les maréchaux allemands et austro-hongrois » – Lieutenant-colonel Vincent ARBARETIER, docteur en histoire militaire, SHD.

11h20 – 11h40 : « Les maréchaux britanniques » – Chef de bataillon Clément TORRENT.

11h40 – 12h00 : « Les maréchaux italiens » – Hubert HEYRIES, professeur des universités à l’université Paul Valéry Montpellier III.

12h00 – 13h30 : pause déjeuner.

Les heureux élus de l’après-guerre

SOUS LA PRESIDENCE D’HUBERT HEYRIES

13h30 – 13H50 : « 1920, l’année des maréchaux ? » – Capitaine Jean-Baptiste PETREQUIN

13h50 – 14h10 : « Le maréchal des grands blessés et des mutilés, Joseph Maunoury » – Jean-Noël GRANDHOMME, docteur HDR en histoire

14h10 – 14h30 : « Un nom s’impose : Franchet d’Espèrey » – Laurent REFUVEILLE, doctorant en histoire contemporaine

Les exclus des promotions d’après-guerre

SOUS LA PRESIDENCE DU GENERAL DOMINIQUE CAMBOURNAC, DELPAT

14h30 – 14h45 : « Deux frères, deux grands serviteurs de l’Etat, Clément et Edouard Curières de Castelnau »- Jean-Philippe PASSAQUI, docteur en Histoire et professeur agrégé en CPGE.

14h45 – 15h00 : « Le général de Langle de Cary » – Patrick de GMELINE, historien.

15h00 – 15h15 : « Honneurs du temps de guerre et honneurs du temps de paix : le général Guillaumat » – Thierry GHERBI, historien.

15h15 – 15h30 : « Le cas particulier du général Gouraud » – Julie d’ANDURAIN, professeur d’université à l’université de Metz-Nancy.

15h30 – 15h45 : pause.

Mémoire et héritage

SOUS LA PRESIDENCE DE FRANÇOIS COCHET

15h45 – 16h45 : « Des bâtons étoilés pour les grands chefs militaires français de la Première Guerre mondiale » – Christian BENOIT.

15h45 – 16h05 : « La mémoire des maréchaux de la Grande Guerre à l’Hôtel national des Invalides » – Capitaine Yves-Marie ROCHER, docteur en Histoire, SHD.

16h05 – 16h25 : « D’une génération à l’autre : la Grande Guerre des maréchaux de la Seconde Guerre mondiale » – Commandant Ivan CADEAU, docteur en Histoire.

16h45 – 17h00 : conclusion scientifique, François COCHET, professeur émérite à l’université Lorraine-Metz.

17h00 : clôture du colloque par le général d’armée François LECOINTRE, chef d’état-major des armées.

   

Pour   accéder à l’HNI en dehors des heures d’ouverture au public :

inscription obligatoire auprès de : emat-histoire.referent.fct@intradef.gouv.fr

Préciser   grade/civilité, nom, prénom ; se munir d’une pièce d’identité et de la   présente invitation

Hôtel   National des Invalides (grille d’honneur) – 129, rue de Grenelle 75007 Paris

 




Chronique Historique: 15 octobre

15102018

15 octobre 1760 : bataille de Clostercamp (Allemagne).

Durant la guerre de Sept anss, le marquis de Castries bat le prince de Brunswick à la tête d’une coalition principalement prusso-anglaise. La victoire est permise par le régiment d’Auvergne qui donne l’alerte et se sacrifie laissant le temps aux Français de réorganiser le dispositif face à l’attaque.

15 octobre 1805 : bataille de Michelsberg.

En prenant d’assaut le village bavarois, Napoléon fait sauter le verrou de la ville d’Ulm qui se rend 5 jours plus tard. La manœuvre en elle-même est belle : Napoléon avec des troupes inférieures en nombre, bat les Autrichiens du général Mack que l’espion Schulmeister a probablement intoxiqué.

15 octobre 1894 : arrestation du capitaine Dreyfus.

L’écriture de Dreyfus ressemblant fortement à celle couvrant un document retrouvé chez l’attaché de Défense allemand à Paris conduit à l’arrestation du capitaine.

15 octobre 1917 : exécution de Mata Hari (Vincennes).

Margaretha Zelle, hollandaise dont le surnom malais Mata Hari (l’œil du ciel= le soleil) est devenu un synonyme d’espionne, est un agent double travaillant plus ou moins en dilettante pour les Allemands et les Français. Elle épouse un officier écossais, Mac Leod dont elle divorce après un séjour en Malaisie. Jeune femme romanesque, collectionnant les amants et ayant besoin d’argent pour son train de vie, elle est vite engagée par le service de renseignement allemand. L’agent H21 gagne alors Paris. Repérée par le contre-espionnage français, Mata Hari accepte de travailler aussi pour la France. Elle reçoit une mise en garde des britanniques tant son comportement devient dangereux pour elle. Probablement pour la punir de son double jeu, le service de renseignement allemand laisse intercepter un message secret qui la désigne clairement comme espionne. Son procès s’ouvre au moment où la France doute et cherche à se ressaisir. Cette affaire d’espionnage en est une occasion. Bien que l’activité d’espionnage de Mata Hari soit avérée, il semble que les informations communiquées par elle, n’aient pas eu grande valeur. Elle est fusillée à Vincennes où elle affronte dignement son peloton d’exécution. Voir la Revue Historique des Armées n°247 – le dossier Mata Hari par Frédéric Guelton.

15 octobre 1945 : exécution de Pierre Laval (Prison de Fresnes).

Homme politique talentueux de la III ème République, Laval est l’un des piliers de l’État français et de la Révolution nationale. Animal politique par excellence, Laval choisit la collaboration avec l’Allemagne estimant que le point de non-retour n’existe pas en politique. Devenu l’instrument du Reich en France, il finit par indisposer un certain nombre de Vichystes. Totalement compromis, il part en Allemagne en août 1944 puis fuit en Espagne où il est arrêté. Après son procès, il tente de se suicider pour ne pas tomber sous des balles françaises. Il est ranimé puis fusillé.

15 octobre 1946 : suicide d’Hermann Goering (Nuremberg).

Goering avale une capsule de cyanure et échappe à la pendaison prévue dans la nuit. Ribbentrop, Keitel, Franck,… sont quant à eux exécutés.

15 octobre 1973 : contre-attaque israélienne en Égypte.

Grâce à l’action de « guérilla blindée » de la brigade Barak, freinant l’offensive syrienne dans le Golan le temps de mobiliser les réserves, les forces israéliennes peuvent reporter leur effort contre les Égyptiens. Les troupes blindées du général Ariel Sharon passent le canal de Suez vers l’ouest et établissent une tête de pont qui menace la vallée du Nil et Le Caire. Elles encerclent ainsi la IIIème armée égyptienne qui s’était aventurée de l’autre côté du canal, dans la péninsule du Sinaï. 2 000 chars égyptiens sont détruits. A l’appel de l’ONU, l’Égypte acceptera un cessez-le-feu le 23 octobre, puis la Syrie le lendemain. Seul l’Irak refusera toute négociation, n’ayant pas grand-chose à craindre des Israéliens vu l’éloignement du front (d’autant plus que la puissance militaire israélienne a été sérieusement remise en cause au début de ce conflit) se plaçant ainsi en nouveau champion du monde arabe au moment où l’Égypte s’apprête à négocier…




Chronique Historique 13 octobre

15102018

13 octobre 1307 : arrestation des Templiers en France.

Par ordre du Roi de France, Philippe IV le Bel, Guillaume de Nogaret (Garde du sceau) fait arrêter et confisquer leurs biens aux membres de l’ordre des chevaliers du Temple, deuxième ordre militaire d’Occident fondé en 1119 (celui des Hospitaliers, d’abord soignant puis guerrier a été fondé en 1070). L’ordre est définitivement dissous lors du concile de Vienne en 1312 par le pape Clément V.

13 octobre 1694 : prise du fort Nelson (actuel Canada – Manitoba).

Après une navigation difficile dans la baie d’Hudson, le chevalier d’Iberville, capitaine de frégate dans la Marine royale prend aux Anglais le fort Nelson à l’embouchure de la rivière Sainte-Thérèse et le rebaptise fort Bourbon. Le fort est en fait un poste d’échanges ou comptoir colonial. Les Français sont, à ce moment, maîtres de la baie d’Hudson, de l’accès au Saint-Laurent, de Terre-Neuve et de l’Acadie. Le fort redevient anglais en 1713 avec le traité d’Utrecht.

13 octobre 1775 : prémices de l’US Navy.

Le Congrès continental (ancêtre du Congrès des Etats-Unis) demande qu’une flotte soit armée pour faire face aux Britanniques durant la guerre d’indépendance.  C’est tout d’abord une flotte corsaire qui voit le jour (navires marchands militarisés). Les premiers bateaux de guerre sont construits seulement à partir de 1790. Aujourd’hui, première marine du monde, elle compte 283 bâtiments de combat (dont 10 porte-avions, une soixantaine de sous-marins), 3 700 aéronefs embarqués et 225 000 marins d’active. Budget annuel approchant les 150 milliards de dollars.

13 octobre 1837 : prise de Constantine (Algérie).

Louis-Philippe 1er ordonne la prise de Constantine pour effacer le cuisant échec du Maréchal Clauzel, un an plus tôt, devant les remparts de la ville défendue par Hadj Ahmed Bey. 16 000 soldats commandés par le général Damrémont (tué le 12 octobre) mettent le siège à Constantine et finissent par prendre la ville grâce à la colonne d’assaut du lieutenant-colonel de Lamoricière qui escalade la brèche pratiquée par l’artillerie dans le mur d’enceinte. Les troupes du génie ont, à cette occasion, ouvert et appuyé la progression des assaillants au prix de lourdes pertes en faisant exploser barricades et murs.

Une statue de Lamoricière, inaugurée à Constantine le 25 avril 1909 commémorait la victoire. Démontée en 1962, elle a été ramenée en métropole et se trouve aujourd’hui à Saint-Philibert-de-Grand-Lieu, patrie de Lamoricière (Loire Atlantique)

13 octobre 1917 : annonce de la fin de la Guerre (Fatima – Portugal).

Devant 30 000 à 70 000 personnes (selon les sources), la vierge Marie apparait aux 3 enfants de Fatima et leur annonce entre autre la fin prochaine de la Première guerre mondiale qui dure depuis plus de 3 ans et épuisent les belligérants.  A la demande de ces enfants qui souhaitent être crus par la foule rassemblée, elle fait danser le soleil dans le ciel qui quelques instant auparavant était bouché et déversait une pluie continuelle depuis le matin. L’évènement est connu comme la 6e apparition mariale sur le site et a fait l’objet de nombreux témoignages mais surtout d’aussi nombreuses polémiques.

13 octobre 1951 : fin de la bataille de Crève-cœur (Corée).

Depuis le 12 septembre, le 23 RI américain tente de prendre sans succès le mont Heartbreak ridge (Crève-cœur) tenu par un bataillon chinois. Engagé au titre de l’ONU, le bataillon français commandé par le chef de bataillon Le Mire échoue lui aussi après trois assauts. Le « lieutenant-colonel » Monclar (en fait général de corps d’armée zingué LCL) décide d’arrêter les attaques frontales et privilégie une action de débordement en pleine nuit qui oblige les Chinois, surpris, à se replier. Placé à la tête de l’état-major des Forces terrestres (EMFTF), Monclar coiffe ce bataillon et est chargé, avec une dizaine d’officiers spécialistes de faire du RETEX sur les opérations de Corée. Mais, en raison de nombreuses frictions avec les officiers du BF/ONU, l’EMFTF est dissous au mois de novembre 1951.

13 octobre 2012 : collision au large de la Floride.

Lors de manœuvres, le croiseur lance-missiles USS San Jacinto percute le sous-marin nucléaire d’attaque USS Montpelier qui se trouve à l’immersion périscopique. Pas de victimes.




Chronique Historique: 12 octobre

15102018

12 octobre 1492 : Christophe Colomb découvre l’Amérique tout en s’imaginant avoir atteint les Indes.

12 octobre 1800 : combat naval franco-américain (au large de la Guadeloupe).

Durant la quasi guerre qui oppose les États-Unis d’Amérique à la 1re République française de 1798 à 1800, la frégate Le Berceau est arraisonnée par l’USS Boston après plusieurs heures de canonnade et tentative d’abordage.

Les Américains, en rentrant au port découvrent que la paix a été signée 15 jours plus tôt et que le combat livré n’aurait pas dû l’être. Ils doivent libérer l’équipage et réparer les dégâts du Berceau.

12 octobre 1870 : décès du général Lee (Lexington – États-Unis).

Diplômé de West-Point, officier du génie puis de cavalerie, il est nommé général par le président Lincoln en avril 1861. Lorsque la Virginie fait sécession (son État d’origine), il démissionne pour ne pas avoir à prendre les armes contre les siens. Devenu conseiller militaire du président confédéré Jefferson Davis, il est désigné général en chef des armées sudistes en janvier 1865. Battu par le général Ulysse Grant, il capitule à Appomattox (Virginie) le 9 avril 1865. Exproprié et déchu de tous ses droits civiques, il est réhabilité entre 1888 et … 1975. Au début de la seconde guerre mondiale, le char moyen M3 Lee honore sa mémoire. Le célèbre cimetière d’Arlington est l’une des terres qui appartenaient à sa famille.

12 octobre 1915 : exécution d’Edith Cavell (Schaerbeck – Belgique).

Infirmière à Bruxelles quand la Première Guerre mondiale éclate, la britannique Édith Cavell soigne les blessés des armées alliées et allemandes. Elle profite des opportunités que lui offre sa situation pour reprendre un réseau d’évasion initié par des Belges de la région de Mons. Ce réseau aidait les soldats alliés blessés à s’évader de la Belgique occupée vers les Pays-Bas neutres. Il fusionne ensuite avec un autre réseau créé par plusieurs femmes dans le nord de la France (la comtesse de Belleville, la princesse de Croy, Louise Thuliez et Louise de Bettignies). Le 31 juillet 1915, elle est arrêtée puis conduite devant une cour martiale par les Allemands qui la fusillent à l’issue de son procès pour couper court aux protestations internationales. Une place lui est dédiée à Lille (quartier de Lille-Sud). Un monument à sa mémoire avait été inauguré dès 1920 dans le jardin des Tuileries mais fut détruit le 14 juin 1940 à l’entrée des troupes allemandes dans Paris.

Pour en savoir plus.

12 octobre 1915 : Lyautey reçoit la Médaille Militaire des mains d’un adjudant (Sidi Lamine – Maroc).

Encore général, le futur maréchal Lyautey demande à l’adjudant Caviglioli de lui remettre la médaille afin d’honorer le corps des sous-officiers et en signe de reconnaissance pour leur participation à l’œuvre accomplie au Maroc. Plusieurs ouvrages très intéressants sur le maréchal Lyautey : chez Lavauzelle, la réédition de la biographie par Maurois, Lyautey, dans la collection la pensée préservée.  Et bien sûr, Lyautey, les sables et le ciel sont grands d’Arnaud Teyssier.

12 octobre 1940 : fin de la bataille d’Angleterre.

Hitler ajourne l’opération Otarie (ou Seelowe) consistant à envahir la Grande-Bretagne. Les bombardements sur les villes anglaises vont toutefois se poursuivre sporadiquement, motivant l’évacuation de tous les enfants vers les zones rurales.

12 octobre 2000 : attaque contre l’USS Cole (Yémen).

Une embarcation piégée pilotée par deux commandos suicides percute la coque du destroyer américain alors qu’il est à l’ancre. 17 marins sont tués. Les commandements français ALINDIEN et à Djibouti organisent sur ordre présidentiel un appui dans le cadre des secours qui sera particulièrement apprécié par les autorités américaines. Un transall des Forces françaises de Djibouti évacue les blessés. Revendiqué par Al Qaeda, cet attentat représente l’acte de naissance de l’organisation terroriste dans les médias. Une première tentative avait déjà eu lieu en janvier 2000 contre l’USS The Sullivans.

12 octobre 2002 : attentat à Bali (Indonésie).

Plusieurs bombes explosent en quelques minutes à l’intérieur d’une boite de nuit et aux abords immédiats, tuant 197 personnes principalement australiennes. Les liens avec Al Qaida sont avérés.

12 octobre 2005 : lancement de Shenzou 6 (centre spatial de Jiuqan – Chine).

Deux taïkonautes sont envoyés dans l’espace. La Chine est la 3ème nation spatiale indépendante, progressant rapidement dans toute la gamme des technologies spatiales : exploration lunaire, vols habités, séjours dans l’espace,…

 

Edith Cavell.




Chronique Historique:11octobre

15102018

11 octobre 1746 : bataille de Rocourt (près de Liège).

Le maréchal de Saxe, le plus grand capitaine de Louis XV, bat une coalition européenne emmenée par les Autrichiens. Rocourt n’est pas sa plus grande bataille mais c’est celle qui met fin au contrôle autrichien sur les Pays-Bas pour la durée de la guerre de succession d’Autriche. Cependant le traité d’Aix-la-Chapelle rendra les territoires conquis par la France aux Autrichiens et il faudra attendre 1794 pour voir disparaître définitivement les « Pays-Bas autrichiens ». Personnage méconnu, le maréchal de Saxe n’a jamais perdu une seule bataille et est toujours resté fidèle à Louis XV malgré toutes les possibilités que lui offrait son lignage et son époque. Lire l’ouvrage de Jean-Pierre Bois pour découvrir le personnage (Maurice de Saxe).

11 octobre 1802 : le parachute est breveté. Même si l’invention du Français André-Jacques Garnerin remonte à 1792 et qu’il effectue son premier saut en octobre 1797, au-dessus du parc Monceau, le brevet n’est déposé qu’en 1802 avec une version améliorée et plus stable de l’engin.

11 octobre 1899 : début de la deuxième guerre des Boers (Afrique du Sud).

Les Boers (paysans en Hollandais) qui ont été rejetés vers le nord-est de l’Afrique du Sud par les Britanniques, se sont constitués en Etats indépendants (le Natal et l’Etat d’Orange) et luttent à la fois contre les Zoulous et l’expansionnisme des colons britanniques attirés par l’or fraîchement découvert au Transvaal. Très attachés à leur culture, ceux que l’on finira par appeler les Afrikaners (environ 25 000 combattants), mènent pendant trois ans une guérilla particulièrement éprouvante pour les armées britanniques (près de 500 000 soldats!). Les Afrikaners montent des actions commando (le terme vient de leur langue), sont camouflés alors que les troupes impériales sont de rouge vêtues, mais doivent finalement se rendre. Lord Kitchener (Cf. Fachoda) obtient leur reddition en 1902 après avoir quadrillé le territoire afin de priver les insurgés du soutien de la population (rassemblée dans des camps où sévissent maladies et famine).

11 octobre 1939 : Roosevelt reçoit la lettre Einstein-Szilard (Washington). Le 2 août, les physiciens hongrois Szilard, Teller et Wagner décident d’alerter les Etats-Unis sur la possible utilisation de la fission nucléaire par les nazis. Ils préviennent ainsi les Etats-Unis sur les récentes avancées scientifiques pouvant créer des bombes d’un nouveau type et extrêmement puissantes. Ils recommandent même d’accélérer le travail expérimental. Ces physiciens demandent à Einstein de bien vouloir signer la lettre afin d’avoir plus de poids auprès du président américain. La lettre arrive tardivement à destination compte tenu du début des combats (Pologne) et est à l’origine du projet Manhattan.

11 octobre 1951 : victoire de Crève-cœur (Corée). La conquête de la ligne de crête « Bloody ridge » permettant le contrôle du massif de Hwachon débute le 13 septembre avec la 2ème DI américaine à laquelle appartient le bataillon français (BF/ONU). La position est fermement tenue par les Sino-coréens car donne accès au réservoir hydro-électrique de Séoul. Les pertes franco-américaines sont très élevées (597 morts dont 60 français) durant les 4 semaines d’assaut. C’est le bataillon français qui conquiert la crête dans la nuit du 11 au 12, après avoir utilisé tout le registre connu (de la baïonnette au canon sans recul en passant par le lance-flamme).  Les préparations d’artillerie ont été si intenses du fait de l’excellence des fortifications ennemies que le général Monclar, ancien de la guerre 14-18, a déclaré aux survivants du bataillon, « Vous pourrez dire à vos anciens que vous avez vécu quelque chose qui ressemble à Verdun ». Pour approfondir lire l’ouvrage d’Ivan Cadeau (La guerre de Corée – 1950-1953) et Monclar, le Bayard du 20e siècle, livre écrit par Fabienne Monclar (fille du général).  Pour un survol synthétique, consulter le site chemins de mémoire.

11 octobre 1958 : lancement de Pioneer 1. Deux mois après l’échec de Pioneer 0, un lanceur Thor-Able propulse une nouvelle sonde de 38 kg en direction de la Lune. Elle retombe sur Terre deux jours plus tard mais la NASA se console puisque la sonde rapporte tout de même des données sur la ceinture de radiations de Van Allen, découverte au début de la même année par les missions Explorer.

11 octobre 1970 : embuscade de Bedo (Tchad).

La Compagnie Parachutiste d’infanterie de Marine du 6e RIAOM ayant reçu la mission de contrôler la ligne des palmeraies située au Nord-ouest de Faya-Largeau. Se déplace entre Gouro et Kirdimi lorsqu’elle tombe dans une embuscade. Le commando du lieutenant Neau perd 11 tués et 16 blessés. Le SCH Dimitri Voronine est atteint d’une balle en plein cœur en se lançant à l’assaut des rebelles. Agé de 24 ans, il s’était engagé au 1er RPIMa à 19 ans, dès la fin de ses études secondaires. Il s’y était distingué d’emblée par sa vivacité d’esprit, sa générosité et ses indéniables qualités de chef.

La 169e promotion de l’ENSOA (1998) porte son nom.

11 octobre 2013 : l’O.I.A.C lauréate du Nobel de la paix (Oslo). L’organisation internationale pour l’interdiction des armes chimiques supervise depuis 1997 la destruction des armes chimiques déclarées par les pays signataires et l’arrêt des installations de production.

 




Chronique historique : 10 octobre

10102018

10 octobre 1437 : Charles VII prend Montereau grâce à l’artillerie de Jean Bureau.
La ville est reprise aux Anglais.

10 octobre 1806 : bataille de Saalfeld (Allemagne actuelle – Thuringe).
Les puissances européennes s’allient une quatrième fois contre Napoléon. Malheureusement pour les Prussiens, leur tentative de stopper le corps d’armée de Lannes échoue. Aguerris par les multiples campagnes menées jusqu’à présent, les Français bousculent les Prussiens sur un terrain pourtant choisi par ces derniers. Le prince Louis-Ferdinand de Prusse est tué par le maréchal des logis Guindet (10ème Hussard) en combat singulier alors qu’il tente courageusement d’organiser une retraite des troupes qu’il a imprudemment engagées contre Napoléon. L’Empereur marche sur Berlin. Dans quelques jours, ce seront les victoires d’Iéna et Auerstaedt.

 10 octobre 1845 : ouverture de l’école navale américaine d’Annapolis (Annapolis – États-Unis).
Homologue de l’École Navale, elle est fondée par le secrétaire d’État, Georges Bancroft. Implantée à l’origine au Fort-Severn, elle prend d’abord le nom de Naval School (École Navale). La première session forme 50 marins. En 1850, elle devient l’Académie navale. La scolarité s’ouvre aux femmes en 1976. Aujourd’hui, elles comptent pour plus de 20% de chaque promotion. Le président Jimmy Carter et l’amiral Nimitz figurent parmi ses diplômés les plus célèbres. 

 10 octobre 1877 : transfert des restes du général Custer à West Point.
Sorti de West Point alors que la guerre de sécession commence, il gravit tous les grades jusqu’à celui de général de division avant d’être rétrogradé au rang de colonel à la fin de la guerre et devient célèbre à la tête d’une brigade de cavalerie du Michigan qui participe aux opérations menant à la capitulation du général Lee à Appomattox (avril 1865).
Il est ensuite affecté dans l’Ouest où Indiens et chercheurs d’or s’affrontent. ll est tué le 25 juin 1876, à la bataille de Little Big Horn (Wyoming) où son régiment, le légendaire 7e de cavalerie, est quasiment détruit par plus de 2.000 Indiens réunis par Sitting Bull, Crazy Horse et d’autres chefs indiens (environ 325 tués, très peu de blessés et peu de survivants indemnes). Les récentes études menées sur cette bataille ont conclu à l’incompétence voire la trahison des adjoints de Custer.
Lors de la cérémonie de transfert de ses restes, le cheval de Custer marchait sans cavalier, derrière la voiture portant son maître. Tradition apparemment conservée aujourd’hui pour le régiment.

10 octobre 1954 : Ho chi Minh entre dans Hanoi après le retrait des troupes françaises.
5 mois après la défaite de Dien Bien Phu et 3 mois après la signature des accords de Genève mettant fin à la guerre d’Indochine, les dernières troupes françaises quittent Hanoi cédant la place aux Bo Doi de la 308ème division Viet  Minh.  Après 8 ans de combats, le Viet Minh reprend le contrôle de la ville qui devient alors la capitale du Nord-Vietnam.

 10 octobre 2009 : les militaires français repoussent une attaque pirate (Océan Indien).
Une EPE (équipe de protection embarquée) constituée de fusiliers marins et de commandos marine présente à bord de thoniers français pêchant au large des Seychelles, ouvre le feu sur 4 vedettes pirates qui tentent d’aborder les bateaux de pêche. C’est dans le cadre de la mission européenne Atalante (début décembre 2008) de lutte contre la piraterie maritime que cette première ouverture du feu a lieu. Atalante est une mission européenne en application des résolutions 1814, 1816, 1838, 1846, 1851 de l’ONU.




Chronique historique : 9 octobre

10102018

9 octobre 1882 : mort du LCL Froidevaux (Paris).
Commandant les secours des sapeurs-pompiers de Paris qui interviennent sur un incendie gigantesque rue de Charonne, le lieutenant-colonel F-X Froidevaux (officier saint-cyrien et commandant en second du régiment de sapeur-pompiers) est écrasé par une poutre alors qu’il mène une reconnaissance du sinistre. Il a droit à des obsèques solennelles et un tableau est même commandé au peintre Émile Renard par le gouvernement pour marquer sa « mort au feu ».

 9 octobre 1934 : attentat contre Louis Barthou et le roi de Yougoslavie (Marseille).
La vendetta que se livrent Serbes et Croates, coute la vie à Alexandre Ier. Il est abattu par un tueur bulgare (du VRMO – organisation révolutionnaire intérieur macédonienne) à la solde des Oustachis d’Ante Pavelic. Le ministre français des Affaires Étrangères venu l’accueillir à son débarquement à Marseille reçoit une balle mortelle, tirée malencontreusement par un policier français lors des échanges de tirs. Ce concours de circonstances tragique met fin à l’énergique politique d’isolement de l’Allemagne qu’avait entamée Barthou, sentant bien qu’il fallait couper les Nazis des soutiens européens, italien notamment.
L’assassin est tué par le LCL Jules Piollet (141e RIA) d’un coup de sabre alors qu’il escortait le convoi sur la Cannebière.
À noter aussi : le général Georges, chef énergique et concurrent du général Gamelin est grièvement blessé lors de l’attentat.

9 octobre 1945 : création de l’École nationale d’administration (ENA).
Ordonnance n° 45-2283 du 09/10/1945 relative à la formation, au recrutement et au statut de certaines catégories de fonctionnaires et instituant une direction de la fonction publique et un conseil permanent de l’administration civile.

 9 octobre 1957 : mort d’Ali la Pointe et fin de la Bataille d’Alger.
À la suite de l’arrestation de Yacef Saadi, chef FLN de la Zone autonome d’Alger (24 septembre) par les paras du 1er REP, des informations mènent à Amara Ali dit « Ali la Pointe » localisé à Alger au 5 rue des Abderames. Cerné dans l’immeuble, il refuse de se rendre et le commandant Guiraud  (commandant par interim le régiment durant la convalescence de Jeanpierre) donne l’ordre de faire sauter la porte d’entrée de la cache. L’explosion déclenche les bombes et autres munitions stockées à l’intérieur en vue d’autres attentats. Sur le conflit en Algérie, lire Les vérités cachées de la guerre d’Algérie, le dernier livre de Jean Sevilla.

9 octobre 1967 : mort de Ché Guevara (Bolivie).
Médecin argentin converti au marxisme révolutionnaire, il aide Fidel Castro à renverser Baptista à Cuba (janvier 1959). Véritable globe-trotteur de la révolution armée, il représente Castro très fréquemment à l’étranger. Voulant accélérer la révolution mondiale, il entre à nouveau dans la clandestinité pour combattre en Afrique puis en Bolivie. Il est capturé par l’armée bolivienne le 7 octobre et exécuté sommairement le 9.

9 octobre 1973 : bataille navale de Damiette (Égypte).
Durant la guerre du Kippour, la marine israélienne coule 3 vedettes égyptiennes. Deux jours plus tôt au large de Lattaquié, les vedettes israéliennes ont détruit 5 navires syriens. À part quelques coups de canons, les combats opposant matériels soviétiques et américains ont consisté principalement en des tirs de missiles mer/mer.

 9 octobre 1975 : le Concorde reçoit son certificat de navigabilité.







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles