Chronique historique : 6 avril

6042017

Complément pour le 5 avril 1453 : début du siège de Constantinople. Du côté byzantin, l’Empereur Constantin Paléologue ne dispose que de 5 000 hommes.  La disproportion avec l’ennemi est gigantesque. Si le siège a pu durer si longtemps (presque deux mois), c’est en grande partie grâce à la muraille terrestre érigée par Théodose II au Ve siècle. Très peu de renforts sont parvenus à Constantinople : Les Vénitiens n’ont pas tenu promesse. Quelques équipages génois indépendants dont celui du valeureux Giovanni Giustiniani sont venus prêter main forte à l’Empereur. Lire  Les derniers siècles de Byzance, 1261-1453  de Donald Mac Nicol.

Merci à Alexandra P. (DICoD).

 6 avril 1199 : mort de Richard Coeur de Lion (Chinon). Mortellement blessé d’un carreau d’arbalète reçu le 26 mars, lors du siège de Chalus, le vaillant roi d’Angleterre meurt le 6 avril. Philippe Auguste, roi de France profite dès lors pleinement de ce décès pour accroitre son influence.

 6 avril 1250 : bataille de Fariskur (Egypte). Durant la 7ème croisade, Louis IX (futur Saint Louis) assiège Mansourah pendant deux mois mais constatant que son armée tombe malade sans pour autant vaincre, prend la décision de regagner Damiette, conquise un an plus tôt. Durant le repli, les forces de Turan sha harcèlent les croisés depuis le Nil avec la flotte égyptienne et la « chamellerie ». L’affrontement final a lieu à Farisku. Encerclés, les croisés refusent de se rendre et combattent jusqu’à ce que Louis IX soit fait prisonnier.

 6 avril 1362 : bataille de Brignais (près de Lyon). La guerre de 100 ans cessant le temps d’une trêve (traité de Brétigny-1360) met au chômage technique les nombreuses bandes de mercenaires qui commencent à piller le royaume de France. L’une d’elles, la compagnie dite des « Tards venus » (15 000 hommes) s’empare du château de Brignais à la fin de 1361, décidant le roi Jean II le Bon à faire intervenir son connétable, Jacques de Bourbon. Les forces royales (12 000 hommes) manquent de discrétion dans leur approche et surtout lorsqu’elles installent leur campement devant Brignais. Elles négligent par ailleurs de faire une reconnaissance des lieux et de jeter un dispositif de sécurité. Une partie des mercenaires est cachée dans les bois alentour et attaque le bivouac endormi. Lorsqu’enfin, les chevaliers survivants contre-attaquent, c’est la garnison mercenaire de Brignais qui fait une sortie et clôt le combat. La bataille est un échec honteux pour les chevaliers français : beaucoup sont massacrés, les autres libérés contre rançon.

 6 avril 1865 : bataille de Sayler’s creek (Amérique du Nord). Défaite des confédérés du général Lee qui signe sa reddition trois jours plus tard.

 6 avril 1941 : opérations 25 et Marita : invasion de la Yougoslavie et de la Grèce par l’Allemagne. A 5h15 du matin, l’Allemagne, l’Italie, la Roumanie et la Hongrie envahissent la Yougoslavie  sans déclaration de guerre préalable. Les journaux italiens et allemands déclarent que « les forces de l’Axe marchent contre la trahison des Serbes, en référence au putsch des officiers serbes du 27 mars « . Partant d’Autriche, de Hongrie, de Roumanie et d’Albanie les forces de l’Axe se dirigent vers les principales villes de Yougoslavie et s’enfoncent entre Grecs et Yougoslaves pour empêcher une éventuelle jonction. A l’aube, sous la direction personnelle du maréchal Hermann Goering, la Luftwaffe lance une puissante attaque aérienne contre Belgrade, pourtant déclarée « ville ouverte ». Tous les terrains d’aviation sont bombardés et l’aviation yougoslave est pulvérisée au sol. Un second bombardement massif a lieu le lendemain pour engendrer la terreur parmi la population. En deux jours, les raids allemands font 17000 tués dans la population civile de Belgrade.

 6 avril 1991 : opération Libage (Nord de l’Irak et Turquie). Dans le cadre de l’opération américaine Provide comfort et en application des résolutions 687 et 688 de l’ONU, la France détache des éléments du service de santé des armées, du 6 eme RG, du 7em RPCS,… protégés par les 3ème et 8ème RPIMa. Il s’agit d’une aide humanitaire destinée aux Kurdes que Saddam Hussein persécute et oblige à se réfugier en Turquie.

 6 avril 1994 : l’avion présidentiel rwandais est abattu. Le président rwandais Juvénal Habyarimana et le président burundais Cyprien Ntaryamira sont tués dans le crash du Falcon 50 présidentiel rwandais en phase d’atterrissage à Kigali (Rwanda), alors qu’ils rentrent d’Arusha (Tanzanie) où ils viennent de signer un accord de paix. La provenance des missiles tirés et l’identité des tireurs font aujourd’hui encore débat. L’équipage français de l’appareil ainsi que tous ses occupants périssent. L’attentat déclenche une gigantesque vague de violence aboutissant au génocide rwandais (800 000 morts).

              06 avril         

 Quelques rendez-vous historiques :

jusqu’au 19 avril 2017 : exposition sur le général Delestraint présentée au SHD (Pavillon du Roi) – Vincennes.
Jusqu’au 27 août 2017 : exposition temporaire « Légion et cinéma » au musée de la Légion étrangère – Aubagne.
jusqu’au 30 juin 2017 : exposition « Le désert : explorations et opérations » – Musée des Troupes de Marine (Fréjus).
jusqu’au 26 juillet 2017 : exposition « Tambours, clairons, trompettes : commander, transmettre, informer en musique » au musée des Transmissions (Cesson-Sévigné).
Les conférences du Service historique de la Défense (SHD) avec leurs références bibliographiques.
et
les colloques, conférences, expositions, cinéma du site Mindef.




Chronique historique : 5 avril

5042017

5 avril 1242 : bataille du lac Peipous ou bataille de la glace (Estonie actuelle). Dans le cadre de la poussée germanique vers l’Est (Drang nach Osten), l’ordre militaire des chevaliers Teutoniques tente de conquérir, afin de les convertir, les terres slaves affaiblies par les récentes incursions mongoles. Alexandre Nevski, prince de Novgorod, conscient du danger que représentent les chevaliers allemands choisit de s’allier aux Mongols pour contrer les Teutoniques. Ceux-ci traversent le lac gelé de Peipous pour surprendre les Russes mais sont attendus sur la rive. Rompus au combat (expérience des croisades), et bien armés (ordre riche), les Teutoniques sont généralement craints mais durant la bataille de la glace, ils sont vaincus à la fois par l’effectif supérieur de l’ennemi, les flèches des Mongols, la rupture de la glace sous les sabots de la cavalerie lourde mais aussi et surtout par la détermination qu’insuffle à son armée, Alexandre Nevski. Cette bataille est la première vraie défaite de l’ordre germanique et marque la limite orientale de son influence. Héros et saint de l’église orthodoxe, Alexandre Nevski est considéré comme le père de la Nation russe. Voir le célèbre film Alexandre Nevski : Commandé par Staline (!) dans les années 1930 au réalisateur Eisenstein, ce film est un classique du 7ème art mais aussi de la propagande patriotique. Staline a imposé sa diffusion en URSS pour galvaniser les russes dans la lutte contre l’envahisseur germanique à partir de 1941.

 5 avril 1305 : assassinat de Roger de Flor (Andrinople). « Fils d’un chevalier germanique appartenant à la cour de l’empereur Frédéric II de Hohenstaufen, Rutger von Blume s’embarque sur un navire de l’Ordre du Temple suite à un revers de fortune familiale. Devenu un excellent marin, sous le nom de Roger de Flor, il prend le manteau de l’Ordre une dizaine d’années plus tard avec le rang de sergent et reçoit le commandement de son propre navire. Excellent capitaine, il se distingue lors de la défense de Saint Jean d ’Acre, assiégée par les Mamelouks (mai 1291). Peu de temps après, il est accusé de détournement et chassé de l’Ordre. Il devient mercenaire au service de Gènes avant de proposer en 1297 ses services au roi de Sicile, Frédéric d’Aragon qui est en guerre contre les Angevins de Naples. Il devient l’une des figures emblématiques de la période, capitaine corsaire exceptionnel et véritable entrepreneur à la tête d’une petite armée privée, appelée grande compagnie catalane. Poursuivant son ascension, il entre au service de l’empereur byzantin Andronic II en tant que Mégaduc (chef de l’armée). L’empire d’Orient est alors en pleine déroute en Asie mineure face aux tribus turques, mais en l’espace d’une année (oct.1303-sept.1304) Roger de Flor et ses mercenaires rétablissent la situation, stoppent l’avancée des Turcs et libèrent l’Anatolie occidentale et ce, après avoir remporté 6 combats terrestres majeurs. Cependant, les nombreuses exactions des routiers sur la population civile et l’extrême ambition de Roger de Flor finissent par inquiéter Andronic lui-même qui décide d’éliminer ces auxiliaires encombrants et difficilement contrôlables. Reçu avec faste à Andrinople par le fils de l’empereur, Roger de Flor est assassiné lors d’un banquet sur l’ordre de ce dernier ».  M. Christophe C. (EMZD-Lyon).

 5 avril 1453 : début du siège de Constantinople (actuelle Istanbul). Le sultan Mehmet II met le siège à la ville avec plus de 80 000 hommes. Constantin XI Paléologue, dernier empereur romain, la défend jusqu’à sa mort au combat le 29 mai, date à laquelle la ville tombe.

 5 avril 1660 : Turenne est nommé maréchal-général par Louis XIV. Maréchal à 32 ans, maréchal-général à 49 ans, Turenne se bat depuis l’âge de 15 ans et mourra à 64 ans au combat. Le tombeau de Turenne est sous le dôme des Invalides à Paris. Il a donné son nom à la 160ème promotion de Saint Cyr (1973 – 1975).

5 avril 1918 : bataille de Dernancourt (Somme). Ludendorff concentre l’une de ses attaques sur le front tenu par les 47eme et 48eme bataillons australiens qui se sont particulièrement illustrés quelques jours plus tôt (28 mars) notamment en la personne du sergent Stanley Mac Dougall. Ce dernier a repoussé l’assaut allemand pendant quelques minutes, seul et de manière stupéfiante. Il est plus tard décoré de la Victoria cross. Le 5, l’offensive allemande reprend mais se heurte à nouveau à une ferme résistance australienne.

 5 avril 1943 : première victoire du Normandie-Niemen . A bord de leur chasseur Yak-1, les pilotes français Preziosi et Durand abattent un FW 190 A-8, apportant sa première victoire à l’escadrille Normandie-Niemen.

 5 avril 1945 : combat du mont froid (Alpes). La 7ème demie brigade de Chasseurs alpins française prend d’assaut le sommet (2820 m) tenu par les Italo-allemands.

 5 avril 1992 : début du siège de Sarajevo (Bosnie-Herzégovine). Suite à la proclamation de l’indépendance de la province, des rassemblements populaires dégénèrent à cause de tirs meurtriers de snipers dans la foule. La ville de Sarajevo est assiégée par l’armée et les milices serbes. Le même jour, le BAT INF 1 français, de la FORPRONU, est mis en place dans les Krajina en application de la résolution 743 de l’ONU (21/02/1992).

 05 avril

Quelques rendez-vous historiques :

du 24 mars au 27 août 2017 : exposition temporaire « Légion et cinéma » au musée de la Légion étrangère – Aubagne.
jusqu’au 30 juin 2017 : exposition « Le désert : explorations et opérations » – Musée des Troupes de Marine (Fréjus).
jusqu’au 26 juillet 2017 : exposition « Tambours, clairons, trompettes : commander, transmettre, informer en musique » au musée des Transmissions (Cesson-Sévigné).
 Les conférences du Service historique de la Défense (SHD) avec leurs références bibliographiques.
et
les colloques, conférences, expositions, cinéma du site Mindef.




Chronique historique : 4 avril

4042017

4 avril 1881 : ouverture d’une école de l’infanterie à Saint Maixent. A l’issue de la Première Guerre Mondiale, elle devient Ecole militaire de l’infanterie et des chars de combat (EMICC). Durant la phase d’armistice elle est repliée à Aix en Provence où elle se trouve Co localisée avec Saint-Cyr, puis à Cherchell de 42 à 45 (fonction reprise pour les EOR d’Infanterie de 56 à 62). C’est la première fois que les élèves-officiers de recrutement indirect se trouvent instruits avec leurs camarades directs. De Lattre reprend l’idée en créant l’ESMIA à Coëtquidan dès 1945. L’Ecole d’application de l’Infanterie (EAI) est créée en 1946 à Auvours puis transférée à nouveau à Saint Maixent l’Ecole puis à Montpellier et enfin à Draguignan depuis le 1er Aout 2010 sous l’appellation d’école de l’Infanterie.

 4 avril 1932 : combat de Tiguiguilt (Mauritanie). Alors qu’il campe, le groupe nomade (GN) du Hodh est attaqué par le rezzou de Laroussi (140 guerriers). Le lieutenant Bouillon, heureusement renseigné à temps, laisse venir l’attaque qu’il brise facilement. Laroussi est tué. Durant l’entre-deux guerres, la situation dans la bande sahélienne est tendue : les raids de pillards persistent malgré l’acquisition par la France des techniques de combat, déplacement et vie dans le désert. Une solution est trouvée à l’insécurité lorsque le Rio de Oro (partie de désert entre le Maroc et le Sahara occidental, colonie espagnole à l’époque) est enfin contrôlé.

 4 avril 1943 : raids aériens alliés. Sur Boulogne Billancourt où les usines Renault sont dévastées. Plus de 400 morts. Sur Kiel (Allemagne du Nord) lors d’un raid de nuit meurtrier sur le port de la Baltique.

 4 avril 1949 : signature du traité de l’Atlantique Nord (OTAN). La montée en puissance du péril soviétique depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale installe progressivement le monde dans un état de guerre froide. L’ONU (créée en 1945), dernière instance internationale pour régler les différends entre Etats ne parvient pas à faire peser une menace suffisante sur les pays expansionnistes et n’empêche pas le blocus de Berlin (juin 1948 à juin 1949) ou le coup de Prague (février 1948). Voulant s’unir pour lutter contre la menace soviétique, 12 Etats occidentaux créent l’OTAN. Organisation politico-militaire dont le siège après avoir été à respectivement à Paris et Rocquencourt jusqu’au retrait français de la structure intégrée en 1966 est à Bruxelles et le commandement militaire (SHAPE) à Mons, elle n’a jamais mené d’interventions contre le pacte de Varsovie. Sa première intervention remonte à décembre 1995 en Bosnie Herzégovine alors que l’URSS n’existe plus depuis 1991. L’Alliance Atlantique fête ses 68 ans et compte aujourd’hui 28 membres dont certains sont d’anciens satellites du bloc communiste. La raison d’être, initiale, de l’OTAN ayant disparu avec la chute du communisme, l’Alliance s’impliquait jusqu’à il y a peu dans la lutte contre le terrorisme et la gestion de crises.

 04 avril         

  Quelques rendez-vous historiques :

du 24 mars au 27 août 2017 : exposition temporaire « Légion et cinéma » au musée de la Légion étrangère – Aubagne.
jusqu’au 30 juin 2017 : exposition « Le désert : explorations et opérations » – Musée des Troupes de Marine (Fréjus).
jusqu’au 26 juillet 2017 : exposition « Tambours, clairons, trompettes : commander, transmettre, informer en musique » au musée des Transmissions (Cesson-Sévigné).
Les conférences du Service historique de la Défense (SHD) avec leurs références bibliographiques.
et
les colloques, conférences, expositions, cinéma du site Mindef.




Chronique historique : 3 avril

3042017

3 avril 1367 : bataille de Najera (Espagne). Le roi de France a dépêché du Guesclin en Castille pour qu’il aide Henri Trastamare dans sa lutte pour la couronne de Castille contre son demi-frère Pierre le Cruel. L’autre but de la manœuvre est de débarrasser la France des compagnies de mercenaires qui, désœuvrées, pillent les campagnes. Commandées par le futur connétable de France, elles affrontent l’Anglais, Edouard dit le Prince Noir, l’allié de Pierre le Cruel. La bataille voit la défaite de du Guesclin qui est abandonné, pendant le combat, par l’aile castillane d’Henri Trastamare. C’est une des seules batailles médiévales où le rapport des pertes est si disproportionné : 1/130. Environ 15 000 hommes de du Guesclin et Henri meurent contre à peine 100 anglais et castillans du Cruel. L’efficacité de l’arc gallois est certes déjà à l’œuvre (48 ans avant Azincourt) mais la lutte fratricide et sans pitié des castillans explique la mortalité inhabituelle. Du Guesclin est fait prisonnier. Le Prince Noir ne le libère contre rançon qu’après 9 mois de captivité, redoutant de remettre en liberté celui dont la légende commence à naitre. 

3 avril 1559traité de Cateau-Cambrésis. Henri II met fin à près d’un demi-siècle de guerres en Italie, en signant la paix avec Charles-Quint, qui a partagé l’empire des Habsbourg quatre ans plus tôt.  Des places fortes sont échangées (Exemple : Thionville, reprise par la France le 22 juin 1558, est rendue aux Espagnols en échange de Saint-Quentin, dont le contrôle est plus utile à la défense de Paris).

3 avril 1871: bataille de Rueil (Paris). Les Communards tentent une sortie avec 6000 hommes pour briser le siège de la capitale. Mal commandés, ils sont repoussés par le général de Galliffet et le colonel Boulanger et subissent de lourdes pertes : aucune reconnaissance n’est pratiquée. Quasiment aucun canon n’appuie la tentative de percée.

3 avril 1915 : premier vol de Fonck (Crotoy – Somme). L’As des As français de la Première guerre mondiale effectue son tout premier vol à bord d’un appareil à double commande. Il détiendra à la fin de la guerre le record français de 75 victoires homologuées (officieusement 142).

03 avril René Fonck : l’As des As.

3 avril 1918 : conférence de Beauvais. Le général Foch est chargé par les gouvernements britannique, français et américain de coordonner l’action des armées alliées sur le front occidental ; Tous les pouvoirs nécessaires en vue d’une réalisation effective lui sont conférés, à cet effet. Foch reçoit la direction stratégique des opérations militaires.

3 avril 1941 : coup d’Etat pro-allemand à Bagdad (Irak). Rachid Ali el Gaylani renverse le régent pour instaurer une république qui demande immédiatement l’aide de l’Allemagne. Celle-ci ne parvient pas à aider le putschiste dans sa lutte contre la Habbanya force britannique que fait constituer Churchill dans l’urgence. La Habforce entre dans Bagdad le 1er juin.

3 avril 1955 : proclamation de l’état d’urgence en Algérie (Loi 55-385 de la même date). Les pouvoirs de police exceptionnels sont conférés aux autorités en Algérie (durant 1 an) pour rétablir la sécurité publique.

3 avril 1996 : arrestation de Unabomber (près de Lincoln – Montana- Etats-Unis). Theodore Kaczynski, ancien mathématicien américain vivant dans une cabane pour échapper à la civilisation technicienne qu’il déteste, a tenu en échec le FBI pendant 18 ans en envoyant des lettres et colis piégés à des « agents du modernisme » (scientifiques, publicistes, …) qui tuent 3 personnes (et en blessent 23 autres).
            

 Quelques rendez-vous historiques :

du 24 mars au 27 août 2017 : exposition temporaire « Légion et cinéma » au musée de la Légion étrangère – Aubagne.
jusqu’au 30 juin 2017 : exposition « Le désert : explorations et opérations » – Musée des Troupes de Marine (Fréjus).
jusqu’au 26 juillet 2017 : exposition « Tambours, clairons, trompettes : commander, transmettre, informer en musique » au musée des Transmissions (Cesson-Sévigné).
Les conférences du Service historique de la Défense (SHD) avec leurs références bibliographiques.
et
les colloques, conférences, expositions, cinéma du site Mindef.




Lettre du CEMA : »Le brouillard de la guerre s’épaissit. Le pire n’est pas certain, mais tout devient possible »

1042017

Capture d’écran 2017-04-01 à 13.08.38

Le général Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées, adresse une brève lettre à ses soldats dans lequel la clairvoyance s’allie au courage et à l’espérance :

« Mon cher camarade,

Je vous écris ces quelques mots depuis l’Australie où je rencontre, en ce moment même, nos homologues militaires. Chaque semaine, des signaux, venus des cinq continents, accréditent l’idée d’une dégradation sécuritaire. Le monde semble, chaque jour, plus instable et plus incertain. Ici, à l’autre bout du monde, je le mesure tout autant. L’évolution n’a pas pu vous échapper ; vous êtes – ou vous serez bientôt – en première ligne.

Nul ne peut dire précisément, aujourd’hui, comment la situation évoluera demain. Le brouillard de la guerre s’épaissit. Le pire n’est pas certain, mais tout devient possible en raison de l’expansion du terrorisme islamiste radical et du comportement belliciste de certains Etats-puissance.

Ces deux types de menaces sont distincts, mais non disjoints. Dans les deux cas, les stratégies reposent sur l’imprévisibilité, l’intimidation et le fait accompli. Dans les deux cas, la conflictualité sort du seul champ physique pour se porter massivement sur le champ virtuel de l’information et du cyber. Dans les deux cas, l’élévation du niveau d’agression passe par la prolifération, les trafics d’armes ou le réarmement.

Car le monde réarme. Deux exemples simplement : l’Asie consacre, cette année, 100 milliards de dollars de plus que l’Europe à sa défense. De l’autre côté du Pacifique, les Etats-Unis projettent d’augmenter leur budget de 9% pour atteindre 639 milliards de dollars, en 2018.

Tout nous indique que nous avons changé d’époque. La France et, plus largement, le continent européen ne sont plus totalement préservés des crises, qui traversent un monde désormais ouvert et globalisé. Nous sommes entrés dans le temps du courage. Nous avons le devoir de regarder la réalité en face ; sans la noircir, ni l’exagérer mais avec le souci de l’exactitude et de la lucidité. C’est le retour de l’histoire.

Je le dis, à temps et à contretemps : face à ces menaces, notre modèle d’armée complet est la meilleure garantie de protection de la France et des Français.

Mais il y a une autre garantie, plus importante encore ? Cette garantie, nous l’avons en nous. C’est notre courage ; notre espérance ; notre sens du service ; nos valeurs. Vous le savez, les temps difficiles permettent souvent aux hommes, comme aux nations de développer ce qu’ils ont de meilleur. C’est le cas aujourd’hui. J’y vois une opportunité.
Sur ce plan, je voudrais terminer sur deux recommandations. Ce sont les deux attitudes à opposer, en priorité, à ces menaces. Etre vigilant, d’abord, pour ne pas être pris, à revers, par surprise. Garder l’œil ouvert. Veiller, ce qui signifie à la fois « rester éveillé » et « protéger ».Etre unis, surtout, car les menaces se nourrissent de la discorde. Elles prolifèrent sur le terreau de la division. Opposons à ces menaces notre unité, notre force, notre cohésion. Il n’y a rien de plus dissuasif !

Comme annoncé précédemment, je vous parlerai, dans ma prochaine lettre, des missions qui évidemment découlent des menaces.
Fraternellement,

Général d’armée Pierre de Villiers




Chronique historique : 31 mars

1042017

31 mars 1928 : Le service militaire est réduit à un an (France). Loi Painlevé. Précédemment les obligations militaires étaient de 18 mois ( depuis le 1er avril 1923) et de 3 ans (depuis le 7 aout 1913). Il faudra attendre le 17 mars 1936 pour que le service militaire passe à 2 ans. Pour une histoire synthétique de la conscription en France, lire l’ouvrage du CGA François Cailleteau.

cailleteau
31 mars 1936 : bataille de Maichew (Ethiopie). Battus de manière très nette lors de la bataille d’Adoua (1er mars 1896) par les forces éthiopiennes, les Italiens attendent près de 40 ans la revanche que Mussolini concrétise grâce à l’exploitation d’un incident que la SDN (Société Des Nations) ne parvient pas à régler. La guerre est déclarée le 3 octobre 1935. Mussolini se dit  « prêt à commettre un pêcher d’excès mais  jamais un d’insuffisance » et envoi au total près de 500 000 hommes avec leur armement le plus moderne pour conquérir l’un des plus vieux empires connus de l’Histoire (mais aussi un Etat indépendant membre de la SDN). Très faiblement armée et peu entrainée, l’Ethiopie résiste tant bien que mal durant sept mois à l’invasion au prix de très lourdes pertes. La bataille de Maichew est catastrophique pour les Ethiopiens qui en voulant contre-attaquer massivement et de manière conventionnelle, s’exposent dangereusement. Les Italiens utilisent toutes les armes disponibles (avions, chars, gaz de combat,..). La retraite éthiopienne, tout aussi meurtrière, s’effectue sous les bombardements à l’Ypérite. Dès lors, la guerre est perdue mais les combats vont durer jusqu’en mai.

31 mars 1954 : l’URSS demande son entrée dans l’OTAN. L’URSS demande officiellement son intégration à l’OTAN, aux 3 puissances occupantes (en Allemagne). Le conseil de l’Atlantique Nord répond défavorablement le 23 avril 1954. Le 14 mai 1955, le pacte de Varsovie nait.

31 mars 1966 : lancement de Luna 10 (Baïkonour – actuel Kazakhstan). L’URSS parvient à mettre en orbite autour de la lune le satellite Luna 10 qui va effectuer 460 révolutions et transmettre pendant près de 2 mois une moisson de données. C’est une première mondiale.  Même si la guerre froide est entrée dans une phase de relative détente depuis la fin de la crise des missiles à Cuba (fin 1962), la compétition en matière de conquête spatiale reste intense entre USA et URSS et ce nouveau succès soviétique met la pression sur le programme Apollo.




Chronique historique : 30 mars

30032017

30 mars 1282 : vêpres siciliennes (Palerme – Sicile). Subissant le joug français depuis 1130, les Siciliens profitent d’un incident entre une sicilienne et un chevalier pour se révolter. Environ 8000 français sont massacrés durant le mois qui suit. Charles d’Anjou, frère cadet de Saint Louis (Louis IX) et roi de Sicile, tente sans succès de reprendre le contrôle de la situation et meurt 3 ans plus tard.

 30 mars 1707 : mort du maréchal Vauban (Paris). Vauban est un des plus grands maréchaux de France. Même s’il commence sa carrière des armes parmi les « Frondeurs » de Condé, il a l’âme d’un grand serviteur ce que Mazarin découvre lorsqu’on lui présente le jeune Vauban fait prisonnier. Le cardinal, en le ralliant à la cause royale donne à Louis XIV et à la France, l’inventeur du « pré carré » (le réseau défensif français aux frontières), le père du génie militaire (les ingénieurs du Roi), le rénovateur de la poliorcétique (attaque et défense des places fortes),… Les sujets d’intérêt de Vauban dépassent ses préoccupations de militaire et concernent toujours l’amélioration des conditions de vie et travail des sujets du royaume (statistiques, agronomie, hygiène, hydraulique, architecture, …et finances). Il propose au roi l’idée d’un impôt touchant tous les revenus sans exception afin de renflouer les caisses. L’idée est acceptée mais du fait des nombreuses exemptions, perd de son efficacité, une fois appliquée. Il souhaitait de plus que cette dime remplace les autres impôts sans s’y rajouter et expose son projet dans un ouvrage que le roi interdit.http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/…/avallon-statue-du-mar…

 30 mars 1814 : bataille de Paris. Paris, dont les fortifications ont été peu entretenues pendant l’Empire, est attaqué sur un arc nord-est allant de Montmartre à Vincennes. Les Français infligent aux coalisés plus de 6000 morts, mais sont submergés par le nombre. La défection de Marmont, duc de Raguse, (« raguser » signifie dès lors « trahir ») contraint Napoléon à jeter l’éponge, faute de troupes disponibles. L’ennemi pénètre dans Paris le lendemain malgré ça et là des actes héroïques, comme celui des élèves de l’école polytechniques à la barrière de Clichy. Pour l’anecdote, le mot bistro (« vite » en russe) entre dans le vocabulaire français à ce moment : Les soldats russes emploient fréquemment le mot en commandant leur consommation au café.

 30 mars 1856 : le traité de Paris met fin à la guerre de Crimée.

 30 mars 1885 : bataille de Pendjeh (Afghanistan). Le général russe Komarov lance une attaque sur Pendjeh, une des entrées naturelles vers l’Afghanistan et bat des troupes afghanes qui s’y étaient aventurées. Cette incursion fait craindre un moment un affrontement avec le Royaume-Uni. L’empire russe cherchant une voie vers l’Océan indien et l’empire britannique voulant étendre ses possessions depuis l’Inde vers le Nord-est, se rencontrent en Afghanistan où se jouent des luttes d’influences que Kipling dans son ouvrage Kim a qualifié de Grand jeu. Ces luttes exploitent les traditionnelles faiblesses afghanes : insoumissions et guerres claniques incessantes.
Le même jour en France, Clemenceau fait tomber le cabinet de Jules Ferry en lançant un réquisitoire resté fameux contre l’expédition française du Tonkin. S’il dénonce l’expédition, c’est surtout pour ses bases idéologiques et son caractère dilatoire vis à vis de la « Revanche ». Malgré cela, les cabinets suivants renforceront l’effort colonial.

 30 mars 1954 : début de la bataille des cinq collines (Diên Biên Phu). La première vague d’assaut (13 et 14 mars) des divisions 316 et 312 de Giap a conquis les centres de résistance Béatrice et Gabrielle qui défendaient l’accès nord au terrain d’aviation. Surpris par l’ampleur des moyens ennemis engagés, les Français luttent à 1 contre 6 et tentent de reprendre pied. Le 30, dans la soirée, Giap, après avoir réorganisé son dispositif, lance un deuxième assaut mais cette fois sur les centres de résistance Eliane et Dominique, à l’est du camp retranché : si ces collines sont prises, c’en est fini. Le lieutenant Brunbrouk parvient, grâce à une utilisation en tir tendu de ses canons, à repousser momentanément les vagues d’assaut de l’armée populaire causant de très lourdes pertes chez l’assaillant qui sont finalement insuffisantes puisque les deux centres de résistance tombent le lendemain, avant d’être partiellement repris dans les jours qui suivent. La résistance de Brunbrouk, aidé par les tirailleurs nord-africains, les parachutistes vietnamiens et les deux mitrailleuses quadruples qui font des ravages dans les rangs du Viêt-Minh, oblige cependant Giap à renoncer aux attaques frontales pour privilégier désormais le pilonnage et l’étouffement du camp retranché par un immense réseaux de tranchées et de boyaux qui rappellent la Grande Guerre. La piste d’aviation est, depuis le 26 mars, inutilisable, le mauvais temps empêche l’appui aérien, le ravitaillement et le renforcement du camp sont impossibles, … Le point de non-retour est franchi. Diên Biên Phu va pourtant résister jusqu’au 7 mai.

  30 mars Le lieutenant Brunbrouck. Il a donné son nom à la 191ème promotion de Saint-Cyr (2004-2007).

 Quelques rendez-vous historiques :

du 24 mars au 27 août 2017 : exposition temporaire « Légion et cinéma » au musée de la Légion étrangère – Aubagne.
jusqu’au 30 juin 2017 : exposition « Le désert : explorations et opérations » – Musée des Troupes de Marine (Fréjus).
jusqu’au 26 juillet 2017 : exposition « Tambours, clairons, trompettes : commander, transmettre, informer en musique » au musée des Transmissions (Cesson-Sévigné).

Les conférences du Service historique de la Défense (SHD) avec leurs références bibliographiques.
et
les colloques, conférences, expositions, cinéma du site Mindef.

 




Chronique historique : 29 mars

29032017

29 mars 1631 : acte de naissance de la Marine militaire française. Richelieu fait publier le « Règlement sur le fait de la Marine » qui vise à donner les premiers fondements d’une organisation administrative de la Marine française.

 29 mars 1809 : prise de Porto (Portugal). Soult entre dans Porto. Au même moment Victor, pourtant en infériorité numérique, bat le général Cuesta.

 29 mars 1873 : création du camp de La Valbonne (Ain). Créé officiellement par le général Bourbaki, gouverneur de Lyon, le camp accueille les 86e et 92e régiments d’infanterie, après un an de travaux réalisés par le 2e génie. L’historique du camp évoquant également toutes les formations y ayant tenu garnison a été écrit par le lieutenant-colonel Pasteau : Le camp militaire de la Valbonne et ses régiments 1873-2012.

 29 mars 1903 : combat du Ksar el Azoudj (Algérie). « Lors de la pacification de l’Algérie, une section de 30 hommes composée de tirailleurs du 2è régiment et de légionnaires, commandés par le capitaine Normand se portent au-devant d’un groupe de 150 berbères qui viennent d’étriller des spahis sur la piste de Djenan à Taghit. Après 6 heures de combat, les français reculent en combattant en direction du fort de Ksar el Azoudj, le sergent Lovy et 3 tirailleurs forment l’arrière-garde. Ayant épuisé leurs munitions les quatre hommes se battent au corps-à-corps et sont tués. Le corps du sergent Lovy, d’abord enterré à l’oasis de Fendi, est ensuite officiellement inhumé à Tulle sa ville natale en 1904, sur intervention de l’Association des anciens Enfants de Troupe. Dans le contexte de ce début de XXè siècle au patriotisme exacerbé, il est devenu un symbole de l’enfant du peuple ayant offert sa vie à la Patrie. Un monument est érigé à sa mémoire dans sa ville natale sur une souscription ouverte par le 2è régiment de tirailleur algérien ». CNE Jean-Baptiste P. (COMLE).

 29 mars 1947 : insurrection malgache. (Madagascar). 150 Français sont tués lors d’une émeute indépendantiste. La reprise en main par l’armée et les forces de l’ordre est sanglante et passe inaperçue en France.

 29 mars 1967 : lancement du Redoutable – premier sous-marin nucléaire lanceur d’engins français (SNLE). Le général de Gaulle est présent et déclare : « C’est une journée capitale pour notre Marine, pour notre défense et par là, pour notre indépendance ».

 29 mars 1969 : condamnation du lieutenant William Calley pour le massacre de Mi Lay. Le 16 mars 1968, la compagnie « C » à laquelle appartient le Ltn Calley tue entre 300 et 500 civils dans le village de Mi Lay (Vietnam) au cours d’une opération planifiée. L’officier de 26 ans prétend avoir obéi aux ordres de son capitaine, Ernest Medina. Mais la cours martiale ne retient que la responsabilité personnelle et le condamne à la prison à vie pour le crime de 22 civils. Le président Nixon intervient trois jours plus tard pour commuer sa peine. Il est gracié en 1974 après 3 années de prison. Le scandale est grand dans l’opinion publique américaine. Des photos prises juste après le massacre, mais publiées au moment du procès, montrent au grand public des cadavres de civils dont beaucoup sont ceux de femmes et d’enfants.

 29 mars                     

  Quelques rendez-vous historiques :

du 24 mars au 27 août 2017 : exposition temporaire « Légion et cinéma » au musée de la Légion étrangère – Aubagne.
jusqu’au 30 juin 2017 : exposition « Le désert : explorations et opérations » – Musée des Troupes de Marine (Fréjus).
jusqu’au 26 juillet 2017 : exposition « Tambours, clairons, trompettes : commander, transmettre, informer en musique » au musée des Transmissions (Cesson-Sévigné).

Les conférences du Service historique de la Défense (SHD) avec leurs références bibliographiques.
et
les colloques, conférences, expositions, cinéma du site Mindef.







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles