Chronique historique : 13 décembre

13122017

13 décembre 1738 : combat de Borgo (Corse). Indifférentes au sort de la Corse durant les premières années de rébellion, les grandes puissances européennes s’intéressent de plus en plus à l’île génoise  qui pourrait devenir une base navale stratégique. La France, qui a signé en 1737 la convention de Versailles avec Gênes, respecte ses engagements en intervenant en Corse suite à une demande génoise. Cependant, elle est défaite par les insurgés à Borgo. La pacification ne sera réalisée qu’en juillet 1740.

13 décembre 1882 : naissance de l’anthropométrie judiciaire (Paris).  Alphonse Bertillon présente pour la première fois à la préfecture de police de Paris, la fiche signalétique et inaugure ainsi les débuts de la police scientifique.

13 décembre 1916 : avalanche dans le Tyrol. Un cantonnement autrichien situé sous le pic Gran Poz dans le mont Marmolada est enseveli sous une avalanche. 300 soldats autrichiens meurent sous la neige. En quelques jours durant ce mois de décembre, le front italo-autrichien aurait perdu près de 10 000 soldats (autrichiens et italiens) du seul fait des avalanches.

13 décembre 1937 : massacre de Nankin (Chine). Les Japonais envahissent la ville de Nankin et commettent l’un des plus grands massacres de ce qui va s’appeler la Seconde Guerre mondiale.

13 décembre 1974 : mort d’Henry de Monfreid (Ingrande – Indre). Le baroudeur de la Corne de l’Afrique meurt paisiblement, en France, à 95 ans. Sa vie n’a pourtant été qu’une succession d’aventures certes plus ou moins légales, mais toujours habilement racontées dans ses nombreux livres. Lire Les secrets de la mer Rouge. L’écrivain Joseph Kessel, fasciné par Monfreid, en a fait le héros de son roman Fortune carrée, Hergé s’en est lui aussi inspiré dans Les cigares du pharaon.

 13 décembre

13 décembre 1939 : bataille du Rio de la Plata (Uruguay). Le cuirassé de poche allemand Graf Spee sème la terreur dans l’Atlantique Sud parmi les navires marchands britanniques et décide Churchill à lancer à ses trousses trois croiseurs pour le couler et ainsi maintenir la route commerciale vitale pour la Grande-Bretagne. Le Graf Spee est repéré au large de l’Uruguay et le premier grand combat naval de la Seconde Guerre Mondiale s’engage le 13 décembre, alors qu’en Europe la « drôle de guerre » se poursuit. Rapide et bien armé, il met hors de combat le HMS Exeter et cause de graves dommages au HMS Ajax. Il est cependant lui-même endommagé et doit  trouver refuge dans le port de Montevideo. Obligé de quitter l’Uruguay, pays neutre, le Graf Spee n’est plus opérationnel malgré quelques réparations. Son commandant craignant d’être vaincu par la marine anglaise qu’il pense, à tort, rassemblée à l’embouchure du Rio de la Plata, préfère saborder le navire le 17 décembre. Il se suicidera trois jours plus tard.

 

                   

 




Chronique historique : 12 décembre

12122017

12 décembre 1202 : Pérouse bat Assise (Italie).  Le futur saint François d’Assise, alors jeune homme (21 ans), plein de fougue et loin d’être saint, part combattre la cité rivale de Pérouse.  Arrivés fatigués devant les remparts, après une cavalcade enthousiaste de près de 16 kms, les Assisiates se font tailler en pièces par les Pérousiens à Collestrada sur les bords du Tibre. François est fait prisonnier car il possède un cheval et passe donc pour noble. Il reste prisonnier un an et n’est libéré qu’après l’intervention de son père, le riche commerçant Bernardone.

 12 décembre 1677 : bataille de Tabago (actuelle République de Trinité et Tobago). Le vice-amiral d’Estrée reprend Tabago aux Hollandais. Dans l’attaque, l’amiral hollandais Binckes est tué. L’ile devient anglaise en 1797 et le reste jusqu’à son indépendance en 1962.

12 décembre 1773 : naissance de Surcouf (Saint Malo). Marin dès 13 ans sur des navires de commerce, il apprend vite le métier dans l’Océan indien. Officier avant 20 ans pour belle conduite au feu puis lors d’un naufrage, il se voit confier par des armateurs un brick armé pour la guerre de course. Sa carrière de « roi des corsaires » commence. Courageux, inventif, humain, il devient grâce à de nombreux exploits la terreur des marins anglais. Il lui arrive régulièrement d’être victorieux en combattant à 1 contre 3. Ayant une conception de l’action navale opposée à celle de Bonaparte (guérilla / combat d’escadres), il décline une offre de commandement du 1er consul et préfère poursuivre ses activités pour son propre compte. Enrichi, il devient armateur. L’imagerie populaire n’a retenu que ses campagnes héroïques. Une répartie célèbre du corsaire à un marin anglais qui lui reprochait de se battre pour l’argent et non pour l’honneur : « Chacun se bat pour ce qu’il n’a pas ! »

12 décembre

12 décembre 1793 : bataille du Mans. Pourchassés par les bleus (Républicains), les Vendéens de La Rochejaquelein ont pris le Mans (10/12) où ils se sont réfugiés. Epuisés par la traque, ils se laissent surprendre par les Républicains de Westermann. Le combat vire au massacre et 15000 Vendéens sont tués, hommes, femmes et enfants.

 12 décembre 1899 : création des batteries mixtes d’artillerie (Indochine). A l’initiative du général Borgnis Desbordes et du gouverneur de l’Indochine, Paul Doumer, des batteries mixtes sont créées. Composées d’européens et d’annamites, elles portent de 9 à 14, le nombre de batteries présentes en Indochine.

 12 décembre 1953 : évacuation de Lai Chau (Indochine). L’armée française évacue le camp retranché de Lai Chau, laissant celui de Dien Bien Phu poursuivre sa montée en puissance. La plupart des évacuations par la piste Pavie seront détruites par la division VM 316.

 12 décembre 1991 : premier vol du Rafale marine (Istres).

La statue de Surcouf à Saint Malo.




Chronique historique : 11 décembre

11122017

11 décembre 1241 : mort de Ogodei (Mongolie). Le troisième fils de Gengis Khan meurt à 55 ans après 14 années de règne et laisse le vaste empire de son père en régence à son épouse.

11 décembre 1880 : décès d’Oliver Winchester. « Ingénieur, homme d’affaire et politique américain, il crée la Winchester Repeating Arms Company. Il compte parmi ses employés un armurier de génie, Benjamin Tyler Henry, qui devient le père des modèles Winchester 1866 et Winchester 1873. Cette dernière restera comme le modèle emblématique de la conquête de l’Ouest américain armant notamment Buffalo Bill, les frères Daltons (les vrais), Calamity Jane ou encore Billy the Kid ». CNE J-B P. (COMLE).

11 décembre 1898 : la colonne Marchand quitte Fachoda (actuel Soudan du Sud). Arrivé depuis le 10 juillet 1898 à Fachoda, le commandant Marchand reçoit l’ordre du gouvernement français, le 3 novembre, de céder la place au général Kitchener et à son armée, arrivés le 18 septembre. La colonne Marchand embarque sur des vapeurs en direction de Djibouti qu’elle n’atteindra qu’en mai.

11 décembre 1939 : début de la bataille de Suomussalmi (Finlande). Débutée le 30 novembre, l’invasion russe de la Finlande s’enlise alors que les effectifs soviétiques sont considérables face à la petite armée finlandaise. Jusqu’au 8 janvier 1940, les troupes soviétiques perdent 2 divisions suite aux harcèlements d’équipes finlandaises à skis .

11 décembre 1942 : publication en France de Pilote de guerre. Paru dans un premier temps aux Etats-Unis le 20 février 1942, sous le titre Flight to Arras, l’ouvrage reste pendant 6 mois la meilleure vente en librairie américaine. Autorisé par Vichy, le livre est interdit quelques mois plus tard par les Allemands. Le capitaine Saint-Exupéry y raconte la Campagne de France vue de son avion de reconnaissance au sein du groupe 2/33. « On meurt pour une maison. Non pour des objets et des murs. On meurt pour une cathédrale. Non pour des pierres. On meurt pour un peuple. Non pour une foule.[...] On meurt pour cela seul dont on peut vivre« . Saint-Exupéry, Pilote de guerre.

11dec

11 décembre 1942 : première mission spéciale pour le Casabianca (Alger). Le sous-marin Casabianca du capitaine de corvette Lherminier, appareille pour la Corse avec à son bord la mission Pearl Harbour qui doit structurer la résistance sur l’île et préparer un prochain débarquement.




ACTU DEFENSE du 30 novembre 2017

11122017

Capture

Le dernier numéro de la lettre d’information « Actu Défense » est paru.

Ont retenu plus spécialement notre attention : fichier pdf Actu Défense 30 novembre 2017

-          le déplacement du Président de la république en Afrique (Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Ghana [ce dernier pays faisant partie de l’Afrique anglophone, c’était donc une première pour un  président français]), comportant, au menu des rencontres : la lutte contre le terrorisme avec le renforcement des capacités des forces africaines et notamment, le consolidement du « G5 Sahel », ainsi que l’initiative euro-africaine visant à contrer l’action des trafiquants d’armes et d’êtres humains ;

-          la livraison aux armées (armée de Terre [infanterie et cavalerie] et Forces spéciales des trois armées) du « Missile moyenne portée » (MMP), missile de 5ème génération, permettant des tirs de jour comme de nuit, sur tous types de terrain (y compris en zone urbaines). Le système d’armes bénéficie des retours d’expérience (RETEX) des derniers engagements opérationnels et permettra de s’adapter aux conflits dits « asymétriques » (adversaires non constitués comme une armée classique, pour résumer) ;

-          la démarche « innovation et numérique », avec notamment la visite de Mme Florence Parly, ministre des armées (MINARM) à « l’accélérateur de start-up NUMA », dans le cadre plus large d’une stratégie globale de placement de l’innovation  numérique au cœur de la transformation du ministère et des armées, y compris dans leur gouvernance ; L’armée de Terre au demeurant prend aussi un virage digital encore plus accentué qu’il ne l’est déjà (cf. 2ème article à ce sujet) ;

-          la livraison, par la « Direction générale de l’armement » (DGA) du douzième avion de transport de nouvelle génération « A400M » à l’Armée de l’air, le 22 novembre 2017. Au-delà des capacités de transport de ses prédécesseurs, cet appareil est le premier à pouvoir être équipé de dispositifs permettant le ravitaillement en vol des avions de chasse ;

-          l’interception, par les forces armées en Nouvelle Calédonie, de deux bateaux vietnamiens en infraction avec la législation relative à la pêche dans les eaux territoriales françaises. Pour mémoire, la France possède, avec 11 millions de km2, la deuxième surface maritime mondiale, appelée, « Zone économique exclusive » (ZEE), qui s’étende, depuis les côtes jusqu’au plateau continental sous-marin jusqu’à 200 nautiques, soit 370 km à partir de chaque rivage national. Les ressources réelles et potentielles sont, évidemment l’objet de convoitises multiples et les bâtiments de la Marine nationale, pas assez nombreux au regard des immensités à surveiller ( sur 123 bâtiments que compte la Marine nationale, inclus les sous-marins, [mais sans compter les 38 bâtiments de la gendarmerie maritime qui ont davantage une fonction de contrôle « côtiers »], 74 sont des bâtiments de combat et de soutien [cf. « Les chiffres clés de la Défense », édition 2017] ; en novembre 2017, 54 bâtiments étaient déployés sur le globe [cf. « Cols bleus, édition de novembre 2017]) ;

-          enfin, comme à l’accoutumée, l’actualité des théâtres d’opérations extérieures (exclu donc l’opération intérieure « Sentinelle »). Pour mémoire, l’ensemble des militaires des trois armées et des services, engagé sur et hors le territoire national représente un effectif permanent de 30 000 hommes et femmes.

 

 

 




Chronique historique : 8 décembre

8122017

8 décembre 1594 : invention de la contremarche européenne par Guillaume Louis de Nassau (Groningue – actuels Pays-Bas). Chef de guerre aussi expérimenté que cultivé, il met au point les mouvements tactiques de l’infanterie permettant d’obtenir un « feu roulant » en permutant les lignes d’arquebusiers.

8 décembre 1914 : bataille des Falkland (Atlantique Sud). Ayant coulé la flotte vieillissante britannique du contre-amiral Cradock lors de la bataille de Coronel (01/11/1914) au large du Chili, le vice-amiral von Spee tente de rallier l’Allemagne en infligeant le maximum de dégâts possibles au trafic commercial britannique. Il fait un détour par les Falkland pensant au pire bombarder la base de Port Stanley, au mieux y surprendre la flotte du contre-amiral Sturdee qu’il espère bloquée au port en plein charbonnage. Sturdee escomptant cette erreur a placé des vigies sur les hauteurs de l’ile lui donnant le temps de se préparer. Sa flotte surclassant celle de Spee en vitesse, armement et blindage, il venge de manière magistrale Coronel en coulant 4 croiseurs allemands sans perdre lui-même une seule unité. L’Allemagne n’a plus dès lors que l’option de la guerre sous-marine pour gêner les approvisionnements alliés.

8 décembre 1925 : publication en Allemagne de l’ouvrage d’Adolph Hitler Mein Kampf . Lorsqu’en 1934 parait en France la première traduction de l’ouvrage – d’ailleurs contre l’avis d’Hitler qui fera un procès à l’éditeur – la couverture est barrée d’une citation de Lyautey : « Tout Français doit lire ce livre ». Mon combat, rédigé en prison après son coup d’Etat raté à Munich (8 novembre 1923) est un exposé particulièrement explicite des thèses nazies (racisme, antisémitisme, anti-christianisme, espace vital, revanche, …). Le traducteur André Calmettes expliquera qu’il s’est fait un douloureux devoir de traduire l’ouvrage pour avertir les Français d’un péril qu’il sentait venir d’Allemagne. Ian Kershaw , biographe d’Hitler, estime que 80 millions d’exemplaires ont été diffusés jusqu’à présent dans le monde. Environ 10 millions l’avaient été jusqu’à la fin de la Seconde Guerre Mondiale…

8 décembre 1929 : naissance de Gérard de Villiers (Paris). Le créateur de SAS, série de romans d’espionnage mettant en scène Malko Linge le fameux prince mais néanmoins espion à la solde de la CIA, aurait 88 ans aujourd’hui (décédé le 30/10/2013). Avec à son actif 200 ouvrages et au moins 100 millions d’exemplaires vendus dans le monde depuis 1965, Gérard de Villiers est l’un des écrivains français les plus connus et les plus lus. Considéré par beaucoup comme un auteur de littérature de gare à cause d’un style expéditif et de ses répétitives scènes torrides, il a cependant fait l’objet d’un article élogieux du New York Times en janvier 2013 le qualifiant d’auteur de romans d’espionnage le mieux informé, tant ses ouvrages sont géopolitiquement solides et certains même, prophétiques. Le général Rondot le présente comme un « homme au courage physique à la limite de l’inconscience » et Hubert Védrine, ancien ministre des Affaires étrangères comme « extrêmement intéressant, avec un œil et un flair incroyables ».

8 décembre 1940 : déchéance de la nationalité française pour De Gaulle. Par décret du 8 décembre 1940, publié au Journal officiel du 10 décembre 1940, page 6043, Charles de Gaulle est déchu de la nationalité française, à effet du 2 août 1940, sur le fondement de la loi du 23 juillet 1940. Ce sera aussi le cas de tous les résistants (lois du 22 juillet 1940 et du 23 février 1941).

8 décembre 1941 : déclaration de guerre au Japon. Etats-Unis et Grande-Bretagne répondent à l’attaque surprise de Pearl Harbour.

8 décembre 1944 : création des CRS (compagnies républicaines de sécurité). CRS, héritières des groupes mobiles de réserve (GMR) créés par Vichy le 23 avril 1941 et restructurés à la Libération.

8 décembre 1955 : adoption du drapeau européen. Par l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe. Ses 12 étoiles d’or, pointes en haut, disposées en cercle sur fond d’azur, symbolisent l’union et la solidarité entre les peuples d’Europe. Schumman a choisi la couronne à 12 étoiles (alors qu’il n’y avait pas 12 pays en 1955) en référence à la couronne d’étoiles de la Sainte Vierge

8 décembre 1987 : signature du traité INF. Traité entre l’URSS et les USA prévoyant la suppression des missiles sol-sol ayant une portée comprise entre 500 et 5500 km.

8 décembre 1987 : livraison des premiers C-130 Hercules H.

8 décembre 1991 : création de la Communauté des Etats Indépendants – CEI  (traité de Minsk). Le traité prévoit aussi la dissolution de l’Union soviétique (URSS). Signé dans un premier temps par la Russie, l’Ukraine et la Biélorussie le traité est contresigné le 21 décembre suivant par 8 autres anciennes républiques soviétiques.

8dec

8 décembre 2004 : création d’une direction nationale du renseignement (Washington). Faisant suite aux recommandations de la Commission indépendante sur les attentats du 11 septembre 2001, sont créés un poste de directeur national du renseignement, un Centre national de lutte contre le terrorisme et un Centre national de lutte contre la prolifération des armes chimiques, biologiques et nucléaires, ainsi qu’un Bureau pour la protection des libertés civiles et de la vie privée.




UNE BANDE DESSINEE SUR L’EMIA

7122017

ia1

Une bande dessinée réalisée par la promotion de l’EMIA Maréchal BESSIERES avec le soutien de sponsors parmi lesquels la SNCF, L’Epaulette et plusieurs promotions de l’EMIA, sera proposée à la vente à partir du 19 janvier 2018, mais également sur le site de la 56ème promotion « LCL MAIRET » (1ère brigade de l’EMIA) ainsi qu’à son magasin promotion http://www.boutique.promotions-emia.fr au prix public de 14 euros.

Elle sera disponible en pré-vente à compter du 19 décembre 2017 au prix préférentiel de 13€. Il est possible de réserver cette BD auprès de la promotion LCL MAIRET avant le 11 décembre. Pour ce faire, envoyer un message a l’adresse suivante en indiquant le nombre d’exemplaires souhaités : marine.carrias@st-cyr.terre-net.defense.gouv.fr.

Une séance de dédicace aura lieu à Coëtquidan le 19 décembre dans le hall de la médiathèque de 13h30 à 18h, vous pourrez y rencontrer les auteurs et retirer les ouvrages commandés.

Ci-après, le synopsis de l’album :
À l’École Militaire Interarmes, deux élèves officiers, Benoit et Charles, aux caractères opposés vont mettre leur amitié à rude épreuve. En effet, le fougueux Benoit est persuadé qu’un professeur participe à un complot visant l’EMIA. Co-écrit par un ancien élève de l’EMIA, cet album vous propose une plongée unique dans une des grandes écoles d’officiers françaises. Très documentée, cette BD présente une enquête résolue en un tome.

ia2ia3




Chronique historique : 7 décembre

7122017

7dec

7 décembre : Saint Ambroise, patron du corps technique et administratif (CTA). Sage administrateur de la ville de Milan dont il devient évêque au IVème siècle, Saint Ambroise est docteur de l’Eglise. Réputé pour ses qualités de pédagogue, de défenseur des lois et de l’Eglise, il a été choisi comme Saint patron du CTA.

7 décembre 1815 : exécution du Maréchal Ney (Paris). Un rassemblement important étant signalé sur le lieu traditionnel des exécutions (plaine de Grenelle), le « braves des braves » est exécuté rue de l’observatoire, pour éviter tout dérapage populaire.

7 décembre 1841 : création de 3 bataillons de tirailleurs indigènes (Algérie). Les futurs tirailleurs algériens sont créés par une ordonnance royale.

7 décembre 1895 : Les Ethiopiens infligent une défaite aux Italiens à Ambia Alagi (Abyssinie). Durant la première guerre italo-éthiopienne, 2500 soldats italiens et érythréens sont battus par les 20 000 hommes de Makonen, le père du futur Hailé Sélassié. Quelques semaines plus tard, les Italiens sont à nouveau défaits à Mekele puis Adoua. Ces revers inattendus vont alimenter le désir de revanche italien qui peut aussi expliquer pour partie la montée en puissance de Mussolini.

7 décembre 1936 : disparition en mer de Jean Mermoz à bord du « Croix-du-Sud ». Après une courte carrière dans l’aviation militaire, il acquiert ses lettres de noblesse dans l’aéropostale avec la traversée des Andes, en juillet 1929, et celle de l’Atlantique Sud sans escale avec le même avion en mai 1930. Il est l’auteur de Mes vols.

7 décembre 1941 : attaque surprise japonaise du port de Pearl Harbour (Hawaï). La flotte de l’amiral Yamamoto détruit en deux heures les trois quarts de la flotte américaine basée à Hawaï, sauf trois porte-avions, en mer, au moment de l’attaque. 2400 marins périssent sous les bombes japonaises. L’indignation dans l’opinion publique américaine est telle que le président Roosevelt n’a aucune peine à faire entrer officiellement en guerre les Etats-Unis qui jusque-là refusaient de s’impliquer dans le conflit mondial grandissant.

7 décembre 1942 : opération Frankton (Estuaire de la Gironde). Voulant gêner les échanges maritimes entre le Japon et le Reich, Churchill demande qu’une opération soit montée contre le port de Bordeaux d’où part le commerce armes contre caoutchouc. Lord Mountbatten, chef des opérations combinées, fait préparer une opération commando. Le sous-marin HMS Tuna débarque près de l’estuaire de la Gironde 10 Royal Marines qui remontent l’estuaire à bord de 5 kayaks pour aller poser des charges explosives sur les bateaux à quai. Le 11 décembre, 6 cargos et forceurs de blocus sont gravement endommagés par les explosions. Seuls, 2 commandos survivent et rejoignent la Grande-Bretagne avec l’aide de la Résistance. Les 8 autres périssent : 2 noyés, 6 fusillés après dénonciation et arrestation et ce malgré leurs uniformes empêchant de les confondre avec des terroristes. L’un des deux survivants est le chef du commando, le major Asler, surnommé « Blondie ». Il fait partie de ceux qui organisent en 1960 la première transatlantique en solitaire à la voile, Plymouth-Newport. Il y prend part à la première édition remportée par Sir Francis Chichester. La seconde, en 1964, est remportée par un certain Eric Tabarly. Lire le livre d’André Voisin, L’Odyssée du Commando Frankton, (réédition 2011).




Chronique historique : 6 décembre

6122017

6 décembre 1815 : condamnation à mort du maréchal Ney. Après avoir juré à Louis XVIII de lui ramener dans une cage de fer, Napoléon Ier qui vient de s’échapper de l’ile d’Elbe, Ney se rallie à celui qui l’a fait maréchal et pour lequel il a remporté tant de batailles. Il les a toutes faites et a souvent sauvé la Grande Armée, notamment durant la retraite de Russie, où chargé de protéger les arrières français, son comportement est non seulement héroïque mais efficace (1812). Doté d’un caractère difficile, il a été relevé de son commandement durant la campagne d’Espagne (1808), supportant mal ses pairs, Moncey, Soult… Au début des « 100 jours », son ralliement à l’Empereur qu’il venait juste de quitter, lui vaut d’être considéré comme traitre au roi. Louis XVIII ne lui pardonnera pas ce revirement (sans calcul) et le fera fusiller (7 décembre). A Waterloo, où il fut plus héroïque qu’efficace, il cherchait la mort sentant la fin d’une manière ou d’une autre. Mais comme le dira V. Hugo : « tu étais réservé à des balles françaises, infortuné« . Fidèle à lui-même, il est devant son peloton d’exécution aussi courageux que devant l’ennemi et  meurt en criant « vive la France ». Duc d’Elchingen, prince de la Moscowa, Ney était un hussard. Surnommé « le brave des braves » , « le lion rouge » ou encore « le rougeaud », il était adoré par ses hommes. Ney est l’arrière grand-oncle du général Massu.

6 décembre 1917 : le Mont-Blanc pulvérise une partie de Halifax (Canada). Le transport de munitions Mont-Blanc, chargé de plus de 2000 tonnes de produits explosifs entre dans le port d’Halifax pour se joindre à un convoi de ravitaillement à destination de l’Europe lorsqu’il est percuté par l’Imo, navire norvégien en partance pour New-York. La violence de l’incendie contraint l’équipage à abandonner le navire qui poursuit sa route vers le quai. A 09h00 du matin, le Mont-Blanc explose tuant sur le coup 1600 personnes, détruisant près de 3 km² de la ville d’Halifax et déclenchant un raz-de-marée local. Une pièce de 500 kg du Mont-Blanc est retrouvée à 3 km à l’intérieur des terres. L’accident est encore à ce jour répertorié comme la 2ème plus puissante explosion artificielle non nucléaire.

6dec

6 décembre 1938 : déclaration Bonnet – Ribbentrop (Paris). Les ministres des Affaires étrangères français et allemand reconnaissent solennellement comme définitive la frontière entre leurs pays telle qu’elle est tracée et partagent pleinement la conviction que les relations pacifiques et de bon voisinage entre la France et l’Allemagne constituent l’un des éléments essentiels de la consolidation de la situation en Europe et du maintien de la paix générale…

6 décembre 1941 : Roosevelt appelle l’empereur Hiro Hito à la paix. Dans une lettre qu’il lui adresse personnellement, le président américain demande à l’empereur japonais de s’investir pour garantir la paix entre leurs deux nations. Au même moment, la flotte japonaise s’apprête à lâcher ses  escadrilles embarquées contre Pearl Harbour.

6 décembre 1950 : De Lattre de Tassigny nommé haut-commissaire en Indochine. Lire le dernier ouvrage d’Yvan Cadeau.







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles