Chronique historique : 3 mai

3 05 2019

3 mai 1808 : exécution des prisonniers espagnols sur ordre du maréchal Murat.
Les habitants de Madrid se sont soulevés la veille contre l’occupant français. Murat tente de réprimer la rébellion en procédant à des exécutions sommaires. La révolte s’étend à presque tout le pays à l’appel du clergé, de la noblesse et des libéraux. Plusieurs armées françaises sont anéanties du fait de cette «guerre de l’indépendance» d’un genre inconnu jusqu’alors. On invente l’expression «guérilla» (petite guerre) pour qualifier les attaques surprises des combattants de l’ombre qui ne laissent aucune chance aux groupes de soldats isolés. Les Anglais en profitent pour débarquer en Espagne un corps expéditionnaire sous la conduite du général Arthur Wellesley, futur duc de Wellington (qui vaincra Napoléon à Waterloo). L’événement inspire le peintre espagnol Francisco de Goya pour son plus célèbre tableau : Tres de Mayo. La toile a été commissionnée par le gouvernement provisoire espagnol sur suggestion de Goya. Elle pourrait aujourd’hui passer pour une habile propagande destinée à galvaniser le peuple mais elle n’a été achevée qu’en 1814. Les Espagnols n’ont pas attendu ce que nous appelons aujourd’hui « la puissance de l’image » pour s’insurger. Lire le flagellant de Séville de Paul Morand pour découvrir la guerre d’Espagne vue du côté d’une famille espagnole patriote mais partagée entre gout des idées démocratiques et fidélité à la monarchie. Passionnant et très bien écrit.

3 mai 1809 : prise d’Ebelsberg (Autriche).
Le fort qui commande la confluence Danube –Traun est pris par les troupes de Masséna qui obligent l’archiduc d’Autriche à se replier vers Vienne.

3 mai 1854 : le capitaine Faidherbe est nommé gouverneur du Sénégal

3 mai 1925 : mort de Clément Ader (Toulouse).
Inventeur français qui fait décoller pour la première fois un plus lourd que l’air le 9 octobre 1890.

3 mai 1958 : fin de la bataille de Souk Ahras (Djebel el Mouadjène – Algérie).
Du 28 avril au 3 mai, plus de 30 compagnies ou escadrons sont engagés simultanément dans une vaste opération de bouclage à proximité du barrage électrifié (ligne Morice) édifié le long de la frontière tunisienne. Les Français engagent le 9 RCP, 60 RI, 152 RIM, 153 RIM, 8 RA, 14 RCP, 26 RIM, 3 REI, 3 GCNA, 1 REP, 2 REP, 18 RCP, 18 hélicoptères, 150 véhicules au sol et des avions d’appui au sol contre 1300 combattants du FLN dont le 4e faïlek, son bataillon de choc qui tente de franchir la ligne Morice. Au terme de la bataille, le FLN perd 620 hommes (le 4eme failek est détruit) alors que côté français les pertes s’élèvent à 47 morts (33 du 9 RCP dont le capitaine Beaumont, commandant la 3e cie), 68 blessés (dont 40 du 9 RCP). 3 prisonniers français capturés dans la région de Souk Ahras plusieurs mois auparavant sont exécutés en Tunisie en représailles. Une promotion de l’ESM Saint-Cyr a pris pour parrain le capitaine Beaumont (2005-2008). La 44e promotion de l’EMIA a pris pour parrain le col Gueguen (2004-2006).
Lire Volontaire du colonel Émile René Gueguen, qui commandait la 2e compagnie du 9 RCP et qui récupèrera le corps de Beaumont sur le terrain.


Actions

Informations



Laisser un commentaire




''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles