Chronique historique : 1er mars

4 03 2019

1er mars 1808 : création des dignités d’Empire.  

Par décret impérial, Napoléon crée (sans l’écrire spécifiquement dans le texte de 1808) la noblesse d’Empire après avoir réalisé qu’il ne pourrait durer qu’en s’attachant les meilleurs. Ce qui passe, à l’époque, pour un retour à l’Ancien Régime, est en fait dans l’esprit de l’Empereur plus un système de récompenses que la restauration pure et simple de ce que la Révolution concevait comme des inégalités. Il s’agit aussi d’une certaine manière d’amalgamer les nouvelles élites issues de la Révolution à l’ancienne noblesse, haïe mais aussi admirée.  

La Restauration ne remettra pas en cause cette création : « la noblesse ancienne reprend ses titres ; la nouvelle conserve les siens » (Charte de 1814). 
 
1er mars 1815 : le premier des cent jours.  

Après s’être échappé de l’île d’Elbe, Napoléon débarque à Golfe Juan. Il rallie à lui la plupart des troupes venues l’arrêter dont celle du maréchal Ney.  

Il arrivera aux Tuileries, à Paris, le 20 mars. 

 1er mars 1896 : défaite italienne à Adoua (Ethiopie).  

Les Italiens participent comme les grandes puissances européennes de l’époque, à la course aux conquêtes coloniales, mais subissent un revers très important près de la localité d’Adoua.  

Les 18 000 hommes qu’engagent imprudemment les Italiens sont battus par un prince éthiopien, le Ras Makonnen, à l’appel de l’empereur, le négus Ménélik II. Bien armés et dotés d’une artillerie anglaise, les Ethiopiens écrasent l’armée italienne qui perd 6000 tués et 3000 prisonniers. Cette victoire fait à la suite de d’autres moins importantes mais déjà victorieuses conséquentes pour les Ethiopiens.  

Par ailleurs, le Ras Makonnen avait déjà participé à l’extension vers l’est du royaume du Négus avant cette guerre. Il est aussi le père du Ras Tafari, futur Négus, Haïlé Sélassié Ier, dernier empereur à régner sur l’Ethiopie de 1930 à 1974. 

 1er mars 1916 : bombardements de Vaux et Damloup (Verdun).  

A Verdun, pause dans les attaques de l’infanterie allemande, mais début d’un très violent bombardement de toutes les positions françaises. LCL

Rémy Porte    
1er mars 1925 : création des SS.  

Hitler demande à son chauffeur de créer une équipe de protection dévouée corps et âme. En quelques mois, les Schutzstaffel (SS) se structurent en tant que sous groupement des SA (Sturm Abteilung).  

Le rapport de force changera lors de la Nuit des longs couteaux (29 juin 1934) : les chefs SA seront alors méthodiquement éliminés par les SS.  

 1er mars 1948 : mort au combat du lieutenant-colonel Brunet de Sairigné (Lagnia Biên Hoa – Indochine).  

Saint-cyrien de la promotion « du roi Albert 1er », il est affecté au 29e bataillon de chasseurs puis rejoint en 1939 la Légion. Il connait son baptême du feu à Bjerkvik avec la 13e DBLE et combat dans ses rangs durant presque toute la deuxième guerre mondiale.Son comportement héroïque à Bir-Hakeim lui vaudra d’être fait Compagnon de la Libération, à 29 ans, en août 1942, en même temps que le général Koenig et le lieutenant-colonel Amilakvari.  A l’été 1946, il rejoint l’Indochine et prend le commandement de la Phalange Magnifique : c’est alors le plus jeune chef de corps de l’armée française (32 ans).  Il est tué dans l’embuscade de son convoi en route vers Dalat.  

 La 154e promotion de l’ESM (1967-1969) porte son nom ».  Lire la belle biographie que lui a consacré par sa fille, la journaliste Guillemette de Sairigné, Mon illustre inconnu : Enquête sur un père de légende, (Fayard, 1998). 

 1er mars 1954 : explosion de Castle Bravo (atoll de Bikini – Iles Marshall).  

Lors de l’opération Castle, les États-Unis testent une bombe H (à fusion) de 15 mégatonnes en surface de l’atoll. Même si elle était plus de 1000 fois plus puissante que les explosions d’Hiroshima et Nagasaki, elle reste très largement inférieure à l’essai soviétique de la Tsar Bomba (50 mégatonnes le 30 octobre 1961).  

 1er mars 1974 : création officielle du GIGN (Maisons-Alfort).  

 Au départ, le GIGN (Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale) est scindé en deux groupes créés séparément fin 1973 : 

  • le GIGN 1, basé à Maisons-Alfort, descendant de l’ECRI      (équipe commando régionale d’intervention) créée au sein de l’escadron 2/2      de gendarmerie mobile ; 
  • le GIGN 4, fondé en 1973 et basé à Mont-de-Marsan, au      sein de l’escadron 9/11 parachutiste de gendarmerie mobile.  

Le commandement de l’ECRI est confié au lieutenant Christian Prouteau et l’unité devient opérationnelle le 1er mars 1974, qui deviendra la date d’anniversaire du GIGN. Les deux unités seront regroupées en 1976 à Maisons-Alfort, au sein d’un seul GIGN, déplacé en 1983 à Versailles, où est toujours installé l’état-major et la plus grande partie du groupe. 

 1er mars 1999 : entrée en vigueur de la Convention d’Ottawa.  

Ouvert à la signature des États le 3 décembre 1997, le traité interdisant la production, la vente, le transport et l’utilisation de mines antipersonnel prend effet dans les pays signataires. Lady Diana Spencer a fortement contribué à le promouvoir. Aujourd’hui plus de 150 États l’appliquent dont la France. L’École du génie (Angers) est le pôle d’expertise pour la lutte contre les mines antipersonnel et la pollution du champ de bataille. 


Actions

Informations



Laisser un commentaire




''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles