Chronique historique : 7 février

7 02 2019

7 février 1517 : naissance du Port du Havre.  

“Face au développement des échanges commerciaux en Atlantique et soucieux d’avoir une base pour partir à la conquête du Nouveau Monde, François 1er charge Guillaume de Bonnivet de développer en Normandie, au lieu de Grace, un port sûr, une ville et une place forte protégeant l’entrée de la Seine.  

Aujourd’hui, le Grand port maritime du Havre, membre du groupement HAROPA Ports de Paris Seine Normandie, est le deuxième port français en trafic global (72 M de tonnes en 2017) et le premier port français pour les conteneurs (2,9 M d’EVP en 2017)”. CESM.  

 7 février 1807 : veille de la bataille d’Eylau (actuelle Bagrationovsk – Russie).  

Soult et Murat attaquent l’avant-garde russe de Bagration. Napoléon décide malgré l’infériorité numérique française d’attaquer le lendemain à partir du village d’Eylau. Il va vaincre mais au prix de très lourdes pertes. 

 7-8 février 1809 : siège de Saragosse (Espagne).  

Les Français du maréchal Lannes s’emparent du principal îlot de résistance de la ville de Saragosse dirigé par le général Palafox et aidé par toute une population que galvanise le clergé.  La bataille coûte en un mois aux Français 3 000 morts (dont le général Lacoste, commandant du génie. Ses sapeurs sont très sollicités dans les combats de rues) et 5 000 blessés, contre 50 000 Espagnols.  

 7 février 1915 : seconde bataille des lacs de Mazuries (actuelle Pologne).  

Les 8e et 10e armées allemandes prennent en tenaille les forces russes qui se replient de plus de 100 km et évitent la destruction grâce au sacrifice de la Xe armée russe. Les Allemands capturent tout de même 90 000 Russes mais ne parviendront pas à aller plus à l’Est. La première bataille des Lacs de Mazuries s’était soldé elle aussi par une défaite russe en septembre 1914. 

 7 février 1952 : mort du lieutenant Charles Rusconi (Phu Ly). 

Chef du commando 23, Rusconi est beaucoup moins célèbre que l’adjudant-chef Vandenberghe (commando 24) mais présente pourtant le même profil et la même efficacité lors des missions d’action dans la profondeur.  Comme Vandenberghe, assassiné 1 mois avant, il est trahi par un ancien vietminh « retourné » sur lequel le Dich Van (service d’action psychologique Viet) faisait pression. Il meurt avec la quasi-totalité de son commando dans la nuit du 7 au 8, submergé par une compagnie vietminh que le traître a fait pénétrer dans le camp.  

La particularité de son commando : vietnamiens et sénégalais. Ses soldats sénégalais disaient de lui : « Petit, mais malin ! ». 

 7 février 1962 : 10 attentats de l’OAS (Paris).  

L’Organisation Armée Secrète plastique le domicile de Malraux, Sartre et de plusieurs autres universitaires et journalistes. En réaction, un appel à la manifestation est lancé pour le lendemain (8 février) par des mouvements de la gauche malgré l’état d’urgence décrété depuis Avril 1961. Les forces de l’ordre, en chargeant les manifestants, créent un mouvement de foule où 8 personnes décèdent (à la station du métro Charonne). 

 7 février 1965 : début des bombardements américains sur le Nord Vietnam. 

 7 février 1968 : bataille de Lang Vei (Vietnam).  

Une section de bérets verts américains et une compagnie d’»irréguliers» sud-vietnamiens sont attaquées par surprise durant l’offensive du Têt par 4 000 soldats nord-vietnamiens dans le petit camp des forces spéciales de Lang Vei.   L’attaque nord-vietnamienne a pour objectif d’obliger les américains de la base de Khe Sanh à diviser leurs forces en portant secours à Lang Vei, situé à 8 kilomètres et qui n’a aucune chance de résister à l’attaque.  Pour la première fois durant le conflit, des blindés soviétiques PT 76 sont utilisés. Ce camp ne possède d’ailleurs aucun véritable système défensif. Le piège ne fonctionne pas puisque Khe Sanh se contente de fournir un appui de l’artillerie et de l’aviation sans envoyer de troupes au sol. La garnison des forces spéciales détruit 7 des 9 blindés qui attaquent mais doit s’exfiltrer après avoir perdu la moitié de ses effectifs. 

Si les Américains ne sont pas tombés dans le piège, ils ont néanmoins perdu cette bataille. Le coup au moral est réel puisque c’est une défaite d’une unité des forces spéciales, surprise et à moitié détruite dans son propre camp. 

  7 février 1991 : tir au mortier contre le Premier ministre britannique (Londres).  

Un commando terroriste de l’IRA (armée républicaine irlandaise) tire trois obus de mortier contre le 10 Downing street à partir d’une camionnette aménagée en poste de tir et garée à moins de 500 mètres de là.  La résidence du chef du gouvernement britannique est prise pour cible au moment où John Major tient une réunion importante concernant la guerre du Golfe.  Les obus ratent la salle du conseil mais soufflent toutes les vitres. Quatre policiers sont blessés. 

 7 février 1992 : signature du Traité de Maastricht (… à Maastricht).  

Passage d’une CEE ayant réalisé un marché économique commun à une Union ayant une vocation politique « sans cesse plus étroite entre les peuples de l’Europe ». 


Actions

Informations



Laisser un commentaire




''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles