Chronique historique : 30 mai

30052018

30 mai 1431 : Jeanne d’Arc est brûlée vive (Rouen). Elle est brulée comme « relapse » (retombée dans l’hérésie) sur la place du Vieux-Marché, à Rouen (Haute-Normandie. Les Anglais demandent au bourreau de disperser ses cendres dans la Seine.

 30 mai 1796 : bataille de Borghetto (Italie). Durant la première campagne d’Italie, Bonaparte bat les Autrichiens dans une série de combats qui ont lieu entre les batailles de Lodi (10 mai) et Castiglione (5 aout). Après Borghetto, Bonaparte déjeune au rez-de-chaussée d’une auberge avec Massena et Murat lorsqu’une patrouille de cavaliers autrichiens les surprend et débande son état-major. Ils se sauvent par la fenêtre puis font le mur.

 30 mai 1837 : traité de la Tafna (Algérie). « Le général Thomas Bugeaud conclut avec l’émir Abd el-Kader le traité de la Tafna. Peu désireux de soumettre l’Algérie, il espère, grâce à ce traité, pouvoir limiter la présence française au littoral et compte sur cet allié pour pacifier l’arrière-pays entre Oran et Alger. Mais, faute que les termes du traité aient été clairement définis,  la rupture ne tarde pas à intervenir, poussant les Français à étendre leur influence sur tout le pays, au cours d’une guerre qui ne prendra fin qu’en 1847, avec la reddition d’Abd-el-Kader et son exil au château d’Amboise ». Prof. Jacques Frémeaux.

 30 mai 1859 : bataille de Palestro (Italie). L’armée franco-italienne, commandée par le Roi Victor Emmanuel, est attaquée par l’armée autrichienne, commandée par le général Zoebel qui est bien décidé à reprendre les avant-postes perdus la veille aux abords de Palestro. Le village est presque tombé quand le 3° Régiment de Zouaves du général Pellé débouche dans le flanc des Autrichiens. Dans un formidable élan, le régiment français charge, sans que rien ne l’arrête, ni les accidents du terrain, ni le large canal, que les zouaves franchissent à la nage, se reforment sur la rive opposée et continuent leur charge en emportant une batterie autrichienne de 5 canons. Cette attaque foudroyante sème le désordre dans les rangs Autrichiens et les mène à la déroute. A l’issue de la bataille, le Roi Victor Emmanuel est nommé « Caporal des Zouaves » et tient à louer publiquement ceux grâce à qui la victoire fut entre ses mains, par leur « bravoure et leur irrésistible élan ».

 30 mai 1902 : fin de la guerre des Boers (Afrique du Sud). A Vereeniging, un traité met fin à une guerre qui a commencé en octobre 1899 entre les Boers et les Anglais. Il s’agit de la plus dure guerre coloniale qu’aient eu à soutenir les Anglais. Elle a opposé deux peuples d’origine européenne, se solde par 7.000 morts sur un total de 100.000 combattants boers (non compris les victimes civiles des camps de concentration) et par… 22.000 morts dans les troupes britanniques, pas moins de 500.000 hommes ayant été engagés par Londres dans le conflit.

 30 mai 1942 : bombardement de Cologne (Allemagne). Jugeant que les raids aériens ciblant des objectifs militaires ou industriels sont insuffisamment rentables, la RAF décide de passer au bombardement massif, à la guerre des villes, en déclenchant l’opération Millenium. Dans la nuit du 30 au 31 mai, 1047 bombardiers larguent au total 1455 tonnes de bombes, tuant 477 personnes. 41 bombardiers sont abattus par la chasse allemande malgré l’escorte des Mosquitos, chasseurs à long rayon d’action construits … en bois (et utilisés en opérations pour la première fois). Considéré comme un succès, ce bombardement ouvre l’ère du bombardement de masse pour faire craquer la population et son gouvernement.

 30 mai 1943 : bataille d’Attu (iles Aléoutiennes). Près de 3000 Japonais occupent depuis octobre 1942, l’île d’Attu, possession américaine. Les américains débarquent le 1er mai avec 15 000 hommes et réduisent progressivement la résistance nipponne. Les combats sont extrêmement violents et finissent au corps à corps. N’ayant plus de vivres, les Japonais achèvent leurs blessés et chargent sabre au clair les américains. Seuls 29 soldats japonais se rendront et survivront. Les américains perdent 500 hommes au combat mais trois fois plus dans des tirs fratricides, accidents et maladies dues au froid.

 30 mai 1951 : mort du lieutenant de Lattre (Ninh Binh – Indochine). Bernard de Lattre meurt à 23 ans à la tête de son escadron vietnamien du 1er Chasseurs, sur le piton dit du Pagodon près de Ninh Binh au cours de la bataille du Day.  Sa vie est brève et dès l’enfance consacrée à la résistance (Il rejoint Londres en 1944 après une période de clandestinité) et au combat (blessé en 1944 lors de la libération d’Autun). Il est l’unique fils du général de Lattre.

 30 mai 2003 : dernier décollage du Concorde à partir de Paris. « Le Concorde d’Air France décolle pour son dernier vol commercial entre Paris et New York.  Son retour est prévu le lendemain pour la fin de carrière de Concorde à Air France ». LCL Pierre B.

 




Chronique historique : 29 mai

30052018

ERRATUM pour le 28 mai 1908 : naissance de Ian Fleming (Londres). Le créateur de James Bond aurait eu 107 110 ans hier

 29 mai 1453 : chute de Constantinople. Le sultan Mehmet II, s’empare de la capitale de l’Empire byzantin après plusieurs semaines de siège (depuis le 6 avril). Il fait construire des forts le long des détroits de Bosphore et des Dardanelles afin de priver la ville de ravitaillement. Il bombarde les remparts de la ville avec le plus gros canon jamais construit jusqu’alors (les boulets pèsent 500 kg !). Après plusieurs assauts infructueux, une attaque maritime et terrestre finit par livrer la ville aux Janissaires de Mehmet II. La population est massacrée. Constantin XI, le dernier empereur byzantin, héritier de l’Empire Romain d’orient, meurt en lançant une contre-attaque vouée à l’échec. Lire Les derniers siècle de Byzance de Donald Mac Nicol.

 29 mai 1692 : bataille de Barfleur (Côtes normandes). Pour acquérir le contrôle de la Manche dans le cadre d’un futur débarquement en Angleterre, Louis XIV se laisse convaincre par ses conseillers d’attaquer la flotte anglo-hollandaise. Le vice-amiral de Tourville, contraint par le ministre Pontchartrain, rencontre la flotte ennemie au large du Cotentin et bien qu’en infériorité numérique très nette (1 pour 2) et contre toute attente, inflige à l’ennemi des pertes très importantes. C’est l’une des plus belles batailles navales françaises, y compris de l’avis ennemi.  Malheureusement, La Hougue suit Barfleur. En effet, quelques jours plus tard (du 1er au 3 juin),  une partie de la flotte française, immobilisée suite aux dommages subis et donc incapable de rallier Brest ou Saint Malo, mouille à la Hougue pour réparer. Elle est incendiée par les Anglais qui viennent venger l’affront de Barfleur en s’en prenant aux navires en panne (15 navires). Lire Les 600 plus grandes batailles navales de l’histoire – Yves Le Moing.

 29 mai 1940 : campagne de France

- à Lille, le général Alphonse Juin est fait prisonnier. Commandant la 15ème DIM, il défend pendant 4 jours l’entrée de la ville commandée par le général Molinié. 15 jours plus tôt, il participait à la bataille de Gembloux (Belgique) où le XVIème corps allemand a été tenu en échec jusqu’à l’ordre de replis. Dans Lille encerclée, Juin finit par se rendre après de très rudes combats. Les Allemands rendront d’ailleurs les honneurs aux défenseurs le 31 mai.

 - à Dunkerque, l’opération Dynamo (évacuation par bateau vers l’Angleterre) se poursuit sous les tirs de l’artillerie allemande désormais à portée des plages. La Luftwaffe doit réduire ses attaques du fait du mauvais temps. Les Français reçoivent officiellement l’ordre d’embarquer eux aussi.

 - à Abbeville, sur la Somme, le général Weygand ordonne à de Gaulle d’attaquer pour entamer le flanc gauche de la division Guderian. Malgré un premier succès, les chars de de Gaulle sont arrêtés par les tirs des redoutables 88mm.

 29 mai 1951 : bataille du Day (Indochine). Le commando François (commandé par le LV Labbens), retranché dans l’église de Ninh Binh résiste pendant près de 24 heures à l’attaque du général Giap et donne ainsi le temps au général de Lattre de préparer les troupes. L’effet de surprise ne peut plus jouer et la bataille du Day est perdue pour Giap cependant 47 commandos sont tués ou portés disparus, 5 reviendront après de longs mois de captivité. Seuls 24 hommes réussiront à survivre au déluge de feu qui s’abat sur leur position en s’exfiltrant à travers les lignes ennemies. Le général de Lattre envoie des renforts (notamment l’unité où sert son fils, le bataillon de marche vietnamien du 1er régiment de chasseurs). En l’apprenant, le Viet Minh va focaliser ses efforts sur le rocher de Ninh Binh qu’occupe le lieutenant de Lattre et sacrifier un grand nombre de ses « bo doi » (soldats)  pour le détruire.

 29 mai 1958 : mort du LCL Jeanpierre (Djebel Mermera – Algérie). Le LCL Jeanpierre, chef du 1er REP meurt dans le crash de son hélicoptère abattu par l’ALN lors de la bataille des frontières. La 146e promotion de l’École spéciale militaire interarmes de Saint-Cyr (1959-1961) porte son nom.

 29 mai 1971 : premier tir technique d’un missile balistique. En plongée au large d’Arcachon, le sous-marin nucléaire lanceur d’engins Le Redoutable, commandé par le capitaine de vaisseau Louzeau, effectue le premier tir technique français d’un missile balistique.




Chronique historique : 28 mai

30052018

 28 mai 1291 : chute de Saint Jean d’Acre (actuel Israël). Le sultan El Achraf Khalil s’empare avec son armée de 220 000 hommes de la forteresse défendue par les Templiers, après un siège de 2 mois. C’est la fin du royaume franc d’Orient, de la présence templière en Terre Sainte et des Croisades.

 28 mai 1701 : mort du maréchal de Tourville (Paris). Héros de la Marine française qui débute sa carrière dans la lutte contre les Barbaresque au sein de l’Ordre de Saint Jean de Jérusalem à Malte. Nommé immédiatement capitaine de vaisseau (à 24 ans) en passant à la Royale, il confirme ses talents durant la guerre de Hollande et celle de la Ligue d’Augsbourg. Même sa défaite lors de la bataille de la Hougue (22 mai 1692) ne parvient pas à ternir sa réputation auprès du roi Louis XIV. D’après La Varende, Louis XIV observant Tourville âgé à Versailles disait à ses courtisans avec admiration : «  Quand je pense que c’est l’homme qui m’a obéit à La Hougue…. » . Il avait en effet l’ordre absolu de sortir et combattre quel que soit le rapport de force.

 28 mai 1871 : fin de la semaine sanglante (Paris). La Commune de Paris, créée par les Parisiens révoltés contre le gouvernement d’Adolphe Thiers replié à Versailles s’achève avec leur reddition dans les quartiers du Nord-Est parisien. Les combats ont fait rage durant une semaine et font environ 20 000 morts, principalement chez les révoltés. Les destructions sont elles aussi très importantes : incendies des Tuileries, du Palais de Justice, de l’Hôtel de Ville et du Palais Royal.

 28 mai 1908 : naissance de Ian Fleming (Londres). Le créateur de James Bond aurait 107 ans aujourd’hui. Elève à l’Académie de Sandhurst et officier de renseignement durant la seconde guerre mondiale, il s’est consacré ensuite à l’écriture des romans du mythique 007 et grâce à leur succès a pu en vivre. Son pendant français serait Gérard de Villiers avec SAS Malko qui n’a malheureusement pas profité des attentions d’Hollywood.

 28 mai 1940 : capitulation belge. Les Allemands parvenant à franchir la Lys, à l’issue de la bataille (23 au 28 mai) du même nom, le roi Leopold III demande aux forces armées belges de se rendre.




Chronique historique : 26 mai

30052018

ERRATUM pour le 25 mai 1830 : départ du corps expéditionnaire vers l’Algérie ce qui deviendra l’Algérie (Toulon).

 26 mai 1445 : création des compagnies d’ordonnance. Charles VII crée l’ébauche d’une armée permanente pour tenter de remplacer progressivement l’Ost royal

 26 mai 1807 : reddition officielle de Dantzig (actuelle Pologne). Le général Lefebvre emporte Dantzig après un siège de deux mois où les sapeurs du général Chasseloup-Laubat ont fortement contribué à la victoire. Napoléon visitant les travaux de siège félicite les troupes : «Vous vous êtes couverts de gloire pour votre empereur et pour les mérites de votre arme, dit-il à l’adresse des sapeurs du 4e bataillon du génie. Lefebvre, pour ma revue, je veux que vous placiez les bataillons du génie en tête des troupes et devant les drapeaux, et que l’on sache pourquoi je l’ordonne. Les sapeurs marchent en tête à l’assaut. Ils marcheront en tête à la ville»

 26 mai 1940 : opération Dynamo (évacuation par bateau vers l’Angleterre). Les troupes franco-britanniques se sont repliées autour de Dunkerque face à l’avancée inexorable des Allemands et doivent maintenant traverser la Manche pour ne pas être détruites. L’évacuation est dirigée depuis Douvres par l’amiral anglais Ramsay. Les premiers à être évacués sont les blessés et les non combattants. « Tout ce qui flotte en Manche est mobilisé » suivant les termes du contre-amiral Abrial qui commande les navires de guerre français. Navires de guerre, paquebots de la Manche, caboteurs, chalutiers, barges de la Tamise, remorqueurs, bateaux de plaisance sont rassemblés des deux côtés de la Manche et gagnent les plages et le port du camp retranché de Dunkerque afin d’évacuer les troupes alliées prises au piège. Comme l’écrit Churchill dans ses Mémoires, « pour la France, Dunkerque signifia le commencement de la fin. Pour l’Angleterre Dunkerque signifia la fin du commencement ».

 26 mai 1942 : début de la bataille de Bir Hakeim. Du 26 mai au 11 juin 1942, la première brigade française libre du général Kœnig résiste pendant seize jours, aux attaques des armées motorisées italiennes et allemandes (Afrika Korps) du général Rommel. Ce répit, gagné par des Français libres, permit aux Britanniques, en mauvaise posture, de se replier et de triompher par la suite à El Alamein. Le général Saint-Hillier dira en octobre 1991 dans un entretien : « Il fallut qu’un grain de sable enrayât l’avance italo-allemande, qui n’atteignit El-Alamein qu’après l’arrivée des divisions britanniques fraîches : le grain de sable s’appelait Bir Hakeim. »

 26 mai 1948 : création de Tsahal « acronyme de Tsva Hagana LeIsrael ou Forces de défense d’Israël. La 4è ordonnance du cabinet israélien de Ben Gourion décrète l’unification de la Haganah, la Palmah, l’Irgoun et le Lehi. ». CNE Jean-Baptiste P.

 26 mai 1991 : déclenchement de l’opération Godoria (République de Djibouti). « Le régime du général Mengitsu vacille sous les coups de boutoir des rebellions et la 2e Armée des Forces Ethiopiennes s’est rendu à Asmara. Fuyant Assab par la mer, près de 4000 soldats et civils éthiopiens ont rejoint Djibouti et une opération est menée pour évacuer les ressortissants français d’Ethiopie. Le 26, la garnison militaire d’Assab franchit la frontière djiboutienne vers Moulhoulé avec 10 000 hommes en armes, femmes, enfants, chars et artillerie. L’opération Godoria est déclenchée le jour même par les Forces françaises de Djibouti (FFDJ), dont le 5e RIAOM, avec le renfort d’un élément « Daguet ». Le 27, 30 000 hommes forcent la frontière ouest à Galafi. Des négociations avec les chefs éthiopiens sont alors entamées. Après plus d’une heure de discussion, les Ethiopiens acceptent d’être désarmés et encadrés et dès le 28, les hommes du 5e RIAOM prennent en charge les convois et les conduisent en bon ordre vers le sud. Dans le même temps les hommes de la 13e DBLE arrêtent les 30 000 hommes refluant vers Djibouti depuis le poste frontière de Galafi. Tous les convois ayant été acheminés en bon ordre vers Ali-Sabieh, au sud de Djibouti, marsouins et légionnaires peuvent remettre les 40000 Ethiopiens à l’armée djiboutienne qui assure leur retour progressif vers leur pays d’origine. Le 2 juin à la fin de l’opération, le bilan est éloquent :
- 40000 réfugiés civils et militaires contrôlés, désarmés, nourris, transportés et sécurisés,
- 200 tonnes de munitions, 13 000 armes individuelles, une trentaine de blindés, chars et pièces d’artillerie ainsi qu’une centaine d’aéronefs ont été récupérés,
- près de 5000 consultations médicales effectuées et plus de 80 tonnes de vivres et d’eau distribuées ». CNE Christophe I.

 26 mai 1995 : début du siège du poste de Krupac 1 (Actuelle Bosnie-Herzégovine – route d’Igman). Les forces serbes de Bosnie ayant intensifié le blocus de Sarajevo, l’OTAN procède à des frappes aériennes auxquelles elles répondent par le bombardement de Tuzla (71 morts) et des prises d’otages parmi les casques bleus de l’ONU en postes isolés (dont des Français). Assiégé, le poste KC 1, tenu par le lieutenant Xavier Pineau (2ème peloton de l’escadron blindé du BATINF N°5, peloton issu du GE 501e RCC) résiste malgré les menaces, pendant 17 jours et en autonomie complète jusqu’à la levée du siège ordonnée par le général Mladic.

 26 mai 2009 : inauguration de la base Camp de la paix (Emirats arabes unis – Abou Dabi). Suite à un accord entre la France et les E.A.U, une base française interarmées permanente a été créée en janvier 2008 afin de manifester le resserrement des liens entre les deux pays et en vue de protéger les intérêts français dans la région. Les composantes Terre et Mer sont stationnées à Abou Dabi (5ème Cuirassiers et base navale de Mina Zayed). La composante Air est à Al Dhafra (BA 104 accueillant les Rafales de l’escadron Lorraine).




Chronique historique : 25 mai

30052018

25 mai 1809 : combat de Loeben (Autriche). Eugène de Beauharnais remonte le moral de la Grande Armée après la déception d’Essling, en interceptant une unité autrichienne en train de faire retraite.

 25 mai 1830 : départ du corps expéditionnaire en Algérie (Toulon). Le roi de France Charles X ordonne l’expédition au ministre de la guerre, Louis de Bourmont. Les raisons sont multiples : mettre fin à l’esclavage et à l’activité de piraterie (dont la base est à Alger), obtenir réparation de la dette et enfin punir le Dey d’Alger qui avait souffleter le Consul de France trois ans plus tôt. 453 navires appareillent à Toulon avec 37000 soldats et 27000 marins. Le débarquement du corps expéditionnaire a été étudié à partir des plans et relevés fournis par le colonel Vincent Yves Boutin, sapeur, espion et aventurier que Napoléon 1er avait envoyé en 1808 au Moyen-Orient : La vie de cet officier est brève mais remplie de péripéties et comporte tous les ingrédients qui assure la réussite d’une super production hollywoodienne. Ainsi, les projets de débarquement de l’Empereur sont finalement exécutés par la Restauration et selon des relevés qui 22 ans plus tard se révèlent fiables.

 25 mai 1846 : évasion de Louis Napoléon Bonaparte (Picardie). Condamné à perpétuité pour avoir tenté de « putscher » le roi Louis-Philippe (à deux reprises), le futur Napoléon III s’évade de la forteresse d’Ham, déguisé en maçon. Durant ses 6 années d’incarcération, il lit et étudie et se prépare à une conquête du pouvoir plus légale et méthodique. A la faveur de la révolution de 1848, il revient en France, se fait élire député puis président de la République en décembre 1848 et reste au pouvoir 23 ans, jusqu’au désastre de Sedan (1870).

 25 mai 1917 : quadruple victoire aérienne pour Guynemer. L’as français de la chasse abat 4 avions allemands dans la même journée. Il lui reste 4 mois à vivre et encore 11 victoires officielles à remporter.

 25 mai 1918 : U.Boot aux USA. Pour la première fois, des compte-rendu font état de la présence de sous-marins allemands dans les eaux américaines.

 25 mai 1919 : mort du dernier Français au Hedjaz (actuelle Arabie saoudite). « Resté détaché après l’armistice au service de l’émir Abdallah dans la lutte des Hachémites contre Ibn Saoud, le capitaine Raho est tué au combat dans l’est du Hedjaz. Il est le dernier Français mort en opérations de guerre dans cette région, plus de six mois après l’armistice. » LCL Rémy Porte.

 25 mai 1940 : fin de la bataille de Stonne (Ardennes). La 3ème Div infanterie motorisée et la 3ème Div cuirassée ont résisté pendant 10 jours aux assauts d’une partie de la 1ère Panzerdivision.

 25 mai 1940 : prise de Boulogne et Calais par les Allemands. L’ordre de lancer l’opération Dynamo est lancé dans la soirée pour évacuer Dunkerque.

 25 mai 1985 : première patrouille de l’Inflexible (L’Ile Longue). Le 6 ème sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) français quitte l’Ile Longue pour sa première patrouille opérationnelle. Il a été désarmé à Cherbourg en 2008 après 23 ans de services.

 25 mai 1961 : lancement du programme Apollo. Le président Kennedy adresse au Congrès des Etats-Unis un message demandant d’importants crédits pour la conquête de la Lune. Il fait en cela échos à son célèbre discours « New frontier » prononcé lors de son investiture au parti démocrate un an auparavant (15 juillet 1960).

 25 mai 1991 : les dernières troupes cubaines quittent l’Angola après 16 années de conflit.

 




Chronique historique : 24 mai

30052018

24 mai 843 : bataille de Blain (au Nord de Nantes). Nominoë, le duc breton qui est en rébellion contre le roi franc Charles II le chauve, menace Nantes. Le comte Renaud d’Herbauge intercepte l’armée du fils de Nominoë et la bat. Pensant son ennemi défait et incapable de reprendre le combat, Renaud retourne sans crainte sur ses terres où il est subitement attaqué par l’armée qu’il croyait vaincue, celle-ci ayant reçu entre-temps des renforts d’alliés.

 24 mai 1807 : Dantzig capitule (actuelle Gdansk – Pologne). Le général Lefebvre commandant le 10ème Corps de la Grande Armée, assiège la garnison Russo-prussienne à partir du 7 mars sur ordre de Napoléon qui craint que cette place forte (20 000 hommes) ne menace l’aile gauche de son armée. Difficilement prenable, Dantzig est naturellement protégée par la Baltique et la Vistule. Le siège de Dantzig est une des batailles où le travail des sapeurs de l’Empereur, commandés par le général Chasseloup-Laubat, permet la prise de la ville défendue par le général Kalkreuth. La victoire de Dantzig est la fête d’arme du Génie (dont l’Ecole et maison mère se trouve à Angers).

 24 mai 1912 : combat d’El Guettara (actuel Mali). Le Goum du lieutenant Lelorrain tout nouvellement créé et composé essentiellement de 30 tirailleurs sénégalais et de Kountas est détruit par un rezzou Rgaybat qui l’attend au puits d’El Guettara (600 km au Nord de Tombouctou). Le rezzou venait de razzier la tribu des Ouled Djerir.

 24 mai 1916 : première sortie pour La Fayette (Verdun). Alors que les Allemands viennent de prendre la position de Cumières, l’escadrille La Fayette effectue sa première sortie collective dans le ciel de Verdun.

 24 mai 1940 : pause dans l’offensive allemande (bataille de France). Hitler ordonne la suspension de l’offensive à von Runstedt sur l’Aa, à20 km de Dunkerque. Ce répit inespéré permet aux alliés de lancer l’opération Dynamo le 26, afin d’évacuer leurs 400 000 hommes. Les historiens proposent plusieurs explications à cet ordre : Volonté de ménager les Britanniques qu’Hitler veut au mieux enrôler au pire neutraliser. Crainte de tomber dans un piège tant les divisions de panzer se sont avancées loin de leurs soutiens logistiques.

 24 mai 1940 : le colonel de Gaulle est nommé général à titre temporaire. Il prend immédiatement le commandement de la 4ème Division cuirassée, comptant 200 chars.

 24 mai 1941 : le Bismarck coule le HMS Hood (Atlantique Nord). Considéré comme un danger de premier ordre par les britanniques, le cuirassé allemand Bismarck (50 000 tonnes) est pris en chasse par toute la flotte Atlantique lors de sa première sortie en haute mer. Le croiseur de bataille » (Battlecruiser), HMS Hood, fierté de la marine britannique (tout en étant faiblement blindé), l’engage mais explose dès la seconde salve tirée par le Bismarck.1338 marins britanniques périssent noyés. 3 survivants uniquement. 3 jours plus tard, le Bismarck reçoit une torpille dans le gouvernail tribord, lancée par un avion (Swordfisch) du HMS Ark Royal. Ne pouvant plus manœuvrer, le Bismarck tourne en rond et finit par couler sous les coups des HMS King George V, Rodney et Dorsetshire. Seuls 115 survivants (sur un équipage comptant 2000 marins allemands) seront recueillis.

 24 mai 2014 : attentat à Djibouti.  « Deux kamikazes, un homme et une femme voilée, d’origine somalienne, attaquent le restaurant La Chaumière sur la place du 27 juin, ancienne place Ménélik. Ce lieu est très fréquenté par les Européens et ce soir-là notamment, plusieurs membres des opérations européennes Atalante et Nestor de lutte contre la piraterie dans le golfe d’Aden figurent au nombre des blessés, dont trois membres de l’armée de l’air espagnole. L’attaque fait 3 morts dont les deux terroristes et une quinzaine de blessés. L’attentat a été revendiqué par les Shebabs.

Dans le passé, Djibouti a été secoué par deux attentats. Le 18 mars 1987, qu’il y eut l’attentat au café de l’Historil avec 11 morts, puis en 1990 celui du Café de Paris avec un mort ». CNE Christophe I.




Chronique historique : 23 mai

23052018

23 mai 1430 : Jeanne d’Arc est capturée (Compiègne). Appelée à l’aide par les habitants de Compiègne qu’assiège Jean II de Luxembourg-Ligny, un allié des Bourguignons, Jeanne se précipite avec 400 hommes. Elle est encerclée par les Bourguignons qui la font prisonnière et finissent par la vendre aux Anglais. Un an plus tard elle est condamnée au bucher pour hérésie.

 23 mai 1592 : bataille de Craon (Ouest de la France). Le roi Henri IV (il ne sera sacré qu’en 1594) perd une bataille face à la ligue catholique (qui refuse de se soumettre à un ex-protestant) durant la 8ème guerre de religion. Les troupes d’Henri IV commandées par le duc de Montpensier sont vaincues par le duc de Merceur venu briser leur siège devant Craon.

 23 mai 1706 : bataille de Ramillies (actuelle Belgique). Le duc de Marlborough à la tête d’une coallition (St Empire, Norvege, Danemark, Provinces Unies) écrase les Français au cours d’une bataille qu’il mène avec une grande lucidité : il envoi des coups de sonde dans le dispositif du Maréchal de Villeroy qui poussent ce dernier à dégarnir son flanc. Profitant de la faiblesse décelée, l’Anglais attaque et inflige une très sévère défaite qui coute à Louis XIV ses possessions aux Pays-Bas espagnols. Les Français perdent 10 fois plus d’hommes que les Anglais. C’est l’une des plus grandes défaites de Louis XIV et encore une fois à cause de Villeroy puisque ce dernier avait déjà subi deux revers majeurs à Chiari en 1701 et à Cremone en 1702.

 23 mai 1793 : bataille de Famars (près de Valenciennes). Défaite française près de Valenciennes face aux coalisés. Anglais, Autrichiens, Hollandais et Hanovriens envahissent le nord de la France avec 140 000 hommes en réaction à la déclaration de guerre de la Convention mais surtout pour punir les révolutionnaires ayant guillotiné leur roi. Après un premier contact montrant au général Lamarche que son armée (armée du Nord) n’est pas de taille à repousser l’attaque vers Valenciennes, il abandonne la ville à un siège qui va durer plus d’un mois.

 23 mai 1809 : bataille d’Alcaniz (Espagne). Le général Suchet vient tout juste d’être nommé à la tête de l’armée d’Aragon (5 avril). Pour sécuriser la zone, il attaque Alcaniz défendue par le général espagnol Joaquim Blake. Le sang-froid des défenseurs espagnols sauve la situation : parvenus fougueusement jusqu’aux dernières défenses, les Français se font surprendre par le tir de mitrailles à bout portant des artilleurs ennemis. La salve est si meurtrière que dans le flottement qui s’ensuit, un tambour bat la retraite, entrainant la débandade. Blake ne saisit pas sa chance et ne poursuit pas Suchet. Ce dernier va reprendre sévèrement en main sa troupe (le tambour est fusillé) et devenir le chef français le plus aimé (par ses hommes mais aussi par les Espagnols) de la guerre d’Espagne.

 23 mai 1809 : replis après la bataille d’Essling (Autriche). La veille, Napoléon a perdu 7000 hommes dont le maréchal Lannes. Très affecté par la perte de cet ami, l’Empereur met quelque temps à se reprendre. Il ordonne à ses troupes de se replier sur l’ile de Lobau (sur le Danube) pour se réorganiser. Les Austro-hongrois, encore plus éprouvés crient cependant victoire. Ce semi-échec pour Napoléon est en partie imputable au manque de reconnaissance : le Danube en crue a arraché à deux reprises les ponts qui reliaient l’ile de Lobau au Marchfeld, morcelant l’armée française. Les pontonniers fournissent un travail remarquable à cette occasion. Dans quelques semaines, sur ce même Marchfeld, Napoléon clarifiera la situation en remportant la brillante bataille de Wagram.




Chronique historique : 22 mai

23052018

22 mai 1689 : Jean Bart et Forbin faits prisonniers. (au large de Cherbourg). Les deux frégates, la Railleuse et les Jeux, commandées par les lieutenants de vaisseau Jean Bart et Forbin, sont attaquées par deux vaisseaux anglais. Blessés, les deux officiers sont faits prisonniers et enfermés à Plymouth. Ils s’échappent quelques jours plus tard en sciant les barreaux d’une fenêtre et traversent la Manche en chaloupe.

 22 mai 1809 : bataille d’Essling (Autriche). Lors de la campagne d’Autriche, Napoléon frise la défaite. L’Archiduc Charles ne profite pas de son avantage numérique alors que la rupture des ponts sur le Danube a coupé la Grande Armée en trois. Le Maréchal Lannes (mortellement blessé) et 3 généraux sont tués mais les autrichiens perdent 23 000 hommes en 2 jours. Cette journée est racontée de façon romancée par Patrick Rambaud dans son ouvrage passionnant, La bataille (prix Goncourt).

 22 mai 1939 : signature du pacte d’acier (Berlin). L’Allemagne nazie et l’Italie fasciste signent un accord militaire pour raffermir l’axe Rome-Berlin (novembre 1936).

 22 mai 1943 : création du bataillon de choc (Algérie). Le général Giraud décide la création d’une unité française dont la vocation est d’apporter une aide spécifiquement militaire aux organisations de résistance en France. Le commandant Gambiez prend la tête de cette unité, créée à Staouéli (Algérie) avec une trentaine de cadres venus de tous horizons. Leur première mission consistera à préparer la libération de la Corse.

 22 mai 1947 : mort du général Lelong (Corse). Le Gbr Pierre Lelong, GOLH, Cdt la subdivision d’Ajaccio, trouve la mort dans un accident de jeep. Sorti de Saint Cyr en 1913, il n’avait jamais cessé de s’exposer et de s’illustrer tout au long de sa carrière sur une vingtaine de théâtres d’opérations. Capable d’exploits peu ordinaires, c’est ainsi qu’en Sibérie en janvier 1919, il avait rejoint Omsk, à demi gelé sur une locomotive dont il avait obligé le mécanicien (le pistolet à la main) à le conduire, lui et le prisonnier qu’il escortait, sur des dizaines de km par un froid de loup. Jeune de corps et de caractère, original et non conformiste, il excellait dans le commandement de la troupe. Le GCA Borgnis Desbordes qui avait été son camarade de captivité dans le camp de représailles où les Allemands gardaient les évadés récidivistes au cours de la Grande Guerre, a dit de lui : « …D’aucuns ne comprirent pas que l’on pouvait être un chef, un chef de guerre lucide et obéi, sans être grave et sinistre. On alla même jusqu’à lui reprocher d’être trop brave… ». Ephéméride des TDM.

 22 mai 1992 : décision de créer le Corps Européen (La Rochelle). François Mitterrand et Helmut Kohl annoncent lors du sommet européen de La Rochelle leur volonté de créer une unité militaire européenne à l’image de la brigade franco-allemande (existant depuis octobre 1989). L’état-major du corps européen est implanté à Strasbourg. Ce corps a depuis été rejoint par les nations cadres belge, luxembourgeoise, espagnoles et les nations associées grecque, autrichienne, italienne, polonaise et turque.







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles