• Accueil
  • > Archives pour février 2018

Chronique historique:27 février

27022018

Sondage Chronique culturelle

Pour nous aider à améliorer la Chronique culturelle sur FaceBook, merci de bien vouloir répondre (si vous consultez la Chronique sur FB)  à quelques questions (en 5 minutes maximum) en cliquant ICI.

Lien actif jusqu’au 05 mars 2018.

27 février 1814 : bataille d’Orthez.  Wellington et ses troupes anglo-portugaises battent celles du maréchal Soult qui évacuent l’Espagne au terme d’une campagne sanglante et sans gloire.

27 février 1881 : bataille de Majuba Hill (Afrique du Sud). Les britanniques occupent une colline qui domine les forces Boers, mais sont pourtant mis en déroute par les commandos Roos, Malan et Fereira parce qu’ils ont négligé de creuser des tranchées pour se protéger et n’ont mis aucune pièce lourde en batterie.

27 février 1897 : le général Gallieni destitue la reine de Madagascar. L’ile devient colonie française.

27 février 1942: bataille de la mer de Java. Voulant empêcher les Japonais de débarquer à Java, les alliés tentent d’intercepter la flotte de l’amiral Takagi mais sont surclassés et perdent une grande partie de leurs unités.

27 février 1962 : arrestation d’Albert Spaggiari dans une imprimerie de l’OAS (Villefranche sur mer). Si Spaggiari a laissé dans l’imaginaire public, le souvenir d’un voleur inoffensif grâce au fameux casse du siècle à Nice (1976), la lecture de ses mémoires de parachutiste en Indochine (Faut pas rire avec les barbares) permettra de rectifier le tir. La guerre n’est pas belle, certes, mais celle que raconte Bert l’est encore moins. Son livre est écrit avec talent mais aussi au vitriol.  Engagé à 17 ans parce que fasciné par l’action, il découvre la guerre et l’Indochine et démontre assez rapidement qu’il y a en lui plus du braqueur que du soldat, malgré deux citations. Il est condamné pour le braquage d’un bordel indochinois (1953) et purge sa peine aux Baumettes jusqu’en 1957. Toujours attiré par l’action hors légalité, il intègre l’OAS, se fait prendre et purge une nouvelle peine encore à Marseille. Il entre dans la légende avec le casse de la Société Générale puis son évasion spectaculaire du palais de justice de Nice. Pendant les 12 ans que dure sa cavale, il défie les polices en envoyant à la presse des photos et interviews. Jamais plus interpellé, il meurt à 56 ans en Italie.

 

 




Chronique historique:26 février

26022018

26 février 1266 : bataille de Bénévent (Italie – près de Naples). Charles d’Anjou (frère de Louis IX, futur St Louis canonisé en 1297), mandaté par le pape, bat Manfred de Hohenstaufen et prend possession de son nouveau royaume de Sicile. Manfred est tué au combat.

26 février 1777 : création du corps des ingénieurs-géographes militaires. L’ensemble du corps des ingénieurs est créé par Vauban sous Louis XIV en 1696 et la spécialité de géographe se précise formellement en 1726. Ils sont initialement chargés de la levée et construction des cartes topographiques et militaires et tracé des camps et marches des armées. Appelés Ingénieurs géographes du Roi, ce nouveau corps est dissous en 1791(et rattaché au génie), recréé en 1792, il devient le corps impérial des ingénieurs géographes en 1809. Jusqu’à la défaite de 1940, ces spécialistes sont affectés au Service géographique des armées.

 26 février 1815 : Napoléon 1er quitte l’île d’Elbe.   Napoléon 1er embarque sur le brick Inconstant pour Fréjus. Il s’écrie : le sort en est jeté !

26 février 1896 : le ministre de la Marine lance un concours de conception de sous-marin. « Celui-ci est remporté par l’ingénieur du génie maritime Maxime Laubeuf pour son projet de bâtiment à double coque. Cette idée innovante trouve sa concrétisation avec le lancement du torpilleur submersible Narval en 1899. Au cours de sa carrière, Maxime Laubeuf concevra également l’Aigrette, premier sous-marin français équipé d’un moteur diesel ». CESM

26 février 1916 : reprise en main de Verdun. Pétain revalorise les défenses, met l’artillerie totalement au service des unités d’infanterie au contact, et donne des ordres pour organiser un formidable cordon logistique de 67 km de long où près de 3 000 camions vont circuler chaque jour sans interruption. La Voie Sacrée sera un des instruments majeurs de la victoire dans ce secteur.

26 février 1943 : décès de l’adjudant Antoine Casenobe, As de l’Armée de l’Air. Détenteur de 7 victoires homologuées durant la campagne de France avec le Groupe de Chasse II/4 (le titre d’As s’acquiert à partir de 5). Le 23 février, son Curtiss P40 capote accidentellement à l’atterrissage sur un terrain de fortune.  Il succombe à ses blessures trois jours plus tard.

26 février 1963 : arrestation officielle du colonel Argoud (Paris – près de la Préfecture de Police). Condamné à mort par contumace en juillet 1961 pour sa participation au putsch d’Alger, le colonel Antoine Argoud, entré en clandestinité, est chef de l’OAS lorsqu’il est enlevé le 25 février dans son hôtel à Munich (Allemagne). Le lendemain, il est retrouvé ligoté dans une camionnette garée à côté de la cathédrale Notre Dame et arrêté.

26 février 1990 : fin du programme nucléaire sud-africain. Le Président sud-africain Frederik Willem de Klerk ordonne la destruction des six armes nucléaires assemblées par son pays, ainsi que de la septième arme, partiellement assemblée.




Chronique historique:23 février

26022018

23 février 1793 : la Convention décrète la levée en masse. Une armée européenne de 375 000 hommes se presse sur les frontières françaises en réponse aux déclarations de la Convention (1792-1795) qui promet son assistance aux peuples étrangers voulant recouvrer leur liberté. Par décrets (s’étalant du 20 au 25 février), une levée de 300 000 hommes est ordonnée en urgence pour défendre les frontières. L’enrôlement spontané que connût la campagne de 1792 n’est plus, si bien que moins de la moitié des hommes nécessaires est trouvée. Des émeutes éclatent dans de nombreux départements (notamment en Vendée mais pas uniquement) pour s’y opposer mais aussi pour sanctionner une série de mesures impopulaires ayant suscité des mécontentements jusqu’alors contenus (exécution du roi, prêtres assermentés,…).

23 février 1836 : début du siège de Fort Alamo (actuels Etats-Unis).  « Popularisé par Davy Crockett et John Wayne dans le film Alamo, ce siège de 13 jours est un fait marquant de la révolution texane. Le général mexicain de Santa Anna livre bataille à dix contre un sans esprit de pitié. Lors de l’assaut du fort, le 6 mars, le commandant Travis et les 188 autres défenseurs sont tués : même les prisonniers sont exécutés. Les mexicains affichent 600 tués et blessés. La conduite du vainqueur a eu pour effet de galvaniser la population du Texas contre lui et ainsi grossir les rangs de l’armée texane ». CNE Jean-Baptiste P.

23 février 1916 : la première ligne française tombe (Verdun). En pleine tempête de neige, les 51ème et 72ème DI sont écrasées sur leur première ligne. Les renforts français parcourent jusqu’à 30 km, de nuit, pour être engagés au matin. Le commandement se plaint du manque de renseignement sur l’ennemi. Les Allemands font 10 000 prisonniers. Le bataillon Rohr (Sturm-Bataillon 5), spécialisé dans le combat rapproché rencontre le succès (grenades à main, mortiers de tranchée, lance-flamme).

23 février 1945 : prise du mont Suribachi par les Marines (Iwo Jima).

23 février 1981 : tentative de coup d’Etat à Madrid. Le LCL Tejero Molina appartenant à la Guardia Civil (gendarmerie) fait irruption dans le Congrès des députés à 18h30 et retient les élus en otage jusqu’à 12h00 le lendemain. Le gouverneur de Valence fait sortir les chars pour prêter main forte aux putschistes. A 01h00 du matin, le roi Juan Carlos condamne le putsch lors d’une allocution télévisée et anéantit tout espoir de ralliement aux putschistes. Les années de transition après la mort de Franco (1975) sont tendues à cause des difficultés économiques que traverse l’Espagne et de l’opposition d’une partie de l’armée à la démocratisation de la vie politique.

23 février 1991 : début de la phase terrestre de l’opération Tempête du Désert (guerre du Golfe). Un mois de violents bombardements aériens sur le dispositif militaire irakien précède l’opération visant à libérer le Koweït. Le général Schwartzkopf laisse croire que son action sera concentrée uniquement sur le Koweït, alors que son objectif est de frapper en profondeur dans le territoire irakien, pour isoler le Koweït et faciliter ensuite sa libération. Le plan fonctionne parfaitement.

23 février 2011 : mort de Jean Lartéguy (Paris – Invalides). Engagé volontaire à 19 ans, résistant à 20, Lucien Osty de son vrai nom, intègre les commandos d’Afrique en 1942 après avoir fui l’occupation allemande (via l’Espagne où il reste interné 7 mois). Puis il sert pendant 7ans en tant qu’officier d’active et quitte l’armée avec le grade de capitaine. Licencié en lettres, il devient reporter de guerre et couvre un grand nombre de conflits à travers la planète et notamment en Corée où il est blessé lors de la bataille de Crève-cœur. Il publie plus de 50 récits et romans qui presque tous traitent des guerres de décolonisation et des hommes qui les ont menées. Certains ouvrages sont devenus des classiques (Les Centurions) en étant portés à l’écran et ont fait un peu d’ombre à ses autres livres. Dans le film, l’acteur américain Anthony Quinn y incarne le personnage inspiré à Lartéguy par le général Bigeard. Tous ses livres sont passionnants : style net et fluide, densité psychologique. Ses portraits de combattants, quel que soit leur bord, sont profondément humains et donnent à ses récits d’aventure une dimension presque philosophique. Il aime l’engagement, le chaud et le froid mais en homme de cœur, sait décrire avec finesse la tiédeur. Il est mort à 90 ans à l’Institution Nationale des Invalides. A noter : le général américain, Paetrus l’a remis à l’honneur durant la guerre en Afghanistan en faisant rééditer Les Centurions. Il voyait dans cet ouvrage, un moyen de faire comprendre la réalité du combat contre-insurrectionnel. Ses autres livres valent aussi le détour. Lire la biographie d’Hubert Le Roux, Le dernier centurion.

 

Jean Lartéguy.




Chronique historique:22 février

26022018

22 février 1744 : bataille du cap Sicié. Victoire navale franco-espagnole face à la flotte anglaise. N’ayant pas pu empêcher l’appareillage de la flotte franco-espagnole, l’amiral Matthews fut mis à la retraite. La flotte espagnole réussit sa sortie de la rade de Toulon et protégée par celle de Court de Bruyere parvient à gagner Carthagène en Espagne. Le futur amiral Hawke se distingue lors de la bataille.

 22 février 1916 : mort du LCL Driant (Verdun – Bois des Caures). A l’occasion du début de la bataille de Verdun, hier, les bataillons de chasseurs de Driant ont été quasiment anéantis par le pilonnage d’artillerie et l’assaut de l’infanterie allemande. Ayant largement ralenti la progression du général Falkenhayn, Driant ordonne à ses chasseurs survivants de se replier. Il tombe vers 15h00 frappé d’une balle à la tempe. Il avait 60 ans. Officier saint-cyrien brillant, il est à plusieurs reprises sanctionné pour des articles publiés sans autorisation dans lesquels il défend la mémoire de son beau-père (le général Boulanger), ou bien dénonce trop vigoureusement l’affaire des fiches. En 1905, sa carrière étant définitivement compromise, il se lance en politique avec l’appui de Déroulède et Barrès et est élu député à Nancy. Il poursuit parallèlement son activité d’écrivain, sous le nom de capitaine Danrit, nom d’emprunt adopté alors qu’il était encore militaire. Talentueux, il écrit une vingtaine de romans d’anticipation ayant pour thème la guerre prochaine et remporte un vif succès à chaque parution. Il devient ce que l’on appellerait aujourd’hui un best-seller du thriller technologique. Lorsqu’éclate la guerre, il est toujours député et a 59 ans. Il demande malgré tout son incorporation.

 22 février 1996 : suspension du service national. A l’issue d’un conseil de Défense, le président J. Chirac annonce la professionnalisation des armées, la suspension du service national et la restructuration des industries d’armement. «L’appel sous les drapeaux est suspendu pour tous les Français qui sont nés après le 31 décembre 1978 et ceux qui sont rattachés aux mêmes classes de recensement. Il est rétabli à tout moment par la loi dès lors que les conditions de la défense de la Nation l’exigent ou que les objectifs assignés aux armées le nécessitent » (article L. 112-2 du Code du service national). Il annonce aussi l’arrêt immédiat de la production de matières fissiles. En 1996, la France entreprend de démanteler ses deux usines de production de matières fissiles de Marcoule, pour le plutonium, et de Pierrelatte (Drôme) pour l’uranium hautement enrichi. C’est ainsi le premier État à avoir décidé la fermeture et le démantèlement de ses installations de production de matières fissiles pour les armes nucléaires.

 




Chronique historique:21 février

26022018

21 février 1760 : débarquement en Irlande (Carrickfergus). Le français Thurot, à bord de la frégate-corsaire Maréchal de Belle-Isle et avec une petite force navale débarque 600 hommes devant le lac de Belfast pour faire diversion dans le cadre du vaste projet d’invasion planifié par le maréchal de Belle- Isle. Il s’empare de Carrickfergus et de son château mais faute de moyens renonce à l’opération et tente un retour en France. Il meurt au combat le 28 février au large de l’ile de Man. La force d’invasion française a été défaite quelques mois (novembre 1759) plus tôt par la Royal Navy lors de la bataille de la baie de Quiberon.

21 février 1848 : publication du Manifeste du parti communiste (Londres). Publié anonymement dans un premier temps, Marx et Engels ne revendiqueront la paternité de l’ouvrage qu’en 1872. Considérant que l’Histoire n’est que l’histoire de la lutte des classes et qu’elle ne s’explique bien que sous l’angle économique, les auteurs pronostiquent l’avènement prochain du communisme considérant que le capitalisme provoque inconsciemment sa propre fin. Une union des prolétaires de tous pays accélèrerait cette fin. L’ouvrage a inspiré presque tous les mouvements révolutionnaires du XXe siècle.

 21 février 1916 : début de la bataille de Verdun. A  7 heures 15, 1200 canons allemands  tirent simultanément sur 80 km de front. La préparation d’artillerie dure 9 heures. Elle s’abat sur le point central de l’attaque  allemande : le bois des Caures, tenu par les chasseurs du LCL Driant (dont le secteur de 1 km carré reçoit environ 80 000 obus). L’infanterie allemande passe à l’attaque à 16h45. Ainsi commence une bataille de 300 jours de combats,  qui se soldera par plus de 300 000 morts et disparus de part et d’autre. Le front n’oscillera jamais de plus d’une dizaine de kilomètres de large.

21 février 1966 : de Gaulle annonce le retrait de la France du commandement intégré de l’OTAN. Lors de la première conférence de presse depuis sa réélection, de Gaulle annonce que la situation internationale a changé depuis la naissance de l’OTAN et que la sécurité ne peut plus s’exercer de la même manière.  Il précise quelques jours plus tard (7 mars) les conditions du retrait français. Depuis le 19 mars 2009, la France a réintégré le commandement militaire intégré.

21 février 1992 : création de la FORPRONU. Par la résolution 743, le Conseil de sécurité de l’ONU créé la force de protection des nations unies pour la Croatie puis la Bosnie. La FORPRONU reste active jusqu’en mars 1995. Jusqu’à 40 000 casques bleus servent en ex-Yougoslavie au plus fort de la mission. La résolution n° 1026 de 1995 proroge et met fin à cette mission le 31 janvier 1996.

21 février 1994 : arrestation d’Aldrich Ames (Washington). Cadre de la CIA, en charge du contre-espionnage pour le département « bloc soviétique », Ames est arrêté au petit matin par le FBI alors qu’il quitte son domicile pour rejoindre la centrale de Langley. Accusé de trahison, Ames a avoué avoir été un agent de l’ex KGB pendant près de 10 ans.




Chronique historique: 20 février

20022018

ERRATUM pour le 19 février 1951 : installation du SHAPE en France. […]. A sa création (4 avril 1949) , l’OTAN compte 12 nations, aujourd’hui 28 29. Le Monténégro est devenu membre à part entière le 5 juin 2017. Le commandement militaire est actuellement situé à Mons en Belgique. Merci aux nombreux lecteurs vigilants de la RMF du SHAPE … et aux autres.

20 février 197 : bataille de Lugdunum (Lyon). A la mort de l’empereur Commode, trois généraux soutenus par leurs légions s’affrontent pour s’emparer du pouvoir. Après avoir vaincu son adversaire venu d’Afrique, Septime Sévère se retourne contre son allié de la veille, Clodius Albinus, venu de (Grande) Bretagne. Après l’avoir battu une première fois dans la région de Tournus, mais sans pour autant remporter de victoire décisive, il le poursuit jusque dans la région de Lugdunum (Lyon) acquise à la cause d’Albinus. Plus de 40 000 hommes s’affrontent vers l’actuelle place Sathonay, à Lyon, dans le quartier au pied de la colline de la Croix-Rousse et proche de la Saône. Albinus a pu préparer son terrain et attire une partie des forces de Sévère dans un système de fossés et de tranchées où elles sont exterminées. Mais, grisées par ce premier succès, les forces d’Albinus se désunissent en se lançant à la poursuite des survivants en fuite. C’est alors que la cavalerie de Sévère, maintenue jusque-là en réserve, charge les assaillants et apporte finalement la victoire à son général.  Celui-ci décide de punir la ville qui a soutenu son rival, en la brûlant et en massacrant ses habitants, essentiellement chrétiens.

20 février 1799 : capitulation d’El Arich (Egypte). Les divisions Kleber et Reynier prennent d’assaut le fort d’El Arich qu’elles assiègent depuis 11 jours.

20 février 1905 : bataille de Moukden (Chine). Les Japonais battent les Russes au cours d’une bataille très meurtrière pour les deux camps. Le retentissement de cette victoire d’un peuple asiatique sur une nation blanche est énorme. Il n’en sera que plus grand lorsque les Russes seront aussi vaincus sur mer, quelque temps plus tard, à la bataille de Tsushima.

20 février 1942 : parution du Silence de la mer de Vercors (Jean Bruler). Fondateur des Editions de Minuit, Jean Bruler publie clandestinement un bel ouvrage, en pleine guerre, dénonçant le nazisme tout en montrant les richesses culturelles communes des nations allemandes et françaises : Un homme âgé et sa nièce sont obligés d’héberger chez eux un officier allemand. Les deux Français ne parlent pas à l’officier et continuent de vivre en tentant d’ignorer sa présence. Comprenant les raisons de ses hôtes, l’officier ne cesse de leur parler lors de longs monologues. Amoureux de la culture française, il leur montre que la sienne vaut aussi qu’on l’aime et que le nazisme ne résume pas l’Allemand, malgré les apparences du moment.

20 février 1944 : fin de la bataille de l’eau lourde (Norvège). Un commando norvégien coule le ferry sur lequel les Allemands tentent d’évacuer leurs derniers stocks d’eau lourde (utile pour la recherche atomique).

20 février 1962 : John Glenn, premier américain en orbite (banlieue planétaire). « John Glenn devient le premier américain en orbite en réalisant trois tours de la Terre à bord de sa capsule Friendship 7, un peu moins d’un an après Youri Gagarine, le première être humain (et soviétique) à avoir été en orbite. Deux américains ont pourtant été dans l’espace avant lui, Alan Shepard et Virgil Grissom. Mais ceux-ci n’ont fait que des vols dits suborbitaux, c’est-à-dire un bond de quelques minutes au-delà de la limite des 100 kilomètres au-dessus du niveau de la mer qui marque la limite officielle de l’espace, mais sans se mettre donc en orbite autour de la Terre. John Glenn est donc le premier américain à tester la rentrée dans l’atmosphère à très haute vitesse, phase cruciale des vols habités nécessitant l’utilisation d’un bouclier de protection ». Musée de l’air et de l’espace.




Chronique historique: 19 février

20022018

19 février 1519 : débarquement d’Hernan Cortez (Mexique actuel). Avec 600 conquistadores, l’Espagnol Cortez débarque sur le site de la future Vera Cruz.

19 février 1915 : début de l’offensive des Dardanelles. Voulue par Churchill, cette opération consistant à ouvrir un front de revers destiné à affaiblir l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie, débute par le bombardement des forts contrôlant le détroit des Dardanelles. Mal préparée, l’action n’aboutira pas.

19 février 1921 : Lyautey est élevé à la dignité de maréchal de France.

19 février 1941 : Leclerc attaque les Italiens (Fezan). Avec un effectif et un armement inférieur, le colonel Leclerc, chef de corps du RTST, oblige une compagnie motorisée italienne à se replier dans le fort de Tazerbo puis à se rendre le 1er mars.

19 février 1951 : installation du SHAPE en France. Le commandement allié s’implante à Rocquencourt pour commander les forces de l’OTAN en Europe.  A sa création (4 avril 1949) , l’OTAN compte 12 nations, aujourd’hui 28. Le commandement militaire est actuellement situé à Mons en Belgique.




Chronique historique : 16 février

20022018

16 février 1692 : création de l’artillerie de Marine. L’ordonnance du 16 février crée le corps de l’artillerie de Marine en fusionnant les commissaires d’artillerie et les officiers de vaisseau des compagnies de bombardiers et d’apprentis canonniers en un seul corps.

16 février 1791, la maréchaussée devient la gendarmerie nationale.  C’est la date retenue par la gendarmerie pour rendre hommage à ses morts.

16 février 1804 : raid de l’USS Intrepid (Tripoli – actuelle Libye). Le commerce méditerranéen est fortement perturbé par la piraterie des Etats barbaresques qui n’hésitent pas à attaquer et voler les navires européens. Les tous jeunes Etats-Unis ordonnent un blocus du port de Tripoli d’où sévissent les pirates de la Régence de Tripoli. Au cours de la tentative de blocus, l’USS Philadelphia est capturé (octobre 1803) et enrôlé dans la flotte barbaresque. Le lieutenant Stephen Decatur, à bord de l’USS Intrepid (Ketch turc capturé par Decatur et rebaptisé) pénètre de nuit dans le port et sans tirer un coup feu neutralise avec 60 hommes l’équipage pirate puis incendie le Philadelphia. L’Intrepid regagne la haute mer sans dommage. Decatur est l’une des gloires de l’US Navy.

16 février 1807 : bataille d’Ostrolenka (actuelle Pologne). A la suite de la sanglante victoire d’Eylau, le général Savary écrase le corps de réserve russe, dégageant définitivement Varsovie.

16 février 1923 : traditions chasseurs. La garde du drapeau des chasseurs est désormais assurée à tour de rôle par les bataillons présents en métropole pour une durée d’un an. Le transfert du drapeau s’effectue chaque année au château de Vincennes.

16 février 1943 : opération commando sur l’usine de Vemork (Norvège). L’usine Norsk Hydro est le seul lieu de production « d’eau lourde »en Europe et revêt donc un caractère stratégique pour les belligérants lancés dans la mise au point de la bombe atomique. Les services secrets alliés ont déjà mené deux actions contre l’usine depuis le début de la guerre : les Français ont acheté secrètement les stocks existant et les ont fait sortir du territoire de manière rocambolesque en mars 1940. Les Britanniques, quant à eux, perdent en novembre 1942 deux sticks de commandos dont les planeurs s’écrasent dans la montagne surplombant l’usine. Le 16 février 1943, un commando de 6 norvégiens est parachuté dans la région et avec l’aide d’éléments préalablement infiltrés fait sauter les stocks « d’eau lourde ». Non seulement le sabotage est réussi, mais leur exfiltration à ski vers la Suède, sur 400 km, relève de l’exploit. Les Allemands reconstruisent puis décident de déménager les nouveaux stocks produits. Cette bataille de « l’eau lourde »,stratégique et discrète, s’achève le 19 février 1944 lorsqu’un autre commando Norvégien parvient à couler le ferry transportant le précieux chargement.

16 février 1943 : création du STO. Service du travail obligatoire en Allemagne.

16 février 1986 : bombardement de la piste de Ouadi Doum par les Jaguar de la 11e EC basés à Bangui.

16 février 1993 : inauguration du Mémorial des guerres en Indochine (Fréjus). De 1940 à 1954, environ 60 000 soldats français sont morts en Indochine. Le Mémorial abrite 24 000 sépultures de corps rapatriés depuis 1986. Environ 12 000 corps avaient été rendus aux familles auparavant. Un mur du souvenir couvert de près de 30 000 noms honore la mémoire de ceux dont la dépouille ne repose pas à Fréjus soit parce que la famille a choisi un autre lieu de sépulture, soit parce que le soldat est porté disparu.







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles