• Accueil
  • > Archives pour décembre 2017

Chronique historique : 22 décembre

22122017

22 décembre 1894 : Dreyfus condamné pour trahison. Le capitaine Alfred Dreyfus, arrêté en octobre pour espionnage est condamné au bagne à vie sur la base de déclarations et documents qui seront plus tard (à partir de 1896) totalement invalidés. Dreyfus est dégradé (5 janvier 1895) et envoyé en Guyane sur l’ile du Diable où il va passer 4 années avant la révision de son procès.

22 décembre 1944 : Giap fonde l’armée populaire vietnamienne. En décembre 1944, le Président Hô Chi Minh confie au général Giap la mission de fonder la Brigade de propagande et de libération du Vietnam. La cérémonie de création de cet organe a lieu à Cao Bang. Il n’y a au départ que 34 militants membres placés sous la direction directe de Vo Nguyên Giap. En 1989, le gouvernement a élargi le sens de cette commémoration en y couplant la journée nationale de la défense nationale.

22 décembre 1956 : rembarquement du corps expéditionnaire franco-britannique (Port Saïd – Egypte). L’expédition sur Suez déclenchée le 5 novembre pour reprendre le canal nationalisé par Nasser a tourné court face à l’opposition des deux Grands. France et Grande-Bretagne mesurent alors pleinement la redistribution des statuts qui s’est opérée dans la vie internationale.

22 décembre 1989 : Ion Iliescu renverse Nicolae Ceausescu au terme de 24 ans de pouvoir dictatorial en Roumanie.

22 décembre 2007 : mort de Julien Gracq (Angers). L’auteur du Rivage des Syrtes, Au château d’Argol, Un balcon en forêt,… s’éteint à 97 ans. Julien Poirier est aussi l’auteur des Manuscrits de guerre qu’il ne souhaitait pas publier mais qui le furent malgré tout en 2011 et dans lesquels il raconte en tant que lieutenant, la retraite de sa section d’infanterie vers Dunkerque. Intéressant de découvrir un très grand écrivain à travers ses écrits les moins travaillés et où il raconte simplement les contingences d’une section de combat et les préoccupations basiques d’un lieutenant soucieux de ses hommes.

image002




Chronique historique : 21 décembre

21122017

21 décembre 1873 : mort du lieutenant de vaisseau Francis Garnier (Tonkin). Officier de marine et explorateur infatigable de l’Asie (Chine, Tibet, Yunnan), Francis Garnier est tué par des pirates chinois, les Pavillons noirs, au pont de papier, à trois kilomètres de Hanoï, lors d’une embuscade. Le consul général français au Vietnam, Jean-François Parot, fait rapatrier ses restes en France après de longues recherches (1982-1987). Ils ont été placés dans le monument dressé à la mémoire de Garnier, place Camille Julian (Paris VIe).

image002

Patton décorant un soldat.

21 décembre 1945 : mort du général Georges Smith Patton (Allemagne). Patton est l’un des généraux américains les plus hauts en couleurs. Célèbre pour ses victoires lors des deux conflits mondiaux, il commande victorieusement la contre-attaque blindée de Saint Mihiel (septembre 1918), écrase l’Afrikakorps lors de la bataille d’El Guettar (mars 1943), libère la Sicile (août 1943), Avranches (juin 1944), Metz (septembre 1944) et Bastogne (décembre 1944).  Son impétuosité lui vaudra d’être sanctionné régulièrement durant sa carrière : en 1918, il est rétrogradé commandant après s’être enfui de l’hôpital où il est soigné pour une blessure reçue en Argonne. En août 1943, Eisenhower doit le mettre au vert après le scandale qu’il crée en giflant deux GI’s hospitalisés qu’il prend à tort pour des simulateurs. Dans les mois qui suivent la capitulation allemande, il veut poursuivre le combat mais cette fois contre les Soviétiques. Il est à nouveau mis sur la touche par le commandement, d’autant qu’il s’oppose à la dénazification et tient des propos antisémites. Inclassable, il oblige cependant la population allemande à défiler dans les camps de concentration qu’il vient de libérer. Il se définit lui-même comme « un anachronisme vivant ». Original et courageux, il tue lors d’un duel au pistolet l’un des officiers de Pancho Villa (Mexique – 1916). Déconcertant, il est capable de déclamer, dans le texte, les auteurs classiques grecs et latins, tout en arborant deux colts à la ceinture. Passionné par l’histoire militaire, la culture française (il a fait Saumur…), l’escrime et Napoléon, son attrait pour un passé idéalisé et chevaleresque ne l’a pas empêché d’être le précurseur du combat mécanisé américain. Il meurt dans un accident de la circulation à Heidelberg.

21 décembre 1983 : attentat du Hezbollah contre le PC du 3e RPIMa (Beyrouth). Un poste de garde du PC du 3e RPIMa (photo), situé sur le stade de Chayla à Beyrouth, subit l’attaque d’un camion-bombe chargé de 1200 kg d’équivalent TNT. Le véhicule suicide est arrêté par les merlons de terre mais les 1200 kilos d’explosif tuent un parachutiste (Marsouin Philippe Chabrat du 3e RPIMa) et treize civils. On compte également plus de 100 blessés dont 24 Français.
Le nom de Philippe Chabrat figure sur le monument aux morts de Bassan (Hérault)

21 décembre 2004 : attaque au mortier contre une base américaine à Mossoul (Irak). 22 Américains sont tués et 50 blessés par un tir de mortier tiré sur une base américaine de Mossoul.

 

 




Chronique historique : 20 décembre

20122017

20 décembre 1192 : Richard Cœur de lion prisonnier (Autriche). Le roi d’Angleterre, Richard 1er (dit Cœur de Lion) fait naufrage sur les côtes italiennes en rentrant de croisade (3e croisade) et se fait arrêter par Leopold V d’Autriche qu’il avait eu la mauvaise idée d’insulter alors qu’ils étaient tous deux en Terre sainte. Il sera libéré contre rançon en février 1194.

20 décembre 1667 : mort du chevalier Paul (Toulon). Les origines de ce marin exceptionnel sont si humbles que les historiens hésitent sur son vrai nom : Paul de Fortia ou bien Paul Samuel. La postérité a retenu celui que Louis XIV lui accorde en l’anoblissant pour services rendus, Paul de Saumeur. Né dans l’ile du château d’If au large de Marseille, il embarque dès l’âge de 12 ans et devient un excellent navigateur. Sa soif d’aventure et ses qualités de chef le conduisent rapidement à servir l’Ordre de Saint Jean de Jérusalem contre les Barbaresques. Il est ensuite repéré et recruté par Richelieu pour la marine royale, dans laquelle il combat contre l’Espagne, l’Angleterre et les pirates barbaresques, toujours avec succès. Il termine sa carrière lieutenant-général des armées navales du roi  en commandant la flotte du Levant à Toulon. Aimé aussi bien de son roi que de ses hommes, il semble avoir possédé toutes les qualités de l’honnête homme. Il meurt à 70 ans. La frégate de défense aérienne D 621 est le troisième navire de la marine nationale à porter son nom.

20 décembre 1803 : Napoléon vend la Louisiane. Cherchant à concentrer ses forces sur le théâtre européen et échaudé par les déboires de son beau-frère, le général Leclerc à Haïti, Napoléon vend pour 80 millions de francs la Louisiane aux émissaires américains qui ne venaient que pour acheter la ville de la Nouvelle-Orléans.

image007

20 décembre 1989 : Les Etats-Unis envahissent le Panama. L’opération interarmées « Just cause » regroupe environ 25 000 soldats américains qui dans la nuit occupent tous les points stratégiques du Panama, alors dirigé par le général Manuel Noriega. Ancien collaborateur de la CIA en Amérique centrale, il est impliqué dans le trafic de drogue et est, de plus, devenu incontrôlable par les USA qui risquent à cause de lui, de compromettre la position stratégique du canal. Les américains perdent 24 hommes dans cette opération face aux Forces de Défense Panaméennes. Si les pertes des FDP sont 10 fois supérieures à celles des GI’S, c’est la population civile de Panama City qui est la plus touchée (pertes estimées entre 500 et 4000 selon les sources). Noriega se rend le 3 janvier 1990. Après 17 ans de détention en Floride, il est extradé vers la France (avril 2010) afin d’y être jugé pour blanchiment d’argent. Il a été extradé vers son pays pour y purger une peine de 60 ans de prison.

20 décembre 1995 : l’ONU remplacée par l’OTAN en Bosnie-Herzégovine. Les casques bleus de la FORPRONU (force de protection des nations unies) sont officiellement remplacés par les forces de l’OTAN suite aux accords de Dayton. L’IFOR (force d’imposition de la paix) sera active pendant un an puis transformée en SFOR (force de stabilisation).




Chronique historique : 19 décembre

19122017

19 décembre 1894 : début du procès du capitaine Dreyfus (Paris). Ouverture des audiences du procès pour haute trahison. A l’unanimité, le conseil de guerre permanent décide de tenir les débats à huis clos.

 19 décembre 1941 : les  forces K et B à la peine en Méditerranée. La Royal Navy subit de grandes pertes en Méditerranée en une seule journée. La force K, en chasse d’un convoi marchand italien au large de la Libye perd un destroyer et un croiseur en traversant un champ de mines flottantes. A Alexandrie, dans la nuit six plongeurs de combat italiens pénètrent dans le port égyptien et font sauter deux cuirassés de la force B, à l’aide de torpilles qu’ils ont chevauchées durant toute l’infiltration. Les six hommes du commando appartenant à l’unité du prince Borghese sont faits prisonniers par les anglais.

 19 décembre 1946 : insurrection en Indochine. L’attaque de l’usine électrique de Hanoi plonge la ville dans le noir et donne le signal de l’insurrection. 7000 hommes armés attaquent les postes français et massacrent les civils européens.

 19 décembreSoldats gardant un axe à Hanoi. Même si le coup de force de Hanoï est un échec, il radicalise un peu plus les positions de chacun. Ho Chi Minh lance le 21 décembre un appel à la lutte à outrance. La guerre d’Indochine commence.

19 décembre 1961 : création du CNES (Paris). Le centre national d’études spatiales est créé à l’initiative du général de Gaulle.

19 décembre 1981 : premier vol du BlackJack (ex URSS). Pouvant voler jusqu’ à Mach 2,1 sur 7300 km sans ravitaillement, le bombardier TU-160 emporte 40 tonnes de bombes et missiles. Il est le plus gros supersonique au monde et reste toujours en service.

 

                       




Chronique historique : 18 décembre

18122017

18 décembre 1676 : la France reprend Cayenne aux Hollandais (Guyane). Mettant à terre 800 soldats, le vice-amiral d’escadre d’Estrée enlève la garnison sans difficulté. Cayenne redevient établissement français. Il file vers Tobago où il lui faudra deux expéditions (en un an) pour reprendre l’ile.

18 décembre 1779 : combat naval de la Martinique (Antilles). La Motte Picquet s’illustre brillamment en sauvant d’une attaque anglaise la plus grande partie d’un convoi marchand qui rallie la Martinique depuis Marseille. Ne disposant momentanément que de 3 navires, La Motte Picquet affronte les 13 navires de l’amiral Hyde Parker et parvient sans trop de dommages pour lui, à leur faire rompre le combat. Impressionné mais chevaleresque, Parker envoi après coup une lettre au Français pour lui témoigner de son admiration.

18 décembre 1856 : Faidherbe bat Ely el Habib (Sénégal). Gouverneur du Sénégal, Faidherbe soumet El Habib qui tentait de susciter la rébellion, en venant l’arrêter personnellement dans le village de N’Guick où il s’était réfugié.

18 décembre 1903 : acquisition par les Etats-Unis de la zone du canal (Panama). Le tout jeune Etat panaméen (3 novembre 1903) accorde aux Etats-Unis moyennant une rente annuelle, la zone où le génie militaire américain va reprendre les travaux commencés par les Français (Ferdinand de Lesseps – 1882). Inauguré en 1914, le canal de Panama est un passage stratégique pour les marines marchandes et de guerre. Il est resté officiellement sous contrôle des Etats-Unis jusqu’en décembre 1999.

18 décembre 1944 : premier numéro du Monde (Paris). Le quotidien Le Monde daté du 19 décembre parait pour la première fois.

18 décembre 1974 : capture du soldat Teruo Nakamura (Morotai-Indonésie). « Soldat taïwanais de l’empire japonais, il est le dernier vrai combattant de la 2ème guerre mondiale recensé à ce jour. Il est cependant moins connu que Hiroo Onoda retrouvé quelques semaines plus tôt. Teruo Nakamura (son nom de naissance est Attun Palalin) reste caché avec des compagnons d’arme jusque dans les années 1950 puis se sépare du groupe. Au cours de l’été 1974, la hutte qu’il s’est construite dans la jungle est aperçue par hasard par un pilote indonésien et il est finalement capturé par l’armée indonésienne à la demande du gouvernement japonais. Durant ses 31 années de guerre, il n’a pas vraiment combattu, contrairement à Hiroo Onoda et ses hommes qui ont mené des actions de harcèlement jusqu’en 1972. Plus de 200 000 Taïwanais ont servi dans les rangs de l’armée impériale japonaise durant la deuxième guerre mondiale, dont environ 16 000 volontaires ».. LCL N-N U.

181217

18 décembre 1978 : création d’Airbus Industrie. L’actuel numéro 2 du marché mondial de l’aéronautique est issu d’un groupement d’intérêt européen de EADS et BAE Systems. Airbus emploie plus de 50 000 personnes dans le monde. Il fabrique notamment l’avion de transport militaire A 400 M.

18 décembre 1995 : premier vol du prototype du NH 90. Hélicoptère multi rôles européen. Le NH 90 équipe une dizaine de pays. Airbus Helicopters, Agusta et Fokker sont les constructeurs.

 




Chronique historique : 15 décembre

15122017

15 décembre 1650 : bataille de Rethel (actuelles Ardennes). Durant la Fronde, Turenne, alors dans le camp des frondeurs, est battu par le maréchal du Plessis-Praslin. Quelque temps plus tard, une fois dans le camp royal et après de nombreuses victoires, le souvenir de cette défaite intriguait : Lorsqu’on demandait à Turenne comment il avait pu perdre à Rethel, il répondait : par ma faute.

15 décembre 1805 : création des maisons d’éducation de la Légion d’honneur. Napoléon crée la première maison destinée à accueillir les filles des officiers, sous-officiers et soldats admis dans l’ordre. « Soucieux de combler un vide en matière d’éducation féminine et convaincu du rôle prépondérant que les femmes auront à jouer dans la société, Napoléon définit lui-même le programme éducatif de ces futurs établissements, voulant assurer aux filles des légionnaires civils et militaires « une existence digne et indépendante ». C’est à partir de cette lettre de mission que la première maison d’éducation ouvre ses portes au château d’Ecouen en 1807 ».

15 décembre 1840 : le retour de l’Empereur. Pour  se concilier les Bonapartistes, Adolphe Thiers, ministre de Louis-Philippe, négocie avec les Anglais le retour des cendres de Napoléon 1er, mort 20 ans plus tôt à Sainte Hélène. Le prince de Joinville, fils de Louis-Philippe part chercher les restes de l’Empereur à bord de la Belle Poule. A Paris, un million de Français se massent le long du trajet emprunté par le cortège funèbre pour rejoindre les Invalides. La cérémonie est curieuse : tous les ingrédients pour une communion nationale réussie sont présents, mais la monarchie constatant l’emprise toujours énorme de l’Empereur sur les Français, expédie les festivités tout en les ayant souhaitées.

15 décembre 1890 : mort de Sitting Bull (Dakota). Le chef d’une des tribus Sioux responsable, avec Crazy Horse, de la défaite du général Custer lors de la bataille de Little Big Horn est tué pendant son arrestation.

15 décembre 1916 : Barbusse lauréat du Goncourt. « L’Académie Goncourt décerne son prix au Feu d’Henri Barbusse ». LCL Rémy. P (EMAT).

15 décembre 1940 : le retour de l’Aiglon. Sur ordre d’Hitler, les cendres du fils de Napoléon Ier sont restituées à la France, dans le but de se concilier la bonne volonté du peuple français. Transférées aux Invalides selon un cérémonial décidé par les allemands, l’évènement se déroule dans l’indifférence générale. Hitler est mécontent. Il pensait faire un cadeau et constate que l’effet est nul. La genèse de cet événement est particulièrement bien expliquée dans les souvenirs de Jacques Benoist-Méchin, A l’épreuve du temps  : là encore, l’idée de se concilier la France en honorant un Napoléon, ne fonctionne pas. Proverbe parisien né de l’événement : « ils nous prennent le charbon, ils nous rendent les cendres ».

151217

Le cortège funèbre des cendres de Napoléon Ier arrivant devant les Invalides.

15 décembre 1944 : décès d’Alton Glenn Miller. « Chef d’orchestre de jazz et tromboniste, il laisse à la postérité les titres Moonlight Serenade, In the Mood et Chattanooga Choo Choo. Avec le grade de capitaine, il se trouve à la tête du Glenn Miller Army Air Force Band, en Angleterre, avec lequel il enregistre des disques et participe à des émissions de radio à destination des soldat au front. Afin de préparer des concerts en France, il prend les airs dans le brouillard à bord  d’un Noorduyn Norseman (petit avion utilitaire d’origine canadienne) afin de traverser la Manche : il n’arrive jamais à destination. Son avion aurait traversé une zone, interdite de vol car destinée au délestage des bombes non larguées par les bombardiers alliés à leur retour de mission (afin de limiter les risque d’explosion en cas d’incident à l’atterrissage) ». CNE J-B P.

15 décembre 1948 : Zoé fonctionne (Fort de Chatillon). La première pile atomique française entre en fonction et est inaugurée par le Président de la République Vincent Auriol. ZOE = Z comme zéro (puissance très faible, inférieure à celle consommée par ses accessoires) ; O pour oxyde d’uranium ; E pour eau lourde)

15 décembre 1961 : condamnation à mort d’Eichmann (Jérusalem). Enlevé par le Mossad en Argentine, le colonel et haut cadre dirigeant du RSHA (organe gérant la solution finale) est condamné à mort par pendaison. Il est exécuté fin mai 1962.

15 décembre 1965 : premier « rendez-vous » spatial. Pour la première fois de l’Histoire, deux véhicules spatiaux (Gemini 6 et 7) parviennent à synchroniser leur vitesse en orbite autour de la Terre à moins de 40 cm l’un de l’autre. Le musée de l’Air et de l’Espace expose dans son Hall de la conquête spatiale  deux propulseurs de manœuvre et de contrôle d’altitude de la capsule Gemini. Le programme Gemini est le second programme de vols spatiaux habités, lancé en 1965 et 1966 par les États-Unis après le programme Mercury. Le but est d’étudier, à l’aide de vaisseaux biplaces, le comportement des astronautes lors de séjours prolongés dans l’espace et de maîtriser la technique des rendez-vous spatiaux. Des petits propulseurs sont utilisés pour manœuvrer les capsules Gemini en orbite.




Chronique historique : 14 décembre

14122017

14 décembre 1870 : combats sur le Loir. Les combats pour rompre le siège de Paris se multiplient dans la région d’Orléans depuis octobre, les victoires (Coulmiers le 9 novembre) alternant avec les défaites (Beaune-la-Rolande le 28 novembre). Le 5 décembre Gambetta a réorganisé les armées et confié 3 corps d’armée au général Chanzy sous l’appellation de 2ème armée de la Loire. Composée en majorité de mobiles et volontaires, elle parvient à arrêter les troupes du grand-duc de Mecklembourg. Le prince prussien Frédéric-Charles et le général von Moltke, qui croyaient l’armée de la Loire anéantie, sont obligés d’envoyer deux corps supplémentaires en renfort de l’armée du grand-duc pour reprendre l’offensive. Mais la ténacité de Chanzy et la motivation de ses troupes vont surprendre les prussiens qui avoueront plus tard leur admiration. Les 14 et 15 décembre, dans des conditions climatiques éprouvantes avec le froid et la neige, Chanzy parvient à arrêter de nouveau la progression prussienne sur le Loir, entre Morée et Fréteval, avant d’être débordé par le nombre dans le secteur de Vendôme. Le 15 au soir, il ordonne la retraite et se dégage avant que l’ennemi s’en aperçoive, dirigeant ses trois corps par les routes du Mans vers l’Huisne et la Sarthe. Pour lire une synthèse de la guerre franco-prussienne, voir le site Chemins de mémoire.

 14 décembre 1911 : le pôle Sud est atteint (Antarctique). L’explorateur Roald Amundsen plante le drapeau norvégien au pôle Sud, dans le plus grand secret. Il retrouve le camp de base le 25 janvier 1912, après 2824 km parcourus en 94 jours. Son concurrent britannique Robert Scott meurt en mars 1912 en tentant de rééditer l’exploit.  Voir à ce sujet le site Hérodote.

 14 décembre 1942 : le Casabianca débarque des agents de renseignement (Corse). Parti d’Alger, le sous-marin français Casabianca du commandant L’Herminier débarque près de Cargèse, dans la nuit du 14 au 15 décembre, cinq agents dont le but est de structurer la résistance Corse. Sans radar, ni renseignement précis sur l’occupation de la côte par l’ennemi, le Casabianca, rescapé du sabordage de la flotte de Toulon, dépose trois Corses, un belge (ex légionnaire) et un agent de l’OSS américain sur la plage de Chioni. Première mission du genre pour ce sous-marin, elle inaugure l’opération baptisée « Pearl Harbour » qui mènera à la libération de la Corse (septembre 1943) en armant le maquis.

 14 décembre 1942 : Simone Weil travaille pour la France Libre (Londres). Maurice Schumann apprenant que la brillante normalienne souhaite s’engager auprès du général de Gaulle, lui obtient un poste auprès d’André Philip, à la direction de l’Intérieur et du Travail à Londres. Chargée d’examiner les propositions de réforme établies par les comités d’étude de la Résistance et de faire des contre-propositions, elle commence aussitôt la rédaction d’un texte (L’enracinement) devant permettre de « refaire une âme au pays » et  appelé à devenir célèbre grâce au philosophe Gustave Thibon (qui le préserve durant la guerre) et à l’écrivain Michel Camus (qui le publie en 1949). Elle envisageait de le titrer Préludes à une déclaration des devoirs de l’être humain, signifiant que nous n’avons de droits que dans la mesure où nous nous imposons préalablement des devoirs envers les autres. Elle meurt d’épuisement le 24 aout 1943 à seulement 34 ans.

 14 décembre

14 décembre 1995 : signature des accords de Dayton (Paris). Commencée en 1992, la guerre d’ex-Yougoslavie prend fin. La Bosnie-Herzégovine est divisée entre la nouvelle Fédération de Bosnie et Herzégovine et la République serbe de Bosnie. L’IFOR se déploie sur le terrain.

14 décembre 2003 :  annonce de la capture de Saddam Hussein (Al Daour – Irak). Arrêté la veille au soir par une unité de la 4e division d’infanterie américaine au cours de l’opération Aube rouge, l’ex chef de l’Etat irakien est identifié formellement le lendemain. Il est exécuté le 30 décembre 2006 après avoir été condamné à mort en juillet 2004.

 

 




Chronique historique : 13 décembre

13122017

13 décembre 1738 : combat de Borgo (Corse). Indifférentes au sort de la Corse durant les premières années de rébellion, les grandes puissances européennes s’intéressent de plus en plus à l’île génoise  qui pourrait devenir une base navale stratégique. La France, qui a signé en 1737 la convention de Versailles avec Gênes, respecte ses engagements en intervenant en Corse suite à une demande génoise. Cependant, elle est défaite par les insurgés à Borgo. La pacification ne sera réalisée qu’en juillet 1740.

13 décembre 1882 : naissance de l’anthropométrie judiciaire (Paris).  Alphonse Bertillon présente pour la première fois à la préfecture de police de Paris, la fiche signalétique et inaugure ainsi les débuts de la police scientifique.

13 décembre 1916 : avalanche dans le Tyrol. Un cantonnement autrichien situé sous le pic Gran Poz dans le mont Marmolada est enseveli sous une avalanche. 300 soldats autrichiens meurent sous la neige. En quelques jours durant ce mois de décembre, le front italo-autrichien aurait perdu près de 10 000 soldats (autrichiens et italiens) du seul fait des avalanches.

13 décembre 1937 : massacre de Nankin (Chine). Les Japonais envahissent la ville de Nankin et commettent l’un des plus grands massacres de ce qui va s’appeler la Seconde Guerre mondiale.

13 décembre 1974 : mort d’Henry de Monfreid (Ingrande – Indre). Le baroudeur de la Corne de l’Afrique meurt paisiblement, en France, à 95 ans. Sa vie n’a pourtant été qu’une succession d’aventures certes plus ou moins légales, mais toujours habilement racontées dans ses nombreux livres. Lire Les secrets de la mer Rouge. L’écrivain Joseph Kessel, fasciné par Monfreid, en a fait le héros de son roman Fortune carrée, Hergé s’en est lui aussi inspiré dans Les cigares du pharaon.

 13 décembre

13 décembre 1939 : bataille du Rio de la Plata (Uruguay). Le cuirassé de poche allemand Graf Spee sème la terreur dans l’Atlantique Sud parmi les navires marchands britanniques et décide Churchill à lancer à ses trousses trois croiseurs pour le couler et ainsi maintenir la route commerciale vitale pour la Grande-Bretagne. Le Graf Spee est repéré au large de l’Uruguay et le premier grand combat naval de la Seconde Guerre Mondiale s’engage le 13 décembre, alors qu’en Europe la « drôle de guerre » se poursuit. Rapide et bien armé, il met hors de combat le HMS Exeter et cause de graves dommages au HMS Ajax. Il est cependant lui-même endommagé et doit  trouver refuge dans le port de Montevideo. Obligé de quitter l’Uruguay, pays neutre, le Graf Spee n’est plus opérationnel malgré quelques réparations. Son commandant craignant d’être vaincu par la marine anglaise qu’il pense, à tort, rassemblée à l’embouchure du Rio de la Plata, préfère saborder le navire le 17 décembre. Il se suicidera trois jours plus tard.

 

                   

 







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles