• Accueil
  • > Archives pour novembre 2017

Chronique historique : 28 novembre

28112017

28 novembre 1443 : Skanderbeg se rebelle (Kruje – Albanie). Georges Kastrioti dit Skanderbeg (Prince Alexandre), après 20 ans de service dans les armées ottomanes où il est devenu Pacha (général) à force de batailles victorieuses, se rebelle contre Mourad II et fonde l’Albanie, le pays des aigles. Ayant rejeté l’Islam qu’il a dû embrasser à 18 ans en tant qu’otage des Ottomans, il défend la chrétienté dans les Balkans et résiste victorieusement à tous les assauts ottomans jusqu’à sa mort (1468). L’Albanie ne retournera dans le giron ottoman qu’en 1480. L’exploit de Skanderbeg est assez peu connu : avec une armée réduite, il a tenu en échec l’armée du vainqueur de Constantinople. Le 28 novembre est la fête nationale albanaise en référence à 1443 et 1912 (proclamation de l’indépendance albanaise).

28 novembre  Statue de Georges Kastrioti dit Skanderbeg à Kruje (Albanie) sa ville natale.

28 novembre 1812 : les Russes tentent de détruire la Grande Armée à la Bérézina. L’Empereur a franchi la Bérézina avec une partie de la Grande Armée, le 26. Le maréchal Ney défend la rive droite (rive arrivée) pendant que Victor contient les Russes sur la rive gauche (rive départ) où beaucoup de retardataires n’ont toujours pas franchi. Pour la référence historique sur le franchissement de la Bérézina, lire entre autres :  Percin (col), Azibert (cdt), Desmazes (cdt), Tribié (cdt), Historique du 2e régiment du génie. Paris : Lavauzelle, 1893. Le nom Bérézina est inscrit dans les plis du drapeau du 126e RI.

28 novembre 1870 : bataille de Beaune la Rolande (Loiret). Défaite française.

28 novembre 1942 : arrivée en URSS du futur « Normandie-Niemen » (Bakou). Trois Lisunov 2 soviétiques se posent à Bakou en provenance de Téhéran avec à leur bord les premiers volontaires français du groupe d’aviation de chasse. Originaires du 340ème Squadron « Ile de France » (Angleterre) et du groupe « Alsace » (Moyen-Orient), les 62 premiers volontaires débutent une extraordinaire épopée.

28 novembre 1944 : bataille de la Hardt (Alsace). Le 1er régiment de tirailleurs marocains s’illustre particulièrement dans les combats très durs qui se déroulent dans la forêt frontalière avec l’Allemagne. La 1ère armée du général de Lattre vient de libérer Belfort et Mulhouse. Mais pour franchir le Rhin, il lui faut traverser la forêt de la Hardt que tient la 19ème armée allemande ainsi que toute la région de Colmar. Afin de protéger le pont de Chalampé, un des seuls points de passage vers l’Allemagne, le général allemand Wiese engage toutes ses forces et contre-attaque, bloquant les français qui perdent 162 tués. Ce sont les prémices sanglants de la fameuse poche de Colmar où les Allemands résisteront jusqu’à la mi-février 1945. L’hiver est cette année-là particulièrement rigoureux : Impossible de creuser le sol gelé pour réaliser des protections individuelles ce qui laisse à découvert le RTM lors de la contre-attaque allemande.

28 novembre 1947 : crash de l’avion du général Leclerc (Colomb-Béchar – Algérie). Figure de la France libre, le général d’armée Leclerc meurt à 45 ans après une carrière exemplaire et fulgurante. Saint-Cyrien, cavalier, blessé au combat, il s’évade à deux reprises durant la campagne de France en 1940. Ayant rejoint de Gaulle, celui-ci lui donne mission de rallier l’AEF. Il est l’homme du serment de Koufra et le libérateur de Paris, le chef de la colonne Leclerc devenue 2ème DB.
                       




Chronique historique : 27 novembre

28112017

27 novembre 511 : mort de Clovis (Paris). Premier roi de ce qui devint la France. Mort  vers 45 ans après avoir régné 29 ans.
27 novembre 1095 : le pape prêche la 1ère Croisade (actuelle Clermont-Ferrand). Urbain II, troisième pape français, appelle la noblesse de la chrétienté à défendre Byzance et libérer les lieux saints. Deux siècles de campagnes guerrières commencent.
 27 novembre 1382 : bataille du Mont d’or (Roosebeke – actuelle Belgique). L’ost royal de Charles VI défait complètement la milice de Philippe van Artevelde et venge ainsi la cuisante défaite des éperons d’or, qui, 80 ans plus tôt, avait vu la chevalerie française se faire battre par les piétons flamands.
27 novembre 1252 : décès de Blanche de Castille (Melun).  Reine de France réputée autant pour sa sagesse que sa beauté, elle est l’épouse de Louis VIII le lion et la mère de 12 enfants dont le futur Louis IX, Saint Louis. Elle a dû assurer la régence du royaume de France, efficacement, avant la majorité de son fils (1226-1235) et ensuite lorsqu’il est parti en croisade.
27 novembre 1838 : prise de Veracruz (Mexique). Pour rétablir les droits des commerçants français installés au Mexique, bafoués depuis une décennie, Louis-Philippe ordonne une expédition (1837). Le contre-amiral Charles Baudin, vétéran de la marine du Premier Empire bombarde la forteresse de San Juan d’Uloa, considérée comme imprenable. Il utilise pour la première fois l’obus explosif (177 obus tirés) et obtient la reddition du fort. C’est le « seul exemple » dira Wellington « d’une place régulièrement fortifiée réduite par une force purement navale ».
27 novembre 1870 : bataille de Villers-Bretonneux (Somme).  Le général Faidherbe après s’être emparé de la ville doit l’évacuer face à la poussée des 35 000 hommes du général Manteuffel appuyés par une artillerie surclassant celle des Français.
27 novembre 1942 : sabordage de la flotte française (Toulon). Les Anglo-américains ayant débarqué en Afrique du Nord (8 novembre- opération Torch), Hitler envahit la « zone libre » (11 novembre- opération Anton) et donne ordre de se saisir de la flotte française à Toulon. Appliquant les ordres reçus de Vichy, l’amiral de Laborde ordonne aux unités à quai de se saborder. Le IIIème Reich est ainsi privé d’une flotte de 230 000 tonnes,… tout comme les alliés. Cinq sous-marins parviennent cependant à fuir mais 3 seulement rejoignent les combattants gaullistes.

27 novembre

 




Chronique historique : 24 novembre

24112017

24 novembre 885 : début du siège de Paris par les Vikings. Très actifs durant le IXè siècle, les Vikings ont pris l’habitude de remonter les fleuves du Nord de la France pour piller et rançonner les villes. 700 bateaux embarquant environ 30 000 guerriers danois et norvégiens se présentent devant Paris. Le siège débute réellement le lendemain, avec le refus de l’évêque Gozlin de laisser passer la flotte du chef Viking Siegfried. Jusqu’en mai 887, Paris est assiégé et ses environs ravagées. Siegfried lève le siège suite au paiement d’un tribut de 700 livres d’argent par l’empereur Charles le Gros.

 24 novembre 1793 : le calendrier républicain remplace le grégorien (Convention – Paris). Il ne sera utilisé que jusqu’en 1806 année de son abolition par Napoléon Ier. Aujourd’hui serait le 4 (Quartidi) frimaire 224.

 24 novembre 1867 : le fil de fer barbelé est breveté.

 24 novembre 1929 : mort du Tigre (Paris). Georges Clemenceau décède à 88 ans.

 24 novembre 1938 : Beria nommé à la tête du NKVD. Ancêtre du KGB.

 24 novembre 1964 : reprise de Stanleyville (actuelle Kisangani – RDC). Un régiment parachutiste belge est largué sur Stanleyville pour libérer des otages retenus par des rebelles au pouvoir. Avec l’aide de mercenaires occidentaux, il met fin à la rébellion. 24 otages, 2 militaires belges sont tués.

 24 novembre 1965 : Mobutu prend le pouvoir (actuelle RDC). Il va rester 32 ans à la tête du Zaïre.

 24 novembre 1970 : harakiri de Mishima (Tokyo). Kimitake Hiraoka, plus connu sous son nom d’écrivain, Yukio Mishima, se suicide en se faisant Seppuku après avoir tenté un simulacre de prise de pouvoir au ministère de la Défense japonais. Son discours devant le chef d’état-major séquestré et les troupes présentes ne convaincant pas, il se suicide selon le rituel traditionnel. N’ayant aucun passé militaire, son geste a souvent été interprété comme une tentative de rachat pour sa réforme durant la Seconde guerre mondiale ou encore comme une ultime mise en scène sans aucun autre but que la mort esthétisée et ritualisée.

 24 novembre 1977 : premier vol du Super Etendard de série (Mérignac). Premier avion français équipé d’un système inertiel de navigation et d’attaque. Il a été retiré du service actif en juillet 2016, après presque 40 ans de bons et loyaux services. L’avion est connu pour avoir formé un couple redoutable avec le missile AM-39 « Exocet », conçu pour la lutte antinavire. Il assurait également des missions d’appui-feu au profit des troupes à terre et des missions de reconnaissance.

 24 novembre 1985 : assaut meurtrier d’un jet détourné (Malte). Des commandos égyptiens dépêchés en urgence à Malte donnent l´assaut au Boeing égyptien détourné par 4 pirates (Palestiniens et Syrien) sur La Valette. 60 personnes sont tuées dont 4 des 5 pirates qui avaient commencé à abattre les otages (4 !).

 24 novembre 2002 : signature du HCoC (La Haye – Pays-Bas). « L’entrée en vigueur du Code de Conduite de la Haye contre la prolifération des missiles balistiques (Hague Code of Conduct against Ballistic Missile Proliferation) a lieu le lendemain. Les États souscripteurs au Code s’engagent politiquement à des mesures de retenue et de confiance en matière de développement et déploiement de missiles balistiques, parmi lesquelles les pré-notifications de tirs d’essai de missiles balistiques et de lancement de fusées. Le HCoC compte aujourd’hui 138 États souscripteurs ». DGRIS.

 24 novembre 2015 : F16 contre Sukhoi (Frontière turque). Deux chasseurs F-16 turcs abattent un bombardier SU-24 russe près de la frontière avec la Syrie. L’équipage réussit à s’éjecter. Un hélicoptère Mi-8AMT engagé immédiatement dans leur récupération est détruit après un atterrissage d’urgence (1 mort). Un peu plus tard une mission de sauvetage a priori russo-syrienne parvient à extraire le navigateur russe. Le pilote a, quant à lui, été retrouvé mort, manifestement tué par des tirs venant du sol lors de son atterrissage . L’évènement a singulièrement tendu les relations entre Russie et Turquie entrainant sanctions économiques et déclarations fermes de part et d’autre jusqu’à l’été 2016.

24 novembre

 




Chronique historique : 23 novembre

23112017

23 novembre 1880 : découverte de l’hématozoaire du paludisme « par le docteur Laveran, alors médecin militaire. Il confirme cette année-là, l’intuition qu’il avait eue lors de son premier séjour en Algérie en 1878. Il recevra en 1907 le Prix Nobel de médecine pour cette découverte. L’hôpital d’instruction des armées de Marseille porte son nom ». CNE J-B P.

 23 novembre 1889 : création de l’école coloniale (Paris). Créée initialement pour accueillir les enfants de dignitaires Annamites, l’école se transforme rapidement en une sorte d’ENA des futurs cadres (indigènes et français). L’école s’installe rue de l’Observatoire en 1896 et finit après quelques évolutions (Ecole nationale de la France d’Outre-mer) par être absorbée par l’Ecole Nationale d’administration. Exemples d’anciens élèves : Paul Biya, Pierre Mesmer, Abdou Diouf, Félix Eboué …

 23 novembre 1944 : la 2ème Division Blindée de Leclerc prend Strasbourg. La colonne Leclerc, constituée en mars 1941 pour la prise de Koufra (Lybie), avait fait le serment de ne cesser le combat qu’une fois le drapeau tricolore hissé au sommet de la cathédrale de Strasbourg. Le serment est tenu. Cette colonne, devenue 2ème DB, entre dans Paris et ira jusqu’en Allemagne, à Berchtesgaden, le « nid d’aigle » d’Hitler. Ce même jour (23 novembre), la 6ème armée entre dans le camp du Struthof entièrement évacué par les Allemands.

23 novembre Leclerc à Strasbourg. Serment de Koufra tenu.

 23 novembre 1996 : Malraux au Panthéon (Paris). Les cendres d’André Malraux sont transférées au Panthéon 20 ans après sa mort (23 novembre 1976) en présence du Président de la République. Archéologue, écrivain, combattant, ministre et l’un des piliers du Gaullisme, Malraux rejoint Jean Moulin, héros de la Résistance.  C’est en effet Malraux qui en décembre 1964 avait prononcé le discours officiel pour le transfert des cendres de Jean Moulin : « Comme Leclerc entra aux Invalides, avec son cortège d’exaltation dans le soleil d’Afrique, entre ici, Jean Moulin, avec ton terrible cortège. Avec ceux qui sont morts dans les caves sans avoir parlé, comme toi — et même, ce qui est peut-être plus atroce, en ayant parlé. Avec tous les rayés et tous les tondus des camps de concentration, avec le dernier corps trébuchant des affreuses files de Nuit et Brouillard, enfin tombé sous les crosses. Avec les huit mille Françaises qui ne sont pas revenues des bagnes, avec la dernière femme morte à Ravensbrück pour avoir donné asile à l’un des nôtres. Entre avec le peuple né de l’ombre et disparu avec elle — nos frères dans l’ordre de la Nuit… ».

                       




Chronique historique : 22 novembre

22112017

22 novembre 845 : bataille de Ballon (près de Redon). Le chef breton Nominoë bat le roi de France Charles le chauve et gagne l’indépendance de la Bretagne

22 novembre 1890 : naissance de Charles de Gaulle (Lille). Né dans une famille catholique dont le père affiche des idées monarchistes, il lit dans sa jeunesse Barrès et Péguy qui l’attachent à la République. Saint-Cyrien, il choisit l’infanterie et sert sous les ordres du colonel Pétain. Il est blessé trois fois lors des premiers combats de la Première Guerre Mondiale avant d’être fait prisonnier en mars 1916. Il tente de s’évader à cinq reprises sans succès et n’est libéré que par l’armistice. Militaire écrivain, il se distingue par une intelligence vive, un caractère cassant et une grande ambition pour la France. En gagnant Londres en juin 1940, il sauve la France sur la scène internationale. Président du conseil en 1958, puis Président de la Vème République, il amorce la décolonisation, pousse à la mise en œuvre de la dissuasion nucléaire, fait sortir la France du commandement intégré de l’OTAN,…  Visionnaire, décideur, fondateur, ses qualités de dirigeant « au-dessus des partis » font de lui un homme politique exceptionnel dans l’Histoire de France. Lorsqu’il entendit dire lors d’une assemblée du RPF, « Mort aux cons! » il répondit « Vaste programme !« .

22 novembre 1902 : naissance de Philippe Leclerc de Hautecloque (Somme). Saint-Cyrien, gaulliste de la première heure, instigateur du serment de Koufra, chef de la 2ème DB, des forces françaises en Indochine puis inspecteur des armées. Il meurt dans le crash de son avion le 28 novembre 1947.

22 novembre 1943 : le Liban s’émancipe. Soutenus par les Anglo-saxons, les Libanais imposent leur indépendance à de Gaulle, chef de la France libre. La date est depuis, fête nationale au Liban.

22 novembre 1944 : la 3ème armée de Patton prend Metz ;  la 2ème DB de Leclerc prend Saverne par surprise ;  la 1ère armée de de Lattre prend Belfort puis Mulhouse.

22 novembre 1961 : admission au service actif du Clémenceau (Toulon). Premier « vrai » porte-avion construit en France (Brest), le Clemenceau est resté en activité jusqu’en 1997, soit 36 ans. 24 000 tonnes. 36 avions embarqués. 1920 hommes à bord.

22 novembre 1977 : déclenchement de l’opération Lamentin (Mauritanie). Action menée par l’armée de l’air et la 11ème DP contre le Polisario suite à son attaque de la voie ferrée Zouerate-Nouakchott. Pour plus d’information sur l’opération, voir la Revue Historique des Armées (RHA Janvier 1992) et notamment l’article du général Forget qui a commandé l’opération.

22 novembre

 




Chronique historique : 21 novembre

21112017

21 novembre 1806 : Napoléon instaure le blocus continental pendant que le général Mortier prend le port de Hambourg.

 21 novembre 1892 : le scandale de Panama éclate (Paris).  Les travaux de percement de l’isthme de Panama se révélant plus difficiles que prévus (en 1879), la Compagnie universelle du canal interocéanique de Panama souscrit un nouvel emprunt dont une partie sert à corrompre journalistes et parlementaires français. Le scandale éclate lorsque Jacques de Reinach, le banquier responsable du montage financier est découvert mort chez lui. La compagnie fait faillite et de nombreux souscripteurs perdent leurs économies. La classe politique française est en grande partie discréditée et l’antisémitisme aggravé (2 ans avant l’affaire Dreyfus).

 21 novembre 1957 : bataille de Timimoun (Algérie). Un convoi d’employés du pétrole, encadré par un groupe de légionnaires, est attaqué (07/11) par des Méharistes, retournés par le FLN et passés à l’ennemi. Les enjeux économiques d’une telle situation sont jugés importants et forcent le général Salan à dépêcher Bigeard sur place (13/11) pour éradiquer la menace. Une compagnie du 3 RPC partie en chasse après les déserteurs est sévèrement accrochée par des tireurs d’élite (15 morts). Bigeard déclenche alors l’une des seules opérations aéroportées de la guerre d’Algérie pour la dégager. Parmi les blessés qu’il veut secourir se trouve le SCH René Sentenac, héros de Dien Bien Phu qui fait partie de la poignée de soldats ayant réussi à s’échapper de la cuvette de Dien Bien Phu après la capitulation française. Il succombe à sa blessure. Sentenac est Chevalier de la légion d’honneur, Médaille militaire, Croix de guerre des t.o.e, Croix de la valeur militaire, Médaille des évadés. Cité 13 fois. Bigeard conservera toute sa vie la photo de Sentenac mort.

21 novembre Le SCH René Sentenac.

 21 novembre 1995 : mise au point  des accords de Dayton ( Ohio – Etats-Unis ). Même si ces accords ne sont réellement signés officiellement que le 14 décembre suivant à Paris, c’est sur la base aérienne américaine Wright-Patterson à Dayton que les parties prenantes s’entendent sur le texte final. Les accords sont signés par le président musulman de Bosnie, Alija Izetbegovic, le président de la Croatie, Franjo Tudjman, au nom des Croates de Bosnie, et le président serbe, Slobodan Milosevic, au nom des Serbes de Bosnie. A noter la récente parution d’un ouvrage synthétique permettant de faire le point sur l’intervention française dans les Balkans et plus particulièrement à Sarajevo : Sarajevo 1995 : Mission impossible du général Bachelet.

                    

 




Chronique historique : 16 novembre

16112017

16 novembre 1805 : combat de Hollabrunn (Autriche). Premier gros engagement de la campagne d’Allemagne entre Français et Russes. Ces derniers y perdent un tiers de leur effectif. Pour mémoire, la veille de la bataille d’Austerlitz, Napoléon rappelle à ses hommes leur beau comportement lors d’Hollabrunn.

16 novembre 1812 : bataille de Krasnoie (Russie, actuelle Ukraine). La retraite de Russie n’est pas encore un carnage. Isolée, la division Broussier, appartenant à l’armée d’Italie commandée par le prince Eugène de Beauharnais, est pratiquement anéantie, mais Davout puis Ney parviendront à forcer le passage à travers les forces russes pourtant d’une supériorité numérique écrasante. La survie de l’armée à Krasnoie tient au coup de bluff de Napoléon, qui pour montrer à Koutouzov sa détermination fait sortir sa garde impériale. Koutouzov craignant d’être engagé dans une bataille rangée, préfère reculer et continuer son harcèlement à distance. Le pari de l’empereur coute tout de même 6000 hommes.

16 novembre 1887 : condominium franco-anglais aux Nouvelles Hébrides (Actuelles Vanuatu – Pacifique Sud).  Les iles que l’on appelle aujourd’hui Vanuatu, sont découvertes en 1606 par le navigateur portugais Queiros qui les nomme Esperito Santo. Redécouvertes par Bougainville (1768) puis Cook (1774), elles sont appelées Nouvelles Hébrides jusqu’à leur indépendance en 1980. Ayant renoncé à s’affronter pour les coloniser, Français et Anglais instaurent une commission navale mixte chargée de contrôler en commun l’archipel (81 iles). La commission est composée de 4 officiers de marine (2 français et 2 anglais) assurant alternativement la présidence pour des durées de 1 mois.

16 novembre 1917 : le Tigre au pouvoir. « Georges Clemenceau devient président du Conseil et ministre de la Guerre avec un programme de guerre à outrance et gouverne jusqu’en janvier 1920. Son chef de cabinet militaire, général Mordacq, écrit : Nécessité d’y rétablir l’autorité du ministre qui n’existait plus. Tout le monde y commandait sauf le ministre. » LCL Rémy Porte.

16 novembre 1920 : bataille de Sébastopol (Russie, actuelle Ukraine).La défaite de l’«Armée blanche» de Wrangel met fin à la guerre civile en Russie et consacre la victoire des bolcheviques et de Lénine.

16 novembre 1940 : création de l’ordre de la Libération par de Gaulle (Brazzaville). Décoration récompensant les actes de courage et services rendus à la cause de la libération de la France et de son empire , remise entre 1941 et 1946 à 1038 personnes dont 138 à titre posthume. Le Général de Gaule signe le 16 novembre 1940 l’ordonnance n° 7 créant l’ordre de la libération dont les membres porteront le titre de « compagnons de la Libération ». La décoration se porte immédiatement après la Légion d’honneur et avant la médaille militaire. Lors des cérémonies, les compagnons prennent rang immédiatement après les dignitaires de la LH. Il a été mis fin à l’attribution de la croix de la Libération par décret du 23 janvier 1946. Depuis le décès de Fred Moore, cet été, il ne reste plus que 10 Compagnons en vie. C’est le GDI (2S) Christian Baptiste, ancien n°2 de la DICoD et ancien directeur du Musée de l’Armée qui lui succède en tant que délégué national du Conseil national des communes « Compagnon de la Libération ». A noter, 5 communes françaises et 18 unités militaires ont été faites Compagnons de la Libération. Pour plus de détails.

 16 novembreLa croix de la Libération.

 




Chronique historique : 15 novembre

15112017

15 novembre 1315 : bataille de Morgarten (Suisse actuelle). Convoités à la fois par la Bavière et l’Autriche, les Cantons suisses (Uri, Schwytz et Unterwald) donnent leur faveur au duc Louis IV de Bavière. Mécontent, Léopold Ier d’Autriche envoi une armée de 4000 hommes mater les montagnards suisses. Malheureusement pour lui, son attaque ne reste pas secrète et les Cantons préparent une embuscade dans les règles de l’art au niveau du lac d’Ageri et du passage de Morgarten. L’armée Habsbourgeoise pense surprendre les paysans suisses au petit matin et progresse de nuit sur un chemin qui à certains endroits est étroit, pris entre des falaises et un lac. C’est là que les paysans suisses l’attendent : ils laissent l’armée s’engager dans le piège, la bloquent puis la détruisent posément à coup de pierres, troncs d’arbres et coups de piques. Beaucoup de chevaliers périssent noyés dans le lac. L’opinion publique de l’époque est choquée car les montagnards suisses ne font aucun prisonnier : ils préfèrent détrousser l’adversaire (mort ou assommé) plutôt que de s’embarrasser d’un otage pour réclamer une rançon comme cela se pratiquait alors.

 15 novembre 1634 : premier règlement de discipline de la Marine. Richelieu fait adopter un texte codifiant la discipline à bord des navires sur la base des traditions et coutumes des marins.

 15 novembre 1796 : début de la bataille du pont d’Arcole (Italie). Après l’échec de Caldiero le 12, Bonaparte doit éviter de perdre Vérone. Manœuvrant pour couper les Autrichiens de leurs soutiens, il butte sur l’Alpone, petit affluent de l’Adige, que seul un pont traverse à la hauteur du village d’Arcole fermement tenu par les Autrichiens. L’acharnement des soldats français et l’exemple de leurs chefs (Augereau, Lannes, Bon, Verdier) leur permettront de forcer le passage, au prix de nombreuses pertes…deux jours plus tard.

 15 novembre 1879 : naissance d’Henry de Monfreid (La Franqui). Le baroudeur de la Corne de l’Afrique aurait 135 ans aujourd’hui. Mort en 1974 à 95 ans, sa vie est une succession d’aventures.

 15 novembre 1900 : Churchill est fait prisonnier par Botha (Afrique du Sud). Envoyé comme correspondant du Morning post en Afrique du Sud pour couvrir le second conflit des Boers, le jeune Winston Churchill, 26 ans, est victime d’un déraillement du train blindé dans lequel il voyage. Les troupes du général Botha le font prisonnier. Il s’évade un mois plus tard du camp de Pretoria et parcourt 480 km jusqu’à Lourenço Marquez. Il fait la « une » des journaux britanniques et entame une carrière publique qui durera 60 ans.

 15 novembre 1942 : fin de la bataille navale de Guadalcanal (  ). Elle oppose les marines américaine et japonaise durant la campagne des îles Salomon. Au prix de lourdes pertes, les défenseurs américains parviennent à conserver l’aérodrome de Henderson Field situé sur l’île de Guadalcanal et à repousser la flotte impériale. L’issue de cette bataille marque un tournant dans le théâtre du Pacifique : l’expansion japonaise, déjà mise à mal par la bataille de Midway, est arrêtée net. La flotte impériale, très affaiblie suite à ces engagements, n’est plus de taille à tenir tête à l’US Navy, dont la puissance ne fera qu’augmenter jusqu’à la fin du conflit.

 15 novembre 1976 : mort de Jean Gabin (Neuilly-sur-Seine). Jean Alexis Moncorgé (son vrai nom) effectue son service militaire à Lorient en tant que fusilier marin (1924). Devenu une véritable star du cinéma il est néanmoins mobilisé en septembre 1939 et affecté à Cherbourg. Refusant de tourner pour les Allemands, il émigre aux Etats-Unis après une fuite par l’Espagne (Février 1941). Après quelques tournages à Hollywood, il finit par s’engager dans les forces navales françaises libres (Avril 1943) et gagne Casablanca. Il est affecté à la 2ème DB où il sert en tant que chef de char (Souffleur II) au régiment blindé de fusiliers-marins et ira jusqu’à Berchtesgaden après avoir participé aux combats de Royan et de la campagne d’Allemagne. Monstre sacré du cinéma français, il a tourné dans la plupart des films dits classiques. Ayant conservé toute sa vie des relations étroites avec la Marine nationale, l’une de ses dernières volontés est permise par le Président de la République : le 19 novembre, les honneurs militaires lui sont rendus à bord de l’aviso Détroyat et ses cendres sont répandues au large de Brest.

15 novembreJean Gabin dans la Traversée de Paris : Jambier !

 







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles