Chronique historique : 5 septembre

5 09 2017

5 septembre 1638 : naissance du futur roi Louis XIV (Château Neuf de Saint-Germain-en-Laye).

5 septembre 1697 : victoire navale du CV d’Iberville (actuel Canada). A bord du Pélican, il combat seul 3 navires anglais (à l’ancre) qu’il défait devant le fort Bourbon. (Hampshire coulé, le Hudson-Bay saisi à l’abordage, le Dering en fuite).

5 septembre 1781 : bataille navale de la baie de Chesapeake (Amérique du Nord). L’amiral de Grasse bat l’amiral Hood qui tente de forcer le blocus de Yorktown et ouvre la route vers l’indépendance américaine.

5 septembre 1798 : origine de la conscription en France. La loi « Jourdan » du 19 fructidor an VI (5 septembre 1798) précise que « tout Français est soldat et se doit à la défense de la patrie ». Elle est le texte fondateur de la conscription et du service militaire moderne, en remplacement de la réquisition.

5 septembre 1860 : débarquement franco-britannique au Liban (Beyrouth). Afin de protéger les populations chrétiennes de la région, l’empire français reçoit mandat des nations européennes pour intervenir contre la Syrie et sanctionner le massacre de 100 000 chrétiens. Ce mandat international s’inscrit dans la longue tradition de protection par la France des Chrétiens d’Orient qui trouve ses racines dans les Capitulations signées par Soliman le Magnifique et François Ier (1528) et celles signées par Henri IV et Ahmet Ier (1604).

5 septembre 1863 : essai du premier sous-marin français (Rochefort). Le sous-marin le plongeur a été conçu par le CV Siméon Bourgeois.

5 septembre 1877 : mort de Tashunca-Uitco alias Crazy Horse. « En 1876, Sitting Bull convie les autres chefs Lakotas à engager la lutte contre les américains colonisant leurs terres contrairement aux promesses du traité de Fort Laramie de 1868. Suite à sa reddition de mai 1877, il est contraint de vivre avec son peuple dans une réserve. Les américains, n’ayant pas confiance en lui, tentent de le piéger en le conviant à une entrevue avec le général Crook. Voyant les barreaux de la pièce, Crazy Horse se débat et un de ses anciens lieutenants le poignarde. Il meurt dans la soirée des suites de ses blessures ».  CNE Jean-Baptiste P.

5 septembre 1914 : mort au combat de Charles Péguy (Villeroy). A la veille de la bataille de la Marne, le lieutenant Péguy tombe frappé d’une balle alors qu’il commande sa compagnie au contact de l’ennemi. Appartenant à « la génération qui portait le déshonneur de la défaite de 1870 et de la décadence morale et politique qui s’en était suivie », il est parti à la guerre comme il l’avait toujours fait dans ses écrits, fougueusement et sans se préoccuper du tir adverse. Outre les vers magnifiques et célèbres « heureux les épis murs et les blés moissonnés », l’œuvre de Péguy est riche et reste souvent d’actualité, « si l’on sait voir la doctrine qui se cache sous le voile des vers étranges » : « Tout un peuple prépare tellement sa tranquillité de demain qu’il anéantit son être même ». « La liberté consiste à croire ce que l’on croit et à admettre (au fond, à exiger) que le voisin croie aussi ce qu’il croit. [...] La liberté est un système de courage ». Sur Charles Péguy, lire la toujours très excellente biographie qu’Arnaud Teyssier lui a consacrée.

050917


Actions

Informations



Laisser un commentaire




''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles