• Accueil
  • > Archives pour juillet 2016

Débat : la France doit avoir une armée forte – lettre de l’ASAF – juillet 2016

18072016

ASAF

Nous publions l’éditorial de la lettre de juillet de la lettre de l’ASAF (consultable sur : www.asafrance.fr)

Des réalités qui balaient les idéologies.

L’armée, engagée dans l’urgence pour protéger les Français après les attentats de 2015, voit remis en cause, à juste titre, son emploi dans la durée comme force supplétive de la Police et de la Gendarmerie. Elle doit en effet demeurer l’ultime recours de la Nation dans les missions de guerre tant à l’extérieur que sur le territoire national, notamment contre les « métastases françaises » de l’islam radical, dès lors que les forces de sécurité intérieures se trouvent confrontées à un ennemi qui dépasse leurs capacités de « maintien de l’ordre ». Cet ennemi intérieur, souvent de nationalité française, qui a séjourné en Syrie et en Irak, doit être combattu avec la même vigueur qu’à l’étranger. Il constitue, aujourd’hui et quoi qu’écrive notre ministre de la Défense[1], une cinquième colonne meurtrière.

L’opinion publique est maintenant convaincue de la nécessité d’accroître l’effort de Défense pour moderniser et renforcer les capacités de notre armée[2]. La France sait en effet qu’elle ne peut et ne doit pas confier, même partiellement, sa défense à une autre nation tant que la défense européenne demeure une utopie.

Par ailleurs, comment nier qu’une forme de patriotisme qui se développe depuis plusieurs années s’est vigoureusement exprimée en France durant l’Euro de football ? Il rappelle aux responsables politiques la place centrale qu’occupe la Nation dans le cœur de nos compatriotes, de même que leur attachement très profond aux symboles contribuant à son unité.
Des marées de drapeaux, l’hymne national entonné et repris avec force partout en France ont exprimé la volonté de tout un peuple réuni et affichant sa fierté d’être français de gagner.
Cette image marque aussi le refus de la défaite, la soif de vaincre, la volonté de réussir grâce à l’esprit d’équipe et de camaraderie. « Se sacrifier pour l’équipe de France » illustre bien l’esprit qui animait les « bleus ».

Mais pour donner confiance à un pays et relever avec succès les défis, il faut un capitaine et une stratégie claire fondée sur le courage, la franchise et la détermination. Il faut cesser de dénigrer notre passé et ne pas donner comme exemple aux jeunes Français un homme qui, à 20 ans, avait insulté notre drapeau d’une manière détestable. En persistant sur cette voie, la classe politique se situerait à contretemps des aspirations profondes du peuple français, qui vient de manifester une fois de plus sa capacité de se réunir sur un projet, pour peu qu’il le comprenne et qu’il y ait un chef.

La France doit demeurer souveraine et influente.

L’OTAN permet aux États-Unis d’exercer une très forte influence pour interdire la construction d’une véritable puissance européenne indépendante grâce à la garantie de défense que, seuls, ils peuvent donner aux pays européens et notamment à ceux de l’Est.

À cet égard, reconnaissons que le retour de la France dans le commandement intégré de l’OTAN, loin d’inciter nos alliés à bâtir une défense européenne, n’a, à ce jour, produit aucun des résultats escomptés. En revanche, cette réintégration contribue à brouiller notre position politique aux yeux du monde et en particulier ceux de la Russie et des pays arabes, qui la confondent avec la politique des États-Unis.

A contrario, les armées constituent pour la France un instrument indispensable à l’influence mondiale qu’elle souhaite avoir. Notre pays  reste l’un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, ce que n’est pas l’Allemagne. Il  dispose d’une force de dissuasion nucléaire réellement indépendante, ce que n’a pas la Grande-Bretagne.
Par ailleurs, notre pays possède la deuxième zone économique exclusive du monde (11 millions de km2) grâce à ses départements et collectivités d’outre mer.

En outre, la France a signé des accords de Défense, en particulier avec nombre de ses anciennes colonies africaines ; elle devrait de pouvoir les honorer sans avoir recours à l’aide d’alliés européens ou américains, d’autant que ces pays bénéficient d’une aide au développement spécifique et appartiennent à l’espace francophone.

Enfin, la France dispose d’une industrie de Défense couvrant la plupart des secteurs d’intérêt militaire, mais il est clair que, malgré les résultats remarquables qu’elle a enregistrés récemment à l’exportation[3], elle doit poursuivre ses efforts pour améliorer ses compétences, ses capacités et préparer l’avenir. Sans budget de la Défense accru, les grands industriels pourraient être tentés de privilégier le secteur civil, de nombreuses PME disparaîtraient et nous perdrions alors notre autonomie technologique, ainsi que l’approvisionnement national de nos armements.

Les exportations permettent non seulement de financer davantage la recherche qui permettra à nos forces de disposer de meilleurs équipements mais aussi d’améliorer notre balance commerciale et de favoriser les partenariats stratégiques avec des pays clefs. De plus, la vitalité de l’industrie de Défense permet de développer des technologies, dont nombre d’entre elles irriguent l’industrie civile, dans des centres de recherche qui sont situés en quasi-totalité sur le territoire national.

En lisant les programmes relatifs à la Défense qui ont été diffusés récemment dans la perspective de l’élection présidentielle de 2017 (2 % du PIB en 2025 !), on ne peut qu’être stupéfait par la contradiction entre l’ambition affichée et les moyens qui sont prévus d’y être consacrés. À croire que le monde ne change pas et que la situation est satisfaisante ! À ce rythme, nous courons à la catastrophe…

[1] J. Y. Le Drian, Qui est notre ennemi ? Ed. Cerf – mai 2016

[2] Sondage réalisé en janvier 2015 par l’IFOP pour la Dicod.

[3] Il faut noter que les matériels exportés ont été conçus et développés il y a plus de 20 ans quand la part du PIB consacré à la Défense était près de 2 fois plus important qu’aujourd’hui.




Aide à la reconversion : un pré accord de partenariat entre CAP2C et l’association Implic’Action

16072016

IPL

Le général (2s) Hervé GIAUME, président de l’Epaulette et de la plateforme CAP 2ème Carrière, a signé le 12 juillet au CNA une convention de partenariat avec le le général (2s) Jean Paul Michel, président d’Implic’Action, réseau interarmées dédié à l’aide à la reconversion des militaires de tous grades.

L’objectif est de mutualiser des actions communes dans un esprit réseau.

Implic’Action est implanté sur tout le territoire national et intègre des civils, chefs d’entreprise et personnes en recherche de poste.

IMG_7495




Carré des officiers – Triomphe des écoles de Coetquidan – 23 juillet 2016

16072016

Triomphe

Le Triomphe des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan se tiendra le samedi 23 juillet. Les stands ouvriront au public à 10h et fermeront à 20h.

L’Epaulette sera présente au sein du « carré des officiers » implanté à proximité du FILM (festival du livre militaire) tout près du Marchfeld.

Pour rappel, la conférence « Les associations au service des Ecoles » débutera à 16h.

Pour ceux qui souhaitent renouer avec l’école, maison-mère des officiers de l’armée de Terre et assister à cette manifestation, il est impératif de procéder à une  en ligne sur la plateforme suivante https://prive.st-cyr.terre.defense.gouv.fr/index.php/inscription-individuelle-pour-le-triomphe-2016 .

Cette inscription, individuelle, générera une fiche d’accès que vous devrez avoir avec vous le jour du Triomphe.

Elle est obligatoire pour toute personne souhaitant accéder au site (personnel des écoles, visiteurs, exposants).

 




Chronique historique : 15 juillet

16072016

image001

Première remise de décorations de la Légion d’honneur par l’empereur – 15 juillet 1804

15 juillet 1099 : prise de Jérusalem. Objectif principal de la première croisade dont le lancement remonte à l’appel du pape Urbain II lors du concile de Clermont (15 août 1096), la Ville Sainte est prise par les croisés conduits par Raymond de Saint-Gilles et Godefroy de Bouillon. Ce dernier parvient à s’approcher de la muraille au moyen d’une tour d’assaut protégée des flammes par une couverture de peaux d’animaux fraichement dépecés. Selon les us et coutumes de l’époque, les vainqueurs massacrent une bonne partie de la population juive et musulmane. Cette précaution aussi sauvage qu’inutile sera lourde de conséquences dans les futures relations entre les différentes communautés qui se disputeront le contrôle des Lieux Saints.

15 juillet 1410 : bataille de Tannenberg ou Grunwald (Pologne actuelle).Les chevaliers Teutoniques sont écrasés par une coalition de Polonais et de Lituaniens en Prusse orientale.

15 juillet 1804 : première remise de la Légion d’honneur (Invalides – Paris). Bonaparte préside la première remise de croix de la LH, ordre qu’il a créé 2 ans plus tôt.

15 juillet 1916 : fin de crise politico-militaire française. « Crise qui dure depuis plusieurs jours entre le ministre de la Guerre et le général en chef : le ministre sera désormais toujours accompagné par Joffre ou son adjoint lorsqu’il se rendra dans la zone des armées. » LCL Rémy Porte (EMAT).

15 juillet 1974 : coup d’Etat militaire à Chypre. La Turquie envahit la partie Nord de l’ile craignant une union de l’ile avec la Grèce.

 




Défilé du 14 juillet : images de l’EMIA

16072016

A l’opposé des mesures de sécurité omniprésentes pour une assistance en tribune déjà canalisée, filtrée et présélectionnée, les champs-Elysées donnaient presque l’impression d’un espace de liberté pour les troupes du défilé.

Les quelques gouttes puis le soleil ont ravivé pour quelques heures les couleurs nationales avant que la sinistre actualité de Nice nous ramène à la réalité.

Comme d’habitude, l’EMIA a été impeccable.

DSC_0275DSC_0277

 




Chronique historique : 14 juillet

13072016

14 juillet 1223 : mort de Philippe Auguste (actuelle Mantes-la-Jolie). Philippe II, père de Louis VIII et grand-père de Saint-Louis a régné 42 ans et remporté en 1214 la bataille de Bouvines, l’une des batailles les plus décisives de l’histoire de France.

14 juillet 1789 : prise de la Bastille (Prison de la Bastille – Paris). La foule parisienne venant de s’emparer de fusils et canons aux Invalides se rend devant la prison de la Bastille et exige sa reddition. Après quelques négociations, Launay, le gouverneur fait ouvrir les portes. Sur le chemin de l’Hôtel de ville où la garnison (32 Suisses) désormais prisonnière doit être emmenée, il est tué, sa tête tranchée au canif par un jeune boucher. Les 7 prisonniers de la Bastille sont libérés. Louis XVI demandant le lendemain si c’est une émeute, s’entend répondre par le duc de La Rochefoucauld-Liancourt :  « Non, Sire, c’est une révolution ».

14 juillet 1790 : fête de la Fédération (Champ de Mars – Paris). Lafayette nommé commandant de la garde parisienne par Louis XVI, incite à organiser pour le premier anniversaire de la prise de la Bastille une fête nationale célébrant la fédération des Français qui localement et partout en France se sont unis en milices à l’image de la garde nationale de Paris. Les fédérés défilent avec leurs drapeaux sur le Champ de Mars et selon la légende, devant Louis XVI.

La fête nationale du 14 juillet n’est cependant instaurée que le 6 juillet 1880 par une loi à l’article unique : « La République adopte le 14 juillet comme jour de fête nationale annuelle ».

14 juillet 1793 : mort de Jacques Cathelineau (Saint Florent-le-Viel). Voiturier-colporteur devenu généralissime de l’armée catholique et royale durant les guerres de Vendée. Après une série de victoires (Jallais, Chemillé, Montreuil-Belay, Cholet, Saumur, Angers, …) il est mortellement blessé devant Nantes.

14 juillet 1798 : combat de Chebreiss (Egypte). Débarqué le 1er juillet à Alexandrie, Bonaparte en chemin vers le Caire bat une seconde fois la cavalerie des Mamelouks avant la bataille des Pyramides du 21 juillet, et juste après le combat de Ramanyeh (10 juillet)  en utilisant le carré d’infanterie. Navigant au même moment sur le Nil, à peu près parallèlement aux troupes à terre, le contre-amiral Pérée affronte victorieusement une flottille ennemie. Les savants Monge et Bertholet montrent pendant toute la durée de l’action un sang-froid et un courage à toute épreuve.

14 juillet 1811 : incendie de Monserrat.(Espagne). Le général Suchet vient de prendre Tarragone (28 juin) après un siège long et sanglant qui lui vaut d’être élevé à la dignité de Maréchal (8 juillet). L’abbaye de Montserrat (datant de 1025) perdue dans la montagne du même nom est quant à elle incendiée par les troupes françaises après sa reddition.

14 juillet 1867 : première démonstration de la dynamite (Redhill – Angleterre). Le chimiste Alfred Nobel effectue pour la première fois une démonstration d’explosion de dynamite.

 

14 juillet    Monge et Berthollet font le coup de feu – Horace Vernet

Quelques rendez-vous historiques :

 jusqu’au 24 juillet 2016 : exposition « Napoléon à Sainte Hélène, la conquête de la mémoire » au  Musée de l’armée – Invalides.

jusqu’au 18 septembre 2016 : exposition « Bêtes de guerre » au Muséum de Marseille – Palais Longchamp.




Chronique historique : 13 juillet

13072016

13 juillet 1380 : mort de Bertrand Du Guesclin (Châteauneuf de Randon). Alors qu’il assiège une compagnie de mercenaires, le célèbre connétable de France, 60 ans, est pris d’un malaise alors qu’il assiège une compagnie de mercenaires retranchés dans Châteauneuf-Randon. Il meurt avec les honneurs rendus par les mercenaires assiégés. Les assiégés lui ayant promis de se rendre la veille, ils maintiennent leur décision quand ils apprennent sa mort et viennent déposer les clés de la ville devant sa dépouille. Le roi Charles V ordonne que le corps de du Guesclin soit porté à Saint-Denis, pour y être mis à côté du tombeau qu’il s’est fait préparer. Du Guesclin faisant ses adieux aux vieux capitaines qui l’avaient suivi depuis quarante ans : « N’oubliez pas, leur dit-il, ce que je vous ai répété mille fois, qu’en quelque pays que vous fassiez la guerre, les gens d’église, les femmes, les enfants, et même le peuple, ne sont point vos ennemis. »

13 juillet 1558 : bataille de Gravelines (près de Dunkerque). Après avoir pris et pillé Dunkerque, l’armée (14 000 hommes) du maréchal de Termes agissant pour le compte du roi de France, Henri II, repasse la frontière, mais alourdie par ses richesses, est rattrapée par l’armée espagnole commandée par le comte d’Egmont. Seuls 10% des Français en réchappent.

13 juillet 1915 : retour du LTN Pluschow (Allemagne). « Après 8 mois de fuite à travers le monde et s’être évadé des prisons anglaises, le lieutenant Pluschow, pilote ayant quitté Tsing Tao (Chine) à la veille de la capitulation de la ville, parvient à rejoindre l’Allemagne où il reprend du service dans l’aéronavale ». LCL Rémy Porte (EMAT).

13 juillet 1917 : création de la Médaille de la reconnaissance française. « A l’initiative du président Poincaré, création de la médaille destinée à récompenser les mérites et les services exceptionnels rendus par des femmes et des civils volontaires. » LCL Rémy Porte (EMAT).

13 juillet 1930 : baptême du feu pour le LTN Leclerc (N’siret – Maroc). Présent au Maroc depuis 1926, Philippe Leclerc de Hautecloque sert au poste de M’Zizel lorsqu’il doit faire face à un groupe de 200 rebelles avec son unité (Maghzen) de supplétifs. Il stoppe l’incursion et poursuit les rebelles sur 10 km leur infligeant des pertes sévères. Il est lui-même blessé au bras. Cité à l’ordre de l’armée, il est rapatrié en France en Aout 1931 puis affecté à l’ESM de Saint-Cyr.

13 juillet 1972 : premier vol du Mirage G8 (Istres). Le Mirage G 8-02, intercepteur biréacteur monoplace et à géométrie variable commandé par l’armée de l’air, effectue son premier vol, piloté par Jean-Marie Saget. Un an plus tard,, jour pour jour,  à son 74e vol, il atteint la plus grande vitesse jamais atteinte par un avion en Europe occidentale : Mach 2,34 à 42 000 pieds. En 1995, ce record est toujours inégalé en Europe. Les Américains possèdent le F15, les Russes le Mig 25. Le G8 n’a jamais été produit en série.

13 JUILLET Deux Mirage G8

Quelques rendez-vous historiques :

 jusqu’au 24 juillet 2016 : exposition « Napoléon à Sainte Hélène, la conquête de la mémoire » au  Musée de l’armée – Invalides.

jusqu’au 18 septembre 2016 : exposition « Bêtes de guerre » au Muséum de Marseille – Palais Longchamp.




Défilé du 14 juillet 2016 : demandez le programme

13072016

1407

Ci-joint le, fichier pdf programme du défilé du 14 juillet, de cette année.

Nota : « effet 14 juillet » sans doute, certains candidats à la présidentielle commencent à parler de défense. L’un d’entre eux, auteur il y a quelques mois d’un ouvrage sur la sécurité de la France où la défense n’est pas citée une seule fois, vient même de s’y mettre…







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles