• Accueil
  • > Archives pour juillet 2016

Un article de MARIANNE : Balard, l’armée dans sa tour d’ivoire

29072016

Capture d’écran 2016-07-29 à 09.52.40

Balard, l’armée dans sa tour d’ivoire

Intéressant article de Thomas Hofnung sur le site de l’hebdomadaire Marianne  (www.marianne.net) - Dimanche 24 Juillet 2016 à 11:00 

Le ministère de la Défense, qui regroupe désormais tous les états-majors militaires, a été transféré dans le quartier de Balard, dans le sud de Paris. Laissant un amer sentiment d’isolement chez les hauts gradés. 

Le nouveau site du ministère de la Défense est surnommé « le Balardgone », en référence au Pentagone américain.

Depuis le périphérique, entre la porte de Sèvres et la porte de Versailles, on aperçoit sa curieuse silhouette coiffée d’un toit en ardoise qui se découpe dans le ciel parisien. Celle d’un avion furtif, selon les concepteurs du bâtiment. Surnommé le « Pentagone à la française », le cœur du siège du ministère de la Défense a en réalité une forme hexagonale. Tout le monde aura compris la métaphore.

Depuis l’an dernier, les armées disposent d’une nouvelle adresse, dans le quartier de Balard. Neuf mille trois cents hommes et femmes ont été rassemblés là, dans le sud de la capitale. Les trois états-majors (Terre, Marine, Air), la Direction générale de l’armement (DGA), les services administratifs y ont été regroupés. Manque toutefois à l’appel une figure de premier plan : le ministre lui-même ! Jean-Yves Le Drian boude le bureau et le logement de fonction qui lui sont réservés à Balard, préférant demeurer au cœur du prestigieux hôtel de Brienne, à deux pas de l’ Assemblée nationale.

« C’est pratique… »

Les politiques, eux, n’ont pas laissé le choix aux galonnés. D’abord par souci de rationalisation, sur un plan financier, mais aussi opérationnel. Jadis, le chef d’état-major des armées, le général Pierre de Villiers (le frère de l’autre), passait plusieurs heures par jour dans sa voiture de fonction à faire la tournée des popotes. Les différents états-majors étaient disséminés dans la capitale. Aujourd’hui, tout le monde est logé à la même adresse, et à la même enseigne.

AUJOURD’HUI, TOUT LE MONDE EST LOGÉ À LA MÊME ADRESSE

Au détour d’un des nombreux couloirs de ce bâtiment sans âme aux allures de labyrinthe, on longe les bureaux des chefs d’état-major d’armée commandant la Marine nationale, l’armée de l’Air et l’armée de Terre, et ceux de leurs adjoints. Chacun dispose de sa salle à manger pour recevoir ses invités. Cela vaut mieux, à en croire un officier supérieur : « Le bureau de l’amiral qui commande la marine est tellement petit qu’il a honte d’y recevoir ses homologues. » Rien à voir avec l’hôtel de la Marine, jouxtant la place de la Concorde.

Quant au bureau du chef d’état-major des armées, il donne désormais sur une cour intérieure plantée du « Balardgone » en lieu et place du superbe bâtiment qui se trouve à l’entame du boulevard Saint- Germain, à un jet de pierre de l’ Assemblée nationale. Le « patron » des armées fait contre mauvaise fortune bon cœur : « C’est pratique, j’ai tout le monde sous la main et, en cas d’urgence, on peut se réunir en un clin d’œil », explique le général de Villiers.

Du centre au périph

Pratique, effectivement, lors-qu’une attaque terroriste se produit à Bamako (Mali) ou Ouagadougou (Burkina Faso). Le général de Villiers n’a qu’ à prendre l’ascenseur situé dans son bureau pour rejoindre le Centre de planification et de conduite des opérations (CPCO), installé dans un sous-sol ultra sécurisé. Là, dans le saint des saints des armées françaises, interdit aux regards extérieurs, il fait face à une forêt d’écrans affichant les images envoyées en temps réel par les drones et les satellites qui surveillent les zones « chaudes » du globe. Ainsi, le « CEMA » (chef d’état-major des armées) a-t-il pu suivre en direct l’assaut donné par les forces spéciales françaises contre les terroristes qui avaient pris en otages des clients d’un grand hôtel à Bamako.

« EN NOUS REGROUPANT, IL NOUS ISOLE »

Mais ces avantages fonctionnels, s’ils sont indéniables, n’effacent pas tout à fait le petit goût amer qui persiste dans la bouche des responsables militaires. Outre des coûts de fonctionnement ubuesques (NDLR : Balard est l’objet d’un PPP), le haut commandement vit désormais dans une sorte de bulle, coupée du monde extérieur. « C’est tout le paradoxe du choix qui a été fait par le politique : en nous regroupant, il nous isole », remarque-t-on au Balardgone. Et, pendant que le ministre reçoit ses hôtes dans le bureau de Clemenceau ou de De Gaulle, rue Saint-Dominique, les militaires ont le sentiment d’avoir été relégués. Comme si on avait voulu les « banaliser », dit l’un, ou les « remettre à leur place », dit un autre. Celle d’un corps qui, jadis, occupait une place centrale au sein du pouvoir et de la nation. Et qui aujourd’hui, hormis chaque 14 juillet, est situé à la périphérie de la République… Le long du périphérique.

 




Chronique historique – 29 juillet

29072016

Ceci est la dernière chronique de l’été fournie par le SHD  - reprise le 22 août

29 juillet 1588 : l’armada espagnole repérée au large de Plymouth (Angleterre). Partis de Lisbonne pour opérer un débarquement en Angleterre, les 130 bateaux (30 000 hommes) de la flotte de Philippe II d’Espagne se font repérer alors qu’ils croisent au sud de l’Angleterre et se dirigent vers Calais (Gravelines) où les attendent des transports de troupes. L’opération se solde les 7 et 8 aout suivants par un cuisant échec dû principalement aux très mauvaises conditions météorologiques qui dispersent et détruisent une bonne partie de ce que les Anglais vont ensuite appeler par dérision, l’Invincible Armada. 

29 juillet 1683 : bombardement d’Alger (Alger). Louis XIV a ordonné à l’amiral Duquesne de bombarder le port d’Alger afin de délivrer un message clair au Dey Hassan qui soutient la piraterie maritime en Méditerranée. Les puissances européennes, en conflit sur le continent, n’ont pas beaucoup de moyens à consacrer au contrôle de la Méditerranée si bien que les actes de piraterie finissent par coûter cher en hommes, navires et marchandises. Les Anglais bombardent Tripoli en 1675 incitant les pirates et corsaires à privilégier les cibles françaises. En 1682, un navire français de la royale est capturé et son équipage vendu comme esclave. Le 26 juin, le premier bombardement du port par Duquesne et ses galiotes à bombes (mortiers) permet de libérer des esclaves et d’entamer des pourparlers qui provoquent malheureusement une révolution de palais, laquelle ordonne… la reprise de la piraterie et l’exécution du consul français à Alger, le père Jean Le Vacher. Celui-ci est attaché devant la bouche du canon Baba-Merzoug qui le pulvérise. 16 autres français sont ainsi exécutés le 28 juillet. Duquesne réplique par un intense bombardement jusqu’au 29 juillet qui incite le Dey à libérer d’autres esclaves et à envoyer un émissaire à Louis XIV pour lui demander pardon.

29 juillet 1778 : début de la bataille de Rhodes Island (actuels Etats-Unis). Venant de New York avec sa flotte, le vice-amiral d’Estaing force le blocus du port de Newport pour appuyer les troupes américaines du général Sullivan en difficultés face aux Anglais qui occupent la ville et s’apprêtent à effectuer une sortie. Il ferme ensuite l’accès à New Port et à la baie de la Providence où se trouvent des bâtiments anglais qu’il détruit (6 bateaux). La bataille proprement dite n’aura lieu que début Aout. C’est la première tentative réelle de coordination des efforts de guerre localement entre Français et Américains insurgés.

29 juillet 1817 : suppression du corps des inspecteurs aux revues. « Il avait dans ses attributions l’administration et la surveillance des corps, la gestion des conseils d’administration et la gestion du personnel. L’attribut de leurs boutons fut repris dès 1830 par les intendants et a perduré jusqu’à l’extinction des commissaires de l’armée de terre ». CNE Jean-Baptiste P. (COMLE).

29 juillet 1836 : inauguration de l’Arc de triomphe (place de l’Etoile – Paris). Napoléon Ier, au lendemain de la bataille d’Austerlitz déclare à ses soldats: « Vous ne rentrerez dans vos foyers que sous des arcs de Triomphe » et ordonne la construction de l’arc le 18 février 1806. Son projet initial était d’en faire le point de départ d’une avenue traversant notamment le Louvre et la place de la Bastille. Lors des premières défaites napoléoniennes (Campagne de Russie en 1812), la construction fut interrompue, puis abandonnée sous la Restauration, avant d’être finalement reprise et achevée entre 1832 et 1836, sous Louis-Philippe. Sous l’Arc, se trouve la tombe du Soldat inconnu de la Première Guerre mondiale. La flamme qu’il abrite commémore le souvenir des soldats morts au combat et ne s’est jamais éteinte : elle est ravivée chaque soir par des associations d’anciens combattants ou de victimes de guerre. 

29 juillet 1939 : création des marins pompiers de Marseille. A la suite de l’incendie des Nouvelles Galeries, un décret-loi crée le bataillon des marins pompiers de Marseille. C’est l’une des unités les plus importantes de la Marine Nationale de par ses effectifs (2400).

29 juillet 1958 : création de la NASA (Washington). Eisenhower signe l’acte de création de l’agence autorisée par le congrès américain. La NASA est initialement une réponse aux premiers exploits spatiaux soviétiques (4 octobre 1957 : Spoutnik 1 en orbite,  3 novembre 1957 : Spoutnik 2 orbite avec la chienne Laika).

jusqu’au 27 août 2016 : spectacle son et lumière « La Nuit aux Invalides » dans la Cour d’honneur des Invalides (séance à 22h30).

jusqu’au 18 septembre 2016 : exposition « Bêtes de guerre » au Muséum de Marseille – Palais Longchamp.

jusqu’au  25 septembre 2016 : exposition « 1914-1918, la Mer en guerre » au Château de Vincennes.

 

 




Chronique historique : 28 juillet

28072016

28 juillet 1402 : Tamerlan soumet l’empire Ottoman (actuelle Ankara), le conquérant Tamerlan, venu d’Ouzbékistan, remporte une victoire totale à Angora sur le sultan ottoman Bajazet Ier au cours d’une bataille mêlant plusieurs centaines de milliers de combattants. Tamerlan qui se dit l’héritier du conquérant mongol Gengis Khan, instaure un immense et éphémère empire en Asie centrale, centré sur l’actuel Ouzbékistan. Guerrier cruel mais cultivé, Tamerlan en ravageant le moyen Orient a offert involontairement aux Européens une pause dans les combats qui les opposaient à l’empire Ottoman.

28 juillet 1488 : bataille de Saint Aubin du Cormier (près de Rennes). Opposant les troupes de Charles VIII, roi de France et celles du duc de Bretagne et de ses alliés, la défaite de ces derniers clôt la « guerre folle », guerre féodale qui avait vu quelques princes français profiter de la régence d’Anne de Beaujeu (grande sœur de Charles VIII) pour se révolter contre la puissance royale. Cette bataille est considérée par certains nationalistes bretons comme le moment où la Bretagne perd son indépendance.

28 juillet 1755 : le « grand dérangement » (actuel Canada). Dans le cadre de la lutte d’influence franco-britannique au Nouveau Monde et juste avant la guerre de 7 ans (1756-1763) qui met fin à la souveraineté française sur tout le Canada (Nouvelle France), les Britanniques décident officiellement de déporter la population d’Acadie (constituée de colons français) qui refuse depuis 1713 (traité d’Utrecht qui cède l’Acadie à l’Angleterre) de prêter allégeance à Londres. Sur les 12 à 18 000 Acadiens, la moitié est déportée vers les futurs USA (notamment la Louisiane), la France et l’Angleterre. La moitié meurt en chemin ou en tentant de s’échapper. La reine Elizabeth II dans une proclamation du 28 juillet 2003 a reconnu les torts qui ont été causés au peuple acadien lors de la Déportation et a désigné le 28 juillet de chaque année, à compter de 2005, comme « Journée de commémoration du Grand Dérangement ».

28 juillet 1808 : le colonel V-Y Boutin est arraisonné à bord du Requin par l’anglais Le volage.

28 juillet 1914 : l’Autriche–Hongrie déclare la guerre à la Serbie.

28 juillet 1945 : un bombardier percute l’Empire State Building (New York City). Un B.25 américain en approche pour l’aéroport de Newark percute l’Empire State Building (culminant à 381 mètres) à cause d’un brouillard très dense.

28 juillet

jusqu’au 27 août 2016 : spectacle son et lumière « La Nuit aux Invalides » dans la Cour d’honneur des Invalides (séance à 22h30).

jusqu’au 18 septembre 2016 : exposition « Bêtes de guerre » au Muséum de Marseille – Palais Longchamp.

jusqu’au  25 septembre 2016 : exposition « 1914-1918, la Mer en guerre » au Château de Vincennes.




Baptême de la 55e promotion de l’EMIA : colonel Michel Valette d’Osia

28072016

La 55e promotion, baptisée au Triomphe 2016   »Colonel Michel Valette d’Osia » a intégré les écoles de Saint Cyr Coëtquidan à l’été 2015 et sortira en juillet 2017.

Composée de 83 élèves officiers, elle comprend 11 élèves officiers internationaux et 6 élèves officiers à destination du corps technique et administratif.

La promotion fournira donc 66 officiers des armes, ce qui en fait la plus petite promotion de l’histoire de l’EMIA.

En effet dès l’année prochaine le recrutement suivra la tendance à la hausse dans nos armées.

Sur le site  http://www.emia55.fr/  vous trouverez l’historique de l’école et de ses traditions mais également la vie de la promotion avec ses différentes activités.

Et bien entendu des informations relatives aux épreuves d’intégration pour les futurs cadets.

Ce site est un moyen pour nos anciens de garder un œil bienveillant sur leur école, une source de motivation pour chaque « dolo » en puissance et un moyen de vous faire découvrir notre belle école et notre vie de promotion.

Le flyer de la promotion, remis le soir du baptême est disponible : fichier pdf Flyer promotion EMIA Michel Valette d’Osia

parrain_pucelle_site

 

Le lieutenant Valette d’Osia en Indochine, alors affecté au 8e BCCP (depuis lors : 8e RPima)




Chronique historique : 27 juillet

27072016

27 juillet 1214 : victoire de Bouvines (actuel département du Nord). Bouvines est une des batailles les plus décisives pour le royaume de France et la dynastie capétienne. Jean sans terre, roi d’Angleterre et Othon IV, empereur romain germanique, s’allient pour vaincre le roi de France, Philippe Auguste. Le roi d’Angleterre débarque à la Rochelle (en février) pour attirer le gros des Français dans le sud du royaume alors que les forces d’Othon IV attaqueront au nord. Comprenant le plan des coalisés,  Philippe Auguste ordonne à son fils, le prince Louis (futur Louis VIII) de s’occuper des Anglais pendant que lui-même avec une partie de l’armée remonte à la rencontre d’Othon IV. Le prince Louis met en déroute l’ennemi lors de la bataille de la Roche aux Moines (près d’Angers) le 2 juillet. Philippe Auguste bat quant à lui les Impériaux à Bouvines avec notamment l’appui de milices communales qu’il a sollicitées pour compenser les troupes laissées à son fils.

27 juillet 1675 : mort de Turenne (Sasbach – Allemagne). Henri de la Tour d’Auvergne-Bouillon, vicomte de Turenne est le plus grand général de Louis XIII et Louis XIV. Il sauve, grâce à son génie tacticien, la France à de nombreuses reprises tant sur le front intérieur (contre la Fronde du Grand Condé) qu’à l’extérieur sur les fronts d’Allemagne et des Pays-Bas. Maréchal à 32 ans, maréchal-général à 49 ans, il se bat depuis l’âge de 15 ans et meurt à 64 ans au combat lors d’une reconnaissance avant la bataille de Salzbach. La bataille de Türckheim qu’il remporte le 5 janvier 1675, outre le fait qu’elle permet à la France de reprendre l’Alsace, passe pour un modèle. Louis XIV ordonne que sa dépouille repose à la basilique Saint Denis, honneur royal. Napoléon fait transférer ses restes sous le dôme des Invalides.

27 juillet 1778 : bataille d’Ouessant (au large de l’ile d’Ouessant). Dans le cadre de la guerre d’indépendance des Etats-Unis, la flotte de l’amiral anglais Keppel est interceptée et battue par celle du lieutenant-général d’Orvilliers qui reçoit les félicitations personnelles de Louis XVI.

27 juillet 1872 : loi Cissey sur le service national. Le service militaire devient obligatoire, personnel (sans possibilité de remplacement) avec tirage au sort de la durée (5 ans ou de 6 mois à 1 an) mais continue de prévoir de nombreuses dispenses.

27 juillet 1914 : réquisition des postes radio (France). En prévision de l’entrée en guerre, tous les postes de TSF sont réquisitionnés pour empêcher les émissions des radioamateurs de plus en plus nombreux à travers le pays.

27 juillet 1962 : création du centre d’expérimentation du Pacifique.

27 juillet Tombeau de Turenne aux Invalides.

jusqu’au 27 août 2016 : spectacle son et lumière « La Nuit aux Invalides » dans la Cour d’honneur des Invalides (séance à 22h30).

jusqu’au 18 septembre 2016 : exposition « Bêtes de guerre » au Muséum de Marseille – Palais Longchamp.

jusqu’au  25 septembre 2016 : exposition « 1914-1918, la Mer en guerre » au Château de Vincennes.

 




Concertation au sein de la défense : parution du « décret APNM »

26072016

Après le vote de la loi l’an dernier, le décret paru était attendu.

Le décret n° 2016997 du 20 juillet 2016, en application de l’article 11 de la loi n° 2015-917 du 28 juillet 2015 (actualisant la programmation militaire pour les années 2015 à 2019 et portant diverses dispositions concernant la défense), modifie le code de la défense sur diverses dispositions du code de la défense relatives aux organismes consultatifs et de concertation des militaires.

Il est consultable à l’adresse suivante : https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2016/7/20/DEFH1609665D/jo/texte

Principales dispositions : 

Ce texte permet au Conseil supérieur de la fonction militaire de répondre à la possibilité nouvelle offerte par la loi aux associations professionnelles nationales de militaires (APNM), leurs fédérations ou unions, reconnues représentatives, de participer au dialogue interne en son sein.

Pour ce faire, le Conseil supérieur de la fonction militaire doit être permanent, ce qui implique une modification de sa composition et de la durée du mandat de ses membres. Ces derniers prioritairement titulaires, ou anciens titulaires, d’un mandat d’une instance de représentation du personnel militaire disposent d’un « temps plein » dédié à l’exercice de la concertation qui s’effectue au travers de commissions spécialisées. Cette permanence entraîne la suppression de la procédure d’urgence.

S’agissant des conseils de la fonction militaire, un domaine de compétence distinct de celui du Conseil supérieur de la fonction militaire est déterminé : les conseils de la fonction militaire étudient toute question relative à la force armée ou formation rattachée qu’ils représentent concernant les conditions de vie, d’exercice du métier militaire ou d’organisation du travail. Ils peuvent également procéder à une étude des questions les concernant inscrites à l’ordre du jour du Conseil supérieur de la fonction militaire.

La durée du mandat des membres de ces conseils de la fonction militaire est de quatre ans. Ces conseils sont renouvelables par moitié tous les deux ans. Deux nouveaux conseils de la fonction militaire sont créés : le conseil de la fonction militaire du service du commissariat des armées et celui du service d’infrastructure de la défense. Le mode de désignation des membres de ces conseils prévoit le tirage au sort ou l’élection. Le conseil permanent des retraités militaires est introduit dans la partie réglementaire du code de la défense.
Nous reviendrons sur les effets de ces dispositions; en l’état, ceux qui croyaient que le législateur ne mènerait pas ce processus réglementaire à son terme se sont trompés; quelques soient les évolutions politiques à court et moyen termes, les autorités politiques ne reviendront pas sur cette évolution de la concertation au sein de l’institution militaire. 

L’art militaire, c’est de transformer les contraintes en opportunités.




Chronique historique : 26 juillet

26072016

Précision pour le 25 juillet 1799 : victoire d’Aboukir (Egypte). […]. Desaix venant de faire prisonnier le Pacha Moustafa après un duel au sabre au cours duquel il lui a tranché 3 doigts, lui dit : « Si tu refais ça à mes soldats, je te jure, par Allah, que je te couperai d’autres choses plus importantes« .

26 juillet 1707 : attaque anglaise du port de Toulon. Marlborough fait le siège de la ville appuyée par la flotte de l’amiral Shovel et prend le fort Saint-Louis. Le port est si bien défendu par le lieutenant général de Langeron que la flotte anglaise devant les tirs d’artillerie se retire avec de lourdes pertes.

 26 juillet 1758 : chute de la forteresse de Louisbourg (actuel Canada). Contrôlant l’accès au fleuve Saint Laurent depuis 1713, date de sa construction, la forteresse française se rend aux Anglais après un siège de 2 mois, faute de ravitaillement de la part de la Métropole.

26 juillet 1800 : Bonaparte crée les enfants de troupe. « L’arrêté du 7 thermidor an VIII formalise la condition des enfants de troupe et des femmes à la suite de l’armée. 2 enfants par compagnie sont admis à la solde à partir de l’âge de 12 ans. Ils occupent les fonctions de musiciens ou d’apprentis auprès des maître-ouvriers. 4 femmes sont affectées par bataillon comme lavandières ou vivandières ». Colonel Nicolas Tachon.

 26 juillet 1908 : création de l’ancêtre du FBI (Washington). Le petit-neveu de Napoléon 1er, Charles Bonaparte (fils de Jérome Bonaparte), crée le Bureau of investigation alors qu’il est ministre de la justice du Président Roosevelt afin de lutter contre les fraudes des grands Trusts économiques américains. Charles Bonaparte est né (1851) et mort (1921) américain.

26 juillet 1947 : signature du National Security Act (Washington).  Le Président Truman fusionne les département d’armées, Marine (US Navy) et armée de Terre (US Army) et crée celui de l’armée de l’Air (US Air Force), l’ensemble étant confié au secrétaire d’Etat à la Défense.

26 juillet 1956 : nationalisation du canal de Suez (Alexandrie – Egypte). Le général égyptien Gamal Abdel Nasser, lors d’un discours radiodiffusé, annonce qu’il nationalise le canal et fait procéder à la mise sous séquestre des biens de la Compagnie internationale du canal de Suez. Cet acte est directement à l’origine de la Campagne de Suez mené par Israël, la Grande-Bretagne et la France en novembre 1956.

26 juillet

jusqu’au 27 août 2016 : spectacle son et lumière « La Nuit aux Invalides » dans la Cour d’honneur des Invalides (séance à 22h30).

jusqu’au 18 septembre 2016 : exposition « Bêtes de guerre » au Muséum de Marseille – Palais Longchamp.

jusqu’au  25 septembre 2016 : exposition « 1914-1918, la Mer en guerre » au Château de Vincennes.




Chronique historique : 25 juillet

26072016

25 juillet 1139 : fondation du Portugal. Alors que la plupart de la péninsule hispanique est sous domination musulmane depuis plus de 300 ans, Alphonse Henriques affronte avec ses troupes celles de 5 rois almoravides et les bat lors de la bataille d’Ourique (arrière-pays de Lisbonne). Il prend le nom d’Alfonse 1er et fonde de fait le royaume indépendant du Portugal. Cette bataille décisive est inscrite dans le drapeau national à travers les 5 écussons bleus symbolisant les 5 Almoravides vaincus.

25 juillet 1799 : victoire d’Aboukir (Egypte). Les Anglais pensant que Bonaparte est à leur merci après l’échec de son siège de Saint Jean d’Acre (fin Mai), débarquent à Aboukir (le 12 juillet) une armée mamelouk avec des conseillers Anglais pour prendre à revers les Français. Bonaparte accourt du Caire et après une rapide évaluation de la situation constate que l’armée ennemie n’est pas totalement débarquée, n’a pas durci ses défenses et ne bénéficie pas de l’appui des canons de l’amiral Nelson, ses bateaux ne pouvant pas approcher à moins de 6 km de la côte. Il n’attend donc pas le renfort de la division Kleber qui est en chemin et attaque. Après le premier assaut, les Français s’indignent de voir l’ennemi couper les têtes des blessés et morts au combat si bien qu’ils culbutent complètement les Mamelouks lors du deuxième assaut. Desaix venant de faire prisonnier le Pacha Moustafa lui dit : « Si tu refais ça à mes soldats, je te jure, par Allah, que je te couperai d’autres choses plus importantes« .

  25 juillet Drapeau du Portugal.

 jusqu’au 18 septembre 2016 : exposition « Bêtes de guerre » au Muséum de Marseille – Palais Longchamp.

 







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles