Chronique historique : 28 avril

28042016

28 avril 1480 : échec du siège de Rhodes (Méditerranée). Le pacha Misach Paléologue, ancien prince byzantin de Constantinople converti à l’Islam, débarque sur l’ile de Rhodes avec 70 000 hommes pour assiéger la forteresse des chevaliers hospitaliers. Le siège dure 3 mois mais échoue face aux 4000 hommes du grand maitre Pierre d’Aubusson. Les Hospitaliers se permettent même une contre-attaque et prennent l’étendard du Pacha. Paléologue est tue dans un combat naval contre une flotte espagnole venue en renfort alors qu’il lève le siège. Les Hospitaliers perdront cependant l’ile lors du siège de Soliman en 1522.

 28 avril 1503 : bataille de Cérignole (Italie). Français et Espagnols se disputent le Royaume de Naples durant la 3ème guerre d’Italie. Louis d’Armagnac, duc de Nemours commande l’armée française (9500 hommes et 26 canons) et affronte Gonzalve de Cordoue surnommé le Gran capitan qui dispose d’autant d’hommes mais de moitié moins de canons. L’Espagnol connaissant le gout français pour les charges de cavalerie, tend un piège. Simulant une timide attaque, les Espagnols se laissent poursuivre par les cavaliers français qui ne s’aperçoivent pas qu’ils sont entraînés vers les arquebusiers protégés par des fossés. Le duc de Nemours est tué. La bataille s’achève par l’affrontement des piquiers (Gascons et mercenaires suisses contre Espagnols et mercenaires allemands). Les Espagnols infligent 3700 pertes à leurs ennemis alors qu’ils ne perdent que 100 hommes.

28 avril 1760 : bataille de Sainte Foy (Québec). Les Français gagnent leur dernière bataille face aux Anglais.

28 avril 1780 : arrivée de la frégate Hermione (Boston).  le marquis de La Fayette débarque pour apporter le soutien du roi de France aux Américains. La frégate est commandée par le lieutenant de vaisseau de La Touche.

28 avril 1862 : bataille de las Cumbres (Mexique). L’armée du général Lorenzes (6000 h) force le col tenu par 4000 mexicains.

28 avril 1912 : fin de la bande à Bonnot (Choisy-le-Roi). Après un service militaire dont il sort tireur d’élite, Jules Bonnot milite au mouvement anarchiste, devient braqueur et l’ennemi public numéro 1 du moment. Il est le premier à utiliser une automobile pour s’enfuir après ses coups de main. Le 24 avril, il tue l’adjoint du chef de la Sureté, Louis Jouin, qui perquisitionne le domicile d’un de ses complices. Bonnot s’enfuit et se retranche dans une maison appartenant à la bande où il est rapidement assiégé par les hommes de la sûreté, un détachement de la garde républicaine, de la gendarmerie locale et des Zouaves équipés d’une mitrailleuse. Le lieutenant Félix Fontan de la Garde républicaine fait sauter à la dynamite un mur de la maison après l’avoir approchée, caché derrière une charrette prise sous le feu des hommes de Bonnot. L’action de Fontan est décisive et permet l’assaut.  Saint-Cyrien d’origine, il demande à intégrer le 99ème RI en 1914 et est tué dans la Somme la même année.

28 avril 1954 :  Dien Bien Phu se poursuit. « La colonne Crèvecœur (que l’histoire aurait plutôt eu raison d’appeler « colonne Godard », du nom du lieutenant-colonel qui la commande), partie du Laos en direction de Diên Biên Phu reprend Muong Khoua ; le commandement ne se leurre pas sur les possibilités de cette force d’environ 2 000 hommes, il ne peut s’agir que d’éléments de recueil de la garnison française soit en cas de sortie en force de celle-ci soit pour récupérer les isolés après reddition du camp retranché ». CDT Ivan Cadeau (SHD/DREE).

28 avril 1956 : dissolution du CEF (Vietnam). « Le corps expéditionnaire français d’Extrême-Orient, constitué en 1943, et qui combat les troupes du Viêt-Minh en Indochine à partir de l’automne 1945, est officiellement dissous. Restent 3 000 militaires français appartenant à différents organes liquidateurs qui quittent le Vietnam entre juin et septembre 1956. Seno, au Laos, accueille la dernière base française qui sert notamment de station d’écoutes pour les services spéciaux ». CDT Ivan Cadeau (SHD/DREE).

Lire l’ouvrage Parachutistes en Indochine de M-D Demélas.

28 avril 1965 : intervention américaine à Saint Domingue (République Dominicaine).

28 avril 1969 : démission du général De Gaulle (Paris). « Je cesse d’exercer mes fonctions de Président de la République. Cette décision prend effet aujourd’hui à midi ». Charles De Gaulle.

sans-titre.28 avril    Marie-Danielle Demélas a été chercheuse au CNRS et Professeur à l’Université Paris III. Elle est spécialiste de l’histoire politique et militaire de l’Amérique latine et de l’Espagne.

Quelques rendez-vous historiques :

14/03/2016 au 31/05/2016 : Exposition «  Honneur aux braves ! La croix de guerre » au Château de Vincennes, SHD.




Chronique historique : 27 avril

27042016

27 avril 1521 : mort de Magellan (Ile de Mactan – Philippines).  Fernand de Magellan, navigateur portugais, entreprend en 1519 pour le compte du roi d’Espagne, la première circumnavigation au monde dans le but de rejoindre par l’Ouest, les iles Moluques déjà occupées par les Portugais.  Il découvre le détroit qui porte son nom. Il meurt empoisonné par une flèche lors d’une escarmouche avec les habitants de Mactan. Le tour du monde s’achève sans lui en 1522 avec un seul navire sur les trois du départ.

27 avril 1296 : bataille de Dunbar (Ecosse).Le roi d’Angleterre, Edouard Ier, fin politique et monarque guerrier part en campagne contre les Ecossais qui en s’alliant avec les Français tentent d’affaiblir l’Angleterre. John Baliol vient en effet de signer une alliance avec Philippe le Bel, alliance que l’on appelle encore aujourd’hui, Old alliance (ou Auld Alliance) et que le général de Gaulle a qualifiée de plus vieille alliance au monde. Les 15 000 Ecossais attendent sur une hauteur près de Dunbar les 12 000 anglais. Dévalant la colline, la cavalerie écossaise fait dans un premier temps fuir les Anglais qui reforment leurs lignes une fois l’attaque passée. Les Ecossais sont surpris par la rapidité anglaise à se remettre en ordre de bataille et sont finalement vaincus par une charge de cavalerie lourde. Edouard Ier soumet en quelques semaines l’Ecosse et pour signifier la mainmise sur le pays fait ramener à Westminster « la pierre de la destinée », pierre sur laquelle les rois écossais étaient sacrés. La pierre de Scone a été restituée en 1996 aux Ecossais et placée dans la forteresse d’Edinbourg étant entendu qu’elle serait prêté aux Anglais pour chaque futur couronnement.

27 avril 1702 : mort de Jean Bart (Dunkerque).

27 avril 1978 : coup d’Etat à Kaboul (Afghanistan).Le général Daoud a renversé le roi Zaher Kahn en 1973 et instauré une République qui se veut non alignée. Daoud est « putsché » par Taraki et un groupe d’officiers prosoviétiques cinq ans plus tard. Taraki est à son tour assassiné (septembre 1979) par Amin qui s’inquiète de la dérive pro soviétique de l’Afghanistan. Leonid Brejnev et le KGB décident alors d’intervenir massivement contre l’avis de l’état-major soviétique. 20 000 hommes occupent Kaboul au début de janvier 1980.

27 avril 1945 : les troupes américaines pénètrent en Autriche. Après avoir fait leur jonction sur l’Elbe à Torgau le 25 avril, américains et soviétiques poursuivent inexorablement la réduction des dernières résistances allemandes. La veille le Duce, Benito Mussolini a été arrêté et exécuté par des partisans italiens alors qu’il tentait de fuir, caché au sein d’une colonne allemande en pleine retraite. Dans quelques jours (le 30 avril), Adolf Hitler se suicidera dans son bunker assiégé par les soviétiques à Berlin.L’étau allié s’est définitivement resserré sur l’Allemagne nazie.

27 avril 1991 : premier vol du prototype du Tigre. Premier vol pour l’hélicoptère européen d’attaque Tigre.

27 avril 2002 : dernière réception de Pioneer 10. Lancé en 1972, le satellite américain a aujourd’hui quitté le système solaire. Il serait à plus de 12 milliards de kilomètres de la Terre.
sans-titre.27 avril      La pierre de la destinée sous le trône de Westminster.

A noter en passant : Le référendum sur l’indépendance de l’Ecosse du 18 septembre 2014 a choisi le maintien dans le Royaume-Uni. Mais si jamais le Royaume-Uni sortait de l’UE (Brexit le 23 juin 2016), l’Ecosse ferait alors un nouveau référendum.

Quelques rendez-vous historiques :

14/03/2016 au 31/05/2016 : Exposition «  Honneur aux braves ! La croix de guerre » au Château de Vincennes, SHD.




Lettre du CEMAT – avril 2016

26042016

CEMAT

Vous trouverez en pièce jointe :   fichier pdf Lettre du CEMAT_Au Contact_n33_Avril 2016, la lettre du général d’armée Jean-Pierre BOSSER, chef d’état-major de l’armée de Terre, pour le mois d’avril 2016.

Le CEMAT  prononcera, par ailleurs, une conférence  lors du salon EuroSatory 2016 le 15 juin prochain au parc des expositions de Villepinte.

Son éditorial

Vous avez certainement aperçu, dans la rue ou les médias, la nouvelle campagne de recrutement de l’armée de Terre. Il ne vous aura alors pas échappé que notre objectif est de recruter, en 2016, 15000 soldats d’active et 5000 réservistes. Ces chiffres, deux fois plus élevés qu’en 2014, témoignent d’une ambition en rien superflue dans le contexte sécuritaire actuel.
Ils constituent, en premier lieu, la réponse à l’objectif politique fixé par le président de la République lui-même : disposer d’une force opérationnelle terrestre (FOT) de 77000 hommes.
Ils sont, ensuite, la condition du retour à un équilibre entre les cinq «pôles d’activité»de l’armée de Terre : formation initiale, entrainement, opérations extérieures, opérations intérieures et remise en condition. L’inertie du recrutement et de la formation des nouveaux effectifs octroyés, en regard de l’instantanéité des nouvelles missions assignées, nous place aujourd’hui dans une situation transitoire délicate générant suractivité opérationnelle et sous-entrainement.
Enfin, plus généralement, ces chiffres traduisent une tendance structurelle. L’évolution des conflits disqualifie aujourd’hui le dogme du tout-technologique. A la plus-value indiscutable de la haute technologie, qui permet notamment la fulgurance de nos actions, il faut ajouter–sans opposer–l’apport indispensable du nombre qui permet de répondre par l’ubiquité à un ennemi difficilement saisissable.
L’homme demeurant alors «l’instrument premier du combat», l’armée de Terre se trouve être l’un des tout premiers recruteurs de France. Mais à la quantité, s’ajoute la qualité. L’engouement massif des jeunes pour le service de leur pays sécurise nos standards de recrutements élevés en dépit des volumes importants. A ceux qui doutent des vertus dont est parée notre jeunesse, l’armée de Terre offre un contre-témoignage incontestable. Le sacrifice récent de trois de nos camarades au Nord-Mali vient de nous le rappeler. Je tiens à leur rendre hommage.
Bonne lecture et merci encore de votre indéfectible soutien.

Général d’armée Jean-Pierre BOSSER




Chronique historique : 26 avril

26042016

26 avril 1890 : prise d’Ouossébougou (Soudan – actuel Mali) . Le colonel Louis Archinard, polytechnicien et artilleur colonial, prend d’assaut la forteresse des Toucouleurs avec l’aide de la nation Bambara. L’attaque est très meurtrière. Les Toucouleurs font sauter le magasin à poudre lorsque leur situation est désespérée entrainant la destruction d’une grande partie de la forteresse.

26 avril 1917 : mort de René Doumer (Brimont – Marne). Le capitaine Doumer, fils du président de la République du même nom, meurt au combat à bord de son Spad VII. Il totalise alors 7 victoires aériennes et fait donc partie des As de la chasse française.

26 avril 1933 : création de la Gestapo (Berlin). Goering crée la police secrète d’Etat.

26 avril 1937 : bombardement de Guernica (Espagne). Profitant de la guerre civile espagnole, Hitler envoi la légion Condor combattre aux côtés de Franco afin d’aguerrir au combat ses 6500 hommes mais aussi afin de tester les armements que l’Allemagne produit en dépit du traité de Versailles. Un raid aérien germano-italien d’une trentaine de bombardiers détruit la ville de Guernica causant selon les sources entre 800 et 1654 morts. Ce bombardement aérien stupéfie le monde par sa violence et pousse le peintre Picasso à créer sa célèbre fresque Guernica.

26 avril 1941 : opération aéroportée allemande sur Corinthe (Grèce). La progression des troupes allemandes arrivant de Yougoslavie est stoppée par l’arrière-garde alliée à Thèbes. Ayant marqué un coup d’arrêt fructueux, les alliés se replient au cours de la nuit. Les Allemands effectuent alors deux tentatives pour entrer dans le Péloponnèse et interrompre l’évacuation maritime du corps expéditionnaire britannique. Une unité de parachutiste est larguée sur Corinthe pour prendre le pont du canal, mais les Britanniques le font sauter avant qu’elle ne puisse l’atteindre. En parallèle et à l’extrémité ouest du golfe de Corinthe, la division SS Adolf Hitler commence à franchir vers Patras.

26 avril 1986 : accident de Tchernobyl (Ukraine). Suite à une série d’erreurs humaines lors d’un essai technique, le réacteur n°4 de la centrale nucléaire V.I Lénine explose à 01h23 du matin, libérant un nuage radioactif classant l’événement au niveau 7 (accident majeur) sur l’échelle INES (qui en compte 7). Après la catastrophe, d’importants efforts internationaux sont mis en œuvre pour l’étude et l’évaluation du niveau de sûreté des réacteurs RBMK : elles ont conduit à l’identification de nombreux défauts dans la conception initiale des réacteurs. L’accident de la centrale de Fukushima (11 mars 2011) est aussi de niveau 7.

 

sans-titre25 avril      Une proposition de coup de pouce à un beau projet de livre (voir en PJ)fichier pdf BON DE SOUSCRIPTION A4-V2 IN MEMORIAM

 

Quelques rendez-vous historiques :

14/03/2016 au 31/05/2016 : Exposition «  Honneur aux braves ! La croix de guerre » au Château de Vincennes, SHD.

 




Chronique historique : 25 avril

25042016

25 avril 1707 : bataille d’Almansa (Espagne). Belle victoire des troupes franco-espagnoles qui remettent sur son trône Philippe V en battant une coalition composée d’Anglais, de Portugais et des Provinces Unies. Il faut noter que les Franco-espagnols sont commandés par Jacques Fitz James, duc de Berwick (et fils naturel du roi anglais Jacques II Stuart, détrôné) qui malgré son nom et son ascendance, est français (né à Moulins) et fait maréchal par Louis XIV en 1706. La coalition adverse est elle aussi commandée par un Huguenot français, Henri de Massue, passé à la solde de Londres à la faveur des guerres de religions.

25 avril 1792 : composition de la Marseillaise. Le capitaine Rouget de l’Isle compose à Strasbourg un chant patriotique pour l’armée du Rhin qui acquiert sa notoriété une fois chanté par les soldats marseillais… Il devient l’hymne français en 1795, puis 1879, mais n’est inscrit dans la Constitution qu’à partir de 1946.

25 avril 1915 : débarquement à Gallipoli (Dardanelles). Un premier contingent de 75 000 soldats franco-britanniques débarque sur la péninsule de Gallipoli bordant au Nord le détroit des Dardanelles. L’effet de surprise escompté par les alliés ne joue pas puisque les Turcs, commandés par Mustapha Kemal et conseillés par un général allemand (Von Sanders), attendent posément l’envahisseur. Malgré des renforts, les alliés ne percent pas et subissent d’énormes pertes sans aucune contrepartie durant les 9 mois d’opérations. L’évacuation est effectuée en janvier 1916.

25 avril 1918 : contre-attaque victorieuse des Australiens à Villers-Bretonneux (80). Comme la prise de la colline de Vimy (9 avril 1917) constitue l’un des fondements de la nation canadienne, le combat de Villers-Bretonneux est celui de la nation australienne. Le corps australien et néo-zélandais (ANZAC) a prouvé sa valeur aux Dardanelles dans la presqu’île de Gallipoli (1915).Composé exclusivement de volontaires, l’ANZACa sans doute sauvé les meubles des alliés, pendant qu’ils finissaient de mettre en place les modalités d’exercice du commandement unique par le général Foch (depuis le 26 mars après la conférence de Doullens). Chaque 25 avril, débutant à05h30 (heure de la contre-offensive de 1918), l’ANZAC Day permet à la nation australienne de se souvenir de ses morts, tous tombés hors du territoire national. Son principal monument commémoratif n’est ni à Cambera, ni à Sidney mais à … Villers-Bretonneux.

25 avril 1945 : jonction des troupes américaines et soviétiques à Torgau

 25 avril 1945 : sabordage du Graf Zeppelin (Stettin – actuelle Pologne). Le porte-avions allemand Graf Zeppelin, non achevé, est sabordé à Stettin pour empêcher sa capture par l’Union soviétique. Il est renfloué par les russes qui vont l’étudier jusqu’en juillet 1947, date à laquelle il est définitivement coulé en mer Baltique par 80 mètres de fond. L’épave a été retrouvée par la marine polonaise en juillet 2006.

25 avril 1974 : révolution des Œillets (Portugal). Un coup d’Etat militaire renverse pacifiquement le gouvernement de Marcelo Caetano, héritier de la dictature de Salazar.

Quelques rendez-vous historiques :

14/03/2016 au 31/05/2016 : Exposition «  Honneur aux braves ! La croix de guerre » au Château de Vincennes, SHD.




Chronique historique : 22 avril

25042016

22 avril 1676 : bataille d’Agosta (au large de la Sicile). Le lieutenant général Abraham Duquesne bat une flotte hispano-hollandaise commandée par l’amiral Ruyter dans le cadre de la campagne de Sicile menée par Louis XIV. Blessé au combat, Ruyter meurt quelques jours plus tard à Syracuse où s’est réfugiée sa flotte. La mort de Ruyter créé un choc énorme chez les marins européens par qui il était considéré comme le plus grand amiral de tous les temps toutes catégories confondues. La victoire de Duquesne n’en est que plus remarquable. Colbert ordonne de rendre les honneurs au bateau ramenant aux Provinces unies le corps de Ruyter lorsqu’il longe la côte française.

22 avril 1806 : mort du vice-amiral Villeneuve (Rennes). Accablé de reproches par Napoléon 1er depuis la défaite de Trafalgar (21 octobre 1805), Pierre Charles Silvestre de Villeneuve est retrouvé mort dans une chambre d’hôtel à Rennes. Il venait d’être libéré par les Anglais (18 avril 1806) et débarqué à Morlaix. Selon les sources, ils se serait suicidé ou aurait été assassiné.

 22 avril 1809 : bataille d’Eckmühl (Bavière).  Napoléon 1er  bat les Autrichiens durant la guerre de la Cinquième coalition. Pour récompenser le maréchal Davout qui s’est bien comporté, Napoléon le fait prince d’Eckmühl.

22 avril 1900 : bataille de Kousseri (actuel Cameroun). Le commandant Lamy avec 1300 hommes (issus de 3 colonnes ayant opéré leur jonction la veille) dont 700 équipés de fusils, attaque le chef de guerre Rabah et son armée (estimée à 10 000 hommes) près de Kousseri.  Lamy et Rabah meurent au combat. C’est la dernière grande bataille du Sud Saharien qui, sans pacifier totalement la zone, fait cesser les raids sanglants. L’affrontement a eu lieu sur la rive gauche du Chari, juste en face du village de Kotoko (rive droite tchadienne) qui sera rebaptisé Fort Lamy un mois plus tard. Depuis 1973, Fort Lamy est N’Djamena.

22 avril 1915 : utilisation pour la première fois des gaz de combat (Ypres). Les Allemands répandent des milliers de litres de chlore sur le front, au niveau du saillant d’Ypres. Le vent porte le gaz sur les positions françaises tenues par deux divisions qui se replient précipitamment. Les Canadiens, fraichement arrivés, doivent se redéployer pour faire face au vide laissé par les Français (8 km de large) et s’y sacrifient pour contenir la progression allemande.

22 avril 1945 : Hitler admet devant témoin que la guerre est perdue et qu’il va se suicider (Berlin).

22 avril 1956 : les sapeurs soviétiques découvrent un tunnel de la CIA (Berlin). A la faveur de travaux, un tunnel secret de 449 mètres est découvert sous la RDA. Creusé par les services secrets américains, ce tunnel a permis à la CIA, pendant près d’un an, d’intercepter les communications téléphoniques de l’armée rouge. Le KGB est en fait parfaitement au courant depuis le début des travaux mais pour ne pas griller sa source (un diplomate britannique, George Blake), patiente un an avant de simuler la découverte.

22 avril 1988 : attaque de la gendarmerie de Fayaoué (ile d’Ouvéa – Nouvelle Calédonie). En pleine campagne présidentielle française, un groupe d’indépendantistes Kanaks du FLNKS tue 4 gendarmes et en prend en otage 27 autres. Le  5 mai après avoir tenté à plusieurs reprises de négocier, le GIGN fortement appuyé par le 11ème Choc, le commando Hubert et 2 lance-flamme du 17ème RGP donne l’assaut contre la grotte d’Ouvéa où sont encore retenus 16 otages.

22 avril 2008 : retrait de service du F117. L’US Air Force retire du service les derniers F-117 Nighthawk

 

Quelques rendez-vous historiques :

14/03/2016 au 31/05/2016 : Exposition «  Honneur aux braves ! La croix de guerre » au Château de Vincennes, SHD.




Chronique historique : 21 avril

21042016

21 avril 1779 : tentative de reprise de Jersey et Guernesey (actuelles iles anglo-normandes). Une flottille française, partie de Saint Malo et transportant 1500 hommes ne parvient pas à débarquer à cause du mauvais temps. Ces iles appartiennent à la couronne d’Angleterre depuis 1204.

21 avril 1916 : création de la fourragère. « La fourragère dérive du souvenir de la corde à fourrage que le soldat enroulait autour de son épaule. Elle réapparaît en 1916. Une circulaire du 21 avril stipule : « il est créé un insigne spécial destiné à rappeler d’une façon permanente les actions d’éclat de certains régiments et unités formant corps cités à l’ordre de l’armée. Cet insigne sera constitué par une fourragère aux couleurs de la croix de guerre ». C’est dans le but de stimuler les formations, de donner de l’allant et de développer l’esprit de corps que le commandement créé cette forme visible du courage et de l’abnégation qui sera de couleurs différentes en fonction du nombre de citations à l’ordre de l’armée obtenues. (2 à 3, couleur de la croix de guerre ; 4 à 5, couleur de la médaille militaire ; 6 à 8, couleur  de la Légion d’honneur ; 9 à 11, double fourragère LH et croix de guerre ; 12 à 14, double fourragère LH et médaille militaire ; 15 et plus double fourragère LH) ».  LCL Georges Housset (SHD/DSD).

21 avril 1918 : mort du Baron rouge, Manfred Von Richthofen. (Vaux-sur-Somme). As de la chasse allemande aux 80 victoires en combat aérien. Il décède en posant son Fokker Dr.I (triplan qu’il a rendu célèbre) après avoir reçu une balle provenant d’une tranchée australienne. Les alliés lui accordent des funérailles dignes d’un héros national. (Cf. Image).

21 avril 1954 : Dien Bien Phu se poursuit. « Dans la nuit du 20 au 21 avril, Huguette 1 se voit totalement isolée du sous-secteur centre. L’opération de « desserrement » et de ravitaillement réalisée en fin de matinée par les légionnaires du I/13e DBLE et les parachutistes du 5e BPVN appuyée par deux blindés s’avère très coûteuse et seul un étroit couloir est ouvert. Mais l’effort ne peut être maintenu et les légionnaires de la 1re compagnie du I/13e DBLE sont laissés à eux-mêmes. A noter également, dans la même nuit du 20 au 21 avril, le coup de main des parachutistes du II/1er RCP sur Dominique 6, pourtant perdue depuis plus d’un mois. Une vingtaine de soldats viêt-minh sont tués et plusieurs casemates abritant des mitrailleuses lourdes, détruites. » CDT Ivan Cadeau (SHD/DREE).

21 avril 1961 : putsch des généraux (Alger). L’armée française a remporté la victoire sur le terrain mais beaucoup de ses chefs constatent amèrement que politiquement le FLN est en train de remporter la guerre d’Algérie. Depuis 1958, la position du général de Gaulle quant au statut de l’Algérie a beaucoup évolué. Réaliste et attentif au sens de l’Histoire, il déçoit ceux qui l’ont pourtant porté au pouvoir, et lors d’une conférence de presse, le 11 avril, évoque « l’Etat souverain d’Algérie ». S’estimant trahis, les généraux Challe (armée de l’Air), Jouhaud (armée de l’Air) et Zeller (armée de Terre) décident (dans la nuit du 21 au 22) de prendre le pouvoir à Alger avec les légionnaires du commandant Hélie Denoix de Saint Marc (1er REP) et du GCP du commandant Robin. Le célèbre général Salan rejoint les putschistes le 23 avril, mais cela ne suffit pas. La troupe et ses chefs, dans leur très grande majorité refusent de suivre le « quarteron de généraux en retraite ». Le discours télévisé cinglant de De Gaulle achève de rallier les indécis. Le 25, Challe, Zeller et Saint Marc se constituent prisonniers. Salan et Jouhaud rejoignent la clandestinité et l’OAS. Ils seront arrêtés un an plus tard.  Quatre régiments sont dissous dont le 1er REP, le 30 avril. Ces cinq officiers ont tous été amnistiés et réintégrés dans leurs droits civiques et dignités militaires en 1982.

21 avril 1967 : putsch des colonels (Athènes). Au nom du roi, mais sans son accord, des colonels prennent le pouvoir en Grèce à la faveur d’une période d’instabilité politique forte et parce qu’ils craignent une prise de pouvoir des communistes.

21 avril 1972 : Apollo 16 sur la Lune (Monts Descartes – Lune). Cinquième et avant-dernier alunissage des américains. Young et Duke deviennent respectivement les 9ème et 10ème marcheurs lunaires… et sont toujours vivants.

21 avril 1982 : création de la médaille de la Défense nationale. Par décret présidentiel n°82-358, est créée une médaille récompensant les services particulièrement honorables rendus par les militaires d’active et de la réserve opérationnelle à l’occasion de leur participation aux activités opérationnelles ou de préparation opérationnelle des armées, notamment les manœuvres, exercices, services en campagne, ainsi que les interventions au profit des populations. La médaille comporte 3 échelons, bronze, argent et or avec agrafes diverses.

blog3

Honneurs rendus à Richtofen par l’escadrille N°3 du corps aérien australien.




Chronique historique : 20 avril

21042016

20 avril 1814 : Napoléon 1er fait ses adieux à la garde impériale (Fontainebleau)

20 avril 1828 : l’explorateur René Caillé entre dans Tombouctou. Sans être militaire, il est un des précurseurs français en Afrique.

20 avril 1899 : le lieutenant-colonel Klobb reçoit l’ordre d’arrêter la colonne Voulet-Chanoine (Niger). Les capitaines Voulet et Chanoine qui se sont illustrés dans de récentes conquêtes coloniales (Indochine et Afrique) reçoivent l’ordre de rallier le lac Tchad par l’Ouest de l’Afrique afin d’opérer une jonction avec deux autres colonnes parties du Sud algérien et du Congo. Le but du commandement français est de contrôler l’Afrique centrale. Le dénouement peu glorieux pour la France de la crise de Fachoda (1898) a en effet exacerbé la compétition coloniale. Les deux officiers, pour des raisons encore indéterminées, commettent de très nombreuses exactions contre les populations rencontrées. Obnubilés par la lettre de leur mission, probablement mentalement malades (syphilis) et manquant des moyens matériels qui leur permettraient de ne pas « vivre sur le pays », ils perdent l’esprit de la mission et s’enfoncent dans la violence. Alerté, le ministre des colonies ordonne à Klobb de les arrêter. Un autre élément éclaire cette décision : Le capitaine Chanoine est le fils d’un général antidreyfusard et ministre de la guerre en 1898. Ne pas sanctionner les rebelles, donnerait aux Dreyfusards un motif supplémentaire contre l’armée. Lorsque Klobb rejoint la colonne infernale, il est tué. Peu de temps après, les propres hommes de Voulet et Chanoine se mutinent et les tuent.

20 avril 1916 : arrestation de Sir Roger Casement (Baie de Tralee – Irlande). Ancien diplomate britannique anobli en 1911 par la couronne pour services rendus lors de ses affectations en Afrique (1892 à 1911) et notamment au Congo belge. Retiré en Irlande quelques années avant la Première guerre mondiale, Casement est devenu un adepte de la cause indépendantiste irlandaise. Il est invité par Berlin à séjourner en Allemagne en novembre 1914 et tente alors d’organiser la livraison d’armes au profit des Indépendantistes. Un soulèvement étant prévu pour la Pâque 1916, Casement est débarqué clandestinement par le U19, sous-marin allemand. Il est arrêté par une patrouille et sera pendu pour trahison le 3 aout suivant.

 20 avril 1954 : Dien Bien Phu se poursuit. « Le colonel Lalande (commandant le centre de résistance Isabelle) organise une opération – réussie – pour reboucher une partie des tranchées vietminh réalisées par les hommes du bataillon 265 (régiment 57, division 304). Sur Eliane 1, les parachutistes du II/1er RCP recueillent un déserteur vietminh disant appartenir à la division 312. Ce dernier dresse un tableau pessimiste des conditions de vie des bo doïs autour de Diên Biên Phu, des pertes terribles causées par l’artillerie et l’aviation françaises expliquant l’arrivée de jeunes recrues moins préparées aux rigueurs du combat. » CDT Ivan Cadeau (SHD/DREE).

20 avril 1962 : arrestation du général Salan (Alger). Vivant depuis un an dans la clandestinité après la tentative de putsch (22 avril 1961) du « quarteron de généraux » voulant imposer à de Gaulle une Algérie française, le général Salan est arrêté à Alger d’où il dirigeait les opérations de l’OAS. Condamné à la prison à vie, il est réintégré dans ses prérogatives de général d’armée et de grand-croix de la Légion d’Honneur en 1982, à la suite de l’amnistie votée par le Parlement.

20 avril 1978 : Boeing 707 contre Sukhoi. « Le Boeing 707-321B c/n 19363/623 immatriculé HL7429 de la Korean Air Lines, vol KAL902, qui relie Paris à Anchorage, victime d’une erreur de navigation, est abattu par un chasseur Sukhoï Su-15TM piloté par le Capt. Alexander Bosov, qui a reçu l’ordre pour ce faire du 21st Soviet Air Defense Corps, en dépit de l’identification civile de l’appareil, faite par ses soins et reportée au commandement soviétique. Touché sur l’aile gauche, l’avion effectue un atterrissage d’urgence sur le lac gelé Korpijärvi, près de la frontière finlandaise. Deux des 109 personnes à bord sont tuées. Les Soviétiques suspectaient la présence d’un avion de renseignement américain Boeing RC-135 ». LCL Pierre B. (CFA).

20 avril 1982 : premier accident du F117 (Groom Lake – Nevada). Avant sa livraison à l’USAF, et lors de son premier vol, le Lockheed F-117A #80-0785 s’écrase au décollage de la fameuse zone 51. Le pilote, Bob Ridenhauer sérieusement blessé, cessera ses activités de pilote d’essai. L’accident est dû à une inversion des câblages de commande de la direction. Un accident similaire s’était produit pendant le vol d’essai d’un Lockheed A-12 en décembre 1965.

20 avril 1999 : incendie d’une paillotte corse (près d’Ajaccio – Corse). Dans la nuit du 19 au 20 avril, une paillotte illégalement construite sur la plage Cala d’Orzo est incendiée par des gendarmes du Groupe de pelotons de sécurité (GPS) agissant sur ordres du préfet relayés par le colonel commandant la légion de gendarmerie de Corse. Très rapidement découverts à cause d’indices grossiers laissés sur la plage, les protagonistes sont condamnés.

BLOG2

 le Lockheed F-117A







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles