Chronique historique : 14 mars

14032016

14 mars 1369 : bataille de Montiel (Espagne). Le roi de France Charles V envoie Du Guesclin en Espagne pour aider à nouveau Henri de Trastamare à reprendre la couronne de Castille à son demi-frère, Pierre le cruel. Cette mission vise aussi à débarrasser la France des compagnies de mercenaires qui, faute de combat, écument le pays. Pierre le cruel s’est allié avec les Anglais, les arabes et les Juifs. Du Guesclin à qui le commandement des troupes a été sagement remis, prépare scrupuleusement l’attaque et ordonne qu’aucun quartier ne soit fait.  Les forces du Cruel sont nettement supérieures en nombre mais manquant d’unité, sont littéralement massacrées.  Le chef de guerre breton remporte une victoire sanglante (la plus meurtrière de sa carrière selon Georges Minois dans Du Guesclin) et se venge de la défaite de Naveja (1367) qui l’avait vu tomber aux mains des Anglais du Prince Noir.

14 mars 1590 : victoire d’Henri IV à la bataille d’Ivry. Luttant contre les ligueurs catholiques conduits par le duc de Mayenne (famille des Guise), le roi protestant Henri IV détruit leur armée pourtant trois fois plus nombreuse et s’ouvre la route de Paris. Avant la bataille, le Béarnais harangue ses troupes : « … ralliez-vous à mon panache blanc, vous le trouverez toujours au chemin de la victoire et de l’honneur. ». Le blanc devient symbole du ralliement à la monarchie. (Cf. Image)

14 mars 1793 : prise de Cholet. L’armée catholique et royale de Stofflet et de Cathelineau conquiert la ville.

14 mars 1800 : prise de contrôle de la Danaé. Cinq marins français, prisonniers  à bord de la frégate anglaise Danaé se rendent maîtres du bâtiment.

14 mars 1823 : mort du général Dumouriez (Londres). Charles-François du Perrier du Mouriez, dit Dumouriez est un général français tout à la fois héros et traitre de la République. Le livre de J-P Bois permet de comprendre l’itinéraire tourmenté de ce soldat surprenant. Dumouriez : héros et proscrit : un itinéraire militaire, politique et moral entre l’Ancien régime et la Restauration.

14 mars 1945 : largage de Disney. (Pays-Bas). 9 Forteresses B-17 du 92nd BG larguent leurs « Disney rockets » sur les abris de la base de sous-marins d’Ijmuiden. La Disney Rocket-Assisted Bomb » est une des armes alliées destinées à la destruction des abris « super durcis », tels que ceux des U-boot. Imaginée par un officier de la Royal Navy, cette bombe a une masse de 4500 livres. Elle doit être larguée à environ 20000 pieds. Lorsque la bombe arrive vers 5000 pieds, un dispositif barométrique allume la fusée qui augmente la vitesse de l’arme jusqu’à 730 m/s à l’impact. Cette munition a été utilisée pour la première fois le 10 février 1945. Chaque B-17 charge une seule « Disney rocket ». Au total, 158 seront larguées pendant la WW2. LCL Pierre B. (CFA). Voir image.

14 mars 1954 : Gabrielle tombe (Indochine – Haut Tonkin). La bataille de Dien Bien Phu a commencé hier avec la chute de Béatrice, écrasé sous un déluge d’obus d’artillerie puis une marée de soldats Viet Minh. Gabrielle, le poste le plus au Nord tombe à son tour. Les combats sont d’une extrême violence. Les bataillons viets subissent d’énormes pertes lors des assauts qui finissent systématiquement au corps à corps. L’ennemi submerge les défenses françaises grâce à la loi du nombre. Les actes d’héroïsmes sont très nombreux.

14 mars 2007 : mort de Lucie Aubrac (Issy les Moulineaux). Résistante célèbre pour son courage. De son vrai nom Lucie Samuel, née Bernard. Elle était l’épouse de Raymond Aubrac, décédé en avril 2012.

ALPHA

 

La disney rocket assisted bomb.

Quelques rendez-vous historiques :

 26/01/2016 au 04/04/2016 : Exposition « 1916 : L’hyperbataille de Verdun », à l’Hôtel national des Invalides (Paris).

14/03/2016 au 31/05/2016 : Exposition «  Honneur aux braves ! La croix de guerre » au Château de Vincennes, SHD. (Cf. Image).

Du 17 au 20/03/2016 : Salon du livre à la porte de Versailles

alpha

 

 




Chronique Historique: 11 mars

14032016

11 mars 1387 : bataille de Castagnaro (Italie). A l’époque où les villes italiennes s’affrontent via des troupes de condottiere, le seigneur de Padoue engage l’Anglais sir Hawkwood et son armée pour prendre Vérone. Hawkwood assiège la ville pendant deux mois mais manquant lui-même de vivres se replie vers Padoue qu’il ne peut atteindre, contraint par ses poursuivants véronais à livrer bataille. Professionnel expérimenté, l’anglais utilise le terrain : sa ligne de défense s’appui d’un côté sur une zone marécageuse, de l’autre côté sur un canal. De plus, il veille à se constituer une troupe de réserve. Au centre sa cavalerie met pied à terre car le terrain n’est pas propice au combat à cheval. Alors que les Véronais chargent son centre, il fait déborder ses archers qui franchissent discrètement le canal et prennent la cavalerie ennemie à revers, empêchée de prendre de l’élan sur un terrain très lourd. C’est à ce moment qu’il engage ses réserves et remporte la victoire.

11 mars 1794 : création de la future Ecole Polytechnique. Par un décret du Comité de salut public, la Commission des travaux publics est créée afin de servir de nouvelle école de cadres scientifiques. Naissance sous l’appellation d’école centrale des travaux publics. Le nom de « Polytechnique » ne verra le jour qu’un an plus tard.

11 mars 1862 : achat du territoire d’Obock (dans l’actuelle République de Djibouti). Le ministre des Affaires étrangères de Napoléon III, Thouvenel, négocie et signe, à Paris, l’achat d’Obock et dépendances avec les envoyés du sultan de Tadjourah pour un montant de 10 000 Thalers (55 000 francs-or).

11 mars 1882 : Qu’est-ce qu’une Nation? (La Sorbonne). Ernest Renan prononce pour la première fois cette célèbre démonstration : « Une nation est une âme, un principe spirituel. Deux choses qui, à vrai dire, n’en font qu’une constituent cette âme, ce principe spirituel. L’une est dans le passé, l’autre dans le présent. L’une est la possession en commun d’un riche legs de souvenirs; l’autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis. [...] Une nation est donc une grande solidarité, constituée par le sentiment de sacrifices qu’on a faits et de ceux qu’on est disposé à faire encore. Elle suppose un passé, elle se résume pourtant dans le présent par un fait tangible: le consentement, le désir clairement exprimé de continuer la vie commune. L’existence d’une nation est un plébiscite de tous les jours, comme l’existence de l’individu est une affirmation perpétuelle de vie. »

11 mars 1912 : première revue aérienne militaire (Vincennes). Le président de la République passe en revue les troupes de la garnison de Paris sur le polygone de Vincennes où pour la première fois a lieu une revue aérienne militaire.

11 mars 1916 : tentative de reprise de Cumières (Verdun). Sous la neige, une puissante contre-attaque française échoue devant les lignes de la division Guretsky.

11 mars 1917 : entrée des Britanniques à Bagdad (actuel Irak). 50 000 soldats britanniques entrent dans Bagdad que les Turcs ont désertée. Cette victoire lave en partie l’affront de la cuisante défaite de Kout El Amara. La division Townshend avait en effet dû s’enfermer dans la forteresse de Kout El Amara pendant 5 mois pour finalement se rendre le 29 avril 1916.

11 mars 1943 : l’Aconit coule deux U-Boot.(Atlantique Nord). La corvette des Forces navales françaises libres, commandée par le lieutenant de vaisseau Levasseur, coule en moins de 5 heures les sous-marins allemands U 444 et U432. Le premier est canonné, le second éperonné. Levasseur est fait Compagnon de la Libération le 19 avril 1943. Une frégate de type La Fayette porte aujourd’hui ce nom, la F713 Aconit. Levasseur meurt accidentellement le 15 avril 1947 sur le site du « 2è Massif » de la Commission de Gâvre (Morbihan) , lors d’une démonstration pyrotechnique pour des élèves de la Jeanne d’Arc alors qu’il est directeur des études de l’école d’application des enseignes de vaisseaux.

11 mars 1963 : exécution du LCL Bastien-Thiry (Fort d’Ivry). Responsable de plusieurs tentatives d’assassinat contre le général de Gaulle, ce polytechnicien, ingénieur de l’armement pour l’armée de l’air est fusillé une semaine après son procès.

11 mars 2004 : attentats de Madrid (Espagne). Dans plusieurs gares de Madrid explosent 10 bombes à peu près au même moment, tuant 191 personnes. L’attentat survient 3 jours avant les élections espagnoles. Après avoir suspecté l’ETA, la justice espagnole attribue la responsabilité à une mouvance islamiste marocaine.

11 mars 2009 : annonce de la réintégration de la France dans le commandement intégré de l’Otan. Le Président de la République annonce lors d’un discours à l’Ecole Militaire (Paris) que la France réintégrera la structure militaire intégrée de l’OTAN. La France en était sortie en 1966, suite à une décision du général de Gaulle.

11 mars 2011 : tsunami japonais sur la centrale nucléaire de Fukushima (Japon)

11 mars 2012 : début d’une série d’attentats toulousains. Mohamed Merah tue un sous-officier de la brigade parachutiste. Le 15, il abat 3 autres parachutistes. Le 19, il s’en prend à une école et tue 3 enfants et un adulte. Il est tué le 22 mars dans l’assaut de son appartement par le RAID.

alpha

Quelques rendez-vous historiques :

 26/01/2016 au 04/04/2016 : Exposition « 1916 : L’hyperbataille de Verdun », à l’Hôtel national des Invalides (Paris).

14/03/2016 au 31/05/2016 : Exposition «  Honneur aux braves ! La croix de guerre » au Château de Vincennes, SHD. (Cf. Image).

Du 17 au 20/03/2016 : Salon du livre à la porte de Versailles

alpha

 

 

 




Chronique historique : 10 mars

10032016

10 mars 1679 : Vauban écrit à Louvois (Toulon). Commissaire général des fortifications, Vauban, après avoir passé trois semaines à étudier le site de la rade de Toulon, en propose l’extension vers l’ouest du port militaire pour y recevoir la flotte de Louis XIV. (Cf. Image).

BLOG

« C’est la plus belle et la plus excellente rade de la Méditerranée de l’aveu de toutes les nations… ». Vauban

10 mars 1831  : « création de la Légion étrangère par  une ordonnance de Louis-Philippe, Roi des Français, stipulant qu’il sera formé une légion composée d’étrangers : cette légion prendra la dénomination de Légion étrangère (article 1er). Les compagnies sont créées par nationalités pour faciliter le commandement. Cette décision est à l’origine de vives tensions entre unités et donc contraire à l’effet recherché. C’est lors de la création de la 2è Légion étrangère en 1835 que le colonel Bernelle imposera l’amalgame par le choix d’une organisation pluriethnique et de l’utilisation de la langue française pour le commandement. Cette organisation demeure actuellement en vigueur. La Légion étrangère d’aujourd’hui a gardé dans sa règlementation des  aspects de cette ordonnance tels que la notion de volontariat (article 5), la possibilité d’engagement jusqu’à l’âge de 40 ans (article 6), et l’emploi d’une identité ne pouvant être vérifiée: l’absence des deux premières pièces indiquées à l’article précédent (acte de naissance ou toute autre pièce équivalent ainsi qu’un certificat de bonne vie et mœurs), l’étranger sera renvoyé par devant l’officier général commandant qui décidera de son engagement (article 7), ouvrant la voie à l’identité d’emprunt ».  CNE Jean-Baptiste P. (COMLE).

10 mars 1893 : création de la colonie de Côte d’Ivoire

10 mars 1916 : attaques allemandes nocturnes (Verdun). Relevés par des troupes fraîches, les Allemands s’emparent du bois des Corbeaux (Ouest de Verdun) mais échouent à reprendre le village de Vaux (Est de Verdun).

10 mars 1917 :  utilisation des condamnés de droit commun. « Après l’Allemagne en début d’année, la France décide que les condamnés de droit commun, jusque-là à l’abri d’un service au front, pourront être employés à des travaux de défense dans la zone des armées s’ils sont reconnus physiquement aptes ». LCL R. Porte.

10 mars 1944 : mort du lieutenant Tom Morel. (Entremont). « Né le 1er août 1915 à Lyon, Théodose Morel entre à Saint-Cyr en 1935 et choisit le 27ème Bataillon de Chasseurs Alpins à Annecy, qu’il rejoint le 1er octobre 1937. Chef de la section d’éclaireurs skieurs (S.E.S.), il mène, en 1940, des combats victorieux face à l’assaillant italien ; il est fait chevalier de la Légion d’Honneur  à 25 ans. A l’été 1940, il retrouve, dans l’armée d’armistice, un 27e B.C.A. reconstitué sous le commandement du chef de bataillon Vallette d’Osia. Sous l’autorité de celui-ci, tous sont puissamment orientés vers la préparation de la revanche : entraînement forcené, préparation d’une mobilisation clandestine, cache d’armes soustraites à la commission d’armistice. Le lieutenant Morel se voit confier plus particulièrement cette dernière mission. En 1941, il est affecté comme instructeur à Saint-Cyr, replié à Aix-en Provence. Démobilisé en novembre 1942 à la suite de la dissolution de l’armée d’armistice consécutive de l’invasion de la zone sud par l’occupant allemand, il rejoint la Haute-Savoie et s’engage dans l’action clandestine, sous le pseudonyme de Tom. A la fin janvier 1944, il reçoit la mission d’organiser  la réception, au plateau des Glières, des parachutages d’armes massifs que Londres venait de décider. Progressivement, les effectifs s’étoffent avec, notamment, la montée au plateau de groupes de maquisards menacés par l’instauration de l’état de siège dans le département. A cet ensemble disparate, réfractaires au service du travail obligatoire, membres des mouvements de jeunesse catholique, anciens du 27e B.C.A., militants communistes, Républicains Espagnols, Tom Morel va insuffler « l’esprit des Glières ». Il leur donne pour devise « vivre libre ou mourir ». Il trouve la mort dans la nuit du 9 au 10 mars 1944 au cours d’une opération lancée contre le PC des Groupes Mobiles de Réserve (GMR) à Entremont. Inhumé sur le plateau le 13 mars, son corps est transféré dès le 2 mai dans ce qui deviendra la Nécropole Nationale de Morette. Tom Morel a été fait Compagnon de la Libération. » GA J-R Bachelet.

10 mars 1945 : bombardement de Tokyo (Japon). 334 bombardiers B-29 américains larguent 496 000 bombes incendiaires au phosphore, magnésium et napalm soit 1 700 tonnes de bombes. Plus de 100 000 morts. C’est le bombardement le plus meurtrier de la guerre.

10 mars 1953 : combat aérien en Bavière (ex RFA – Allemagne actuelle). En pleine guerre froide, deux Migs 15 tchécoslovaques abattent un F84 Thunderjet américain en patrouille à l’intérieur de la zone d’occupation américaine de la République fédérale d’Allemagne. Le pilote parvient à s’éjecter.

Quelques rendez-vous historiques :

 10/03/2016 Aujourd’hui : Conférence « Au mauvais moment, au mauvais endroit, contre le mauvais ennemi : la guerre de Corée, 1950-1953 »  Ivan Cadeau – Château de Vincennes

26/01/2016 au 04/04/2016 : Exposition « 1916 : L’hyperbataille de Verdun », à l’Hôtel national des Invalides (Paris).

14/03/2016 au 31/05/2016 : Exposition «  Honneur aux braves ! La croix de guerre » au Château de Vincennes, SHD.

momo

 

 

 




Chronique historique : 9 mars

9032016

ERRATUM pour le 8 mars 1814 1815 : Napoléon à Grenoble.

Merci aux lecteurs vigilants.

 

9 mars 1814 : bataille de Laon. Poursuivant les Russes, repoussés à Craonne, Napoléon attaque les coalisés (Russes et Prussiens) retranchés sur le versant sud de la   »montagne couronnée »,  mais il est contraint à la retraite vers Reims par la déroute de Marmont sur sa droite à Athies.

9 mars 1831: promulgation de la loi autorisant à la création d’une légion d’étrangers. « Elle précise qu’il pourra être formé dans l’intérieur du royaume une légion d’étrangers, mais elle ne pourra être employée que hors du territoire continental du royaume (article 1er). Suite à la dissolution du Régiment de Hohenlohe le 5 janvier 1831, Louis-Philippe reprend  la tradition des régiments étrangers attachés aux rois de France (Suisses, Irlandais, Hongrois, Polonais, etc.). Elle instaure aussi une clause restrictive d’emploi, car cette légion ne pourra être employée que hors du territoire du royaume : l’histoire nous contraindra 3 fois (1870/71, première et seconde guerre mondiale). Cette loi résulte, d’une part, de la nécessité d’envoyer des troupes en Algérie pour assurer la présence française sans pour autant faire appel au 80 000 français de la classe 1830. Et d’autre part, de l’inquiétude des députés quant aux considérations d’humanité, d’ordre public et d’économie ainsi que de sécurité publique qu’engendre la concentration exceptionnelle d’étrangers dans Paris, estimée à 10% (rapport du 12 février 1831). En pleine crise ministérielle, ce texte de loi, amendé par les Pairs de France, est voté le 5 mars par la Chambre des députés ». CNE Jean-Baptiste P. (COMLE).

9 mars 1945 : coup de force japonais en Indochine. Les forces japonaises (65 000 hommes) occupent l’Indochine depuis la défaite française de juin 1940 mais n’ont pas revendiqué le pays,  ni démembré la petite armée française locale (20 000 Français et 40 000 Indochinois) avec laquelle elles sont imbriquées. La situation générale du Japon devenant critique, les Nippons veulent empêcher que l’Indochine serve de base d’attaque vers leur archipel et prennent le contrôle par surprise de la péninsule. Le général Tsushibashi invite officiellement les autorités françaises à diner et en profitent pour procéder au coup de main dans toute l’Indochine. La surprise est grande mais la combativité des garnisons attaquées est excellente. Le comportement des militaires nippons est ahurissant puisque ils procèdent à l’exécution (au sabre) de nombreux prisonniers désarmés, dont le général Lemonnier et des administrateurs. Au total, la prise de contrôle cause la mort de 2650 Français. Les scènes d’horreur sont nombreuses notamment en ce qui concerne les familles européennes. Sous les ordres du général Alessandri, un groupement de quelques milliers d’hommes s’échappe dans une longue marche et livre de durs combats de guérilla tant contre les japonais que des bandes chinoises qui cherchent à s’emparer de leur matériel. Le commandement allié de la zone, assumé par les américains applique la doctrine du président Roosevelt pour la décolonisation et abandonne complètement ce groupement à son sort. Seul l’amiral britannique Mountbatten enfreint les consignes pour, aussi souvent que possible, intervenir au profit d’Alessandri par des parachutages de vivres et matériels, des missions d’appui aérien ou encore des évacuations sanitaires.

Quelques rendez-vous historiques :

 10/03/2016 Demain : Conférence « Au mauvais moment, au mauvais endroit, contre le mauvais ennemi : la guerre de Corée, 1950-1953 »  Ivan Cadeau – Château de Vincennes

26/01/2016 au 04/04/2016 : Exposition « 1916 : L’hyperbataille de Verdun », à l’Hôtel national des Invalides (Paris).

14/03/2016 au 31/05/2016 : Exposition «  Honneur aux braves ! La croix de guerre » au Château de Vincennes, SHD.




Chronique historique : 8 mars

8032016

8 mars 1262 : bataille de Hausbergen (Strasbourg). Les bourgeois de Strasbourg ayant goûté à l’indépendance de leur ville durant les quelques années de vacance du pouvoir impérial (1250-1273), ils ont beaucoup de mal à accepter leur nouvel évêque et comte, le jeune et bouillant Walter de Hohen-Geroldseck (29 ans). Le différend se transforme en une petite guerre : les bourgeois attaquent les convois épiscopaux. L’évêque excommunie ses ouailles et réplique avec ses alliés. Un nouvel incident déclenche la bataille que l’on appelle aussi aujourd’hui, le « Crécy alsacien » : les chevaliers de l’évêque chargent la milice piétonne strasbourgeoise sans attendre leur propre infanterie. Ils laissent 70 nobles sur le champ de bataille.

8 mars 1814 : Napoléon à Grenoble. Des soldats gardant les approches de la ville refusent de laisser passer l’avant-garde de Napoléon qui échappé de l’ile d’Elbe (26 février), remonte vers Paris. Il marche droit au détachement, suivi de sa garde, arme baissée : « Eh ! quoi mes amis, vous ne me reconnaissez pas ? Je suis votre empereur ; s’il est parmi vous un soldat qui veuille tuer son général, son empereur, il le peut ; me voilà ».

8 mars 1862 : bataille navale d’Hampton Roads (côte Est des Etats-Unis). Durant la guerre civile américaine, Nordistes et Sudistes s’affrontent et testent leur nouveau cuirassé en présence d’observateurs français et britanniques, intéressés par les conclusions tactiques et techniques du combat. Les cuirassés (CSS Virginia et USS Monitor) font la preuve que la marine en bois et à voile a vécu. Le RETEX est si flagrant qu’il est immédiatement intégré par toutes les marines du monde pouvant se payer un cuirassé à vapeur et blindé.

8 mars 1910 : Elisa Deroche dite baronne Raymonde Delaroche est la première femme au monde à décrocher le brevet de pilote. (Née en 1882 – décède dans un accident d’avion en 1919).

8 mars 1916 : contre-attaque de Cumières (Verdun). Le général Pétain ayant ordonné de tenir coute que coute la ligne Malancourt-Béthincourt, le 92ème RI monte à l’assaut du bois de Cumières qui en constitue le principal point d’appui. Le colonel Macker en tête, le régiment monte à l’assaut et franchit les 400 mètres le séparant de l’ennemi. Une fois les positions allemandes saisies, le régiment est immédiatement relevé.  Pendant ce temps les Allemands s’emparent de l’ouvrage d’Hardaumont sur la rive droite.

8 mars 1944 : début de la bataille d’Imphal (Inde). La XVème armée japonaise qui tente d’envahir l’Inde depuis fin février, attaque la ville d’Imphal, couloir stratégique entre les deux régions. Surprises dans un premiers temps par l’incursion, les forces britanniques (du Commonwealth) s’accrochent à ce point d’appui et repoussent les nippons. L’ouverture de ce nouveau front est une erreur qui permet aux britanniques de reprendre l’initiative dans la zone. Les commandos Chindits continuent d’ailleurs à agir sur les arrières japonais en Birmanie, obligeant l’envahisseur à combattre tous azimuts.

8 mars 1944: arrestation de Marc Bloch à Lyon. Historien et patriote français fusillé le 16 juin après avoir été torturé par la Gestapo. Outre des ouvrages remarqués sur l’histoire médiévale, et la fondation de l’Ecole des Annales, il a écrit l’étrange défaite (publié en 1946 à titre posthume), livre dans lequel il s’interroge sur les raisons de la débâcle de mai – juin 1940. Il débutela Première Guerre Mondiale avec le grade de sergent et la termine avec celui de capitaine. Cité quatre fois, il reçoit la légion d’honneur. La Seconde Guerre Mondiale éclate alors qu’il a 53 ans. Le conflit qui débute par la « drôle de guerre » ne le trouve cependant pas ramolli, ni par les honneurs, ni par la maladie. Il demande à combattre et est cité à nouveau. Démobilisé, il est obligé de se cacher, lorsque la zone libre est envahie (parce que d’ascendance juive) et entre en résistance fin 1942.

8 mars 1946 : homologation du premier hélicoptère (Etats-Unis). Le Bell 47 reçoit son certificat de navigabilité civil après avoir effectué son premier vol militaire le 8 décembre 1945. Plus de 5000 exemplaires vont être construits.

8 mars 1990 : l’Allemagne reconnait sa frontière orientale. Le Bundestag vote l’intangibilité de sa frontière avec la Pologne. La frontière s’appuie sur la ligne Oder-Neisse (deux cours d’eaux) fixée par la Conférence de Potsdam en 1945.

8 mars 2005 : élimination d’Aslan Mashkadov (Tchétchénie -Tolstoï Yurt). Ancien colonel artilleur de l’armée rouge, Mashkadov rejoint le camp des indépendantistes tchétchènes et défend Grozny contre les Russes durant la première guerre de Tchétchénie (déc. 94 – Aout 96). Auréolé par l’accord de paix qu’il signe avec le général Lebed, il est élu président de la Tchétchénie (janv. 97) mais se fait déborder par la mouvance islamiste tchétchène. Le Kremlin décide d’enrayer le développement islamiste et au passage de prendre une revanche sur Mashkhadov : deuxième guerre de Tchétchénie (oct. 99 – avril 09). Le FSB en charge des opérations à partir de 2003, recherche Mashkhadov intensément. Les circonstances de sa mort sont encore troubles, plusieurs hypothèses étant généralement avancées : assassiné par un de ses gardes du corps, tué par grenade lors de l’assaut du FSB ou encore exécuté après interrogatoire.

Quelques rendez-vous historiques :

 08/03/2016 : Colloque « Faire face à la violence », au musée de l’Armée (Paris).

10/03/2016 : Conférence « Au mauvais moment, au mauvais endroit, contre le mauvais ennemi : la guerre de Corée, 1950-1953 »  Ivan Cadeau – Château de Vincennes

26/01/2016 au 04/04/2016 : Exposition « 1916 : L’hyperbataille de Verdun », à l’Hôtel national des Invalides (Paris).

14/03/2016 au 31/05/2016 : Exposition «  Honneur aux braves ! La croix de guerre » au Château de Vincennes, SHD.




Chronique historique : 7 mars

7032016

7 mars 1759 : fin du siège de Madras(Inde).Les 8000 Français commandés par le comte Lally-Tollendal ne parviennent pas à prendre la ville de Madras fermement défendue par 4000 Anglais. Les Anglais bénéficient d’un ravitaillement maritime à la différence des Français. Cet échec est réputé entraîner celui de Fort Wandiwash (janvier 1760) et marquer la défaite française aux Indes. Tenu par Louis XV pour personnellement responsable, Lally-Tollendal est victime d’une campagne de dénigrement très violente qui aboutit à son embastillement et son exécution en place de Grève (1766), actuelle place de l’Hôtel-de-ville de Paris.

 7 mars 1814 : bataille de Craonne. Après le franchissement de l’Aisne à Berry-au-Bac, Napoléon cherche une bataille décisive contre les coalisés. Le choc se produit le sur le plateau de Craonne. Il charge Ney et Victor de faire plier les Russes sur les ailes, et conduit au centre une attaque frontale. L’échec des deux maréchaux l’oblige à engager les grognards de la Vieille Garde qui poussent les Russes à la retraite. Les vaincus rejoignent Blücher à Laon, laissant 7 000 hommes sur le terrain.C’est sur ce même terrain que Français et Allemands s’affronteront un siècle plus tard. (Offensive du Chemin des Dames)

7 mars 1908 : le maréchal des logis Ernest Psichari (1883-1914) est décoré de la médaille militaire. Petit-fils du célèbre historien Ernest Renan (Qu’est-ce qu’une Nation?), il obtient une License de Français mais pour « échapper au bourbier de son âme » finit par s’engager dans l’artillerie coloniale, cherchant ordre et action. La vie de soldat aux colonies (Congo) et l’expérience du désert (Mauritanie) sont pour lui une révélation. Il commence à écrire et rencontre un certain succès. Devenu officier, il est contre toute attente (puisque petit-fils de Renan), un modèle pour la droite conservatrice de l’époque qui voit en lui un double du père de Foucaud. Il meurt au combat le 22 aout 1914 à St Vincent Rossignol en Belgique.
Il a écrit: Terres de soleil et de sommeil (1908), L’Appel des armes (1913). A titre posthume, le voyage du centurion (1916),les voix qui crient dans le désert (1920).

7 mars 1936 : Hitler envahit la Rhénanie. En violation de tous les accords passés, l’Allemagne remilitarise la Rhénanie. Malgré leurs protestations, les puissances européennes n’agissent pas.

7 mars 1945 : les Américains franchissent le pont de Remagen. Les ponts sur le Rhin sont tous détruits sauf le pont Ludendorff à Remagen pour d’obscures raisons administratives. Découvrant cette aubaine, les Américains qui viennent de remporter la bataille des Ardennes, se ruent sur Remagen. En moins de 30 minutes, la section du lieutenant Timmerman prend le pont que le petit détachement allemand n’est pas parvenu à faire sauter à cause de l’explosif médiocre utilisé. Le général Eisenhower modifie ses plans d’invasion de l’Allemagne pour profiter du passage et fait franchir 8000 hommes immédiatement. Les Allemands tentent dans les jours qui suivent de détruire l’ouvrage avec des bimoteurs à réaction Arado 234, en trois tentatives de bombardement mais sans l’atteindre, avec les nageurs de combat de Skorzeny puis des attaques de V2. Le pont s’effondre 10 jours plus tard.

7 mars 1966 : retrait de la France de la structure militaire intégrée de l’OTAN. Le retour dans le commandement militaire intégré de l’OTAN a été annoncé le 11 mars 2009 par le Président de la République, à l’Ecole Militaire et entériné par le sommet de l’OTAN de Strasbourg un mois plus tard.

7 mars 1996 : le Triomphant rallie l’Ile Longue (Presqu’ile de Crozon). Le premier SNLE français de nouvelle génération quitte Cherbourg et son atelier de construction pour sa base opérationnelle.

Quelques rendez-vous historiques :

 08/03/2016 : Colloque « Faire face à la violence », au musée de l’Armée (Paris).

10/03/2016 : Conférence « Au mauvais moment, au mauvais endroit, contre le mauvais ennemi : la guerre de Corée, 1950-1953 »  Ivan Cadeau – Château de Vincennes

26/01/2016 au 04/04/2016 : Exposition « 1916 : L’hyperbataille de Verdun », à l’Hôtel national des Invalides (Paris).

14/03/2016 au 31/05/2016 : Exposition «  Honneur aux braves ! La croix de guerre » au Château de Vincennes, SHD.




Chronique historique : 4 mars

7032016

ERRATUM pour le 3 mars 1690 1590 : prise de Breda (actuels Pays-Bas). Merci aux nombreux lecteurs vigilants.

 4 mars 1193 : mort de Saladin (Damas).Al-Malik an-Nâsir Salâh ad-Dîn Yûsuf est l’un des héros du monde musulman. En plus d’être l’unificateur de l’Egypte et de la Syrie, Saladin est parvenu, après avoir déclenché le petit Djihad, à chasser presque complètement les croisés installés depuis un siècle dans les Etats latins d’Orient. Malgré cela, et en dépit des batailles féroces qu’il a livrées, il a acquis en Occident un très grand prestige alors même qu’il reprenait Jérusalem (1187) aux Chrétiens. Bon combattant, il a surtout montré que l’esprit chevaleresque n’était pas un monopole occidental, surprenant ses ennemis par des gestes généreux et inattendus.

4 mars 1578 : fraternité avec les soldats invalides. Le roi Henri III, par édit, oblige les congrégations et ordres religieux à réserver des places en leur sein pour les soldats invalides. Ce système disparaîtra avec la construction de l’Hôtel des Invalides à partir de 1670.

4 mars 1733 : mort de Claude de Forbin. (Marseille). Ancien mousquetaire, ancien gouverneur de Bangkok et amiral de la flotte siamoise. Héros de la marine française, il s’est, entre autres exploits, évadé d’une prison anglaise en traversant la Manche à bord d’un canot en compagnie de Jean Bart. Une frégate de défense aérienne de classe Horizon porte son nom.

4 mars 1916 : prise du village de Douaumont (Verdun). Les Allemands s’emparent du village après une semaine pour conquérir les 500 mètres de terrain qui séparent le fort de la commune. C’est durant ces combats, que meurt le peintre expressionniste allemand, Franz Marc, ami de Klee et Kandinsky.

4 mars 1916 : explosion à Saint-Denis (banlieue parisienne). Le fort dit de la Double Couronne qui sert de dépôt de munitions explose de manière
accidentelle tuant 28 personnes (10 soldats et 18 civils).

4 mars 1942 : le général de Gaulle accepte la démission de l’amiral Muselier remplacé par le capitaine de vaisseau Auboyneau.

4 mars 1947 : signature du traité franco-britannique de Dunkerque. Craignant une réunification de l’Allemagne sous l’égide soviétique, les deux nations s’allient et jettent les bases du premier pôle européen de Défense. En effet, un an plus tard, l’Union occidentale (future UEO) voit le jour (Traité de Bruxelles – 17 mars 1948).

4 mars 1970 : le sous-marin Eurydice coule en Méditerranée. Sous-marin français, commandé par le lieutenant de vaisseau de Truchis de Lays, déplaçant 1000 tonnes en plongée, il coule au large de Saint -Tropez avec ses 57 hommes d’équipage par 750 mètres de fond. La cause du naufrage reste inconnue.

La RDN (Revue de la Défense Nationale) consacrée à Verdun vient de paraître.

Quelques rendez-vous historiques :

 12/01/2016 au 06/03/2016: Exposition des peintres de l’armée, dans les douves de l’Hôtel national des Invalides (Paris).

08/03/2016 : Colloque « Faire face à la violence », au musée de l’Armée (Paris).

10/03/2016 : Conférence « Au mauvais moment, au mauvais endroit, contre le mauvais ennemi : la guerre de Corée, 1950-1953 »  Ivan Cadeau – Château de Vincennes

26/01/2016 au 04/04/2016 : Exposition « 1916 : L’hyperbataille de Verdun », à l’Hôtel national des Invalides (Paris).

14/03/2016 au 31/05/2016 : Exposition «  Honneur aux braves ! La croix de guerre » au Château de Vincennes, SHD.




Conférence 10 mars 2016

7032016

Pierre Laugeay, chef du Service historique de la Défense, vous prie de bien vouloir honorer de votre présence la conférence que prononcera

 

Ivan Cadeau

Au mauvais moment, au mauvais endroit, contre le mauvais ennemi : la guerre de Corée, 1950-1953

 

Jeudi 10 mars 2016 à 18h30, en salle des cartes du Château de Vincennes

Un vin d’honneur suivra la conférence

Entrée libre mais inscription obligatoire par retour de mail. (Se munir d’une pièce d’identité) thierry.widemann@intradef.gouv.fr

 

Ce conflit, qui se déroule aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale et précède de quelques années la guerre du Vietnam, demeure en grande partie méconnu, même s’il fut meurtrier et si les conséquences se font encore sentir aujourd’hui. Ivan Cadeau, spécialiste de l’Indochine et de la Corée, nous propose ici une analyse rigoureuse et synthétique du premier grand affrontement de la guerre froide.

 

Le commandant Ivan Cadeau, docteur en histoire, est rédacteur en chef par intérim de la Revue historique des armées.

 







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles