• Accueil
  • > Archives pour février 2016

Chronique Historique: 29 Février

29022016

29 février 1944 : le général Vatutin tombe dans une embuscade(Ukraine). L’un des rares généraux estimés par Staline est mortellement blessé lors d’une embuscade tendue par des indépendantistes ukrainiens.

29 février 1944  tentative nippone d’invasion de l’Inde (frontière birmane). La XVème armée japonaise lance une attaque sur l’Inde depuis la Birmanie, mais se heurte à une farouche résistance des troupes britanniques. Un tiers des 85 000 Nippons engagés dans l’attaque succombe (guerre et maladies).

29 février 1980 : 1ère édition du journal quadriennal La bougie du sapeur. Périodique humoristique ne sortant que les années bissextiles, il comporte en général une vingtaine de pages. Son titre est un hommage au Sapeur Camembert né, lui aussi, un 29 février. La date  ne revenant que tous les 4 ans. Le sapeur Camembert est un soldat qui comprend vite lorsqu’on lui explique longtemps. C’est l’occasion de se rappeler les facéties du sapeur légendaire : « La vie est un tissu de coups de poignard qu’il faut savoir boire goutte à goutte ».

Quelques rendez-vous historiques :

 01/12/2015 au 29/02/2016 : Exposition « Tom Morel », au musée de l’Ordre de la Libération (Paris).

12/01/2016 au 06/03/2016: Exposition des peintres de l’armée, dans les douves de l’Hôtel national des Invalides (Paris).

26/01/2016 au 04/04/2016 : Exposition « 1916 : L’hyperbataille de Verdun », à l’Hôtel national des Invalides (Paris).

14/03/2016 au 31/05/2016 : Exposition «  Honneur aux braves ! La croix de guerre » au Château de Vincennes, SHD. (Cf. Image).




Chronique Historique: 26 Février

29022016

26 février 1266 : bataille de Bénévent (Italie – près de Naples). Charles d’Anjou (frère de Louis IX, futur St Louis), mandaté par le pape, bat Manfred de Hohenstaufen et prend possession de son nouveau royaume de Sicile. Manfred est tué au combat.

26 février 1777 : création du corps des ingénieurs-géographes militaires. L’ensemble du corps des ingénieurs est créé par Vauban sous Louis XIV en 1696 et la spécialité de géographe se précise formellement en 1726. Ils sont initialement chargés de la levée et construction des cartes topographiques et militaires et tracé des camps et marches des armées. Appelés Ingénieurs géographes du Roi, ce nouveau corps est dissous en 1791(et rattaché au génie), recréé en 1792, il devient le corps impérial des ingénieurs géographes en 1809. Jusqu’à la défaite de 1940, ces spécialistes sont affectés au Service géographique des armées.

 26 février 1815 : Napoléon 1er quitte l’île d’Elbe.   Napoléon 1er embarque sur le brick Inconstant pour Fréjus. Il s’écrie : le sort en est jeté !

 26 février 1916 : reprise en main de Verdun. Pétain revalorise les défenses, met l’artillerie totalement au service des unités d’infanterie au contact, et donne des ordres pour organiser un formidable cordon logistique de 67 km de long où près de 3 000 camions vont circuler chaque jour sans interruption. La Voie Sacrée sera un des instruments majeurs de la victoire dans ce secteur.

26 février 1943 : décès de l’adjudant Antoine Casenobe, As de l’Armée de l’Air. Détenteur de 7 victoires homologuées durant la campagne de France avec le Groupe de Chasse II/4 (le titre d’As s’acquiert à partir de 5). Le 23 février, son Curtiss P40 capote accidentellement à l’atterrissage sur un terrain de fortune.  Il succombe à ses blessures trois jours plus tard.

26 février 1963 : arrestation officielle du colonel Argoud (Paris – près de la Préfecture de Police). Condamné à mort par contumace en juillet 1961 pour sa participation au putsch d’Alger, le colonel Antoine Argoud, entré en clandestinité, est chef de l’OAS lorsqu’il est enlevé le 25 février dans son hôtel à Munich (Allemagne). Le lendemain, il est retrouvé ligoté dans une camionnette garée à côté de la cathédrale Notre Dame et arrêté.

26 février 1990 : fin du programme nucléaire sud-africain. Le Président sud-africain Frederik Willem de Klerk ordonne la destruction des six armes nucléaires assemblées par son pays, ainsi que de la septième arme, partiellement assemblée. (DGRIS/BDLP)

Quelques rendez-vous historiques :

 07/11/2015 au 28/02/2016 : Exposition « Le secret de l’État. Surveiller, protéger, informer, du XVIIe au XXe siècle » aux Archives nationales, Hôtel de Soubise (Paris).

01/12/2015 au 29/02/2016 : Exposition « Tom Morel », au musée de l’Ordre de la Libération (Paris).

12/01/2016 au 06/03/2016: Exposition des peintres de l’armée, dans les douves de l’Hôtel national des Invalides (Paris).

26/01/2016 au 04/04/2016 : Exposition « 1916 : L’hyperbataille de Verdun », à l’Hôtel national des Invalides (Paris).

14/03/2016 au 31/05/2016 : Exposition «  Honneur aux braves ! La croix de guerre » au Château de Vincennes, SHD. (Cf. Image).

 

                       




Chronique historique : 25 février

25022016

25 février 1836 : dépôt du brevet du Colt Paterson, le premier révolver. « Enregistré sous le numéro de brevet 138 et déposé par Samuel Colt, ce premier révolver est produit de 1837 à 1841 à Paterson dans le New Jersey, en 4 modèles se distinguant par la longueur du canon (ce concept perdure encore aujourd’hui). Doté d’un système à simple action et d’un barillet à 5 coups, c’est une arme à poudre noire. Le chargement se fait directement dans les chambres du barillet ce qui est assez lent : ces Colts étaient fournis avec deux barillets permettant d’avoir une réserve de feu suffisante. La version Holster model n°5 ou Texas Paterson sert principalement dans la marine et les Rangers du Texas ». CNE Jean-Baptiste P. (COMLE).

 25 février 1848 : Lamartine sauve le drapeau tricolore (Paris – Hôtel de ville). Louis-Philippe 1er, Roi des Français pendant plus de 17 ans abdique la veille devant l’insurrection parisienne. Le lendemain la foule brandissant des drapeaux rouges devant l’Hôtel de ville demande le remplacement du drapeau tricolore (officialisé par Louis-Philippe en 1830). Lamartine, ministre des Affaires étrangères du tout jeune gouvernement provisoire sort de l’Hôtel de ville et s’avance devant la foule en prononçant l’un de ses discours les plus percutant : « Si vous m’enlevez le drapeau tricolore, […] vous m’enlèverez la moitié de la force extérieure de la France ! Car l’Europe ne connait que le drapeau de ses défaites et de nos victoires dans le drapeau de la République et de l’Empire. En voyant le drapeau rouge, elle ne croira voir que le drapeau d’un parti ! C’est le drapeau de la France, c’est le drapeau de nos armées victorieuses ; c’est le drapeau de nos triomphes qu’il faut relever devant l’Europe. La France et le drapeau tricolore c’est une même pensée, un même prestige, une même terreur, au besoin, pour nos ennemis ! Songez combien de sang il vous faudrait pour faire la renommée d’un autre drapeau ! Citoyens pour ma part, le drapeau rouge, je ne l’adopterai jamais, et je vais vous dire pourquoi je m’y oppose de toute la force de mon patriotisme : c’est que le drapeau tricolore a fait le tour du monde avec la République et l’Empire, avec vos libertés et vos gloires, et que le drapeau rouge n’a fait que le tour du Champ de Mars, traîné dans le sang du peuple. » (cf. Image)

25 février 1916 : les Allemands prennent le fort de Douaumont. Outrepassant les ordres reçus, deux compagnies du 24ème régiment de Brandebourg pénètrent dans le fort qui n’oppose aucune résistance et font prisonniers 57 territoriaux. La nouvelle est terrible pour les Français puisque Douaumont est un poste d’observation sur tout le secteur de Verdun. De part et d’autre, les propagandes ne se satisfaisant pas du peu d’éclats de l’événement vont surenchérir sur de supposés combats. Pétain est officiellement nommé à la tête de la défense de la région de Verdun.

25 février 1916 : première commande de 400 « cuirassiers terrestres ». Le Ministère de la Guerre commande à la firme Schneider les chars imaginés par le général Estienne. La livraison est attendue pour début 1917. Le char fait 6,32 mètres de long pour 2,05 de large et 2,30 mètres de haut. Armé d’un canon de 75mm en blockhaus et de deux mitrailleuses Hotchkiss, il est équipé d’un éperon à l’avant permetant de dévier les barbelés. Son moteur de 60 CV le propulse à la vitesse maximum de 8 km/h, et seulement 4 km/h au combat. Ce sera le char des premiers engagements de l’Artillerie Spéciale.

25 février 1963 : premier vol du Transal-C 160.

25 février 1975 : dernier vol du Général Yeager dans les Forces. Chuck Yeager est le premier pilote à avoir passé le mur du son (14 octobre 1947). Voir le film l’Etoffe des héros.

  Quelques rendez-vous historiques :

07/11/2015 au 28/02/2016 : Exposition « Le secret de l’État. Surveiller, protéger, informer, du XVIIe au XXe siècle » aux Archives nationales, Hôtel de Soubise (Paris).

01/12/2015 au 29/02/2016 : Exposition « Tom Morel », au musée de l’Ordre de la Libération (Paris).

12/01/2016 au 06/03/2016: Exposition des peintres de l’armée, dans les douves de l’Hôtel national des Invalides (Paris).

26/01/2016 au 04/04/2016 : Exposition « 1916 : L’hyperbataille de Verdun », à l’Hôtel national des Invalides (Paris).

14/03/2016 au 31/05/2016 : Exposition «  Honneur aux braves ! La croix de guerre » au Château de Vincennes, SHD.




Chronique historique : 24 février

24022016

24 février 1525 : défaite française à Pavie (Italie). François Ier s’est laissé enfermer, avec ses 28 000 hommes, dans une enceinte de la ville de Pavie qu’il assiégeait. Une armée de secours de l’empereur Charles Quint vient l’assiéger à son tour avec une puissante artillerie. Les généraux du roi de France sont d’avis de battre en retraite ou de négocier, estimant inutile le combat qui s’annonce. Presser d’en découdre et surtout soucieux de ne pas perdre la face, François Ier décide malgré tout de livrer bataille. Il charge les impériaux de Charles Quint en se plaçant dans l’axe de tir de sa propre artillerie, qui du coup cesse le feu. La charge est facilement stoppée par les arquebusiers et Tercios espagnols. L’armée française subit une véritable hécatombe, le roi est fait prisonnier et ne sera libéré qu’un an après contre rançon.

24 février 1790 : abolition des distinctions honorifiques. L’Assemblée Constituante abolit tout type de distinction honorifique. Quelques temps après, Bonaparte pour récompenser malgré tout les comportements héroïques, généralise le principe de remise d’ « armes d’honneurs ».  En mai 1802, il créera la Légion d’honneur.

24 février 1855 : attaque de la redoute Selenginsk (Ukraine – Crimée). Depuis 5 mois les corps expéditionnaires français et anglais font le siège de Sébastopol. Le choléra cause de nombreuses victimes et les assiégeants découvrent la dureté de l’hiver russe. Une éprouvante guerre de tranchées s’est développée autour de la citadelle. Les défenseurs russes essayent de tourner à leur avantage le statu quo qui s’est installé. D’assiégés, ils se posent en assaillants et érigent une nouvelle redoute, dite de Selenginsk, à proximité immédiate du dispositif français. L’opération relève plus de la provocation que de l’intérêt tactique. Soucieux de laver l’affront, le commandement français décide de la détruire en lançant les 1er et 2ème bataillons du 2e de zouaves et le 4ème régiment d’infanterie de marine, aux ordres du général Monet. Sans préparation et après avoir attendu sous la pluie que la nuit vienne, les Français attaquent alors qu’ils sont attendus par les défenseurs russes. Dans l’obscurité, la confusion se propage et est accrue par l’évacuation sur blessure du général Monet qui laisse temporairement les troupes sans commandement. Les français parviennent néanmoins à s’emparer de la redoute mais ne peuvent pas la détruire. Les chefs des 3 bataillons se retrouvent sur le champ de bataille et en l’absence du général, finissent par décider de se retirer pour limiter des pertes déjà lourdes. Une vive polémique se développera sur les responsabilités du commandement français dans la perte de tant de soldats aguerris, mais la propagande aura vite fait de ne conserver que l’action héroïque des zouaves et des marsouins et l’ascendant repris sur les défenseurs russes.

24 février 1891 : combat de Diéna (actuel Mali). Le LCL Louis Archinard attaque un parti de guerriers Bambarra repliés dans le village de Diéna où ils retiennent prisonnier le LV Hourst parti en mission de reconnaissance sur le fleuve Niger depuis le 22 janvier. Archinard libère le village après de rudes combats causant plusieurs centaines de morts et où sont blessés des officiers qui vont s’illustrer plus tard (Mangin, Marchand et Klobb).

24 février 1916 : la deuxième ligne française tombe (Verdun). Au terme de la journée, les Allemands ont conquis, au prix de lourdes pertes, le village de Savogneux, la cote 344, Beaumont en Verdunois et les bois des Fosses et des Chaumes. La rupture du front est presque atteinte malgré les renforts et le déchaînement de l’artillerie française pour protéger Vacherauville. Sur les conseils de Castelnau (chef d’état-major), Joffre fait appeler Pétain au commandement de la région fortifiée de Verdun.




Chronique historique : 23 février

23022016

23 février 1945 : prise du mont Suribachi par les Marines (Iwo Jima)

23 février 1836 : début du siège de Fort Alamo (actuels Etats-Unis).  « Popularisé par Davy Crockett et John Wayne dans le film Alamo, ce siège de 13 jours est un fait marquant de la révolution texane. Le général mexicain de Santa Anna livre bataille à dix contre un sans esprit de pitié. Lors de l’assaut du fort, le 6 mars, le commandant Travis et les 188 autres défenseurs sont tués : même les prisonniers sont exécutés. Les mexicains affichent 600 tués et blessés. La conduite du vainqueur a eu pour effet de galvaniser la population du Texas contre lui et ainsi grossir les rangs de l’armée texane ». CNE Jean-Baptiste P. (COMLE).

23 février 1916 : la première ligne française tombe (Verdun). En pleine tempête de neige, les 51ème et 72ème DI sont écrasées sur leur première ligne. Les renforts français parcourent jusqu’à 30 km, de nuit, pour être engagés au matin. Le commandement se plaint du manque de renseignement sur l’ennemi. Les Allemands font 10 000 prisonniers. Le bataillon Rohr (Sturm-Bataillon 5), spécialisé dans le combat rapproché rencontre le succès (grenades à main, mortiers de tranchée, lance-flamme).

23 février 1981 : tentative de coup d’Etat à Madrid. Le LCL Tejero Molina appartenant à la Guardia Civil (gendarmerie) fait irruption dans le Congrès des députés à 18h30 et retient les élus en otage jusqu’à 12h00 le lendemain. Le gouverneur de Valence fait sortir les chars pour prêter main forte aux putschistes. A 01h00 du matin, le roi Juan Carlos condamne le putsch lors d’une allocution télévisée et anéantit tout espoir de ralliement aux putschistes. Les années de transition après la mort de Franco (1975) sont tendues à cause des difficultés économiques que traverse l’Espagne et de l’opposition d’une partie de l’armée à la démocratisation de la vie politique.

23 février 1991 : début de la phase terrestre de l’opération Tempête du Désert (guerre du Golfe) . Un mois de violents bombardements aériens sur le dispositif militaire irakien précède l’opération visant à libérer le Koweït. Le général Schwartzkopf laisse croire que son action sera concentrée uniquement sur le Koweït, alors que son objectif est de frapper en profondeur dans le territoire irakien, pour isoler le Koweït et faciliter ensuite sa libération. Le plan fonctionne parfaitement.

23 février 2011 : mort de Jean Lartéguy (Paris – Invalides). Engagé volontaire à 19 ans, résistant à 20, Lucien Osty de son vrai nom, intègre les commandos d’Afrique en 1942 après avoir fui l’occupation allemande (via l’Espagne où il reste interné 7 mois). Puis il sert pendant 7ans en tant qu’officier d’active et quitte l’armée avec le grade de capitaine. Licencié en lettres, il devient reporter de guerre et couvre un grand nombre de conflits à travers la planète et notamment en Corée où il est blessé lors de la bataille de Crève-cœur. Il publie plus de 50 récits et romans qui presque tous traitent des guerres de décolonisation et des hommes qui les ont menées. Certains ouvrages sont devenus des classiques (Les Centurions) en étant portés à l’écran et ont fait un peu d’ombre à ses autres livres. Dans le film, l’acteur américain Anthony Quinn y incarne le personnage inspiré à Lartéguy par le général Bigeard. Tous ses livres sont passionnants : style net et fluide, densité psychologique. Ses portraits de combattants, quel que soit leur bord, sont profondément humains et donnent à ses récits d’aventure une dimension presque philosophique. Il aime l’engagement, le chaud et le froid mais en homme de cœur, sait décrire avec finesse la tiédeur. Il est mort à 90 ans à l’Institution Nationale des Invalides. A noter : le général américain, Paetrus l’a remis à l’honneur durant la guerre en Afghanistan en faisant rééditer Les Centurions. Il voyait dans cet ouvrage, un moyen de faire comprendre la réalité du combat contre-insurrectionnel. Ses autres livres valent aussi le détour.

Quelques rendez-vous historiques :

 Jusqu’au 28/02/2016 : Exposition « Le secret de l’État. Surveiller, protéger, informer, du XVIIe au XXe siècle » aux Archives nationales, Hôtel de Soubise (Paris).

Jusqu’au 29/02/2016 : Exposition « Tom Morel », au musée de l’Ordre de la Libération (Paris).

Jusqu’au 06/03/2016: Exposition des peintres de l’armée, dans les douves de l’Hôtel national des Invalides (Paris).

Jusqu’au 04/04/2016 : Exposition « 1916 : L’hyperbataille de Verdun », à l’Hôtel national des Invalides (Paris).

14/03/2016 au 31/05/2016 : Exposition «  Honneur aux braves ! La croix de guerre » au Château de Vincennes, SHD.

 




Chronique historique : 22 février

22022016

ERRATUM pour le 17 février 1968 1986: déclenchement de l’opération Epervier. Merci aux très nombreux lecteurs vigilants.

 22 février 1744 : bataille du cap Sicier. Victoire navale franco-espagnole face à la flotte anglaise.

 22 février 1916 : mort du LCL Driant (Verdun – Bois des Caures). A l’occasion du début de la bataille de Verdun, hier, les bataillons de chasseurs de Driant ont été quasiment anéantis par le pilonnage d’artillerie et l’assaut de l’infanterie allemande. Ayant largement ralenti la progression du général Falkenhayn, Driant ordonne à ses chasseurs survivants de se replier. Il tombe vers 15h00 frappé d’une balle à la tempe. Il avait 60 ans. Officier saint-cyrien brillant, il est à plusieurs reprises sanctionné pour des articles publiés sans autorisation dans lesquels il défend la mémoire de son beau-père (le général Boulanger), ou bien dénonce trop vigoureusement l’affaire des fiches. En 1905, sa carrière étant définitivement compromise, il se lance en politique avec l’appui de Déroulède et Barrès et est élu député à Nancy. Il poursuit parallèlement son activité d’écrivain, sous le nom de capitaine Danrit, nom d’emprunt adopté alors qu’il était encore militaire. Talentueux, il écrit une vingtaine de romans d’anticipation ayant pour thème la guerre prochaine et remporte un vif succès à chaque parution. Il devient ce que l’on appellerait aujourd’hui un best-seller du thriller technologique. Lorsqu’éclate la guerre, il est toujours député et a 59 ans. Il demande malgré tout son incorporation.

 22 février 1996 : suspension du service national entre autre. A l’issue d’un conseil de Défense, le président J. Chirac annonce la professionnalisation des armées, la suspension du service national et la restructuration des industries d’armement. «L’appel sous les drapeaux est suspendu pour tous les Français qui sont nés après le 31 décembre 1978 et ceux qui sont rattachés aux mêmes classes de recensement. Il est rétabli à tout moment par la loi dès lors que les conditions de la défense de la Nation l’exigent ou que les objectifs assignés aux armées le nécessitent » (article L. 112-2 du Code du service national). Il annonce aussi l’arrêt immédiat de la production de matières fissiles. En 1996, la France entreprend de démanteler ses deux usines de production de matières fissiles de Marcoule, pour le plutonium, et de Pierrelatte (Drôme) pour l’uranium hautement enrichi. C’est ainsi le premier État à avoir décidé la fermeture et le démantèlement de ses installations de production de matières fissiles pour les armes nucléaires.

 Quelques rendez-vous historiques :

 07/11/2015 au 28/02/2016 : Exposition « Le secret de l’État. Surveiller, protéger, informer, du XVIIe au XXe siècle » aux Archives nationales, Hôtel de Soubise (Paris).

01/12/2015 au 29/02/2016 : Exposition « Tom Morel », au musée de l’Ordre de la Libération (Paris).

12/01/2016 au 06/03/2016: Exposition des peintres de l’armée, dans les douves de l’Hôtel national des Invalides (Paris).

26/01/2016 au 04/04/2016 : Exposition « 1916 : L’hyperbataille de Verdun », à l’Hôtel national des Invalides (Paris).

14/03/2016 au 31/05/2016 : Exposition «  Honneur aux braves ! La croix de guerre » au Château de Vincennes, SHD.




Chronique historique : 17 février

18022016

17 février 1855 : bataille d’Eupatoria (Crimée – actuelle Ukraine). La base navale d’Eupatoria située à 60 km au Nord de Sébastopol (cf. la carte ci-dessous) est aux mains des alliés (France, Royaume-Uni, Empire ottoman) depuis le début de la guerre de Crimée. Le général Khroulev décide de la reprendre et lance une attaque surprise sur Eupatoria avec 20 000 soldats russes. Malheureusement pour Khroulev, l’attaque a été anticipée par les défenseurs d’Eupatoria (plus de 35 000 hommes). La garnison majoritairement ottomane, inflige de lourdes pertes aux Russes (800 morts) qui renoncent à prendre la ville. Les Français participent à la défense avec 2 régiments de cavalerie, 1 d’artillerie et 2 compagnies d’infanterie de marine. Les canons de 6 navires alliés fournissent un précieux appui depuis la rade. Suite à cette défaite majeure, le général en chef russe, Menchikov, est limogé.

17 février 1864 : combat du CSS Hunley. (Etats-Unis). Après une série d’essais qui ont conduit à la perte de ses deux premiers équipages, le navire confédéré CSS Hunley est le premier submersible engagé au combat. Durant la guerre civile américaine, il s’approche en plongée de l’USS Housatonic, et déclenche une mine contre son flanc et le coule. Il devient ainsi le premier submersible à couler un navire…et peut-être aussi le premier exemple d’acte kamikaze, puisqu’il fut emporté dans le naufrage de sa cible. Retrouvé en mai 1995, il fut renfloué le 8 août 2000 et présenté au public après une patiente restauration.

17 février 1968 : déclenchement de l’opération Epervier. Suite au bombardement de N’Djamena  et le franchissement du 16è parallèle par l’armée libyenne, la France renforce son dispositif au Tchad et lance l’opération Epervier. Elle succède à l’opération Manta (1983/84), l’opération Barkhane y met fin le 1er août 2014.

Quelques rendez-vous historiques :

18/02/2016 – 18h30 : Conférence  « Espace frontalier et ville de garnison : le cas de Lunéville et de sa division de cavalerie aux avant-postes (1871-1918) » par LCL Jean Bourcart – Château de Vincennes. Inscription auprès  thierry.widemann@intradef.gouv.fr

07/11/2015 au 28/02/2016 : Exposition « Le secret de l’État. Surveiller, protéger, informer, du XVIIe au XXe siècle » aux Archives nationales, Hôtel de Soubise (Paris).

01/12/2015 au 29/02/2016 : Exposition « Tom Morel », au musée de l’Ordre de la Libération (Paris).

12/01 au 06/03 : Exposition des peintres de l’armée, dans les douves de l’Hôtel national des Invalides (Paris).

26/01 au 04/04 : Exposition « 1916 : L’hyperbataille de Verdun », à l’Hôtel national des Invalides (Paris).




Chronique historique : 16 février

16022016

16 février 1807 : bataille d’Ostrolenka (actuelle Pologne). A la suite de la sanglante victoire d’Eylau, le général Savary écrase le corps de réserve russe, dégageant définitivement Varsovie.

16 février 1923 : traditions chasseurs. La garde du drapeau des chasseurs est désormais assurée à tour de rôle par les bataillons présents en métropole pour une durée d’un an.

16 février 1943 : opération commando sur l’usine de Vemork (Norvège). L’usine Norsk Hydro est le seul lieu de production « d’eau lourde »en Europe et revêt donc un caractère stratégique pour les belligérants lancés dans la mise au point de la bombe atomique. Les services secrets alliés ont déjà mené deux actions contre l’usine depuis le début de la guerre : les Français ont acheté secrètement les stocks existant et les ont fait sortir du territoire de manière rocambolesque en mars 1940. Les Britanniques, quant à eux, perdent en novembre 1942 deux sticks de commandos dont les planeurs s’écrasent dans la montagne surplombant l’usine. Le 16 février 1943, un commando de 6 norvégiens est parachuté dans la région et avec l’aide d’éléments préalablement infiltrés fait sauter les stocks « d’eau lourde ». Non seulement le sabotage est réussi, mais leur exfiltration à ski vers la Suède, sur 400 km, relève de l’exploit. Les Allemands reconstruisent puis décident de déménager les nouveaux stocks produits. Cette bataille de « l’eau lourde »,stratégique et discrète, s’achève le 19 février 1944 lorsqu’un autre commando Norvégien parvient à couler le ferry transportant le précieux chargement.

16 février 1943 : création du STO. Service du travail obligatoire en Allemagne.

16 février 1993 : inauguration du Mémorial des guerres en Indochine (Fréjus). De 1940 à 1954, environ 60 000 soldats français sont morts en Indochine. Le Mémorial abrite 24 000 sépultures de corps rapatriés depuis 1986. Environ 12 000 corps avaient été rendus aux familles auparavant. Un mur du souvenir couvert de près de 30 000 noms honore la mémoire de ceux dont la dépouille ne repose pas à Fréjus soit parce que la famille a choisi un autre lieu de sépulture, soit parce que le soldat est porté disparu.

Quelques rendez-vous historiques :

18/02/2016 – 18h30 : Conférence  « Espace frontalier et ville de garnison : le cas de Lunéville et de sa division de cavalerie aux avant-postes (1871-1918) » par LCL Jean Bourcart – Château de Vincennes. Inscription auprès  thierry.widemann@intradef.gouv.fr

07/11/2015 au 28/02/2016 : Exposition « Le secret de l’État. Surveiller, protéger, informer, du XVIIe au XXe siècle » aux Archives nationales, Hôtel de Soubise (Paris).

01/12/2015 au 29/02/2016 : Exposition « Tom Morel », au musée de l’Ordre de la Libération (Paris).

12/01 au 06/03 : Exposition des peintres de l’armée, dans les douves de l’Hôtel national des Invalides (Paris).

26/01 au 04/04 : Exposition « 1916 : L’hyperbataille de Verdun », à l’Hôtel national des Invalides (Paris).







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles