• Accueil
  • > Archives pour décembre 2014

Lettre du G2S : Syndicats, Associations professionnelles des militaires ou statu quo ?

16122014

Ci-jointe, la dernière livraison de la lettre du G2S N° 11 consacrée à un point de situation sur le sujet.

Pour en savoir plus : fichier pdf Dossier n 11




Lettre du CEMAT aux associations – décembre 2014

16122014

Editorial :  C’est avec beaucoup de satisfaction que je m’adresse à vous par l’intermédiaire de cette lettre d’information.

Elle constitue un des vecteurs qui relie l’ensemble de la famille armée de Terre. Comme toutes les grandes fratries, la nôtre est riche de ses très nombreuses branches. Chacune occupe, par sa personnalité, le rôle et la place qui lui reviennent. Sachez que je me réjouis de celle que vous occupez auprès de nous. La diversité, qui est parfois perçue comme un handicap à la cohésion représente à mes yeux un véritable atout. Elle reflète d’abord la nature de l’armée de Terre, qui revendique et assume pleinement la sienne à travers la pluralité de ses armes, de ses spécialités, et de l’origine sociale et géographique des femmes et des hommes qui, depuis toujours, servent dans ses rangs. De la même façon, la diversité de vos associations constitue elle aussi une chance et une richesse pour l’armée de Terre qui bénéficie ainsi du rayonnement que vous lui offrez, par votre présence et votre investissement, dans toute la société civile. Il s’agit d’ailleurs aujourd’hui d’un enjeu majeur. Reconnue pour la valeur de ses soldats, soutenue dans ses engagements opérationnels, regardée comme un modèle d’égalité et de promotion sociale, l’armée de Terre jouit auprès des Français d’une excellente image.

Pourtant la… : lire la suitefichier pdf Lettre d’information CEMAT DECEMBRE 2014




Chronique historique : 16 décembre

16122014

16 décembre 1690 : création des compagnies franches de la Marine.  Par ordonnance, 82 compagnies franches sont créées. Représentant 8200 hommes, elles constituent une première infanterie de Marine dont les missions sont celles des fantassins, artilleurs de marine et hommes de bord.

16 décembre 1793 : assaut final sur Toulon. Au terme d’un siège commencé en septembre et au cours duquel le jeune capitaine Napoléon Bonaparte, imposé par Robespierre, a pu faire preuve de son génie militaire, l’assaut final est donné par les troupes de la Convention contre les insurgés royalistes appuyés par un contingent britannique. Le corps à corps dure toute la nuit et Bonaparte est blessé d’un coup d’esponton à la cuisse par un sergent britannique. Au matin, la position du « Petit Gibraltar » qui commande l’accès à la ville est prise. Durant les 3 jours suivant cet assaut, une sanglante répression est menée à laquelle Bonaparte n’assiste pas. Il est devenu entretemps général et a été appelé au commandement de l’artillerie de l’armée d’Italie. Le 4 nivôse de l’An II (24 décembre 1793) la Convention vote un décret disposant que : « Le nom infâme de Toulon est supprimé. Cette commune portera désormais le nom de Port-la-Montagne ».

16 décembre 1838 : bataille de la  blood river  (Afrique du Sud). Les Afrikaners ou Boers en gagnant l’intérieur des terres pour fuir la colonisation britannique devenant pesante sur la côte, doivent faire face à la nation Zoulou. Celle-ci aligne 30 000 guerriers parfaitement entraînés et aguerris qui infligent de lourdes pertes aux Boers pénétrant leurs terres.  Lassé par les massacres dont sont victimes les fermiers Boers, Andries Pretorius réunit 500 hommes pour les venger. Le convoi de chars à bœufs (véhicule de combat et de travail du soldat paysan), adopte systématiquement la formation du « laager » pour bivouaquer en sécurité à la nuit tombée. Pretorius choisit de former le cercle défensif dans le méandre de la rivière Ncome pour passer la nuit. Le roi zoulou, Dingan, attaque le campement avec 10 000 hommes en trois vagues successives qui sont toutes repoussées. La combativité des Zoulous ne peut rien contre les fusils afrikaners et la technique défensive adoptée. 3000 Zoulous sont tués contre 2 Afrikaners blessés. La rivière Ncome a été baptisée blood river suite à cette bataille.

16 décembre 1846 : prise de Fatahua (Ile de Tahiti). Le 2ème RIM avec l’aide de miliciens tahitiens escalade les pentes vertigineuses du Diadème où 300 tahitiens sont retranchés et interdisent l’accès à la vallée de la Punaruu.

16 décembre 1883 : prise de Son Tay (Indochine). Défendue par plus de 2500 pavillons noirs, la citadelle de Son Tay (100 canons) est prise d’assaut par les 6000 hommes de l’amiral Courbet après 3 jours de siège. La citadelle est attaquée via le fleuve par la flottille de Courbet (constituée d’infanterie de marine, de fusiliers marins et de tirailleurs annamites) et bien entendu par la voie terrestre avec les légionnaires, les tirailleurs algériens, annamites et tonkinois sous le commandement du LCL Belin. Les pavillons noirs perdent 900 des leurs contre 82 morts chez les Français.

16 décembre 1917 : Patton ouvre une école de chars (Langres – Haute-Marne) Le lieutenant de cavalerie George Patton, membre de l’état-major du général Pershing, chef du corps expéditionnaire américain en France, crée une école de chars après avoir passé une semaine à Paris pour étudier le char léger français Renault FT-17. L’ouverture de cette école préfigure la création de la toute première unité blindée américaine, qui va s’illustrer dès septembre 1918 lors de l’offensive franco-américaine sur Saint-Mihiel. L’épisode est raconté dans Ils étaient cinq dans les tranchées de Philippe Conrad et Nicolas Sevaux. (Cf. Image).

16 décembre 1944 : début de la contre-offensive allemande des Ardennes. Profitant du mauvais temps pour contre-attaquer là où on ne l’attend pas, Hitler déclenche l’opération Wacht am Rhein qui coute aux alliés 30 000 morts, jusqu’à Noel. Le manque de carburant pour les blindés allemands ainsi que la fin des intempéries permettent à Eisenhower de reprendre l’initiative et de sauver les hommes de la 101 division parachutiste américaine, retranchés dans Bastogne.

16 décembre 1959 : accord franco-allemand pour le Transall. Acte de naissance administratif pour l’avion de transport militaire C 160 Transall.

16 décembre 1976 : premier tir du SSBS S3 (centre d’essais des Landes). Premier tir expérimental du missile balistique sol-sol français emportant une tête nucléaire (portée 3500 km). Opérationnel de 1980 à 1996 sur le plateau d’Albion.

5 TRANCHEES

 

Ils étaient cinq dans les tranchées  relate la guerre de 14-18 telle que l’ont vécue cinq futurs acteurs majeurs de la Seconde Guerre mondiale : de Gaulle, Hitler, Mussolini, Churchill, Patton.

 




Chronique historique : 15 décembre

15122014

15 décembre 1650 : bataille de Rethel (actuelles Ardennes). Durant la Fronde, Turenne, alors dans le camp des frondeurs, est battu par le maréchal du Plessis-Praslin. Quelque temps plus tard, une fois dans le camp royal et après de nombreuses victoires, le souvenir de cette défaite intriguait. Lorsqu’on demandait à Turenne comment il avait pu perdre à Rethel il répondait : par ma faute.

15 décembre 1805 : création des maisons d’éducation de la Légion d’honneur. Napoléon crée la première maison destinée à accueillir les filles des officiers, sous-officiers et soldats admis dans l’ordre.

15 décembre 1840 : le retour de l’Empereur. Pour  se concilier les Bonapartistes, Adolphe Thiers, ministre de Louis-Philippe, négocie avec les Anglais le retour des cendres de Napoléon 1er, mort 20 ans plus tôt à Sainte Hélène. Le prince de Joinville, fils de Louis-Philippe part chercher les restes de l’Empereur à bord de la Belle Poule. A Paris, un million de Français se massent le long du trajet emprunté par le cortège funèbre pour rejoindre les Invalides. La cérémonie est curieuse : tous les ingrédients pour une communion nationale réussie sont présents, mais la monarchie constatant l’emprise toujours énorme de l’Empereur sur les Français, expédie les festivités tout en les ayant souhaitées.

15 décembre 1940 : le retour de l’Aiglon. Sur ordre d’Hitler, les cendres du fils de Napoléon Ier sont restituées à la France, dans le but de se concilier la bonne volonté du peuple français. Transférées aux Invalides selon un cérémonial décidé par les allemands, l’évènement se déroule dans l’indifférence générale. Hitler est mécontent. Il pensait faire un cadeau et constate que l’effet est nul. La genèse de cet événement est particulièrement bien expliquée dans les souvenirs de Jacques Benoist-Méchin, A l’épreuve du temps  : là encore, l’idée de se concilier la France en honorant un Napoléon, ne fonctionne pas.

15 décembre 1948 : Zoé fonctionne (Fort de Chatillon). La première pile atomique française entre en fonction et est inaugurée par le Président de la République Vincent Auriol.




Chronique historique : 12 décembre

12122014

12 décembre 1202 : Pérouse bat Assise (Italie).  Le futur saint François d’Assise, alors jeune homme (21 ans), plein de fougue et loin d’être saint, part combattre la cité rivale de Pérouse.  Arrivés fatigués devant les remparts, après une cavalcade enthousiaste de près de 16 kms, les Assisiates se font tailler en pièces par les Pérousiens à Collestrada sur les bords du Tibre. François est fait prisonnier car il possède un cheval et passe donc pour noble. Il reste prisonnier un an et n’est libéré qu’après l’intervention de son père, le riche commerçant Bernardone.

12 décembre 1677 : bataille de Tabago (actuelle République de Trinité et Tobago). Le vice-amiral d’Estrée reprend Tabago aux Hollandais. Dans l’attaque, l’amiral hollandais Binckes est tué. L’ile devient anglaise en 1797 et le reste jusqu’à son indépendance en 1962.

12 décembre 1773 : naissance de Surcouf (Saint Malo). Marin dès 13 ans sur des navires de commerce, il apprend vite le métier dans l’Océan indien. Officier avant 20 ans pour belle conduite au feu puis lors d’un naufrage, il se voit confier par des armateurs un brick armé pour la guerre de course. Sa carrière de « roi des corsaires » commence. Courageux, inventif, humain, il devient grâce à de nombreux exploits la terreur des marins anglais. Il lui arrive régulièrement d’être victorieux en combattant à 1 contre 3. Ayant une conception de l’action navale opposée à celle de Bonaparte (guérilla / combat d’escadres), il décline une offre de commandement du 1er consul et préfère poursuivre ses activités pour son propre compte. Enrichi, il devient armateur. L’imagerie populaire n’a retenu que ses campagnes héroïques, négligeant son implication dans la traite négrière. Une répartie célèbre du corsaire à un marin anglais qui lui reprochait de se battre pour l’argent et non pour l’honneur : « Chacun se bat pour ce qu’il n’a pas ! »

12 décembre 1793 : bataille du Mans. Pourchassés par les bleus (Républicains), les Vendéens de La Rochejaquelein ont pris le Mans (10/12) où ils se sont réfugiés. Epuisés par la traque, ils se laissent surprendre par les Républicains de Westermann. Le combat vire au massacre et 15000 Vendéens sont tués, hommes, femmes et enfants.

12 décembre 1899 : création des batteries mixtes d’artillerie (Indochine). A l’initiative du général Borgnis Desbordes et du gouverneur de l’Indochine, Paul Doumer, des batteries mixtes sont créées. Composées d’européens et d’annamites, elles portent de 9 à 14, le nombre de batteries présentes en Indochine.

12 décembre 1953 : évacuation de Lai Chau (Indochine). L’armée française évacue le camp retranché de Lai Chau, laissant celui de Dien Bien Phu poursuivre sa montée en puissance. La plupart des évacuations par la piste Pavie seront détruites par la division VM 316.

12 décembre 1991 : premier vol du Rafale marine (Istres).




Décision du Conseil constitutionnel : éligibilité des militaires

10122014

L’ANOCR a diffusé les documents liés à la décision du Conseil Constitutionnel  se prononçant  en faveur de l’éligibilité des militaires au sein des conseils municipaux.

Les documents figurent ci-après : dossier, commentaires et décision proprement dite.

fichier pdf DOSSIER DOCUMENTAIRE ELIGIBILITE CC 28 NOV 2014

fichier pdf COMMENTAIRES DECISION CC ELIGILITE MILITAIRES 28 NOV 14

fichier pdf ELIGIBILITE DES MILITAIRES DECISION CC 28 NOV 2018




Chronique historique : 10 décembre

10122014

10 décembre 1260 : bataille de Homs (actuelle Syrie). Huleghu, petit-fils de Gengis Khan, est battu par Baybars et ses Mamelouks.

10 décembre 1710 : bataille de Villaviciosa. (Espagne). Durant la guerre de succession d’Espagne, envoyé par Louis XIV au secours de son petit-fils Philippe V d’Espagne, le Duc de Vendôme défait une armée anglo-autrichienne et redonne confiance à la nation espagnole.

10 décembre 1941 : destruction de la force Z (au large de Singapour). Apprenant l’attaque surprise de Pearl Harbour, la flotte britannique en Malaisie (force Z) appareille pour attaquer les Japonais suspectés de vouloir débarquer à Kuantan (Malaisie). L’amiral Philipps ne dispose d’aucun appui aérien mais estime en accord avec ses officiers qu’il vaut mieux surprendre l’ennemi en plein débarquement plutôt que de l’attendre. La flotte japonaise n’a d’ailleurs pas de porte-avions. Pourtant la tentative de surprise échoue et c’est l’inverse qui se produit : un hydravion et un sous-marin japonais repèrent les deux cuirassés anglais, HMS Walse et Repulse. Alerté, le contre-amiral Matsunaga fait décoller depuis les bases occupées en Indochine une cinquantaine de bombardiers qui une fois sur leurs cibles ne disposent que de quelques minutes d’autonomie pour les bombarder. L’amiral Philipps coule avec sa flotte. Avant de sombrer à bord du Prince of Wales, il a tout de même réussi à éviter 17 torpilles… La voie vers Singapour est ouverte pour les Japonais et le Pacifique, libre de toutes marines alliées.

10 décembre 1944 : signature du traité d’alliance et d’assistance franco-soviétique (Moscou). De Gaulle, président du GPRF (gouvernement provisoire de la République française) signe avec Staline un traité principalement dirigé contre l’ennemi commun, l’Allemagne, qu’il faut abattre puis qu’il faudra surveiller. La veille, le général de Gaulle a visité les blessés du Normandie-Niemen et remis la Croix de la Libération au régiment.




Chronique historique : 9 décembre

9122014

9 décembre 1582 : passage au calendrier grégorien. (En France). Le pape Grégoire XIII décide en octobre, d’abandonner le calendrier julien (utilisé depuis l’an – 46) pour corriger la dérive de 10 jours induite par 15 siècles de pratique. Le roi de France, Henri III, l’adopte le 9 décembre pour son royaume et ses dépendances. Le lendemain du 9 est donc cette année-là, … le 20 décembre. Le calendrier grégorien tout en étant plus exact que le précédent n’est pas mathématiquement parfait et occasionne lui aussi une dérive d’un jour tous les 10 000 ans.

9 décembre 1710 : bataille de Brihuega (guerre de succession d’Espagne). Louis XIV a envoyé le duc de Vendôme à la rescousse de Philippe V réfugié à Valladolid. Celui-ci a été chassé de son trône par une coalition anglo-autrichienne conduite par le maréchal Starhemberg et le comte Stanhope. Apprenant que ces derniers se sont temporairement séparés au pied des montagnes de Brihuega, Vendôme saisit l’occasion qui lui est offerte d’affronter un ennemi à sa portée et se rue sur le détachement isolé de Stanhope après une marche de nuit conduite à très vive allure. La coalition est totalement prise de cours par la vitesse de ce déplacement et les anglais, surpris, doivent se battre seuls. Au terme de violents combats au corps-à-corps au cours desquels Vendôme et Philippe se battent en première ligne, Stanhope et l’essentiel de ses forces se rendent.

 9 décembre 1992 : débarquement des forces de « Restore Hope » (US) et Oryx (F). (Somalie). Après une nouvelle détérioration de la situation sécuritaire et humanitaire en Somalie, le Conseil de sécurité de l’ONU autorise l’envoi d’une Force d’intervention unifiée (sous commandement américain) afin de garantir un environnement sûr pour l’acheminement de l’assistance humanitaire. Le premier échelon (dont une compagnie du 2ème REP) débarque sur la côte près de Mogadiscio sous les caméras des médias internationaux. Jusqu’à 40 000 soldats (dont 3500 français) tenteront de rétablir la paix, entre les clans armés qui dévastent le pays. Les pertes s’élèvent à 150 soldats tués de décembre 1992 à mars 1995. La forte médiatisation de cette opération fut à double tranchant : les succès opérationnels du début furent rapidement effacés par les incidents et le rapatriement précipité des « boys ». Cependant, aujourd’hui, grâce à Hollywood, l’image générique de cette opération reste le film La chute du faucon noir de Ridley Scott qui met en avant les actes d’héroïsmes américains.







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles