• Accueil
  • > Archives pour octobre 2014

Chronique historique : 20 octobre

20102014

20 octobre 1587 : bataille de Coutras (près de Périgueux). Le futur Henri IV est encore Henri de Navarre, le protestant, lorsqu’il remporte l’éclatante victoire de Coutras contre les troupes du roi (Henri III) emmenées par le duc de Joyeuse : Sa victoire coûte cher aux catholiques, qui ayant lancé de trop loin leur charge de cavalerie arrivent désorganisés et fatigués sur la ligne protestante renforcée d’arquebusiers et de deux couleuvrines (canons). Henri de Navarre se bat très courageusement et n’a pas besoin de galvaniser ses troupes qui animées du désir de vengeance écrasent les catholiques en à peine deux heures de bataille. Navarre, en fin politique et héritier du trône, fait cesser le massacre, libère ses prisonniers et fait célébrer une messe pour le duc de Joyeuse mort au combat. Coutras est un bon exemple de victoire tant tactique que politique car le vainqueur sur le terrain en ne poussant pas militairement son avantage, ménage le vaincu et surtout le fait habilement savoir.

20 octobre 1805 : victoire d’Ulm. Le général autrichien Mack capitule à Ulm, rendant à Napoléon 25 000 hommes dont 18 généraux, 40 drapeaux et 63 canons.

20 octobre 1827 : bataille de Navarin (dans les eaux Grecques). La Grèce s’étant révoltée contre l’Empire Ottoman est durement reprise en main ce qui suscite beaucoup d’indignation en Europe. Une flotte constituée par le Royaume-Uni, la France et la Russie est envoyée en Grèce afin d’attester de l’intérêt de l’Europe pour les événements en cours. Pour une raison qui fait encore débat, le combat s’engage avec la flotte ottomane qui sera détruite.

20 octobre 1918 : création de l’armée du Danube. Confiée au général Henri Berthelot, chef d’état-major de Joffre en 1914 et grand réorganisateur de l’armée roumaine (1916), l’armée du Danube combat les bolcheviks en Bessarabie.

20 octobre 1954 : c’est la date butoir que choisit le colonel Robert Bonnafous dans sa thèse de doctorat (1985 – Montpellier III) sur les prisonniers français dans les camps viet minh pour faire le bilan des pertes en Indochine : Entre 1945 et cette date, il estime qu’un prisonnier sur deux a disparu en détention. Le nombre de disparitions pouvant atteindre 72% dans certains camps et notamment ceux des prisonniers de Dien Bien Phu.

Vient de paraître : 

201014

 

Sur les traces du général Berthelot, de Michel Roussin.




Restructurations : les Mesures 2015

18102014

181014

 

Vous êtes sûrement au courant des mesures annoncées par le MINDEF il y a trois jours. Elles ont largement circulé sur le net mais sont disponibles – dans leur version et leur sabir officiels – ci-après :

fichier pdf Dossier thématique Restructurations 2015

fichier pdf Restructurations 2015 Message du ministre de la Défense

Même si elles étaient prévisibles comme conséquence de la nouvelle LPM et, pour certaines connues par des indiscrétions, elles font toujours mal au coeur des soldats et de leurs familles qui savent que pour « être, il faut durer », à l’échelle d’un pays comme à celle de ses défenseurs. Et que la transformation nécessaire et urgente d’un pays ne repose pas que sur le sacrifice commode et renouvelé des plus discrets de ses fils et filles.

Elles font mal aussi à nos territoires, marqués par l’Histoire et aujourd’hui transformés en déserts militaires. Alors même que le monde n’a jamais été aussi dangereux, mêlant l’accroissement des risques et le retour des menaces, et que les « âmes » européennes n’ont jamais été aussi désarmées.

Elles font mal, enfin, à cause de ce choix, malsain et contre-productif, de l’annualité des annonces et de l’échenillage des mesures, de cette incapacité à nous dire la vérité en face, nous qui voyons tous les jours, en opération comme dans les garnisons, l’état du monde et celui de notre pays.

Nous y reviendrons.




Chronique historique : 17 octobre

17102014

17 octobre 1748 : fin du siège britannique de Pondichéry (Inde). Après 58 jours de siège, l’armée britannique, emmenée par Boscawen, décide de quitter Pondichéry qu’elle ne peut pas prendre aux Français, dirigés par l’administrateur de la colonie, Joseph François Dupleix. Ce n’est que partie remise puisque la France perd le comptoir au profit de l’Angleterre, 13 ans plus tard faute d’avoir suffisamment soutenu Dupleix. France et Angleterre se disputent le comptoir jusqu’en 1816, date à laquelle Pondichéry redevient française et le reste jusqu’en 1962, année de sa cession à l’Inde.

17 octobre 1777 : bataille de Saratoga ( Etats-Unis – Etat de New-York) ). Le général anglais Burgoyne se rend avec ses 5000 hommes au général Gates commandant quelques 20 000 insurgents américains. Cette défaite anglaise est le tournant de la guerre d’indépendance et incite le roi de France à apporter son aide aux indépendantistes américains.

17 octobre 1781 : bataille de Yorktown (Etats-Unis – Virginie). Le comte de Rochambeau et Georges Washington unissent leurs efforts pour l’ultime assaut des dernières redoutes anglaises de Yorktown.

17 octobre 1793 : défaite vendéenne de Cholet. L’armée catholique vendéenne est battue dans le combat le plus important de la guerre.

17 octobre 1806 : combat du pont de Halle. La division Dupont, réduite au 32e de ligne et à un bataillon du 9e, bat le corps de réserve prussien fort de 20 000 hommes, et s’empare du pont de Halle, prenant 5000 prisonniers, 4 drapeaux et 30 canons.

17 octobre 1961 : manifestation parisienne tragique. La guerre d’Algérie se traduit en France par de nombreux attentats et meurtres de policiers commis par le FLN. La FPA (force de police auxiliaire) pratique en retour une répression particulièrement dure à l’encontre de la communauté algérienne en France. Constituée d’Algériens formés au combat urbain et anti-terroriste, la FPA est issue de l’armée et a été utilisée durant la bataille d’Alger. Les dirigeants du FLN poussent, le 17 octobre, la communauté algérienne à manifester alors que le préfet de Paris, Maurice Papon, ayant reçu des ordres du gouvernement, interdit la manifestation et « couvre » moralement et par avance les policiers chargés de la réprimer. Selon les sources, entre 30 et 300 manifestants sont tués. L’événement fait encore débat.

171014

Parution du n°275 de la RHA sur le thème Retour sur 1944

 




Chronique historique : 16 octobre

16102014

16 octobre 1690: début de la bataille de Québec (Nouvelle France, actuel Canada). Les Britanniques aidés de colons américains débarquent à Beauport sur le Saint Laurent et tentent de prendre la ville de Québec défendue par le comte de Frontenac. Lorsque ce dernier, reçoit l’émissaire de Phips, il  lui fait croire que la garnison est fortement défendue et déclare crânement que sa seule réponse viendra de « la bouche de ses canons ». Dissuadé d’attaquer, Phips fait bombarder la ville depuis ses bateaux, sans grands dommages. Sa flotte, à l’inverse, reçoit quelques boulets qui l’incitent à lever l’ancre. Puis une série de violents orages cause des dégâts aux navires, qui s’ajoutant à la maladie (variole), décident Phips à rentrer au Massachusetts.

16 octobre 1813 : début de la bataille de Leipzig (Allemagne). Regroupées dans une sixième coalition, les armées européennes affrontent Napoléon à Leipzig. Connue sous le nom de bataille des Nations, Leipzig est la plus grande confrontation de troupes durant l’Empire (200 000 français contre plus de 300 000 coalisés). Même si l’Empereur n’est pas complètement vaincu, il doit se replier pour préparer la campagne de France qu’il anticipe. Ses pertes sont inférieures à celles des ennemis mais ceux-ci considèrent que la victoire leur appartient dès lors que l’empereur quitte Leipzig (19 octobre).  Napoléon perd tout de même … 60 000 hommes (morts et blessés).

16 octobre 1815 : Napoléon Ier débarque à Sainte-Hélène (Océan Atlantique Sud). Début de l’exil définitif.

16 octobre 1956 : arraisonnement de l’Athos (Méditerranée) . L’aviso-dragueur Commandant de Pimodan intercepte dans les eaux internationales (au large d’Oran) un cargo égyptien transportant 70 tonnes d’armes destinées aux bases du FLN installées au Maroc..




Chronique historique : 15 octobre

15102014

15 octobre 1760 : bataille de Clostercamp (Allemagne). Durant la guerre de Sept anss, le marquis de Castries bat le prince de Brunswick à la tête d’une coalition principalement prusso-anglaise. La victoire est permise par le régiment d’Auvergne qui donne l’alerte et se sacrifie laissant le temps aux Français de réorganiser le dispositif face à l’attaque.

15 octobre 1805 : bataille de Michelsberg. En prenant d’assaut le village bavarois, Napoléon fait sauter le verrou de la ville d’Ulm qui se rend 5 jours plus tard. La manœuvre en elle-même est belle : Napoléon avec des troupes inférieures en nombre, bat les Autrichiens du général Mack que l’espion Schulmeister a probablement intoxiqué.

15 octobre 1894 : arrestation du capitaine Dreyfus. L’écriture de Dreyfus ressemblant fortement à celle couvrant un document retrouvé chez l’attaché de Défense allemand à Paris conduit à l’arrestation du capitaine.

15 octobre 1917 : exécution de Mata Hari (Vincennes). Margaretha Zelle, hollandaise dont le surnom malais Mata Hari (l’œil du ciel= le soleil) est devenu un synonyme d’espionne, est un agent double travaillant plus ou moins en dilettante pour les Allemands et les Français. Elle épouse un officier écossais, Mac Leod dont elle divorce après un séjour en Malaisie. Jeune femme romanesque, collectionnant les amants et ayant besoin d’argent pour son train de vie, elle est vite engagée par le service de renseignement allemand. L’agent H21 gagne alors Paris. Repérée par le contre-espionnage français, Mata Hari accepte de travailler aussi pour la France. Elle reçoit une mise en garde des britanniques tant son comportement devient dangereux pour elle. Probablement pour la punir de son double jeu, le service de renseignement allemand laisse intercepter un message secret qui la désigne clairement comme espionne. Son procès s’ouvre au moment où la France doute et cherche à se ressaisir. Cette affaire d’espionnage en est une occasion. Bien que l’activité d’espionnage de Mata Hari soit avérée, il semble que les informations communiquées par elle, n’aient pas eu grande valeur. Elle est fusillée à Vincennes où elle affronte dignement son peloton d’exécution. Voir la Revue Historique des Armées n°247 – le dossier Mata Hari par Frédéric Guelton.

15 octobre 1945 : exécution de Pierre Laval (Prison de Fresnes). Homme politique talentueux de la III ème République, Laval est l’un des piliers de l’État français et de la Révolution nationale. Animal politique par excellence, Laval choisit la collaboration avec l’Allemagne estimant que le point de non-retour n’existe pas en politique. Devenu l’instrument du Reich en France, il finit par indisposer un certain nombre de Vichystes. Totalement compromis, il part en Allemagne en aout 1944 puis fuit en Espagne où il est arrêté. Après son procès, il tente de se suicider pour ne pas tomber sous des balles françaises. Il est ranimé puis fusillé.

15 octobre 1946 : suicide d’Hermann Goering (Nuremberg). Goering avale une capsule de cyanure et échappe à la pendaison prévue dans la nuit. Ribbentrop, Keitel, Franck,… sont quant à eux exécutés.

15 octobre 1973 : contre-attaque israélienne en Égypte. Grâce à l’action de « guérilla blindée » de la brigade Barak, freinant l’offensive syrienne dans le Golan le temps de mobiliser les réserves, les forces israéliennes peuvent reporter leur effort contre les Égyptiens. Les troupes blindées du général Ariel Sharon passent le canal de Suez vers l’ouest et établissent une tête de pont qui menace la vallée du Nil et Le Caire. Elles encerclent ainsi la IIIème armée égyptienne qui s’était aventurée de l’autre côté du canal, dans la péninsule du Sinaï. 2 000 chars égyptiens sont détruits. A l’appel de l’ONU, l’Égypte acceptera un cessez-le-feu le 23 octobre, puis la Syrie le lendemain. Seul l’Irak refusera toute négociation, n’ayant pas grand-chose à craindre des Israéliens vu l’éloignement du front (d’autant plus que la puissance militaire israélienne a été sérieusement remise en cause au début de ce conflit) se plaçant ainsi en nouveau champion du monde arabe au moment où l’Égypte s’apprête à négocier…

 




Chronique historique : 14 octobre

14102014

14 octobre 1066 : bataille d’Hastings (Angleterre). Guillaume, duc de Normandie a débarqué depuis deux semaines dans le Sussex et a fait construire une place forte dans l’urgence afin d’attendre le retour du roi Saxon Harold. Ce dernier vient d’écraser les forces Viking (roi norvégien Harald) débarquées dans le Nord de l’Angleterre à hauteur de York. Fatigués, par l’aller-retour qu’imposent ces deux débarquements, les 7500 combattants Saxons surprennent par leur bonne tenue dans le début du combat qui s’engage. Les 7000 Normands sont presque vaincus en fin de matinée. La rumeur de la mort du duc de Normandie se propage dans les rangs et terrasse psychologiquement les envahisseurs. Guillaume se place alors sur le devant des troupes pour se faire reconnaitre et conduit un nouvel assaut. Cependant, c’est l’action « commando » de quatre de ses chevaliers contre Harold (roi saxon) qui est décisive : ayant percé intentionnellement la ligne de défense juste devant lui, ils le tuent et provoquent la débandade saxonne. Guillaume est couronné roi d’Angleterre en décembre.

14 octobre 1543 : Barberousse hiverne à Toulon avec sa flotte. Suite à l’accord passé entre Soliman et François Ier, le corsaire musulman passe l’hiver à Toulon d’où la population a été évacuée … et la cathédrale transformée en mosquée. Cette alliance de revers connue sous le nom de Capitulations (signature entre 1528 et 1536) vise  à affaiblir la maison d’Autriche et instaure dans les faits, la vocation de la France à protéger les chrétiens d’Orient.

14 octobre 1702 : victoire de Friedlingen (Allemagne). Le duc de Villars bat les Impériaux du prince de Bade et gagne ainsi son bâton de maréchal.

14 octobre 1806 : victoires d’Iéna et Auerstadt (Allemagne). Napoléon à Iéna et Davout à Auerstadt anéantissent la réputation de l’armée prussienne mise en déroute. Murat s’illustre en rattrapant à Weimar l’artillerie et la logistique prussienne en fuite. La reine Louise de Prusse, « âme damnée » de la guerre, parvient toutefois à s’enfuir par une porte de la ville alors même que les Français entrent par l’autre. Cette double victoire ouvre la route de Berlin. Clausewitz quant à lui est fait prisonnier à Auerstadt.

14 octobre 1918 : Adolphe Hitler est blessé (Ypres – Belgique). Affecté au 16ème régiment d’infanterie bavarois, le caporal Hitler est blessé au front pour la deuxième fois. Une attaque britannique au gaz moutarde sur le saillant d’Ypres le rend momentanément aveugle. Il est évacué sur un hôpital en Poméranie où il apprendra la capitulation allemande.

14 octobre 1939 : le cuirassé Royal Oak est coulé à l’ancre par un sous-marin allemand dans Scapa Flow (iles Orcades – Ecosse).  L’amiral Donitz commandant la flotte allemande veut frapper fort dès l’entrée en guerre et ordonne une opération spectaculaire contre la base britannique. L’U47 du commandant Prien parvient à pénétrer de nuit dans Scapa Flow malgré les courants très forts et les obstacles destinés à la protéger des attaques de sous-marins. Curieusement, l’explosion de la première torpille n’alerte pas les britanniques qui pensent plutôt à un accident. Ce n’est que 10 minutes plus tard, lors de la seconde salve que la chasse au sous-marin est lancée. Prien parvient à s’échapper. Churchill dans ses mémoires de guerre lui rend hommage, considérant que l’attaque est un fait d’armes de l’ennemi. Churchill était à ce moment ministre de la marine et venait d’inspecter les défenses de Scapa Flows…

14 octobre 1962 : découverte de rampes de missiles à Cuba. Un avion espion U2 repère 36 missiles SS-4 capables chacun de délivrer 1 mégatonne à 2000 km. Les USA sont à portée de tir nucléaire des soviétiques en quelques minutes.

 




Chronique historique : 13 octobre

13102014

13 octobre 1837 : prise de Constantine (Algérie). Louis-Philippe 1er ordonne la prise de Constantine pour effacer le cuisant échec du Maréchal Clauzel, un an plus tôt, (1836) devant les remparts de la ville défendue par Hadj Ahmed Bey. 16 000 soldats commandés par le général Danrémont mettent le siège à Constantine et finissent par investir la ville grâce à la colonne d’assaut du lieutenant-colonel Lamoricière qui escalade la brèche pratiquée par l’artillerie dans le mur d’enceinte. Les troupes du génie ont, à cette occasion, appuyé la progression des assaillants au prix de lourdes pertes en faisant exploser barricades et murs.

13 octobre 1860 : chute de Pékin (2ème guerre de l’opium). Au terme d’un siège commencé le 5 octobre, les forces franco-britanniques font tomber les dernières défenses chinoises et investissent la cité, contraignant l’Empereur Xianfeng à la fuite. C’est le prélude au pillage du Palais d’été le 17 octobre suivant.

13 octobre 1951 : bataille de Crève-cœur (Corée). Depuis le 12 septembre, le 23 RI américain tente de prendre sans succès le mont Heartbreak ridge (Crève-cœur) tenu par un bataillon chinois. Le chef de bataillon Le Mire qui commande le BF/ONU. Le LCL Monclar (Magrin-Vernerey de son vrai nom)  est placé à la tête de l’état-major des Forces terrestres (EMFTF) qui coiffe le bataillon et qui est chargé, grâce à la dizaine d’officiers spécialistes qui le composent de faire du RETEX sur les opérations de Corée. Cet organisme en raison des nombreuses frictions entre les officiers de l’EMFTF et ceux du BF/ONU et des dysfonctionnements dans la chaîne de commandement qu’il provoque est dissous au mois de novembre 1951 ». CDT Ivan Cadeau (SHD/DREE).

A lire :

141014

« La guerre de Corée et ses enjeux stratégiques de 1950 à nos jours », ouvrage collectif traitant d’aspects souvent méconnus du conflit coréen.

A noter les contributions du COL Michel Goya et du CDT Ivan Cadeau.




15 octobre : concert du GMP au profit des blessés en opération

8102014

flyer2014

Le concert du gouverneur militaire de Paris est organisé au profit des blessés en opérations et des familles des soldats morts au combat par la réserve citoyenne d’Ile-de-France.

En la cathédrale Saint-Louis des Invalides, le mercredi 15 octobre 2014 à 20h00, musique classique et chants militaires seront orchestrés par la musique de la brigade de sapeurs-pompiers de Paris.

Le concert sera suivi d’un cocktail dans les salons du GMP.

L’ensemble des dons sera reversé à l’association Terre Fraternité.

Pour toute inscription (obligatoire pour accéder à l’évènement), il suffit de retourner le coupon réponse (fichier pdf Coupon réponse) complété et accompagné du règlement à l’adresse indiquée sur le coupon.

Si vos services vous le permettent, je vous joins le flyer du concert pour une mise en ligne (idéalement accompagnée du coupon réponse téléchargeable).

 

 







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles