Chronique historique : 7 octobre

7 10 2014

 

071014

Le général Louis-Charles Antoine DESAIX

7 octobre 1571 : bataille de Lépante (Golfe de Corinthe – Grèce). La Sainte Ligue voulue par le Pape Pie V à la suite du massacre de 20 000 chrétiens de Nicosie (Chypre) par les Ottomans provoque la constitution d’une flotte de combat chrétienne imposante (220 navires venant d’Espagne, de Venise, de Savoie, de Gênes et des états pontificaux) qui lors de la fameuse bataille détruit presque complètement la flotte ottomane (240/300). Si le coup d’arrêt infligé aux Ottomans en Méditerranée occidentale est stratégiquement et religieusement magistral, il est économiquement néfaste et porte un coup au commerce que Venise entretenait traditionnellement avec l’Orient. La victoire semble principalement due aux 6 galéasses vénitiennes (gros navires équipés de canons tirant tous azimuts) et à l’action décisive du fils de Charles Quint, Don Juan d’Autriche qui aborda la galère du chef Turc Ali Pacha, le fit décapiter et ficha sa tête au sommet du mat : l’effet psychologique sur les Ottomans fut radical. Durant cette bataille Cervantès, jeune soldat espagnol et futur auteur de Don Quichotte , perd l’usage de sa main gauche.

7 octobre 1798 : bataille de Sediman (Egypte). Le général Desaix avec près de 3000 hommes remonte le Nil à bord d’une flottille poursuivant les Mamelouks de Mourad Bey. Ceux-ci, après quelques escarmouches tentent un assaut massif (au moins 4000 cavaliers) contre les Français qui forment immédiatement le carré. La cavalerie mamelouke se brise contre les carrés de fantassins extrêmement disciplinés et coordonnés. Mourad Bey change de tactique et décide de grouper ses canons pour entamer les défenses françaises. Desaix commande au capitaine Rapp d’empêcher la manœuvre et de conquérir l’artillerie adverse. Aussitôt fait !

7 octobre 1800 : prise du Kent par Surcouf (Océan indien). Le corsaire français Robert Surcouf, à bord de la Confiance réalise l’un de ses plus grands exploits. Il s’attaque au Kent, navire trois fois plus grand et mieux armé que le sien. A la surprise des Anglais,  la Confiance passe à l’abordage et les Français s’en rendent maître alors qu’ils combattent à 1 contre 3. Autre date avancée : 31 Aout.  Le peintre, marin et écrivain Ambroise Garneray faisait partie de l’équipage de Surcouf lors de l’abordage.

7 octobre 1870 : Léon Gambetta, quitte Paris en ballon. Il vole vers Tours pour aller organiser la guerre en province.

7 octobre 1886 : combat de Cho Chu (Tonkin- actuel Vietnam). Le capitaine Dallier après un raid d’infiltration de 3 jours vers la base des Pavillons noirs (à plus de 80 km de Tuyen Quang) leur inflige une sévère défaite sans aucune perte pour son détachement (72 tirailleurs et 12 légionnaires).

7 octobre 1947 : opération Léa (Indochine). Afin de capturer Ho Chi Min et couper le Viet min de son ravitaillement en Chine, 3 bataillons de parachutistes (1er Bataillon de Parachutistes de Choc, III/1er RCP et I/1er RCP) sont largués entre Bac Kan et Cao bang. Plus de 1000 hommes organisés en une demi-brigade parachutiste.  Malgré le bouclage (jusqu’au 20 novembre) organisé par le général Salan, le gros des troupes Viet s’échappe ainsi que tout leur état-major.

Commentaire : « Léa  a engagé beaucoup plus de moyens que la seule demi brigade parachutiste. Il y avait un fort groupement motorisé, sous les ordres de Beaufre, qui a réoccupé toute la Haute Région jusqu’à Cao bang  à partir de la RC 4, le groupement Communal entre Tuyen Quang et Bac Kan, en gros, sur la RC 3 et un groupement amphibie, depuis Hoa Binh qui verrouillait, depuis le Fleuve Rouge, la jonction possible entre la Haute Région  et le pays thaï. Il s’agissait d’encercler totalement le Viet Bac, soit la Haute Région dans le triangle Tuyen Quang -  Lang Son – Bac Kan, avant de la passer au peigne fin d’un ratissage généralisé. Ce faisant, le commandement espérait détruire toute l’infrastructure politico-militaire du Viet minh. Malheureusement Valluy, commandant en chef, a  été contraint de revoir ses ambitions à la baisse, la métropole ne pouvant pas lui fournir les 20 000 hommes de renfort dont il avait besoin. D’où, une opération montée avec des moyens disproportionnés eu égard aux objectifs recherchés et donc, fatalement, l’échec ».  LCL (ER) Claude Franc (CDEF)

7 octobre 1967 : arrestation de Che Guevara (Bolivie).


Actions

Informations



Laisser un commentaire




''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles