Un ouvrage sur l’économie de Défense

28052014

Le siège informe ceux que ce thème intéresse  de la parution d’un Repères (collection La Découverte fichier pdf Economie de la défense) consacré à l’économie de la défense.

Co-écrit par Jean-Michel Oudot, Renaud Bellais et Martial Foucault, il synthétise la littérature et les principaux résultats empiriques dans ce domaine.

Vous trouverez en PJ et sur le lien suivant des informations complémentaires :

http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-_conomie_de_la_defense-9782707158895.html 

Le commentaire d’un blog spécialisé dans le domaine de la défense à son sujet est disponible à l’adresse suivante :

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2014/01/23/livre-economie-de-la-defense-11080.html 

Une interview télévisée a été réalisée par la chaîne Xerfi Canal avec l’accès ci-dessous :

http://www.xerficanal.com/emission/Renaud-Bellais_Jean-Michel-Oudot_Defense-une-industrie-strategique-pour-la-France_1418.html




Chronique historique : 27 mai

27052014

tsushima_Russian_fleet

La flotte russe à Tsushima

27 mai 1905 : bataille navale de Tsushima (entre le Japon et la Russie). La situation militaire de la Russie en guerre contre le Japon se dégradant en Extrême-Orient, Nicolas II décide l’envoi d’une escadre de secours (4 cuirassés à peine achevés, 11 cuirassés et croiseurs anciens ou hors d’âge, 9 destroyers). Partie de la Baltique, aux ordres de l’amiral Rodjestvensky, l’escadre parvient à l’entrée du détroit de Corée en vue de l’île de Tsushima le 27 mai 1905, après un périple de sept mois de navigation épuisante pour contourner l’Afrique puis traverser l’océan Indien et les mers de Chine. Elle est attendue par l’amiral Tōgō  avec 4 cuirassés, 8 croiseurs cuirassés, 14 croiseurs et 21 torpilleurs. Le tir japonais, très précis, disloque les trois lignes russes. En quelques heures, les quatre cuirassés de tête sont mis hors de combat. Rodjestvensky, blessé, est fait prisonnier. Son remplaçant Nebogatov capitule avec les rares bâtiments rescapés le 28 mai au matin. Seuls un croiseur et deux destroyers rallieront Vladivostok. Le reste de l’escadre russe est coulé, capturé ou interné. Les Russes comptent 5 000 morts, 6 000 prisonniers et 700 blessés, contre seulement 600 hommes mis hors de combat pour les Japonais. Cette victoire japonaise eut un grand retentissement à l’époque en Asie et fit entrer le Japon dans les grandes puissances maritimes.

27 mai 1913 : naissance de Jesse Glenn Gray (Pennsylvannie). Ecrivain et philosophe américain qui effectue la Seconde guerre mondiale dans le contre-espionnage durant la campagne d’Italie et de France. Auteur du désormais classique « Au combat – Réflexions sur les hommes à la guerre« , il dresse un portrait fin et émouvant  de l’homme confronté à la peur et la violence, présentant avec une grande clarté ses pensées sur la mort, le courage, la lâcheté, l’ennemi, la culpabilité, la fraternité, le sacrifice,…  Gray écrit 10 ans après la guerre en s’appuyant sur les notes prises à l’époque. La force de son témoignage de « soldat » est intacte, gagnant même  en profondeur grâce à l’analyse rétrospective du philosophe. Comme Ernst Jünger, il avoue une fascination involontaire pour le déchainement de la puissance mais, tout en n’étant pas un rêveur irresponsable, dénonce aussi l’absurdité de l’homme qui tue l’homme .

27 mai 1918 : Ludendorff attaque au chemin des dames. Après les échecs dans ses tentatives de percée du front occidental en Artois et dans la Somme, Ludendorff lance son ultime attaque dans la région du Chemin des Dames, théâtre de la coûteuse offensive Nivelle un an plus tôt. Les Stosstruppen (troupes d’assaut) reprennent en 1 jour le terrain conquis en 1 an par les Français et ne seront arrêtés que sur la Marne à la fin du mois, grâce à l’engagement précipité des premières unités américaines : c’est le « Caporetto » de la France.

27 mai 1941 : la fin du Bismarck.  (Atlantique Nord). Poursuivi depuis son repérage au nord de l’Islande, après avoir coulé le HMS Hood le 24 mai (seulement 3 survivants parmi l’équipage), le  puissant cuirassé allemand Bismarck est coulé avec 2200 matelots (110 survivants). La Kriegsmarine va désormais éviter d’exposer au même son navire jumeau: le Tirpitz.

27 mai 1942 : opération commando contre Heydrich (Prague). Un commando de parachutistes tchèques, ayant fui l’invasion allemande en France puis au Royaume-Uni, est largué d’un Halifax au-dessus de la Tchécoslovaquie entre décembre 1941 et mars 1942. Après avoir repéré les habitudes du « boucher de Prague », ils lui tendent une embuscade en pleine ville. Mortellement blessé par des éclats de grenades, Heydrich décède le 4 juin. Chef du RSHA (regroupant tous les services spéciaux), il était le bras droit d’Hitler et de Himmler pour la « solution finale ». La témérité de l’action qui lui coute la vie exaspère Hitler qui décide une série de représailles particulièrement sanglantes contre la population. Le commando bénéficie de la protection d’une écrasante majorité de Tchèques mais est trahi par un des siens, appâté par la récompense de 10 millions de couronnes. Les paras tchèques retranchés dans une crypte orthodoxe, se battent jusqu’au bout, se réservant leur dernière cartouche.

27 mai 1995 : reprise du poste de Verbanja. (Sarajevo). La section Heluin du BATINF 4, déployé au centre de Sarajevo (constitué autour d’un noyau du 3e RIMa), reprend le poste tenu par le bataillon au débouché du pont de Verbanja, capturé traitreusement le matin même par des paramilitaires serbes de Bosnie. C’est la première action résolument offensive de la FORPRONU. Deux soldats sont tués au cours de l’opération commandée par le capitaine Lecointre. La section est montée à l’assaut dans des conditions contraignantes (pas d’appui lourd pour éviter les dommages collatéraux dans ce quartier très peuplé).




Concert à l’école militaire le samedi 14 juin à 17h30

27052014

Les associations « Le Cercle d’Etudes d’Histoire militaire de Senlis » et « Le Concert de Monsieur de saint-George » vous convient au concert donné par la musique de l’armée de terre, la mezzo-soprano Floriane Edeline et le baryton Jean-Guy Sartori (invitation en pièce jointe   fichier pdf 2014_06_14_Concert_flyer_V4).

Il se tiendra à l’Ecole militaire, 1 place Joffre (accès par l’entrée centrale face à la statue du Maréchal Joffre et de la Tour Eiffel).

Organisé dans la chapelle historique où Bonaparte a fait sa confirmation religieuse, le concert aura pour thème :

« La musique et le soldat autour du chevalier de saint-George ».

L’objectif  est de réunir des dons pour nos blessés en opérations. La totalité sera reversée à l’association Terre Fraternité (http://www.terre-fraternite.fr/) qui, outre ses actions propres, assure le lien avec le ministère de la défense pour engager les actions de solidarité.

Si vous ne pouvez pas être présents, votre générosité pourra aussi s’exprimer par voie postale. Le soutien des entreprises ou des associations que vous pourriez contacter sont bien entendu les bienvenues.

Nous vous serions reconnaissants de diffuser cette invitation auprès de vos proches et de vos amis pour que le succès de cette manifestation soit au rendez-vous.

Contact : COL F. Chauvancy

contact@defense-et-securite.org




Chronique historique : 26 mai

26052014

 

26 mai 1445 : création des compagnies d’ordonnance. Charles VII crée l’ébauche d’une armée permanente pour tenter de remplacer progressivement l’Ost royal.

26 mai 1807 : reddition officielle de Dantzig

26 mai 1940 : opération Dynamo (évacuation par bateau vers l’Angleterre). Les troupes franco-britanniques se sont repliées autour de Dunkerque face à l’avancée inexorable des Allemands et doivent maintenant traverser la Manche pour ne pas être détruites.  L’évacuation est dirigée depuis Douvres par l’amiral anglais Ramsay. Les premiers à êtres évacués sont les blessés et les non combattants. « Tout ce qui flotte en Manche est mobilisé » suivant les termes du contre-amiral Abrial qui commande les navires de guerre français. Navires de guerre, paquebots de la Manche, caboteurs, chalutiers, barges de la Tamise, remorqueurs, bateaux de plaisance sont rassemblés des deux cotés de la Manche et gagnent les plages et le port du camp retranché de Dunkerque afin d’évacuer les troupes alliées prises au piège.

26 mai 1942 : début de la bataille de Bir Hakeim. Du 26 mai au 11 juin 1942, la première brigade française libre du général Kœnig résiste pendant seize jours, aux attaques des armées motorisées italiennes et allemandes (Afrika Korps) du général Rommel. Ce répit, gagné par des Français libres, permit aux Britanniques, en mauvaise posture, de se replier et de triompher par la suite à El Alamein. Le général Saint-Hillier dira en octobre 1991 dans un entretien : « Il fallut qu’un grain de sable enrayât l’avance italo-allemande, qui n’atteignit El-Alamein qu’après l’arrivée des divisions britanniques fraîches : le grain de sable s’appelait Bir Hakeim. »

26 mai 2009 : inauguration de la base Camp de la paix (Emirats arabes unis – Abou Dabi). Suite à un accord entre la France et les E.A.U, une base française interarmées permanente a été créée en janvier 2008 afin de manifester le resserrement des liens entre les deux pays et en vue de protéger les intérêts français dans la région. Les composantes Terre et Mer sont stationnées à Abou Dabi (13ème DBLE et base navale de Mina Zayed). La composante Air est à Al Dhafra (BA 104 accueillant les Rafales de l’escadron Lorraine).




Chronique historique : 23 mai

26052014

 

23 mai 1430 : Jeanne d’Arc est capturée (Compiègne). Appelée à l’aide par les habitants de Compiègne qu’assiège Jean II de Luxembourg-Ligny, un allié des Bourguignons, Jeanne se précipite avec 400 hommes. Elle est encerclée par les Bourguignons qui la font prisonnière et finissent par la vendre aux Anglais.

23 mai 1592 : bataille de Craon (Ouest de la France). Le roi Henri IV perd une bataille face à la ligue catholique durant la 8ème guerre de religion. Les troupes d’Henri IV sont vaincues par le duc de Merceur qui vient briser leur siège devant Craon.

23 mai 1706 : bataille de Ramillies (actuelle Belgique). Le duc de Marlborough écrase les Français au cours d’une bataille qu’il mène avec une grande lucidité : il envoi des coups de sonde dans le dispositif du Maréchal de Villeroy qui poussent ce dernier à dégarnir son flanc. Profitant de la faiblesse décelée, l’Anglais attaque et inflige une très sévère défaite qui coute à Louis XIV ses possessions aux Pays-Bas espagnols. Les Français perdent 10 fois plus d’hommes que les Anglais.

23 mai 1793 : bataille de Famars (Nord de la France). Défaite française près de Valencienne face aux coalisés.

23 mai 1809 : bataille d’Alcaniz (Espagne). Le général Suchet vient tout juste d’être nommé à la tête de l’armée d’Aragon (5 avril). Pour sécuriser la zone, il attaque Alcaniz défendue par le général espagnol Joaquim Blake. Le sang-froid des défenseurs espagnols sauve la situation : parvenus fougueusement jusqu’aux dernières défenses, les Français se font surprendre par le tir de mitrailles à bout portant des artilleurs ennemis. La salve est si meurtrière que dans le flottement qui s’ensuit, un tambour sonne la retraite, entrainant la débandade. Blake ne saisit pas sa chance et ne poursuit pas Suchet. Ce dernier va reprendre sévèrement en main sa troupe (le tambour est fusillé) et devenir le chef français le plus aimé (par ses hommes mais aussi par les Espagnols) de la guerre d’Espagne.

23 mai 1809 : replis après la bataille d’Essling (Autriche). La veille, Napoléon a perdu 7000 hommes dont le maréchal Lannes. Très affecté par la perte de cet ami, l’Empereur met quelque temps à se reprendre. Il ordonne à ses troupes de se replier sur l’ile de Lobau (sur le Danube) pour se réorganiser. Les Austro-hongrois, encore plus éprouvés crient cependant victoire. Ce semi-échec pour Napoléon est en partie imputable au manque de reconnaissance : le Danube en crue a arraché à deux reprises les ponts qui reliaient l’ile de Lobau au Marchfeld, morcelant l’armée française. Les pontonniers fournissent un travail remarquable à cette occasion.

Dans quelques semaines, sur ce même Marchfeld, Napoléon clarifiera la situation en remportant la brillante bataille de Wagram.




Chronique historique : 22 mai

26052014

22 mai 1689 : Jean Bart et Forbin faits prisonniers (au large de Cherbourg). Les deux frégates, la Railleuse et les Jeux, commandées par les lieutenants de vaisseau Jean Bart et Forbin, sont attaquées par deux vaisseaux anglais. Blessés, les deux officiers sont faits prisonniers et enfermés à Plymouth. Ils s’échappent quelques jours plus tard en sciant les barreaux d’une fenêtre et traversent la Manche en chaloupe.(cf. image) 

22 mai 1809 : bataille d’Essling (Autriche). Lors de la campagne d’Autriche, Napoléon frise la défaite. L’Archiduc Charles ne profite pas de son avantage numérique alors que la rupture des ponts sur le Danube a coupé la Grande Armée en trois. Le Maréchal Lannes (mortellement blessé) et 3 généraux sont tués mais les autrichiens perdent 23 000 hommes en 2 jours. Cette journée est racontée de façon romancée par Patrick Rambaud dans son ouvrage passionnant, La bataille (prix Goncourt).  

22 mai 1939 : signature du pacte d’acier (Berlin). L’Allemagne nazie et l’Italie fasciste signent un accord militaire pour raffermir l’axe Rome-Berlin (novembre 1936).  

22 mai 1943 : création du bataillon de choc (Algérie). Le général Giraud décide la création d’une unité française dont la vocation est d’apporter une aide spécifiquement militaire aux organisations de résistance en France. Le commandant Gambiez prend la tête de cette unité, créée à Staouéli (Algérie) avec une trentaine de cadres venus de tous horizons. Leur première mission consistera à préparer la libération de la Corse.  

22 mai 1992 : décision de créer le Corps Européen (La Rochelle). François Mitterrand et Helmut Kohl annoncent lors du sommet européen de La Rochelle leur volonté de créer une unité militaire européenne à l’image de la brigade franco-allemande (existant depuis octobre 1989). L’état-major du corps européen est implanté à Strasbourg. Ce corps a depuis été rejoint par les nations cadres belge, luxembourgeoise, espagnoles et les nations associées grecque, autrichienne, italienne, polonaise et turque.




Chronique historique : 20 mai

20052014

20 mai 1940 : campagne de France. Rommel prend Arras et Guderian atteint la Manche à Noyelles : les forces alliées sont coupées en deux.

20 mai 1941 : les parachutistes allemands sautent sur la Crète L’opération Merkur est déclenchée au matin avec le largage de 17 000 parachutistes sur trois aérodromes de l’île. La bataille de Crète durera deux semaines. Elle se solde par une victoire allemande mais au prix de lourdes pertes qui dissuaderont l’état-major allemand de tenter à l’avenir une opération aéroportée d’une telle envergure.

20 mai 1969 : fin de la bataille d’Ap Bia (Vietnam). Victoire sur le terrain, défaite dans les médias. L’aviation ainsi que l‘infanterie US et sud-vietnamienne donnent l’assaut final à la colline d’Ap Bia où sont solidement retranchés les derniers défenseurs nord-vietnamiens. Les américains perdent une compagnie et ont plus de 300 blessés alors que les défenseurs sont anéantis (630 tués et un nombre indéfini de blessés). Cette bataille apparait à l’opinion publique américaine comme une boucherie (Ap Bia devint la bataille de hamburger Hill !) lorsque les médias s’en font l’écho. Critiquée par des sénateurs US, l’opération initiale visant à causer un maximum de pertes chez les nord-vietnamiens, si elle réussit en partie sur le terrain, est perdue médiatiquement aux USA, l’état-major ne parvenant pas à rétablir les faits et surtout à les remettre en perspective.

 




Chronique historique : 19 mai

19052014

 

19 mai 1643 : bataille de Rocroi. (Guerre de Trente Ans). Afin de soulager le front en Catalogne, l’armée espagnole des Flandres envahit le Nord de la France et assiège la place forte de Rocroi qui garde la route de l’Oise.  Les armées françaises réagissent rapidement et sous le commandement du duc d’Enghien (futur Grand Condé) se portent au secours de la garnison. L’affrontement a lieu sur un terrain cloisonné au sud-ouest de la place-forte. D’abord équilibré, le rapport bascule lorsque, après avoir enfoncé l’aile gauche espagnole, le duc d’Enghien décide de s’attaquer aux réserves espagnoles sur leurs arrières. La bataille de Rocroi met fin à la réputation d’invincibilité des tercios espagnols, unités composées de piquiers, d’arquebusiers et de fantassins armés d’épées. Cette victoire permet le retour de la France sur la scène internationale après un siècle de défaites et de guerres civiles ou religieuses.

19 mai 1798 : départ de Bonaparte pour la campagne d’Egypte.

19 mai 1802 : création de la Légion d’honneur.« Je défie qu’on me montre une République ancienne ou moderne dans laquelle il n’y a pas eu de distinctions (…). Les Français (…) n’ont qu’un sentiment, l’honneur. Il leur faut donc donner un aliment à ce sentiment-là ; il leur faut des distinctions. »La nouvelle Institution se veut un corps d’élite destiné à réunir le courage des militaires aux talents des civils, formant ainsi la base d’une société au service de la Nation. Bonaparte déclare au Conseil d’Etat : « Si l’on distinguait les hommes en militaires ou en civils, on établirait deux Ordres tandis qu’il n’y a qu’une Nation. Si l’on ne décernait des honneurs qu’aux militaires, cette préférence serait encore pire car, alors, la Nation ne serait plus rien. » Extraits du site de la grande chancellerie de la Légion d’honneur.

19 mai 1935 : mort de Lawrence d’Arabie. (Wareham – Angleterre). L’aventurier britannique meurt à 46 ans dans un accident de moto, après avoir été archéologue, officier, agent de renseignement, écrivain et finalement simple soldat.

19 mai 1940 : le général Weygand est nommé commandant en chef des armées françaises en remplacement du général Gamelin.

19 mai 1978 : la légion saute sur Kolwezi (ex Zaïre, actuelle RDC). Pour libérer des Européens pris en otages par les rebelles Katangais, le président Giscard d’Estaing déclenche l’opération Bonite. Le 2ème REP est largué sur Kolwezi. C’est la plus grande opération aéroportée depuis l’opération sur Suez (1956) : un régiment largué à 8000 km de sa base avec son armement et son matériel. Le 2ème REP déplore 5 morts mais remplit parfaitement la mission. 2800 otages sont libérés.

19 mai 1994 : mort de Jacques Ellul. Penseur français atypique, curieusement plus connu aux USA qu’en France pour ses travaux sur la propagande.

 







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles