« Victoire » et « Indochine »

15 10 2012

J’ai eu aujourd’hui le privilège de partager un long moment avec la promotion « Victoire ». Elle est, avec la promotion « Indochine » et la 5e  série,  l’une des 3 promotions de l’EMIA antérieures à la récréation de 1961 avec la « Bourgin ».

Lors des premières réflexions sur le Cinquantenaire de l’EMIA, j’avais d’ailleurs sur ce blog posé la question du nombre d’anniversaires: 50, 52 ou 53 ans?

Le choix a été fait de retenir l’antériorité de l’EMIA sous sa forme actuelle, donc 50 ans.

La promotion « Victoire », qui tient tout particulièrement à son histoire et à l’amalgame des origines de ses élèves officiers (2900 à l’entrée et 1750 en sortie!), s’est sentie « oubliée » dans la plaquette du Cinquantenaire où elle ne figure, c’est vrai, que sous la forme d’un entrefilet et d’une photo.

Aussi, c’est bien volontiers que je lui ouvre cette page pour un « droit de réponse » rédigé par le général Jean DELMAS, historien de renom et…premier chef de corps du Lieutenant DELOCHRE!

Avec toute l’amitié de l’Épaulette à nos grands anciens. Et en vous invitant à méditer pour l’avenir la conclusion du texte qui suit…!

 

La Promotion VICTOIRE (EMIA – 1945)

Malgré son nom claironnant, « VICTOIRE » a le triste privilège de plonger dans l’anonymat.

Pendant plus de 30 ans, elle était inconnue du Musée de Coëtquidan. Il a fallu que l’un des nôtres, au prix de multiples recherches, prouve qu’en juillet 1945, s’est rassemblée à Coëtquidan ce qui s’est d’abord appelée la 6e série d’élèves-officiers succédant aux cinq premières formées à Cherchell (L’École de Cherchell s’est appelée EMIA à partir de la 5e série).

C’est la fin de la guerre qui justifie le transfert en France. La 6e  série (« VICTOIRE « ) ainsi que la 7e  (« INDOCHINE ») de l’EMIA ont assuré la continuité entre les promotions de Cherchell et les promotions de l’ESMIA regroupant sous le casoar recrutement direct et semi-direct jusqu’en 1961.

Or, le très bel album-souvenir publié à l’occasion du Cinquantenaire de la nouvelle EMIA fait l’impasse sur cette période, sinon trois petites lignes en italique et, il est vrai, en page 38, une photo de 4 vétérans de « VICTOIRE » dont un sénateur.

C’est l’occasion de rappeler ce qui fait l’originalité de « VICTOIRE ». Elle est composée dans sa quasi-totalité d’élèves-officiers sortant d’unités combattantes (1re Armée, 2e DB, FFI et autres), Saint-cyriens, sous-officiers de tous grades, caporaux-chefs EVDG…Mais, ils sont volontaires, EOR comme EOA.

C’est un brassage exceptionnel, voulu par le général de Lattre dont le fils est, d’ailleurs le benjamin de la promotion. D’où l’effectif exceptionnel de la promotion: 2900 à l’entrée, 1750 nommés officiers ou aspirants dont 205 sont morts pour la France.

Parce qu’elle est méconnue, la promotion a fait un constant effort pour que son souvenir soit transmis aux jeunes générations:

  • Livre-mémorial publié en 1995,
  • CD-ROM sur l’Indochine,
  • DVD couvrant toute l’histoire des membres de la promotion dans la vie militaire et dans la vie civile,
  • Informatisation de toutes les archives (souvenirs, photos), réunies pour transfert au Service Historique de la Défense….

Cette promotion « hors norme » a la vie dure. Elle est présidée par un Saint-cyrien (après deux IA), a pour secrétaire général très actif un ancien diplomate et compte dans son conseil d’administration IA et OR (dont un Ambassadeur de France). Elle reste le reflet de ce qui fut la volonté du futur maréchal de Lattre de Tassigny, de former dans un même moule tous les candidats officiers.


Actions

Informations



2 réponses à “« Victoire » et « Indochine »”

  1. 17 10 2012
    Lt-Cel (er) Lapaque (09:56:29) :

    exemple à méditer pour les « prochaines » réorganisations de la formation des officiers de l’armée de terre..
    Et surtout pourquoi inconnue du musée de Coëtquidan.
    Doit-on soupçonner un « complot »??? Volonté de taire cet exemple?? revanche des perdants??
    Il faudrait rechercher dans la période 45-65, pour savoir comment ceux qui après 5 ans de captivité ou de présence en France (et qui étaient les plus nombreux) ont acceptés les combattants de la France Libre et ceux de la 1° Armée.

  2. 16 10 2012
    BRASSENS (11:15:23) :

    Bonjour,
    Je suis l’ainé des 6 enfants du colonel Michel BRASSENS, aujourd’hui décédé ainsi que notre mère.
    Tous deux étaient très attachés à la Promotion Victoire. Issu de Coëtquidan, il y a aussi enseigné. Serait-il possible de commander 6 exemplaires du prochain numéro de l’Épaulette qui est consacrée à cette Promo ?

Laisser un commentaire




''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles