• Accueil
  • > INFOS
  • > 33, 15, 6…laminoire, trou de souris ou « bug »? (actualisé)

33, 15, 6…laminoire, trou de souris ou « bug »? (actualisé)

8 12 2011

 

 

 

bug.jpg

email2.gifCONFIRMATION du nombre de 16 admis (15 IA et 1 15/2) après vérification nominative

Le 17 novembre dernier, j’ai publié le billet dont le texte est reproduit ci-dessous. Or aujourd’hui, lors du CP de l’EMIA et après vérification téléphonique par la DRHAT, il semble que le nombre des admis soit de 15 (IA) et 1 (15/2) au lieu de 5 et 1. Si les éléments sont confirmés, une partie du texte initial perd de sa pertinence et je ne peux que m’en réjouir.

Il ne subsiste que le décrochage de 33 à 16 admis,  du principalement au changement de conditions de présentation de la voie « sciences de l’ingénieur »: « …être titulaire d’un diplôme d’ingénieur« , qui élimine de facto les candidats non directs (sauf cas exceptionnel non rencontré à ce jour). On y retrouve aussi, bien que dans une moindre mesure « numérique »,  l’impact de la filière « sciences administratives » réservée aux commissaires et qui impose aux CTA de concourir dans les voies générales (SI, SHRI) dans les mêmes conditions que leurs camarades du COA (dont l’épreuve tactique)

Heureux « bug » s’il est confirmé et avec mes excuses pour cette fausse mauvaise nouvelle!

La réflexion sur le sujet se poursuit cependant par les pistes envisagées ci-dessous.

Cette suite inquiétante est celle du nombre des officiers non directs admis au CID- Ecole de guerre depuis 2010.

Certes on m’opposera toujours la qualité de ces préparants face à un concours qui est le même pour tous. Il serait malgré tout surprenant de voir s’écrouler le niveau de nos candidats de recrutement interne dans de telles conditions et en si peu de temps. On est également hors de tout effet de la variabilité statistique!

Lorsqu’au dernier CP de l’EMIA en 2010, le représentant de la DRHAT avouait avec une certaine maladresse que toutes les mesures prises visaient à maintenir l’attractivité du recrutement direct. Peut-être fournissait-il là un début d’explication au constat d’aujourd’hui.

Une étude détaillée de l’incidence des conditions de sélection et de préparation sera conduite avant le rendez-vous sollicité auprès du CEMAT.

Parmi les pistes retenues:

  • le rôle de la commission de présélection (nombre de candidats autorisés à concourir);
  • l’impact de la session du DEM (sur le cycle de préparation);
  • l’affectation des préparants;
  • l’assiduité à la préparation de la Revue d’étude;
  • le niveau universitaire des candidats.;
  • l’impact de la fin de la population ORSA à l’EMIA.

En attendant le bilan de cette étude je ne peux qu’inviter les officiers de nos origines préparant le concours 2012 à s’investir sans complexes dans le choix qu’ils ont fait.

Leur réussite est déterminante pour la préservation de la reconnaissance et de l’influence des officiers de recrutement interne.


Actions

Informations



2 réponses à “33, 15, 6…laminoire, trou de souris ou « bug »? (actualisé)”

  1. 7 12 2011
    Maxou (21:05:36) :

    J’étais persuadé, jusqu’à présent, que le temps pouvait effacer des différences de niveau, et que quelques têtes bien faites, ou âmes bien nées, pouvaient se révéler au fil du temps plus à même de nous mener que quelques autres bien pleines ou trop bien nées.
    Et dans une proportion bien naturelle et acceptée, c’était le cas.
    Aujourd’hui j’ai besoin de lever un doute : les chiffres, même s’ils sont heureusement moins dramatiques qu’on le croyait, demeurent inquiétants pour nos adhérents, notamment s’agissant de la capacité à préparer l’EMS2, plus encore qu’à réussir.
    Et le doute est : les candidats méritent-ils de réussir, ou veut-on qu’ils n’aient pas ce mérite?
    Ou les deux, ce qui serait bien commode, et ne souffrirait pourtant aucune contestation …

  2. 11 11 2011
    Culture Tribale (20:19:16) :

    Comment dire…………ou comment réussir à faire avaler la couleuvre! Après le CV anonyme, va-t-on se présenter à l’oral du concours avec un sac sur la tête pour ne pas trahir nos origines et notre faciès moins juvénile?
    Comme au Tchad…..les ZAGHAWAS sont l’ethnie dominante, ils tiennent les rênes……..Agirions nous différemment si les rôles étaient inversés? J’en doute, l’être humain est assurément tribal!

    Bon maintenant, comme le Dolo aura peu de chance de commander un régiment (un vrai, hein! pas un « faisant fonction ») est ce vraiment grave docteur? Mon dernier chef en opération était un dolo breveté, un chef super, humain mais ferme, calme et souriant, un homme auquel on « obéit d’amitié », pour lequel « on sort de la tranchée » quand il en donne l’ordre. L’opposition du camp d’en face fut rude….et sans pitié!

Laisser un commentaire




''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles