• Accueil
  • > Archives pour février 2011

Qui ne tente rien…

28022011

logofranceinter.gifLe message a été pris en compte par la rédaction de France Inter (mail du 2 mars) … sans que je sache ce que cela signifie concrètement!

A la suite de mon court billet d’hier soir, je tente -pour l’instant sans résultat- d’en porter le message sur les ondes. Après un essai infructueux ce matin pour le 7-9 de France Inter où était présent Monsieur Henri GUAINO (mon appel avait été retenu par le standard mais n’a pas été passé en ligne), j’ai attaqué le « Téléphone sonne » et Monsieur Bernard GUETTA avec le texte suivant que j’ai également transmis à monsieur Yves FROMION (député membre de la commission de la Défense de l’AN):

« Je suis officier général en 2e  section et président national d’une association d’officiers (L’Epaulette). Nous sommes choqués par le silence qui règne depuis hier soir –et qui n’a pas été brisé ce matin dans le 7/9 de France Inter où j’avais espéré pouvoir poser une question- sur le remaniement ministériel de la Défense.

Je rappelle qu’en 10 ans, après une « refondation » nous vivons une « modernisation » qui se traduit par le départ de 54000 hommes et femmes, des dissolutions d’unités sans précédent depuis 40 ans, des mouvements massifs de personnel (sans grève de la faim!) tout en poursuivant les engagements opérationnels les plus coûteux en vies humaines depuis la fin des opérations d »Afrique du Nord.

M. CHEVENEMENT, alors Ministre de la Défense en 1987, avait répondu lors d’un entretien qu’il avait accordé aux jeunes officiers stagiaires de l’Ecole de Guerre que nous étions encore et qui « s’étonnaient » (déjà!) d’un manque de reconnaissance: « Vos préoccupations me sont sympathiques. »

J’ai l’impression qu’il n’y a pas eu de réelle évolution depuis cette période.

Ma question:

 « QUAND CESSERONT ENFIN LA SEULE SYMPATHIE VOIRE L’INDIFFERENCE POUR FAIRE PLACE A UNE REELLE CONSIDERATION? »

Je vous invite à relayer cette question dans vos canaux personnels et locaux, institutionnels et politiques. N’oubliez pas que dans les liens ci-contre vous avez un accès direct aux membres de la commission de la Défense de l’AN. Identifiez votre député et allez-y… (JFD)




Valse… et fausses notes

27022011

J’ai, comme vous certainement, attendu et suivi les annonces des noms de nos nouveaux ministres. Je me garderai bien évidemment de tout commentaire. Ce n’est ni mon rôle ni le lieu pour le faire.

En revanche je fais le triste bilan du « traitement médiatique » de cet évènement. Les commentateurs des stations publiques (France Inter et France Info) et de France 2 ont eu des propos quasi identiques.

Pour les Affaires étrangères, ils ont souligné l’expérience, la compétence, la capacité à porter la voix de la France de Monsieur Alain JUPPE. Pour l’Intérieur, c’est une fois encore la compétence du nouveau ministre liée à son passé et son présent qui a été mise en avant. On a également pu entendre qu’ils seraient les hommes de la situation pour retrouver la confiance émoussée et calmer la grogne des diplomates et des magistrats.

Quant à la Défense, quand ils ont évoqué le choix possible (il était 19h00) entre Monsieur Gérard LONGUET et Monsieur Brice HORTEFEUX…n’ont été citées que leurs relations avec le Président qui, pour des raisons diverses, pourrait difficilement leur refuser un ministère ou un poste symboliquement fort. De compétence pas un mot, pas plus que de nécessité de prendre en compte nos difficultés et de réussir une contaignante modernisation.

Bien sûr nous ferons confiance à notre nouveau Ministre au cours des 15 mois (!) à venir.

Mais les travers médiatiques rappelés montrent bien l’importance qu’il faut aujourd’hui donner à une communication et une présence parfois « agressives » pour porter nos problèmes et aussi nos sources de satisfaction (ne les oublions pas!), là où ils ne s’imposent pas naturellement.




Ah cette date, décidément !

25022011

Alors que je venais de terminer mon billet précédent, resurgit le « spectre du 19 mars » dans une correspondance qui m’est adressée par le Gal (2S) Henri-Jean FOURNIER (Cyr 65-67). Il n’y a là en revanche aucune polémique avec l’auteur du texte, au contraire. Le général FOURNIER soulève justement le douloureux problème des 617 soldats français portés disparus au cours des opérations d’Algérie entre 1954 et 1964.  En rappelant le fait que plus de la moitié d’entre eux ont disparu après le 19 mars 1962, il souligne le paradoxe que soulève, entre autres faits, le choix de cette date commémorative assez unanimement contestée.

arcdetriompheflamme.jpg

Pour leur part les membres du Comité d’entente, dont fait partie l’Epaulette, ont adressé une lettre au Ministre demandant à être reçus pour évoquer le sujet de la date unique de commémoration des morts pour la France. Les termes généraux de cette demande sont rapportés ci-dessous.

« Le 11 novembre doit devenir la Journée Nationale du Souvenir afin que tous les morts pour la France durant les deux Guerres (14-18 et 39-45), celles de l’Indochine et de l’Algérie, comme celle de Corée et toutes les opérations extérieures, passées, actuelles et à venir soient honorés par la France et les Français »

Je pense personnellement que cette démarche, excluant toute approche partisanne source de tensions et de conflits inutiles, peut déboucher sur la définition d’un cadre propice à des avancées significatives dans le domaine de la mémoire et de sa préservation.




Coïncidence ?

24022011

coincidence.jpgLégende de l’image ci-contre. « Twice is a coincidence, three times….a conspiracy. »  A.C. Clarke

Un adhérent de longue date -merci pour sa fidélité- me fait part hier de sa démission. Motif: la prochaine réunion de son groupement aura lieu le 19 mars. Hasards du calendrier et de l’Histoire, le 19 mars « tombe » cette année un samedi (jour habituel de réunion des associations) et demeure « l’anniversaire » des accords d’Evian de 1962.

Ce rapprochement, qu’il pense calculé, justifie à ses yeux son départ de l’Epaulette. Cet exemple illustre la tâche délicate de notre réseau d’animateurs de terrain auxquels je renouvelle ma confiance à cette occasion. (JFD)




Mort pour la France

22022011

54chamarierclement.jpgLe Chasseur de 1re classe Clément Chamarier du 7e BCA devient le 54e soldat français mort en Afghanistan. L’hommage suivant lui a été rendu sur intraterre. 54chamarier.jpg

 L’Epaulette se joint à la douleur de sa famille, de ses proches et camarades de combat blessés avec lui et les assure de sa sincère compassion dans cette épreuve. Je regrette une fois encore le « silence radio » quasi total sur les media et la discrétion des manifestations de soutien officielles.




Dérive dangereuse

18022011

derive.jpgA la suite du billet « Mobilisation générale », j’ai reçu quelques appels téléphoniques ou mails de camarades proches dont un me demandant de ne pas « prendre de week-end de repos », mais d’aller plus loin dans ma réflexion.

Dont acte!

Si j’ai utilisé les termes:  » … anesthésie progressive du discernement, enfermement dans des principes parfois manipulés…« , ce n’est pas pour faire un effet de style. Je pense sincèrement qu’il existe un risque à appliquer en tout temps et en toute circonstance des principes qui valent avant tout pour la guerre et qui, imposés au quotidien, finissent par brouiller la vue. La spécificité de notre engagement est reconnue par la Loi qui y apporte logiquement des contreparties: « Les devoirs (que cet état) comporte et les sujétions qu’il implique, méritent le respect des citoyens et la considération de la Nation. » (Code de la Défense)

L’obéissance pouvant conduire à une forme suprême d’abnégation : l’acceptation de la mort, prend tout son sens dans des conditions, par nature extrêmes, et fait partie de ses sujétions qu’aucun autre corps ne partage avec nous. De là à faire de cette abnégation une règle de vie permanente, il y a un pas que je n’accepte pas (plus?) de franchir. Dire que contester dans la vie courante, c’est contester demain au combat, dire que le « métier » est un coup (coût?) complet qu’on doit accepter comme tel, constituent des dogmes et en portent donc les limites. J’ai la faiblesse de croire que nos soldats, nos sous-officiers et officiers sont moins binaires que le laissent croire ces règles.

Le respect et la considération qu’exigent en contrepartie nos devoirs et sujétions, constituent en revanche des facteurs déterminants d’équilibre des vies professionnelle mais aussi privée. Le principe de « silence dans les rangs » élevé au niveau de l’éthique risque de devenir un chausse-pied qui permet de nous faire entrer dans une étroite coquille. Il rend en ce sens un service inestimable à nos dirigeants -je ne parle pas de nos chefs militaires- en période de RGPP. Je suis de moins en moins certain que ce principe nous protège des rigueurs du temps. Il y a ainsi fort à parier que les dernières recommandations de la Cour des Comptes s’appliqueront avec une détermination toute militaire au sein de notre Ministère et, qu’une fois encore, certains se réjouiront de notre « attitude citoyenne ».

Un précédent CEMAT, le GA Thorette je crois, à moins que ce ne soit le GA Crène, avait demandé que soit respectée la différenciation OPEX – vie en garnison, estimant que la rigueur des unes devait s’équilibrer par une plus grande souplesse de l’autre pour rendre les charges acceptables. Cette reconnaissance de la spécificité du militaire et son respect restent aujourd’hui encore des conditions déterminantes du moral et par conséquence de l’efficacité opérationnelle. Nous sommes assez systématiquement les « bons élèves de la classe », les seuls  »bons points » suffiront-ils longtemps à entretenir cette motivation?

Des portes s’entre-ouvrent aujourd’hui pour donner plus de vigueur à un réel dialogue interne. Ne regardons pas cette fois encore passer le train avec indifférence (même si nous ne payons que le quart de place!)




Mobilisation générale !

17022011

Massage cardiaque… oxygène… défibrillateur… atropine… Je ne connais que trop bien cette sinistre séquence. Elle me ramène pourtant aujourd’hui à  »L’Epaulette ».

L’électrocardiogramme ne montre que des frémissements sous l’effet des impulsions pourtant vigoureuses (me semble-t-il) et la « machine » ne démarre pas franchement.

Certes ici et là des voix se font entendre, elles génèrent quelques échos qui s’éteignent assez vite après avoir rebondi sur les murs d’une forme d’indifférence (au bahut ces phrases me valaient des appréciations du genre  »style pompier », mais j’ai appris à assumer mes relâchements littéraires!).

Pourtant tout n’est pas rose. Quand les chefs d’état-major des armées, unanimes dans leurs discours à l’Assemblée nationale, parlent de limites atteintes en matière d’adaptation. Quand le CEMA, lors du colloque du Conseil économique de la défense du 2 juin 2010 évoque: « …la relégation de la PSDC au soft power… la tentation d’un repli national… un décrochage technologique et capacitaire… enfin une remise en cause des modèles de forces avec l’abandon de capacités. » Peut-on rester indifférents? Peut-on considérer que ce ne sont là que les effets parasites d’une nième réforme qui nous verra ressurgir plus efficients, plus réactifs, capable de frapper plus « Vite, fort et loin » (ça ne vous rappelle rien?  1984-1996).

ordredemobilisation.jpgJe crains une forme d’anesthésie progressive du discernement, un enfermement dans des principes parfois manipulés. Ainsi quand notre CEMAT, lors de l’AG du 5 février nous rappelle que ce métier est un « paquet complet » qui doit s’accepter en tant que tel, c’est oublier (pardon pour cette audace) que tout principe physique ne vaut bien souvent que dans des « conditions normales de température et de pression ».

Dans quelques jours, le 9 mars, je suis reçu, accompagné par notre premier vice-président, par le cabinet du Ministre. Pour porter quels messages?  Encore les mêmes: témoigner des inquiétudes que génère la politique RH actuelle notamment chez les officiers de nos origines, mais aussi défendre le rôle que doivent avoir nos associations dans le dialogue interne. Et qui sait…un jour!

Que ce billet d’humeur soit considéré comme un encouragement pour ceux qui, dans leur « village », rament eux aussi avec conviction dans un fort courant pour aider à avancer les officiers que nous défendons. Je crois que je vais prendre un petit week-end de vacances… Pour mieux repartir lundi! (JFD)




Dons et fiscalité

15022011

fiscalite.jpgDes adhérents individuels mais aussi d’anciennes promotions ont posé la question de la défiscalisation des dons  qui seraient faits à l’Epaulette (hors cotisation annuelle).

Ce point, en cours d’étude pour sa mise en oeuvre technique: formulaires, paiement sécurisé en ligne, a été étudié par le CCL Botella. Les éléments de réponse sont résumés dans cette fiche téléchargeable.

Dès validation des documents et procédures vous serez informés via ce blog et le nouveau site de l’Epaulette (réalisé mais non encore accessible).

Dans l’attente, vous pouvez diffuser cette information et envisager les effets éventuels de cette option sur votre déclaration de revenus 2012.







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles