• Accueil
  • > Archives pour septembre 2010

DT/R… Danger!

23092010

solglissant.jpgRéunion du bureau de l’Epaulette du 22/9

Plusieurs OSC se sont retrouvé « piégés » (voir le billet du 4 septembre) par l’attribution d’un DT/R  lors de leur période contractuelle. Ce diplôme technique du 1er degré les exclut en effet de l’accès à l’EMS2 dès lors qu’ils sont activés.

» Extrait du BO correspondant DT/R... Danger! dans FONCTIONNEMENT pdfaccesems2.pdf

Or l’obtention de la prime de qualification de l’EMS1 est également liée au DQM, attribué sur titre dans la majorité des cas.

» Extrait du BO correspondant pdf dans FONCTIONNEMENTdqm.pdf

Donc, quelle que soit votre origine et en fonction de vos ambitions, ne vous jetez pas sur un DT/R pour une gloire éphémère et sans incidence financière, informez-vous, réfléchissez… et DECIDEZ en TOUTE CONNAISSANCE des CONSEQUENCES.




50 ans EMIA: le point de situation

21092010

   

j3571.jpgLe GCA Clément-Bollée,  le plus ancien officier général EMIA encore en service, a accepté d’être l’autorité morale des célébrations du Cinquantenaire.

La commémoration du Cinquantenaire se déroulera en deux phases principales.

  • Les cérémonies officielles organisées par les ESCC pour rappeler les différentes dates de l’histoire de l’EMIA.

  • Une manifestation commune à toutes les anciennes promotions de l’Ecole, organisée par les
  •  deux brigades de l’EMIA (promotion colonel Déodat du Puy-Montbrun et 50e promotion). Cette manifestation se tiendra à Paris sur une journée entière.

    Lire la suite… »




    Les IA et les autres

    16092010

    changement21.jpg Les temps changent, l’Épaulette aussi. Par sa vocation statutaire à accueillir les officiers de recrutement autre que saint-cyrien, notre mutuelle voit son périmètre évoluer en fonction des choix de politique RH. Sa force est précisément de ne pas s’enfermer dans un cadre amicaliste voué à l’étiolement quand disparaît ou se restreint une catégorie d’officiers.

    Certains regrettent, et le disent, que l’Epaulette ne soit plus l’association des seuls IA, comme la Saint-Cyrienne l’est pour la majorité de nos camarades directs. Cette conception, toujours imaginable mais avec quelle perspective, s’est imposée à une époque pas si lointaine, ou l’EMIA et ses promotions à 200, intégrait les ORSA et représentait, au moins dans les esprits à défaut de correspondre à la stricte vérité, » l’autre origine des officiers ». Puis vinrent les élèves-officiers du CTA: « Arma Victoriae Facit » retentit alors dans la lande de Paimpont , les OAEA qui rejoignent leurs camarades en école d’application et hier enfin (last but not least!) les OSC, 4e bataillon de l’ESM, qui font revivre l’ancien marschfeld.

    Faut-il donc, à côté des structures existantes comme l’Épaulette ou la Fraternelle (et ses difficultés), encourager la création d’une association de l’EMCTA, d’une autre des OSC, d’une autre encore demain pour les IA d’origine EVAT? Pour mener quelles actions au sein d’un nième comité de coordination ou d’entente… qui comme ses prédécesseurs peinera à coordonner quand il y parviendra! Pour moi la réponse est claire. Elle est « NON ».

    Il faut une voix puissante pour porter les messages de nos officiers plutôt qu’un flot de murmures. L’Épaulette a, et doit conserver, cette tradition et cette vocation unitaire, à côté d’associations fortes comme  la Saint-Cyrienne ou le Trèfle, le plus souvent possible avec elles, et surtout jamais contre elles.(JFD)




    Parlons géométrie ◊

    11092010

    thumbnail.jpgUn contact récent, hors Défense, m’a conduit à échanger sur la géométrie, plus particulièrement sur les pyramides. Notre vénérable pyramide des grades, source directe ou indirecte de toutes nos préoccupations, s’est ainsi  retrouvée au centre du débat.

    Il ressort de cette cogitation qu’il existe deux types architecturaux de base : la pyramide élitiste et la pyramide méritocratique.

    Lire la suite… »




    Pour un retour au vrai cynisme

    9092010

    diogene.jpg

    Editorial paru dans la revue 171 (septembre 2010) 

    Un document inter-armée récent (juin 2010), traitant des besoins à venir en officiers des armes, illustre, dans un de ses paragraphes, tout le cynisme d’un dispositif RH placé sous contraintes. On peut y lire: « …il ne s’agit pas de diminuer de manière trop brutale les perspectives de carrière d’officiers actuellement en service au risque de démotiver, faute de solutions alternatives, la catégorie d’officiers en charge justement de conduire les réformes en cours. »

    Lire la suite… »




    Combien de temps encore?

    4092010

    dindon.jpg Combien de temps en effet pourrons-nous continuer à « maltraiter » nos officiers sous contrat ? Combien de temps encore, la « richesse de nos différences » fondra-t-elle après le grade de capitaine ? Vaste sujet, mais aujourd’hui restons avec nos OSC. Tant que le statut de contractuel  restait la règle majoritaire, la situation était claire. On s’engageait pour un premier métier, par choix, par passion mais avec un horizon connu et accepté.

    Là où les choses se troublent c’est lorsque la règle évolue et que le  contrat  laisse de plus en plus la place à  l’activation. L’objectif de 50% des OSC/E « activés » à l’issue du temps de commandement d’unité est aujourd’hui clairement annoncé. Dans le même temps, la proportion de spécialistes rejoignant l’active croît dans des proportions sensibles.

    Et à terme qu’avons-nous ? De jeunes officiers d’active aussi, voire plus,  diplômés que leurs camarades directs et bien sûr semi-directs, bahutés dans un labyrinthe de mesures administratives inextricables autant que pénalisantes (d’autres mots  plus « popote »  me sont venus à l’esprit!)

    On peut également noter que la sacrosainte « peau d’âne », allant jusqu’à déterminer les perspectives de carrière et parfois primer le rendement dans l’emploi (cas des officiers directs et semi-directs), devient ici transparente sauf à être assimilée au mieux à un DT (par la voie du DT/R)… Quand il n’est pas refusé par l’armée de Terre à un officier qui s’était vu diplômer, sur la même base, dans la Marine. Mais l’exception ne fait pas la règle.

    Alors que ce jeune cadre ne devrait penser qu’à servir avec sérénité, à quoi est-il confronté ? Mes explications ne sauraient mieux en rendre compte que le message qu’il m’a transmis et qui est reproduit in fine.

    J’entends d’ici les remarques de certains : « Il n’avait qu’à  faire Cyr, tenter les OST (il l’a fait) … ou rester dans le civil. » Ce serait oublier qu’on ne leur fait pas l’aumône en les accueillant. Et si demain ils choisissaient en masse la troisième option…

    Les deux points, évoqués par ce « récent » capitaine (il a bien été promu le 1er août), feront l’objet d’une correspondance au CEMAT au cours de l’automne (JFD).

    Lire la suite… »




    Éléments de langage

    3092010

    Pour l’information du Lcl Loïc LETERRIER, concernant l’Epaulette 2010.

    À l’attention des plus jeunes et aussi des moins jeunes. 


    confusion.jpg Il est souvent délicat de faire comprendre la place de nos associations d’officiers dans le paysage de l’armée de Terre, d’autant que leurs structures, objectifs et moyens d’action sont mal connus. Ce court texte, dérivé d’une présentation récente faite aux officiers sous contrat en stage aux ESCC (Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan) montre qu’entre la « retape » destinée à financer une association de « vieux », le « militantisme de retraité »[1], voire « l’archéo-syndicalisme » (j’ai été gratifié de cette définition valorisante!) –visions assez largement répandues de notre rôle- il existe une juste voie.

    Lire la suite… »







    ''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
    LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
    COMITE DE JUMELAGE |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
    | Santé pour tous GHANA
    | associationlescoccinelles