L’information circule…il suffit de vouloir la rencontrer

27092013



Chronique historique : 28 mars

28032017

28 mars 1380 : première utilisation de la poudre en Occident. Les Vénitiens utilisent pour la première fois la poudre dans un combat contre les génois. La poudre était connue des Chinois depuis l’Antiquité (ou VIIème siècle selon d’autres sources ) et aurait été apportée en Occident via le monde islamique. Elle aurait aussi pu être réinventée accidentellement par un moine allemand.

28 mars 1809 : bataille de Médéllin (Espagne). Victoire française.

28 mars 1898 : adoption du canon de 75 mm modèle 1897 par l’armée française. Après plusieurs années d’études secrètes et de rivalités avec l’Allemagne, le choix français se porte sur le modèle devenu célèbre.

28 mars 1910 : premier vol d’un hydravion (Bouches du Rhône). Sur l’étang de Berre, Henri Fabre expérimente avec succès un hydro aéroplane, ancêtre de l’hydravion à flotteurs.

28 mars 1942 : Opération Chariot (Saint Nazaire).La cale sèche de Saint Nazaire est la seule de la façade Atlantique pouvant accueillir les cuirassés allemands de la classe Tirpitz. En restant opérationnelle, elle représente indirectement une menace pour les convois maritimes alliés si bien que les Britanniques décident de la détruire en menant une opération commando. Dans la nuit du 27 au 28 mars, 611 marins et commandos à bord d’une flottille de 16 vedettes et un destroyer (HMS Campbeltown) pénètrent dans l’estuaire de Saint Nazaire pourtant fortement surveillé. Le Campbeltown éperonne la porte de la cale sèche puis explose quelques heures plus tard grâce à des explosifs cachés à l’avant. Pendant ce temps, les commandos investissent le port et détruisent les différents objectifs assignés. Le bilan est lourd (169 tués, 214 prisonniers) mais la cale « stratégique » est hors d’usage. L’opération Chariot « fut une de ces entreprises qu’on peut tenter seulement parce qu’elles paraissent aux yeux de l’ennemi, absolument impossibles. Aussi nécessitent-elles, dans l’exécution, un courage et une résolution sortant de l’ordinaire. Une fois engagé, chaque individu, chaque bâtiment, chaque groupe de soldats, devait aller jusqu’au bout en se guidant sur les ordres reçus, mais en faisant appel, dans l’application, à l’esprit d’initiative. Je ne connais pas, dans toutes les annales militaires et navales, d’autre cas où des dommages aussi importants furent infligés à l’adversaire aussi rapidement et en engageant des moyens aussi faibles« . Lord Mountbatten. 1945.

28 mars 1957 : le général Paris de Bollardière demande à être relevé de son commandement (Algérie). Dans une lettre que Bollardière envoi à son ancien subordonné, Jean-Jacques Servan-Schreiber, directeur du magazine l’Express, il explique qu’ il demande à être relevé de son commandement  pour manifester son désaccord avec la manière dont l’armée française est en train de mener la guerre contre-révolutionnaire en Algérie. Il est naturellement sanctionné par sa hiérarchie pour manquement au devoir de réserve puisque sa lettre est publiée. Héros de la seconde guerre mondiale et de l’Indochine, Bollardière quitte l’armée en 1961 et s’investit alors dans des causes qui l’opposeront souvent à l’armée (construction du camp du Larzac, essais nucléaires,…). Son nom reste lié à la dénonciation de la torture en Algérie.

28 mars 1959 : mort du commandant Amirouche (Bou Saada – Algérie). Lors d’une opération menée par le 6ème RPIMA, le célèbre chef de la willaya de Kaylie est tué.

28 mars 1969 : mort de Dwight D. Eisenhower.(Washington D.C).

     28 mars Saint Nazaire : le menhir et la stèle commémorative de l’Opération Chariot tel qu’il était en 2012 lors de la commémoration du 70e anniversaire du raid. Le monument a été déménagé. source : Sandrine Picaud-Monnerat)

 Quelques rendez-vous historiques :

du 24 mars au 27 août 2017 : exposition temporaire « Légion et cinéma » au musée de la Légion étrangère – Aubagne.
jusqu’au 30 juin 2017 : exposition « Le désert : explorations et opérations » – Musée des Troupes de Marine (Fréjus).
jusqu’au 26 juillet 2017 : exposition « Tambours, clairons, trompettes : commander, transmettre, informer en musique » au musée des Transmissions (Cesson-Sévigné).

Les conférences du Service historique de la Défense (SHD) avec leurs références bibliographiques.
et
les colloques, conférences, expositions, cinéma du site Mindef.




Chronique historique : 27 mars

27032017

27 mars 1794 : création de l’US Navy (Washington). Le Congrés de la jeune nation américaine vote la loi navale permettant la création d’une marine de guerre américaine.

 27 mars 1809 : bataille de Ciudad Real. Le général Sebastiani franchit le Tage et repousse une armée portugaise.

 27 mars 1814 : bataille d’Horseshoe bend (Etats-Unis – Alabama). Menawa un guerrier Creek Muscogee, chef de la tribu Creek tente sans succès depuis des années de créer une insurrection générale des tribus contre les Américains. Il opte pour le harcèlement et massacre les 500 occupants de Fort Mims. Le général Jackson lève une armée de milicien et de professionnels (3000 hommes) et part à la recherche des 1000 guerriers Creeks. Ces derniers se sont solidement fortifiés dans un des méandres de la Tallapoosa et à l’abri des tirs de l’artillerie américaine, repoussent les premiers assauts. Deux légendes américaines naissent alors : Samuel Houston (marié à une Cherokee, futur président du Texas) pourtant blessé, conduit un assaut que le général Andrew Jackson (futur président des USA) exploite efficacement en enfumant les derniers résistants. Seuls 200 Creeks survivent. Les Américains ne déplorent que 49 morts.

27 mars 1854 : début de la guerre de Crimée. La France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à la Russie. Les deux nations européennes combattent côte à côte pour l’une des premières fois. Il faut remonter à la bataille des Dunes (14 juin 1658) et à la Triple alliance (4 janvier 1717) pour les retrouver dans le même camp. Quelques articles traitant de la guerre de Crimée dans la RHA :

La guerre de Crimée : les transports, pp. 3-10 et la guerre de Crimée : les opérations, pp. 11-22 du CV Murracciole, RHA N° 169 (décembre 1987).
Les rapports franco-britanniques à travers la peinture militaire représentant la guerre de Crimée de Aude Nicolas, pp. 19-31, RHA N° 264 (3ème trimestre 2011).

 27 mars 1883 : prise de Nam Dinh (Indochine –Tonkin). Le capitaine de vaisseau Rivière prend la position de Nam Dinh tenue par les Pavillons noirs durant la guerre franco-chinoise. Il laisse un détachement puis repart pour Hanoi. En raison du manque d’effectifs, les Français sont chassés de Nam Dinh puis Hanoi assiégé. Rivière meurt le 19 mai suivant lors d’une contre-attaque. Sa mort décide le gouvernement à donner plus de moyens à l’expédition française.

27 mars 1943 : bataille des iles Komandorski (iles Aléoutiennes). Les Américains ayant intercepté une communication japonaise annonçant un convoi de ravitaillement vers les bases nipponnes des Aléoutiennes, envoient 2 croiseurs et 4 destroyers pour le couler. Lors de la jonction, les américains découvrent que le convoi japonais est puissamment défendu (près du double de bâtiments de guerre). Un duel d’artillerie s’engage : c’est l’un des rares combats navals à vue de la guerre du Pacifique. En raison de l’éloignement des Aléoutiennes, aucun appui aérien ni sous-marin n’a été prévu. L’amiral Hosogaya inflige, sans en prendre la réelle mesure, des dégâts importants aux américains et rompt le combat craignant un renfort de l’adversaire. Le contre-amiral MacNorris est de ce fait victorieux contre toute attente. Les Japonais renonceront aux ravitaillements d’ampleur de ces iles.

 27 mars 1949 : le général de Montsabert remet la Croix de guerre avec palme à la ville d’Angers.

 27 mars 1968 : décès accidentel de Gagarine (ex URSS). Le colonel Youri Gagarine, pilote de chasse soviétique et premier homme dans l’espace à bord de Vostok 1(avril 1961) se crashe avec son Mig 15 lors d’un vol d’entrainement.

    27 mars  Youri Gagarine.

 Quelques rendez-vous historiques :

du 24 mars au 27 août 2017 : exposition temporaire « Légion et cinéma » au musée de la Légion étrangère – Aubagne.
jusqu’au 30 juin 2017 : exposition « Le désert : explorations et opérations » – Musée des Troupes de Marine (Fréjus).
jusqu’au 26 juillet 2017 : exposition « Tambours, clairons, trompettes : commander, transmettre, informer en musique » au musée des Transmissions (Cesson-Sévigné). 

Les conférences du Service historique de la Défense (SHD) avec leurs références bibliographiques.
et
les colloques, conférences, expositions, cinéma du site Mindef.

 




Chronique historique : 24 mars

27032017

24 mars 1825 : Duperrey boucle son tour du monde (Marseille). Le lieutenant de vaisseau Duperrey rentre en France à bord de la gabare Coquille après une circumnavigation de près de trois ans.  Il a fait escale au Chili, au Pérou, en Polynésie, en Insulinde, en Australie et Nouvelle-Zélande et enfin à l’île Maurice et à Sainte-Hélène. Il ne déplore aucune perte dans son équipage et ramène une véritable moisson dans le domaine scientifique : une cinquantaine de cartes nouvelles établies, de nombreuses espèces inconnues rapportées au Muséum d’histoire naturelle.

 24 mars 1913 : tentative d’attentat de Sài Gòn (auj. Hồ Chí Minh-Ville, Cochinchine). « Huit bombes sont trouvées dans des points sensibles de Sài Gòn, tels que le parc du Gouvernement général, le palais de justice, le camp des tirailleurs annamites et le marché. L’attentat devait s’accompagner d’une révolte populaire et de l’avènement de l’imposteur Phan Xích Long, de son vrai nom Phan Phát Sanh, comme empereur d’Annam. Il fut condamné aux travaux forcés à perpétuité. L’enquête de la Sûreté déterminera plus tard des liens avec le prince Cường Để et les indépendantistes vietnamiens exilés en Chine ». Mathieu Gotteland.

 24 mars 1916 : torpillage du ferry Sussex par le U-29. « L’explosion arrache la proue du navire qui cependant ne coule pas, il sera à déplorer une cinquantaine de victimes parmi les passagers ainsi que de nombreux blessés, dont des américains. Cet acte choque fortement l’opinion publique aux Etats-Unis et le président Wilson menace l’Allemagne de rompre ses relations diplomatiques. La crainte de l’entrée en guerre des Etats-Unis conduit les Allemands à publier la promesse du Sussex, le 4 mai. Quant au navire, il termine la guerre dans le port du Havre avant d’être réparé et vendu à une compagnie maritime. Devenu l’Aghia Sophia, il est détruit par un incendie en 1921 ». CNE Jean-Baptiste P. (COMLE).

 24 mars 1944 : chute libre miraculeuse (Schmallenberg – Allemagne). Plus de 50 bombardiers sont abattus par les défenses antiaériennes et la chasse allemandes, lors d’une attaque de Berlin par la RAF.Le sergent mitrailleur Nicholas « Nick » Alkemade saute sans parachute de son bombardier Avro Lancaster abattu et survit à une chute de 5 600 m. Il tombe dans une forêt où les branches des sapins et une épaisse couche de neige amortissent sa réception. Il passera le restant de la guerre au Stalag III.

 24 mars 1946 : annonce de l’arrestation de Mihailovic (Belgrade). Le général Draza Mihailovic, officier serbe des forces yougoslaves est exécuté sur ordre du maréchal Tito (Jozip Broz) le 17 juillet 1946 après un procès à charge. Lorsque le 6 avril 1941, Hitler déclenche l’opération 25 contre la Yougoslavie qui refuse de s’aligner sur l’Allemagne, celle-ci est écrasée en 5 semaines malgré ses tentatives de résistance. Mihailovic gagne les montagnes de Bosnie où avec des partisans (qu’on appellera Tchetniks) fidèles au roi Pierre II de Yougoslavie, il  mène une guérilla féroce contre l’occupant nazi durant toute la guerre. Les historiens estiment aujourd’hui qu’Hitler a en grande partie échoué sur le front russe à cause de ces 5 semaines perdues en Yougoslavie. Le comportement héroïque de Mihailovic est alors salué par le général de Gaulle et Churchill. Il fait même la une du Time Magazine. Les partisans communistes de Tito n’entrent quant à eux en guerre contre les Allemands qu’après le plan Barbarossa. Partisans et Tchetniks luttent dès lors contre l’occupant tout en se combattant à l’occasion. Lâché par les Alliés et surclassé en nombre par les partisans communistes, Mihailovic vit dans la clandestinité, y compris après-guerre,  jusqu’à son arrestation.

 24 mars 1944 : la grande évasion (Pologne). Dans la nuit du 24 au 25 mars, 76 prisonniers de guerre appartenant à la R.A.F s’échappent du Stalag Luft III, situé près de Zägan. 50 sont capturés et exécutés. Cet épisode a inspiré le film La grande évasion.

24 mars 1971 : les Américains renoncent au supersonique commercial. Le Congrès américain abandonne le projet du Boeing 2707-200 SST, un avion supersonique. Le prototype du Concorde vole déjà depuis 2 ans.

 24 mars 1986 : F14 contre Mig 23 (Golfe de Syrte). « Les hostilités éclatent dans le Golfe de Syrte entre l’armée libyenne et les forces navales US. Trois porte-avions sont engagés, les USS Saratoga CV-60, USS America CV-66 et USS Coral Sea CV-43. Un combat entre deux Mig-23 libyens et deux Grumman F-14 « Tomcat » se déroule à distance sans qu’aucune action de tir ne soit effectuée, d’un côté comme de l’autre. Les batteries côtières de SAM envoient des missiles vers les F-14 sans succès. En réponse, les appareils US attaquent et détruisent un site radar, un site de missiles SAM et deux navires ». LCL Pierre B. (CFA).

 24 mars   Draza Mihailovic. De Gaulle admirait son combat et n’a jamais accepté le sort que Tito lui a réservé, à tel point qu’il se débrouillait pour être à l’étranger et ne pas avoir à serrer la main de Tito chaque fois que celui-ci était présent en France. Lire Mihailovic (1893-1946) – Héros trahi par les Alliés. Jean-Christophe Buisson.

  Quelques rendez-vous historiques :

du 24 mars au 27 août 2017 : exposition temporaire « Légion et cinéma » au musée de la Légion étrangère – Aubagne.
jusqu’au 30 juin 2017 : exposition « Le désert : explorations et opérations » – Musée des Troupes de Marine (Fréjus).
jusqu’au 26 juillet 2017 : exposition « Tambours, clairons, trompettes : commander, transmettre, informer en musique » au musée des Transmissions (Cesson-Sévigné).




Chronique historique : 23 mars

23032017

23 mars 1372 : prise de Chizé près de Niort par Du Guesclin. En utilisant une ruse de guerre, Du Guesclin reprend la ville qui est aux Anglais depuis 12 ans. Il déguise en soldats anglais, 200 des siens qui se font ouvrir les portes par des sentinelles imprudentes.

 23 mars 1782 : publication des Liaisons dangereuses. La seule guerre dont il est question dans cet ouvrage mondialement célèbre, est celle des sentiments. Ecrit par le général d’artillerie Pierre Choderlos de Laclos, le livre Les liaisons dangereuses fait scandale et est un succès littéraire immédiat et durable. Le film

23 mars 1800 : bataille de Coraim (Egypte). Après le retour de Napoléon en France, l’armée d’Orient est restée aux ordres du général Kléber. Il a battu les armées turques, poussées par les Britanniques, à Héliopolis le 20 mars, et parachève sa victoire en écrasant les dernières troupes regroupées à Coraim. Il peut ainsi entreprendre la reconquête de toute la haute Égypte, mais son assassinat, le 14 juin suivant, met un coup d’arrêt à son entreprise.

 23 mars 1918 : premier bombardement longue portée sur Paris. Le PariserGeschutz, canon longue portée allemand (210 mm, obtenu en re-chemisant des canons de cuirassés allemands de 305 mm) tire pour la première fois sur Paris depuis Crepy-en-Laonnais (à 120 km de Paris) et envoie une vingtaine d’obus entre 07h00 et midi sans que personne ne comprenne l’origine du bombardement étant donné qu’aucun survol de bombardier Gotha n’a été repéré. Baptisé Grosse Bertha à tort par les Français, ce canon longue portée est à lui seul plus meurtrier que les Zeppelins et les Gothas réunis.

 23 mars 1942 : l’OKW décide la construction du mur de l’Atlantique. « La directive n°40 signée du maréchal von Rundstedt ordonne de renforcer les côtes des pays occupés. Persuadés que les Alliés ne peuvent débarquer que près d’un port, les Allemands décident d’installer des batteries d’artillerie de longue et de moyenne portées près des principales installations portuaires notamment celles abritant des abris pour les U-Boot. L’organisation Todt réalisera l’ensemble des ouvrages. La réelle densification du système défensif arrivera après l’inspection du maréchal Rommel en décembre 1943 ».  CNE Jean-Baptiste P. (COMLE).

 23 mars 1943 : prise du djebel Mateb (Tunisie). En prenant d’assaut le lieu-dit, la force L du général Leclerc fait pour la première fois des prisonniers allemands.

 23 mars 1978 : premier mandat français de la FINUL (Liban). Le 3ème RPIMA débarque à Beyrouth en application des résolutions 425 et 426 du 19 mars 1978.

23 mars 1994 : collision de sous-marins (Mer de Barents). Deux sous-marins atomiques russes entrent en collision alors qu’ils font surface.

23 mars 1999 : déclenchement de l’opération « allied force » (République fédérale de Yougoslavie). L’OTAN déclenche les frappes aériennes contre les forces serbes dans la province du Kosovo et bombarde des infrastructures notamment à Belgrade. Les 350 avions de la coalition réalisent 25 000 sorties durant 78 jours. L’opération terrestre débute le 12 juin. La KFOR pénètre au Kosovo.

 23 mars 1983 : lancement de la guerre des étoiles (Washington). Le président Ronald Reagan annonce lors d’un discours télévisé le début des recherches pour doter le territoire des Etats-Unis d’un bouclier anti-missiles que les médias baptisent très vite programme guerre des étoiles. Sa véritable appellation est initiative de défense stratégique (IDS) et représente une surenchère technologique et financière insupportable pour l’URSS qui explique en partie (selon certains analystes) la chute de cette dernière en 1991. 

 23 mars  Le film Les liaisons dangereuses de Stefen Frears avec John Malkovitch et Michèle Pfeiffer.

 Quelques rendez-vous historiques :

du 24 mars au 27 août 2017 : exposition temporaire « Légion et cinéma » au musée de la Légion étrangère – Aubagne.
jusqu’au 30 juin 2017 : exposition « Le désert : explorations et opérations » – Musée des Troupes de Marine (Fréjus).
jusqu’au 26 juillet 2017 : exposition « Tambours, clairons, trompettes : commander, transmettre, informer en musique » au musée des Transmissions (Cesson-Sévigné).

Les conférences du Service historique de la Défense (SHD) avec leurs références bibliographiques.
et
les colloques, conférences, expositions, cinéma du site Mindef.




Chronique historique : 22 mars

22032017

22 mars 1421 : bataille du Viel Baugé (Maine-et-Loire). Thomas, duc de Clarens et frère du roi d’Angleterre (Henry V) est chargé par ce dernier d’accroitre les possessions anglaises en France. Il vient d’échouer à prendre Angers et se dirige vers Tours lorsqu’il apprend que le Dauphin Charles (le futur roi de France, Charles VII) bénéficie d’une aide de 5000 soldats écossais qui bivouaquent à Baugé. Voulant profiter de l’effet de surprise, le duc de Clarens ne prend pas le temps de réunir toutes ses forces (3000 hommes) et décide d’attaquer uniquement avec sa cavalerie (1500 hommes) un peu avant la tombée de la nuit. Les troupes franco-écossaises commandées par le duc Motier de Lafayette (ancêtre du fameux Lafayette) sont sur leurs gardes et s’installent sur les hauteurs du Viel Baugé pour recevoir l’ennemi.  La cavalerie anglaise alors qu’elle est repérée, en infériorité numérique et de plus en contrebas de l’objectif, maintient son attaque et se fait massacrer. Cet Azincourt (1415) inversé est la première vraie défaite des Anglais en France durant la guerre de cent ans. Le duc de Clarens meurt au combat avec 1000 de ses cavaliers anglais à cause de son entêtement.  La même attitude a perdu les Français à Azincourt, 6 ans plus tôt., Jeanne d’Arc n’a que 9 ans et il faudra attendre encore 8 ans avant qu’elle ne lance la reconquête des terres françaises occupées par les Anglais. La ville de Baugé est jumelée depuis 1965 avec la ville écossaise de Milngavie en souvenir de cette bataille victorieuse.

 22 mars 1594 : début de la fin des guerres de religion (Paris). Henri IV entre nuitamment dans la capitale défendue par la Ligue catholique.  Après avoir abjuré le protestantisme à Saint Denis (25 juillet 1593) et avoir été sacré roi de France à Chartres (27 février 1594), Henri IV sans pour autant être acclamé par les Parisiens, prend possession du Louvres. L’Edit de Nantes (1598) mettra fin à la 8ème et dernière guerre de religion même si les tensions perdureront sous Louis XIII et Louis XIV. 

 22 mars 1869 : décès de Jomini (Paris). Né en Suisse, il est repéré par le général Ney qui l’enrôle dans la Grande Armée en 1803. Il participe à quasiment toutes les campagnes du premier empire mais ne pouvant accéder au grade de général de division pour de sombres raisons, passe à l’ennemi en 1813 et devient aide de camp du Tsar Alexandre 1er. Il a publié de nombreux ouvrages de tactique et d’histoire militaire.

22 mars 1943 : Normandie-Niemen rejoint le front russe. Formés aux procédures soviétiques et à la langue russe, les pilotes de  l’escadrille française Normandie-Niemen, commandée par Jean Tulasne, rejoignent avec leurs chasseurs Yak-1 la base de Polotniani-zavod à proximité du front.

 22 mars 1944 : mort de Pierre Brossolette (Paris). Intellectuel et homme d’action, Brossolette se caractérise certes par un grand courage et une grande intelligence (major à l’entrée à Normale Sup) mais surtout par une indépendance d’esprit faisant de lui un homme libre. Avant-guerre, il est un moment dans le camp des pacifistes, mais réalise le danger du nazisme et fustige l’attentisme de ses anciens compagnons. Lors de la retraite de 1940, il se comporte brillamment et est nommé capitaine. Il entre dans la résistance aux côtés du colonel Rémy (confrérie Notre Dame) et accomplit plusieurs missions entre Londres et la zone occupée. Il est l’un des principaux artisans de l’unification des mouvements de résistance avec Jean Moulin. Arrêté le 3 février lors d’un contrôle de routine, il est reconnu et transféré au QG parisien de la Gestapo où malgré la torture, il ne parle pas. Il se défenestre à la faveur d’un moment d’inattention de ses gardiens.

22 marsPierre Brossolette.

 22 mars 1945 : Kamikazes contre l’Enterprise (Pacifique). Le porte-avions USS Enterprise est endommagé à la suite d’un incendie de pont provoqué par ses propres défenses anti-aériennes qui visaient des avions kamikazes japonais. Au cours des missions menées par la TF 58, l’US Navy revendique 528 appareils japonais détruits. Les Japonais, pour leur part, admettent 163 avions perdus en combat aérien et « quelques-uns » au sol. Les attaques kamikazes ne sont ici guère probantes.

 22 mars 1991 : F15 contre Sukhoi (Irak). Un McDonnell F-15C « Eagle » du 36th TFW abat un Sukhoï Su-22 iraquien avec un missile Sidewinder. L’ailier du Su-22 abattu se crashe en tentant des manœuvres évasives à l’approche du F-15.

 22 mars 2006 : mort de Pierre Henry Clostermann. L’as français de la chasse est bien évidemment un personnage hors normes : à 24 ans, il possède 33 victoires homologuées en combat aérien. Né au Brésil du fait des fonctions de diplomate de son père, il rejoint la France libre dès 1940 et est affecté dans les escadrilles de chasse les plus prestigieuses (Groupe de chasse Alsace). Après la guerre, il est ingénieur, chef d’entreprise, député et écrivain. Sa vie continue sur le mode aventure mais dans un registre différent : il rencontre de gaulle, Joseph Kessel, Romain Gary, Ernest Hemingway, Che Guevara, Salazar,… Homme de conviction et ayant le courage de les assumer, il rempile lors de la guerre d’Algérie, alors que son statut de parlementaire pourrait l’en dispenser. Son ouvrage, Le grand cirque (1948) s’est vendu à plus de 3 millions d’exemplaires : Témoignage d’un pilote de chasse pendant la seconde guerre mondiale, ce classique est à l’origine de bon nombre de vocations de pilotes. Après la guerre d’Algérie, il rédige Appui feu sur l’oued Hallail. Il a aussi préfacé beaucoup de livres dont Pilote de stuka d’H.U Rudel, l’as allemand du front de l’Est.

22 mars 1984 : assassinat de l’ADC Philippe Mariotti (Halle-Lettin – ancienne RDA).  L’adjudant-chef Philippe Mariotti, sous-officier de la MMFL(missions militaires de liaison française), meurt dans une embuscade de la STASI. En mission de reconnaissance à proximité d’une caserne de l’armée nationale populaire Est-allemande (NVA) son véhicule de liaison est délibérément écrasé par un camion militaire. Les deux autres occupants du véhicule (un officier chef d’équipage et un sous-officier observateur) sont grièvement blessés. Après la chute du mur, l’ouverture des archives a permis de confirmer la nature criminelle de cet accident minutieusement programmé par la STASI. La 145 ème promotion de l’ENSOA porte le nom de l’adjudant-chef MARIOTTI et une stèle marque aujourd’hui l’emplacement du drame à Halle-Lettin (Saxe-Anhalt). L’amicale dépose aujourd’hui à St Maixent une gerbe devant la stèle.

22 mars bis

   Quelques rendez-vous historiques :

 Les conférences du Service historique de la Défense (SHD) avec leurs références bibliographiques.
et
les colloques, conférences, expositions, cinéma du site Mindef.




Chronique historique : 21 mars

21032017

21 mars 1801 : bataille de Canope ou d’Alexandrie (Egypte). Devenu général en chef des troupes françaises en Egypte après l’assassinat de Kleber, le général Menou ne fait pas l’unanimité de ses généraux : bon organisateur, il est cependant jugé piètre tacticien, ce que la bataille de Canope va confirmer. Sa conversion à l’Islam et son mariage avec une Egyptienne accentuent les mauvaises relations entretenues au sein de son état-major. Lorsque les Anglais d’Abercromby débarquent en force à Aboukir (16 000 hommes) le 8 mars, il tarde à intervenir, les laissant écraser la petite garnison d’Aboukir puis s’installer efficacement. Réalisant que chaque jour qui passe renforce les Anglais, il décide d’attaquer le 21 dans la nuit. Après une diversion réussie, l’attaque sur le centre du dispositif anglais échoue : Le général Lanusse, mortellement blessé, laisse ses troupes désemparées. L’obscurité et le manque de coordination conduisent à des combats fratricides. L’assaut est manqué. Menou, mal renseigné sur les opérations en cours, lance tout de même sa cavalerie. Les dragons tuent Abercromby mais sont eux-mêmes anéantis. Menou se replie à Alexandrie où il capitule le 31 août. La campagne d’Egypte est finie.

 21 mars 1804 : exécution du duc d’Enghien (Vincennes). Héritier des Bourbon – Condé et espoir des royalistes, le duc d’Enghien a émigré au grand-duché de Bade pour fuir la Révolution mais reste encore pour certains Français une alternative politique au futur empereur. Le premier consul Bonaparte commande son enlèvement (14 mars) puis son exécution pour cause de complot contre la sureté de l’Etat. L’accusation n’a jamais pu être prouvée et même si elle a choqué bon nombre de Français par son caractère expéditif et la dignité d’Enghien, elle a atteint son but puisque les velléités de putscher Bonaparte ont cessé. Une stèle se dresse toujours dans les fossés du château de Vincennes, à l’endroit où a été fusillé Enghien. Lire l’excellent site Hérodote.

 21 mars 1905 : le service passe à deux ans. La loi du 21 mars 1905, porte le service militaire à deux ans et supprime toutes les dispenses sauf l’incapacité physique.  Les polytechniciens et saint-cyriens sont tenus de servir un an dans les régiments avant d’intégrer leur école. Les élèves des grandes écoles  accomplissent la 1° année dans le rang et la 2° comme sous-lieutenant. Les autres diplômés peuvent au bout d’un an, après concours, devenir élève-officier de réserve et être nommés sous-lieutenant au bout de 18 mois.
                              

21 mars 1918 : opération Michael. Le commandant en chef des forces allemandes, le général Luddendorf, lance à la charnière entre les zones d’action britannique et française l’opération destinée à percer le front allié dans le secteur de la Somme, en direction d’Amiens. Les Allemands engagent l’Abteilung 1 composé de 5 A7V et de 5 Mark IV Britanniques (chars pris aux britanniques). Pour la première fois, le front est percé et les alliés jettent toutes les troupes disponibles pour combler la brèche. Leur mauvaise coordination pour faire face à cette menace conduira cinq jours plus tard (conférence de Doullens) à confier au général Foch la coordination des armées sur tout le front Ouest.

 21 mars 1946 : prise de Thakkek (Laos). Le commando léger n°2 (ou CDT Guennebaud) appartenant au 5ème RIC prend la ville de Thakkek occupée par 1300 Viet Minh. Il perd 9 commandos dans cette action.

        21 mars               

Quelques rendez-vous historiques :

 jusqu’au 30 juin 2017 : exposition « Le désert : explorations et opérations » – Musée des Troupes de Marine (Fréjus).
jusqu’au 26 juillet 2017 : exposition « Tambours, clairons, trompettes : commander, transmettre, informer en musique » au musée des Transmissions (Cesson-Sévigné).
et
Les conférences du Service historique de la Défense (SHD) avec leurs références bibliographiques.
et
les colloques, conférences, expositions, cinéma du site Mindef.




Chronique historique : 20 mars

21032017

20 mars 1800 : bataille d’Héliopolis (Egypte). Assurant le commandement de l’armée d’Égypte depuis le départ de Bonaparte, le général Kléber sort du Caire et s’oppose aux charges de janissaires (65 000 hommes) en formant ses quatre brigades en carrés (15 000 hommes au total) sur la rive droite du Nil. Il remporte la bataille et matte la rébellion qui se développe dans Le Caire. Son assassinat le 14 juin marque le tournant de la fortune des Français en Égypte, avec une reddition finale le 31 août 1801.

20 mars 1814 : bataille d’Arcis sur Aube. Durant la campagne de France qui conduit l’Empereur à abdiquer, Napoléon donne un sursis à Paris en obligeant les forces coalisées à rebrousser chemin. Il livre bataille à Arsis sur Aube croyant prendre à revers les Autrichiens. Les Français  (28 000 hommes) se battent très bien contre plus nombreux qu’eux obligeant l’ennemi à se réorganiser. Lorsque Napoléon attaque à nouveau, c’est à l’armée coalisée entière (90 000 hommes) qu’il a affaire et il se résout à battre en retraite pour ne pas être écrasé.

 20 mars 1912 : création du service de l’aviation maritime (Fréjus Saint-Raphaël). Par décret présidentiel et sur les bases des recommandations de la commission Le Pord (1910), la future aéronavale voit le jour. Elle est initialement constituée d’un hydravion Canard Voisin embarqué sur le croiseur Foudre dont le premier commandant est le capitaine de frégate Fatou (par ailleurs commandant supérieur de l’aviation maritime).

 20 mars 1917 : entrée en guerre des Etats-Unis (Washington). « Le président Wilson convoque le Congrès des Etats-Unis en session extraordinaire. A l’unanimité, le gouvernement décide d’engager le pays dans la guerre. » LCL R. Porte.

20 mars 1929 : mort du maréchal Foch (Paris). A l’âge de 77 ans.

20 mars 1995 : attentat au sarin à Tokyo (Japon). La secte Aum Shinrikyo (la vérité suprême) diffuse du sarin (liquide neurotoxique) dans le métro tuant 10 personnes et en blessant plus de 4000.

 20 mars 1993 : collision de sous-marins (au large de Mourmansk). Le sous-marin nucléaire d’attaque américain USS Grayling, en mission de renseignement, percute le K 407 Novomoskovsk, SNLE soviétique effectuant des manoeuvres près de sa base. Les deux sous-marins sont légèrement endommagés. L’administration Clinton est embarrassée car est en train de préparer une rencontre avec le président Eltsine devant avoir lieu dans une semaine.

   20 mars Le K 407 Novomoskov.

 Quelques rendez-vous historiques :

jusqu’au 30 juin 2017 : exposition « Le désert : explorations et opérations » – Musée des Troupes de Marine (Fréjus).
jusqu’au 26 juillet 2017 : exposition « Tambours, clairons, trompettes : commander, transmettre, informer en musique » au musée des Transmissions (Cesson-Sévigné).
et
Les conférences du Service historique de la Défense (SHD) avec leurs références bibliographiques.
et
les colloques, conférences, expositions, cinéma du site Mindef.




Bilan de la conférence débat de la CAJ du 15 mars : « Ce que veulent les jeunes ? »

20032017

cqvlj

« Ce que veulent les jeunes ! Entre quête de sens et nouveaux regards sur la Défense ».

Tel était l’objet de la conférence-débat organisée par la Commission armées-jeunesse qui s’est tenue le 15 mars 2017, à l’École militaire (Paris).

La conférence – débat « Ce que veulent les jeunes » qui s’est tenue à Paris le 15 mars est basée sur une étude conduite depuis 2014, par le Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF), dans le cadre de l’observatoire triennal sur les nouvelles générations constituant le futur vivier de recrutement des armées, commandée par le ministère de la Défense. Les chercheurs – Ronard Hatto, Anne Muxel et Odette Tomescu-Hatto – ont présenté une synthèse de leurs travaux. Un débat sur le thème « les jeunes et l’armée » a suivi.

Une image positive de l’institution

Le portrait de la jeunesse qui ressort de l’étude, c’est d’abord celui d’une jeunesse désireuse d’un retour aux valeurs – à l’ordre, à l’autorité, à la discipline – dans la sphère publique et dans le temps. Deuxième trait soulevé : la défiance généralisée envers les institutions. Défiance qui ne va d’ailleurs pas à l’encontre d’une sensibilité aux valeurs d’engagement. Enfin, le trio de chercheurs souligne une montée en puissance de la protestation et de l’expression du mécontentement. D’une manière générale, l’étude pointe une disponibilité envers la possibilité de s’engager, arrimée à une image positive de l’institution militaire.

Des perceptions variées suivant les tranches d’âges

Si l’institution militaire détient globalement une image positive, les perceptions varient selon les tranches d’âges. Les enfants (10-13 ans) conservent une vision idyllique de l’armée et des militaires. Ils l’associent à des mots tels que guerre, courage, force physique ou sacrifice. 73% des adolescents (14-17 ans) se disent peu ou pas intéressés par les questions militaires. Ce qui leur vient à l’esprit, ce sont des valeurs : autorité, respect, patrie, nation, engagement, protection, sécurité et paix. Au courage et à la force physique, les adolescents ajoutent l’esprit d’équipe. Quant aux adultes (18-30 ans), leurs représentation sont empruntes de maturité et mettent en relief les valeurs telles que la défense, la discipline, l’engagement mais aussi les contraintes et les obligations.

Les jeunes ont besoin de se sentir utile socialement

Selon les chercheurs, la connaissance des attentes des jeunes et l’attractivité de l’armée sont étroitement liés. Comprendre les attentes des nouvelles générations s’avère essentiel pour mieux cibler leurs intérêts. Les jeunes sont demandeurs de stabilité et de perspectives, et nombreux sont ceux qui opteraient pour un métier de militaire. L’institution militaire doit expliquer son rôle et mettre en avant la panoplie de ses métiers.

Antoine Dulin, vice-président du Conseil économique, social et environnemental (CESE) résume ces aspirations : les jeunes ont besoin de se sentir utile socialement, ils sont demandeurs de sens, de repères et de cadres, mais aussi de reconnaissance. Ils ont aussi besoin d’un accompagnement très fort dans leurs démarches et de se repérer dans le millefeuille des dispositifs.

Témoignage : aspirant Vincent, élève officier à l’École navale

« L’engagement peut faire peur. Il existe une frontière entre le monde civil et le monde militaire et les jeunes ont parfois le sentiment qu’une fois engagé, le retour en arrière n’est pas possible. Les échanges avec des militaires estompent cette distance et donne à l’armée une dimension plus concrète […] L’armée doit aller vers les jeunes et non l’inverse. Elle doit mettre en avant l’histoire militaire, les grandes figures pour faire ressentir à la jeunesse qu’elle est héritière de ce patrimoine […] Les jeunes sont plus attirés par l’aspect technique : les technologies de pointe sont un facteur d’engagement pour mener des opérations extraordinaires et faire des choses hors du commun. »







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles