L’information circule…il suffit de vouloir la rencontrer

27092013



Chronique historique : 30 novembre

30112016

30 novembre 1700 : bataille de Narva (Estonie actuelle). Les Suédois, bien qu’en infériorité numérique, écrasent les Russes en profitant d’une tempête de neige soufflant par chance dans l’axe de leur attaque.

 30 novembre 1750 : mort du maréchal de Saxe (Chambord). Le chef de guerre le plus habile de Louis XV.

 30 novembre 1807 : la Grande Armée entre dans Lisbonne.

 30 novembre 1808 : combat de Somosierra (Espagne). En route vers Madrid pour effacer l’affront de la capitulation de Baylen, l’armée française est arrêtée dans le défilé de Somosierra par le tir de quatre batteries de canons que défendent quelques 8 000 hommes. Après plusieurs tentatives de débordement infructueuses, Napoléon envoie les 150 chevau-légers Polonais qui constituent ce jour-là son escadron de service. Pour leur baptême du feu, les lanciers forcent le passage jusqu’au col, bientôt soutenus par un deuxième escadron de lanciers et les chasseurs à cheval de la Garde, au prix de 57 des leurs. La route de Madrid est ouverte. En 1936, durant la guerre civile espagnole, une autre bataille aura lieu au même endroit : Somosierra est un des rares passages dans le massif de Guadarrama (culminant à 2430 mètres) qui barre dans son centre l’Espagne, juste au Nord de Madrid. C’est une des principales défenses naturelles de la capitale.

 30 novembre 1840 : la Belle poule accoste à Cherbourg. Le Prince de Joinville, fils du roi Louis-Philippe, est de retour de l’ile de Sainte Hélène où il est parti cherché les restes de l’empereur.

 30 novembre 1853 : bataille de Sinope (actuelle Turquie – côte de Mer Noire). Bataille navale russo-turque qui déclenche la guerre de Crimée et voit la victoire de la flotte russe venue bombarder les Ottomans à l’intérieur du port de Sinope. C’est l’une des dernières batailles navales de la marine à voile. Seuls quelques unités étaient à vapeur notamment dans la flotte russe du Tsar Nicolas 1er. En revanche, la marine russe a utilisé des obus explosifs qui ont ravagé la flotte ottomane alors que cette dernière ne disposait que de boulets traditionnels. La France, l’Angleterre et le Piemont vont déclarer la guerre au Tsar pour contrer ses ambitions méridionales. (Cf. Carte).

 30 novembre 1870 : combat du plateau de Villiers. Le général Trochu afin de rompre l’encerclement de Paris par les Prussiens et de redonner courage aux Parisiens ordonne une sortie en direction de Champigny et Villiers. Le général Ducrot sort avec 80 000 hommes, franchit la Marne mais ne parvient pas à percer les lignes de la division du Wurtemberg solidement installée en défensive sur les hauteurs.

 30 novembre 1939 : l’armée rouge attaque la Finlande. Des tirs d’artillerie sur le village de Mainila tuent 4 soldats soviétiques le 26 novembre. Moscou accuse immédiatement la Finlande et réclame un retrait de ses troupes de l’isthme de Carélie (à portée de canon de Leningrad). La Finlande propose le lendemain un retrait mutuel des troupes, mais l’URSS maintient ses accusations et dénonce unilatéralement le traité de non-agression russo-finnois de 1932. Le 30 novembre, 400 000 soviétiques envahissent la Finlande ; la guerre d’hiver débute. L’armée rouge va essuyer de nombreux revers face à la valeureuse petite armée finlandaise (250 000 hommes), bien préparée. La loi du nombre l’emportant, la Finlande finit par être vaincue, le 12 mars 1940.

 30 novembre 1972 : proposition française d’une Europe spatiale (Paris). En conseil interministériel sur l’espace, la proposition du CNES d’associer des partenaires européens au projet de lanceur de satellites (L3S) est acceptée par le président Pompidou. Un mois plus tard, à Bruxelles, la proposition est officiellement faite aux pays européens.

 30 novembre

                  

Quelques rendez-vous historiques :

02 décembre 2016 : colloque « La Marseillaise chant de guerre, chant de liberté » à Balard – amphithéâtre Valin (Paris).
03 décembre 2016 – de 14h00 à 19h00 : « 86ème Après-midi du livre » des Ecrivains combattants, à la Mairie du XVème (Paris).
10 décembre 2016 – de 10h00 à 16h30 : « 8ème édition de la Plume et l’Epée » – salon du livre – conférences – prix littéraire (Tours).
jusqu’au 23 décembre 2016 : exposition : « De Brest à Vincennes : trois siècles d’histoire de la Marine » au Château de Vincennes.
jusqu’au 31 décembre 2016 : exposition « Visages du 25 août » –  Maison du Souvenir de Maillé (Indre-et-Loire).
jusqu’au 15 janvier 2017 : exposition « Mission mode, styles croisés » - Musée de la Légion étrangère (Aubagne) et château Borély (Marseille).
jusqu’au 29 janvier 2017 : exposition « Guerres secrètes » – Musée de l’Armée (Invalides).
jusqu’au 29 janvier 2017 : exposition « Verdun, la guerre aérienne » – Musée de l’air et de l’espace (Le Bourget).
jusqu’au 30 juin 2017 : exposition « Le désert : explorations et opérations » – Musée des Troupes de Marine (Fréjus).
jusqu’au 26 juillet 2017 : exposition « Tambours, clairons, trompettes : commander, transmettre, informer en musique » au musée des Transmissions (Cesson-Sévigné).
et
Les conférences du Service historique de la Défense (SHD) avec leurs références bibliographiques.

 




Colloque « ACTION MILITAIRE ET SOUVERAINETE » du CDEC du 19 janvier 2017

29112016

Le CDEC organise un colloque de pensée militaire  le jeudi 19 janvier 2017 en amphithéâtre Foch, à l’Ecole militaire, de 14h00 à 19h00.

Le thème est : Action militaire et souveraineté

cdec




Chronique historique : 29 novembre

29112016

29 novembre 1226 : sacre de Louis IX (Reims). Le futur Saint Louis est couronné roi à l’âge de 12 ans et succède à son père Louis VIII, mort le 8 novembre. Sa mère, Blanche de Castille, assure la régence.

 29 novembre 1516 : signature de la paix de Fribourg (Suisse). Suite à la victoire française de Marignan, les Suisses signent une « paix perpétuelle » avec la France et prêtent serment de ne plus s’allier contre elle. Ils serviront le roi de France jusqu’à la Révolution française.

 29 novembre 1693 : attaque anglaise de Saint Malo. Voulant détruire la base de départ des corsaires français qui portent de terribles coups au commerce anglais, le commodore John Bembow lance contre les remparts de la ville (au niveau de la poudrière dans la tour Bidouane), un navire chargé de poudre. La « machine infernale » s’échoue fort heureusement avant d’atteindre son objectif et ne tue que ses occupants.

 29 novembre 1812 : le général Eblé brule les ponts sur la Bérézina. En retraite et sous la pression des Russes beaucoup plus nombreux, 25 000 soldats français ont franchi le fleuve grâce aux deux ponts construits en une seule nuit. Ce franchissement est possible grâce, aussi, aux combats retardateurs efficaces et héroïques que mène la division Victor sur les arrières. Napoléon donne l’ordre de détruire les ponts le 29 à 07 heures. Eblé tente de faire passer un maximum de retardataires et exécute l’ordre à 09 heures bloquant environ 10 000 soldats et civils français sur l’autre rive. Comme beaucoup de pontonniers et sapeurs, il mourra lui-même d’épuisement un mois plus tard.

 29 novembre 1909 : bataille du puits d’Achourat (nord de Tombouctou –actuel Mali). Le capitaine Grosdemange, commandant le groupe nomade d’Araouane (75 hommes) , surprend un rezzou de Kountas et de Beraber (98 hommes) qu’il attaque de nuit. Ceux-ci sont immédiatement renforcés par un autre rezzou (270 hommes) non détecté. Le combat dure 15 heures coutant 70 tués à l’ennemi et 16 au GN, dont Grosdemange que ses hommes enterrent à Tombouctou.

29 novembre 1890 : naissance de Maurice Genevoix (Decize). Normalien, académicien, Genevoix est sous-lieutenant d’infanterie pendant la Première Guerre Mondiale.  Il participe à la bataille de la Marne, aux Eparges et est grièvement blessé à la Tranchée de Calonne (25 avril 1915), là où quelques mois plus tôt est tombé Alain Fournier. Ses ouvrages consacrés à la Grande Guerre sont parmi les plus émouvants et les plus célèbres de la littérature de guerre. Simplicité, exactitude et bienveillance caractérisent à la fois l’écrivain et son style. Ceux de 14 publié en 1949  (et réédité en 2013) rassemble ses ouvrages parus pendant et juste après la guerre. Dans La mort de près , écrit en 1972, il revient à froid, sur ses premiers souvenirs. Il est mort en 1980 « après avoir survécu près de 65 ans ».Le sous-lieutenant Maurice Genevoix aurait 126 ans aujourd’hui.

29 novembre 1945 : fondation de la République fédérale yougoslave. L’Assemblée constituante à majorité communiste, élue le 24 novembre, proclame la République fédérale populaire de Yougoslavie. Le monarque Pierre II s’exile.

29 novembre 1962 : accord franco-britannique pour Concorde (Londres). Sud Aviation et British aircraft corporation signent un accord pour l’étude et la construction d’un avion de transport civil supersonique qui ne s’appelle pas encore à ce stade, Concorde.

  29 novembreFranchissement de la Bérézina :  Le premier pont destiné aux voitures a été construit par les fameux 400 pontonniers du général Eblé. Il s’effondre à plusieurs reprises sous le poids des attelages et est rétabli à chaque fois. Le second pont, emprunté par l’infanterie et la cavalerie, est construit sous la direction des généraux Aubry (artillerie) et Dode de la Brunerie (génie). Pour ce dernier pont, les sapeurs, sous les ordres du capitaine Paulin, commandant le génie de la 3e division, sont aidés par des artilleurs et des marins de la garde. Il a tenu jusqu’à sa destruction sur ordre, un détachement de sapeurs en armes empêchant le passage des voitures. Pour plus d’infos, lire : Percin (col), Azibert (cdt), Desmazes (cdt), Tribié (cdt), Historique du 2e régiment du génie. Paris : Lavauzelle, 1893, comme conseillé hier.

 Quelques rendez-vous historiques :

02 décembre 2016 : colloque « La Marseillaise chant de guerre, chant de liberté » à Balard – amphithéâtre Valin (Paris).
03 décembre 2016 – de 14h00 à 19h00 : « 86ème Après-midi du livre » des Ecrivains combattants, à la Mairie du XVème (Paris).
10 décembre 2016 – de 10h00 à 16h30 : « 8ème édition de la Plume et l’Epée » – salon du livre – conférences – prix littéraire (Tours).
jusqu’au 23 décembre 2016 : exposition : « De Brest à Vincennes : trois siècles d’histoire de la Marine » au Château de Vincennes.
jusqu’au 31 décembre 2016 : exposition « Visages du 25 août » –  Maison du Souvenir de Maillé (Indre-et-Loire).
jusqu’au 15 janvier 2017 : exposition « Mission mode, styles croisés » - Musée de la Légion étrangère (Aubagne) et château Borély (Marseille).
jusqu’au 29 janvier 2017 : exposition « Guerres secrètes » – Musée de l’Armée (Invalides).
jusqu’au 29 janvier 2017 : exposition « Verdun, la guerre aérienne » – Musée de l’air et de l’espace (Le Bourget).
jusqu’au 30 juin 2017 : exposition « Le désert : explorations et opérations » – Musée des Troupes de Marine (Fréjus).
jusqu’au 26 juillet 2017 : exposition « Tambours, clairons, trompettes : commander, transmettre, informer en musique » au musée des Transmissions (Cesson-Sévigné).
et
Les conférences du Service historique de la Défense (SHD) avec leurs références bibliographiques.




L’ADO : Entraide Défense

29112016

Capture d’écran 2016-11-29 à 02.51.10

Communiqué du président de l’ADO (Association pour le Développement des Oeuvres d’entraide dans l’armée, ou, en raccourci, « Entraide Défense »).

Il y a quelques mois, j’ai été élu à la présidence de l’ADO, afin de prendre la suite du GCA (2S) Nicolas de Lardemelle. Comme la plupart d’entre vous, tout au long de ma carrière  d’active, je n’ai eu que peu de contacts avec cette association, née en 1939 et reconnue d’emblée d’utilité publique. Je vous joins son bulletin 2016 : fichier pdf Bulletin 2016 VD

Vous y découvrirez qu’elle consacre l’essentiel de ses ressources au soutien des familles endeuillées, et plus particulièrement des orphelins, dans un cadre plus large que la seule armée de Terre, et au-delà du sujet douloureux des orphelins de guerre, pour lesquels nous œuvrons en étroite relation avec Terre Fraternité. Favoriser la réussite scolaire et l’insertion professionnelle des enfants de nos camarades disparus est le cœur de notre projet associatif. Il est, je pense, le meilleur hommage que nous puissions leur rendre au nom de la fraternité d’armes qui nous unit.

Je ne peux que vous inciter à visiter le site de l’association (adresse : www.entraide-defense.fr) et à vous abonner à notre lettre d’information trimestrielle. Et merci à ceux d’entre vous qui seraient prêts à aller un peu plus loin : adhésion, donation, bénévolat, ou tout simplement relais de diffusion de notre action dans les multiples réseaux associatifs ou professionnels auxquels vous appartenez, pour poursuivre dans la voie que l’on nous a appris en école « du rôle social de l’officier ».

GCA (2S) Jean-Tristan VERNA




Débat : Les impostures de la politique française de défense, un article du groupe « Les Arvernes » dans Les Echos

29112016

Tiré de : LES ECHOS Le 11/10 à 06:00Mis à jour à 14:39

LE CERCLE/POINT DE VUE – Il faut se donner des moyens budgétaires réels pour fournir à nos forces armées le financement adéquat permettant de recruter et d’équiper nos forces.

La vague d’attentats qui frappe la France, depuis janvier 2015, a remis au-devant de notre scène politique les questions de défense. Parallèlement, l’actualité internationale ne cesse de violemment frapper à notre porte et montre, s’il en était encore besoin, que notre monde est dangereux et instable. Certes, malgré la guerre froide, malgré la menace permanente de frappes nucléaires venues de l’Est et malgré les guerres coloniales, la France et son environnement géographique immédiat ont eu la chance de ne plus connaître de conflit armé sur leur sol depuis le 8 mai 1945.

Pourtant, les temps changent et le monde de la guerre est non seulement venu frapper à nos portes ces dernières années, en Libye ou en Syrie, pour ne citer que ces deux exemples, mais il s’est aussi réintroduit subrepticement sur nos territoires par l’intermédiaire d’un terrorisme d’essence islamiste en pleine dynamique nationale et internationale. Et ce n’est vraisemblablement qu’un début. Le retour de la guerre sur notre sol a clairement pour conséquence de nous obliger à restaurer un minimum d’esprit combatif et de préparer au mieux notre pays aux défis géopolitiques et sécuritaires qui s’annoncent.

Un ennemi, une stratégie et des moyens

Pour cela, il faut désigner l’ennemi clairement et le traiter comme tel. Le 26 juiller dernier, François Hollande nous assénait un solennel « cette guerre, nous la gagnerons », mais comment peut-on vaincre si notre volonté est sans cesse « amputée » par une idéologie qui tend à minimiser notre histoire, nos héros et notre héritage ?

Il faut ensuite élaborer une stratégie visant à nous faire gagner le combat et cesser de mélanger nos intérêts les plus stratégiques, que plus personne ne parvient d’ailleurs à percevoir clairement, aux théories interventionnistes de Bernard Kouchner, qui, comme pour la Syrie en 2013, voulait nous engager dans des aventures militaires dignes des pires bourbiers stratégiques de notre histoire. Gagner la guerre a un coût qui s’appelle appliquer le principe de réalité.

Enfin, il faut se donner des moyens budgétaires réels pour fournir à nos forces armées le financement adéquat permettant de recruter et d’équiper nos forces. Il suffit de se pencher sur le rapport de la Cour des comptes  du 29 septembre 2014 pour voir à quel point la disponibilité opérationnelle de nos matériels militaires est faible.

Grand flou sur le budget et les effectifs

A rebours des affirmations répétées de nos autorités politiques, il faut surtout rappeler que la loi de programmation militaire 2014-2019, adoptée en 2013 et actualisée le 28 juillet 2015, prévoit la suppression de 33.675 emplois dans l’armée. Or, le gouvernement annonce sans cesse de nouveaux chiffres, affichant finalement 6.918 postes supprimés sur la période 2014-2019, puis 10.000 annulations de suppressions de postes, puis 800 nouveaux postes, sans que plus personne ne puisse, et c’est volontaire, véritablement comprendre de combien d’effectifs nous disposons dans les armées.

Dossier : le projet de loi de finances 2017

De même, le gouvernement annonce une rallonge budgétaire de 3,8 milliards d’euros à la Défense. Ces crédits sont étalés dans le temps et les deux tiers sont programmés pour après la fin du quinquennat de François Hollande. Un nouveau « bonus » de 418 millions d’euros est affiché pour 2017 par le ministre de la Défense dans le projet de loi de finances pour 2017, mais la vérité des prix du budget de la défense ne sera en réalité connue qu’au printemps 2017, lorsque les comptes seront clos et que la campagne présidentielle sera achevée. Le temps n’est plus aux Livres blancs et aux lois de programmation militaire sur vingt ans, qui sont en général remises en cause par le gouvernement suivant. C’est bien là l’essentiel pour le futur chef de l’Etat, quel qu’il soit.

Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, d’économistes, de professeurs d’université et de chefs d’entreprise.




Chronique historique : 28 novembre

28112016

28 novembre 1809 : bataille d’Alba de Tormes (Salamanque). Victoire de Kellermann sur les Espagnols.

 28 novembre 1812 : les Russes tentent de détruire la Grande Armée à la Bérézina. L’Empereur a franchi la Bérézina avec une partie de la Grande Armée, le 26. Le maréchal Ney défend la rive droite (rive arrivée) pendant que Victor contient les Russes sur la rive gauche (rive départ) où beaucoup de retardataires n’ont toujours pas franchi. Pour la référence historique sur le franchissement de la Bérézina, lire :  Percin (col), Azibert (cdt), Desmazes (cdt), Tribié (cdt), Historique du 2e régiment du génie. Paris : Lavauzelle, 1893.

 28 novembre 1870 : bataille de Beaune la Rolande (Loiret). Défaite française.

 28 novembre 1942 : arrivée en URSS du futur « Normandie-Niemen » (Bakou). Trois Lisunov 2 soviétiques se posent à Bakou en provenance de Téhéran avec à leur bord les premiers volontaires français du groupe d’aviation de chasse. Originaires du 340ème Squadron « Ile de France » (Angleterre) et du groupe « Alsace » (Moyen-Orient), les 62 premiers volontaires débutent une extraordinaire épopée.

28 novembre 1944 : bataille de la Hardt (Alsace). Le 1er régiment de tirailleurs marocains s’illustre particulièrement dans les combats très durs qui se déroulent dans la forêt frontalière avec l’Allemagne. La 1ère armée du général de Lattre vient de libérer Belfort et Mulhouse. Mais pour franchir le Rhin, il lui faut traverser la forêt de la Hardt que tient la 19ème armée allemande ainsi que toute la région de Colmar. Afin de protéger le pont de Chalampé, un des seuls points de passage vers l’Allemagne, le général allemand Wiese engage toutes ses forces et contre-attaque, bloquant les français qui perdent 162 tués. Ce sont les prémices sanglants de la fameuse poche de Colmar où les Allemands résisteront jusqu’à la mi-février 1945. L’hiver est cette année-là particulièrement rigoureux : Impossible de creuser le sol gelé pour réaliser des protections individuelles ce qui laisse à découvert le RTM lors de la contre-attaque allemande.

 28 novembre 1947 : crash de l’avion du général Leclerc (Colomb-Béchar – Algérie). Figure de la France libre, le général d’armée Leclerc meurt à 45 ans après une carrière exemplaire et fulgurante. Saint-Cyrien, cavalier, blessé au combat, il s’évade à deux reprises durant la campagne de France en 1940. Ayant rejoint de Gaulle, celui-ci lui donne mission de rallier l’AEF. Il est l’homme du serment de Koufra et le libérateur de Paris, le chef de la colonne Leclerc devenue 2ème DB.

  28 novembreOutre cette très belle BD de Jean-Charles Stasi, lire aussi chez Perrin -Tempus, L’épopée du Normandie-Niemen.

Quelques rendez-vous historiques :

02 décembre 2016 : colloque « La Marseillaise chant de guerre, chant de liberté » à Balard – amphithéâtre Valin (Paris).
03 décembre 2016 – de 14h00 à 19h00 : « 86ème Après-midi du livre » des Ecrivains combattants, à la Mairie du XVème (Paris).
10 décembre 2016 – de 10h00 à 16h30 : « 8ème édition de la Plume et l’Epée » – salon du livre – conférences – prix littéraire (Tours).
jusqu’au 23 décembre 2016 : exposition : « De Brest à Vincennes : trois siècles d’histoire de la Marine » au Château de Vincennes.
jusqu’au 31 décembre 2016 : exposition « Visages du 25 août » –  Maison du Souvenir de Maillé (Indre-et-Loire).
jusqu’au 15 janvier 2017 : exposition « Mission mode, styles croisés » - Musée de la Légion étrangère (Aubagne) et château Borély (Marseille).
jusqu’au 29 janvier 2017 : exposition « Guerres secrètes » – Musée de l’Armée (Invalides).
jusqu’au 29 janvier 2017 : exposition « Verdun, la guerre aérienne » – Musée de l’air et de l’espace (Le Bourget).
jusqu’au 30 juin 2017 : exposition « Le désert : explorations et opérations » – Musée des Troupes de Marine (Fréjus).
jusqu’au 26 juillet 2017 : exposition « Tambours, clairons, trompettes : commander, transmettre, informer en musique » au musée des Transmissions (Cesson-Sévigné).
et
Les conférences du Service historique de la Défense (SHD) avec leurs références bibliographiques.




Chronique historique : 25 novembre

25112016

image001

Une synthèse très agréable à lire de sa somme « Histoire des croisades ».

25 novembre 1177 : bataille de Montgisard (Palestine). Le jeune roi de Jérusalem (16 ans), Baudouin IV, appelé aussi le roi lépreux, remporte la plus belle victoire de l’épopée des croisades en battant l’armée de Saladin. Le gros de l’armée croisée étant dispersée, le royaume de Jérusalem est dangereusement exposé, ce qu’apprend Saladin. Il lève 30 000 soldats et se dirige vers Ascalon où Baudouin l’a devancé avec ses 500 derniers chevaliers. Saladin tout en faisant le siège de la ville, ravage la région qui n’est plus défendue puisque les croisés sont enfermés dans Ascalon ou en guerre sur la périphérie du royaume. Victorieux et alourdis de butin, les musulmans reprennent le chemin de l’Egypte pensant n’avoir plus rien à craindre. Baudouin, avec ses chevaliers les rattrapent en suivant discrètement une route parallèle puis leur infligent une défaite presque complète. Saladin parvient à fuir grâce au sacrifice de sa garde personnelle.

25 novembre 1805 : combat de Castelfranco (Italie). En marge des opérations principales de la campagne d’Allemagne, le général Gouvion Saint-Cyr met en déroute un corps autrichien : 6 000 prisonniers, dont le Prince de Rohan, 1 000 chevaux, 12 canons et 13 drapeaux sont pris.

25 novembre 1867 : dépôt du brevet du bâton de dynamite (Suède). Alfred Nobel rend la nitroglycérine maniable sans danger en mettant au point le bâton de dynamite (du Grec Puissance). Cette invention assure sa fortune qu’il lègue à sa mort pour financer les prix Nobel récompensant les inventions bénéfiques à l’Humanité.

25 et  26 novembre 1870 : bataille de Dijon. Sous l’impulsion de Gambetta, les comités de Défense nationale font appel à Garibaldi, l’ancien adversaire de l’empire en Italie. Les 25 et 26 novembre, avec ses deux fils, Ricciotti et Menotti, à la tête de 10 000 tirailleurs français de l’armée des Vosges, il mène une attaque sur Dijon qui inquiète (temporairement) les prussiens. Mais Garibaldi a agi de sa propre initiative, en dehors du plan prévu de défense du Morvan, ce qui décontenance ses adversaires mais ne suffit pas. Il est rapidement repoussé jusqu’à Autun après avoir voulu pousser un peu trop loin son avantage. En février 1871, Garibaldi sera élu député de la Côte-d’Or, de Paris, d’Alger et de Nice, sans même avoir été candidat ! À Paris, il arrive en quatrième position derrière Louis Blanc, Gambetta et Victor Hugo. Il déclinera toutefois ces mandats, offensé par l’accueil de la nouvelle majorité monarchiste de la Chambre et ne répondra pas non plus ensuite aux appels de la Commune de Paris. Le corps des volontaires garibaldiens sera dissous le 10 mars suivant.

25 novembre 1936 : signature du pacte anti-Komintern. L’Allemagne et le Japon répondent officiellement à la création de la IIIè Internationale communiste, mais se garantissent, en réalité, un secours mutuel en cas d’agression par l’URSS. L’Italie, la Hongrie et l’Espagne rejoindront le pacte.

25 novembre 1944 : fin de la bataille de Peleliu (actuelle ile de Palau – Pacifique). « En prenant cette île, au cours de l’opération Stalemate, le commandement américain voulait neutraliser la menace de l’aviation japonaise et y construire un aérodrome. Considérée comme la deuxième bataille la plus meurtrière après Iwo Jima, au bilan, les Marines affichent un taux de perte de 65%, et 97% des Japonais présents sur l’île sont morts. Il est à noter que le dernier groupe de 26 soldats ne s’est rendu que le 21 avril 1947 ». CNE J-B P. (COMLE).




Chronique historique : 24 novembre

24112016

24 novembre 885 : début du siège de Paris par les Vikings. Très actifs durant le IXè siècle, les Vikings ont pris l’habitude de remonter les fleuves du Nord de la France pour piller et rançonner les villes. 700 bateaux embarquant environ 30 000 guerriers danois et norvégiens se présentent devant Paris. Le siège débute réellement le lendemain, avec le refus de l’évêque Gozlin de laisser passer la flotte du chef Viking Siegfried. Jusqu’en mai 887, Paris est assiégé et ses environs ravagées. Siegfried lève le siège suite au paiement d’un tribut de 700 livres d’argent par l’empereur Charles le Gros.

24 novembre 1793 : le calendrier républicain remplace le grégorien (Convention – Paris). Il ne sera utilisé que jusqu’en 1806 année de son abolition par Napoléon Ier. Aujourd’hui serait le 4 (Quartidi) frimaire 224.

24 novembre 1867 : le fil de fer barbelé est breveté.

24 novembre 1929 : mort du tigre (Paris). Georges Clemenceau décède à 88 ans.

24 novembre 1938 : Beria nommé à la tête du NKVD. Ancêtre du KGB.

24 novembre 1964 : reprise de Stanleyville (actuelle Kisangani – RDC). Un régiment parachutiste belge est largué sur Stanleyville pour libérer des otages retenus par des rebelles au pouvoir. Avec l’aide de mercenaires occidentaux, il met fin à la rébellion. 24 otages, 2 militaires belges sont tués.

24 novembre 1965 : Mobutu prend le pouvoir (actuelle RDC). Il va rester 32 ans à la tête du Zaïre.

24 novembre 1970 : harakiri de Mishima (Tokyo). Kimitake Hiraoka, plus connu sous son nom d’écrivain, Yukio Mishima, se suicide en se faisant Seppuku après avoir tenté un simulacre de prise de pouvoir au ministère de la Défense japonais. Son discours devant le chef d’état-major séquestré et les troupes présentes ne convaincant pas, il se suicide selon le rituel traditionnel. N’ayant aucun passé militaire, son geste a souvent été interprété comme une tentative de rachat pour sa réforme durant la Seconde guerre mondiale ou encore comme une ultime mise en scène sans aucun autre but que la mort esthétisée et ritualisée.

24 novembre 1977 : premier vol du Super Etendard de série (Mérignac). Premier avion français équipé d’un système inertiel de navigation et d’attaque. Il a été retiré du service actif en juillet 2016, après presque 40 ans de bons et loyaux services. L’avion est connu pour avoir formé un couple redoutable avec le missile AM-39 « Exocet », conçu pour la lutte antinavire. Il assurait également des missions d’appui-feu au profit des troupes à terre et des missions de reconnaissance.

24 novembre 1985 : assaut meurtrier d’un jet détourné (Malte). Des commandos égyptiens dépêchés en urgence à Malte donnent l´assaut au Boeing égyptien détourné par 4 pirates (Palestiniens et Syrien) sur La Valette. 60 personnes sont tuées dont 4 des 5 pirates qui avaient commencé à abattre les otages (4 !).

24 novembre 2002 : signature du HCoC (La Haye – Pays-Bas). « L’entrée en vigueur du Code de Conduite de la Haye contre la prolifération des missiles balistiques (Hague Code of Conduct against Ballistic Missile Proliferation) a lieu le lendemain. Les États souscripteurs au Code s’engagent politiquement à des mesures de retenue et de confiance en matière de développement et déploiement de missiles balistiques, parmi lesquelles les pré-notifications de tirs d’essai de missiles balistiques et de lancement de fusées. Le HCoC compte aujourd’hui 137 États souscripteurs ». DGRIS.

 24 novembre 2015 : F16 contre Sukhoi (Frontière turque). Deux chasseurs F-16 turcs abattent un bombardier SU-24 russe près de la frontière avec la Syrie. L’équipage réussit à s’éjecter. Un hélicoptère Mi-8AMT engagé immédiatement dans leur récupération est détruit après un atterrissage d’urgence (1 mort). Un peu plus tard une mission de sauvetage a priori russo-syrienne parvient à extraire le navigateur russe. Le pilote a, quant à lui, été retrouvé mort, manifestement tué par des tirs venant du sol lors de son atterrissage . L’évènement a singulièrement tendu les relations entre Russie et Turquie entrainant sanctions économiques et déclarations fermes de part et d’autre jusqu’à l’été 2016.

  24 novembre  Super Etendard à l’appontage.

 Quelques rendez-vous historiques :

jusqu’au 27 novembre 2016 : exposition « L’ épopée des uniformes militaires » à la Sucrière, Lyon (Rhône).
02 décembre 2016 : colloque « La Marseillaise chant de guerre, chant de liberté » à Balard – amphithéâtre Valin (Paris).
03 décembre 2016 – de 14h00 à 19h00 : « 86ème Après-midi du livre » des Ecrivains combattants, à la Mairie du XVème (Paris).
10 décembre 2016 – de 10h00 à 16h30 : « 8ème édition de la Plume et l’Epée » – salon du livre – conférences – prix littéraire (Tours).
jusqu’au 23 décembre 2016 : exposition : « De Brest à Vincennes : trois siècles d’histoire de la Marine » au Château de Vincennes.
jusqu’au 31 décembre 2016 : exposition « Visages du 25 août » –  Maison du Souvenir de Maillé (Indre-et-Loire).
jusqu’au 15 janvier 2017 : exposition « Mission mode, styles croisés » - Musée de la Légion étrangère (Aubagne) et château Borély (Marseille).
jusqu’au 29 janvier 2017 : exposition « Guerres secrètes » – Musée de l’Armée (Invalides).
jusqu’au 29 janvier 2017 : exposition « Verdun, la guerre aérienne » – Musée de l’air et de l’espace (Le Bourget).
jusqu’au 30 juin 2017 : exposition « Le désert : explorations et opérations » – Musée des Troupes de Marine (Fréjus).
jusqu’au 26 juillet 2017 : exposition « Tambours, clairons, trompettes : commander, transmettre, informer en musique » au musée des Transmissions (Cesson-Sévigné).
et
Les conférences du Service historique de la Défense (SHD) avec leurs références bibliographiques.

 







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles