L’information circule…il suffit de vouloir la rencontrer

27092013



Chronique historique : 17 janvier

17012017

17 janvier : Saint Antoine : patron de la Légion étrangère. Saint Antoine le Grand (251-356) né en haute-Egypte, jouit très rapidement d’une grande popularité et devint le protecteur de nombreuses confréries et métiers. « Son caractère de lutteur victorieux (dans la vie spirituelle), d’ascète qui vit de manière frustre et dépouillée dans la solitude, d’homme qui a changé de vie pour une vie nouvelle au service de Dieu, a de quoi largement toucher le légionnaire. Mais la célébration des combats de Camerone (30 avril) et l’importance prise à la Légion par la veillée de Noël (avec la création de crèches) tendent à éclipser quelque peu la fête de saint Antoine ». Voire le site du diocèse aux armées.

 17 janvier 1855 : création d’une seconde Légion étrangère dite Légion suisse. « Par décret impérial, il est décidé de mettre sur pied deux régiments de ligne et un bataillon de tirailleurs composés exclusivement de Suisses. Sous les ordres du général Ochsenbein, l’un des pères fondateurs de la confédération helvétique, ils prennent notamment part au siège de Sébastopol où le choléra fera des ravages dans leurs rangs. La caractéristique de cette troupe est d’être vêtue d’une veste verte et d’un pantalon garance, les futures couleurs de la Légion actuelle. Le faible recrutement et la fin de l’engagement en Crimée conduisent à sa dissolution le 16 avril 1856. Ses effectifs serviront à créer le 1er Régiment étranger ». CNE Jean-Baptiste P. (COMLE).

 17 janvier 1941 : bataille navale de Koh Chang (Golfe de Thaïlande). Enhardie par la défaite française face à l’Allemagne, la Thaïlande (Siam), soutenue par le Japon, multiplie les attaques sur la frontière avec l’Indochine. Le 5ème REI se bat bien mais les Thaïs ont l’avantage. Le gouverneur général de l’Indochine autorise une action navale contre la flotte Thaïe pour faire pièce à la pression subie sur la frontière terrestre (actuels Laos et Cambodge). L’attaque française est un beau succès bien que la surprise recherchée ne joue pas puisque la flotte siamoise (de bon niveau) détecte l’approche et tire en premier. Le capitaine de vaisseau Bérenger coordonne parfaitement la riposte de ses 4 bâtiments. Fort heureusement, les premiers tirs détruisent un poste de télécommunication à terre (empêchant de donner l’alerte à l’aviation Thaïe) et tuent l’un des commandants ennemis. La flotte siamoise est détruite en deux heures. La seule victoire navale française du conflit ne sert pourtant à rien puisque le Japon s’impose à l’Etat français (Vichy) comme intermédiaire dans les négociations qui suivent la bataille.

 17 janvier 1951 : première utilisation du napalm (Indochine). Le général de Lattre autorise l’emploi du napalm pour dégager la garnison de Vinh Yen qui combat de manière acharnée depuis 5 jours.

17 janvier 1966 : 4 bombes nucléaires US perdues (Palomares – Espagne). Lors d’un ravitaillement en vol, un KC 135 percute le B 52 qu’il est en train de ravitailler. Les deux avions se crashent. Les 4 bombes nucléaires transportées par le B 52 ne sont pas armées. Sur les 3 qui tombent à terre près de Palomares (côte méditerranéenne), la première est retrouvée intacte, les 2 autres se désagrègent et contaminent une partie des champs de la localité. La 4ème reste introuvable jusqu’à ce qu’en mars, un sous-marin américain la localise par 869 mètres de fond grâce aux indications d’un pêcheur espagnol.

 17 janvier 1991 : début de l’opération Desert storm (Irak). Environ 85 000 tonnes de bombes sont lancées sur les défenses de Saddam Hussein pendant 42 jours afin de préparer l’offensive terrestre.

   17 janvier Iles à Koh Chang vue du ciel.

 Quelques rendez-vous historiques :

19 janvier 2017 – 18h30 : conférence  « Les Guerres d’Italie : une lecture religieuse » par Jean-Marie Le Gall – au Château de Vincennes,
23 janvier 2017 – 18h00 : conférence  « Le Conseil d’Etat durant le Premier conflit mondial : autopsie administrative d’un organe sujet aux vicissitudes d’un Etat en guerre » par  Raphaël Matta-Duvignau – au Conseil d’Etat.
jusqu’au 29 janvier 2017 : exposition « Guerres secrètes » – Musée de l’Armée (Invalides).
jusqu’au 29 janvier 2017 : exposition « Verdun, la guerre aérienne » – Musée de l’air et de l’espace (Le Bourget).
du 1er février au 6 mars 2017 : 44 ème salon de la Marine – Musée de la Marine (Palais de Chaillot).
jusqu’au 30 juin 2017 : exposition « Le désert : explorations et opérations » – Musée des Troupes de Marine (Fréjus).
jusqu’au 26 juillet 2017 : exposition « Tambours, clairons, trompettes : commander, transmettre, informer en musique » au musée des Transmissions (Cesson-Sévigné).
et
Les conférences du Service historique de la Défense (SHD) avec leurs références bibliographiques.
et
les colloques, conférences, expositions, cinéma du site Mindef.




Chronique historique : 16 janvier

16012017

16 janvier 1809 : bataille de La Corogne (Espagne). Après avoir pris Madrid, Napoléon se retrouve face à l’armée espagnole de Galice et au corps expéditionnaire anglais du général Moore. Les 35 000 hommes de Moore, épuisés et affamés, se signalent par leur comportement douteux à l’égard de la population espagnole qui leur montre autant d’hostilité qu’aux Français. Alors que les Espagnols ont été battus à Uclès 3 jours plus tôt par Victor, Soult quant à lui, bat Moore à La Corogne. Le contingent britannique est contraint au rembarquement dans la nuit, ce qui permet à Napoléon de contrôler toute la Galice. Les rigueurs de l’hiver espagnol ajoutées au manque de communications entre les armées anglaises et espagnoles ont contribué à cette défaite des alliés. Les pertes sont cependant identiques dans les deux camps.

 16 janvier 1944 : Eisenhower nommé commandant suprême des opérations alliées en Europe.

 16 janvier 1977 : échec de l’opération « Omega » (Bénin).  Le mercenaire Bob Denard tente, avec 90 hommes, un coup d’Etat au Bénin pour renverser le régime marxiste du président Mathieux Kérékou. L’opération échoue complètement, l’armée béninoise étant prête à entrer en action dès l’atterrissage des mercenaires à Cotonou . Dénard a été condamné en France à 5 ans de prison lors du procès (1993) de cette affaire. Il est décédé en 2007. Lire Le syndrome Foccart de Jean-Pierre Bat.

 16 janvier 1979 : exil du Chah d’Iran. Le Chah Pahlavi et la reine Farah Diba (Cf. Photo) quittent définitivement l’Iran. L’Ayatollah Khomeiny rentre de son exil français en Iran 15 jours après et sous les acclamations de la foule. Il instaure la République islamique fondée sur le chiisme.

  16 janvier Le Chah Pahlavi et la reine Farah Diba

 Quelques rendez-vous historiques :

19 janvier 2017 – 18h30 : conférence  « Les Guerres d’Italie : une lecture religieuse » par Jean-Marie Le Gall – au Château de Vincennes,
23 janvier 2017 – 18h00 : conférence  « Le Conseil d’Etat durant le Premier conflit mondial : autopsie administrative d’un organe sujet aux vicissitudes d’un Etat en guerre » par  Raphaël Matta-Duvignau – au Conseil d’Etat.
jusqu’au 29 janvier 2017 : exposition « Guerres secrètes » – Musée de l’Armée (Invalides).
jusqu’au 29 janvier 2017 : exposition « Verdun, la guerre aérienne » – Musée de l’air et de l’espace (Le Bourget).
du 1er février au 6 mars 2017 : 44 ème salon de la Marine – Musée de la Marine (Palais de Chaillot).
jusqu’au 30 juin 2017 : exposition « Le désert : explorations et opérations » – Musée des Troupes de Marine (Fréjus).
jusqu’au 26 juillet 2017 : exposition « Tambours, clairons, trompettes : commander, transmettre, informer en musique » au musée des Transmissions (Cesson-Sévigné).
et
Les conférences du Service historique de la Défense (SHD) avec leurs références bibliographiques.
et
les colloques, conférences, expositions, cinéma du site Mindef.




Chronique historique : 13 janvier

16012017

13 janvier 1751 : création de l’Ecole Militaire (Paris). Sur une idée du maréchal de Saxe, le roi Louis XV fonda par l’édit du 13 janvier 1751 « une école militaire, pour le logement, subsistance, entretien et éducation dans l’art militaire, de cinq cents jeunes gentilshommes de notre Royaume… Sa construction, faute de moyens, fut très laborieuse. Les travaux ne commencèrent qu’en 1753 ; ils furent arrêtés en 1760, reprirent en 1768 sur un plan totalement nouveau présenté à Choiseul et réalisable par tranches. La première pierre en fut symboliquement posée le 1er juin 1769.Lire l’ouvrage du GCA Garrigou Grandchamp, l’Ecole militaire à Paris et le site Chemins de mémoire pour la Chapelle Saint Louis.

13 janvier 1809 : bataille d’Ucles (Espagne). Le général Victor écrase les restes de l’armée d’Andalousie commandée par le général Venegas qui est tué durant la bataille. Il fait 12 000 prisonniers avec 30 drapeaux et toute l’artillerie.

13 janvier 1842 : fin de la bataille de Gandamak (Afghanistan). Le Dr Brydon se présente aux avant-postes de Jalalabad, seul survivant d’une colonne de 16 000 hommes, femmes et enfants dont 700 Britanniques, ayant évacué Kaboul le 6 janvier pour gagner l’Inde par la Khyber pass. Durant une semaine, le détachement britannique est harcelé jusqu’à sa destruction totale par les tribus locales.

13 janvier 1898 : « J’accuse … ! ». Emile Zola adresse une lettre publique au Président de la République pour contester la condamnation pour trahison du capitaine Dreyfus. Les nombreuses anomalies décelées dans cette affaire poussent l’écrivain à s’engager publiquement et risquer sa réputation. Sa lettre est publiée par le journal l’Aurore. Georges Clemenceau y est journaliste et apporte son soutien à Zola.

13 janvier 1908 : premier vol officiel en boucle (Issy-les-Moulineaux). L’aviateur français, Farman, réalise le premier vol contrôlé en circuit fermé d’1km, à bord d’un biplan Voisin, au-dessus du champ de manœuvres d’Issy-les-Moulineaux.

13 janvier 1915 : opération décidée sur les Dardanelles (Londres). Alors que le front du Nord-Est ne bouge plus et que l’espoir de percer de manière décisive s’affaiblit, les Britanniques (plan Churchill-Carden) conçoivent une opération de contournement des Empires centraux visant l’Empire ottoman. Une force navale alliée doit forcer le passage des Dardanelles et débarquer à terre un contingent. L’opération sera un échec couteux car mal préparée. Lire l’article de Julie d’Andurain montrant que cette opération s’inscrit dans le cadre d’une stratégie d’influence britannique en Méditerranée antérieure à la Première Guerre Mondiale. (Cf. Carte).

13 janvier 1934 : mort du héros de Fachoda (Paris). Le général de division Jean-Baptiste Marchand meurt à 71 ans à Paris après une carrière militaire riche en aventures. Enfant d’une famille modeste qui ne peut lui payer des études en rapport avec ses capacités, il s’engage dans l’infanterie de marine où il est très vite remarqué et passe rapidement lieutenant. Il sert dans presque toutes les régions de l’Afrique Occidentale Française (aujourd’hui Sénégal, Niger, Côte d’Ivoire, Mauritanie, …) montrant un goût prononcé pour l’exploration des contrées inconnues tout en prouvant ses aptitudes guerrières (Koundian, Diéna,…). Son exploit le plus célèbre : de 1896 à 1899, avec 12 cadres et 150 tirailleurs, il traverse l’Afrique équatoriale depuis les rives du Congo jusqu’au Nil blanc au Soudan (6 000 km). Il devance les Britanniques et les attend à Fachoda où arrivent Kitchener et son armée. Le gouvernement français ordonne à Marchand de quitter les lieux. Durant la Première Guerre mondiale, il est rappelé dans l’armée (il avait rejoint la vie civile en 1905) et termine général de division. Blessé à de multiples reprises au front, il est l’une des figures marquantes des troupes coloniales.

13 janvier 1942 : opération Paukenschlag ou Drumbeat (côte Est des Etats-Unis). Les sous-marins allemands attaquent les convois américains sur la côte Est des Etats-Unis. Décidé à prouver à ses alliés japonais que sa déclaration de guerre aux USA (11 décembre 1941) n’est pas que formelle, Hitler donne l’ordre à l’amiral Donitz d’ouvrir la chasse. 5 U-Boot de type IX coulent 25 navires américains en trois semaines. Les Américains se ressaisissent à partir de l’été mais perdent plus de 600 unités.

13 Janvier 1942 : premier vol du Sikorsky (USA). « Le Sikorsky XR-4, le premier hélicoptère de l’US Army Air Force, effectue son premier vol avec son concepteur, Igor Sikorsky aux commandes ». LCL Pierre B. (CFA).

13 janvier 1993 : signature de la convention sur l’interdiction des armes chimiques (Paris). La CIAC interdit la mise au point, la fabrication, le stockage et l’usage des armes chimiques. 165 pays l’ont signée et ratifiée, 190 l’ont signée sur les 197 Etats répertoriés.

 13 janvier                      

 jusqu’au 15 janvier 2017 : exposition « Mission mode, styles croisés » - Musée de la Légion étrangère (Aubagne) et château Borély (Marseille).
19 janvier 2017 – 18h30 : conférence  « Les Guerres d’Italie : une lecture religieuse » par Jean-Marie Le Gall – au Château de Vincennes,
23 janvier 2017 – 18h00 : conférence  « Le Conseil d’Etat durant le Premier conflit mondial : autopsie administrative d’un organe sujet aux vicissitudes d’un Etat en guerre » par  Raphaël Matta-Duvignau – au Conseil d’Etat.
jusqu’au 29 janvier 2017 : exposition « Guerres secrètes » – Musée de l’Armée (Invalides).
jusqu’au 29 janvier 2017 : exposition « Verdun, la guerre aérienne » – Musée de l’air et de l’espace (Le Bourget).
jusqu’au 30 juin 2017 : exposition « Le désert : explorations et opérations » – Musée des Troupes de Marine (Fréjus).
jusqu’au 26 juillet 2017 : exposition « Tambours, clairons, trompettes : commander, transmettre, informer en musique » au musée des Transmissions (Cesson-Sévigné).
et
Les conférences du Service historique de la Défense (SHD) avec leurs références bibliographiques.
et
les colloques, conférences, expositions, cinéma du site Mindef.

 




Chronique historique : 12 janvier

12012017

12 janvier 1813 : début du siège de Dantzig (actuelle Gdansk – Pologne). Au terme de la funeste campagne de Russie, le général Rapp prend le commandement de la place de Dantzig, à partir de laquelle il doit couvrir la retraite de l’empereur. Rapp, bien qu’en infériorité numérique remplit parfaitement sa mission et mène plusieurs contre-offensives qui mettent à mal les forces russes assiégeantes. Le nouvel hiver qu’il doit affronter sans ravitaillement à la fin de l’année 1813, lui enlève toutefois les deux tiers de ses forces. Il se résout finalement à négocier sa reddition et capituler le 29 novembre 1813 (plus de dix mois après).Depuis la campagne d’Egypte, le général Rapp (nommé à 32 ans) a participé à toutes les batailles majeures conduites par Napoléon (Marengo, Austerlitz, Iéna, Essling, la Moskowa…) au cours desquelles il a reçu pas moins de 24 blessures. Déjà gouverneur de Dantzig en 1809, il aurait désapprouvé la campagne de Russie auprès de Napoléon lui-même, sans pour autant remettre en cause sa fidélité à l’empereur. Lire Rapp, le sabreur de Napoléon de Philippe Jéhin.

12 janvier 1852 : naissance de Joseph Joffre (Rivesaltes). Lire la biographie du LCL Rémy Porte, Joffre et le site Chemins de mémoire.

12 janvier 1871 : fin de la bataille du Mans. L’armée de la Loire du général Chanzy, en constante retraite depuis la défaite de Loigny (2 décembre 1870) qui avait à nouveau livré Orléans aux Prussiens, tente vainement de reprendre l’initiative. Composée de troupes disparates faiblement équipées et peu entraînées (notamment les Bretons du camp de Conlie dotés uniquement de fusils à chargement par le canon et non du fusil Chassepot pourtant produit à 1 200 000 exemplaires à cette date), elle finit par s’effondrer, autant en raison de la supériorité technique de l’artillerie allemande que par les rigueurs de l’hiver. Elle se retire vers la Mayenne.

12 janvier 1919 : les Corps-francs allemands écrasent les Spartakistes. (Berlin principalement). Moins de deux mois après la capitulation allemande, les révolutionnaires spartakistes (mouvance bolchevik constituée de soldats démobilisés, de chômeurs,…) décrètent la grève générale en Allemagne le 6 janvier, et s’arment  pour prendre le pouvoir. Le jour même, le ministre de la défense, Gustav Noske, fait appel aux corps-francs pour empêcher que le pays ne suive l’exemple russe. Après une « semaine sanglante » de combats urbains, ceux-ci reprennent le contrôle des grandes villes. Le socialiste Noske est surnommé « le boucher ». Beaucoup d’Allemands, encore abasourdis par la capitulation du 11 novembre 1918, attribuent la défaite aux traitrises de l’arrière : C’est le mythe du « coup de poignard dans le dos ». Pour les membres des corps francs, la tentative révolutionnaire spartakiste en est une preuve. Sur les corps francs : Les réprouvés et L’épopée des corps-francs de Ernst von Salomon. 

12 janvier 1943 : début de l’opération Etincelle « ou Iskra en russe, visant  à établir un corridor avec Leningrad assiégée par les Allemands. Au prix de près de 34 000 tués et disparus contre 12 000 Allemands, les Soviétiques créent un corridor dans le dispositif allemand. Tandis que les combats font toujours rage, il est décidé de construire une voie de chemin de fer afin de ravitailler plus rapidement Leningrad. Ce succès passera au second plan avec la chute de Stalingrad, mais la ville peut désormais avoir un soutien plus régulier et les civils être évacués des zones de combat. Lors de cette opération, les Russes capturent leur premier Tigre 1 intact ».  CNE Jean-Baptiste P. (COMLE).

12 janvier 1954 : doctrine des « représailles massives » (Washington). Foster Dulles, secrétaire d’Etat américain, officialise cette doctrine qui repose à ce moment –là sur la supériorité nucléaire américaine, afin de garantir aux membres européens de l’OTAN un engagement militaire maximum des Etats-Unis en cas d’agression soviétique : Puisque les Etats-Unis sont les plus forts, ils estiment que l’URSS ne risquera pas une attaque où elle a tout à perdre. En 1962, changement de doctrine :  Mac Namara optera pour la  « réponse graduée » étant donné que l’URSS a largement rattrapé son retard.

   12 janvier                    

 jusqu’au 15 janvier 2017 : exposition « Mission mode, styles croisés » - Musée de la Légion étrangère (Aubagne) et château Borély (Marseille).
23 janvier 2017 – 18h00 : conférence Le Conseil d’Etat durant le Premier conflit mondial : autopsie administrative d’un organe sujet aux vicissitudes d’un Etat en guerre par  Raphaël Matta-Duvignau – au Conseil d’Etat.
jusqu’au 29 janvier 2017 : exposition « Guerres secrètes » – Musée de l’Armée (Invalides).
jusqu’au 29 janvier 2017 : exposition « Verdun, la guerre aérienne » – Musée de l’air et de l’espace (Le Bourget).
jusqu’au 30 juin 2017 : exposition « Le désert : explorations et opérations » – Musée des Troupes de Marine (Fréjus).
jusqu’au 26 juillet 2017 : exposition « Tambours, clairons, trompettes : commander, transmettre, informer en musique » au musée des Transmissions (Cesson-Sévigné).
et
Les conférences du Service historique de la Défense (SHD) avec leurs références bibliographiques.
et
les colloques, conférences, expositions, cinéma du site Mindef.




Chronique historique : 11 janvier

11012017

11 janvier  – 49 avant Jésus-Christ : César franchit le Rubicon (Italie). Jules César sommé par le Sénat de rentrer à Rome (sans ses légions), se livre à une intense réflexion avant de décider de sa conduite. Il vient de remporter la guerre des Gaules et sa popularité dans les troupes et à Rome ne cesse d’augmenter or, le Sénat, fragile à cette époque, ne veut pas d’un général trop puissant. C’est pourquoi il ordonne à César de se présenter devant lui en simple citoyen, ce qui le mettrait en fait à la merci de ses ennemis (notamment Pompée, son ancien allié).En obéissant, il se perd. En désobéissant, ce général ambitieux risque le tout pour le tout et décide de franchir le Rubicon avec ses légions pour prendre le contrôle de Rome. Plutarque et Suétone lui attribuent la phrase désormais célèbre de celui qui enfreint la légalité en connaissance de cause : Alea jacta est ! (le sort en est jeté). Le Rubicon est un petit fleuve frontière entre les terres directement administrées par Rome et la Gaule Cisalpine où César est proconsul. Lire aussi Herodote.

11 janvier 1871 : combat d’Arcey.  Après sa victoire à Villersexel le 9 janvier 1871, l’armée de Bourbaki ne reprend sa progression sur Belfort que le 11. Le 13, elle se heurte à des avant-postes prussiens du XIVe corps à la hauteur du village d’Arcey, qu’elle enlève, ainsi que plusieurs autres localités. C’est le dernier succès français de la guerre de 1870-1871. Sur le sujet lire L’Armée de l’Est, 1870-1871 du Colonel Ortholan chez Bernard Giovanangeli Éditeur.

11 janvier 1915 : remise du drapeau à la brigade de fusiliers marins « du contre-amiral Ronarc’h par le président de la République, Raymond Poincaré. La brigade Ronarc’h s’est, entre autres, illustrée à la bataille de Dixmude, en Belgique, à l’automne 1914. En grande infériorité numérique face à l’ennemi, les marins reçoivent l’ordre de tenir au moins quatre jours. Ils ne quittent Dixmude que trois semaines plus tard en ayant infligé des pertes très importantes aux attaquants, mais au prix de 3 000 morts et blessés ». (CESM).

11 janvier 1923 : début de l’occupation complète de la Ruhr par les Français. « Suite au soulèvement communiste de 1920, les Français et les Belges occupent, conformément au traité de Versailles la région de Duisbourg et une partie de la zone démilitarisée. Devant l’impossibilité de la république de Weimar de pouvoir s’acquitter des réparation de guerre (qui devaient se terminer en 1988), les Français occupent la totalité de la Ruhr. Les autorité allemandes ripostent par le Ruhrkampf ou la résistance passive : les mineurs et cheminots refusèrent d’obéir aux Français et entrainèrent la paralysie économique de la région. Le Ruhrkampf se termine en septembre 1923 devant l’inflation galopante du Mark. Le retrait des troupes étrangère est obtenu en 1925 par l’application du plan Dawes ». CNE Jean-Baptiste P. (COMLE).

11 janvier 1952 : mort de de Lattre de Tassigny (Paris). Le général d’armée Jean de Lattre de Tassigny, affectueusement surnommé le roi Jean par ses hommes, meurt à 62 ans. « Il a choisi la cavalerie à la sortie de Saint-Cyr (de la promotion qui précède celle des Juin, de Gaulle ou Bethouard) et sera d’ailleurs blessé par la lance d’un uhlan dans les premières semaines de la Grande Guerre en 1914 (voilà donc un homme qui aura combattu à cheval comme officier subalterne et qui connaîtra l’entrée dans l’ère atomique comme général d’armée). Mais, lorsque commencera la guerre des tranchées où la cavalerie n’avait plus sa place, il demandera à passer dans l’infanterie. C’est ainsi que, peu avant la Deuxième Guerre mondiale, il commandera le 151e R.I. à Metz, laissant dès cette époque le souvenir d’un chef au comportement atypique. Dans l’armée d’armistice, il commande la Région dont le siège est alors à Montpellier et galvanise ses troupes pour la préparation de la revanche, tout en s’intéressant de très près à la jeunesse des camps de jeunesse. Ses tentatives pour s’opposer à l’invasion de la zone sud en novembre 42 lui valent d’être emprisonné par le gouvernement de Vichy… Il s’évade de la prison de Riom avec le concours de sa femme et de son jeune fils Bernard. Il gagne Londres puis Alger. Pour les combats de la Libération et la période qui suit, il prend des décisions et donne des impulsions qui réorientent puissamment l’armée de terre : Amalgame des troupes venues d’Afrique du Nord et des unités FFI. Création de l’école des cadres de Rouffach, dont l’esprit orienté vers une vie rustique en plein air et la pratique intensive du sport anticipe le style qu’il impulsera à Saint-Cyr dont il obtient l’installation à Coëtquidan, en lieu et place de la banlieue parisienne. Amalgame à Saint-Cyr – Coëtquidan des recrutements directs et semi-directs au sein de l’Ecole Spéciale Militaire Interarmes, qui allait exister jusqu’en 1960. Le commandement en chef en Indochine lui échoit sur sa demande alors qu’il était inspecteur général de l’armée de terre (Juin avait décliné la proposition). Le témoignage de son fils Bernard, alors lieutenant sur ce théâtre d’opérations et qui devait y laisser la vie, a incontestablement joué un rôle dans cette décision. Nommé maréchal de France sur son lit de mort, il est inhumé dans son village vendéen de Mouilleron-en-Pareds, où il est le concitoyen de Clémenceau ». GA Jean-René Bachelet.

 11 janvier 1988 : décès  de Gregory « Pappy » Boyington. « Passé à la postérité grace à la série télévisée Les têtes brûlées, Boyington exista vraiment et s’illustra comme pilote de l’USMC durant le second conflit mondial. D’origine Sioux, son caractère indiscipliné le conduit à démissionner avant de rengager et de se retrouver avec les Tigres volants en Chine où il obtiendra 6 victoires. Il prend ensuite la tête de l’escadrille VMF 214, appelée The Black Sheep, où il est appelé Pappy du fait de son âge. Ses 30 ans font de lui un ancien par rapport aux autres pilotes dont la moyenne d’âge est de 20 ans. Abattu et déclaré mort en janvier 1944, la Medal of Honor lui est décernée : en réalité, il est prisonnier des japonais. Libéré en août 1945, promu colonel, et détenteur de 28 victoires, sa carrière militaire s’achève. Il écrit ses mémoires intitulée Baa baa black sheep qui inspireront le créateur des Têtes brûlées ».  CNE Jean-Baptiste P. (COMLE).

 11 janvier 2013 : lancement de l’opération Serval (Mali).

 11 janvierVoir aussi le site de la fondation http://www.fondationmarechaldelattre.fr/

 jusqu’au 15 janvier 2017 : exposition « Mission mode, styles croisés » - Musée de la Légion étrangère (Aubagne) et château Borély (Marseille).
jusqu’au 29 janvier 2017 : exposition « Guerres secrètes » – Musée de l’Armée (Invalides).
jusqu’au 29 janvier 2017 : exposition « Verdun, la guerre aérienne » – Musée de l’air et de l’espace (Le Bourget).
jusqu’au 30 juin 2017 : exposition « Le désert : explorations et opérations » – Musée des Troupes de Marine (Fréjus).
jusqu’au 26 juillet 2017 : exposition « Tambours, clairons, trompettes : commander, transmettre, informer en musique » au musée des Transmissions (Cesson-Sévigné).
et
Les conférences du Service historique de la Défense (SHD) avec leurs références bibliographiques.
et
les colloques, conférences, expositions, cinéma du site Mindef.




Chronique historique : 10 janvier

10012017

Erratum pour le 09 janvier 1975 : l’armée américaine adopte le missile Roland. Le missile sol-air ROLAND est un système courte portée (distance max d’interception 6 km) et non moyenne portée.
Précisions pour le 09 janvier 1916 : évacuation de la presqu’île de Gallipoli. La France a perdu 50 000 hommes dont quelque 18 000 morts, essentiellement des terriens.

 10 janvier 1430 : création de l’ordre de la Toison d’or (Bruges). Philippe le Bon, duc de Bourgogne décide la création de cet ordre de chevalerie pour fidéliser ses nobles,  imiter ses grands rivaux européens, et en même temps s’affirmer face à ces derniers : En 1348, l’Anglais Edouard III crée la Jarretière, le Français Jean le Bon, instaure quant à lui en 1351, l’ordre de l’étoile (aujourd’hui disparu).  La Toison d’or existe toujours et est reconnue officiellement par la République française à travers la grande chancellerie de la Légion d’honneur. Nicolas Sarkozy l’a reçue de Juan Carlos (Grand maître actuel de l’ordre) en 2011, devenant le 1202ème membre.

 10-11 janvier 1871 : bataille du Mans. L’armée de la Loire du général Chanzy, en  retraite depuis la défaite de Loigny (2 déc 1870) qui avait à nouveau livré Orléans aux Prussiens, tente vainement de reprendre l’initiative. Composée de troupes disparates mal équipées et peu entraînées, l’armée s’effondre entre autres en raison de la supériorité technique de l’artillerie allemande et des rigueurs de l’hiver. Les unités bretonnes ont été dotées uniquement de fusils à chargement par le canon (et non du fusil Chassepot pourtant produit à 1 200 000 exemplaires à cette date).

 10 janvier 1920 : naissance de la SDN et entrée en vigueur du traité de Versailles. La Société Des Nations est créée à Genève par 32 Etats membres le jour de l’application du traité de Versailles ayant mis fin à la Première Guerre Mondiale. C’est surement aussi ce traité qui a contribué à déclencher la seconde tant il pesait (psychologiquement et économiquement) sur l’Allemagne.

 10 janvier 1929 : naissance du journaliste globetrotter Tintin (Bruxelles). Le dessinateur Hergé (de son vrai nom, Georges Rémi) publie à 21 ans dans la revue belge Le petit vingtième, la première aventure de son héros Tintin au pays des Soviets. Anti-communiste, la BD fait partie des premières dénonciations grand public du bolchevisme. L’album paru en noir et blanc ne connaîtra de réédition en couleur qu’en … 2017.

 10 janvier 1971 : mort de Coco Chanel (Paris). Gabrielle Chasnel meurt à 87 ans au Ritz. Celle qui est à l’origine d’un des fleurons de la mode féminine française et tout simplement mondiale est aussi connue, pour les archives, sous le nom de code « Westminster » ou agent F-7124 de l’Abwehr. Célèbre dès les années 1920 et connaissant beaucoup de personnalités européennes, elle est recrutée en 1941 par le service de renseignement allemand pour son carnet d’adresse.

 10 janvier 1989 : les Cubains commencent leur retrait d’Angola. En treize ans (depuis novembre 1975), près de 310 000 soldats cubains sont venus combattre en Angola. Au moins 5 000 d’entre eux ont trouvé la mort, principalement dans les combats contre l’UNITA de Savimbi et les troupes Sud-Africaines.

10 janvier 2013 : mission de sauvetage à hauts risques (Somalie – Bulo Marer). Un commando du service action de la DGSE attaque dans la nuit du 10 au 11, la cache où est retenu l’agent Denis Allex. Kidnappé le 14 juillet 2009 à Mogadiscio, il est tué par ses ravisseurs lors de l’assaut visant à le libérer. Deux commandos meurent au combat. Le lendemain, de l’autre côté de l’Afrique (au Mali), est déclenchée l’opération Serval.

 10 janvier Coco Chanel au Ritz durant la seconde guerre mondiale.

 jusqu’au 15 janvier 2017 : exposition « Mission mode, styles croisés » - Musée de la Légion étrangère (Aubagne) et château Borély (Marseille).
jusqu’au 29 janvier 2017 : exposition « Guerres secrètes » – Musée de l’Armée (Invalides).
jusqu’au 29 janvier 2017 : exposition « Verdun, la guerre aérienne » – Musée de l’air et de l’espace (Le Bourget).
jusqu’au 30 juin 2017 : exposition « Le désert : explorations et opérations » – Musée des Troupes de Marine (Fréjus).
jusqu’au 26 juillet 2017 : exposition « Tambours, clairons, trompettes : commander, transmettre, informer en musique » au musée des Transmissions (Cesson-Sévigné).
et
Les conférences du Service historique de la Défense (SHD) avec leurs références bibliographiques.
et
les colloques, conférences, expositions, cinéma du site Mindef.




Chronique historique : 9 janvier

9012017

9 janvier 1778 : mort du créateur des régiments de Hussards (Luzancy – près de Meaux). Emigré hongrois et excellent capitaine au service de la France, Ladislas Ignace de Bercheny, obtient de Louis XV le droit de recruter un régiment de cavaliers hongrois qu’il part chercher à Constantinople (1720). Il emmène dès lors son régiment dans tous les conflits de Louis XV. Il est inspecteur des Hussards puis maréchal de France (1758). Il meurt à 89 ans après une vie de guerres au moins aussi intense que celle du général Lasalle (1775-1809) qui déclarera beaucoup plus tard et comme tout le monde sait, « Tout Hussard pas mort à 30 ans est un jean-foutre ».

9 janvier 1799 : création du régiment des dromadaires (Egypte). Bonaparte crée par décret l’unité qui servira jusqu’à la fin de la campagne d’Egypte. En effet, l’armée d’Orient a débarqué avec des cavaliers démontés et les chevaux disponibles localement ne répondent pas à un usage militaire. Les capacités de ces animaux sont très appréciées, ils permettent des élongations journalières de 60 km avec des soins minimum.  Le général Faidherbe (1818-1889) développe l’emploi des chameaux au Sénégal pour le transport du ravitaillement. La première unité combattante méhariste n’est vraiment créée qu’en 1891 à El Goléa (actuelle Algérie).

9 janvier 1873 : mort de Napoléon III (Chislehurst – Royaume-Uni). Exilé en Angleterre depuis la défaite de 1870, l’ex-empereur français s’éteint à 64 ans.

 9 janvier 1909 : Gouraud occupe Atar (Mauritanie). Le colonel Gouraud en rayonnant depuis Atar sur le plateau de l’Adrar parvient à contrôler une région jusqu’à présent fief des bandes armées et rezzous. (Cf. Les ouvrages de Julie d’Andurain sur le sujet).

 9 janvier 1916 : évacuation de la presqu’île de Gallipoli.(actuelle Turquie)  Le rembarquement réussi des troupes franco-britanniques fixées par les Turcs est le seul succès de la campagne des Dardanelles. L’objectif de la campagne, voulue par Churchill, est de résoudre l’imperméabilité du front occidental allemand. La France a perdu 1 cuirassé, 4 sous-marins et de nombreux transports de troupes.

 9 janvier 1975 : l’armée américaine adopte le missile Roland. Missile franco-allemand sol-air de moyenne portée.

  9 janvier Bataille de Villersexel, par Alphonse de Neuville – 1871 – Musée d’Orsay.

 jusqu’au 15 janvier 2017 : exposition « Mission mode, styles croisés » - Musée de la Légion étrangère (Aubagne) et château Borély (Marseille).
jusqu’au 29 janvier 2017 : exposition « Guerres secrètes » – Musée de l’Armée (Invalides).
jusqu’au 29 janvier 2017 : exposition « Verdun, la guerre aérienne » – Musée de l’air et de l’espace (Le Bourget).
jusqu’au 30 juin 2017 : exposition « Le désert : explorations et opérations » – Musée des Troupes de Marine (Fréjus).
jusqu’au 26 juillet 2017 : exposition « Tambours, clairons, trompettes : commander, transmettre, informer en musique » au musée des Transmissions (Cesson-Sévigné).
et
Les conférences du Service historique de la Défense (SHD) avec leurs références bibliographiques.
et
les colloques, conférences, expositions, cinéma du site Mindef.




Chronique historique : 6 janvier

9012017

6 janvier 1148 : bataille des gorges de Pisidie (côte sud de la Turquie). Le comté d’Edesse, Etat latin d’Orient (frontière actuelle entre Turquie et Syrie) étant tombé, la seconde croisade est prêchée par Bernard de Clairvaux. L’empereur Conrad III et le roi Louis VII « prennent la croix » pour rétablir Edesse. L’armée allemande partie avant les Français est détruite aux 3/4 en coupant par le centre des terres seldjouqides (octobre 1147 – Dorylée). Les Français contournent par le littoral et empruntent les gorges de Pisidie, propices aux embuscades. L’avant-garde n’obéit pas aux ordres pourtant stricts du roi et perd le contact avec le gros des troupes. Les Turcs, qui attendaient depuis les hauteurs qu’une faute soit commise, se jettent dans l’intervalle et infligent de lourdes pertes aux Français. Le capétien, Louis VII se bat cependant particulièrement bien et impose le respect aux assaillants qui laisseront un peu de champ aux Français avant de les harceler à nouveau. Louis VII embarque avec une partie des survivants à Antalya. La croisade est un échec cuisant du fait du manque d’unité des croisés, de l’absence de hauteur de vue (stratégique) de Louis VII et des intrigues byzantines de Constantinople. Référence pour l’histoire des croisades : L’épopée des croisades de René Grousset.

 6 janvier 1286 : sacre de Philippe le Bel (Reims). Le petit-fils de Saint Louis (Louis IX) est sacré roi de France et va le rester pendant presque 30 ans.

 6 janvier 1412 : naissance de Jeanne d’Arc (Domrémy – Lorraine). Celle que l’on nomme la pucelle d’Orléans meurt brulée vive à 19 ans (en 1431) par les Anglais. Elle libère Orléans assiégé et conduit le dauphin Charles à Reims pour le faire couronner (Charles VII). Canonisée en 1920.

 6 janvier 1558 : prise de Calais par les Français. Vaincus par les Espagnols à Saint-Quentin en 1557, les Français, conduits par le Duc de Guise, profitent de l’hiver pour attaquer la citadelle de Calais dégarnie de troupes par les Anglais, qui la jugeaient inexpugnable. Avec Calais, les Français reprennent, la dernière possession anglaise sur le Continent. C’est la fin d’un très long contentieux entre les deux pays, qui remontait à l’avènement d’Henri II Plantagenêt (1154). Guise, dit le Balafré, nommé en catastrophe lieutenant général du royaume quelques mois plus tôt, rentre en grâce après ses échecs en Italie et exauce le rêve de Jeanne d’Arc en mettant fin à la présence anglaise sur le continent et en coupant court à tout nouveau risque d’invasion. La population calaisienne, devenue entièrement anglaise après 2 siècles d’occupation, ne manifesta aucune joie à sa libération.

 6 janvier 1694 : mort de Francesco Morosini (Naupli – Grèce actuelle). Commandant des forces vénitiennes défendant la ville de Candie (aujourd’hui Héraklion – Crête) pendant 18 des 23 années que dura le siège d’une des dernières villes chrétiennes de Crète, Morosini a réussi plusieurs exploits : La durée du siège en elle-même est unique et coute aux ottomans entre 130 000 et 200 000 hommes selon les sources. Tout en se révélant un adversaire redoutable de l’empire ottoman, Morosini est admiré par le grand Vizir turc Koprulu qui lui accordera lors de la reddition de la ville (1669) la sauvegarde des habitants et de leurs biens. Il remporte par la suite de nombreuses victoires face aux Ottomans lors de la reconquête de la Grèce et devient Doge de Venise. C’est probablement l’un des plus grands chefs de guerre de la péninsule italienne.

 6 janvier 1649 : replis royal (Paris). Le futur Louis XIV n’a encore que 10 ans et apprend son métier de roi durant la régence de sa mère, Anne d’Autriche, qui est secondée par le cardinal Mazarin. Voulant influer sur le pouvoir royal, la noblesse parisienne instrumentalise la population pour faire pression sur la régente : c’est une des manifestations de la Fronde. Dans le plus grand secret, Anne d’Autriche, son fils et Mazarin fuient dans la nuit vers Saint Germain pour se soustraire au chantage.

 6 janvier 1886 : protectorat français sur la Grande Comores (Océan indien). A la demande du prince Saïd Ali ben Saïd Omar, sultan le plus puissant de l’ile, un traité de protectorat est signé entre lui et le gouverneur français de Mayotte et le capitaine de vaisseau Bausset Roquefort Duchaine d’Arbaud.

 6 janvier 1969 : embargo sur les armes à destination d’Israël. Le général De Gaulle décrète un embargo total à destination d’Israël après le bombardement de l’aéroport de Beyrouth et surtout l’affaire des vedettes de Cherbourg. En effet, durant la nuit de Noel, une équipe des services secrets israéliens se fait passer pour une société suédoise acheteuse des vedettes (que la France refuse de vendre à Israël malgré l’accord commercial signé précédemment), … et après avoir pris possession des bateaux, file vers les eaux internationales et rejoint Haïfa.

 6 janvier 1972 : décision de construire la navette spatiale (Washington – Etats-Unis). Le président Nixon annonce officiellement un programme de construction de navettes spatiales pour en finir avec les lanceurs classiques (Titan, Atlas, Delta). La première navette décolle  le 12 avril 1981. Le 28 janvier 1986, la navette Challenger explose en vol. La nouvelle navette Endeavour décolle en 1992.  Les crédits ayant été concentrés sur ce fleuron technologique, les Etats-Unis perdent peu à peu le marché du lancement de satellites au profit d’Ariane.

 6 janvier

jusqu’au 15 janvier 2017 : exposition « Mission mode, styles croisés » - Musée de la Légion étrangère (Aubagne) et château Borély (Marseille).
jusqu’au 29 janvier 2017 : exposition « Guerres secrètes » – Musée de l’Armée (Invalides).
jusqu’au 29 janvier 2017 : exposition « Verdun, la guerre aérienne » – Musée de l’air et de l’espace (Le Bourget).
jusqu’au 30 juin 2017 : exposition « Le désert : explorations et opérations » – Musée des Troupes de Marine (Fréjus).
jusqu’au 26 juillet 2017 : exposition « Tambours, clairons, trompettes : commander, transmettre, informer en musique » au musée des Transmissions (Cesson-Sévigné).
et
Les conférences du Service historique de la Défense (SHD) avec leurs références bibliographiques.
et
les colloques, conférences, expositions, cinéma du site Mindef.

 







''Cercle Des Amis Dynamiques'' |
LA DEVIATION DU NORD MIGENNOIS |
COMITE DE JUMELAGE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Gazette du Lavoir de Fon...
| Santé pour tous GHANA
| associationlescoccinelles